Navigation – Plan du site
1. La revue et ses hommes

René Garraud (1849-1930)

Jean-Louis Halpérin

Texte intégral

1Jean-René Garraud est né à Sainte-Bazeille (Lot-et-Garonne) le 20 novembre 1849, mort à Lyon le 11 novembre 1930.

2Il est reçu bachelier ès-lettres à Clermont-Ferrand en 1867. Alors que son père est fonctionnaire à Nice, il s’engage dans la légion garibaldienne en 1870 et fait ses études de droit, probablement à Paris (dès 1867, semble-t-il, avec l’interruption de la guerre, licencié en juillet 1871, docteur en 1873 avec une thèse sur le paiement des dettes héréditaires). Il est avocat stagiaire à Paris quand il réussit le concours d’agrégation en 1873-1874, avec une dispense d’âge. Il est nommé à Douai (1874, où il enseigne le droit administratif), à Bordeaux (trois mois) et à Lyon (novembre 1875), où il reste en fonction pendant quarante-six ans comme professeur de droit criminel. Parallèlement il est inscrit au barreau de Lyon (1876), développe sa clientèle dès les années 1880 et devient bâtonnier pendant la première guerre mondiale (octobre 1914-octobre 1919). Évoluant dans le monde de la grande bourgeoisie lyonnaise (il a épousé la fille du professeur d’économie politique Rougier), il ne cache pas ses idées conservatrices (il est noté par le recteur comme “notoirement peu favorable aux institutions républicaines” en 1893) et tente une carrière politique : conseiller municipal de Beaujeu depuis 1892, il échoue sur une liste conservatrice aux élections sénatoriales de 1901, puis abandonne ses ambitions dans ce domaine tout en faisant partie après la guerre du comité directeur de la Fédération républicaine.

3René Garraud est un des fondateurs des Archives de l’anthropologie criminelle avec Lacassagne en 1885, membre du Conseil départemental des prisons (1887), du Comité départemental des pupilles de la nation, de nombreuses œuvres locales, membre et président (1907 et 1912) de l’Académie de Lyon, conseiller juridique de l’Association de la presse, administrateur du syndicat agricole du Haut-Beaujolais. L’un de ses fils (Pierre) fut également professeur de droit pénal à Lyon. Il est l’auteur d’un Précis de droit criminel (1881, ouvrage à destination des étudiants combinant l’étude du droit pénal et de la procédure criminelle) et d’un Traité théorique et pratique de droit pénal français (1888-1894, 5 vol. avec une 2e éd. en 6 vol. en 1898-1902), ainsi que d’un Traité théorique et pratique d’instruction criminelle et de procédure pénale (6 vol. 1907-1929, en collaboration avec Pierre Garraud) avec d’importants développements de droit comparé. Il prend également parti en faveur de la relégation des récidivistes (La relégation et l’interdiction de séjour, 1894) et des lois dirigées contre les anarchistes (L’anarchie et la répression, 1895). Intéressé par la statistique criminelle, la criminologie, Garraud s’affirme positiviste. Il prend rapidement ses distances avec l’École italienne (Archives de l’anthropologie criminelle, 1886), en proposant d’établir une frontière entre sociologie et droit. Il ignore par ailleurs les travaux de Durkheim. Proche des idées de von Liszt, il collabore un moment à sa revue (la Zeitschrift für die gesamte Strafrechtswissenschaft) et participe à l’Union internationale de droit pénal. Garraud s’oppose particulièrement à Ferri qui l’attaque au Congrès international d’anthropologie criminelle d’Anvers en 1897 et le considère comme un “néo-classique” dans sa Sociologie criminelle. Tout en tenant compte du milieu, Garraud conserve en effet un rôle important à la responsabilité du criminel sur la base de la loi morale et défend l’autonomie du droit pénal par rapport à la sociologie. Il est convaincu que la peine de mort est appelée à tenir une place de plus en plus restreinte et plaide pour une double réforme du Code pénal de 1810 et du système pénitentiaire pour faire progresser l’individualisation de la peine. Il propose des réformes partielles de l’institution du jury (l’association des jurés et des magistrats pour la délibération sur la culpabilité comme pour la fixation de la peine) et de la relégation en critiquant la latitude laissée à l’exécutif pour organiser le régime pénitentiaire. L’œuvre de Garraud témoigne de l’intérêt des pénalistes français au tournant du XIXe et du XXe siècle pour la sociologie et de leur refus de se rallier à l’Ecole positiviste italienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Halpérin, « René Garraud (1849-1930) », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la criminologie, 1. La revue et ses hommes, mis en ligne le 01 janvier 2006, consulté le 26 juin 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/117

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Halpérin

Jean-Louis Halpérin enseigne actuellement le droit à l’École normale supérieure, après avoir été professeur d’histoire du droit aux universités de Lyon III (1988-1998) et de Bourgogne (1998-2003). Auteur de plusieurs études sur le Code civil et l’histoire du droit privé français depuis 1804, il a également travaillé sur l’histoire comparée des professions juridiques et du droit international privé. Il est notamment l’auteur d’une Histoire du droit privé français depuis 1804 (1996, Presses universitaires de France). Il a récemment publié une Histoire des droits en Europe de 1750 à nos jours (2004, Flammarion).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page