Navigation – Plan du site
4. L’anthropologie criminelle en Europe

Les nouvelles théories de la criminalité en Espagne sous la Restauración (1875-1910)

Ricardo Campos

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

1Perceptible dès les années 1880, l’intérêt pour l’anthropologie criminelle est en Espagne au centre des préoccupations scientifiques et littéraires, de l’opinion publique même jusqu’au début des années 1910. Ce phénomène est intimement lié à la fascination que la criminalité et le criminel suscitent dans la société espagnole de la Restauración. Dès la fin des années 1870, la presse “commence à faire des actes criminels un usage spectaculaire, reléguant à l’arrière plan, dans les cas les plus importants, le reste des informations”. Les journaux faisant la part belle aux actes délictueux et au déroulement des procès voient augmenter leur tirage. Les journalistes réalisent des enquêtes parallèles et prennent parti en faveur ou contre tel ou tel criminel, ce qui provoque plus d’un affrontement avec les juges. Les crimes commis à l’étranger ont également leur place dans les journaux espagnols. C’est ainsi que des feuilletons et des collections dédiés aux crimes et aux procès les plus importants sont publiés. Les revues professionnelles n’échappent pas non plus à cette fièvre et relatent le déroulement des procès dans des sections spéciales. De plus, à partir du 14 septembre 1882 les procès sont publics et oraux, et deviennent un évènement auquel peuvent assister toutes les classes sociales. La société espagnole de la Restauración paraît fascinée par l’univers de la criminalité et particulièrement par les crimes monstrueux (Maristany, 1973, p.19-30 ; Trinidad, 1991, p. 236-244). C’est dans ce contexte socioculturel que l’on discute les thèses de l’anthropologie criminelle italienne, qui jouiront d’une grande popularité pendant de nombreuses années avec, en contrepoint, les travaux de la sociologie criminelle d’origine française. Les unes et les autres finiront par s’entremêler, ce qui rend difficile l’évaluation de leurs influences sur les auteurs espagnols. A partir du milieu de la décennie 1890 les points de vue sociologiques semblent toutefois l’emporter sur les positions purement anthropologiques.

2Un des aspects les plus importants pour comprendre le contexte de l’impact des nouvelles théories de la criminalité en Espagne est la polémique sur le positivisme scientifique et l’évolutionnisme tant dans les débats scientifiques que dans l’opinion publique. Soutenus par l’église catholique et encouragés par le régime mis en place par la Restauración des Bourbons, les milieux les plus conservateurs affichent leur rejet des nouveaux courants scientifiques, un rejet qui ira jusqu’à provoquer en 1876 le limogeage de certains professeurs d’université trop favorables aux idées nouvelles (Nuñez, 1975 ; Nuñez 1977 ; Glick, 1982). Il n’est donc pas surprenant de voir que les défenseurs de l’anthropologie et de la sociologie criminelle soient dans leur immense majorité des libéraux progressistes, républicains ou socialistes. Durant la décennie de 1890, un autre élément renforça l’intérêt pour les écrits scientifiques sur la criminalité. Les élites espagnoles furent peu à peu gagnée par un sentiment de décadence qui toucha même le régime politique après la perte de Cuba, Porto Rico et des Philippines en 1898 au profit des Etats Unis. Le terme de dégénérescence s’imposa alors au sein de divers milieux sociaux pour définir les maux qui s’abattaient sur la société espagnole et qui nourriront le discours. C’est ce même sentiment qui nourrit le mouvement « régénérateur » de la société espagnole du début du 20e siècle. Ces usages métaphoriques de la dégénérescence s’apparentaient bien évidemment aux postulats de la criminologie ; les criminologues espagnols de cette époque s’inspirèrent de ce courant régénérateur dans nombre de leurs écrits (Campos Martínez ; Huertas, 2000).

L’anthropologie criminelle et les expertises psychiatriques

3En 1883, Angel Pulido (1850-1936) participa à l’Athénée de Madrid à un cycle de conférences dont le sujet était « l’Etat actuel de la Phrénologie et ses liens avec le Droit pénal ». Son intervention traitait des Locos Delincuentes (Pulido, 1883). Il affirmait que Lombroso commençait à être connu en Espagne bien que l’Uomo delinquente (1876), n’avait pas encore été traduit en espagnol. Pulido faisait partie du groupe de jeunes et enthousiastes médecins qui suivaient l’enseignement du psychiatre José María Esquerdo (1842- 1912) qui, depuis la fin des années 1870, menait une action dans les salles de justice dans le but de porter à la connaissance de l’opinion publique et des magistrats les avancés scientifiques de la psychiatrie et obtenir ainsi sa légitimation sociale en tant que discipline scientifique. La stratégie se fondait sur la démonstration publique de la relation entre crime et folie. Cette démonstration avait pour conséquence la revendication d’une prise en charge psychiatrique du criminel fou (Alvarez Uría, 1983 ; Campos ; Martinez ; Huertas, 2000 ; Huertas, 2002). Même si les aliénistes espagnols avaient déjà travaillé en ce sens, les années 1880 marque un tournant avec l’irruption des postulats sur la dégénérescence et une nouvelle insistance à mettre en relation l’héritage biologique, les stigmates physiques et la folie afin de diagnostiquer la nature maladive de l’accusé et demander son enfermement dans un asile. Les crimes, comme celui commis par Otero qui, en 1878, attenta à la vie du roi Alphonse XII et surtout celui de José Garayo, le Sacamantecas, qui entre 1870 et 1879 viola et éventra plusieurs femmes dans la province d’Alava, marquèrent le début de cette offensive. Esquerdo intervint en tant qu’expert dans le procès du Sacamantecas, défendant sa folie et son irresponsabilité mais sans succès. Garayo fut condamné à mort et exécuté en 1880. L’année suivante, Esquerdo fit une série de conférences intitulées Locos que no lo parecen (1881) dont l’unique objet était de défendre la folie du Sacamantecas et de démontrer ainsi l’erreur judiciaire. Au-delà du diagnostic de monomanie érotique qui appartenait à la clinique aliéniste du première dix-neuvième siècle, de nombreux éléments de la thèse de la dégénérescence et d’importants points de connexion avec les nouvelles théories de Lombroso apparaissaient clairement (Huertas, 2004). Ainsi, la description anthropométrique du prévenu : « Garayo, du point de vue somatique, présente une tête contrefaite, difforme ; mais quelle difformité, messieurs ! Base large, voûte crânienne resserrée, front étroit et occiput plus large ; la courbure postérieure est tellement fuyante que du haut de la tête jusqu’à la partie postérieure de la nuque il n’y a qu’un seul plan ; de part et d’autre de ce plan on peut distinguer deux larges proéminences : le diamètre transversal prédomine sur l’antéropostérieur et des deux moitiés qu’il divise la droite est plus grande que la gauche : il ne présente sur toute sa surface qu’une seule cicatrice de 3 centimètres de long, vestige d’une ancienne blessure. » (Esquerdo, 1881). Cette description est complétée par celle de son visage dont les caractéristiques étaient des pommettes saillantes, de petits yeux, enfoncés, différents, non alignés et des sourcils fournis. Garayo présentait également un strabisme et avait la voix rauque. Tous ces signes, ajoutait Esquerdo, lui « donnent un aspect ténébreux » et un regard animal et intense. (Esquerdo, 1881). Fidèle à ce portrait, Esquerdo découvre d’autres stigmates au niveau des testicules de Garayo, qu’il décrit comme très développés, l’un d’eux atteint d’hydrocèle. Les pollutions nocturnes étaient la confirmation de telles difformités. Même si Esquerdo cite Morel et non Lombroso, il est très probable qu’il connaisse déjà les travaux du médecin italien puisqu’il semble qu’à la même époque quelques-uns de ses disciples et proches s’en inspirait directement. C’est le cas de José María Escuder et de son livre Quemas y Crímenes (1881), d’Angel Pulido lors de la conférence de 1883 ou de la série d’articles de Victoriano Garrido que la Revista de Legislación y Jurisprudencia publia en 1886 sous le titre La cárcel o el manicomio puis édités en 1888 sous la forme d’un livre avec une préface d’Esquerdo. Comme Esquerdo, Garrido rejetait « ce concept métaphysique », « cet obstacle au progrès » qu’était la « croyance en l’existence du libre arbitre » en opposant aux « vielles croyances anachroniques » de « l’école correctionnaire » juridique les « eaux limpides de l’école positiviste » (Garrido 1888, p. 6-9). Garrido estimait que les études de Ferri et de Lombroso attiraient tant l’attention des juristes, médecins et législateurs qu’il était devenu impossible de se soustraire au « courant général qui imprégnait comme une douce rosée l’esprit contemporain » (Garrido 1888, p. 230). En parallèle, les élèves d’Esquerdo continuaient l’offensive dans les salles de justice, favorisée depuis 1882 par les procès oraux et publics, qui permettaient la présence de curieux et de la presse quotidienne. Cette dernière offrait une très grande diffusion des idées qui mettaient en relation la folie avec la criminalité et des arguments anthropométriques utilisés par les experts pour les justifier. Les chroniques s’enchaînaient : procès de Manuel Morillo (1884), accusé d’avoir assassiné la mère de sa fiancée (Campos, 2006), du curé Galeote meurtrier de l’évêque de Madrid (1886) (Alvarez Uría, 1979 ; Campos, 2003), de Hillairaud (1887) qui essaya d’assassiner le Maréchal Bazain à Madrid ou encore celui de l’écrivain Remigio Vega Armentero (1889) qui tua sa femme de jalousie (Fernández, 2001). Jaime Vera (1859-1918), Luis Simarro (1851-1921) et José María Escuder, tous liés à Esquerdo, y participaient en tant qu’experts, pour attester la folie des accusés et défendre ainsi le lien entre folie, criminalité et conformation organique anormale. Escuder se détachera de tous les autres dans la défense de ces postulats et ses rapports d’expertise dans les affaires Morillo, Galeote et Hillairaud sont un exemple de l’utilisation scolastique et dogmatique des postulats de la dégénérescence et des théories de Lombroso en même temps qu’ils constituent une attaque subtile du droit pénal classique. Ses expertises se caractérisent par la reconstruction des arbres généalogiques des accusés truffés de malades mentaux et d’anormaux qui lèguent leurs souffrances de génération en génération jusqu’à ce que soit engendré le fou criminel qu’on est en train de juger. Escuder n’oubliait pas non plus de décrire amplement les stigmates physiques afin de démontrer de façon accablante la maladie mentale de l’accusé, prouvant par ses descriptions pleines de détails une maîtrise de ce nouveau savoir qu’il rendit explicite dans son rapport sur Galeote lorsqu’il affirma « ces enquêtes peuvent répugner quelques uns mais sans la boue il n’y aurait pas d’Agriculture, sans cadavre de Médecine et sans fous criminels on n’aurait pas créé l’Anthropologie Criminelle ». Plusieurs années plus tard, dans son livre Locos y anómalos (1895), Escuder consigna ses réflexions en se montrant un fervent partisan de Lombroso. Intervenant comme expert dans les affaires Galeote et Hillairaud, Simarro se montra également bon connaisseur des dernières tendances en psychiatrie et criminologie. Aliéniste bien formé, il avait exercé en tant que directeur médecin del Maniconio Nacional de Santa Isabel de Leganés entre 1877 et 1879, où il avait pratiqué régulièrement pour la première fois en Espagne l’autopsie des patients décédés, ce qui lui valut d’ailleurs un conflit avec le personnel ecclésiastique qui y travaillait (Moro ; Villasante, 2002). Le fait que cet asile hébergeât un grand nombre de délinquants fous fit que lésion anatomique, folie et crime apparaissaient en étroite connexion les uns des autres, prémices d’une conviction qui se trouva confortée des années plus tard lors de l’arrivée de l’Anthropologie criminelle en Espagne. (Huertas, Martinez, 1993). Le séjour de Simarro à Paris entre 1880 et 1885, lui donna l’occasion de suivre les cours de neuro-histologie de Ranvier et de psychiatrie de Charcot et Magnan. Il suivit même une formation en anthropologie à l’Ecole d’Anthropologie de Paris. Expert de la défense en 1886 dans l’affaire Galeote il profita de l’occasion pour démontrer ses connaissances tout fraîchement acquises. Dans son rapport, la description des caractères somatiques externes de l’accusé est systématiquement présentée avec l’exposé de l’état de ses facultés mentales, en arguant du fait que les deux explorations font partie de la même étude clinique. Simarro commençait son rapport en affirmant que Galeote souffrait d’une « maladie mentale dégénérative », ce qui faisait qu’il s’agissait d’un cas qui « offrait deux aspects très importants : un d’ordre anthropologique et un autre d’ordre clinique », dont les données « devaient absolument être déterminé ». Soulignant le rôle très important de l’exploration somatique, Simarro précisait les signes diagnostics : « je résumerai les perturbations somatiques aux expressions habituelles ; la taille du crâne en relation avec la stature révèle qu’il est, en général, plus petit que le crâne minimum normal et vient juste après, au niveau du volume, le crâne des imbéciles et des idiots ; il s’agit d’un microcéphale. Le crâne de Galeote présente une anomalie circonstancielle qui est que même lorsque la moitié antérieure est moins développée que la postérieure, elle ne l’est pas au point d’offrir un développement compensateur. La base du crâne semble devoir être plus haute : il y au minimum deux motifs qui poussent à le croire : la disposition des conduits auditifs qui n’offrent pas les caractères normaux et l’élévation de la voûte du palais, de sorte que le crâne est petit et particulièrement déformé dans sa partie antérieure ». (Varela, Alvarez-Uria, 1979, p. 100) Simarro poursuit avec les stigmates physiques de Galeote en décrivant « la mauvaise implantation de ses dents et la présence de quatre dents de sagesse, chacune d’elles pourvue de quatre racines », signes évidents de sa dégénérescence atavique.

4C’est ainsi que les aliénistes jouèrent un rôle important dan l’introduction, ou tout au moins dans la familiarisation des espagnols avec la terminologie et les pratiques de l’Anthropologie criminelle, comme le soulignent les examens anthropologiques préalables aux rapports d’expertise pour prouver l’état d’anormalité du délinquant. Il faut préciser toutefois que l’utilisation de concepts propres à l’Anthropologie criminelle de la part des aliénistes espagnols n’avaient pas alors pour but de démontrer l’existence d’un criminel né mais de prouver de manière « organique » la folie des criminels et de provoquer ainsi un débat sur les concepts de libre arbitre et de responsabilité.

Réception et diffusion de l’Ecole italienne. Le travail de Pedro Dorado Montero, Rafael Salillas et Constancio Bernaldo de Quirós

5La notoriété des rapports d’expertise dans la diffusion de la scuola italiana provoqua de furieuses réponses de la part des magistrats. En 1887, le président de la cours suprême terminait son discours d’ouverture des tribunaux en assurant que ceux ci rejetteraient systématiquement les nouvelles doctrines positivistes qui détruisent tout ordre social. (Maristany, 1973). L ’affrontement entre juristes et médecins sur la responsabilité du délinquant et par extension sur la nature du criminel devinrent habituelles dans la société espagnole et se reproduisirent dans divers forum comme à l’Académie Médico-Chirurgicale de Madrid, l’Athénée ou l’Académie de Jurisprudence, débouchant parfois sur des attaques personnelles. (Campos, 2003). Cependant, certaines critiques furent plus subtiles comme celles du professeur en droit pénal de l’ Université d’Oviedo Felix Aramburu (1848-1913). Partisan des thèses correctionnaires, il prononça en 1886 cinq conférences critiques sur l’école lombrosienne qu’il publia en 1887 sous le titre La nueva ciencia penal (exposición y crítica). L’oeuvre était un exposé et une réfutation des idées de Lombroso, et malgré son caractère très critique le premier exposé public et détaillé de l’anthropologie criminelle en Espagne (Maristany, 1973). Aramburu défendait le droit pénal classique et discréditait l’anthropologie criminelle en tant que science, opposant au déterminisme biologique et aux innovations pénales de Rafael Garofaldo et Emilio Ferri, l’existence du libre arbitre et l’échelle des peines. De fait, Aramburu voyait dans l’anthropologie criminelle « une dangereuse dénaturalisation du droit et des fonctions du juriste » et un essai d’intrusion de la science dans le domaine pénal. Cependant, les premiers exposés méthodiques sur le lombrosianisme appartiennent à Pedro Dorado Montero (1861-1919) et à Rafael Salillas (1854-1923). Dorado, juriste et professeur de droit pénal à l’université de Salamanque, avait eu l’occasion de se familiariser directement avec l’école positiviste italienne lors de son séjour à l’université de Bologne entre 1885 et 1887 où il fut le disciple et ami de Ferri. En 1886, il publia l’article « sur l’état de la science juridique italienne aujourd’hui », première et brève approche du thème développé dans les ouvrages La Antropología criminal en Italia (1889), et El Positivismo en la ciencia jurídica y social italiana (1891). Bien qu’il ne partagea pas tous les principes de l’école italienne et qu’il montra son rejet de l’idée du criminel né, Dorado contribua de façon significative à la vulgarisation des propositions de Lombroso et de ses partisans. Sa tâche ne se limita pas à la publication de ces oeuvres. Durant les années qui suivirent il écrivit de nombreux articles dans lesquels l’anthropologie fut présente et il traduisit en espagnol plusieurs oeuvres de E. Sighele et surtout en 1902, la Medicina legal de Lombroso. Dorado Montero mena à bien une critique subtile de l’école italienne en l’épurant de nombre de ses aspects. Partant de positions correctionnaires et bien qu’imprégné d’un certain syncrétisme, il arriva à la considération que la science pénale du futur serait un « mariage entre l’école correctionnaire et la positiviste, l’infusion de l’esprit de la première dans le cumul d’informations peu ordonné de la seconde ». (Maristany, 1973, p. 44). Dorado Montero insistait davantage sur la transformation du délinquant que sur son châtiment car il percevait la possibilité de détérioration morale et considérait que les apports de la médecine et de la psychiatrie devaient être incorporées aux études pénales. Il fallait approfondir dans le futur l’idée correctionnaire et utiliser les avancés scientifiques dans le but d’obtenir la réhabilitation du délinquant. Dans toute son oeuvre Dorado propose, face aux mesures répressives voire destructrices de l’école italienne, une position plus humaine. Il considère le délinquant comme un malade de l’âme et propose que les prisons soient des cliniques de l’âme où une thérapie adaptée y serait appliquée. L’idée de peine disparaît au profit de celle de protection, tutelle et traitement. La société n’aurait pas le droit d’éliminer les délinquants mais au contraire l’obligation de les éduquer et de les protéger puisque ces délits seraient les fruits de cette même société. (Trinidad, 1991, p.327-333). Pendant plusieurs années, Rafel Salillas fut en Espagne le plus important partisan de Lombroso. Titulaire d’une licence en Médecine, sa carrière professionnelle fut étroitement liée aux institutions pénales. En 1880, il entre en tant que fonctionnaire à la Direction Générale des Prisons et dirige en 1885 le service d’ Hygiène et d’Anthropologie du Ministère de l’ Intérieur, où il collabore avec Simarro à la rédaction d’une loi sur les asiles judiciaires. En 1886, il publie dans la Revista General de Legislación y Jurisprudencia, La vida penal en España : une série d’articles dédiés aux problèmes pénaux en Espagne qu’il édite en un livre en 1888, et qui lui vaudra les éloges de Lombroso lui-même. (Galera, 1991, p 54-56). La même année, il est responsable de l’organisation de la section pénitentiaire de l’Exposition Universelle de Barcelone et prononce une conférence à l’Athénée de Madrid intitulée "l’Anthropologie et le droit pénal" (1888) dans laquelle il fait une fougueuse défense de l’anthropologie criminelle. Les années suivantes, Salillas se maintient dans l’orthodoxie lombrosienne, publiant de nombreux travaux tout en créant, aux côtés du légiste Angel María Alvarez Taladrid, la Revista de Antropología Criminal y Ciencias Médico-legales qui paraîtra jusqu’à fin 1889. En 1890 elle change de nom et s’appelle désormais Revista Internacional de Antropología Criminal. Cette revue reçoit un excellent accueil international et de nombreuses lettres de félicitation de Lombroso, Ferri, Garolfaldo, Lacassagne et Tarde, assorties de proposition de participation, arrivent vite. A l’occasion de sa création, Lacassagne publia un article dans lequel il affirmait : « c’est la soeur de nos Archives, et c’est avec plaisir que nous voyons enfin les savants de nations latines s’unir sur le terrain des investigations anthropologiques pour chercher par eux mêmes la vérité » (Galliot, p 526). Fruit de cet appui international, en octobre 1888, la revue est nommée organe officiel du Second congrès international d’Anthropologie Criminelle de Paris et du Congrès international de Médecine légale de New York. Cette publication a sans aucun doute contribué à ancrer l’anthropologie criminelle en Espagne et à diffuser ses idées. Parmi les personnes qui y participèrent on pouvait trouver Salillas, Alvarez Taladriz, Macias Picavea et des personnalités de la criminologie européenne comme Lacassagne et Puglia qui appartenaient au conseil de rédaction. De nombreux articles des représentants de la Nuova Scola et de l’Ecole française y furent publiés. (Galera, 1991, p 105-110). En 1892, sous l’élan des idées lombrosiennes et la direction de Salillas, est créée la Nueva Ciencia Jurídica. Malgré une durée de vie de seulement deux ans, elle fit connaître des textes espagnols et étrangers, contribuant à la diffusion des nouvelles idées en matière pénale. Salillas se chargea de la section « Museo Criminológico Español » qui fut « la première et - peut-être- la seule tentative d’appliquer systématiquement la méthodologie lombrosienne à l’examen et à l’étude du délinquant espagnol ». (Maristany, 1973, p.36). Cependant, après avoir été très proche de l’orthodoxie de l’école positiviste, Salillas s’en éloignera au milieu des années 1890, pour élaborer sa propre théorie qu’il développera dans ses ouvrages El delincuente español. El lenguaje (1896), et el Delincuente espagnol. Hampa (1898). Face aux facteurs endogènes et individuels qui prédominent dans la théorie de Lombroso, Salillas lui opposera dans Hampa la carence nutritionnelle comme principale cause de la dégénérescence et des conduites délictuelles (Maristany, 1973, p. 39-40 ; Galera, 1991, p. 68-75). Le revirement sociologique de sa théorie vient de l’idée de la carence alimentaire de l’individu qu’il met en étroite relation avec la pauvreté et donc par là à un contexte social particulier. Ainsi, le délinquant serait la conséquence d’un manque nutritionnel dont il aurait souffert durant son enfance et qui aurait provoqué un état de dégénérescence organique qui se retrouverait dans son aspect morphologique et son comportement. En définitive, le manque d’aliment produirait des altérations du développement individuel qui générerait l’apparition d’un type anthropologique propre au délinquant. Sallilas ne partait pas des concepts essentiels du lombrosianisme comme l’atavisme, la dégénérescence ou l’épilepsie, mais il leur donnait un sens nouveau en les intégrant dans un corpus théorique différent. (Galera, 1991, p 72-73). Salillas lui-même signalait qu’on n’employait pas « comme point de départ ni le concept de dégénérescence, ni celui de l’atavisme, ni celui de l’épilepsie, ni celui de l’hystérie, comme nous n’expliquons pas l’essence des faits par un arrêt de la croissance, et pourtant toutes ces choses arrivent à se retrouver au cœur du sujet de notre étude » (Salillas, 1898, p. XIV). D’autre part, à l’égal d’autres auteurs européens, il prêta aussi attention à l’étude des tatouages des délinquants et écrivit dès 1888 de nombreux articles dont le couronnement fut la publication en 1908 de son livre El tatuaje. Ses tentatives d’institutionnaliser la criminologie se poursuivirent les années suivantes avec l’ouverture en 1899 du Laboratorio de Criminología, dédié à l’étude du délinquant depuis une perspective morphologique et sociologique en relation avec l’anthropologie criminelle. En 1906, alors qu’il est le directeur de la prison cellulaire de Madrid, il crée en son sein la Escuela de Criminología. Dirigée par Salillas lui-même la Escuela possédait un musée qui réunissait des photographies de délinquants, des crânes de criminels, des tatouages, des squelettes, des objets propres à l’univers de la prison, des objets artistiques réalisés par les prisonniers et des instruments anthropologiques servant à prendre des mesures. Il y avait également une bibliothèque spécialisée en questions pénales et en criminologie dans laquelle on trouvait des collections de revues étrangères, particulièrement françaises, italiennes, britanniques et allemandes. Les matières enseignées étaient le droit, l’anthropologie physique, l’anthropométrie, l’anthropologie ethnique, la psychologie normale et des anormaux, la pédagogie générale et correctionnelle, l’anthropologie criminelle et la sociologie criminelle. Parmi les professeurs, en plus de Salillas, se trouvaient Simarro, Aramburu, l’anthropologue Federico Oloriz (1855-1912) et le pédagogue Bartolomé Cossio (1857-1935). Ayant pour public les futurs fonctionnaires des prisons, la Escuela traversa diverses difficultés institutionnelles, manqua de moyens et de soutien à partir de 1913 et finit par être absorbée en 1936 par l’Instituto de Estudios Penales créé quelques années plus tôt.

6Constancio Bernaldo de Quirós (1873-1959) fut un autre bon connaisseur de l’anthropologie criminelle et contribua à sa diffusion dans la société espagnole. Titulaire d’une licence en droit il s’intéresse très tôt à la criminologie. En 1898, il publie Las nuevas teorías de la criminalidad, excellente synthèse sur la pensée des différentes écoles criminalistes parmi lesquelles l’anthropologie criminelle avait une place de choix. Ce livre revêtait un caractère d’information mais aussi de critique et faisait un bilan des différents courants, plus particulièrement du lombrosien. En 1908, il publia une seconde édition dans laquelle l’anthropologie criminelle disparaissait presque complètement. Cela prouve qu’à cette époque elle n’était déjà plus une théorie à la mode. Parmi ses nombreux ouvrages on peut souligner La mala vida en Madrid, écrite en 1901 conjointement avec José María Llanas Aguilaniedo et la traduction en espagnol cette même année de La mala vida en Roma de Shigele et Nicéforo dont il s’était évidemment inspiré. Il faut signaler parmi ses oeuvres dignes d’intérêt, El alcoholismo (1903), La Criminalidad de sangre en España (1906), ou El bandolerismo andaluz (1913). En 1899, il traduisit Los delincuentes en el arte, de Ferri. Enfin, il faut mentionner le livre de José Martinez Ruiz, La sociología criminal (1899) dans laquelle il rejette une grande partie des théories de Lombroso, critique Ferri et encense Tarde et l’école française. A côté des travaux menés à bien par tous ces écrivains il convient de mentionner l’important travail de traduction des maisons d’édition espagnoles qui passeront à l’espagnol nombre des ouvrages de Lombroso et de ses disciples.

Anthropologie criminelle, anarchie et littérature

7L’impact des théories criminalistes dans l’Espagne de fin de siècle dépassa l’étroit cercle des spécialistes, imprégnant divers milieux de la vie du pays et générant d’intéressantes polémiques. Un exemple de ce phénomène est la polémique défendue par l’anarchie contre les représentants de l’anthropologie criminelle. L’ouvrage de Lombroso qui eut le plus d’impact en Espagne est Gli Anarchici (1894) qui fut immédiatement traduit en espagnol. Ce livre parut à un moment propice, lorsque des attentats terroristes inspirés de l’anarchie se commettaient régulièrement en Europe. En Espagne, le phénomène de la violence terroriste était très semblable, encore que le mouvement anarchiste en tant que ramification organisée du mouvement ouvrier, jouissait d’un fort enracinement populaire dans différentes zones du pays, plus particulièrement en Andalousie occidentale et en Catalogne. Depuis les années 1880, la présence d’une anarchie agraire en Andalousie, qui conférait un caractère révolutionnaire aux formes traditionnelles de mobilisation paysanne, avait prouvé son existence à diverses occasions, provoquant une forte répression gouvernementale. Le temps fort de ce mouvement fut les événements révolutionnaires de Jerez de la Frontera au début de 1892 durant lesquels plusieurs milliers de paysans attaquèrent la ville au cri de « Vive l’Anarchie » ! Rafael Salillas, dans son article Manada de Locos (1892) publié dans le quotidien El Liberal, criminalisa ces événements en qualifiant les paysans qui y avaient participé de malades et de fous. L’article reçut une réponse bien méritée de la part de Ricardo Mella depuis les pages du journal anarchiste El Productor, où il y analysait la problématique sociale de la paysannerie andalouse en démontant les arguments pathologistes de Salillas. En Catalogne, l’enracinement de l’anarchie revêtait des aspects industriels et urbains et donnait lieu depuis les années 1890 à des actes terroristes d’ordre individuel, pas toujours partagés par les leaders anarchistes, bien que jamais clairement condamnés non plus. Le livre de Lombroso fut publié à une époque où les attentats étaient devenus très fréquents. Face à cette situation, ses idées sur les anarchistes, qu’il qualifiait de criminels nés et de malades mentaux, associant anarchie, crime et folie, attirèrent fortement l’attention des juristes et des sociologues conservateurs qui, peu de temps auparavant, avaient rejeté les propositions de l’anthropologie criminelle. En fait, ils continuaient à ne pas les accepter mais ils y trouvaient une ressource fort utile pour lutter contre le mouvement anarchique (Maristany, 1973, p. 78). C’est ainsi que proliférèrent des oeuvres à thématique anti anarchiste qui faisaient référence à Lombroso entrelaçant la pensée conservatrice et traditionnelle. Des livres comme El socialismo y los anarquistas (1895) de Cristobal Botella ou celui de Gil Maestre El anarquismo en España y el especial de Barcelona (1897) furent la tendance de ces années pendant lesquelles des lois spéciales pour combattre les attentats terroristes sont promulguées. Les arguments de Lombroso ne restèrent pas sans réponse. En 1896, deux personnalités importantes de l’anarchie espagnole, Federico Urale, pseudonyme de Juan Montseny (1864-1939) dans Sociología anarquista et Ricardo Mella (1861-1925) dans Lombroso y los anarquistas, réfutent les arguments du professeur italien et tentent de normaliser l’idéologie anarchiste en démontrant que les anarchistes ne sont pas des êtres anormaux se différenciant du reste de l’humanité par une série de caractéristiques physiques et psychiques. (Girón, 2002). Cependant, la réponse de Mella fut beaucoup plus élaborée car elle dénonçait les faibles fondements scientifiques de Lombroso, niait l’existence du criminel né et remettait en question l’anthropologie criminelle. Influencé par la sociologie criminelle française et réutilisant les arguments de ses représentants, Mella, comme d’autres auteurs anarchistes et socialistes, niait la fatalité de l’héritage dans la genèse du crime et transférait le centre d’intérêt aux conditions sociales en dénonçant au passage un ordre socio-économique injuste. Il approfondissait la question des stigmates physiques et psychiques et son analyse étiologique différente le conduisit à considérer que les signes internes et externes sont le « produit de la structure sociale provoquée par la dégénérescence de la multitude dédiée au travail ». (Giron, 2002, p. 101). Pour autant, les stigmates ne révélaient pas une classe spéciale d’hommes mais constituaient au contraire un élément de dénonciation de la société bourgeoise puisqu’ils représentaient les tares d’une organisation vicieuse : « les difformités physiques, qu’elles soient internes ou externes, ne sont pas l’exclusivité d’une catégorie déterminée d’hommes. Elles abondent au contraire, et sont communes à tous les peuples retardés, dont elles provoquent la lente dégénérescence par la fatigue d’un travail excessif, et à la multitude sans défense que la concurrence sociale éloigne du banquet de la vie. Ainsi, de telles difformités ne peuvent correspondre à une criminalité née ; elles sont au contraire la réponse et la conséquence proche ou lointaine d’une organisation sociale vicieuse, absurde et injuste ». (Mella, 1896, p. 117). Dans cette même ligne de pensée, il mentionnait les affirmations de Salillas sur les événements de Jerez et signalait : « le petit César de l’anthropologie, comme d’autres messieurs qui étudiaient les hommes du peuple du plus loin qu’il leur était possible, n’a sûrement pas vu le type commun à toute la campagne andalouse ; il n’a jamais vu que ces agriculteurs sont un amas d’os difficilement recouverts d’une peau rugueuse, foncée, presque noire ; des corps déformés par un travail continu et une alimentation insuffisante ». (Mella, 1896, p. 116). Des années plus tard, lorsqu’il essaiera d’expliquer le crime, il opposera dégénérescence et atavisme car cela lui permettait de transférait l’attention depuis des causes exclusivement naturelles à d’autres socio contextuelles et à la mauvaise organisation sociale. L’impact des nouvelles théories criminologistes et pénales intéressa beaucoup d’écrivains espagnols qui prirent position de façon plus ou moins critique et qui bien entendu les utilisèrent dans leur écrits littéraires. (Maristany, 1973 ; Litvak, 1990). Emilia Pardo Bazán (1851- 1921), publia en 1891 le roman La piedra angular en partie inspiré du lombrosianisme dont elle utilisa les théories sur la criminalité comme base de ses descriptions des milieux marginaux -cadre du roman- et les débats sur la responsabilité et le libre arbitre entre deux de ses personnages, un juriste fidèle à l’école classique et un médecin, représentant des courants les plus modernes. Cependant, sa documentation sur les questions ne provenait pas de la lecture directe de Lombroso, ni même de celle de Dorado ou de Salillas mais de Cesar Silió Cortés (1865-1944), qui avait publié sur le sujet un assez médiocre livre : La crisis del derecho penal (1891). (Maristany, 1973, p. 97-104, Galera, 1991, p. 44-45). Bien que le roman était le résultat de la tendance à la mode et que Pardo Bazán n’était pas lombrosienne, à cette époque elle passa pour l’être. Cependant, en 1894, elle publia dans El Imparcial, une série d’articles intitulés La nueva cuestión palpitante qui était une réponse critique au livre de Max Nordau (1849-1923) Entartung publié en 1893 et directement inspiré de L’uomo de genio (1888) de Lombroso. Pardo Bazán accusait Lombroso et son école de faiblesse scientifique et d’être des nouveaux inquisiteurs mais bien plus dangereux encore car ils apparaissaient déguisés en scientifiques. Elle soulignait qu’elle préférait les authentiques à « ceux de maintenant, rationalistes et laïques, inquisiteur qui me juge et me condamne au nom d’une doctrine générale, d’un dogme bien défini, accepté et professé par la collectivité ; au moins avec celui là je saurai avec certitude où commencent et où finissent mes erreurs. Mais que Dieu me protége de celui qui se déclare être mon juge par l’oeuvre et la grâce de son arrogance égoïste dont il fixe les limites de la sagesse et de la moralité à la porte de sa maison » (El Imparcial, 3 septembre 1894). Pio Baroja (1872-1956), écrivain représentatif de la génération du 98 et médecin de formation, fut durant sa jeunesse très influencé par l’anthropologie et la sociologie criminelle comme le démontre la grande quantité d’ouvrages qu’il possédait sur ces questions ainsi que son travail « Patología del golfo » (1899) ou son roman La busca dans lequel il présente une mémorable description lombrosienne d’un leader délinquant protagoniste de son roman, en plus d’offrir une magnifique description des bas fonds madrilènes et des divers types de criminels. D’autres écrivains prendront ponctuellement part au débat criminologique en rejetant les positions de l’anthropologie criminelle. On peut citer entre autres, Leopoldo Alas, plus connu sous le nom de Clarín, absolument opposé à cette théorie ; Armando Palacio Valdés (1853-1938) qui recréa sur un ton comique les théories de l’Ecole italienne dans ses romans La fe ( 1892) et El origen del pensamiento (1894), et Miguel de Unamuno (1864-1936) qui démontra une profonde aversion envers les lombrosiens en affirmant ses nettes préférences pour Gabriel Tarde et la sociologie française. (Litvak, 1990, p 138)

Haut de page

Bibliographie

Sources

Aramburu Zuloaga (Félix), La nueva ciencia penal, Madrid, Est. tip. de Ricardo Fe, 1887.

Baroja (Pio), La lucha por la vida. I. La Busca, Madrid, 1901.

Bernaldo de Quirós (Constancio), Las nuevas teorías de la criminalidad, Imp. Revista de Legislación, Madrid, 1898.

Bernaldo de Quirós (Constancio), Llanas Aguilanieda, (José María), La mala vida en Madrid. Estudio psico-sociológico con dibujos y fotograbados del natural, Madrid, B. Rodríguez Serra Editor, 1901.

Bernaldo de Quirós (Constancio), El alcoholismo, Barcelona, Juan Gili, 1903.

Bernaldo de Quirós (Constancio), La criminalidad de sangre en España, P. Apalategui, 1906.

Bernaldo de Quirós (Constancio), El bandolerismo andalduz, Turner, 1973.

Dorado Montero (Pedro), “La ciencia penal en la Italia contemporánea”, Revista General de Legislación y Jurisprudencia , 74 (1889), pp., 258-3-01, 475-496, 713-733, 75 (1889), pp. 132-159, 337-360 y 650-674.

Dorado Montero (Pedro), “Sobre el estado de la ciencia jurídica italiana en los momentos presentes”, Boletín de la Institución Libre de Enseñanza, 10, 1886, pp. 137-139.

Dorado Montero (Pedro), La Antropología criminal en Italia, Imp. de la Revista de Legislación, Madrid, 1890.

Dorado Montero (Pedro), El positivismo en la ciencia jurídica y social italiana, Imp. de la Revista de Legislación, Madrid, 1891.

Escuder (José María), Locos y anómalos, Madrid, Establecimiento Tip. Sucesores de Rivadeneyra, 1895.

Escuder (José María), Quemas y crímenes (causas), Valencia. Imp de E. Pascua, 1881.

Esquerdo (José María), “Locos que no lo parecen. Garayo el Sacamantecas”, Revista de Medicina y Cirugía Prácticas, 5, 1881, p. 101-109 ; 153-159 ;211-217 ; 303-312 ; 358-365 ; 402-409.

Garrido y Escuín (Victoriano), La Cárcel o el Manicomio. Estudio Médico Legal sobre la locura, Madrid, Administración Casa Editorial de don José María Faquineto, 1888.

Martínez Ruiz (José), La sociología criminal, Madrid, Ricardo Fe, 1899.

Mella (Ricardo), Lombroso y los anarquistas, Barcelona, Ciencia Social, 1896.

Palacio Valdés (Armando), El origen del pensamiento, Imp. de los hijos de M. G. Hernández, 1893.

Pardo Bazán (Emilia), La piedra angular, Imp. de A. Pérez Dubrull 1891.

Pulido Fernández (Angel), Locos delincuentes. Discursos pronunciados en la Sección de Ciencias Naturales del Ateneo científico y literario de Madrid sobre el tema : Estado actual de la Ciencia Frenopática y sus relaciones con el derecho penal, Madrid, Imprenta de la Revista de Legislación, 1883.

Salillas (Rafael) “La Antropología y el derecho penal”, Revista de Legislación y Jurisprudencia, 73, 1888, p. 603-629.

Salillas (Rafael), La vida penal en España, Madrid, Imprenta de la Revista de Legislación y Jurisprudencia, 1888.

Salillas (Rafael), “Manada de locos”, El Liberal, 8-2-1892.

Salillas (Rafael), El delincuente español. El Lenguaje, Madrid, Imprenta de V. Suárez, 1896

Salillas (Rafael), El delincuente español. Hampa, Madrid, Imprenta de V. Suárez 1898.

Salillas (Rafael), El tatuaje en su evolución histórica, en sus diferentes caracterizaciones antiguas y actuales y en los delincuentes franceses, italianos y españoles, Madrid, Imp. Eduardo Arias, 1908.

Silió Cortés (César), La crisis del derecho penal, Fuentes y Capdeville, 1891.

Ouvrages consultés

Álvarez-Uría (Fernando), Miserables y locos. Medicina mental y Orden social en la España del siglo XIX, Barcelona, Tusquets 1983.

Campos Marín (Ricardo),“Criminalidad y locura en la Restauración. El proceso del cura Galeote (1886-1888)”, Frenia. Revista de Historia de la Psiquiatría, Vol III (2), 2003, p. 111-145.

Campos Marín (Ricardo) ; Martínez Pérez (José) ; Huertas (Rafael), Los ilegales de la naturaleza. Medicina y Degeneracionismo en la España de la Restauración (1876-1923), Madrid, CSIC, 2000.

Fernández (Pura), ¿Loco o delincuente ? Novela social contemporánea (1890), Madrid, Celeste, 2002.

Galera (Andrés), Ciencia y delincuencia. El determinismo antropológico en la España del siglo XIX, Sevilla, CSIC, 1991.

Girón, (Alvaro), “Los anarquistas y la criminología de Cesare Lombroso (1890-1914), Frenia. Revista de Historia de la Psiquiatría, Vol II, (2), 2002, p. 81-108.

Glick, (Thomas), Darwin en España, Barcelona, Ediciones Península, 1982.

Huertas (Rafael), Organizar y persuadir. Estrategias profesionales y retóricas de legitimación de la medicina mental española (1875-1936), Madrid, Frenia, 2002.

Huertas (Rafael) ; Martínez, (José), “Disease and crime in Spanish positivist psychiatry”, History of Psychiatry, 4, 1993, p. 459-481.

Huertas, (Rafael),”Entre la <Crimen y locura. IV Jornadas de la seccion de Historia., Madrid, Asociación Española de Neuropsiquiatría, 2004 p. 17-33.

Litvak (Lily), “La Sociología criminal y su influencia en los escritores españoles de fin de siglo” in Litvak (Lily), España 1900. Modernismo anarquismo y fin de siglo, Barcelona, Anthropos, p. 129-154,

Maristany (Luis), El gabinete del doctor Lombroso .(Delincuencia y fin de siglo en España), Anagrama, Barcelona, 1973.

Moro (Ana) ; Villasante (Olga), “La etapa de Luis Simarro en el Manicomio de Leganés”, Frenia. Revista de Historia de la Psiquiatría, Vol I, (1), 2001, p. 97-119.

Nuñez, (Diego), El darwinismo en España, Madrid, Castalia, 1977.

Nuñez, (Diego), La mentalidad positiva en España ; desarrollo y crisis, Madrid, Túcar, 1975.

Peset (José Luis), Ciencia y marginación. Sobre negros, locos y criminales, Barcelona, Crítica,1983.

Peset (José Luis) ; Peset, (Mariano), Lombroso y la Escuela positivista italiana, Madrid, CSIC, 1975.

Trinidad Fernandez (Pedro), La defensa de la sociedad. Cárcel y delincuencia en España (siglos XVIII-XX), Alianza Editorial, Madrid. 1991.

Varela (Julia) ; Alvarez-Uría (Fernando), El cura galeote asesino del obispo de Madrid.-Alcalá. Poceso médico legal reconstruido y presentado por..., Madrid, La Piqueta, 1979.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ricardo Campos, « Les nouvelles théories de la criminalité en Espagne sous la Restauración (1875-1910) », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la criminologie, 4. L’anthropologie criminelle en Europe, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/137

Haut de page

Auteur

Ricardo Campos

Ricardo Campos est historien, spécialiste de l’histoire comparée de la psychiatrie en France et en Espagne. Il est notamment l’auteur de Alcoholismo, Medicina y Sociedad en la España de la Restauración (1876-1923), Madrid, CSIC, 1997 ; Curar y gobernar. Medicina y liberalismo en al España del siglo XIX ; et co-éditeur, avec J. Martínez Pérez et R. Huertas de Los ilegales de la naturaleza. Medicina y degeneracionismo en la España de la Restauración (1876-1923),Madrid, CSIC, 2000. Ricardo Campos est membre du comité de rédaction de Criminocorpus.  

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page