Navigation – Plan du site
2. Thématiques et théories

Le corps criminel dans les Archives d’anthropologie criminelle

Sylvie Châles-Courtine

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

1Le corps occupe une place privilégiée et abondante dans les discours développés par les hommes des Archives de l’anthropologie criminelle (AAC). Outil d’investigations multiples, objet d’observations, de classements, de tris, le corps est au cœur des méthodes empruntées par les criminologues. Il est au centre d’une multitude de débats dans la mesure où il est unanimement considéré comme susceptible de révéler et de donner du sens à la nature criminelle. Si la présence majoritaire de médecins et d’aliénistes peut éclairer en partie le recours massif à l’investigation corporelle comme outil d’élaboration de savoirs sur les criminels, celle-ci n’est pas suffisante pour expliquer l’ancrage du corps dans l’étiologie de la criminalité. D’une manière générale, on peut dire que l’ensemble des auteurs baigne dans un « bouillon de culture commune », qui les conduit à considérer le corps comme l’étalon idéal pour étudier la nature humaine. Ainsi, guidés par Cabanis, inspirés par la phrénologie de Gall, le concept de dégénérescence de B.A. Morel, puis imprégnés des thèses transformistes et évolutionnistes, les hommes des Archives sont résolument animés par l’esprit positiviste de leur siècle. Convaincus de l’existence d’un rapport inéluctable entre le physique et le moral, d’un lien entre la forme et la fonction, la communauté scientifique ne cesse directement ou indirectement d’interroger les liens entre l’âme et le corps et de questionner leurs déterminations réciproques. Dans un tel cadre de pensée, l’organisation physique est considérée comme le siège de penchants qui déterminent les manières d’agir et de penser des individus. L’anthropologie appuie en effet ses thèses sur l’idée que les comportements humains sont en lien avec la constitution physique, le fonctionnement cérébral, mais aussi la race. L’ensemble de ces présupposés cognitifs convergent et rendent incontournable l’étude des organisations physiques, des facultés comme l’élaboration de typologie pour élucider la nature humaine et plus particulièrement l’inquiétante nature criminelle. Les différences physiques étant considérées comme la clé “objective” des distinctions entre les races, entre les classes sociales, entre les hommes, la morphologie, l’anatomie, la craniologie, la physionomie et tous leurs dérivés deviennent les outils privilégiés pour identifier le caractère propre aux criminels. Le corps apparaît ainsi comme la voie d’entrée des analyses transcrites dans les AAC, il est dirait-on aujourd’hui, le corpus de référence de cette communauté scientifique. Et même quand beaucoup se réclament d’un courant mettant l’accent sur le milieu social comme cause de la criminalité, c’est pour mieux signifier les désordres qu’il introduit dans l’équilibre naturel du corps et de ses inclinations. Toiser et mesurer les corps criminels est donc devenu une pratique courante pour répondre à l’ensemble des interrogations qui animent les anthropologues. Il s’agit en effet de spécifier la carte d’identité anatomique des criminels et de dire en quoi et pourquoi celle-ci diffère de celle de l’homme ordinaire. Ainsi, les mémoires originaux présentés dans les AAC rendent compte en abondance d’études anatomiques des crânes et des cerveaux de criminels, de mensurations comparées de la taille, de la tête et de l’envergure de délinquants. De même la question d’un criminel type revendiqué par Cesare Lombroso est largement discutée et controversée, elle est au centre des échanges des différents congrès d’anthropologie criminelle. Car il s’agit pour tous non seulement d’identifier les criminels, c’est à dire d’énoncer leur spécificité anatomique, physionomique, l’ensemble de leurs stigmates, mais également par ces tris et ces classements de dire quelles formes les différents crimes donnent au corps. Le problème est de savoir si le criminel est organiquement et physiquement foncièrement différent des honnêtes gens, s’il relève d’une classe à part qu’il convient de traiter spécifiquement ou si, au contraire, il est un individu ordinaire, marqué provisoirement par une série de stigmates. Lors des congrès internationaux d’anthropologie criminelle, dont on trouve traces dans les Archives, les auteurs tentent de répondre à ces questions récurrentes : quelles interprétations donner aux symptômes relevés sur les corps ? Sont-ils fiables et suffisants pour orienter avantageusement les décisions judiciaires ? Le problème de la distinction entre le criminel et l’aliéné criminel motive bon nombre d’investigations anatomiques par lesquelles les anthropologues pensent pouvoir mettre en évidence l’origine des dysfonctionnements organiques responsables de l’aliénation et ou de la criminalité. Un large consensus s’établit pour admettre la nécessité de prendre en compte les facteurs anatomophysiologiques dans la genèse du crime. Qu’elles soient causes ou effets, les anomalies physiques, physiologiques, mais également physionomiques sont prises en compte dans la dynamique des recherches criminelles. La liste des objets présentés à l’exposition universelle de 1889, confirme d’ailleurs la large place accordée aux corps criminels : des figures, des photographies de criminels, des portraits ainsi que des albums anthropométriques cohabitent dans l’exposition, des moulages en plâtre de crânes de criminels, ceux des cerveaux d’assassins ont également une place de choix. Des dessins grandeur nature de tatouages de détenus, les photos composites d’hommes condamnés pour crime, des têtes de criminels complètent la palette joyeuse de la galerie consacrée à l’anthropologie criminelle : le crâne, l’encéphale, le visage, des collections de moulage destinés à montrer l’influence de l’hérédité morbide sur la forme et le développement des oreilles, des pieds, des circonvolutions cérébrales... Mais pour comprendre davantage la place prépondérante qu’occupe le corps dans l’élaboration des savoirs sur les criminels, l’impasse ne peut être faite sur l’importance de l’optique comme stratégie de la connaissance et sur son lien étroit avec le gouvernement des hommes. En effet la récidive définie dans les années 1880, comme la plus vaste “gangrène criminelle” rend indispensable la constitution de dossiers judiciaires solides, mais également l’élaboration de critères fiables de reconnaissance des populations dangereuses, que l’anthropologie criminelle et l’anthropométrie judiciaire développée par Alphonse Bertillon, proposent d’énoncer. Dans cette perspective, le corps est non seulement considéré comme porteur d’indices, mais également comme étant l’empreinte de l’individu, l’outil essentiel à l’identification. Dans une société où l’impératif d’un regard outillé et spécialisé s’impose de plus en plus nettement, l’art de la preuve passe par l’accumulation de savoirs objectifs sur l’individu que l’examen détaillé du corps vient ici conforter. Il s’agit alors de transformer les signes du corps en moyen de reconnaissance et de faire d’eux un signal. Les contributions scientifiques développées dans les archives à la fin du siècle et au début du 20e siècle rendent compte par ailleurs des évolutions dans l’interprétation des examens des corps criminels. La lecture du crime a évolué singulièrement et si le criminel est considéré sous l’impulsion entre autre de Durkheim, comme un agent régulier de la vie sociale, la question du corps criminel n’est pas pour autant désamorcée, elle prend par contre des trajectoires plus subtiles, plus sinueuses, l’intérêt en particulier, pour des réalités intérieures criminogènes, sourdes et invisibles ouvre de nouvelles perspectives.

2Ainsi, les causes anatomiques et ou physiologiques pour expliquer la criminalité, semblent s’affaiblir au profit d’hypothèses psychologiques considérées comme plus pertinentes. Ce qui apparaît désormais déterminant pour l’analyse, ce n’est plus tant de savoir si les caractères physiologiques ou anatomiques sont singuliers et propres aux criminels, mais plutôt de savoir si ces derniers sont les révélateurs ou les symptômes d’une psychologie et d’un profil extra - ordinaires. Le corps est alors porteur d’un langage qu’il convient de décoder pour mieux cerner l’individualité psychique, celle-ci n’étant au fond comme l’écrit Théodule Ribot que “l’expression subjective de l’organisme”. Loin de disparaître des discours, le corps est au contraire posé comme le principe silencieux du rapport à l’autre. Il est le substrat des interprétations du criminel, il n’est plus le signe ostentatoire d’un déficit de moralité ou de socialité, mais le lieu d’indices précieux qui permet de déchiffrer l’intériorité et de mettre au jour la face cachée de l’inquiétante étrangeté criminelle.

Haut de page

Bibliographie

Blanckaert (Claude), « Les vicissitudes de l’angle facial et les débuts de la craniométrie (1765-1875) », in Revue de synthèse, 1987, 4ème série, n°3-4, pp.417-453.

Brodeur (Jean-Pierre), « La criminologie entre savoir et pouvoir », in Science ou Justice, sous la direction de E. Heilman, Paris, ed. Autrement, 1994,pp.101-119.

Châles-Courtine (Sylvie), Le corps criminel, approche socio-historique des représentations du corps des criminels, Thèse d’Histoire, Paris, EHESS, 2003.

Châles-Courtine (Sylvie), Le corps criminel in Dictionnaire du corps, sous la direction de B. Andrieu, Editions CNRS, 2006.

Clair (Jean), (Catalogue réalisé sous la direction de), L’âme au corps, arts et sciences 1793-1993), Galerie nationale du grand Palais, Octobre 1993- Janvier 1994, Paris, éditions de la Réunion des Musées nationaux.

Debuyst (Christian), Digneffe (Françoise), Labadie (Jean-Michel), Histoire des savoirs sur le crime et la peine, Des savoirs diffus à la notion de criminel né, Bruxelles-Paris, De Boeck, 1998, volume 1.

Labadie (Jean-Michel), Les mots du crime, approche épistémologique de quelques discours sur le criminel, Bruxelles, De Boeck, 1995.

Pheline (Christian), « L’image accusatrice », Les cahiers de la photographie, n°17, 1985.

Renneville (Marc), La médecine du crime, essai sur l’émergence d’un regard médical en France (1785-1885), Thèse d’histoire. Université Paris VII. Septentrion, 1996.

Quelques articles des Archives de l’anthropologie criminelle, classés dans l’ordre chronologique :

Motet, « Rapport sur l’exposition d’anthropologie criminelle », AAC, 1886.

Herbette (Louis), « Sur l’identification parles signalements anthropométriques », AAC, 1886.

Manouvrier (Léonce), « Les crânes des suppliciés », AAC, 1886.

Lombroso (Cesare), « Note sur l’épilepsie criminelle », AAC, 1887.

Frigerio (L), « L’oreille externe », AAC, 1888.

Fallot (A), « Le cerveau des criminels, Notes sur deux assassins », AAC 1889.

Benedikt (M.), « Etude métrique du crâne de Charlotte Corday », AAC, 1890.

Laurent (E.) « Observations de quelques anomalies de la verge chez les dégénérés criminels », AAC, 1892.

Debierre (Charles), « La tête des criminels, La craniologie et le crime », AAC, 1893.

Baer (A.) « Tatouage des criminels », AAC, 1895.

Marty (J.) « Développement physique des délinquants », AAC, 1898.

Marty (J), « Etudes statistiques sur la taille dans ses rapports avec le genre de délinquance », AAC, 1901.

Perrier (C.) « Cheveux, barbe, sourcils et iris, chez les criminels », AAC 1907.

Martin, (E.) « Etude de l’asymétrie crânienne », AAC 1907.

Boigey (M. ) « Les détenus tatoués, leur psychologie », AAC 1910

Ladame (C. ) « Homosexualité originaire et homosexualité acquise », AAC, 1914.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Châles-Courtine, « Le corps criminel dans les Archives d’anthropologie criminelle », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la criminologie, 2. Thématiques et théories, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/124

Haut de page

Auteur

Sylvie Châles-Courtine

Sylvie Châles-Courtine est enseignant-chercheur au Centre interdisciplinaire de recherches appliquées au champ pénitentiaire (ENAP). Ses travaux portent sur l’histoire des représentations du criminel, l’analyse de la construction des figures criminelles dans la presse et la littérature au XIXe et XXe siècle. Les problématiques liant le corps, les déviances et les institutions sont au centre de ses recherches.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page