Navigation – Plan du site
3. Criminologie et droit pénal

L’expertise médicale et légale dans l’émergence de la criminologie en Grande-Bretagne (1870-1918)

Neil Davie
Traduction(s) :
The Role of Medico-legal Expertise in the Emergence of Criminology in Britain (1870-1918)

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

1L’étude scientifique systématique du criminel en Grande-Bretagne a coïncidé avec la mise en place d’un corps médical dans les prisons pour forçats du pays. Les premiers postes furent pourvus dans les années 1840. Il faut attendre le vote d’une loi, en 1850, sur les prisons pour forçats (Act for the Better Government of Convict Prisons) et la nomination d’une direction centrale professionnelle pour que l’on puisse parler d’un véritable service médical en milieu carcéral, composé de praticiens professionnels (Hardy, 1995, p.60 ; McConville, 1981, p. 215-217 ; Smith, 1983, p.786). La création de postes de médecins de prison dans les établissements pénitentiaires n’explique pas pour autant la raison pour laquelle certains d’entre eux se sont lancés dans des recherches empiriques détaillées sur les caractéristiques mentales et physiques des détenus à leur charge, ni pourquoi ces travaux ont vu le jour à la fin des années 1860 et au début des années 1870. L’historien Stephen Watson a soutenu d’une façon convaincante qu’il est important de replacer ces recherches dans le contexte du développement du rôle très particulier du médecin carcéral au sein du régime pénitentiaire britannique (Watson, 1994). Le médecin de prison avait le devoir légal de faire la différence, et ce de manière quotidienne, entre les détenus considérés comme « aptes » (fit) au travail ou à la punition et les « inaptes » (unfit) pour des raisons physiques ou mentales. Dans ce contexte, des médecins de prison commencèrent à diagnostiquer une condition mentale moins grave que la démence, qui rendait néanmoins certains détenus « inaptes à la discipline », à l’origine de la mention « faible d’esprit » (weak-minded) employée par ces médecins. Elle ne représente pas la description d’une condition psychiatrique clairement définie mais plutôt le moyen pragmatique d’identifier les prisonniers considérés comme incapables de supporter les rigueurs du régime carcéral britannique. Ce tri était d’autant plus délicat qu’il fallait identifier les « faux malades » (malingering), tâche difficile s’il en est et que les médecins au sein du régime carcéral considéraient comme un fardeau bien lourd, difficulté ignorée de leurs confrères exerçant en dehors du système pénitentiaire (Hardy, op.cit., p.75-76 ; Sim, 1990, p.56-59). Un article du Lancet de juillet 1877 (The Lancet, 1877) résume le point de vue du médecin de prison en la matière :

Les médecins de prison ont à faire à des ‘faux malades’ de toutes sortes. De fait, dans la population des détenus, cette pratique a atteint un raffinement qui défie toute description. Elle semble être devenue la spécialité des voleurs rusés et de misérables paresseux. Ils préfèrent exploiter la société plutôt que de gagner leur vie d’une manière honnête. Voilà la population de nos prisons. Tout cela ajoute considérablement aux difficultés liées au travail des médecins, et si des erreurs de diagnostic sont commises parfois, c’est généralement en faveur des détenus.

2Le témoignage du médecin de la prison de Dartmoor inclus dans son rapport annuel à ses supérieurs pour l’année 1878-1879 (« Reports of the Directors of Convict Prisons », 1887-1888, p.177), reprend le même thème :

Encore une année de travail difficile vient de s’écouler, si difficile que personne, hormis un médecin de prison, ne peut vraiment comprendre. Contrairement à ses confrères des hôpitaux publics, il porte seul la responsabilité médicale, et est confronté à un travail professionnel très varié : il doit traiter les maladies les plus anormales, le tout constamment compliqué par le phénomène des faux malades ... [Les punitions] préoccupent et inquiètent le médecin de prison tout particulièrement. Il doit toujours garder à l’esprit que sa responsabilité première reste la bonne santé des détenus. Et pourtant, en même temps, il ne doit pas protéger le criminel, ni donner l’impression de s’ingérer dans les devoirs et les prérogatives de l’autorité disciplinaire.

3L’enjeu de « l’aptitude » d’un détenu pour tel régime de travail, de nourriture ou de punition risquait visiblement d’opposer le médecin à « l’autorité disciplinaire » (McConville, op.cit., p.451-452). Dans son témoignage devant la Commission d’enquête parlementaire de 1863 sur les travaux forcés (« Report of the Royal Commission on Transportation and Penal Servitude », 1863, p.330 : les italiques mes sont personnelles), le Capitaine James Gambier, membre de la Direction centrale des prisons, fit référence à ce genre de tensions. Il décrit les « invalides » comme « les hommes les plus difficiles à gérer car on peine à savoir comment les traiter ; vous ne pouvez pas les punir, le médecin de prison ne vous permettra pas de le faire ... ». Gambier poursuit, en remarquant, apparemment avec regret, que 1360 des 8000 forçats détenus en prison avaient été jugés « inaptes à la relégation » sur l’intervention des médecins de prison (Idem, p.333). Il était crucial dans ce contexte d’établir des critères objectifs pour décider de la punition appropriée ou de l’ « aptitude » d’un détenu à subir les travaux forcés. L’enjeu n’était pas seulement d’effectuer des diagnostics fiables et rapides, mais également de prévenir toute tentative de les remettre en question. Ce sont donc des raisons pratiques qui ont amené les médecins de prison à réfléchir sur la nature des tares physiques et mentales de la population carcérale, et le meilleur moyen de les mesurer. Cette réflexion commence au début des années 1860. Juste avant sa mort en 1863, Sir Joshua Jebb, à la tête de la Direction centrale des prisons pour forçats au Ministère de l’Intérieur, commandita le recensement des 7600 détenus sous sa juridiction et chargea le Dr William Augustus Guy, superintendant médical de la Prison de Millbank à Londres, de l’organiser (« Report to the Convict Prison Commissioners », 1863, p.15-17). Une deuxième étude nationale, entreprise également par le Dr Guy, eut lieu en 1873 (Guy, 1875).

Criminels « faibles d’esprit » (weak-minded) d’après Nicolson (1875)

Criminels « faibles d’esprit » (weak-minded) d’après Nicolson (1875)

4A la fin des années 1860 et au début des années 1870, plusieurs articles parurent dans des revues spécialisées, cherchant à mieux cerner la nature des tares mentales et physiques chez les criminels. Ces recherches, œuvre de deux médecins de prison, le Dr J. Bruce Thomson et le Dr David Nicolson, furent publiées dans le Journal of Mental Science entre 1869 et 1875. Elles concluaient qu’il existait bel et bien un « criminel-type » chez les classes criminelles britanniques, présentant des caractéristiques mentales et physiques scientifiquement identifiables (Thomson, 1869, 1870 ; Nicolson, 1874, 1875). L’idée qu’il était possible d’identifier avec certitude un criminel-type par sa physionomie, voire des sous-types liés à différents crimes motiva également un projet de recherche mis en place sous l’impulsion du Ministère de l’Intérieur à la fin des années 1870. Ce projet, mené par l’anthropologue et statisticien amateur Francis Galton cherchait à déceler un criminel-type par le biais du portrait photographique. La technique développée par Galton, le « portrait composite », devait permettre aux forces de l’ordre d’identifier les futurs récidivistes avant qu’ils ne le soient avérés (Davie, 2003, 2002). L’idée fut abandonnée lorsque Galton lui-même reconnut son incapacité à identifier un visage spécifiquement « criminel ». Pour autant, le commanditaire du projet, Sir Edmund Du Cane (chef du système carcéral britannique entre 1877 et 1895) continuera à croire en l’existence d’un criminel-type repérable à sa physionomie ; un point de vue apparemment largement partagé dans les années 1870 et 1880 par les médecins de prison (Davie, 2004, ch.4).

5Si le discours est parsemé de « criminel-types » et de références aux « stigmates » mentaux et physiques, il ne faut pourtant pas pousser trop loin la similitude entre les recherches des médecins de prison britanniques tels que Bruce Thomson et David Nicolson et les théories de Cesare Lombroso. À la différence de l’anthropologie criminelle, les praticiens britanniques des années 1860 et 1870 n’œuvraient pas pour créer une nouvelle discipline scientifique ; ils n’essayaient pas non plus de se tailler un rôle-clé dans un système juridique réformé. Leurs objectifs étaient, comme nous l’avons vu, tout autres et déterminés en grande partie par les contraintes quotidiennes de leur travail. Ils avaient donc de bonnes raisons thérapeutiques de vouloir trouver des repères fiables - physiques aussi bien que mentaux - permettant l’identification de la « faiblesse d’esprit ». Au départ, celle-ci était avant tout administrative plus que médicale, permettant à un détenu particulier d’éviter les travaux forcés ou une punition donnée. Le contenu psychiatrique de cette catégorie viendra plus tard.

6Comment diagnostiquer scientifiquement les caractéristiques des « faibles d’esprit » ? Cette recherche fut structurée au fil des années par le flux et le reflux des forces et des pressions contradictoires pesant sur les médecins de prison et les hauts-fonctionnaires du système pénitentiaire. Pour autant, si la déficience mentale est loin d’être le simple fruit de l’imaginaire médical, puisque « ce que l’on considère comme ‘anormal’, ‘défectueux’, ‘inférieur’ ou encore ‘dangereux’ évolue avec le temps, ... la définition adoptée nous révèle autant des mentalités de celui qui impose la définition que de celui qui la subit » (Rafter, 1997, p.237 : les italiques me sont personnelles). En réalité, comme le fait remarquer Janet Saunders, les « étiquetés » restent en grande partie insaisissables pour l’historien. Elle nous rappelle que l’appellation « faible d’esprit » était, sans doute, souvent apposée aux détenus rebelles au modèle de résignation stoïque imposée par le régime carcéral. En s’obstinant à ne pas montrer de remords, ces individus devinrent aux yeux des autorités des « imbéciles moraux », incapables d’amendement. Dans d’autres cas, cette étiquette pouvait révéler des dégâts mentaux réels provoqués par de longues périodes passées en isolement cellulaire. Il existait également des prisonniers atteints de formes variées de maladies mentales - d’origine neurologique ou psychologique - et des prisonniers étrangers à l’influence bénéfique de l’instruction, même la plus rudimentaire. Il est probable que seule une petite minorité des détenus qualifiés de « faibles d’esprit » serait diagnostiquée aujourd’hui comme mentalement déficiente. Mais les traces laissées pour l’historien ne permettent pas de trancher définitivement cette question (Saunders, 1988, p.279-280).

7Tentant de comprendre les mentalités de ceux qui « imposaient » la définition de la faiblesse d’esprit, nous pouvons user d’une métaphore, celle d’une variété de lentilles et de filtres colorés posé sur la loupe de Sherlock Holmes, déformant subtilement, presque imperceptiblement, l’image (Davie, 2004, p.15). Dans ce cas précis, certains filtres ou lentilles tendent à encourager l’idée d’une déficience intellectuelle endémique au sein de la population carcérale ; d’autres, en revanche, amenaient à des conclusions moins alarmistes. Parmi les forces et pressions relevant de la première catégorie persistait l’idée forte d’une « classe criminelle » héréditaire et atavique, coupée des classes laborieuses, mais représentant une menace constante pour ces dernières. Cette vision pessimiste d’une masse de criminels intraitables avait un attrait certain pour les professionnels du système pénitentiaire. Dans les années 1860 et 1870, ces derniers se sentaient assiégés par une opinion publique et parlementaire réclamant des résultats immédiats face à la marée de criminalité qui semblait déferler sur le pays, et ce malgré la construction de prisons, inspirées des dernières théories en matière de sciences pénales (et très coûteuses pour le contribuable). Dans ce contexte, l’idée d’une classe criminelle incorrigible, quelle que soit la politique adoptée, servait à détourner cette critique violente. Enfin, parmi les pressions qui encourageaient la thèse d’une épidémie de criminels faibles d’esprit figurait celle de l’intérêt professionnel : certains médecins de prison et de psychiatres cherchaient à faire de cette catégorie de la population carcérale le sujet d’une nouvelle spécialité clinique medico-pénale. L’imprécision des définitions officielles de la faiblesse d’esprit - il s’agissait de mesurer avec « une règle élastique » selon certains (voir Radzinowicz & Hood, 1990, p.458) - laissait une place importante à l’interprétation personnelle. Pour ces spécialistes, forte était la tentation d’interpréter les données afin d’amplifier l’extension de la maladie ; ce qui aboutirait à la création d’une nouvelle branche de la médecine légale et peut-être une nouvelle sous-spécialité de la psychiatrie. Pour les médecins de prison et les fonctionnaires du système pénitentiaire, cependant, d’autres forces et pressions tiraient dans le sens opposé, rejetant la tendance d’assimiler tout comportement criminel ou presque à la déficience mentale irréversible. Les médecins de prison participaient, après tout, à une machine à but punitif et disciplinaire. De manière générale, comme d’autres professionnels de la justice criminelle d’ailleurs, ils n’y voyaient aucun problème de conscience. La défense de la santé des détenus, mission fondamentale des médecins de prison, pouvait les mettre en porte-à-faux avec les impératifs punitifs de leur hiérarchie. Ils ne condamnaient pourtant jamais le droit moral du régime pénitentiaire d’imposer des travaux forcés, de réduire l’alimentation ou d’infliger un châtiment corporel. Sévérité et clémence constituaient, comme l’a fait remarqué l’historien Martin J. Wiener, les deux facettes d’un seul et même problème pour les médecins carcéraux. Si la fonction première de la prison était de punir, l’amendement, du moins pour la majeure partie du dix-neuvième siècle, préoccupait moins, car seule la manière forte, pensait-on, pouvait permettre de dissuader efficacement les malfaiteurs potentiels, de succomber à la tentation de la vie « facile ». Les fonctionnaires de prison et le personnel médical avaient peu de raisons de soutenir la théorie de la criminologie positiviste, selon laquelle tout récidiviste - ou pire, tout criminel - était programmé dès la naissance à commettre des méfaits, ses tares héréditaires clairement identifiables au moyen de stigmates anatomiques et physiologiques standardisés. Selon cette analyse, les prisons devaient être massivement converties en « hôpitaux moraux » ou encore en colonies bienveillantes pour criminels malades et condamnés. Qu’adviendrait-il alors de la dissuasion ? du personnel d’encadrement ? Si ces institutions voyaient le jour, elles généreraient sans doute un nouveau type de spécialiste, « l’anthropologue criminel », capable d’évaluer chaque détenu par rapport à une liste immuable de stigmates, de le classer dans telle ou telle catégorie, avant de l’envoyer à l’institution adaptée à ses besoins pour « traitement ». David Nicolson, dans un discours de 1895 devant la Medico-Psychological Society (Nicolson, 1895), fustigea cette vision restrictive du rôle du médecin de prison réduit à celui de simple technicien administratif, comparant les criminels à une liste invariable de « stigmates de la criminalité » avant de les trier, comme des perles colorées, dans une des catégories pré-établies :

J’espère que n’arrivera jamais le jour où l’on s’attendra à ce que nous, médecins, sortions un craniomètre pour mesurer le crâne, lors de l’examen médical d’un suspect ou d’un détenu, ou que nous fassions confiance aux informations statistiques sur la couleur, la taille, ou la forme d’un organe.

8Les médecins en poste dans les prisons britanniques espéraient donc tenir un rôle plus utile et plus prestigieux dans le système carcéral que celui d’employé de bureau chargé du tri et du classement des détenus. Ils recherchaient une fonction qui les intégrerait au statut social et professionnel (en pleine croissance) de la profession médicale dans son ensemble. Après tout, leurs confrères de l’extérieur pouvaient espérer guérir leurs patients (du moins en principe) ; et disposaient d’un corpus croissant de connaissances sur les causes des différents désordres psychologiques et psychiatriques. Les médecins de prison tenaient eux aussi à participer à ces développements de la science qui faisaient la réputation de leur discipline. Ils voulaient adapter la nouvelle expertise médicale à leur propre clientèle, voire contribuer au progrès de cette expertise. Cette conception du criminel était incompatible avec celle qui avançait l’incorrigibilité d’une proportion importante des détenus. Compte tenu du fait que la criminologie britannique est née dans ce contexte medico-pénal, les priorités de ce petit groupe de professionnels très unis jouèrent un rôle fondamental.

9Les Britanniques estimaient devoir pour d’autres raisons résister à l’appel de l’anthropologie criminelle. Les théories du criminel-type - tout comme la physiognomonie de Lavater et la phrénologie de Gall, représentaient au mieux un rappel pittoresque de la préhistoire de l’analyse scientifique du comportement criminel. En recyclant les vieux stéréotypes de criminels ataviques à la mâchoire saillante et au front fuyant, on risquait de flatter en toute démagogie ce que le British Medical Journal de 1894 décrivait comme « l’amour morbide pour les criminels notoires encouragé par nos journaux bon marché au style verbeux et aux récits à figer le sang ». Que les romans à deux sous, les ballades de rue et le théâtre populaire alimentent cet intérêt malsain auprès du grand public (détails croustillants d’actes sanglants et histoires biographiques des « monstres » qui les avaient commis... ) était une chose. Que des hommes de science s’abaissent ainsi en était une autre ! Selon la revue, ces pratiques représentaient « un danger plus grand pour la société que ‘la confluence atypique’ des fissures du cerveau et les autres signes dont se servent les criminologues à la Zadig » (British Medical Journal, 1894).

10L’eugéniste Karl Pearson (Pearson, 1909, p.6) évoqua également la façon dont la théorie de Lombroso :

... possède des qualités qui parlent à l’imagination d’un grand public totalement dépourvu d’esprit scientifique. Ses impressions du Criminel proviennent des articles superficiels de journaux, de la littérature romantique des criminels pittoresques, des traités pseudo-scientifiques où la précision laisse place aux détails piquants, et des galeries de chez Madame Tussaud.

11Cependant, on considérait que l’influence insidieuse de l’anthropologie criminelle allait au-delà de sa contribution aux craintes du grand public, face au « croque-mitaine » criminel. En peignant ce dernier comme la victime passive d’une hérédité défectueuse, la doctrine de la responsabilité légale individuelle pouvait être remise en question, sapant ainsi tous les principes de base de la jurisprudence criminelle (Radzinowicz & Hood, op.cit., p.16-19). Il est frappant qu’au sein de l’establishment medico-pénal britannique, on ait souvent cherché à souligner le nombre relativement faible de détenus rendus légalement irresponsables de leurs actions en raison de leurs déficiences mentales et/ou physiques. Ainsi le Dr David Nicolson témoigna devant la commission d’enquête parlementaire de 1895 que l’on pouvait considérer qu’ « une très large proportion » de criminels était saine d’esprit et donc responsable de ses actions (« Report from the Departmental Committee on Prisons », 1895, p.312). Dans la même veine, le Dr Robert Gover, superintendant médical auprès de la Direction centrale des prisons, mit en garde ses collègues sur l’expression « faible d’esprit », « terme extrêmement vague » selon lui, qu’il ne fallait pas utiliser pour permettre à des « hommes brutaux et sensuels » d’échapper à la punition et aux travaux forcés (cité dans Wiener, 1990, p.353). Il n’existait donc aucune incompatibilité fondamentale en Grande-Bretagne entre la discipline naissante de la criminologie, du moins dans sa version dominante, et le paradigme de la responsabilité personnelle cher aux juristes de la fin du dix-neuvième et du début du vingtième siècles. On estimait que la majeure partie des détenus était perfectible ; un point de vue non seulement en harmonie avec la jurisprudence anglaise, mais également en accord avec l’élan de volontarisme optimiste qui animait le milieu médical à partir des années 1890. On peut y voir l’influence de nouveaux courants intellectuels, prônant une plus forte intervention bienveillante de l’Etat et sa mise en œuvre par un nouveau cadre de fonctionnaires issus de milieux aisés.

12La force de ces courants intellectuels optimistes, mise en exergue dans les recherches des historiens Victor Bailey (Bailey, 1997) et William J. Forsythe (Forsythe, 1991, 1995), limita le terrain d’entente entre la philosophie de l’establishment medico-pénal britannique d’une part, et le mouvement eugéniste de l’autre. Etait lancée une sorte de pont précaire entre ces deux démarches apparemment antagonistes sur le diagnostic du « problème de la débilité mentale ». La vision apocalyptique propagée par les eugénistes, mettant en scène un pays assiégé par de petits malfrats sexuellement déviants et fortement féconds, vision nourrie des craintes de concurrence industrielle et du déclin impérial, a contribué à convaincre beaucoup d’hommes politiques, hauts fonctionnaires et autres décideurs que « la prise en charge et le contrôle des débiles mentaux » (pour reprendre le titre d’un célèbre rapport de 1908) était un enjeu d’une importance primordiale (« Report of the Royal Commission on the Care and Control of the Feeble-Minded », 1908).

13Ce sentiment d’urgence, et non les solutions préconisées par le mouvement eugéniste, s’est répandu, y compris au sein de la criminologie britannique. Dans ce contexte, l’identification fiable de criminels imbéciles - et même de futurs criminels imbéciles - devint une question-clé. Cela explique pourquoi les « stigmates » biologiques (y compris physionomiques) de la criminalité gardèrent leur importance, alors que dans la même période, l’idée, très à la mode avant 1850, d’un régime carcéral adapté, capable d’amender les détenus, connaissait un regain de popularité. Il s’agit donc du paradoxe de la criminologie britannique à la veille de la Première Guerre Mondiale. Les théories expliquant la criminalité par les facteurs héréditaires ne l’emportèrent pas nettement sur celles qui privilégiaient le rôle du milieu. Ni l’inverse d’ailleurs. L’accent fut, au contraire, mis sur les théories innéistes pour certaines catégories de criminels, notamment pour les criminels frappés de débilité mentale, tout en soulignant l’importance du libre-arbitre, mêlé à une dose judicieuse de circonstances atténuantes de nature sociale, pour les autres.

Haut de page

Bibliographie

Références

« Criminals and Criminal Anthropology », British Medical Journal, 24 fév. 1894, p.427.

(Sans titre), The Lancet, 7 juillet 1877, p.18.

Nicolson (David), « The Morbid Psychology of Criminals », Journal of Mental Science, vol.19, 1873, p. 222-32 ; 398-409, vol. XX, 1874, p. 20-37, 167-185, 527-551, vol. XXI, 1875, p. 18-31, 225-250.

Nicolson (D.), « Presidential Address », Journal of Mental Science, vol. XLI, 1895, p. 567-591.

Pearson (Karl), « Report upon the aims, methods, progress and results of a statistical investigation now being conducted for the prison commissioners at the Biometric Laboratory, University College », University College Library, Londres, Pearson Papers, 366, [1909 ?].

« Report from the Departmental Committee on Prisons » [Commission Gladstone], Parliamentary Papers, 1895, vol. LVI.

« Reports of the Directors of Convict Prisons », Parliamentary Papers, 1878-1879, vol. XXXV.

« Report of the Royal Commission on the Care and Control of the Feeble-Minded », Parliamentary Papers, 1908, vol. XXXV-XXXIX.

« Report of the Royal Commission on Transportation and Penal Servitude », Parliamentary Papers, 1863, vol. XXI.

« Report to the Convict Prison Commissioners », Parliamentary Papers, 1863, vol. XXIV.

Thomson (J. Bruce), « The Hereditary Nature of Crime », Journal of Mental Science, vol. XV, 1869, p.487-98.

Thomson (J. B.), « The Psychology of Criminals », Journal of Mental Science, vol. XVI, 1870, p.321-350.

Ouvrages consultés

Bailey (Victor), « English Prisons, Penal Culture and the Abatement of Imprisonment, 1895-1922 », Journal of British Studies, juillet 1997, p. 285-324.

Davie (Neil), « Identifier les tueurs-né s », Le Monde diplomatique, décembre 2002, p.31.

Davie (N.), « ‘Une des défigurations les plus tristes de la civilisation moderne’ : Francis Galton et le criminel composite », in Michel Prum (dir.), Les Malvenus : Race et sexe dans le monde anglophone, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 191-220.

Davie (N.), Les Visages de la criminalité : à la recherché d’un criminel-type scientifique en Angleterre, 1860-1914, Paris, Kimé, 2004.

Forsythe (William J.), Penal Discipline, Reformatory Projects and the English Prison Commission, Exeter, Exeter University Press, 1991.

Forsythe (W. J.), « The Garland Thesis and the Origins of Modern English Prison Discipline », The Howard Journal, vol. 34,3, août 1995, p. 259-73.

Hardy (Anne), « Development of the Prison Medical Service, 1774-1895 », in Creese (Richard) et al. (dir.), The Health of Prisoners : Historical Essays, Amsterdam, Editions Rodophi, 1995, p. 59-82.

McConville (Sean), A History of English Prison Administration : Volume I 1750-1877, Londres, Routledge, 1981.

Rafter (Nicole Hahn), Creating Born Criminals, Urbana, University of Illinois Press, 1997.

Saunders (Janet), « Quarantining the Weak-minded : Psychiatric Defintions of Degeneracy and the Late-Victorian Asylum », in W.F. Bynum et al. (dir.), The Anatomy of Madness : Essays in the History of Psychiatry, t.3, Londres, Routledge, 1988, p.273-296.

Sim (Joe), Medical Power in Prisons : the Prison Medical Service in England 1774-1989, Buckingham, Open University Press, 1990.

Smith (Richard), « History of the Prison Medical Services », British Medical Journal, vol. 287, 10 décembre 1983, p. 1786-1788.

Watson (Stephen), « ‘Malingers’, the ‘Weakminded’ and the ’Moral Imbecile’ ; How the English Prison Medical Officer Became an Expert in Mental Deficiency », in Michael Clark et Catherine Crawford (dir.), Legal Medicine in History, Cambridge, Cambridge University Press, 1994 , p.223-41.

Wiener (Martin), Reconstructing the Criminal : Culture, Law and Policy in England, 1830-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Criminels « faibles d’esprit » (weak-minded) d’après Nicolson (1875)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/133/img-1.png
Fichier image/png, 23k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Neil Davie, « L’expertise médicale et légale dans l’émergence de la criminologie en Grande-Bretagne (1870-1918) », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la criminologie, 3. Criminologie et droit pénal, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 30 mars 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/133

Haut de page

Auteur

Neil Davie

Neil Davie est Professeur de civilisation britannique à l’Université Lumière Lyon 2. Docteur en sociologie de l’Université d’Oxford, il a publié de nombreux articles en histoire sociale, notamment sur l’histoire de la criminologie et des politiques de justice pénale en Grande-Bretagne aux XIXe et XXe siècles. Il est l’auteur de Les Visages de la criminalité : à la recherche d’une théorie scientifique du criminel-type en Angleterre, 1860-1914 (Paris, Kime, 2004) et de Tracing the Criminal : The Rise of Scientific Criminology in Britain : 1860-1918 (Oxford, Bardwell Press, 2005). Neil Davie est membre du comité de rédaction de Criminocorpus.  

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page