Navigation – Plan du site
2. Thématiques et théories

Lacassagne : Le professeur et l’inverti

Philippe Artières

Texte intégral

1Il est un visage d’Alexandre Lacassagne bien méconnu et qui pourtant contribue largement à son rayonnement fin-de-siècle ; le médecin s’est intéressé très tôt à l’inversion du sens génital et en est devenu en France l’un des principaux spécialistes en matière de médecine légale, rédigeant l’article « pédérastie » dans le grand dictionnaire médicale de Dechambre et faisant des Archives un lieu privilégié de publication et de recherche sur cette question.

2Le second dix-neuvième siècle est le théâtre d’une forte médicalisation de la sexualité à laquelle la médecine légale participe largement à l’exemple d’Ambroise Tardieu auteur d’un célèbre Attentats aux mœurs en 1857. Dans ce vaste mouvement largement analysé par Michel Foucault dans son cours du Collège de France (Les Anormaux, 1974-1975), l’inversion du sens génital fait l’objet d’une importante problématisation à laquelle Alexandre Lacassagne et ses collègues se joignent. Il ne s’agit plus en effet de penser l’homosexualité comme un vice mais de la constituer en pathologie, aisément identifiable. L’inversion sexuelle est ainsi très présente dans les Archives d’anthropologie criminelle. Il n’est pas un médecin militaire qui ne s’interroge à son propos, pas un médecin maritime qui ne s’intéresse à cette manie morbide. L’ensemble des enquêtes que publie la revue sur les tatouages est par exemple traversé par cette question de la sexualité des hommes entre eux. Les notes et observations médico-légales du Dr Boigey sur les détenus tatoués publiées en 1910 sont exemplaires de cette inquiétude. A travers la présentation de vingt-trois observations qui détaillent longuement l’ensemble des dessins et inscriptions portés sur la peau par un échantillon de détenus que le médecin-major a examiné, une typologie des attitudes et comportements sexuels est dressée. Boigey estime ainsi qu’il existe en détention une homosexualité occasionnelle résultant de la détention, à laquelle il opposent les « homosexuels véritables ». La revue est également le lieu de publication de matériaux inédits tel que la correspondance d’un inverti italien avec Emile Zola que publie le docteur Laupts, pseudonyme de Georges Saint-Paul, (1870-1937). Ce médecin militaire consacre sa thèse, sous la direction d’Alexandre Lacassagne, aux fonctions cérébrales chez les artistes et les écrivains ; Lauréat de la faculté de médecine de Lyon en 1892, pour son Essai sur le langage intérieur. En 1893, Zola lui confie pour publication dans la revue, sous le titre Le Roman d’un inverti-né, la longue confession qui lui avait été adressée quelques années plus tôt, par un homosexuel italien anonyme. Il s’agit d’une série de lettres à caractère autobiographique dans lesquelles un jeune homme décrit avec détails, tel un autoportrait, l’histoire de ses pratiques sexuelles depuis sa petite enfance. Le texte paraît en plusieurs livraisons et fait immédiatement événement. Laupts le fait ensuite paraître en librairie en 1896, dans Perversion et perversité (collection Tares & poisons) signé du « Dr Laupts », et pour lequel Zola rédige une préface. La revue est ainsi le lieu initial de la publication d’un document qui devient en peu de temps l’un des classiques de la littérature sur l’inversion et par conséquent constitue les Archives en un lieu de référence en la matière. Mais si un tel document est parvenu jusqu’à la revue, c’est qu’elle lance des enquêtes auprès de ses lecteurs. C’est par la plus célèbre sur le langage intérieur du docteur Saint-Paul, qu’une nouvelle figure des travaux sur l’inversion sexuelle émerge, un certain Marc-André Raffalovitch. Cet homme de lettre, non médecin lance à son tour dans les colonnes de la revue une enquête sur l’inversion sexuelle chez les aveugles-nés. Mais surtout comme l’a longuement étudié Patrick Cardon, il tient à deux reprises des chroniques de l’unisexualité en 1897 et 1907 qui traitent de l’actualité à la fois scientifique et judiciaire de l’inversion en ce début du XXe siècle. P. Cardon souligne combien au sein des Archives Raffalovitch est ensuite à partir des années 1910 mis en minorité et lui est préféré des médecins allemands, dont Numa Praetorius, de son vrai nom : Eugen Wilhelm, qui rendent longuement compte des travaux de leurs compatriotes et notamment du célèbre berlinois Magnus Hirschfeld.

3On voit ainsi combien d’un statut périphérique, l’inversion sexuelle est devenue centrale, non pas tant dans le nombre des articles publiés à son sujet, mais dans la fonction à la fois d’ouverture de la revue et dans son internationalisation.

Haut de page

Bibliographie

Alexandre Lacassagne, « Pédérastie » pour le Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales d’Amédée Dechambre.

« Roman d’un inverti », publié par Laupts dans les Archives de l’Anthropologie Criminelle, vol. 10, 1895.

Marc-André Raffalovich « Chronique de l’unisexualité » [1904], manuscrit d’un article - publié dans les Archives de l’Anthropologie Criminelle [...] (BM Lyon, Ms 5187)

Ambroise Tardieu, Etude médico-légale sur les attentats aux mœurs, Paris, J.B. Baillière, 1867.

Marc-André Raffalovich, Uranisme et unisexualité : étude sur les différentes manifestations de l’instinct sexuel, Lyon, A. Storck, 1896.

Dr Boigey, « Les détenus tatoués. Leur psychologie », Archives de l’anthropologie criminelle, 1910, p. 439-457.

Patrick Cardon, « Un pionnier de l’homoliberté Avec Marc-André Raffalovitch, l’homosexualité cessait d’être une inversion monstrueuse de l’hétérosexualité ». Gai Pied Hebdo, 389 du 12 octobre 1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Artières, « Lacassagne : Le professeur et l’inverti », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la criminologie, 2. Thématiques et théories, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/120

Haut de page

Auteur

Philippe Artières

Historien, directeur de recherches au CNRS (Lahic-UMR 2558), est président du Centre Michel Foucault, ancien rapporteur du Conseil National du Sida et docteur en Histoire de l’Université Denis-Diderot-Paris 7.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page