Navigation – Plan du site
Articles

Le faux-monnayage dans le Puy-de-Dôme du Second Empire à la Belle Époque : du mythe à la réalité

Sébastien Soulier

Résumés

L’émission et la fabrication de fausse monnaie ne représentent que 1,6 % des affaires jugées par la cour d’assises du Puy-de-Dôme entre 1852 et 1914, soit 54 accusés en plus de 60 ans. Est-ce pour autant un crime exceptionnel au sens médiatique du terme ? La représentation du faux-monnayage dans la presse locale au XIXe siècle et à la Belle Époque a ceci de spécifique qu’elle est soumise à deux idées que l’on se fait du crime, celle d’une criminalité mythique empreinte de folklore et de mystère, et celle d’actes sans envergure commis par des individus et dans des conditions tout à fait banales, voire insignifiants. Cette réflexion a pour but d’approcher à la fois la figure médiatique du faux-monnayeur dans la presse puydomoise et la réalité socioprofessionnelle de cette criminalité à partir des arrêts de la cour d’assises du Puy-de-Dôme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Citons, pour le XIXe et le XXe siècles, les articles de Christophe Lastécouères, de Bernard Traimo (...)
  • 2  Traimond (Bernard), « La fausse monnaie au village », Terrain [En ligne], 1994, n° 23, p.2.
  • 3  On doit à Alain Goulet la révélation des sources du romancier. L’auteur propose, dans son article (...)
  • 4  Pour l’époque moderne, la bibliographie est plus abondante. Voir notamment les travaux d’Arnaud Cl (...)
  • 5  Estève (Christian), Histoire d’un leveur du Nord Cantal : François Chabrier (1816-?), Champs-sur-T (...)
  • 6  Gerbe (Léon), Hurlande le rebelle, Paris, Colbert, 1946. Réédité en 1998.
  • 7  Dans la vallée de la Rhue, à proximité de Condat-en-Fenier, on peut visiter la Grotte des faux-mon (...)
  • 8  Accessibles aux Archives départementales du Puy-de-Dôme.
  • 9  L’Ami de la Patrie (1848-1856), le Journal du Puy-de-Dôme (1852-1860), le Moniteur du Puy-de-Dôme (...)

1Peu d’études sont consacrées au faux-monnayage au XIXe siècle et à la Belle Époque, et encore moins à sa représentation médiatique1. La rareté des crimes de fabrication et d’émission de fausses monnaies jugés par les cours d’assises (1,6 % des jugements sur la période 1852-1914 dans le Puy-de-Dôme) et l’absence de grands débats politiques et économiques sur la question expliqueraient-elles ces lacunes de l’historiographie contemporaine2 ? On trouve certes dans l’actualité criminelle des grands quotidiens nationaux quelques affaires exceptionnelles, comme celle des faux-monnayeurs du Luxembourg en 1906-1907, principale source d’inspiration d’André Gide pour son roman éponyme3, mais cela ne semble pas suffisant pour faire du faux-monnayage un objet d’étude à part entière4. Et pourtant, il n’est pas une région où l’on ne découvre pas, en discutant avec les habitants ou en feuilletant la production littéraire locale, quelques histoires de brigands faux-monnayeurs ayant sévi plus ou moins longtemps dans une commune ou un canton. En Auvergne, on pense notamment à François Chabrier, un cantalien du milieu du XIXe siècle qui, dans sa longue carrière de malfaiteur, s’est laissé tenter par la fabrication de faux billets5. À partir de ce personnage est née une légende alimentant la littérature locale6 et associant durablement quelques lieux insolites aux exploits du bandit7. La cour d’assises de Riom n’a pas offert aux annales judiciaires du département de célèbres faux-monnayeurs, laissant dans l’ombre quelques 54 accusés jugés pour émission et/ou fabrication de fausse monnaie par les jurés du Puy-de-Dôme entre 1852 et 1914 ? Ont-ils bénéficié d’un éclairage médiatique particulier qui aurait fait d’eux, le temps d’un procès, de dignes successeurs locaux de Mandrin et Cartouche ? Pour étudier d’une part la réalité statistique du faux-monnayage et d’autre part sa représentation médiatique, nous avons parcouru l’ensemble des arrêts de la cour d’assises du Puy-de-Dôme8 et recensé tous les articles de la presse locale relative à ces affaires de 1852 à 1914. Nous avons d’abord voulu évaluer l’impact de ces crimes dans les colonnes des principaux journaux clermontois9, pour ensuite confronter les particularités de cette exposition médiatique aux informations délivrées par les sources judiciaires. L’étude de l’actualité criminelle permet également d’entrevoir les procédés de fabrication de la fausse monnaie et les techniques d’émission employés par les accusés. Leur traitement médiatique fait également l’objet de notre attention. Enfin, pour clore cette réflexion, nous nous attardons sur la réponse judiciaire apportée à ce type de crimes à travers les trois temps de la procédure criminelle : l’arrestation, l’instruction et le procès.

Le faux-monnayage et la chronique judiciaire

  • 10  Moniteur du Puy-de-Dôme, 28/10/1890.
  • 11  Moniteur du Puy-de-Dôme, 29/10/1890.
  • 12  Moniteur du Puy-de-Dôme, 06/12/1885.
  • 13  Petit Clermontois, 12/01/1894.

2L’actualité criminelle liée au faux-monnayage se compose, pour l’essentiel, de trois types d’article : les annonces d’arrestation, les articles liés à l’instruction judiciaire et les comptes-rendus d’audience. Le 28 octobre 1890, le Moniteur publie une dépêche annonçant l’arrestation des frères Jean et Michel Guerre, accusés d’avoir mis en circulation des fausses pièces de un et deux francs à la foire de Saint-Amand-Roche-Savine10. Le lendemain, le quotidien revient sur ce qu’il désigne déjà comme « l’affaire des faux monnayeurs de Saint-Amand-Roche-Savine11 ». On résume alors en quelques lignes la façon d’opérer des accusés, l’alerte donnée aux autorités et les premiers résultats des investigations judiciaires. Naturellement, une arrestation mouvementée et/ou une perquisition fructueuse augmentent sensiblement l’intérêt porté aux événements. Le 6 décembre 1885, c’est encore le Moniteur qui annonce l’arrestation d’Antoine Claustre et d’Alexandre Seguin pour émission de fausses pièces de cinq francs à Arlanc. La perquisition organisée à leur domicile permet la découverte de « tout un atelier de faux-monnayeurs12 ». Quant au Petit Clermontois, ilretient de l’arrestation de Laurent Valleix, le 12 janvier 1894, la filature menée par le brigadier de police Mégissol, le flagrant délit d’émission dans une auberge et la tentative de fuite de l’accusé une fois celui-ci interpellé : « le brigadier dut soutenir une véritable lutte contre lui : il appela à l’aide, un jeune homme témoin de la lutte et des consommateurs de l’auberge Mallaret qui avec un empressement digne d’éloges, vinrent au secours du brigadier13 ». L’intérêt porté par la presse aux enquêtes liées au faux-monnayage ne va généralement pas plus loin, et très peu d’instructions judiciaires bénéficient d’une couverture médiatique digne des grandes affaires criminelles.

  • 14  Le Petit Clermontois consacre deux articles à l’affaire, le 14 et le 16 décembre 1889.
  • 15  Nom donné aux cabanes de vignerons dans la Limagne.
  • 16  Moniteur du Puy-de-Dôme, 09/01/1899.

3L’écho médiatique des crimes d’émission et de fabrication de fausse monnaie dépend donc, actualité à sensation oblige, du caractère exceptionnel des événements relatés : le nombre d’individus arrêtés, l’importance de la somme mise en circulation et enfin la couverture géographique des exactions. Deux affaires ont retenu l’attention de la chronique puydomoise plus de deux jours entre 1852 et 1914 : celle d’Issoire en 1889 et celle de Thiers en 1899. En décembre 1889 à Issoire, plusieurs perquisitions réalisées au domicile de deux couples surveillés et suspectés d’émission de fausses pièces de un franc permettent la découverte d’un véritable atelier installé dans deux appartements d’un immeuble du centre ville. On évoque la possibilité d’une émission de plus de 100 francs à Issoire et plus encore dans les environs. Les faux-monnayeurs sont immédiatement arrêtés et trois d’entre eux, Jean-Joseph Rochon, Françoise Bussy et Marie Dechavanne, sont condamnés le 26 février 1890 à des peines de travaux forcés et de réclusion. Le Moniteur fait de l’affaire l’information majeure de son actualité locale et y consacre un article quotidiennement pendant quatre jours14. Dix ans plus tard, une nouvelle affaire fait frémir la chronique judiciaire des journaux clermontois. Le 5 janvier 1899, on annonce une double perquisition à Thiers et à Limoges. La première, au domicile d’un couple de couteliers, permet la découverte d’un atelier de faux-monnayeurs, la seconde, dans un hôtel, amène la découverte d’une malle contenant 850 francs en fausses pièces de cinquante centimes, de un et de deux francs. Pierre-Antoine Bostmembrun à Limoges et les époux Dézulier à Thiers sont arrêtés et un lien familial est révélé entre les trois individus. Dès le lendemain, on annonce la découverte d’un autre atelier dans une tonne15 au milieu des vignes à Montferrand où se cachait un certain Jean Baragoin tandis qu’à Limoges, un nouveau complice de Bostmembrun est découvert et arrêté. Tout laisse présager une affaire d’envergure nationale, et la presse de Limoges (le Courrier du Centre et le Petit Centre) accompagne quotidiennement la couverture médiatique des journaux puydomois. Le Moniteur y consacre cinq articles du 5 au 9 janvier 1899. Finalement, on apprend que l’affaire de Montferrand n’a aucun lien avec celle de Thiers et de Limoges, et qu’il se pourrait « que ce fût devant les assises de la Haute-Vienne que se terminât cette affaire des faux-monnayeurs16 ». Il n’en faut pas plus pour que l’intérêt de la presse clermontoise pour l’affaire cesse brutalement.

  • 17  Moniteur du Puy-de-Dôme, 17/02/1897.
  • 18  Avenir du Puy-de-Dôme, 30/05/1911.
  • 19  Moniteur du Puy-de-Dôme, 11/08/1893.

4La taille des comptes rendus des procès en assises est à l’image de l’intérêt porté à l’instruction : quelques lignes pour les affaires jugées banales, une à plusieurs colonnes pour les affaires plus importantes. Dans la plupart des cas, les débats ne suscitent pas de réel engouement médiatique : « C’est une banale affaire d’émission de fausse monnaie qui les amène sur les bancs de la Cour d’assises », lit-on en 1897 à propos de Jean Barbier et Jean Boudet, accusés d’émission de fausses pièces de un franc dans les auberges du canton de Thiers17. On s’accorde même à dire qu’il s’agit généralement de procès ennuyeux. La succession des victimes à la barre des témoins s’apparente à une longue litanie de dépositions identiques dont les chroniqueurs se passeraient volontiers. Le 29 mai 1911, alors que l’on juge Hippolyte-Joseph Gras et Berthe-Elise Boulanger pour fabrication et émission de fausses pièces de un franc à Billom et à Clermont-Ferrand, l’Avenir affirme simplement qu’« après les aveux des deux accusés, l’audition des témoins ne présente pas grand intérêt18 ». Les accusés, eux-mêmes, ne sont pas forcement des plus captivants. L’interrogatoire de Marie-Joseph Breysse, accusé en août 1893 d’émission d’une fausse pièce en or de dix francs « est loin de présenter un bien grand intérêt » selon le Moniteur19. Les attentes déçues de la chronique face à ses affaires sans envergure sont encore clairement énoncées par l’Avenir le 4 août 1900, lorsque sont jugés les accusés Jean-Pierre-François Carrère et Raymond Degeilh pour fabrication et émission de fausses pièces de deux francs à Riom :

  • 20  Avenir du Puy-de-Dôme, 04/08/1900.

« Nous avons déjà dit combien les affaires de la session d’août 1900 étaient de celles que l’on voit habituellement devant la cour d’assises et qui ne présentent que le plus médiocre intérêt. L’affaire qui vient aujourd’hui ne nous fera pas mentir. Carrère et Degeilh n’ont rien d’intéressant20 ».

5Le message est clair : la chronique judiciaire ne se contente, ni ne se satisfait de ces faux-monnayeurs du dimanche aux compétences et aux carrures médiocres. Le mythe du brigand habile et audacieux se brise face aux réalités sociales du crime de faux-monnayage, perpétré dans la grande majorité des cas par des individus déclassés ne prétendant aucunement porter l’étendard de la grande criminalité.

Portraits de faux-monnayeurs

  • 21 Le fait que les faux-monnayeurs soient majoritairement des hommes jeunes n’est pas une spécificité (...)
  • 22  Nous rejoignons encore sur ce point les résultats de Matthieu De Oliveira. Les faux-monnayeurs esp (...)
  • 23  De Oliveira (Matthieu), « Fraudeurs, faussaires et faillis : étude sur la criminalité d’affaires a (...)
  • 24  Moniteur du Puy-de-Dôme, 04/08/1900.
  • 25  Moniteur du Puy-de-Dôme, 22/05/1908.
  • 26  Journal du Puy-de-Dôme, 19/11/1857.
  • 27  Moniteur du Puy-de-Dôme, 11/08/1893.

6Entre 1852 et 1914, la cour d’assises du Puy-de-Dôme juge 28 affaires et 54 accusés de fabrication et/ou d’émission de fausse monnaie. Composés essentiellement d’hommes (10 femmes pour 44 hommes), 65 % de ces accusés ont entre 21 et 40 ans21. Dans leur grande majorité, ils ont déjà eu affaire avec la justice (65 % des accusés, résultat comptabilisant les non-lieux et à les acquittements)22. Les faux-monnayeurs présents sur le banc des assises du Puy-de-Dôme sont-ils tous pour autant de « dangereux repris de justice », comme se plaisent à les présenter régulièrement les chroniqueurs judiciaires ? En réalité, on distingue plusieurs catégories d’individus à partir de leurs antécédents judiciaires. Les plus nombreux sont ceux qui cumulent les condamnations légères liées à une vie d’errance à la fois sociale et professionnelle, « gens de peu, marqués par un dénuement sociale et économique qui peut aller jusqu’au vagabondage et à l’ivrognerie. De simples filous à la petite semaine, ils deviennent des criminels d’occasion, qui recourent à ce moyen pour se procurer quelque menue monnaie23 ». On trouve pêle-mêle dans leur parcours vols, vagabondage, mendicité, coups et blessures, désertion, délits de chasse et de pêche, contrebande d’allumettes, évasion, proxénétisme, attentats aux mœurs etc. Pour ces accusés au passé judiciaire bien rempli, la fabrication ou l’émission de fausses monnaies n’est pas une spécialité, mais plutôt un moyen parmi tant d’autres, de générer quelques revenus. D’un siècle à l’autre, le profil de ces accusés, leur statut de déclassés et la nature de leurs démêlés avec la justice ne varient guère. En 1900, Carrère et Degeilh mènent, selon le Moniteur, une « existence d’hommes hors-la-loi et en lutte avec la société et ses représentants24 ». On trouve ensuite, en moins grand nombre, les accusés ayant déjà une expérience dan le domaine du faux-monnayage. Marie Veyriac fut poursuivie une première fois et acquittée en 1901, « avec son frère et sa belle-sœur devant la cour d’assises de l’Aveyron, pour fabrication de fausse monnaie » avant d’être jugée par la cour d’assises du Puy-de-Dôme le 22 mai 1908 pour émission25. Les poursuites antérieures aboutissant à des non-lieux ou à des acquittements pèsent lourdement dans les dossiers de l’accusation, l’idée communément admise étant que ces accusés sont d’abord des coupables chanceux (absence de preuves, indulgence du jury) avant d’être des innocents blanchis. Sont-ils pour autant considérés comme des faux-monnayeurs de profession ? Pas tout à fait. Si l’on voit en eux des habitués de l’usage de la fausse monnaie, l’absence d’un savoir-faire voue leur entreprise à ne générer aucun profit substantiel, et à partir de là, leur dangerosité est relativisée. Enfin il y a les autres : ceux au casier judiciaire vierge mais dont la réputation est mauvaise, comme ce Pierre Gravière que l’on juge le 17 novembre 1857 pour fabrication et tentative d’émission de fausses pièces de deux francs. C’est, selon le Journal du Puy-de-Dôme, un jeune cultivateur connu pour être « paresseux, bambocheur et d’une moralité fort douteuse26 ». Rares, finalement, sont les accusés bénéficiant d’un portrait bienveillant de la part de la chronique judiciaire. Tout au plus insiste-t-on, dans certains cas, sur la misère sociale de l’accusé, non pas pour excuser le crime, mais pour comprendre le passage à l’acte. Lors de son interrogatoire, Marie-Joseph Breysse « déclare qu’il a quitté la Compagnie du chemin de fer parce qu’il touchait seulement 3 fr. 50 par jour en qualité de manœuvre et que ce salaire n’était pas suffisant pour le faire vivre ». Pour le Moniteur, ce faux-monnayeur-là n’a rien d’un « criminel endurci27 ».

7Mais existent-ils réellement, ces faux-monnayeurs endurcis, et de quoi ont-ils l’air ? Le nombre et la gravité des condamnations sont loin d’être les seuls facteurs déterminant si oui ou non la justice a affaire à un criminel de grande envergure. On attend d’un faussaire de profession de l’audace, mais aussi de la forfanterie, de la ruse et de l’intelligence. Philippe-Auguste Deharme, que nous avons déjà évoqué à plusieurs reprises, semble convenir aux attentes de la chronique judiciaire des premières années du Second Empire : « son langage annonce un cynisme révoltant, et loin de chercher à atténuer ses crimes par une apparence de repentir, il les déroule sous les yeux du jury avec un certain orgueil ». Il suit les débats « le sourire sur les lèvres » et entend le verdict « avec un air de contentement et se frottant les mains ». Presque quarante ans plus tard, en 1891, l’attitude de Michel Guerre, l’un des faux-monnayeurs de Saint-Amand-Roche-Savine, semble également correspondre à celle d’un criminel de profession :

  • 28  Petit Clermontois, 26/02/1891.

« Suivant la coutume chère à tous les récidivistes de sa catégorie, Guerre discute un à un les articles de son casier judiciaire que lui rappelle M. le président. Celle-ci était injuste, celle-là a été exagérée ; pour une troisième, Guerre, moins heureux que ses complices, a supporté – bien malgré lui ! – toutes les rigueurs de la justice28 ».

  • 29  Avenir du Puy-de-Dôme, 17/02/1897.

8Ces individus au tempérament bien trempé demeurent néanmoins exceptionnels, la très grande majorité des accusés cherchant davantage à sauver leur peau plutôt qu’à fanfaronner devant le jury et les magistrats. « Le mot de faux-monnayeur évoque généralement l’idée de personnages doués de hautes qualités d’intelligence et d’adresse », rappelle l’Avenir lors du procès en février 1897 de deux accusés d’émission de fausses pièces d’un franc, « mais tel n’est point le cas des deux accusés Boudet et Barbier. On s’étonne qu’ait pu germer l’idée de fabriquer et d’émettre de la fausse-monnaie29 ». Même déception, mot pour mot, deux ans plus tard, dans l’affaire Baragoin évoqué précédemment :

  • 30  Moniteur du Puy-de-Dôme, 04/06/1899.

« Le crime de fabrication de fausse monnaie évoque l’idée de personnages mystérieux d’une grande intelligence, d’une habileté extrême, doués surtout d’une rare ingéniosité qu’ils mettent à profit pour écouler leurs produits. On se tromperait étrangement en s’imaginant que Baragoin, l’accusé d’aujourd’hui, possède toutes ces qualités. À le voir, avec son air naïf, son regard terne, son front étroit, sous lequel ne s’agitent certainement pas de vastes pensées, on ne se douterait pas qu’il y a en lui l’étoffe d’un faux-monnayeur30 ».

  • 31  Estève (Christian), « Du leveur au “ rapiat ” : François Chabrier de Condat (1816-?) », Patrimoine (...)
  • 32  Estève (Christian), Histoire d’un leveur du Nord Cantal : François Chabrier (1816-?), op.cit.

9Une autre idée tenace à propos des faux-monnayeurs est celle qui veut qu’ils agissent toujours en bande. Louis Canler, chef de la sureté de Paris de 1849 à 1851, rappelle en 1852 que « de toutes les catégories de voleurs traduits sur les bancs de la cour d’assises depuis 1832 jusqu’à ce jour [au début des années 1860], la catégorie des faussaires est la seule qui ait été organisée en bande proprement dite31 ». Sous le Second Empire, la pratique du faux-monnayage est en effet souvent associée à des bandes de brigands ou d’escrocs aux activités illégales multiples. Christian Estève étudie les spécificités des leveurs du Cantal dans la première moitié du XIXe siècle32. Les annales judiciaires du Puy-de-Dôme disposent également de quelques exemples d’escrocs agissant en bande dans une zone géographique précise. En 1856, le procès de trois faux-monnayeurs : Espirat, Vauris et Poulon, donne l’occasion au Journal du Puy-de-Dôme de revenir sur les pratiques des piqueurs :

  • 33  Journal du Puy-de-Dôme, 22/08/1856.

« Le canton de Saint-Dier est l’endroit où la pépinière des piqueurs a pris naissance, et Dieu sait si elle a multiplié dans cette terre féconde ! Heureusement les efforts et la surveillance active de l’autorité en ont diminué le nombre. On appelle piqueurs ceux qui, à l’aide de gravichoux (faux passeports) ou de guillaudoux (faux certificats), exploitent la pitié publique, en se disant victimes de l’incendie ou de l’inondation33 ».

  • 34  Il faut y ajouter les quelques affaires où un ou plusieurs complices se sont échappés lors de l’ar (...)
  • 35  Moniteur du Puy-de-Dôme, 03/12/1875.
  • 36  Petit Clermontois, 14/12/1889.
  • 37  Moniteur du Puy-de-Dôme, 24/11/1911.
  • 38  Avenir du Puy-de-Dôme, 30/05/1911.

10L’idée que le faux-monnayage se pratique essentiellement en bande correspond assez bien avec la réalité statistique des jugements de la cour d’assises du Puy-de-Dôme : sur les 28 affaires étudiées, 15 concernent des crimes commis par plusieurs individus34. Plus que des associations criminelles organisées, il s’agit généralement de bandes de deux ou trois compagnons d’infortune sans véritable autorité hiérarchisée. Gendre, Mignon, Phelut et Tournadre, accusés le 30 novembre 1875 pour tentative de fabrication de faux billets de banque, composent selon le Moniteur une « collection curieuse de personnages que leur coupable industrie n’a guère enrichis35 ». Il peut également s’agir de couples, souvent illégitimes, comme les deux « ménages interlopes » d’Issoire en 188936. À la fin du XIXe siècle, alors que les menaces apache et anarchiste concentrent l’attention des journaux et alimentent le sentiment d’insécurité, chaque arrestation de faux-monnayeurs donne l’occasion d’insister sur l’existence probable de bandes organisées, aux ramifications s’étendant dans tout le pays et menaçant gravement les rouages de l’économie locale et nationale. En janvier 1911, lors de l’arrestation de Berthe Boulanger et d’Hyppolite Joseph Gras (qui se présente alors sous le nom de Louis Piart), le Moniteur et l’Avenir seront encore convaincus d’être en présence d’une affaire sensationnelle : « Les a-t-il fabriquées lui-même ? ou bien n’est-il qu’un comparse chargé de l’écoulement des monnaies fabriquées par d’autres ? On l’ignore encore », affirme le Moniteur, « Mais tout porte à croire que Piart et Berthe Boulanger font partie d’une bande organisée qui opère dans notre région depuis un certain temps. De plusieurs points du Centre de la France, en effet, on a signalé la diffusion de ces fausses pièces de un franc à l’effigie de la “ semeuse ” et au millésime de 190937 ». Mais très rapidement, le sensationnel s’estompe quand, après quelques jours d’enquête, on se rend compte que les faits ne concernent finalement que ces deux individus, et que l’émission ne dépasse pas les limites du canton de Clermont-Ferrand. L’Avenir reconnaît au procès avoir « cru tout d’abord que les deux accusés faisaient partie d’une bande internationale de faux-monnayeurs, merveilleusement organisée. On a dû reconnaître depuis, qu’il n’en était rien, et que Gras n’était pas un faux-monnayeur de haute envergure, il n’était qu’un apprenti qui se laisse pincer dès sa première tentative38 ».

Des outils, un atelier et du savoir-faire

  • 39  On constate ici une différence significative avec les observations de Matthieu De Oliveira sur le (...)
  • 40  La création de l’Union Monétaire Latine le 23 décembre 1865 institue une organisation monétaire fo (...)
  • 41  Au début du XXe siècle, l’alliage d’antimoine et d’étain fait son apparition.
  • 42  L’âge d’or des faux billets ne commence qu’au début du XXe siècle, Caporossi (Olivier), Lastécouèr (...)
  • 43  Comme c’est le cas dans l’affaire des faux-monnayeurs du Luxembourg, le Figaro, 16/09/1906.
  • 44  Ami de la Patrie, 19/06/1853.
  • 45  Petit Clermontois, 31/05/1887.
  • 46  Confavreux (Joseph), « Usages sociaux et politiques de la monnaie en Dordogne dans la première moi (...)
  • 47  Moniteur du Puy-de-Dôme, 20/08/1887.
  • 48  Petit Issoirien, 21/12/1889.
  • 49  Moniteur du Puy-de-Dôme, 14/12/1889.

11Les affaires rencontrées aux assises du Puy-de-Dôme concernent essentiellement des fausses pièces d’argent de un, deux et cinq francs39. La monnaie à l’effigie de Louis-Philippe est la plus courante jusqu’au début des années 1890, remplacée progressivement par celle à l’effigie de Napoléon III jusqu’au début du XXe siècle. La monnaie à l’effigie de la République se répand quant à elle à partir de la fin des années 1880. Rien d’extraordinaire donc dans le choix des faussaires : leurs contrefaçons suivent l’évolution de la monnaie que l’on retrouve dans les transactions quotidiennes de la population. Après 186540, on trouve d’ailleurs un certain nombre de pièces belges et italiennes aux effigies de Victor Emmanuel II, d’Humbert Ier et de Léopold II. Le principal matériau employé pour fabriquer les fausses pièces d’argent ne change pas pendant toute la période : toutes sont en plomb allié avec de l’étain et/ou du cuivre41. Une seule affaire de faux billets de banque est jugée par la cour d’assises du Puy-de-Dôme le 30 novembre 187542 et deux affaires concernent des répliques en cuivre de pièces en or (des Napoléon III de dix francs) en 1887 et 1893. Rien à voir toutefois avec un quelconque trafic de fausses pièces en or fabriquées en Espagne et mises en circulation en France par le biais de complexes réseaux43, ces fausses pièces en or sont des fabrications locales, comme la plupart des fausses pièces d’argent. La qualité des contrefaçons est rarement au rendez-vous : en 1853, les pièces du prisonnier Deharme deviennent noires et ternes après un jour44, celles émises par une certaine Eugénie Médicis dans le courant de l’année 1887 ne sont guère mieux : « L’inscription en relief est grossière. Elles sont luisantes et glacées, le pourtour grossièrement tailladé, le son mat45 ». Rien d’étonnant à ce que l’on retrouve aux assises une majorité de contrefaçons grossières, la piètre qualité des pièces étant justement la cause principale des arrestations de faux-monnayeurs. On peut d’ailleurs penser qu’un certain nombre de faussaires, plus adroits ou plus rusés que d’autres, échappent durablement à la justice, et que les affaires judiciaires ne soient que « l’écume visible d’une circulation récurrente de pièces falsifiées46 ». En témoignent ces avertissements publiés par la presse informant la population de la circulation de fausses pièces d’excellente facture et suivis d’aucune annonce d’arrestation. En août 1887, le Moniteur prévient ses lecteurs de l’existence de fausses pièces de 20 francs à l’effigie de Napoléon III, au millésime 1865 : « Elles sont parfaitement imitées, ont le poids et le son des véritables pièces de 20 fr. Il faut s’y prendre à plusieurs fois pour distinguer les vraies des fausses ; seule la couleur de l’or est plus mate, et le diamètre de la pièce plus grand47 ». Il faut toutefois rester prudent à l’égard de l’appréciation, par la chronique, de la qualité des fausses pièces rencontrées, celle-ci pouvant sensiblement varier d’un journal à l’autre, égratignant pour le coup la crédibilité du discours médiatique. Dans l’affaire des faux-monnayeurs d’Issoire de 1889, le Petit Issoirien affirme que les fausses pièces sont grossièrement imitées : « elles avaient l’aspect grisâtre du vieux plomb et présentaient de nombreuses imperfections de forme ; la tranche, ainsi que l’exergue, avait de nombreuses marques ; elles étaient en outre savonneuses au toucher48 ». Le Moniteur n’est pas du même avis : selon lui, les pièces « imitent parfaitement les pièces vraies, à part un certain brillant caractéristique, mais assez semblable à celui des pièces neuves49 ».

  • 50  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/02/1886.
  • 51  Petit Clermontois, 26/02/1891.
  • 52  Moniteur du Puy-de-Dôme, 03/12/1875.
  • 53  Avenir du Puy-de-Dôme, 19/05/1900.
  • 54  Moniteur du Puy-de-Dôme, 30/05/1911.

12À chaque procès, la question de l’habileté des faussaires est donc posée, et aux faux-monnayeurs du dimanche s’opposent, encore une fois, les faux-monnayeurs de profession. Les premiers, aux fabrications médiocres, sont les plus nombreux et les moins dangereux : « Ce sont de grossiers imitateurs ou contrefacteurs de pièces de monnaie d’argent », lit-on à propos d’Antoine Claustre, Alexandre Seguin et sa femme Célestine Clermontois, tous trois accusés en février 1886 de fabrication et d’émission de fausses pièces de cinq francs50. Quant à Michel Guerre le récidiviste, il n’est vraiment pas habile pour un « cheval de retour » constate le Petit Clermontois en 1891, « son imagination, si elle est féconde, n’est pas non plus très heureuse dans ses créations51 ». Les faux-monnayeurs de profession, quant à eux, en plus d’être habiles, sont généralement instruits et intelligents. Ils sont peu nombreux, deux ou trois dans le cadre de notre étude, mais présente tous un profil similaire. Michel Minion, dit Mignon, est horloger : « c’est le savant de la bande, l’homme habile sur lequel les autres fondent leurs espérances52 ». Ces professionnels de la fausse monnaie peuvent, dans certains cas, avoir des connaissances scientifiques solides, comme Marius-Joannès Venet qui est un « faux-monnayeur de profession. Intelligent, il possède des connaissances d’électricité et de galvanoplastie qu’il emploie avec succès dans sa fabrication criminelle53 ». Enfin, l’interrogatoire d’Hyppolite Joseph Gras par le président d’audience en 1911 s’apparente à une tribune offerte au faussaire qui expose son savoir-faire. « Avec complaisance, Joseph Gras nous explique le mécanisme [des moules retrouvés à son domicile]. L’accusé manifeste le regret de n’avoir pas toujours réussi dans cette fabrication. Il dit : - Les moules que vous voyez là, Messieurs les jurés, ne m’ont pas servi ; ils sont mauvais ; remarquez qu’il suffit du moindre globule d’air pour perdre un moule ». Le président, visiblement enthousiasmé, lui répond : « Mais vos pièces paraissent être des pièces de bon aloi !... Vous protestiez tout à l’heure quand je vous disais qu’elles étaient bien imitées. Vous aviez tort ! » et à Gras de conclure : « Oh ! l’on peut faire mieux54 ».

  • 55  Excepté pour Baragoin qui entreprit de fabriquer ses pièces dans une tonne, au milieu des vignes.

13Les comptes rendus d’audience et les actes d’accusation nous renseignent assez bien sur les ateliers et les procédés de fabrication de la fausse monnaie. Point de grottes ni de caches ou laboratoires mystérieux en ce qui concernent les affaires jugées par la cour d’assises du Puy-de-Dôme : les accusés fabriquent généralement leurs pièces chez eux ou dans une chambre louée pour l’occasion55. Le moule en plâtre, le fourneau (réchaud, marmite, creuset), la cuillère (à pot, à bec, à couler) et la lime sont les quatre ustensiles incontournables du faussaire. En 1899, quand on découvre l’atelier de Baragoin, le Moniteur propose une description assez précise des instruments découverts dans la tonne où l’accusé s’était installé :

  • 56  Moniteur du Puy-de-Dôme, 06/01/1899.

« une cuillère en fer blanc servant de creuset pour fondre le métal. Un emporte pièce servant de tenaille pour tenir, sur le feu, la cuillère ou pour en verser le contenu dans les moules (…). Deux plaques de plomb portant les empreintes de pièces de deux francs à l’effigie de la République ; un couteau de poche bien aiguisé, utilisé pour couper les feuilles de cuivre ; un tire-point servant à enlever les bavures des pièces fabriquées, et une petite lime en acier ; une poignée d’étoupes employées pour essuyer les pièces fabriquées ; un morceau de cire jaune ; une boite d’allumettes, une petite bouteille vide, une curette pour instrument aratoire56 ».

  • 57  L’usage d’une presse pour fabriquer la fausse monnaie est un procédé très peu répandu. Nous l’avon (...)
  • 58  Moniteur du Puy-de-Dôme, 04/06/1899.
  • 59  Petit Clermontois, 20/11/1887.
  • 60  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/02/1886.
  • 61  Petit Clermontois, 20/11/1887.
  • 62  Ami de la Patrie, 19/06/1853.
  • 63  Ami de la Patrie, 10/05/1854.

14Le coulage de l’alliage de métaux dans un moule en plâtre est le procédé de fabrication le plus couramment rencontré pendant toute notre période57. Ce procédé, aux dires de certains accusés, n’est pas très compliqué à mettre en œuvre : « C’est bien facile, il suffit de faire un moule avec du plâtre » affirme une fois encore Baragoin58, « c’est pas malin à faire » prétend l’accusé Valadier59. Il apparaît toutefois, dans d’autres témoignages, que la fabrication de fausses pièces exige un savoir-faire qui se transmettrait de génération en génération. En 1886, Antoine Claustre « a initié Seguin à la fabrication de la fausse monnaie suivant la méthode qui avait été jadis employée par son père60 ». L’apprentissage se fait généralement à l’atelier, dans le feu de l’action : Jean Fauvet, accusé en novembre 1887 avec Gaspart Valadier et Benoît Gripel de fabrication et d’émission de fausses pièces de un franc, affirme que « le secret de fabrication lui avait été donné par Valadier61 ». Le milieu carcéral dans lequel bon nombre d’accusés ont séjourné semble également propice à l’apprentissage du faux-monnayage. Quand, en 1853, le détenu Deharme révèle sa « coupable industrie » à la maison centrale de Riom, l’Ami de la Patrie est perplexe, considérant l’affaire étrange : « qu’un homme, enfermé pour crime dans une maison centrale, se soit livré à la fabrication et à l’émission de fausse monnaie, c’est un de ces faits étranges, qui fort heureusement ne sont point très communs dans nos annales judiciaires62 ». Pourtant cela ne semble aucunement étonner M. Couard, directeur de la maison centrale, qui pense même que les ustensiles employés par l’accusé sont le don d’un autre détenu. Quand on demande à Hyppolite Gras, un demi-siècle plus tard, où il a appris à fabriquer de la fausse monnaie, l’accusé répond : « J’ai entendu parler de la façon de fabriquer de fausses pièces à la maison centrale de Clairvaux ». Le Moniteur s’en amuse : « qui se serait douté que la maison centrale de Clairvaux était une succursale de l’hôtel de la Monnaie !... » Et pourtant, déjà en 1854, lors du procès d’Alphonse Vanel, le président d’audience Burin-Desroziers faisait déjà allusion à Clairvaux comme lieu d’apprentissage du faux-monnayage63.

  • 64  Ibid.
  • 65  Petit Clermontois, 28/02/1890.
  • 66  Ce n’est pas spécifique aux expertises en fausse monnaie. La place de l’expert, qu’il soit chimist (...)

15Pour mettre en lumière les procédés de fabrication et la composition des pièces, la justice fait intervenir des experts-chimistes dès le milieu du XIXe siècle. En 1854, « M. Fortin, pharmacien de Gannat, [est] chargé d’analyser les différentes matières contenues dans le sac » retrouvé au bord d’un chemin par un cultivateur afin de prouver qu’il appartient à Vanel64. L’analyse des alliages de métaux permet de connaître l’origine des pièces découvertes. Dans l’affaire des faux-monnayeurs d’Issoire, c’est « M. Parmentier, professeur de chimie à la faculté des sciences » qui est désigné pour l’expertise légale : il constate que « les pièces mises en circulation avaient été fabriquée avec un métal qui était le même que celui des cuillères saisies au domicile des accusés65 ». Au fil des années, la place accordée à l’expert dans les comptes rendus d’audience est de plus en plus significative66. Il apparaît comme étant le seul à même de percer les secrets de fabrication des faux-monnayeurs, de dissiper le voile mystérieux qui entoure ces pratiques semblables, aux yeux du public, à de l’alchimie. Lors du procès de Marius-Joannès Venet en 1900, l’expert désigné par la justice n’est autre que le directeur des essais à la Monnaie de Paris, M. Riche, professeur de chimie minérale à l’École de pharmacie de Paris. Le Moniteur résume sa déposition :

  • 67  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/05/1900.

« M. Riche dépose pendant une heure, il étudie tout d’abord la composition des pièces de fausse monnaie qui lui ont été soumises, puis il fait tout un cours sur la fabrication de la fausse monnaie, soit au moyen de moule, soit au moyen de la galvanoplastie67 ».

  • 68  Moniteur du Puy-de-Dôme, 04/06/1899.
  • 69  Avenir du Puy-de-Dôme, 19/05/1900.

16Les experts de la Monnaie de Paris deviennent, en ce début de siècle, les interlocuteurs privilégiés de la justice. Associés aux chimistes locaux, les conclusions de leurs analyses font force de preuves scientifiques dans des affaires où le moindre doute peut aboutir à des acquittements. Face aux connaissances scientifiques des experts, les accusés se contentent de rester silencieux, à l’image de Baragoin qui, quand on évoque la composition de ces pièces, avoue ne pas savoir ce qu’est l’antimoine68. Marius-Joannès Venet fait figure d’exception en se dressant contre les conclusions de M. Riche : « parmi les papiers saisis sur Venet […] se trouvaient des cartes de visite où diverses formules étaient inscrites », apprend-on de l’Avenir, le président demande à M. Riche qu’elles étaient ces formules et ce dernier répond que ce sont « des bains pour la galvanoplastie et la fabrication de la fausse monnaie. Venet proteste : - Ces formules me servaient pour exercer mon métier d’électricien. M. Riche : - Votre métier d’électricien et quelle partie exerciez-vous ? Venet : - La lumière et la sonnerie. M. Riche : - Et vous osez venir me raconter que ces formules pour bains galvanoplastiques vous servaient à installer des sonnettes ou des becs électriques ; vous pensez donc que je ne sais pas un mot de chimie69 ».

Le tour des auberges par deux faux-monnayeurs…

  • 70  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/05/1877.
  • 71  Le Figaro, 16 septembre 1906.
  • 72  Lastécouères (Christophe), « La fausse monnaie dans le miroir du système monétaire international : (...)
  • 73  Petit Clermontois, 26/02/1891.
  • 74  Moniteur du Puy-de-Dôme, 04/08/1900.
  • 75  Traimond (Bernard), op. cit., p. 6.
  • 76  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/05/1877.
  • 77  Petit Clermontois, 19/11/1887.
  • 78  Moniteur du Puy-de-Dôme, 30/12/1899.
  • 79  Moniteur du Puy-de-Dôme, 04/08/1900.
  • 80  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/05/1900.
  • 81  Moniteur du Puy-de-Dôme, 17/02/1897.

17Si les secrets de la fabrication des faussaires génèrent, nous venons de le voir, un certain enthousiasme, rappelons toutefois que plus de 48 % des jugements ne concernent que des émissions de fausses pièces, crimes autrement moins exaltants aux yeux des observateurs. La technique d’émission que l’on rencontre aux assises du Puy-de-Dôme est assez commune et ne varie guère d’un siècle à l’autre. En général, l’accusé entre dans une auberge ou un commerce, paye avec une fausse pièce une consommation ou un article de faible valeur et récupère ensuite la monnaie en vraies pièces. Lors de leur procès le 14 mai 1877, Ignace et Antoine Claustre, père et fils, expliquent leur façon de l’air : « On étouffait un perroquet, on prenait un petit verre de fil-en-quatre, puis on donnait au limonadier une pièce fausse de cinq francs ou de deux francs, en échange de laquelle on recevait d’excellente monnaie70 ». Le Figaro ne se trompe pas, quand il vend le caractère exceptionnel de l’affaire des faux-monnayeurs du Luxembourg en 1906, surpassant de loin toutes celles mettant en scène de « pauvres hères, glissant timidement une pièce de quarante sous sur le zinc d’un comptoir71 », c’est en effet ce qui caractérise la grande majorité de nos affaires. La principale difficulté rencontrée par les émetteurs est de faire passer les pièces sans éveiller les soupçons des commerçants. « La médiocrité des contrefaçons est telle que le faux-monnayeur est obligé de compenser cette lacune technique par la maîtrise du territoire à l’intérieur duquel il opère72 ». La méthode la plus répandue consiste à attendre le soir pour commettre le forfait : « C’est toujours le soir que Vanel cherchait à émettre ses pièces de deux francs, et le soir il est difficile de les distinguer des véritables » lit-on en 1854 dans l’Ami de la Patrie. Le faible éclairage des débits de boissons et des commerces semble, en effet, le meilleur allié des faussaires pour tromper la vigilance de leur victime. Les émetteurs de fausses pièces les plus astucieux ont en leur possession de la vraie monnaie qui sert à rembourser ceux et celles qui auront découvert trop tôt la tentative d’escroquerie. Dans bien des situations en effet, l’aubergiste ou le commerçant se contente d’exiger des escrocs démasqués la restitution de la monnaie échangée contre leur fausse pièce et le coût de la consommation ou de l’article vendu. L’accusé Jean Guerre, en 1891, a sa technique : il prend soin de placer les fausses pièces « dans un compartiment de son porte-monnaie, toutes ensemble, sans les mêler aux autres pièces qui s’y trouvaient73 ». Mais là aussi, pour ne pas éveiller les soupçons, il faut avoir le geste assuré et faire preuve d’habileté, ce qui n’est pas le cas de Jean-Pierre Carrère qui l’apprit à ses dépends quand il « prit un porte-monnaie qui semblait bien garni et l’ouvrit […], le referma précipitamment, se fouilla de nouveau, tira un second porte-monnaie et paya ce qui était dû ». Le manège donna à l’aubergiste, « l’impression qu’il se trouvait en présence de faux-monnayeurs, et il alla aussitôt prévenir le commissaire de police74 ». Le choix des victimes est décisif : vieillards et femmes sont, selon les accusés, les plus faciles à berner. « Si les femmes se plaignaient d'être victimes des faussaires, c'est bien que ces derniers les considéraient faciles à tromper, peu averties des modalités d'utilisation des espèces et de leurs caractéristiques », nous rappelle Bernard Traimond75. En 1877, les Claustre père et fils prennent soin de n’avoir affaire qu’aux femmes et évitent les patrons76. Dix ans plus tard, c’est un vieillard de 79 ans sourd et presque aveugle qui accepte sans défiance les pièces que lui tend Annette Meunier, la complice de Jean Faure et Eugénie Médicis77. Dernière précaution indispensable pour ne pas se faire prendre : ne jamais rester longtemps sur le lieu du crime, l’escroquerie étant généralement rapidement détectée, la chasse aux larrons l’est tout autant. Selon le Moniteur, La manière de procéder pour écouler la fausse monnaie de Venet, Tournaud et Burlinchen, arrêtés le 28 décembre 1899 à proximité de Thiers, est de « voyager très rapidement en s’arrêtant très peu dans les localités qu’ils traversent et où ils se contentent de faire passer chacun un petit nombre de pièces78 ». C’est une des raisons qui expliquent les habitudes de vagabondage révélées chez la plupart des accusés. Le champ d’action des émetteurs de fausses pièces peut s’étendre sur plusieurs communes d’un canton ou d’un département, les accusés profitant généralement des jours de foire et des marchés pour se noyer dans la foule des étrangers à une localité. Les frontières d’une région ne font pas obstacle aux faux-monnayeurs. Carrère et Degeilh ont dû écouler, selon le Moniteur, « pas mal de pièces fausses dans le trajet du Midi à notre région79 ». Plus les distances sont longues, moins le risque d’être pris est important, c’est du moins ce que pensent les accusés, parfois à tort. Venet et ses compères « avaient établi leur quartier général à Saint-Chamond ; ils ont commencé leurs exploits à Saint-Chamond et dans le département de la Loire ; entrés dans le département du Puy-de-Dôme pour y écouler leurs pièces fausses ils ont été arrêtés aussitôt80 ». Au procès de Jean Barbier et Jean Boudet, accusés en février 1897 d’émission de fausses pièces de un franc, le président d’audience retrace le véritable marathon entrepris par les deux accusés : « Vous rentrez, en route, dans chaque auberge, de 7 heures du matin à 8 heures du soir, vous vous présentez dans 21 auberges ou débits et vous offrez successivement pour payer vos consommations, 28 pièces fausses dont 19 ont été refusées81 ».

Dénégation, mensonge et dénonciation

  • 82  Moniteur du Puy-de-Dôme, 10/08/1873.
  • 83  Gardons à l’esprit que les affaires étudiées ici sont celles ayant un aboutissement judiciaire. On (...)
  • 84  Moniteur du Puy-de-Dôme, 17/02/1897.
  • 85  Petit Clermontois, 14/12/1889.
  • 86  Petit Clermontois, 12/01/1894.
  • 87  Ami de la Patrie, 10/05/1854.
  • 88  Journal du Puy-de-Dôme, 19/11/1857.
  • 89  Avenir du Puy-de-Dôme, 04/06/1899.
  • 90 Petit Clermontois, 26/02/1891.
  • 91 Moniteur du Puy-de-Dôme, 24/01/1911.

18C’est donc parce que les pièces sont de mauvaise qualité que les émetteurs de fausse monnaie se retrouvent généralement sur le banc des accusés. Les victimes, qu’elles aient refusé ces pièces ou qu’elles se soient rendu compte de la supercherie après coup, avertissent assez rapidement les autorités locales : gendarmes, commissaire de police, juge de paix ou garde-champêtre. En 1873, Robert Nugeyre donne à la femme Debord, aubergiste, une fausse pièce pour payer son verre de cassis, « mais à peine fut-il sorti que cette femme s’aperçut que cette pièce d’un franc était fausse […]. Elle dénonça ce dernier aux gardes-champêtres82 ». Une fois les autorités alertées, celles-ci ouvrent une enquête83, recherchent les individus, les arrêtent immédiatement ou les surveillent afin de constater un flagrant délit. En 1896, « la police de Thiers, avisée que trois individus avaient dans plusieurs auberges, payé leurs consommations au moyen de pièces fausses, organisa avec l’aide de la gendarmerie la surveillance des établissements publics », lit-on dans l’acte d’accusation de l’affaire Boudet-Barbier84. Dans d’autres cas, les accusés sont surveillés avant même de commettre leur première émission. Une surveillance qui s’explique par le statut de la plupart de ces accusés : récidivistes connus, étrangers vagabondant dans une petite localité et donc, par définition, suspects. En 1889, la bande d’Issoire, « aux allures suspectes, était depuis quelque temps l’objet d’une surveillance spéciale de la part de la police85 ». En janvier 1894, le brigadier de police Mégissol surveillait Martin Valleix « qui lui parut suspect et il eut la bonne inspiration de le filer » jusque dans une auberge où il paya sa consommation avec une fausse pièce de deux francs86. Plus rarement enfin, l’arrestation des faux-monnayeurs est due tout simplement à la malchance. En 1854, c’est un sac plein de pièces fausses trouvé sur le bord du chemin par un cultivateur qui aboutit à l’arrestation d’Alphonse Vanel87. Trois ans plus tard, c’est une plainte pour tapage nocturne qui précipite l’arrestation de Pierre Gravière88. Enfin, c’est en découvrant sa tonne occupée qu’un vigneron, en janvier 1899, prévint les autorités qui arrêteront Jean Baragoin89. Les arrestations de faux-monnayeurs et les perquisitions fructueuses d’ateliers sont autant d’occasion pour la presse locale de féliciter le travail et la vigilance des autorités policières et judiciaires. En 1889, les journaux clermontois et issoiriens applaudissent unanimement les opérations menées par le commissaire Mercadier à Issoire. Contrairement aux affaires relatives aux crimes de sang, où le juge d’instruction est celui qui concentre toute l’attention et tous les honneurs, les affaires de faux-monnayage donne la part belle aux forces de police et de gendarmerie. En 1891, dans l’affaire Guerre, c’est « M. Versepuy, brigadier de gendarmerie à Saint-Amand [qui] a procédé à une enquête très intelligemment dirigée90 ». On apprécie particulièrement le flair, la connaissance du terrain et l’instantanéité de la réaction, chose indispensable dans ces affaires où les suspects disparaissent aussi rapidement qu’ils sont apparus. En 1911, on apprend que « le gardien de la paix Pirin prenait, à son domicile, un repos bien gagné après avoir été de service toute la matinée, lorsqu’il reçut la visite d’une épicière de la rue Sainte-Claire qui lui montra une pièce de 1 franc […]. L’agent sortit immédiatement, en tenue civile, et “ fila ” le personnage91 ».

  • 92  Ami de la Patrie, 10/05/1854.
  • 93  Petit Clermontois, 14/12/1889.
  • 94  Petit Clermontois, 28/02/1890.

19L’attitude des accusés lors des arrestations et durant l’instruction révèle une évidence : la sévérité des sanctions prévues par le code pénal à l’égard du faux-monnayage est connue de tous, tout comme le fait que les condamnations pour fabrication sont rares, et les auteurs de ces crimes privilégient largement le mensonge et la dénégation à toute autre stratégie de défense, malgré les preuves parfois évidentes de leur culpabilité. Au moment de l’arrestation, on se débarrasse comme on peut des fausses pièces dissimulées sur soi, comme Alphonse Vanel, qui tente vainement de cacher les fausses pièces dans sa bouche, puis dans ses chaussures92. Lorsque l’arrestation a lieu dans l’atelier de fabrication, ce sont les outils et les ingrédients que l’on cherche à faire disparaître coûte que coûte. Dans l’affaire des faux-monnayeurs d’Issoire, l’arrivée du commissaire de police et de ses hommes au domicile des faussaires génère un vent de panique : « À sa sortie, la police fut prévenue qu’un paquet avait été jeté dans la rue. Ce paquet contenait un culot de métal qui sera soumis à l’analyse d’un expert93 ». Plusieurs perquisitions seront nécessaires pour découvrir les objets dissimulés sous le fourneau, dans le plafond et le plancher94.

  • 95  Christian Estève insiste également sur les difficultés rencontrées par les autorités pour mener à (...)
  • 96  Petit Clermontois, 12/06/1893.
  • 97  Moniteur du Puy-de-Dôme, 16/05/1894.
  • 98  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/05/1900.
  • 99  Moniteur du Puy-de-Dôme, 22/05/1889.
  • 100  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/11/1887. Elle reconnut ensuite que l’individu en question était imagin (...)
  • 101  Petit Clermontois, 16/11/1892.
  • 102  Moniteur du Puy-de-Dôme, 22/05/1908.
  • 103  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/02/1886.
  • 104  Moniteur du Puy-de-Dôme, 26/05/1893.

20Vient ensuite le temps des interrogatoires par les gendarmes, le juge de paix et le juge d’instruction. Donner une fausse identité est le premier réflexe de la plupart des accusés, notamment en raison de leur casier judiciaire chargé95. Marie-Joseph Breysse, originaire de Monastier en Haute-Loire, déclare se nommer Borel Jules, âgé de 28 ans et originaire de Lyon lors de son arrestation96. Un an plus tard, Martin Valleix déclare se nommer « Maillet, voyageur d’une maison de Dijon97 ». Les exemples sont nombreux, mais le mensonge ne résiste généralement pas aux premières questions du juge d’instruction, excepté pour Marius-Joannès Venet qui, jusqu’à la veille du procès, prétend s’appeler Pierre Perret. Spécialiste du changement d’identité, ce dernier se faisait également appeler « Sironi », sujet brésilien, ouvrier ébéniste en Suisse, puis Louis Varennes. Reconnu grâce aux mensurations anthropométriques, il finit par avouer que c’était « pour éviter d’être repris comme déserteur » qu’il changeait couramment de nom et de nationalité98. Systématiquement, la question de l’origine des pièces est posée, entraînant invariablement les mêmes réponses : les pièces ont été soit trouvées, soit données par un individu mystérieux que les accusés ne connaissaient pas ou peu. En 1889, Pierre Victor Bourdier « se borna à déclarer que les pièces fausses lui avaient été remises par le sieur Thomszon qui l’avait chargé de les émettre99 ». Pour tromper la justice, le but est donc d’inventer un personnage crédible mais dont l’existence est impossible à vérifier par les autorités. L’individu n’a jamais de résidence connue et la rencontre avec l’accusé s’effectue lors du passage dudit individu dans la région. En 1887, Eugénie Médicis affirme que c’est un dénommé « M. Béat, cocher demeurant à Nîmes » dont elle avait fait la connaissance à Royat qui lui donna les pièces100. En 1892, Pierre Boulade avait fait à Clermont « quelques jours avant son arrestation, la connaissance de cet individu, qui avait déclaré s’appeler Castagne, et pour le compte duquel il avait mis en circulation un certain nombre de pièces fausses101 ». Enfin, en 1908, la femme Veyriac « a prétendu qu’un individu qu’elle ne connaissait pas et rencontré par elle à Béziers, l’avait chargée d’écouler cette fausse monnaie à Vichy ». Quand, lors du procès, le président l’interroge, elle complète son histoire : « nous aurions ensuite partagé les bénéfices de l’opération à Paris, où je devais le retrouver, en allant voir mes nièces ». Le président n’en croit pas un mot, il insiste : « Vous ne voulez pas dire qui les a fabriquées ? R. - Ma conscience me le reprocherait toute ma vie. D. - Il est probable qu’elles provenaient de chez votre frère ? R. - Oh ! non, j’aime trop ma famille pour l’accuser. Tout le monde en ferait peut-être autant, mais moi je le fais102 ». En effet, quand arrive le moment de définir les responsabilités de chacun dans les affaires mettant en scène plusieurs accusés, les liens et les amitiés qui unissaient les membres d’une même bande volent souvent en éclats. Lors du procès du trio Claustre-Seguin-Clermontois, le 17 février 1886, Antoine Claustre et Alexandre Seguin se contentent de « se décharger l’un sur l’autre de la responsabilité des faits qui leur sont reprochés ». Claustre affirme avoir agi par complaisance pour Seguin, et celui-ci fait une déclaration tout à fait opposée : « Si on pouvait retourner comme un gant la déclaration de Seguin, on retrouverait celle de Claustre », ajoute le Moniteur103. Même chose lors du procès en mai 1893 de Martin Valleix et Guillaume Faure, ce dernier rejetant toute la responsabilité sur son compagnon d’infortune : « Valleix a vu que j’étais ivre, il a profité de l’occasion pour m’envoyer chez M. Dionnet changer une pièce de 5 francs ». Ce dernier prétend le contraire : d’après lui, c’est Faure qui possédait ladite fausse pièce dans son porte-monnaie104.

  • 105  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/11/1887.
  • 106  Moniteur du Puy-de-Dôme, 06/08/1895.
  • 107  Petit Clermontois, 16/11/1892.
  • 108  Moniteur du Puy-de-Dôme, 16/05/1894.

21Quand enfin l’atelier est découvert et qu’une accusation pour fabrication de fausse-monnaie plane sur les accusés, tous les moyens sont bons pour nier encore l’évidence. Jean Faure affirme, en 1887, que les plaques de cuivre retrouvées chez lui devaient servir à la fabrication d’inscriptions funéraires105. Quand à Annet Dry, jugé en 1895, il prétend que le matériel découvert dans la chambre qu’il louait à Clermont servait pour « argenter des manches de parapluie106 ». Mieux encore, certains prétendent que les objets perquisitionnés à leur domicile ne leur appartiennent pas. En 1892, Pierre Boulade se défend d’être le propriétaire des trois moules découverts chez lui : « Ils appartiennent à un espagnol que j’avais rencontré et avec qui j’ai habité », dit-il tout simplement107. Même excuse pour Martin Valleix qui répète que les objets saisis ont été laissés par le précédent locataire, ce qui fait perdre patience au président de l’audience : « vous affirmez que tous ces objets ont été abandonnés chez vous par un sieur Lespagnol qui, un certain jour, est venu coucher chez vous. Or, ce Lespagnol a été introuvable ». Valleix répond : « J’ai donné le signalement de cet individu. D. - Oh ! Cela importe peu. Un signalement s’invente ». La version ne convainc personne, et au président de conclure que « ce Lespagnol doit être un mythe108 ».

Sur la gravité du crime de faux-monnayage

  • 109  Les débats des sessions d’assises n’étant pas retranscrits ailleurs que dans la chronique judiciai (...)
  • 110  Livre III, Code pénal Dalloz, 1907.
  • 111  Moniteur du Puy-de-Dôme, 20/05/1900.
  • 112  Livre III, Code pénal Dalloz, 1907.
  • 113  « Faux monnayeurs », Petit Clermontois, 20/11/1887.
  • 114  Gaspart Valadier est condamné à cinq ans de réclusion. Douze ans plus tôt, Michel Minion était abs (...)
  • 115  Moniteur du Puy-de-Dôme, 20/11/1887
  • 116  Petit Clermontois, 20/11/1887.
  • 117  Avenir du Puy-de-Dôme, 04/06/1899. Difficile, sans plus de précision, de savoir à quoi corresponde (...)

22Les comptes rendus d’audience étudiés ici sont pour la plupart trop succincts pour avoir une idée claire sur le contenu des échanges entre les différents acteurs de la scène judiciaire109. Certains éléments récurrents permettent toutefois d’approcher un tant soit peu la position des uns et des autres sur la réponse à apporter à ce type de criminalité. Le discours du ministère public s’efforce d’établir, dans un premier temps, la culpabilité des accusés. La tâche est plus ou moins complexe au regard des situations rencontrées. Pour les crimes d’émission, la question est de savoir si oui ou non les accusés étaient au courant d’être en possession de fausses monnaies. L’article 135 stipule en effet que l’accusation d’émission de fausse monnaie « ne s’applique point à ceux qui, ayant reçu pour bonnes des pièces de monnaie contrefaites, altérées ou colorées, les ont remises en circulation110 », une aubaine pour les avocats de la défense. Faire reconnaître une accusation de fabrication est encore moins aisée, les dossiers d’instruction souffrant régulièrement d’une absence de preuves ou de flagrant délit : deux éléments primordiaux pour convaincre un jury de prononcer un verdict de culpabilité. En 1900, dans l’affaire Venet-Tournaud-Burlinchen, le Moniteur rappelle qu’il n’y a « pas de témoins qui établissent formellement que les trois accusés aient fabriqué de la fausse monnaie, mais on en a suffisamment pour prouver qu’ils ont mis des fausses pièces en circulation111 ». Pour faire face aux difficultés de prouver la fabrication de fausse monnaie, le code pénal propose une alternative : l’article 138 qui stipule que « les personnes coupables des crimes mentionnés en l’article 132 seront exemptes de peine, si, avant la consommation de ces crimes et avant toutes poursuites, elles en ont donné connaissance et révélé les auteurs aux autorités constituées, ou si, même après les poursuites commencées, elles ont procuré l’arrestation des autres coupables112 ». Toutefois, l’article est assez peu appliqué dans les affaires étudiées, si ce n’est dans l’argumentaire des avocats de la défense. En 1887, dans l’affaire Fauvet-Valadier-Gripel, l’avocat Rouher mise en effet sur l’excuse pour éviter à son client une lourde condamnation : « Il demande que, en vertu de l’article 138 du Code pénal, Valadier bénéficie de ses aveux et de ses révélations. La cour fait droit à sa requête et dit que la question sera posée au jury113 », qui y répondra défavorablement114. Insister sur la gravité du crime est également une priorité du ministère public. Dans l’affaire Valadier et ses complices, M. Laloë, substitut du procureur général, affirme que « le crime de fausse monnaie est un crime de lèse-nation. Les faux-monnayeurs sont une plaie sociale qui méritent toutes les sévérité de la loi qui édicte contre eux avec raison des peines rigoureuses115 ». Il retourne alors l’argument visant à atténuer la gravité d’une émission de fausse monnaie de faible valeur en rappelant combien celle-ci nuit au quotidien des populations les plus fragiles : « Leur crime a atteint la classe laborieuse. Une émission de pièces d’argent fausses cause un dommage bien plus considérable qu’une émission de pièces d’or. Ce sont les pièces courantes, celles qui se trouvent, à tout instant, dans toutes les mains116 ». Enfin, autre argument classique de l’accusation, on rend responsable revient l’indulgence chronique des jurys de la multiplication, réelle ou présumée, des crimes en question. Dans l’affaire Degeilh-Carrère, en 1900, M. Vibert, substitut du procureur général, « se montre effrayé de la façon dont le crime de fabrication et d’émission de fausse-monnaie s’est propagé ces dernières années. En moins de quelques années, les faux-monnayeurs soumis au jury sont montés au chiffre de quarante117 ». La faute, bien entendu, au sentiment d’impunité, largement exagéré, qui se répand au sein des classes dangereuses.

  • 118  Avenir du Puy-de-Dôme, 04/06/1899.
  • 119  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/02/1886.
  • 120  Journal du Puy-de-Dôme, 19/11/1857.
  • 121  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/02/1886.
  • 122  Petit Clermontois, 20/11/1887.
  • 123  On trouve également une absolution en vertu de l’article 138, trois peines de prison et trois amen (...)

23Pour les avocats de la défense, la stratégie n’est pas la même selon que la culpabilité de l’accusé est évidente ou pas. Dans le cas d’absence de preuves, les défenseurs appuient volontiers les dénégations de leur client en affirmant leur innocence et en exigeant l’acquittement. Dans l’affaire Baragoin, l’avocat De la Brosse « fait voir comment l’échafaudage édifié par l’accusation s’est effondré au cours de ses débats, l’exagération des faits reprochés à Baragoin. Personne n’a vu faire […] Eh ! si l’on arrêtait tous les possesseurs de fausses monnaies, que de prévenus viendraient au assises et vous n’auriez pas fini de juger tous les cas qui vous seraient soumis118 ». Quand la culpabilité de leur client est avérée, on insiste systématiquement sur la disproportion entre la sévérité des peines et la gravité des actes. En 1886, M. Rouher est chargé de la défense d’Antoine Claustre, il « fait l’historique des peines excessives prononcées à différentes époques assez reculées contre les faux-monnayeurs, crimes qui, aujourd’hui encore, sont hors de proportion avec les peines édictées par la loi119 ». Parallèlement à la question des peines que l’on estime trop sévères, on s’attarde sur l’absence de dangerosité des individus pour la société, en rappelant que dans la plupart des cas, la médiocrité des reproductions ne peut berner personne. En 1857, Georges Salvet demande l’acquittement pour son client, Pierre Gravière : « les pièces fabriquées par lui, dit-il, ne portant pas la figure en relief, mais en creux, ne pouvaient tromper les yeux de personne120 ». Pour Rouher, en 1886, c’est une évidence : « Lorsque comme dans l’espèce l’imitation est grossière, on ne peut tromper personne, il n’y a pas de péril social, il ne peut mériter une peine quelconque », l’avocat demande l’acquittement121. Enfin, la question du degré de responsabilité est soulevée dans les affaires mettant en cause plusieurs accusés, l’idée étant qu’il y a toujours dans un groupe un meneur et des influencés. La figure du complice « innocent » est récurrente : Eugénie Médicis est la « complice inconsciente » de Jean Faure, Benoît Gripel est, selon son avocat, l’« instrument inconscient » des deux autres accusés Fauvet et Valadier122. Finalement, sur les 54 jugements recensés, 22 aboutissent à des acquittements, 18 à des peines de réclusion, 5 à des travaux forcés à temps et 2 à des peines de travaux forcés à perpétuité123. 81 % des accusés reconnus coupables bénéficient des circonstances atténuantes, ceci expliquant le faible nombre de peines de travaux forcés, réservées exclusivement aux accusés récidivistes reconnus coupables de fabrication. Globalement, le jury a donc tendance à alléger les peines prévues par le code pénal par le jeu des circonstances atténuantes ou par des réponses négatives aux chefs d’accusation les plus graves. L’acquittement, dans les affaires où la culpabilité des accusés ne fait aucun doute, est également une manifestation classique de l’indulgence d’un jury qui, de toute évidence, partage l’avis de la défense sur la disproportion existante entre la gravité des crimes jugés et la sévérité des peines prévues par le code pénal.

24Dans la chronique locale, la découverte de fausses pièces, les arrestations de leurs émetteurs et les perquisitions organisées à leur domicile sont régulièrement accompagnées d’un espoir de voir surgir la grande affaire. Mais ces espoirs sont vite déçus : les faits sont souvent insignifiants – quelques pièces d’un ou deux francs émises dans des débits de boissons –, les victimes toutes plus anodines les unes que les autres et les accusés n’ont rien de criminels de profession. Le faux-monnayeur jugé aux assises du Puy-de-Dôme est un homme plutôt jeune, de condition sociale précaire, aux habitudes de vagabondage assez prononcées, à la réputation douteuse et au casier judiciaire souvent rempli de petits larcins. Fabriquer de fausses pièces n’est en rien une spécialité, mais plutôt une expérience, le fruit d’une rencontre avec quelques compagnons d’infortune ayant appris, ici ou là, des techniques basiques à base de moules et de cuillères fondues. Mais l’absence d’un savoir-faire, associée à la méfiance traditionnelle que l’on porte aux étrangers dans les communes rurales ne lui permettent pas d’entreprendre une longue carrière de malfaiteur. Arrêté le plus souvent dès les premières tentatives d’émission, c’est dans les bureaux du juge de paix et du juge d’instruction que se révèle la véritable personnalité de ce faux-monnayeur du dimanche. Effrayé par la sanction – les travaux forcés à perpétuité –, l’accusé s’enlise rapidement dans des dénégations insensées, des mensonges maladroits et le rejet des responsabilités vers des complices réels ou imaginaires. Tout est bon pour espérer au mieux l’acquittement, au pire la réclusion. Quand s’ouvre le procès, la sévérité des peines est toujours au centre des discussions. Pour le représentant de l’État, le crime est grave et menace la société toute entière en corrompant insidieusement le tissu économique des couches sociales les plus fragiles. Pour les avocats de la défense, les peines prévues par le code pénal sont disproportionnées compte tenu de la qualité des accusés, qui n’ont rien de dangereux, et de la médiocrité des contrefaçons qui ne peuvent tromper personne. Exception faite de deux ou trois affaires réunissant quelques caractéristiques de l’actualité criminelle à sensation qui se développe à la fin du XIXe siècle, la couverture médiatique des crimes de fabrication et d’émission de fausse monnaie demeure, pour toutes les raisons évoquées auparavant, tout à fait marginale. Paradoxalement, ce sont dans les attentes déçues de la chronique qu’apparaissent aux yeux du chercheur les particularités du mythe du faux-monnayage et ses figures emblématiques, celles du brigand habile et rusé du milieu du XIXe siècle tapi dans une grotte et des réseaux internationaux de fausses monnaies en or qui menacent l’Europe entière à la Belle Époque. La perception du faux-monnayage par la presse est ainsi continuellement placée sous le signe d’un contraste saisissant entre la curiosité excitée par le mythe et l’indifférence suscitée par la platitude d’une banale criminalité de subsistance.

Haut de page

Bibliographie

Bouchary (Jacques), Les faux-monnayeurs sous la Révolution française, Paris, Marcel Rivière, 1946, 156 p.

Caporossi (Olivier), « Les délits de monnaie dans les provinces basques (1551-1700) : une criminalité de l’étranger ? », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 2010, n°117-1.

Caporossi (Olivier), Lastécouères (Christophe), « Pour une histoire sociale et européenne du faux monnayage », Revue de Pau et du Béarn, Actes du 59e Congrès de la Fédération historique du Sud-Ouest, 2007, p. 211-215.

Clairand (Arnaud), Froidevaux (Charles), « Vie ordinaire d’un faux-monnayeur suisse : Pierre Lemaître (env.1661-env.1717) », in Faux, contrefaçons, imitations : actes du quatrième colloque international du groupe suisse pour l’étude des trouvailles monétaires, Lausanne, Édition du Zèbre, 2004, p. 243.254.

Confavreux (Joseph), « Usages sociaux et politiques de la monnaie en Dordogne dans la première moitié du XIXe siècle », Ruralia [En ligne], 2000, n°7.

De Oliveira (Matthieu), « Fraudeurs, faussaires et faillis : étude sur la criminalité d’affaires au XIXe siècle », in Beaur (Gérard), Bonin (Hubert) et Lemercier (Claire) (dir.), Fraude, contrefaçon et contrebande de l’Antiquité à nos jours, Genève, Droz, 2006, p. 299-308

Donnet (André), La véritable histoire de Joseph-Samuel Farinet, faux-monnayeur, Lausanne, Payot, 1980, 97 p.

Estève (Christian), Histoire d’un leveur du Nord Cantal : François Chabrier (1816-?), Champs-sur-Tarentaire, Éditions C-E, 2007, 497 p.

Estève (Christian), « Du leveur au “ rapiat ” : François Chabrier de Condat (1816-? ) », Patrimoine en Haute-Auvergne, 2006, n° 9, p. 55-61.

F.Dubuis (Olivier), Le faux monnayage dans le pays de Vaud (1715-1750), crime et répression, Lausanne, Édition du Zèbre, 1998, 216 p.

Goulet (Alain), « En remontant à la source des Faux-Monnayeurs », Bulletin des Amis d’André Gide, 2005, n° 146, p. 185-211

Jambu (Jérôme), « Frauder avec la monnaie à l’époque moderne, de Louis XIV à la Révolution », in Beaur (Gérard), Bonin (Hubert) et Lemercier (Claire) (dir.), Fraude, contrefaçon et contrebande de l’Antiquité à nos jours, Genève, Droz, 2006, p. 249-278.

Lastécouères (Christophe), « La fausse monnaie dans le miroir du système monétaire international : le cas des faussaires espagnols en activité en France (1850-1900) », Revue de Pau et du Béarn, Actes du 59e Congrès de la Fédération historique du Sud-Ouest, 2007, n° 34, p. 233-254.

Thuillier (Guy). La monnaie en France au début du XXe siècle, Paris, Droz, 1983, 450 p.

Traimond (Bernard). « La fausse monnaie au village », Terrain [En ligne], 1994, n° 23.

Haut de page

Notes

1  Citons, pour le XIXe et le XXe siècles, les articles de Christophe Lastécouères, de Bernard Traimond et de Matthieu De Oliveira (voir bibliographie). Il existe également un certain nombre de mémoires universitaires d’histoire et de droit difficilement accessibles sur le sujet.

2  Traimond (Bernard), « La fausse monnaie au village », Terrain [En ligne], 1994, n° 23, p.2.

3  On doit à Alain Goulet la révélation des sources du romancier. L’auteur propose, dans son article « En remontant à la source des Faux-monnayeurs » (Bulletin des Amis d’André Gide, 2005, n° 146, p. 185-211), plusieurs extraits du Figaro, du Temps, de l’Humanité et de la Gazette des Tribunaux. Nous pourrions également citer une grande figure de faux-monnayeur du XIXe siècle : Joseph-Samuel Farinet (1845-1880), en gardant toutefois à l’esprit que sa notoriété et son mythe ne débutèrent véritablement qu’avec le roman de Ramuz en 1932, Farinet ou la fausse monnaie. Voir Donnet (André), La véritable histoire de Joseph-Samuel Farinet, faux-monnayeur, Lausanne, Payot, 1980.

4  Pour l’époque moderne, la bibliographie est plus abondante. Voir notamment les travaux d’Arnaud Clairand et de Charles Froidevaux, d’Olivier Caporossi et d’Olivier F. Dubuis.

5  Estève (Christian), Histoire d’un leveur du Nord Cantal : François Chabrier (1816-?), Champs-sur-Tarentaire, Éditions C-E, 2007.

6  Gerbe (Léon), Hurlande le rebelle, Paris, Colbert, 1946. Réédité en 1998.

7  Dans la vallée de la Rhue, à proximité de Condat-en-Fenier, on peut visiter la Grotte des faux-monnayeurs et traverser le Pont des faux-monnayeurs.

8  Accessibles aux Archives départementales du Puy-de-Dôme.

9  L’Ami de la Patrie (1848-1856), le Journal du Puy-de-Dôme (1852-1860), le Moniteur du Puy-de-Dôme (1856-1944), l’Avenir du Puy-de-Dôme (1896-1925) et le Petit Clermontois (1885-1894), accessibles en microfilms au département Patrimoine de la Bibliothèque Clermont Université, aux cotes respectives MPA4, MPA9, MPA2, MPA3 et MPA17.

10  Moniteur du Puy-de-Dôme, 28/10/1890.

11  Moniteur du Puy-de-Dôme, 29/10/1890.

12  Moniteur du Puy-de-Dôme, 06/12/1885.

13  Petit Clermontois, 12/01/1894.

14  Le Petit Clermontois consacre deux articles à l’affaire, le 14 et le 16 décembre 1889.

15  Nom donné aux cabanes de vignerons dans la Limagne.

16  Moniteur du Puy-de-Dôme, 09/01/1899.

17  Moniteur du Puy-de-Dôme, 17/02/1897.

18  Avenir du Puy-de-Dôme, 30/05/1911.

19  Moniteur du Puy-de-Dôme, 11/08/1893.

20  Avenir du Puy-de-Dôme, 04/08/1900.

21 Le fait que les faux-monnayeurs soient majoritairement des hommes jeunes n’est pas une spécificité du Puy-de-Dôme. Les recensements menés par Christophe Lastécouères et Matthieu De Oliveira ont abouti au même constat.

22  Nous rejoignons encore sur ce point les résultats de Matthieu De Oliveira. Les faux-monnayeurs espagnols étudiés par Christophe Lastécouères ne semblent pas bénéficier du même statut social, qui selon l’auteur, sont des « individus dont l’insertion sociale est indiscutable ».

23  De Oliveira (Matthieu), « Fraudeurs, faussaires et faillis : étude sur la criminalité d’affaires au XIXe siècle », in Beaur (Gérard), Bonin (Hubert) et Lemercier (Claire) (dir.), Fraude, contrefaçon et contrebande de l’Antiquité à nos jours, Genève, Droz, 2006, p. 298.

24  Moniteur du Puy-de-Dôme, 04/08/1900.

25  Moniteur du Puy-de-Dôme, 22/05/1908.

26  Journal du Puy-de-Dôme, 19/11/1857.

27  Moniteur du Puy-de-Dôme, 11/08/1893.

28  Petit Clermontois, 26/02/1891.

29  Avenir du Puy-de-Dôme, 17/02/1897.

30  Moniteur du Puy-de-Dôme, 04/06/1899.

31  Estève (Christian), « Du leveur au “ rapiat ” : François Chabrier de Condat (1816-?) », Patrimoine en Haute-Auvergne, 2006, n° 9, p. 55-61.

32  Estève (Christian), Histoire d’un leveur du Nord Cantal : François Chabrier (1816-?), op.cit.

33  Journal du Puy-de-Dôme, 22/08/1856.

34  Il faut y ajouter les quelques affaires où un ou plusieurs complices se sont échappés lors de l’arrestation.

35  Moniteur du Puy-de-Dôme, 03/12/1875.

36  Petit Clermontois, 14/12/1889.

37  Moniteur du Puy-de-Dôme, 24/11/1911.

38  Avenir du Puy-de-Dôme, 30/05/1911.

39  On constate ici une différence significative avec les observations de Matthieu De Oliveira sur le département du Nord, dont les affaires portent dans une « immense majorité des cas sur les pièces divisionnaires (10, 20 et 50 centimes), de billon et de cuivre » et celles de Christophe Lastécouères dans le département des Basses-Pyrénées, où dominent largement les émissions de fausses pièces d’or espagnoles.

40  La création de l’Union Monétaire Latine le 23 décembre 1865 institue une organisation monétaire fondée sur le bimétallisme or-argent unissant la France, la Belgique, l’Italie, la Suisse, le Luxembourg et la Grèce. Selon Bernard Traimond, « l'utilisation de ces pièces successivement autorisées, prohibées puis finalement tolérées est significative de l'incertitude dans la définition des espèces admises dans les échanges, du haut en bas de l'échelle sociale, et illustre le désordre que subissaient, au XIXe siècle, tous les utilisateurs de monnaie, lors de leurs transactions quotidiennes », Traimond (Bernard), op.cit.

41  Au début du XXe siècle, l’alliage d’antimoine et d’étain fait son apparition.

42  L’âge d’or des faux billets ne commence qu’au début du XXe siècle, Caporossi (Olivier), Lastécouères (Christophe), « Pour une histoire sociale et européenne du faux monnayage », Revue de Pau et du Béarn, Actes du 59e Congrès de la Fédération historique du Sud-Ouest, 2007, p. 211-215.

43  Comme c’est le cas dans l’affaire des faux-monnayeurs du Luxembourg, le Figaro, 16/09/1906.

44  Ami de la Patrie, 19/06/1853.

45  Petit Clermontois, 31/05/1887.

46  Confavreux (Joseph), « Usages sociaux et politiques de la monnaie en Dordogne dans la première moitié du XIXe siècle », Ruralia [En ligne], 2000, n° 7, p. 11.

47  Moniteur du Puy-de-Dôme, 20/08/1887.

48  Petit Issoirien, 21/12/1889.

49  Moniteur du Puy-de-Dôme, 14/12/1889.

50  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/02/1886.

51  Petit Clermontois, 26/02/1891.

52  Moniteur du Puy-de-Dôme, 03/12/1875.

53  Avenir du Puy-de-Dôme, 19/05/1900.

54  Moniteur du Puy-de-Dôme, 30/05/1911.

55  Excepté pour Baragoin qui entreprit de fabriquer ses pièces dans une tonne, au milieu des vignes.

56  Moniteur du Puy-de-Dôme, 06/01/1899.

57  L’usage d’une presse pour fabriquer la fausse monnaie est un procédé très peu répandu. Nous l’avons rencontré à deux reprises : en 1875 dans la seule affaire de faux billets de banques et en 1899 dans l’affaire Bostmembrun. Bernard Traimond ne recense également qu’une affaire de fausse monnaie frappée dans son étude, Traimond (Bernard), op.cit., p.4.

58  Moniteur du Puy-de-Dôme, 04/06/1899.

59  Petit Clermontois, 20/11/1887.

60  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/02/1886.

61  Petit Clermontois, 20/11/1887.

62  Ami de la Patrie, 19/06/1853.

63  Ami de la Patrie, 10/05/1854.

64  Ibid.

65  Petit Clermontois, 28/02/1890.

66  Ce n’est pas spécifique aux expertises en fausse monnaie. La place de l’expert, qu’il soit chimiste, médecin légiste ou aliéniste, prend une importance considérable dans le discours médiatique dans la seconde moitié du XIXe siècle, accompagnant l’avènement du discours scientifique.

67  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/05/1900.

68  Moniteur du Puy-de-Dôme, 04/06/1899.

69  Avenir du Puy-de-Dôme, 19/05/1900.

70  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/05/1877.

71  Le Figaro, 16 septembre 1906.

72  Lastécouères (Christophe), « La fausse monnaie dans le miroir du système monétaire international : le cas des faussaires espagnols en activité en France (1850-1900) », Revue de Pau et du Béarn, Actes du 59e Congrès de la Fédération historique du Sud-Ouest, 2007, n° 34, p. 242

73  Petit Clermontois, 26/02/1891.

74  Moniteur du Puy-de-Dôme, 04/08/1900.

75  Traimond (Bernard), op. cit., p. 6.

76  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/05/1877.

77  Petit Clermontois, 19/11/1887.

78  Moniteur du Puy-de-Dôme, 30/12/1899.

79  Moniteur du Puy-de-Dôme, 04/08/1900.

80  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/05/1900.

81  Moniteur du Puy-de-Dôme, 17/02/1897.

82  Moniteur du Puy-de-Dôme, 10/08/1873.

83  Gardons à l’esprit que les affaires étudiées ici sont celles ayant un aboutissement judiciaire. On peut envisager que l’ouverture d’une enquête n’était pas systématique et pouvait dépendre notamment de la réactivité des autorités locales.

84  Moniteur du Puy-de-Dôme, 17/02/1897.

85  Petit Clermontois, 14/12/1889.

86  Petit Clermontois, 12/01/1894.

87  Ami de la Patrie, 10/05/1854.

88  Journal du Puy-de-Dôme, 19/11/1857.

89  Avenir du Puy-de-Dôme, 04/06/1899.

90 Petit Clermontois, 26/02/1891.

91 Moniteur du Puy-de-Dôme, 24/01/1911.

92  Ami de la Patrie, 10/05/1854.

93  Petit Clermontois, 14/12/1889.

94  Petit Clermontois, 28/02/1890.

95  Christian Estève insiste également sur les difficultés rencontrées par les autorités pour mener à bien leurs instructions face aux multiples identités prises par les escrocs cantaliens, Estève (Christian), « Du leveur au “ rapiat ” : François Chabrier de Condat (1816-? ) », op.cit.

96  Petit Clermontois, 12/06/1893.

97  Moniteur du Puy-de-Dôme, 16/05/1894.

98  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/05/1900.

99  Moniteur du Puy-de-Dôme, 22/05/1889.

100  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/11/1887. Elle reconnut ensuite que l’individu en question était imaginaire.

101  Petit Clermontois, 16/11/1892.

102  Moniteur du Puy-de-Dôme, 22/05/1908.

103  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/02/1886.

104  Moniteur du Puy-de-Dôme, 26/05/1893.

105  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/11/1887.

106  Moniteur du Puy-de-Dôme, 06/08/1895.

107  Petit Clermontois, 16/11/1892.

108  Moniteur du Puy-de-Dôme, 16/05/1894.

109  Les débats des sessions d’assises n’étant pas retranscrits ailleurs que dans la chronique judiciaire, les dossiers de procédure criminelle ne nous renseignent pas davantage.

110  Livre III, Code pénal Dalloz, 1907.

111  Moniteur du Puy-de-Dôme, 20/05/1900.

112  Livre III, Code pénal Dalloz, 1907.

113  « Faux monnayeurs », Petit Clermontois, 20/11/1887.

114  Gaspart Valadier est condamné à cinq ans de réclusion. Douze ans plus tôt, Michel Minion était absous grâce au même article après avoir dénoncé ses complices Gendre, Phelut et Tournadre. Ce sont là les deux seuls exemples de l’application de l’article 138.

115  Moniteur du Puy-de-Dôme, 20/11/1887

116  Petit Clermontois, 20/11/1887.

117  Avenir du Puy-de-Dôme, 04/06/1899. Difficile, sans plus de précision, de savoir à quoi correspondent ces « quarante » affaires de faux-monnayeurs. Toujours est-il que le chiffre dépasse largement le nombre de jugements au niveau du Puy-de-Dôme.

118  Avenir du Puy-de-Dôme, 04/06/1899.

119  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/02/1886.

120  Journal du Puy-de-Dôme, 19/11/1857.

121  Moniteur du Puy-de-Dôme, 19/02/1886.

122  Petit Clermontois, 20/11/1887.

123  On trouve également une absolution en vertu de l’article 138, trois peines de prison et trois amendes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Soulier, « Le faux-monnayage dans le Puy-de-Dôme du Second Empire à la Belle Époque : du mythe à la réalité », Criminocorpus [En ligne], Figures de faux-monnayeurs du Moyen Âge à nos jours, Articles, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/1252

Haut de page

Auteur

Sébastien Soulier

Docteur en histoire contemporaine, C.H.E.C., Université Blaise Pascal, Clermont II.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page