Navigazione – Piano del sito
1. La revue et ses hommes

Gabriel Tarde (Sarlat 1843 - Paris 1904)

Louise Salmon

Note dell'autore

Source iconographique : Collection privée de Mme Bergeret.

Testo integrale

Gabriel Tarde (1843-1904)Visualizza l'immagine
Crediti : Collection privée de Mme Bergeret

1Fils d’un juge d’instruction près du tribunal civil de Sarlat, Gabriel Tarde se destina à son tour à cette profession. Bachelier ès sciences et ès lettres, il avait du renoncer à son projet de préparer Polytechnique suite à des troubles ophtalmologiques et avait poursuivit ses études à la Faculté de Droit de Toulouse, il les acheva à Paris en 1866 diplômé d’une licence. Secrétaire assistant du Juge de Sarlat en 1867, puis nommé Juge suppléant au Parquet de Sarlat en septembre 1869, il devint substitut du Procureur de la République à Ruffec (Charente) en octobre 1873 et enfin, juge d’instruction à Sarlat en novembre 1875. En 1877, il se marie avec Marthe Bardy Delisle, fille d’un conseiller à la Cour d’Appel de Bordeaux qui lui donna trois fils : Paul (janvier 1878), Alfred (avril 1880) et Guillaume (1885).

2Poursuivant sa carrière de magistrat de province, Gabriel Tarde entame au début des années 1880 une activité intellectuelle tant juridique, philosophique que littéraire. Cette curiosité et cette liberté intellectuelle sous-tendront toute sa pensée et expliquent en partie les critiques de divagations métaphysiques de ses écrits. - Un défaut de concision, certaines dérives poétiques, une propension à la rêverie métaphysique lui ont été reprochés par ceux qui souhaitaient, avec Célestin Bouglé, constituer une sociologie « scientifique, objective et spécifique » -. Sa première publication est un recueil de poèmes intitulé, Contes et Poèmes (Calmann-Lévy, 1879) mais Tarde rachète assez rapidement l’édition. Il continue cependant à écrire des poèmes et des comédies durant toute sa vie dont quelques-uns sont édités dans les journaux locaux périgourdins tels que Le Sarladais, ou Le Glaneur. Romancier à ses heures, Tarde publie une uchronie intitulée Fragments d’histoire future en 1896, reprenant un manuscrit qu’il avait rédigé en 1884. La publication tardive de certains de ses écrits de jeunesse, tels que Fragments d’histoire future, peut être appréhendée comme un indice révélateur de la formulation précoce de son système de pensée stimulé par ses nombreuses lectures de Maine de Biran dès 1862, de Cournot et Leibniz, puis de Hegel.

  • 1 in Revue universelle, numéro 112, 1904. « Nécrologie. Reproduction des passages de la lettre (29 ja (...)
  • 2 Gabriel Tarde, « La croyance et le désir, la possibilité de leur mesure », Revue philosophique, tom (...)

3A partir de 1880, Gabriel Tarde entretient une correspondance avec Théodule Ribot, directeur de la Revue Philosophique : « M. Tarde me disait ensuite comment, en 1878 ou 1879, il écrivit à M. Th. Ribot, directeur de la Revue philosophique, une lettre où il préconisait une ‘association de philosophes qui, tous les ans, au moment des vacances, feraient une villégiature en commun, dans une sorte d’académie à la mode antique’. La lettre était anonyme, ‘la seule que j’aie écrite’ : M. Ribot en publia des passages et demanda à connaître l’auteur, et ce fut à partir de ce moment une correspondance suivie entre les deux philosophes et aussi une publication presque ininterrompue d’articles et de livres » 1. Il commence alors à collaborer régulièrement à sa revue via de nombreux articles qui lui permettent de se faire remarquer dans le champ de la philosophie. Entre 1880 et 1893, il y publie plus d’une vingtaine d’articles dont le premier s’intitule « La croyance et le désir, la possibilité de leur mesure » 2.

4Tout en participant aux travaux de la Société générale des prisons, Tarde coopère, dès 1887, à la revue du médecin lyonnais Alexandre Lacassagne, Archives de l’anthropologie criminelle et des sciences pénales au sein de la partie consacrée à la science juridique et à la sociologie dont il devient directeur en 1893 - la revue changeait alors de nom et était devenue Archives d’anthropologie criminelle de criminologie, et de psychologie normale et pathologique. Il y publia de nombreux articles ayant surtout trait au droit pénal et à la criminologie. C’est un des auteurs les plus productifs après Lacassagne. La revue de Lacassagne fut pour Tarde tout d’abord une tribune d’opposition à l’école lombrosienne et un moyen de diffusion et de reconnaissance de ses idées. Ayant entretenu une relation épistolaire avec Filippo Turati (dès 1883), Napoleone Colajanni, Achille Loria (à partir de 1884), Enrico Ferri (à partir de 1885), Cesare Lombroso, Raffaele Garofalo (à partir de 1886), Scipio Sighele (à partir de 1890), Tarde passa du statut d’allié à celui d’opposant à l’Ecole criminaliste italienne. Cette dernière, sous l’égide de Lombroso, et influencée par les positivistes français et la théorie évolutionniste de Darwin, fonde ses théories sur le postulat fondamental d’une détermination biologique de la déviance et du crime - Lombroso avait dressé une typologie : les criminels aliénés, les criminels d’habitude, les criminels d’occasion, les criminels par passion et les criminels-nés, auxquels il s’intéresse le plus (L’Uomo delinquente 1876). La divergence de point de vue culmina en 1886 avec la publication de La Criminalité comparée, où Gabriel Tarde développe des considérations sur la statistique criminelle et une théorie originale de la responsabilité pénale (qu’il redéveloppera ensuite dans son ouvrage Les Transformations du droit, 1893), et en 1889 avec la virulente polémique autours de la notion de « type criminel » lors du IIème congrès international d’Anthropologie criminelle à Paris qui valent à Tarde d’être considéré comme le principal opposant de l’Ecole italienne en France. Cette reconnaissance dans le champ de la criminologie naissante est symboliquement signifiée par sa nomination à la place de Président d’Honneur lors du congrès de Bruxelles (7-14 août 1892).

  • 3 Lettre de Gabriel Tarde du 6 août 1895 Archives Nationales, CARAN, Dossier de légion d’honneur de G (...)
  • 4 G. Tarde, Lois de l’imitation, Alcan, 1890, p.12
  • 5 Carnet 19, 1er avril 1894. Fonds Gabriel Tarde. CHEVS. GTA 66

5En 1890, Gabriel Tarde publie simultanément deux ouvrages fondamentaux, La Philosophie pénale et les Lois de l’imitation, qui eurent rapidement un grand succès tant en France qu’à l’étranger et qui fondent la renommée du magistrat de Sarlat. Juge d’instruction, son premier terrain de formulation et d’expérimentation de ses idées est bien celui de l’investigation criminelle et de l’instruction judiciaire qu’il convient donc de réhabiliter dans la genèse de sa pensée : « j’ai publié un certain nombre d’ouvrages que je n’ai pas la prétention de comprendre parmi mes services, quoiqu’ils ne soient pas étrangers, au moins en partie, aux fonctions que j’ai exercées ou à celles que j’exerce encore » 3. Mais alors que le premier est un ouvrage d’approche plus austère où il s’efforce de critiquer la criminologie scientifique de l’Ecole italienne comme source de connaissance et moyen d’action pratique, le deuxième démontre que l’imitation est le fait social élémentaire, l’imitation étant elle-même un phénomène très général dans l’univers : « L’être social, en tant que social, est imitateur par essence » 4. Tarde fait de l’imitation le lien social par excellence, l’élément constitutif fondamental des rapports sociaux : les individus s’entre-imitent universellement, mais c’est paradoxalement de l’imitation que surgira la nouveauté. C’est une sociologie de la circulation de l’invention par l’imitation qu’il propose en faisant de l’imitation le ressort de la modernité. Les Lois de l’imitation eurent beaucoup de répercussions dans le monde savant de l’époque. Tarde relate dans son journal : « Brunetière avait un culte pour moi, [il me disait] que mes Lois de l’imitation étaient un des 10 ouvrages de ce siècle » 5.

6Les ouvrages que publia ensuite Gabriel Tarde tendent surtout à participer au développement de sa thèse fondamentale de l’imitation. Les Transformations du droit. Etude sociologique (1893) vise à approfondir dans le domaine juridique la théorie générale de l’imitation. Tarde est alors toujours juge d’instruction à Sarlat et inscrit alors sa réflexion dans la pratique et l’évolution du droit. Les Etudes pénales et sociales (1892) ; puis, plus tard, alors que Tarde est à Paris, Essais et mélanges sociologiques (1895) et Etudes de psychologie sociale (1898) sont composés de reprises d’articles publiés essentiellement dans la Revue philosophique et les Archives d’Anthropologie criminelle.

  • 6 Revue universelle, numéro 112, 1904. « Nécrologie. Reproduction des passages de la lettre (29 janvi (...)

7Cette production intellectuelle intense au sein de la Revue philosophique et des Archives d’anthropologie criminelle où Tarde mit ses idées au « banc d’essai » et ces premières publications scientifiques lui permirent de diffuser ses idées et de se constituer son premier public. Dès lors, il est déjà un auteur reconnu en 1893 lorsque le Garde des Sceaux, Antonin Dubost, fait appel à lui pour rédiger un rapport sur l’organisation de la statistique criminelle en France. Le 26 janvier 1894, Gabriel Tarde est ainsi promu au Ministère de la Justice à Paris : « M. Antonin Dubost, alors ministre de la Justice, que je ne connaissais pas, mais qui avait entendu parler de moi, m’offrit spontanément de me nommer chef de bureau de la statistique judiciaire à son ministère. Cela se passait en janvier 1894. J’acceptais et je fis bien’ » 6.

8Conjointement, sa carrière de magistrat est couronnée par le titre de Chevalier de la Légion d’honneur conféré par le Gouvernement et le Ministère de la Justice pour 26 ans de services dans la magistrature et l’administration le 14 juillet 1895. De même, Tarde reçut les distinctions de commandeur de l’Ordre de Wladimir de Russie et de l’Ordre de Venezuela.

  • 7 Fernand Faure, in « Gabriel Tarde », Revue politique et parlementaire, octobre 1909. Discours du 12 (...)

9La tâche essentielle de Gabriel Tarde au Ministère est de faire la synthèse des faits judiciaires importants qui se sont produits en France depuis 1891. Les fonctions et le champ d’étude de ce bureau de statistiques judicaires concernent essentiellement les : mercuriales, comptes généraux de l’administration de la justice criminelle, civile et commerciale, réunion des statistiques judiciaires publiées à l’étranger (le directeur des affaires civiles surveille les travaux de la statistique civile et commerciale, et les mercuriales relatives aux juridictions civiles et commerciales), casiers central, casiers judiciaires (pour une présentation annuelle détaillée du personnel du Ministère de la Justice voir Almanach national. Annuaire officiel de la République française). Tarde assemble la matière de douze volumes qui paraîtront en 1896 précédés de Rapports commentant les données statistiques recueillies. Cependant, les fonctions de bureaucrate ne semblent guère lui convenir : « Tarde n’avait ni les qualités ni les défauts du rond de cuir (...) Mais, le labeur quotidien du statisticien professionnel, l’effort patient de l’homme obligé de recueillir des chiffres envoyés par tous les parquets de France, de les contrôler, de les classer, de les additionner et de les diviser, tout cela lui était fastidieux et insupportable » 7.

  • 8 Espinas Alfred, « Notice sur la Vie et les Œuvres de Gabriel Tarde », Séances et Travaux de l’Acadé (...)

10Contrastant avec l’isolement de Sarlat, puis ensuite « l’étroit et sombre bureau de la rue Cambon », Tarde mena une vie agitée au sein de la société parisienne qui lui permit de s’évader de l’austère Ministère. Se mêlant parfaitement au rythme des occupations mondaine et culturelle de la capitale, il fréquenta assidûment les salons et s’y inscrit comme une personnalité remarquable. Fort apprécié, il est accueilli avec beaucoup de faveur et introduit dans la plupart des lieux influents et des réseaux de sociabilité de la capitale : « à Paris partout où il passe la soirée, sa conversation est une fête ; un charme émane de lui » 8. Ses nombreuses attaches au sein des sociétés savantes - société des statistiques, société générale des prisons, l’institut international de sociologie (1893) et la société de sociologie (1895) (fondés par René Worms, la société de sociologie de Paris qui compta rapidement une centaine d’adhérents et constitue la branche parisienne des congrès de l’institut), société de philosophie -, des congrès, et des diverses institutions d’enseignements - Collège Libre des Sciences Sociales, Ecole libre des Sciences politiques, Ecole russe des Hautes Etudes sociales (à partir de 1900) - l’attestent.

11Devenu professeur dès 1896, Gabriel Tarde se consacra surtout à des travaux de sociologie. Alors que la sociologie tend à se distinguer en tant que discipline à part entière, Tarde se positionne en tant qu’initiateur de la sociologie en exposant un système de pensée qui part de l’infinitésimal. Principal rival d’Emile Durkheim, les rapports entre les deux sociologues se présentent comme une concurrence pour la domination d’un champ dont les enjeux sont la reconnaissance et la légitimité au sein du monde savant de l’époque. Mais bien plus qu’une rivalité pour le pouvoir, il s’agit surtout d’une lutte entre deux systèmes de pensée qui semblent s’opposer radicalement - l’un part de l’infime (l’atome chimique, la cellule vivante, l’individu social sont des éléments qui venaient alors d’être reconnus par les scientifiques et dont l’exploration de cessait de révéler la complexité), l’autre part du tout, c’est à dire des systèmes constitutifs d’ensembles, d’organisations subordonnant ce qu’ils incorporent -.

12Gabriel Tarde rédige alors des ouvrages de théorie au sein desquels son système de pensée est éprouvé et normalisé. La Logique sociale (1895) est une analyse de l’esprit social à l’aune des notions de « désir » et de « croyance ». Pour Tarde, les affects commandent l’agir social, les désirs et les croyances étant les moteurs des variations, du mouvement perpétuels qui animent le social. Il pose ainsi les questions des rapports qu’entretiennent l’action individuelle et l’action collective dans un espace social en « constant élargissement ». Les Lois sociales (1898) reprend et développe plus précisément ces notions comme fondements de sa sociologie. Bien qu’elle soit considérée par Tarde comme « une promenade de l’esprit », L’Opposition universelle. Essai d’une théorie des contraires (1897) développe plus précisément la notion d’« opposition » - concept clé faisant parti de son approche ternaire du social : répétition (imitation), opposition (différenciation), adaptation (invention) - autour de l’idée des contraires dans l’univers.

  • 9 Gabriel Tarde, Discours prononcés le 12 septembre 1909, à Sarlat, à l’inauguration de son monument, (...)
  • 10 G. Tarde, L’Opinion et la foule, Paris, PUF, 1989, p.29

13En 1900, les élections successives de Gabriel Tarde à la Chaire de Philosophie, au Collège de France (1er février) et, à l’Académie des Science morale et politiques, section philosophie (15 décembre) confirment et concrétisent une notoriété bien affirmée et surtout une consécration institutionnelle bien que celle-ci ne fut pas celle qu’il espérait. En effet, Tarde avait demandé en 1899, alors qu’il était pressenti par Théodule Ribot et Louis Liard pour succéder à la Chaire de Philosophie moderne du Collège de France, la transformation préalable de cette chaire en chaire de Sociologie, mais celle-ci fut refusée par l’Assemblée des Professeurs. En janvier 1900, la Chaire est à nouveau offerte à Gabriel Tarde qui l’accepte alors. Cependant, ses premiers cours consacrés à la psychologie intermentale et la psychologie économique dénotent bien une volonté de les orienter vers la sociologie. Professeur au Collège de France, Louis Léger, qui soutenait la nomination de Tarde, rappelle les conditions de cette nomination et les raisons de son succès en 1900 : « Il était en concurrence avec un redoutable adversaire, M. Bergson, et cette concurrence le découragea un peu. J’ai été de ceux qui l’ont incité à persévérer. ‘Je n’ignore pas, lui disais-je, les mérites de votre concurrent et j’espère bien que nous l’aurons un jour pour collègue. Mais il appartient déjà à l’enseignement ; il est professeur à l’Ecole Normale ; il peut exercer sur de jeunes intelligences l’action de sa science et de son talent. Vous, vous êtes confiné dans un bureau ; il faut que vous en sortiez ; il faut que nous vous donnions le public qui vous manque. Persévérez’ » 9. Ainsi, la nomination de Gabriel Tarde au Collège de France, bien plus qu’une reconnaissance institutionnelle, relève d’une volonté de lui accréditer une légitimité d’enseignement et de lui constituer un public sur lequel, si on s’en tient à la définition même du public par Tarde - « forme évoluée de la socialité et de l’association qui repose sur une suggestion à distance » 10 -, il pourrait exercer une influence, du « prestige » afin d’élargir la réception de ses idées et de générer un courant d’opinions favorables à sa pensée. Dès lors, libéré de sa tâche au bureau de la statistique du Ministère de la Justice, Gabriel Tarde s’attacha à appliquer ses idées à des domaines particuliers tels que la politique ou l’économie. Dès 1899, Tarde avait publié un ouvrage intitulé Les Transformations du pouvoir et c’est en 1902 qu’il édite La Psychologie économique. Il y met à l’épreuve les concepts philosophiques de « différence » et de « répétition » dans le domaine des sciences sociales. Ces deux ouvrages sont en grande partie issus de séries de conférences : le premier est composé des conférences faites à l’Ecole libre des Sciences politiques intitulées « Elément de la Sociologie politique » (1896), et au Collège libre des Sciences sociales intitulées « Les principes de la sociologie politiques » (1898) ; le second des cours intitulés « Psychologie économique » donnés au Collège de France (1900-1901) et à l’Ecole libre des Sciences politiques (1902).

  • 11 Stoetzel Jean, Esquisse d’une Théorie des Opinions, Thèse de Doctorat, Faculté des Lettres de Paris (...)
  • 12 G. Tarde, L’Opinion et la foule, Paris, PUF, 1989, p.29
  • 13 ibid., p.30
  • 14 G. Tarde, ibid., 1989, p.38

14En s’appuyant sur plusieurs événements contemporains dont le scandale financier de Panama (1892), les attentats anarchistes (Ravachol les 11 et 27 mars 1892, Emile Henry le 3 novembre 1892, Auguste Vaillant le 9 décembre 1893, Caserio le 24 juin 1894) et l’Affaire Dreyfus (1894-1899), il tenta d’appliquer son concept d’imitation aux « sectes » et aux « foules ». Confronté au violent conflit idéologique et à la grave crise politique autour de l’Affaire Dreyfus, il publia une série d’articles où il mit en évidence les rapports entre la presse et l’opinion publique en formulant ses intuitions puis concepts de « public » et d’« opinion ». Rassemblés dans un ouvrage intitulé L’Opinion et la Foule (1901), la réception au XXe siècle de ces articles tendit à ériger Gabriel Tarde au rang de premier théoricien de la société de communication et des réseaux 11. Selon Tarde, la foule, incapable de s’étendre au-delà d’un faible rayon, cède naturellement la place au public. Forme évoluée de la foule donc, le public est une « communauté purement spirituelle », « une dissémination d’individus physiquement séparés dont la cohésion est toute mentale » 12 ou encore, une « foule dispersée, où l’influence des esprits les uns sur les autres est devenue une action à distance, à des distances de plus en plus grandes » 13. Gabriel Tarde démontre le rôle et l’efficacité du journal dans la formation des publics et des opinions : l’Affaire Dreyfus est alors son terrain d’expérimentation dont le fameux « J’accuse » de Zola étant l’exemple type le plus significatif. L’apparition du journal produit alors un « transport de la pensée à distance », on peut dès lors appartenir, du fait de la distance établie, à une pluralité de publics qui se font naturellement contrepoids : « Le public est indéfiniment extensible, on ne peut nier qu’il ne soit le groupe social de l’avenir (...) Je ne puis accorder à un vigoureux écrivain, le Dr Le Bon, que notre âge soit ‘l’ère des foules’. Il est l’ère du public ou des publics, ce qui est bien différent » 14.

  • 15 Revue Bleue, 21, 28 mai et 4 juin 1904, p. 220
  • 16 Duclert Vincent, L’affaire Dreyfus, Paris, Collection Repères, 1994, p. 82-84. Pour plus de précisi (...)

15Tarde se distingue de ses contemporains par son refus d’une vision tragique de l’histoire, qu’elle soit libérale ou marxiste, et des masses idéologisées. Sa sociologie implique la naissance d’un public averti et non de foules anonymes, d’une société transnationale et universelle. Pour Gabriel Tarde, les différentes crises que subit la IIIe République, et surtout l’Affaire Dreyfus, apparaissent comme la source directe d’inspiration et d’énonciation d’une grande partie de ses idées sur le fonctionnement et le dysfonctionnement de l’opinion publique et de son rôle au sein d’une démocratie. Comment expliquer alors le silence, l’absence d’engagement politique officiel, et la position en retrait de Tarde pendant l’Affaire Dreyfus ? Dans un premier temps, celle-ci peut être appréhendée comme celle du sociologue analysant les différentes manifestations du social du haut de sa tour d’ivoire. En effet, selon Tarde, le devoir de l’élite intellectuelle envers la démocratie n’est pas « de perdre [son] temps à faire de la politique active et actuelle » mais « d’élaborer des idées qui permettront aux politiques de demain d’orienter leur marche ». Cependant, dans un second temps, il y a pour Tarde une exception à cette règle d’abstention politique qu’il impose à l’homme de pensée que sont « les moments de crise violente où le devoir s’impose à tout citoyen de quitter son atelier et de descendre dans la rue » 15. En janvier 1899, Gabriel Tarde signa l’Appel à l’Union - son nom est mentionné dans Le Temps du 1er février 1899 -, et se révèle ainsi dreyfusien. Vincent Duclert rappelle et définit la distinction fondamentale des contemporains de Tarde définissant trois formes d’engagements repérables en faveur de Dreyfus : les dreyfusards, les dreyfusistes et les dreyfusiens. Les dreyfusiens « n’apparaissent qu’au moment où, en décembre 1898, l’affrontement entre dreyfusards, dreyfusistes et nationalistes devient si intense qu’il menace le régime parlementaire et la promotion des élites républicaines. Ils ne cherchent, dans la défense de Dreyfus, que l’occasion de liquider l’Affaire pour revenir à la normalité (...) Cette force conservatrice puissante s’est révélée publiquement dans l’« Appel à l’Union » de 1899 » 16. Signifiant de fait que l’Affaire Dreyfus était perçue par Tarde comme « une crise violente », elle imposait une exception à sa règle d’abstention politique au travers d’un engagement animé de conscience civique en faveur de la réconciliation nationale et de la défense de la démocratie menacée.

  • 17 Cours au Collège de France de l’année 1903-1904 ; « L’Interpsychologie », Archives d’anthropologie (...)
  • 18 G. Tarde, Les Lois sociales, Alcan, 1898, p.15
  • 19 Voir les Archives d’anthropologie criminelle, tome XXIV, 1909, numéro 183.
  • 20 Bergson Henri, Gabriel Tarde, Discours prononcés le 12 septembre 1909, à Sarlat, à l’inauguration d (...)

16Membre honoraire de la Société des légistes russes, correspondant étranger du Laboratoire de sociologie de Palerme (fondé en 1901), à la fin de sa vie Gabriel Tarde est au sommet de sa renommée. Souffrant de troubles ophtalmologiques et de problèmes de santé, Tarde décède le 12 mai à 61 ans à Paris dans son appartement de l’avenue de la Bourdonnais. Il laisse en suspend des écrits où il précise sa sociologie - l’« Interpsychologie » 17 - où tout se réduit à des rapports inter-individuels. Mettez deux personnes en rapports conscients : « Je prétends, écrit Tarde, que le rapport de ces deux personnes est l’élément unique et nécessaire de la vie sociale et qu’il consiste toujours en une imitation de l’une et de l’autre ». Il n’y a rien de plus dans la société que dans l’individu, et la psychologie collective n’est qu’une « extension et une projection multipliée de la psychologie individuelle » 18. Ces derniers travaux systématisaient son « interpsychologie » et étaient consacrés aux « anomalies de l’action inter-mentale (Interpsychologie morbide) » (1904) et à l’« Interpsychologie infantile » 19 Il laisse une œuvre dont la diversité témoigne de la richesse et de l’indépendance de sa démarche intellectuelle que relève aussi Bergson : « Ce qui frappe d’abord chez lui, c’est l’imprévu d’une fantaisie qui multiplie les aperçus nouveaux, les vues originales et brillantes. Mais bientôt l’unité et la profondeur de doctrine se révèlent. Une grande pensée soutient l’œuvre et lui imprime sa direction (...) Sociologie et psychologie, droit et politique, philosophie morale et philosophie générale, la plupart des grands problèmes ont attiré Tarde tour à tour. Ou plutôt ils l’attiraient tous ensemble » 20.

Inizio pagina

Bibliografia

Communications du colloque sur Gabriel Tarde de l’Association Française de Criminologie à l’Etablissement National d’Administration Pénitentiaire (ENAP) en septembre 2004, Champ Pénal. Les criminologiques de Tarde, XXXIVe Congrès français de criminologie, Agen septembre 2004, mis en ligne le 3 juillet 2005. Accès au sommaire

Borlandi Massimo, Mucchielli Laurent, Blanckaert Claude.., « Gabriel Tarde et la criminologie au tournant du siècle », Revue d’histoire des sciences humaines, 3, Paris, Presses universitaires du Septentrion, 2000.

Borlandi Massimo, « Informations sur la rédaction du Suicide et sur l’état du conflit entre Durkheim et Tarde de 1895-1897 », Durkheim Studies, numéro 6, 1994, pp.4-13.

Clark Terry N., Gabriel Tarde. On Communication and Social Influence : selected papers, Chicago, Chicago University Press, 1969, 364 p.

Durand-Barthez Pascal, Histoire des structures du Ministère de la Justice, 1789-1945, Paris, PUF, 1973, 91p.

Geisert André, Tarde et la criminalité, Paris, Les Éditions Domat-Montchrestien, 1935, 200 p.

Joseph Isaac, « Gabriel Tarde : le monde comme féerie », in TARDE G., Les Lois sociales, Le Plessis-Robinson, Synthélabo, 1999, pp.9-36.

Kaluszynski Martine, La République à l’épreuve du crime. La construction du crime comme objet politique 1880-1920, Paris, 2002.

Karsenti Bruno., « L’imitation. Retour sur le débat entre Tarde et Durkheim », in Chauvire Christiane, Ogien Albert (dir.), La Régularité. Habitude, disposition et savoir-faire, Paris, EHESS, 2003, pp.183-205.

Latour Bruno, « Jamais trop Tarde », Libération, 20 juin 2002.

Latour Bruno, « Gabriel Tarde and the end of the social », The social in question. New bearings in the history and the social sciences, édité par Patrick Joyce, 2002, pp.117-132.

Lazzarato Maurizio, Puissances de l’intervention : la psychologie économique de Gabriel Tarde contre l’économie politique, Paris, les Empêcheurs de penser en rond, Le Seuil, 2002, 405 p.

Letonturier E., « Gabriel Tarde, sociologue de la communication et des réseaux », Cahiers Internationaux de Sociologie, numéro 108, 2000, pp. 79-102.

Lubek Ian, « Histoire de psychologies sociales perdues : le cas de Gabriel Tarde », Revue Française de Sociologie, numéro 22 (3), juillet-septembre 1981, pp. 361-395.

Milet Jean, Gabriel Tarde et la philosophie de l’histoire, Paris, Vrin, 1970, 410 p.

Montebello Pierre, L’autre métaphysique : essai sur la philosophie de la nature, Ravaisson, Tarde, Nietzsche et Bergson, Paris, Desclée de Brouwer, 2003, 308 p.

Mucchielli Laurent, Histoire de la criminologie française, Paris, L’Harmattan, 1995, 535p.

Mucchielli Laurent, La découverte du social. Naissance de la sociologie en France (1870-1914), Paris, La Découverte, 1998, 571p.

Renneville Marc, Crime et folie : deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, 2003, 526p.

Renneville Marc, « Préface » et « Postface », in Tarde Gabriel, La Criminalité comparée, Paris, Les Empêcheurs de tourner en rond, 2004.

Reynie Dominique, « Gabriel Tarde, théoricien de l’opinion », in Tarde G., L’opinion et la foule, Paris, PUF, 1989, pp. 7-28.

Salmon Louise, « Le fonds Gabriel Tarde au CHEVS », Champ Pénal. Les criminologiques de Tarde, XXXIVe Congrès français de criminologie, Agen septembre 2004, mis en ligne le 3 juillet 2005. http://champpenal.revues.org/document239.html

Salmon Louise, « Gabriel Tarde et la société parisienne à la fin du XIXe siècle : « rapides moments de vie sociale », 1894-1897 », Revue d’histoire des Sciences humaines, numéro 13, 2005, pp.127-182.

Salmon Louise, « Gabriel Tarde et l’Affaire Dreyfus. Réflexions sur l’engagement d’un « homme de pensée » », Champ Pénal, 2005. http://champpenal.revues.org/document447.html

Saquer Laurence, Une philosophie de l’interaction : de la monade au rhizome, DEA de Sciences Sociales « Cultures et comportements sociaux », sous la direction de Bernard Valade, Université Sorbonne-Paris V, Paris, septembre 2002, 50p.

Inizio pagina

Allegato

Œuvres de Gabriel Tarde

1879 Contes et Poèmes, Paris, Calmann-Lévy, 228 pages
1886 La Criminalité comparée, Paris, Alcan, 1886, 211 pages
1890 Les Lois de l’imitation, Paris, Alcan, 428 pages
La Philosophie pénale, Lyon-Paris, Storck-Maloine, 566 pages
1892 Etudes pénales et sociales, Lyon-Paris, Storck et Masson, 460 pages
1893 Les Transformations du droit. Etude sociologique, Paris, Alcan, 212 pages
1895 La Logique sociale, Paris, Alcan, 464 pages
Essais et mélanges sociologiques, Lyon, Storck, 429 pages
1896 Fragments d’histoire future, Paris, Giard et Brière
1897 L’Opposition universelle. Essai d’une théorie des contraires, Paris, Alcan, 451 pages
1898 Études de psychologie sociale, Paris, Giard et Brière, 326 pages
Les Lois sociales. Esquisse d’une sociologie, Paris, Alcan, 172 pages
Les Lois pénales. Essai d’une sociologie, Paris, Alcan, 165 pages
1899 Les Transformations du pouvoir, Paris, Alcan, 266 pages
1901 L’Opinion et la Foule, Paris, Alcan, 226 pages
1902 La Psychologie économique, Paris, Alcan, 2 volumes de 383 et 449 pages

Une grande partie des œuvres de Gabriel Tarde ont été récemment rééditées aux Empêcheurs de penser en rond sous la direction d’Eric Alliez.

Une bibliographie des ouvrages et des articles de Gabriel Tarde est disponible en ligne sur le site de l’ENAP. Elle présente l’intérêt d’avoir numérisé une grande partie des articles publiés par Tarde ainsi que les sommaires des ouvrages.

Articles de Tarde publiés dans la Revue philosophique

« La psychologie en économie politique », tome XII, 1881, pp. 232-25, p. 401-418 ;
« Les traits communs de la nature et de l’histoire », tome XIV, 1882, p. 270-291 ;
« La statistique criminelle du dernier demi-siècle », tome XV, 1883, p. 49-82 ;
« Quelques criminalistes italiens de la nouvelle école », tome XV, 1883, pp. 658-669 ; « L’archéologie et la statistique », tome XVI, 1883, pp. 363-384, p. 492-511 ;
« Darwinisme naturel et darwinisme social », tome XVII, 1884, p. 607-637 ;
« Etudes sur le socialisme contemporain », tome XVIII, 1884, p. 173-192 ;
« Qu’est-ce qu’une société ? », tome XVIII, 1884, p. 489-510 ;
« Le type criminel », tome XIX, 1885, p. 593-627 ;
« Problèmes de criminalité », tome XXI, 1886, p. 1-25, pp. 122-143 ;
« Avenir de la moralité », tome XXII, 1886, p. 400-407 ;
« Publications récentes sur la psychologie criminelle », 1887, tome XXIV, p. 625-644 ;
« La dialectique sociale », tome XXVI, 1888, p. 20-41, pp. 148-165 ;
« La crise de la morale et la crise du droit pénal », 1888, tome XXVI, p. 379-396 ;
« Le crime et l’épilepsie », tome XXVIII, 1889, p. 449-469 ;
« Catégories logiques et institutions sociales », tome XXVIII, 1889, pp. 113-136, p. 292-309 ;
« Misère et criminalité », tome XXIX, 1890, pp. 505-518 ;
« Le délit politique », tome XXX, 1890, p. 337-360 ;
« L’art et la logique », tome XXXI, 1891, p. 123-147, p. 288-312 ;
« Etudes criminelles et pénales », tome XXXII, 1891, p. 483-517 ;
« Questions sociales », tome XXXV, 1893, p. 618-638 ;
« La logique sociale des sentiments », tome XXXVI, 1893, p. 561-594 ;
« Criminalité et santé sociale », tome XXXIX, 1895, p. 148-162 ;
« Le transformisme social », tome XL, 1895, p. 26-40 ;
« L’idée d’opposition », tome XLIII, 1897, p. 1-18, p. 160-175 ;
« Qu’est-ce que le crime ? », tome XLIV, 1898, p. 337-355 ;
« Le postulat de la sociologie », tome LI, 1901, p. 661-664 ;
« La réalité sociale », tome LII, 1901, p. 457-477 ;
« Correspondance. Réponse à M. Espinas », Tome LII, 1901, p. 661-664.

Articles de Tarde publiés dans les Archives de l’Anthropologie criminelle

« Positivisme et pénalité », tome II, 1887, p. 32-51 ;
« La statistique criminelle pour 1885 », tome II, 1887, p. 407-413 ;
« Les actes du congrès de Rome », tome III, 1888, p. 66-80 ;
« L’affaire Chambige », tome IV, 1889, p. 92-108 ;
« L’atavisme moral », tome IV, 1889, p. 237-265 ;
« Sur la responsabilité morale », tome IV, 1889, p. 356-369 ;
« L’amour morbide », tome V, 1890, p. 585-595 ;
« L’affaire Wladimiroff », tome VI, 1891, p. 206-213 ;
« L’archéologie criminelle en Périgord », tome VI, 1891, p. 569-584 ;
« A propos de deux beaux crimes », tome VI, 1891, p. 453-465 ;
« Les crimes des foules », tome VII, 1892, p. 353-386 ;
« Une nouvelle école italienne : le positivisme critique », tome VII, 1892, p. 208-211 ;
« Bribes de statistiques américaines », tome VII, 1892, p. 691-698 ;
« Biologie et sociologie. Réponse au Dr. Bianchi », tome VIII, 1893, p. 7-20 ;
« Pro domo mea. Réponse à M. Ferri », tome VIII, 1893, p. 258-276 ;
« La sociologie criminelle et le droit pénal », tome VIII, 1893, p. 513-525 ;
« Les crimes de haine », tome IX, 1894, p. 241-254 ;
« Les délits impoursuivis », tome IX, 1894, p. 641-650 ;
« Congrès de sociologie », tome X, 1895, p. 206-207 ;
« L’instinct de domination », tome X, 1895, p. 207-211 ;
« La diminution du crime en Angleterre », tome X, 1895, pp. 211-214 ;
« La Criminalité professionnelle », tome XI, 1896, p. 538-560 ;
« Lettre ouverte au docteur de la Scuola positiva », tome XI, 1896, p. 131-132 ;
« L’idée de l’organisme social », tome XI, 1896, p. 418-428 ;
« Souvenirs de transports judiciaires », tome XII, 1897, p. 293-300 ;
« Problèmes de Criminalité », tome XIII, 1898, p. 369-409 ;
« Les transformations de l’impunité », tome XIII, 1898, p. 615-631 ;
« L’âme du criminel par le docteur Maurice Fleury (Alcan, 1898 », tome XIV, 1899, p. 297-304 ;
« L’esprit de groupe », tome XV, 1900, p. 5-27 ;
« Leçon d’ouverture d’un cours de philosophie moderne (faite au Collège de France, le jeudi 8 mars 1900) », tome XV, 1900, p. 233-251 ;
« Du chantage », tome XV, 1900, p. 644-653 ;
« La criminalité et les phénomènes économiques », tome XVI, 1901, p. 565-575 ;
« La Criminalité en France dans les vingt dernières années », tome XVIII, 1903, p. 162-181.
« L’Interpsychologie », tome XIX, 1904, p. 536-564 ;
« Fragments d’histoire future », tome XIX, 1904, p. 565-621 ;
« La morale sexuelle », tome XXII, 1907, p. 5-40 ;
« Interpsychologie infantile », tome XXIV, 1909, p. 161-172 ;
« Les possibles. Fragments d’un ouvrage de jeunesse inédit », tome XXV, 1910, p. 8-41.

Congrès pénitentiaires et d’anthropologie criminelle auxquels Tarde participa

1889, 10-17 août, Virulente polémique avec Lombroso lors du IIe Congrès international d’Anthropologie criminelle à Paris. Rapport sur la responsabilité morale.
1890, septembre, Congrès pénitentiaire de St Petersbourg. Rapport sur la loi Bérenger et sur ses effets sur le récidive correctionnel (Tarde ne put y assister et envoya donc sa communication)
1892, 7-14 août, Président d’Honneur au IIIe Congrès international d’Anthropologie criminelle à Bruxelles. Rapport sur les crimes des foules
1896, IVe Congrès international d’Anthropologie criminelle à Genève. Rapport sur la criminalité professionnelle.
1900, Congrès pénitentiaire à Bruxelles. Rapport sur le Chantage.
1901, Congrès international d’Anthropologie criminelle à Amsterdam. Rapport sur la criminalité et les phénomènes économiques.

Gabriel Tarde professeur

1896 : Membre du Comité de perfectionnement du Collège Libre des Sciences Sociales et 1ères séries de conférences, Professeur à l’École libre des Sciences politiques, cours intitulé « Élément de la Sociologie politique »
1897 : Trois conférences au Collège libre des Sciences sociales, « Esquisse d’une sociologie » ; Conférence à l’École libre des Sciences politiques, « Problèmes de criminalité »
1898 : Conférences au Collège libre des Sciences sociales, « Les principes de la sociologie politiques »
1899 : Conférences à l’École libre des Sciences politiques, « Les principes de la psychologie économique » ; Cours au Collège libre des Sciences sociales, « Psychologie et sociologie professionnelle »
1900 : Cours au Collège de France, « Psychologie sociale » et de « Psychologie économique » (1900-1901) ; Membre du Conseil de Direction et de l’École de morale de l’École des Hautes Études sociales ; Membre du Comité de perfectionnement de l’École russe des Hautes Études sociales.
1901 : Cours au Collège de France sur « La psychologie morale et criminelle » (1901-1902) ; Membre du Comité de Direction du Collège libre des Sciences sociales ; Conférence à l’École russe des Hautes Études sociales, « L’Interpsychologie »
1902 : Cours au Collège de France, « La Philosophie Pénale » et « Les idées philosophiques de Cournot » (1902-1903) ; Cours à l’École libre des Sciences politiques, « Les Transformations des mœurs et de la morale » et « Psychologie économique » (1902-1903)
1903 : Conférence à l’École russe des Hautes Études sociales, « Criminalité et lutte sociales » ; Cours au Collège de France, « Les Éléments de la psychologie inter-mentale » (1903-1904) ; « Introduction générale » avec Émile Durkheim à un cours de l’École des Hautes Études Sociales, « Rapports de la sociologie avec les différentes sciences sociales et les disciplines auxiliaires »

Inizio pagina

Note

1 in Revue universelle, numéro 112, 1904. « Nécrologie. Reproduction des passages de la lettre (29 janvier 1904) de Tarde adressée au collaborateur de la revue, G.L. Duprat »

2 Gabriel Tarde, « La croyance et le désir, la possibilité de leur mesure », Revue philosophique, tome X, juillet-décembre, p. 150-180, 264-283

3 Lettre de Gabriel Tarde du 6 août 1895 Archives Nationales, CARAN, Dossier de légion d’honneur de Gabriel Tarde, Cote : L256814 11f.

4 G. Tarde, Lois de l’imitation, Alcan, 1890, p.12

5 Carnet 19, 1er avril 1894. Fonds Gabriel Tarde. CHEVS. GTA 66

6 Revue universelle, numéro 112, 1904. « Nécrologie. Reproduction des passages de la lettre (29 janvier 1904) de Tarde adressée au collaborateur de la revue, G.L. Duprat »

7 Fernand Faure, in « Gabriel Tarde », Revue politique et parlementaire, octobre 1909. Discours du 12 septembre 1909 prononcés lors de l’élévation du monument à la mémoire de Tarde à Sarlat

8 Espinas Alfred, « Notice sur la Vie et les Œuvres de Gabriel Tarde », Séances et Travaux de l’Académie des Sciences Morales et Politiques, volume 174 (nouvelle série 74), juillet-décembre 1910, p. 309-409

9 Gabriel Tarde, Discours prononcés le 12 septembre 1909, à Sarlat, à l’inauguration de son monument, Sarlat, Impr. de Michelet, 1910, p.57

10 G. Tarde, L’Opinion et la foule, Paris, PUF, 1989, p.29

11 Stoetzel Jean, Esquisse d’une Théorie des Opinions, Thèse de Doctorat, Faculté des Lettres de Paris, 1943 ; Katz Elihu, Lazarsfeld Paul Felix, Personal Influence : the part played by people in the flow of Mass communications, Glencoe, Free Press, 1955 ; Park Robert, The crowd and the Public and other essays, Chicago, University of Chicago Press, 1972 ; Reynié Dominique, Le triomphe de l’opinion publique : l’espace public français du XVI au XXème siècle, Paris, Odile Jacob, 1998 ; Latour Bruno, Reassembling the Social. An introduction to Actor-Network-Theory (ANT), Oxford University Press, à paraître)

12 G. Tarde, L’Opinion et la foule, Paris, PUF, 1989, p.29

13 ibid., p.30

14 G. Tarde, ibid., 1989, p.38

15 Revue Bleue, 21, 28 mai et 4 juin 1904, p. 220

16 Duclert Vincent, L’affaire Dreyfus, Paris, Collection Repères, 1994, p. 82-84. Pour plus de précisions voir, Salmon Louise, « Gabriel Tarde et l’Affaire Dreyfus. Réflexions sur l’engagement d’un « homme de pensée », Champ pénal, 2005, http://champpenal.revues.org/document447.html

17 Cours au Collège de France de l’année 1903-1904 ; « L’Interpsychologie », Archives d’anthropologie criminelle, tome XIX, 1904, p. 536-564.

18 G. Tarde, Les Lois sociales, Alcan, 1898, p.15

19 Voir les Archives d’anthropologie criminelle, tome XXIV, 1909, numéro 183.

20 Bergson Henri, Gabriel Tarde, Discours prononcés le 12 septembre 1909, à Sarlat, à l’inauguration de son monument, Sarlat, Impr. de Michelet, 1910

Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento elettronico

Louise Salmon, « Gabriel Tarde (Sarlat 1843 - Paris 1904) », Criminocorpus [Online], Intorno alle Archives d’anthropologie criminelle, 1. La revue et ses hommes, Messo online il 01 gennaio 2005, consultato il 19 agosto 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/114

Inizio pagina

Autore

Louise Salmon

Louise Salmon prépare une thèse d’histoire contemporaine sur Gabriel Tarde après avoir classé les archives de Gabriel Tarde au Centre d’Histoire de l’Europe du Vingtième Siècle (CHEVS) de la Fondation Nationale des Sciences Politiques.

Inizio pagina

Diritti d'autore

Tous droits réservés

Inizio pagina