Navigation – Plan du site
1. La revue et ses hommes

A. Lacassagne : de l’archive mineure aux Archives d’anthropologie criminelle

Philippe Artières

Notes de la rédaction

Nota : Les références citées dans cet article renvoient aux cotes de la bibliothèque municipale de Lyon.
Le fonds Lacassagne est consultable au département ancien de la Bibliothèque municipale de Lyon, La Part-Dieu, 30 bd Vivier-Merle, 69431 Lyon Cedex 03. web : www.bm-lyon.fr

Texte intégral

1En 1921, le médecin Alexandre Lacassagne offre à la ville de Lyon ses archives et son importante bibliothèque. Depuis son installation au début des années 1880, Lacassagne qui y détient la chaire de médecine légale et de toxicologie, est devenu l’une des figures les plus célèbre de la ville. Il est intervenu à plusieurs reprises dans les affaires municipales et notamment en matière d’hygiène urbaine, il a surtout pris part comme expert aux grandes affaires criminelles ; il a ainsi fait de Lyon la capitale française de la criminologie française.

2Le fonds documentaire qu’il lègue à la bibliothèque de Lyon témoigne des activités multiples de l’éminent professeur. Ce sont les archives de ce savant du crime et du responsable de la revue Archives d’anthropologie criminelle qui forment l’essentiel de la collection. Lacassagne a en effet constitué l’une des bibliothèques les plus complètes du développement de la médecine légale en cette fin de dix-neuvième siècle. Mais, au sein de cette masse de monographies - le fonds comprend plus de 12 000 pièces (cf. Catalogue du fonds A. Lacassagne, établi par Claudius Roux, Lyon, 1922) - se trouvent également d’étranges documents qui n’émanent ni de lui, ni même de ses confrères français ou étrangers.

Cahier recueilli par Lacassagne (Ms 5286 - BM de Lyon)

Cahier recueilli par Lacassagne (Ms 5286 - BM de Lyon)

3C’est un petit cahier d’écolier sur lequel un scripteur a écrit soigneusement « Répertoire Jean Grobel. Recueil de chansons et monologues ». Ce cahier est celui d’un détenu de la prison Saint-Paul, incarcéré pour vol à la fin du XIXe siècle. Il contient plusieurs dizaines de chansons (Fleur de Seine, Mon Petit frère, Folichonnade, L’amour boiteux...) , des chansons que fredonnaient les prisonniers de droits communs dans les établissements français de cette fin de siècle et que le détenteur du cahier a noté ou peut être recopié pour tuer le temps et chasser l’ennui (Dossier « littérature des prisons » 56 cahiers Ms 5286-5287-5288)

4C’est, sur un autre cahier, une liste de 538 titres de livres, numérotée et rédigée sur deux colonnes. Ces ouvrages sont ceux de la bibliothèque de la prison de Lyon ; un détenu en avait la charge et avec patience il a recopié l’inventaire complet des livres que les détenus d’alors pouvaient lire : des manuels (ceux de l’horloger, du menuisier, du terrassier...), des classiques (Plutarque, Racine, Pascal), des biographies (Jeanne d’Arc, Colbert...), des romans d’aventure (ceux notamment de Walter Scott)...

5C’est encore un volumineux manuscrit composé de près de 25 cahiers de 32 pages, écrit lui aussi à la prison Saint-Paul : le journal d’un condamné à mort, un dénommé Nouguier qui en 1899 assassina avec ses camarades une vieille femme pour faire la caisse de son modeste débit de boisson. Un journal personnel qui dit la prison au jour le jour, le silence, les faux espoirs, les derniers petits bonheurs d’une existence qui va s’arrêter nette (BM-Lyon : Ms 5369).

6C’est aussi une liasse de lettres, celles écrites à l’adresse d’un médecin de l’administration pénitentiaire de Cayenne par des bagnards. Un homme qui se plaint des chaînes qui le font souffrir, un autre qui demande à être opéré, un troisième, aliéné, qui narre son existence ... des lettres de l’existence ordinaire au sein du bagne, des mots parfois ultimes traces de leurs auteurs, des traces de vies ratées (BM-Lyon : Ms 5285)

7C’est également un cahier broché, où un détenu a rédigé un lexique de conversation Français-Toucouleur (BM-Lyon : Ms 5267), comme un autre un dictionnaire Français-argot (BM-Lyon : Ms 5301), lui s’appelait Vidal ; il avait suivi son frère dans deux expéditions au Soudan entre 1896 et 1899, c’était avant ses crimes, les assassinats de deux jeunes femmes sur la Côte-d’Azur. A la prison de Nice ou à celle de Lyon, il couvrit de nombreux cahiers de son écriture et parmi ceux-ci, outre des souvenirs de voyages, ce lexique, archive des langues, mémoire d’une rencontre insolite entre un employé d’hôtel et un peuple.

8C’est enfin une série d’autres cahiers sur la couverture desquels son auteur a noté « ne peut être lu que par des docteurs en médecine ». Le scripteur a pris des précautions, le texte qu’il a rédigé n’était pas selon lui à mettre entre toutes les mains : il s’intitule « État mental et psychologique d’un inverti parricide » (BM-Lyon : Ms 5366). Charles Double, son auteur, y décrit longuement sa déviance, son hermaphrodisme mental. Ligne après ligne, il dit les souffrances endurées, les trahisons, les errances. Cette vie coupable, il la raconte dans un discours hybride formé de ses mots et de ceux des médecins de son temps.

9Ces manuscrits, comme plusieurs dizaines d’autres écrits également par des détenus, appartiennent tous au fonds que le Professeur Lacassagne a offert à la bibliothèque de Lyon. Ils forment ce que nous qualifierions volontiers comme les archives mineures du fonds Lacassagne : l’archive mineure, c’est une archive seconde, une archive qui n’aurait pas la majorité, au sens où elle n’aurait pas pu exister comme archive sans l’archive majeure à laquelle elle est attaché. L’archive majeure ce serait celle de l’auteur (ici, celle d’un savant). ; l’archive mineure, ce serait peut-être, le fonds de la boîte, ce que l’on n’a pas choisi d’abord d’archiver, ce qui était là et que dans le processus d’archivage on a pris avec. L’archive mineure, archive rebut, chute, rushes, poussière.

10Pourquoi à côté des écrits des plus éminents médecins et psychologues de la Belle-Epoque, des recherches les plus avancés d’anthropologie criminelle, furent recueillis et conservés ces archives mineures, cette lettre d’un bagnard à son médecin, cette autobiographie d’un inverti, ce cahier de chansons d’un prisonnier... ? Quelles fonctions leur assignait-il ? Quelle recherche motiva la constitution de telles collections que Lacassagne tint presque entièrement sous silence toute sa carrière ? Ces archives enfouies que ne semblent conservés que par la présence proche d’un gisement à forte valeur, forment, pensons-nous, le socle de l’œuvre de ce médecin, révèlent, lues ensemble, moins le sens d’un regard que l’âme des recherches d’Alexandre Lacassagne autour du crime.

Le souci de l’infime

11La présence au sein des collections du fonds Lacassagne de manuscrits émanant d’individus ordinaires, et notamment de fragments d’écrits, ici une lettre, là une chanson, ailleurs un dessin, relève d’abord d’une approche commune à tous les travaux du médecin. Ces collections s’inscrivent en effet dans ce que nous pourrions qualifier d’attention continu non à ce qui est caché, mais ce qui se dérobe d’abord au regard par son caractère minime. Non une invisibilité de fait, mais une invisibilité sociale et épistémologique. Bien qu’il ne soit pas propre à Lacassagne, bon nombre de ses collègues partagent cette même attention, ce souci de l’infime est constant dans ses recherches qu’il s’agisse de ses travaux d’expertise, d’anthropologie criminelle ou d’histoire médicale. Pour Lacassagne, les objets d’études à privilégier dans ses enquêtes seraient ainsi des objets secondaires : les taches sur le tissu, l’événement banal dans la vie du grand homme, le signe tatoué sur le corps.

Tâches

12En 1895, en collaboration avec le docteur Florence, Lacassagne publie une singulière étude qu’il a consacré avec son collègue à l’expertise d’une relique : une pièce de tissu ayant appartenu au Christ, la tunique d’Argenteuil. (Drs Florence et Lacassagne, La Tunique d’Argenteuil. Etude médico-légale sur son identité, Archives d’anthropologie criminelle, 1894, p. 651).

13Depuis le début des années 1880, une vive polémique opposait au sein de l’évêché de Versailles, les paroissiens d’Argenteuil et ceux de Trèves, ces derniers prétendant posséder eux aussi une sainte tunique. L’évêque de Versailles demanda alors à une première série d’experts de statuer sur l’identité de cet objet. Un chimiste, un pharmacien et le directeur des teintures de la manufacture nationale des Gobelins vinrent examiner la relique et convinrent que la tunique d’Argenteuil était authentique.

14Mais la polémique continua et l’évêque proposa au savant lyonnais de mener une contre-expertise. Lacassagne conclut au caractère « pas assez scientifique » de la première expertise en montrant que si l’histoire reconstituée de la tunique semblait accréditer l’authenticité de la tunique, un examen de celle-ci, mettait en évidence l’impossibilité de valider la thèse selon laquelle elle aurait appartenu au Christ. L’analyse de Lacassagne se basait principalement sur l’analyse des quelques tâches de sang qui couvraient un pan du vêtement. L’expert montrait que la clé de l’énigme tenait dans ces minuscules points mais qu’en l’état des connaissances et compte tenu de leur altération il était impossible de trancher.

Traces

15Comme bon nombre de ses collègues du second XIXe siècle, Lacassagne s’intéressa passionnément à l’histoire, et notamment à l’histoire de la médecine mais dans une perspective inverse à celle traditionnellement pratiquée : il ne s’agissait pas de dresser l’histoire des théories et des pratiques médicales mais de faire une véritable médecine de l’histoire, et ce à travers l’analyse de cas, ceux des grandes figures ; son intérêt se concentra en particulier sur la Révolution française (600 pièces l’ont pour sujet) ; Jean-Paul Marat le passionna : il a l’une des plus importantes collections de documents relatifs à ce personnage avec plus de 500 pièces comprenant ses œuvres médicales et scientifiques, philosophiques, sociologiques et politiques, les journaux qu’il dirigea, ses placards, ses pamphlets, ses œuvres posthumes, sa correspondance publiée et plusieurs autographes ainsi qu’une grande quantité de travaux ou de documents relatifs à ce médecin révolutionnaire. En 1891, il consacre un article à son assassinat A. Lacassagne, « La médecine légale dans l’histoire : l’assassinat de Marat. Blessure, autopsie, embaumement » Archives d’anthropologie criminelle, 1891, p. 630. Suivant la perspective ouverte par le Dr A. Cabanes (dont le criminologue préfacera l’un des ouvrage : Les Morts mystérieuses de l’Histoire. Souverains, de Charlemagne à Louis XVI, 1901), Lacassagne produira quelques travaux dans cette perspective ; un livre inédit avec le Dr H. Chartier en 1889 portant sur les Caractères, passions et criminalité sous les Antonins. A partir des archives mais aussi de l’ensemble des travaux biographiques produit, Lacassagne revisite le passé et cherchent à produire des diagnostics sur les "grands hommes". Le cas de Jean-Jacques Rousseau, sur qui ces médecins furent très prolixes, attira aussi le regard de Lacassagne ; il lui consacre plusieurs publications (notamment Les dernières années et la mort de Jean-Jacques Rousseau, Archives d’anthropologie criminelle, 1913, p. 721.) ; A chaque fois, la méthode est la même : à partir d’éléments biographiques, parfois des écrits, le médecin traque la trace d’un événement médical qui, au regard des connaissances contemporaines, peut être interprété comme un symptôme.

Marques

16Inscrit pendant de longues années sur les la liste des experts auprès du tribunal de Lyon, Lacassagne commit de nombreuses expertises. Ainsi, en décembre 1898, la veuve Foucherand était retrouvée morte à son domicile rue de la Villette à Lyon, Lacassagne fut immédiatement désigné pour procéder à l’autopsie du cadavre ; arrivé sur les lieux, le médecin constata : « Le corps de la femme Foucherand est dans la première pièce, allongé à terre, dans le décubitus dorsal. Les jambes sont écartées, les jupes relevées : on voit en effet l’extrémité inférieure des cuisses. La main droite est au bas de la poitrine, le bras gauche est étendu à angle droit, la main relevée et en pronation. A la gauche du cadavre est une bouteille vide ensanglantée. Près du sommet de la tête, un paquet de huit raves blanches a été posé. Tout autour une grande quantité de sang. Il y a deux chaises renversées. Sur le chambranle de la porte qui communique avec la chambre à coucher, il y a des taches de sang, par projection, à une hauteur de 1 m 60 à 1 m 70. Nous relevons aussi une tache semblable sur un journal qui est placé sur le comptoir. Dans la chambre à coucher, il y a un grand désordre : tout a été bouleversé, le placard et l’armoire vidés. Le lit n’a pas été défait, mais sur le drap replié se trouvent des matières fécales, assez dures, constituant un amas unique. » (A. Lacassagne, Affaire de la Villette, Archives d’anthropologie criminelle, 16e année, n° 91, 1901 : p. 33-34). De retour à son laboratoire, Lacassagne examina le cadavre et repéra à sa surface les taches de sang, les ecchymoses, les empreintes suspectes et les plaies. Puis il se livra à l’examen des organes internes au cours duquel il releva les ecchymoses internes, les fractures et les hémorragies. L’expert examina alors la bouteille ensanglantée retrouvée près du cadavre : elle ne portait aucune empreinte. L’examen achevé, Lacassagne rédigea son rapport au Juge en y détaillant les circonstances du crime : la victime avait été d’abord étranglée, puis ayant perdu connaissance, allongée à terre, elle aurait été frappé à coups de bouteille sur la tête ce qui aurait entraîné sa mort. La strangulation comme les fractures du crâne seraient le fait de plusieurs meurtriers. Enfin, grâce aux parasites contenus dans le bloc fécal trouvé dans la chambre, preuve avait été faite de la présence de Gaumet sur les lieux du crime. A l’image de l’affaire de la Villette, ici évoquée, l’expertise est pour Lacassagne, comme pour ses collègues experts, un moment d’intense observation des marques laissées par les assassins tant sur le corps des victimes que sur les lieux du crime ; une fois rassemblées, elles forment système sous l’œil du médecin et écrivent le récit du crime. et signes. Avant d’être nommé à la chaire de médecine légale de Lyon, Lacassagne passa de nombreuses années en Algérie ; à Sétif, au contact du IIe Bataillon d’Afrique et des pénitenciers militaires, il commença à s’intéresser aux tatouages, objet qui ne cessa jusqu’au terme de sa carrière de le captiver. Il constitua auprès des hommes qui constituaient cette population (des individus ayant subi une condamnation pour désertion, pour ventes d’effets, pour vol à un camarade) une importante collection de 1 600 tatouages (A. Lacassagne, Recherches sur les tatouages et principalement du tatouage chez les criminels, Annales d’hygiène publique, 3e série, Tome V, n° 4, pp. 289-304). Chaque tatouage a été recopié sur le corps du détenu à l’aide d’un crayon et d’une toile transparente, puis collé sur un carton au verso duquel le médecin a noté les noms et prénoms du tatoué, le lieu de naissance, la profession et l’instruction, la date des tatouages, l’âge, le procédé employé, le nombre de séances, leur durée, des renseignements sur le tatoueur, une description des tatouages, leur siège, leur coloration et ses changements... et enfin la moralité du tatoué. Il publie un premier article sur ce thème dès 1881 ; la visée est double : d’une part, montrer à ses collègues l’intérêt médico-légale des tatouages, d’autre part, encourager le principe de collection. Lacassagne estime en effet que le tatouage est l’un des éléments pouvant service à l’identification des criminels : « le grand nombre de tatouages donne presque toujours la mesure de la criminalité du tatoué ou tout au moins l’appréciation du nombre de ses condamnations et de son séjour dans les prisons. » La constitution d’une collection permet en outre d’appréhender, selon Lacassagne, toute une géographie corporelle du tatouage. Ainsi, « sur le ventre, au dessous du nombril, se trouvent presque toujours des sujets lubriques, des inscriptions pornographiques telles que " Robinet d’amour, Plaisir des dames, Venez Mesdames, au robinet d’amour, Elle pense à moi. "

17Lacassagne poursuivit cette enquête sur le tatouage en étudiant notamment cette pratique chez les « primitifs » (A. Lacassagne, Du tatouage, Archives d’anthropologie criminelle, 1886) avec ce même souci de traquer non seulement l’objet tatouage mais les pratiques qui l’entouraient. Grâce aux travaux de nombre de ses collègues, en France et à l’étranger, il parvint à faire du tatouage un véritable objet d’études. Qu’il s’agisse des gouttes de sang sur la tunique d’Argenteuil, des événements minimes dans les derniers mois de la vie de J.J. Rousseau, des parasites de Gaumet ou encore du tatouage d’un soldat du Bataillon d’Afrique, le regard de Lacassagne se pose sur ce qui bien que visible n’était pas encore intégré dans le champ de vision de ses contemporains, parce que relevant du secondaire, ou encore d’un arrière-plan. La présence des écrits de prisonniers dans ses collections participent de la même perspective : l’infime comme lieu de connaissance.

Une anthropologie de la prison

18Si Lacassagne accumula dans les étagères de sa bibliothèque les cahiers de nombreux détenus de Saint-Paul, c’est que s’esquissait en cette fin de XIXe siècle une véritable anthropologie de l’enfermement. Lacassagne et ses contemporains prirent conscience que la prison était devenue un lieu social aussi pernicieux que la rue, un lieu avec ses codes, son langage, ses pratiques. L’inquiétant peuple des prisons était mal connu et il revenait aux anthropologues du crime de mettre en lumière ses coutumes. Cette « culture » de la prison, Lacassagne comme son collègue Lombroso chercha à la saisir à travers les écrits de toutes sortes laissés par les détenus en détention, à travers en somme l’univers graphique de la prison. Des murs des prisons, aux livres de leurs bibliothèques, aux biftons que les prisonniers s’échangent, aux lettres qu’ils envoient à l’administration jusqu’à leurs cahiers personnels, Lacassagne et ses collègues entreprirent de dresser un tableau de la société « inquiétante » des détenus. Si les analyses de Lacassagne sur le tatouage participaient du souci de l’infime, elles jouèrent également un rôle dans cette anthropologie de l’enfermement. Le médecin, en effet, ne se bornait pas à étudier une pratique, il étudia en détail son sens en reprenant les méthodes que d’autres menaient sur les peuples primitifs. A la géographie corporelle du tatouage, il ajouta l’esquisse d’une véritable grammaire du tatouage des prisonniers. Lacassagne dressa ainsi une typologie des tatouages des prisons : emblèmes patriotiques, militaires, symboliques amoureux et érotiques, professionnels ... inscriptions. Au sujet de ces dernières, Lacassagne notait : « Ces inscriptions sont tout à fait caractéristiques. Ce sont des sentences, des formules, des proverbes, des dates commémoratives rappelant la date de naissance ; de tirage au sort, le numéro de conscription, de matricule, la date du tatouage, le jour où il a été condamné. »

Palimpsestes

19Mais le corps n’était pas le seul lieu d’inscription de cette « culture » de l’enfermement : d’une part, les murs des établissements, d’autre part, les marges des livres des bibliothèques pénitentiaires, enfin les cruches et les planches de lit portaient chacun un lot d’information sur les prisonniers. Cesare Lombroso à Turin constitua la pratique du palimpseste en véritable sujet d’étude qui, dit-il, pouvaient « fournir de précieuses indications sur l’état moral et psychologique de cette classe infortunée, qui vit à nos côtés, sans que nous connaissions bien ses vrais caractères. » (C. Lombroso, Les Palimpsestes des prisons, Paris, Maloine, 1905 : p. 1). Le médecin italien collecta plus de 800 palimpsestes en détention (299 sur les murs, les cruches, etc. et 510 sur les livres) qu’il donna à lire dans la première partie de l’essai qu’il consacra à ce sujet. Les palimpsestes étaient ordonnés thématiquement : les camarades, la justice, le détenu, le délit, la prison ; passions, religion et morale, le livre, politique, lyriques... Cette anthologie dans laquelle l’intervention du médecin se limitait à l’agencement, formaient un long manuscrit à voix multiples, une sorte de journal de la prison Mais le projet de Lombroso était aussi de caractériser ces écrits et afin d’offrir des éléments de comparaison il collectionna près de 1200 écrits hors des prisons. Lombroso rassembla également à partir des travaux de ses collègues étrangers (et notamment français) d’autres collections d’écrits de prisonniers ainsi que des palimpsestes d’un asile pour les prostituées.

Extrait d’un cahier de “littérature des prisons” (BM de Lyon - MS 5286)

Extrait d’un cahier de “littérature des prisons” (BM de Lyon - MS 5286)

Littératures des prisons

20Lombroso et Lacassagne firent donc de la prison un véritable terrain d’enquête ; tandis que le savant italien rassemblait des autobiographies de brigands notamment calabrais, Lacassagne collectionna plusieurs dizaines de cahiers de prisonniers de Saint-Paul. Ces documents que Lacassagne garda inédits dessinaient encore un autre aspect de la vie quotidienne en détention : à mi-chemin entre la correspondance et l’aide-mémoire, ces 56 cahiers donnaient à voir l’appréhension du temps par les prisonniers. Ils étaient en effet souvent l’occasion de rédaction de souvenirs mais également de projection dans un avenir, celui de la libération, tout en témoignant de l’ennui du temps présent. Sur les pages de ces cahiers, on trouvait ainsi des calendriers individuels (de l’entrée en détention au terme de la peine), des comptes du pécule, des brouillons de lettre aux familles. Mais cette série de cahiers donnaient également à voir aux criminologues toute une série de pratiques collectives. Ainsi, lus ensemble, ils formaient une anthologie quasi exhaustive des chansons de prisonniers de la Belle-Epoque ; on pouvait y repérer des variantes, la récurrence de certains thèmes. C’était aussi le cas des poèmes, hymnes silencieux des prisonniers que l’on retrouvait d’un cahier à l’autre. Lacassagne était particulièrement sensible à ces pratiques « artistiques », connaissant les travaux de ses collègues aliénistes sur l’art des fous. Et sur le modèle de la littérature des asiles, comme bon nombre de ses collègues, il reprit la désignation de littérature des prisons.

Littérature du bagne

21Le terrain d’investigation du médecin ne se limita à la prison Saint-Paul ; l’intérêt de Lacassagne pour ces documents fut vite connu d’autant plus que la revue publia assez régulièrement des études reprenant cette perspective (dont la bibliothèque de Lacassagne témoigne). Ainsi, le professeur lyonnais reçut-il de son collègue en poste au bagne de Cayenne un ensemble de documents que ce dernier avait recueillis. A la différence des cahiers de Saint-Paul, il s’agissait majoritairement de demandes écrites envoyé au médecin soit pour obtenir un rendez-vous, soit pour favoriser le reclassement d’un bagnard, soit enfin pour faire état de problèmes de santé. Joint à cet ensemble, Lacassagne conservait plusieurs écrits de bagnards aliénés. La visée de telles collections désignées comme Littérature du bagne rejoignait celle des études des aliénistes ; le document témoignait plus de la maladie que de la vie au bagne. En revanche les lettres montraient des pratiques et l’intéressant regard des détenus sur leur corps. Elles constituaient de petits autoportraits. Lacassagne, expert des cadavres, avait un grand attrait pour les écrits de criminels qu’il côtoya ; il partageait probablement avec bon nombre de ses collègues une croyance en l’écriture. L’écriture serait porteuse de vérité. De manière quasi fétichiste, le médecin collectionnait également des autographes (Diderot, Marat, etc...). Ce goût de l’archive que l’on retrouve également dans ses précis de médecine légale où il encourage les experts à consulter l’ensemble des écrits de la personne qu’il examine (ses écrits avant et après les faits), fut ainsi central dans cet entreprise d’enquête sur les prisons vus de l’intérieur.

Constituer le sujet observé en producteur de savoir

22Il est une dernière raison de la présence de ces écrits ordinaires au sein des collections du savant lyonnais : si ces archives mineures furent conservées c’est que pour Lacassagne elles dessinaient la voie d’une nouvelle méthodologie, d’une façon absolument inédite de penser la production de connaissance en sciences sociales. Comme on le verra à travers deux exemples, Lacassagne décida à la fin des années 90 d’utiliser les criminels non plus seulement comme des corps sur lesquels on prélevait des tatouages mais comme des sujets capables de produire du savoir sur eux-mêmes ou sur leurs condisciples. Le sujet demeurait un cas mais son propos pouvait participer de la production d’un savoir. Le sujet observé collaborait avec le savant.

Des autobiographies

23Entre 1896 et 1909, Lacassagne profitant de ses visites régulières à la prison Saint-Paul, et avec le soutien du personnel de l’établissement mit en place un dispositif singulier : il proposait à certains détenus dont il avait connaissance qu’ils écrivaient de rédiger leur récit de vie (sur ce dispositif, voir notre ouvrage : Le Livre des vies coupables, Paris, Albin Michel, 2000). Cette initiative de Lacassagne était directement en lien avec l’avancée de ses travaux : en mettant en avant l’influence du milieu social sur le criminalité - « la société a les criminels qu’elle mérite », le savant faisait du parcours individuel l’une des clés d’intelligibilité du crime. Non seulement ces textes l’informaient de l’histoire familiale du sujet mais, en outre, ils lui offraient de nombreux éléments sur sa scolarité, son entrée dans le monde du travail (l’apprentissage), sur la manière dont quand c’était le cas, le premier séjour en prison s’était déroulé. Toute une partie cachée, silencieuse de la vie des criminels s’y faisait jour et venait nourrir les thèses du professeur. Le médecin instaurait avec le prisonnier un pacte : il s’engageait à lire son autobiographie, si son auteur acceptait d’y livrer avec la plus grande sincérité possible les secrets de son existence. Si ce dispositif reprenait en grande partie celui de l’aveu ou même de la confession, il s’en différenciait par le cadre de production de ces textes. Lacassagne n’en faisait aucun usage judiciaire ; il s’agissait en prenant la plume d’enrichir le savoir scientifique sur le crime. C’est probablement cette fonction qui motiva fortement les dix détenus qui se livrèrent à cette entreprise. Les titres qu’ils choisirent de donner à leur texte témoignent bien de ce souci : « État mental et psychologique d’un inverti parricide », « La vie d’une femme galante ». Dans leurs récits, les scripteurs s’employaient à reprendre parfois les formes du discours savant (notes de bas de page, description clinique du crime...) ; certains jouant le jeu complètement discutaient les thèses criminologiques ; d’autres constituèrent sur leur cas de véritable mémoire où ils évoquaient successivement leurs antécédents héréditaires, l’influence du milieu social sur leur destin, le rôle de la prison, etc. Lacassagne ne se privait d’ailleurs pas de leurs poser des questions très précises : ainsi interrogeait-il Charles Double sur l’influence de l’enfermement cellulaire sur sa personnalité, ou Vidal, le tueur de femmes, sur ses pratiques sexuelles solitaires. Les prisonniers y répondaient avec plus ou moins d’enthousiasme mais toujours se pliaient aux demandes du professeur ; le parricide Claude Carron rédigea même une synthèse de son autobiographie afin de rendre plus facile son usage pour Lacassagne et ses collègues.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Cahier recueilli par Lacassagne (Ms 5286 - BM de Lyon)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/110/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Extrait d’un cahier de “littérature des prisons” (BM de Lyon - MS 5286)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/110/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Artières, « A. Lacassagne : de l’archive mineure aux Archives d’anthropologie criminelle », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la criminologie, 1. La revue et ses hommes, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 31 mai 2016. URL : http://criminocorpus.revues.org/110 ; DOI : 10.4000/criminocorpus.110

Haut de page

Auteur

Philippe Artières

Philippe Artières, historien, directeur de recherches au CNRS (Lahic-UMR 2558), est président du Centre Michel Foucault, ancien rapporteur du Conseil National du Sida et docteur en Histoire de l’Université Denis-Diderot-Paris 7.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page