Navigation – Plan du site
2. Thématiques et théories

La place de la psychiatrie dans les Archives d’anthropologie criminelle

Jean-Christophe Coffin

Texte intégral

1En 1886, lors de la parution du premier numéro des Archives d’anthropologie criminelle, la psychiatrie est déjà organisée en tant que discipline et constitue, à ce titre, une spécialité médicale. Une chaire de pathologie mentale et des maladies de l’encéphale a été fondée en 1879 à la faculté de médecine de Paris et les étudiants en médecine apprennent leur spécialité dans le cadre de l’asile pour aliénés, au chevet du malade. Depuis 1852, les aliénistes (tel est le nom courant à l’époque, celui de psychiatre étant d’un usage bien plus tardif) se retrouvent au sein d’une Société Médico-Psychologique (SMP), sorte d’Académie de médecine dont l’effectif ne fait que croître depuis l’année de sa fondation (1852). Enfin depuis 1843, ils possèdent une revue, Les Annales médico-psychologiques. C’est le journal de référence dans lequel se trouve à la fois des mémoires originaux, les comptes rendus des séances de la SMP, des comptes-rendus d’ouvrages ; de nombreuses pages sont également consacrées aux revues critiques dont le contenu peut intéresser le lectorat de la revue. Ce sont dans ces pages qu’il est tenu informé régulièrement des articles paraissant dans les Archives d’Anthropologie criminelle (AAC). Les deux périodiques sont assez semblables par leur objectif bien que chacun occupe un terrain distinct. Leurs projets éditoriaux respectifs sont orientés vers une revue savante réalisée par des professionnels ouverts aux questions générales et à la réflexion sur le champ qu’ils entendent couvrir ; un champ défini, en l’occurrence, de manière plutôt large. La médecine mentale s’intéresse aux thématiques couvertes par l’anthropologie criminelle pour plusieurs raisons. La première est largement déterminée par la loi. Le Code pénal depuis 1810 considère qu’un individu peut être déclaré irresponsable de son acte criminel. Il faut donc évaluer cette irresponsabilité et progressivement cette fonction délicate est dévolue aux psychiatres. Deuxièmement, la loi de 1838, qui régit les procédures d’internement dans un hôpital psychiatrique, donne mission aux psychiatres d’identifier le sens des atteintes à l’ordre public. Là aussi il leur faut affirmer en quoi les conséquences du délire dont est l’objet un individu peut troubler la paix publique ou mettre en danger autrui. Ces missions ne sont pas sans difficulté et ne sont pas à l’abri de contestations. Troubler l’ordre public ne peut relever systématiquement d’un comportement délirant et le risque d’interner des personnes qui ne sont pas malades apparaît possible aux yeux des contemporains, de la même manière que les psychiatres craignent tous ceux qui simulent la folie, pour échapper par exemple à une condamnation pénale. L’expertise psychiatrique est potentiellement sujette à des débats pour ces raisons. En outre, elle contribue à modifier les conceptions classiques du droit et des notions issues de la philosophie politique sur lesquelles s’appuie toute une tradition juridique et politique. Là encore c’est une véritable confrontation intellectuelle que l’expertise nourrit immanquablement. Il faut donc accompagner la pratique par une certaine réflexion afin de mieux encadrer les arguments légitimant le rôle de l’expertise et ses contenus. Dernière raison enfin de cette proximité des terrains d’études : la violence souvent décrite des malades mentaux les a toujours placés dans une proximité avec l’univers de la criminalité et avec l’apparence du comportement criminel. Pour toutes ces raisons, les rapports entre crime et folie et les rapports entre psychiatrie et droit ne peuvent que difficilement faire l’économie d’interrogations et de réflexions.

La présence de psychiatres

2Chaque année, entre 1887 et 1914, la revue accueille au moins un psychiatre, dans la rubrique des mémoires originaux. Parfois, ce sont plusieurs articles que l’on trouve dans un même volume. Les autres rubriques telles « Revue critique » ou « Notes et observations médico-légales » accueillent également des sujets traités par ces médecins d’un genre particulier. La grande majorité est française et parmi les européens, ce sont les italiens qui sont le plus nombreux. Ils sont un peu plus d’une vingtaine à participer aux AAC et seul un quart environ produit régulièrement des contributions. La majorité d’entre eux appartiennent à une même génération, celle ayant accomplie ses études médicales dans les premières années de la Troisième République lorsque les autorités publiques, ébranlées par la défaite devant l’Allemagne cherchaient à reprendre l’avantage. Cette génération fut également marquée par le sentiment d’un certain déclin de la France, notamment dans ses capacités physiques, propos désormais très diffusé auprès de la population et auquel le corps médical n’était pas insensible. C’était d’ailleurs souvent parmi celui-ci que plusieurs voix s’étaient élevées pour alerter le reste de la population sur les risques d’un amoindrissement généralisé de la vitalité française à cause des attaques répétées dont celle-ci était l’objet : syphilis, alcoolisme, tuberculose, folie, autant de maladies perçues comme des plaies sociales. Sans réaction collective énergique, ces pathologies se transformeraient en véritable gangrène du corps social.

3Par ailleurs, les aliénistes participant à l’aventure des AAC, ont accompli leurs études et ont commencé leurs carrières respectives au moment où leurs confrères exprimaient un intérêt croissant pour les aliénés dangereux ou les aliénés criminels pour reprendre les expressions en usage. Cette orientation s’inscrivait dans des interrogations majeures concernant la prise en charge des malades mentaux. Plusieurs voix s’élevaient pour dénoncer la présence dans les asiles pour aliénés de malades particulièrement retors et récalcitrants et en conséquence très nuisibles pour la tranquillité de l’asile. En outre, les mêmes requéraient de la part du personnel médical des moyens particuliers qui s’ils n’étaient pas prévus mettraient alors en péril leur action thérapeutique. C’est au nom de la spécificité de cette catégorie de malades qu’un débat pour savoir si la construction d’asiles pour aliénés criminels était pertinente traversa la profession aliéniste ainsi que les pouvoirs publics avec plus ou moins d’intensité des années 1880 jusqu’à la Première Guerre mondiale. L’attention portée aux aliénés aux comportements violents et délictueux est devenue parmi les priorités de la profession à partir de cette époque.

Petite typologie du groupe des psychiatres français

4Les contributeurs aux Archives d’archives d’anthropologie criminelle témoignent de cette préoccupation croissante pour les multiples facettes du comportement criminel, pour ses causes et pour ses conséquences. Certains sont, par leurs fonctions, directement investis dans les relations entre délinquance et troubles mentaux. C’est par exemple le cas d’Auguste Motet (1832-1909) qui a exercé dans une maison de correction ou de Paul Garnier (1848-1909), d’Ernest Dupré (1862-1921) qui ont travaillé à l’Infirmerie spéciale du dépôt de la Préfecture de Paris. C’est là qu’étaient placées les personnes accusées d’avoir été menaçantes sur la voie publique ; leur auscultation devenait alors nécessaire afin de savoir si l’état de violence dans lequel elles avaient été trouvées ‘cachait’ un état de démence et nécessitait ou non un internement prolongé. La majorité de ceux inscrits comme experts dans la section médecine mentale près du Tribunal de première instance de la Seine participe à la revue. C’est le cas à nouveau de Garnier et de Dupré mais aussi de Charles Vallon (1853-1924), inspecteur du service des asiles. D’autres se sont spécialisés sur le terrain des rapports entre folie et criminalité comme Emile Laurent (1861-1904) qui a d’ailleurs effectué son internat à l’Infirmerie spéciale, déjà mentionnée ou encore Evariste Marandon de Montyel (1851-1908) médecin chef du service des asiles de la Seine, ou, dans une moindre mesure, Emmanuel Régis (1855-1918) médecin-chef du service des asiles et enseignant à la faculté de médecine de Bordeaux. Il arrive parfois que certains de leurs articles soient également publiés dans une version semblable dans les Annales médico-psychologiques qui consacrent de nombreuses pages à certaines des thématiques des AAC. C’est notamment le cas lors des séances de la Société Médico-Psychologique au cours desquelles la folie criminelle, ou la folie raisonnante ou encore la folie morale, sont discutées, ces appellations recouvrant fréquemment des personnes assez similaires et étant en tout cas des exemples vivants de la thématique de la dangerosité. Finissons pour cette partie sur la personne de Paul Dubuisson (1847-1908). Licencié en droit, docteur en médecine, il devient médecin-chef à Sainte-Anne, l’hôpital psychiatrique en vue de la scène médicale parisienne. Elu à la Société Médico-Psychologique, également membre de la Société positiviste, il est un homme de revues et fréquente les milieux politiques républicains. Il est également un expert près du Tribunal de Paris et enseigne à la faculté de droit, faisant ainsi de lui un personnage un peu à part dans le petit monde des aliénistes, qui sont peu nombreux à rassembler autant de fonctions. Il est également solidement ancré dans le monde des experts puisque sa démarche expertale est considérée comme très compétente. Sa double formation en droit et en médecine en faisait assurément un co-directeur idéal de la revue, mais le rend peu représentatif de la pratique psychiatrique car la plupart de ses confrères, fils spirituels d’Hippocrate, n’ont pas autant d’expériences accumulées.

La psychiatrie d’autres horizons

5Les autres nationalités représentées sont, par ordre d’importance, l’italienne, la russe et l’allemande. Pour la russe, il s’agit d’étudiants ou d’anciens diplômés de la faculté de médecine de Paris. Ce ne sont donc pas de véritables échanges avec une autre culture scientifique mais l’illustration d’une caractéristique de la fin du siècle qui voit les bancs de la faculté de médecine se peupler d’étudiants russes dont un nombre significatif est de sexe féminin. Pour le groupe de langue allemande, il s’agit avant tout du neurologue Moritz Benedikt (1835-1920). Parmi les nombreux intérêts de ce savant, les crânes des criminels ont retenu sa curiosité. Ses contributions dans la revue sont cependant assez peu techniques mais portent sur une présentation de la criminalité dans son pays, l’Autriche. Cet habitué des congrès d’anthropologie criminelle demeure dans une position intermédiaire entre le groupe des Italiens les plus convaincus par le travail de leur maître, Cesare Lombroso et la tradition française incarnée par A. Lacassagne et la revue.

6Les Italiens constituent donc la communauté la plus conséquente et sa présence est digne d’intérêt au vu de la place de cette nation dans la constitution et l’expansion de l’anthropologie criminelle. Force est de reconnaître que la grande majorité des contributeurs italiens à la revue incarne l’anthropologie et la sociologie criminelles ainsi que la médecine légale. Mais parallèlement, on note quelques représentants de la psychiatrie italienne. Il ne s’agit pas d’un groupe très important car celle-ci est encore assez peu développée et on ne note aucun représentant illustre de celle-ci, ce qui n’est pas le cas en revanche pour les autres branches médicales et les sciences de l’homme italiennes représentées dans la revue. Mais cette distinction en terme de spécialités ou a fortiori de disciplines n’a pas toujours grand sens puisque précisément plusieurs de ces savants italiens tentent de les dépasser, ou du moins de recomposer leurs contenus. D’ailleurs, les sujets choisis par les contributeurs ne sont pas, en l’occurrence, très spécifiquement liés à un des savoirs accueillis par la revue. Il convient de raisonner plutôt en terme de thématiques ; celles-ci concernent par exemple le crâne, la morphologie ou encore les instruments et les nouvelles techniques de la médecine légale. Médecine et anthropologie s’enchevêtrent singulièrement dans la carrière et les intérêts de ces universitaires ou de ces médecins italiens travaillant au sein d’asiles pour aliénés. Les Français sont, de ce point de vue, plus encadrés dans un savoir dont les contours nous apparaissent plus clairement. Les frontières disciplinaires sont donc moins nettes en Italie, en partie parce que la constitution des disciplines y est plus tardive qu’en France, notamment pour la psychiatrie. En outre, la plus grande présence en Italie d’universitaires enseignant la psychiatrie facilite les déplacements d’un savoir à l’autre, ce qui ne peut se faire en France du fait de la dimension quasi exclusive d’une psychiatrie d’hôpital.

7Les AAC accueillent des Italiens indépendamment de leurs orientations intellectuelles et scientifiques. L’antagonisme supposé entre une école italienne et une école française (ou plus exactement lyonnaise) n’apparaît pas très nettement. Les points de rencontre sont nombreux et portent sur des éléments essentiels : le crime peut être héréditaire, la grande majorité des criminels ont des ‘tares’ pathologiques qui se transmettent, les détails morphologiques, les malformations en tout genre sont utiles à identifier car elles permettent dans la grande majorité des cas de soupçonner des futurs comportements criminels. Notons que numériquement, les Italiens quelque peu distants de C. Lombroso sont plus nombreux que les afficionados du grand maître de l’anthropologie criminelle italienne parmi les contributeurs aux AAC.

Des thèmes sans orientation ?

8L’ensemble des contributions est assez composite, reflétant l’étendue du champ de l’anthropologie criminelle. Elles révèlent également que les psychiatres ne sont pas toujours au chevet du malade et fréquentent parfois autant les bibliothèques et les récits de voyageurs que les salles de la faculté de médecine. Il faut y voir un héritage d’une conception encore présente à la fin du XIXe siècle de la médecine comme science de l’homme. Toutefois, les études cliniques ne sont évidemment pas bannies des pages de la revue. Les études de cas sont centrales dans cette publication comme dans celles relevant plus étroitement de la médecine et constituent le point de passage obligé pour la construction d’un savoir expérimental sur le crime et ses multiples retombées. En l’occurrence, la revue semble très ‘avide’ d’exemples concrets pris aussi bien dans la réalité sombre de la clinique que dans des histoires insolites de crime ou issus des pratiques singulièrement différentes de peuples lointains. Certains interviennent dans la revue pour donner des articles d’histoire ou évoquer des affaires criminelles qui ont défrayé la chronique en leur temps. Ces psychiatres ne font que prolonger les habitudes des partisans de l’anthropologie criminelle qui fondent leurs propos grâce à des données issues de l’histoire, de l’ethnologie ou de l’anthropologie. C’est d’ailleurs une orientation voulue par G. Tarde, figure essentielle du projet intellectuel incarné par cette revue. Enfin, il faut ajouter l’étude des écrivains, domaine de prédilection des psychiatres depuis que la thématique du génie et de la folie passionne certains d’entre eux. Au final, il y a peu d’articles théoriques ou même simplement prenant un peu de hauteur de vue. Par exemple, les mémoires originaux consacrés à la responsabilité des aliénés sont presqu’exclusivement traités par Dubuisson sur les quasi trente ans d’existence de la revue. Peu avant le premier conflit mondial, deux jeunes psychiatres s’aventurent sur une réflexion sur le crime en société. D’autres font le point sur le rôle de l’hérédité dans les maladies mentales. Mais contrairement à ce que l’on pourrait imaginer au vu des titres, on est loin de synthèse sur la question. La qualité de psychiatre de l’auteur de ce lot d’articles n’a pas toujours une grande importance dans la définition des contenus puisque certains sujets retenus sont également étudiés par d’autres contributeurs aux formations différentes.

Un lien entre les psychiatres : le modèle de la dégénérescence

9Si la tonalité des articles est assez composite, il y a en revanche un lien plus évident entre les auteurs-aliénistes. La majorité d’entre eux soutient une théorie ; celle-ci est connue à l’époque sous l’appellation de théorie des dégénérescences ou doctrine de l’hérédité-dégénérescence. Dans les années 1880, elle ne circule pas seulement à l’intérieur de la communauté psychiatrique mais au sein de l’ensemble des scènes médicales européennes. Elle suscite quelques controverses pour tout un ensemble de raisons en partie liées à son caractère imprécis et aux implications sociales qu’elle véhicule. Les représentants de l’anthropologie criminelle, au delà de leurs orientations, la discutent également beaucoup, comme l’attestent, par exemple, les congrès internationaux d’anthropologie criminelle dont la revue rend compte. La caractéristique des contributeurs aliénistes aux AAC est d’être, dans la grande majorité des cas, des partisans de la théorie des dégénérescences. Elaborée au milieu du XIXe siècle, ses partisans ont cherché à construire un schéma d’interprétations des mécanismes de transmission héréditaire. Il résulta de la diffusion de cette théorie l’idée que les troubles mentaux étaient des pathologies singulièrement héréditaires. Le terme d’hérédité n’a pas été privilégié car il fallait introduire une idée fondamentale de cette théorie : l’aggravation. Le dégénéré, être malade, se distinguait des autres malades par le fait que son mal était non seulement incurable mais s’aggravait à chaque nouvelle descendance. Le terme de dégénéré traduit plus une volonté classificatoire qu’il ne révèle un sens clinique et symptomatologique précis. Il y a de multiples manières de devenir dégénéré et en outre, celui-ci peut être une figure clinique variée puisque le diagnostic se fait en fonction de l’origine des choses et à travers la thématique de l’engendrement tragique. Par conséquent, on rencontre diverses formes de troubles mentaux ainsi que des criminels au sein du vaste tableau des dégénérés. Cela explique que le dégénéré soit l’objet d’autant d’attention de la part des criminologues que des psychiatres puisqu’il peut appartenir aussi bien aux annales du crime qu’à celle de la folie ; et il a même une certaine tendance à appartenir aux deux conjointement. La popularité du dégénéré tient au fait que les partisans d’une hérédité du comportement criminel sont nombreux. En conséquence, il est logique qu’ils s’intéressent à une théorie qui prétend éclairer sur le fonctionnement intime des mécanismes héréditaires. En outre, celle-ci reformule le lien entre criminalité et folie sans pour autant donner une solution parfaitement acceptée. Le dégénéré se rapproche par sa violence et donc par sa dangerosité du comportement criminel. Quant aux criminels identifiés comme tels, certains pourraient bien être des dégénérés. Le cadre théorique de la dégénérescence favorise un rapprochement entre criminalité et folie et recompose en ce sens le lien entre la maladie et la déviance. Pour autant, il n’apporte pas de véritable solution car le degré de rapprochement est précisément un point durable d’achoppement parmi les savants. D’un côté, il y a ceux qui feraient du dégénéré une sorte d’être mixte prenant du déviant et du délirant et de l’autre côté ceux qui préfèrent voir deux manières d’être dégénéré. Entre ces deux bouts de la chaîne des interprétations, les positions intermédiaires sont nombreuses. Les articles autour des signes de la dégénérescence reviennent régulièrement dans la revue. Ils ont pour but d’éclairer le lecteur sur les différentes formes que celle-ci peut prendre. On trouve en particulier des persécutés (l’équivalent moderne du paranoïaque), des fous moraux (l’équivalent moderne du délinquant sexuel) des obsessionnels et/ou impulsifs etc. La liste est bien plus longue mais il est vrai que les AAC donnent avant tout un espace aux personnes relevant de cette proximité entre déviance et pathologie.

10Tout en mettant l’accent sur ce dégénéré, les AAC se font l’écho de l’évolution des discussions autour de la notion de dégénérescence mentale. Car si celle-ci fait l’objet d’un appui certain, il n’en demeure pas moins que la qualification de dégénéré est souvent source de discussions. En outre autour de 1900 la doctrine sur laquelle se fonde la notion de dégénérescence mentale trouve de moins en moins d’adeptes. Ce sont par exemples de jeunes médecins, N. Vaschide (1873-1907) et Cl. Vurpas (1875-1951) qui, en 1902, font paraître un article intitulé « Qu’est-ce qu’un dégénéré ? ». Ils y développent l’idée que la notion est devenue au cours des nombreux remaniements qu’elle a connus plutôt confuse et que d’une certaine manière on ne perçoit plus de ce fait sa pertinence. Par exemple, le jeune docteur G. Génil-Perrin (1882-1964) fait paraître un résumé de sa grande thèse sur le sujet en 1913, l’année de soutenance de celle-ci, dans lequel il fait un historique et appelle parallèlement à modérer l’utilisation de cette notion. L’aliéné criminel, l’enfant pervers et l’uraniste sont les figures privilégiées de la grande classe des dégénérés dans les dernières années du XIXe siècle et les AAC en discutent régulièrement à travers ses différents contributeurs. L’anthropologie criminelle est bien ‘placée’ pour traiter ces entités à la fois cliniques et produits des constructions sociales. En effet, le dégénéré doit être abordé, dans l’esprit médical de l’époque sous différents angles : il convient de mener une étude étiologique et clinique, de se préoccuper de la dimension médico-légale et enfin de reformuler les modalités de la prise en charge d’un être si particulier et connu pour son caractère antisocial. Différentes disciplines doivent donc être mobilisées pour cerner un être dangereux pour la société et qui représente un défi pour les savoirs vu la complexité qu’il traduit. La dégénérescence incarne, dans une histoire des savoirs médicaux, le primat de l’organique et du déterminisme biologique. La psychiatrie a été particulièrement sensible à ces orientations et les psychiatres écrivant dans les AAC en sont une illustration quasi parfaite.

Un espace privilégié pour le sexe malade

11Parallèlement aux articles liés à la dégénérescence, ceux concernant les pathologies sexuelles reviennent aussi fréquemment. Cette thématique n’est pas l’apanage des psychiatres dans la revue. En effet, les anomalies sexuelles et les liens entre criminalité et sexualité contre nature ou contre la loi sont des thèmes fréquents dans les AAC. La dimension médico-légale est souvent l’angle d’approche privilégiée de ce type d’articles. Cet intérêt pour les pathologies sexuelles est, de manière générale, en plein essor. Les mots sont multiples : uranisme, perversion, unisexualité, homosexualité, etc. Les articles présentent dans leur très grande majorité des exemples. Il y a une volonté manifeste de constituer une véritable archive de cas cliniques, des plus étranges au plus inattendus, culture expérimentale oblige. L’interprétation de ces phénomènes lorsqu’elle est clairement fournie, demeure assez commune à l’ensemble des auteurs de la revue. La grille de lecture utilisée repose sur la naturalisation des comportements sexuels. Mais il s’agit aussi de ne pas totalement absoudre ces comportements. C’est bien le produit de la Nature, mais d’une nature déviée ou d’accidents malheureux de l’évolution de l’espèce humaine. Cet intérêt pour la sexualité des criminels est à souligner. Le caractère déviant ou pathologique du criminel ne peut qu’entraîner une sexualité également déviante ou d’origine pathologique. La proximité des articles relevant de ce domaine avec ceux traitant de près ou de loin de dégénérescence est fréquente. Ils se superposent même puisque beaucoup de pathologies sexuelles sont considérées comme des symptômes de dégénérescence ou en tout cas résultent d’individus dégénérés. On pourrait supposer que l’anthropologie criminelle, nouveau savoir, nouvelle discipline prend en quelque sorte possession d’un nouveau domaine d’investigation, la sexualité, et singulièrement la sexualité qui fait problème ou qui relève de l’inattendu. Il y a en effet une fascination pour tout ce qui est prompt à être considéré comme pathologique. Loin d’être censurées, les informations sont fournies au lecteur avec moult détails. Les pathologies sexuelles redessinent les frontières disciplinaires et permettent une collaboration multiple sur un sujet qui relève historiquement de la médecine légale voire du système pénal et pour lequel les psychiatres vont progressivement proposer un schéma d’interprétation dont le pivot est en quelque sorte la médicalisation des conduites sexuelles. Enfin, l’histoire et l’ethnologie des pratiques sexuelles sont également mobilisées, parachevant ainsi l’univers interdisciplinaire de l’anthropologie criminelle.

Conclusion

12Les articles écrits par les psychiatres explorent les archives jusque là insoupçonnées des crimes et des pathologies. C’est un savoir des bizarreries et des différences qu’ils accumulent. Les expériences et les exemples parcourant les articles servent de démonstration pour une rhétorique majeure : le mauvais est le produit d’un déterminisme contre lequel on peut difficilement agir si ce n’est par une prévention vigoureuse à laquelle il faut associer une protection forte. Il y a des individus au sein de la société qui, parce que leur conscience morale est totalement altérée méconnaissent les règles sociales, voire les combattent. Cela oblige à reconsidérer le rapport que le corps social entretient avec cette catégorie d’individus et à reconsidérer le système de jugement que l’on porte sur celle-ci. Les psychiatres participant aux AAC sont convaincus que la préservation sociale doit guider leurs pas d’homme de science et que les fous, et plus encore lorsqu’ils sont criminels, requièrent la dimension légale et sociale du travail du psychiatre. La revue renforce cette orientation de la psychiatrie en lui offrant des pages dans lesquelles ses représentants peuvent développer leurs conceptions, notamment de leurs fonctions et de leurs métiers. Etrangeté et dangerosité sont les deux grilles de lecture pour les psychiatres. Les AAC offrent un bel exemple de ce gouvernement des psychiatres qui sera fustigé par la suite et ce jusqu’à nous, à travers les enseignements de Michel Foucault. Remarquons pour notre part que la contribution psychiatrique dans les AAC est loin de représenter l’ensemble du travail clinique accompli au cours de ces trente années d’existence de la revue dans les rangs de la communauté psychiatrique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Christophe Coffin, « La place de la psychiatrie dans les Archives d’anthropologie criminelle », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la criminologie, 2. Thématiques et théories, mis en ligne le 01 janvier 2006, consulté le 28 mai 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/122

Haut de page

Auteur

Jean-Christophe Coffin

Jean-Christophe Coffin, historien, est maître de conférences à la faculté de médecine de l’université Paris 5 et chercheur associé au Centre Alexandre Koyré (Histoire des sciences et des techniques-UMR 8560)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page