Navigation – Plan du site
4. L’anthropologie criminelle en Europe

L’impact de l’anthropologie criminelle en Grande-Bretagne (1880-1918)

Neil Davie
Traduction(s) :
The Impact of Criminal Anthropology in Britain (1880-1918)

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

1Un seul ouvrage consacré aux théories de Cesare Lombroso parut en Grande-Bretagne dans la période 1880-1914, The Criminal de Havelock Ellis (Ellis, 1890) ; il soulignait le paradoxe des réactions britanniques à la criminologie continentale. Dans ses recherches, H. Ellis avait interrogé les autorités pénitentiaires britanniques, espérant obtenir leurs réactions face aux théories qui avaient suscité tant de débats passionnés en Europe continentale. L’auteur ne manquait pas de se rappeler qu’environ vingt ans en arrière, un certain nombre de spécialistes (deux médecins de prison James Bruce Thomson et David Nicolson et le psychiatre Henry Maudsley) avaient publié des recherches aboutissant à des théories très proches de celles de l’Italien. Ils affirmaient en effet qu’il existait un « type » de criminels identifiable par des caractéristiques mentales et physiques spécifiques (Thomson, 1869, 1870 ; Nicolson, 1874, 1875 ; Maudsley, 1867, 1874. Voir Davie, 2004, ch.2). Pour Ellis, la logique aurait voulu que l’existence Outre-Manche de ces « précurseurs anglais de Lombroso » (selon l’expression de Jayewardine, 1963), assurât un large écho aux thèses de l’Italien. Il se heurta, en réalité, au désintérêt du monde médico-pénal : un certain nombre de médecins de prison et psychiatres consentirent à lui fournir des données pour son livre, à la différence de moult professionnels du système carcéral britannique, ce qui le déçut beaucoup. « Certains de mes interlocuteurs, j’en ai bien peur, écrivit Ellis (op. cit., p.47-48), n’avaient même pas entendu parler de l’anthropologie criminelle ». Il conclut, à regret, que « L’anthropologie criminelle, en tant que science exacte, est encore inconnue en Angleterre »). On peut imaginer la perplexité d’Ellis lorsqu’il constata que son pays qui était « dans le passé... un lieu privilégié de recherches sur la condition du criminel » se trouvait désormais « à la traîne par rapport au reste du monde civilisé » (ibid., p.48. Voir également Coutagne, 1888).

2Pour autant, cette source de frustration chez Havelock Ellis satisfaisait en revanche l’establishment médico-légal britannique. Dès les années 1895, il semble que les criminologues du pays - à savoir les médecins, les psychiatres et les hauts-fonctionnaires travaillant au sein du système carcéral britannique - avaient largement adopté une démarche spécifiquement british, en rupture totale avec les différentes écoles continentales. Les Britanniques mettaient ainsi en exergue l’importance du savoir-faire acquis sur le terrain, et méprisaient la théorisation aride, selon eux, très largement répandue ailleurs. De ce point de vue, la théorie du « criminel-né » de Lombroso ne méritait pas l’attention de la communauté scientifique. La liste de « stigmates » anatomiques et physiologiques de l’Italien était assimilée à un instrument contondant jugé incapable de démêler les causes complexes et très diverses des comportements criminels.

3Le Major Arthur Griffiths, inspecteur des prisons, est très représentatif de ce courant de pensée. Seul représentant britannique officiel au congrès international sur l’anthropologie criminelle à Genève en 1896, il confia, dès son retour, ses impressions à ses supérieurs du Ministère de l’Intérieur (Griffiths, 1896, p.12) :

L’anthropologie criminelle ... n’a jamais sérieusement pris racine dans ce pays. L’extravagance de ses déductions principales, déductions qui partent de prémisses complètement fausses, la proscrit chez les véritables hommes de science, et son évaluation a été laissée exclusivement à l’appréciation des peu qualifiés ou des incompétents.

4Dans ses Mémoires parus deux ans auparavant, Griffiths (1894, t.1, p.19, 38) avait déjà abouti à la même conclusion :

Le monde restera sans doute en grande partie inchangé par la théorie du criminel-type. La démarche est intéressante, mais elle ne peut être utilisée dans les enquêtes criminelles avec impartialité ou prudence. ... L’anthropologie criminelle repose à présent sur des fondations trop peu sûres, et dépend trop largement de suppositions et d’affirmations non prouvées pour mériter l’appellation de ‘science’. Elle est fondée sur des prémisses trop incomplètes et sur des recherches trop hâtives pour donner des résultats fiables.

5Le point de vue du Major Griffiths sera exprimé à maintes reprises et avec passion par les spécialistes britanniques jusqu’à la Première Guerre Mondiale. Pour les criminologues d’Outre-Manche, il était crucial de ne pas enfermer l’analyse dans le modèle déductif de la criminologie lombrosienne (ni, d’ailleurs, dans le modèle sociologique dit du milieu social préconisé par l’école française). Il fallait plutôt adopter une approche au cas par cas ; chaque cause du comportement criminel, quelle que fût son origine (biologique ou sociale) devait être identifiée. Une fois établie, une solution taillée sur mesure devait être préconisée. Le Dr Henry Maudsley, revenant sur ses positions des années 1860 et 1870, souligna en 1888 dans le Journal of Mental Science, qu’il était essentiel d’« abandonner les généralités et les expressions creuses, et nous appliquer à l’observation minutieuse des détails » (Maudsley, 1889, p.166). Dans l’édition de 1895 de son livre Pathology of Mind (« Pathologie de l’esprit »), il réitéra cet argument, en mettant en garde ses confrères (Maudsley, 1895, p.82) :

6Il est facile d’exagérer le rôle des instincts et des tempéraments criminels, en tentant de les considérer comme la seule explication de la déviance. Mais aucun comportement criminel n’est vraiment explicable, sauf après une étude précise de la situation et de la nature de son auteur. Lorsque s’affrontent en lui habitudes sociales et instincts sauvages, le milieu déterminera largement lequel des deux prendra durablement le dessus.

7Dans ses écrits antérieurs, Maudsley avait souligné que la dégénérescence et l’atavisme amenaient inéluctablement au crime les « multitudes d’individus qui entrent dans ce monde, portant le fardeau d’un destin contre lequel ils n’ont ni la volonté, ni la capacité de lutter ; ... et [qui] subissent la pire des tyrannies : celle de l’hérédité » (Maudsley, 1873, p.43).Vingt ans plus tard (Maudsley, 1895, p.81), s’il ne niait pas l’existence d’ « instincts sauvages », il reconnaissait, en rupture avec le déterminisme biologique auquel il avait adhéré, le rôle fondamental des « habitudes sociales », et affirmait que l’issue de la lutte entre l’inné et l’acquis chez le criminel était imprévisible :

D’une part, il existe des milliers de personnes qui ne sont pas des criminels, parce qu’ils ne sont point tentés ; ou ne sont pas tentés d’agir mal, de façon opportune ou forte, par leurs conditions de vie. D’autre part, des milliers deviennent criminels seulement parce que le temps et le hasard leur ont été défavorables, en les exposant, sans préparation préalable, à la tentation soudaine et urgente, ou en la distillant insidieusement, ou encore à une conjugaison fâcheuse de circonstances qui pèsent sur les forces affaiblies de leur nature. Combien d’habitants d’une grande ville sont-ils véritablement d’une moralité irréprochable ? Combien ne commettent ni vols ni autres crimes, simplement parce qu’éclairage au gaz et moralité vont de paire ?

8Le Dr James Devon, médecin de la prison de Glasgow, conclut également dans un livre publié en 1912 que les causes de la criminalité sont complexes. Il rappelle à ses collègues qu’il est « ... impossible de distinguer le rôle des facteurs innés de celui de la pression sociale, dans la production de certains actes criminels ». Pour le Dr Devon, « Il existe un seul moyen de découvrir pourquoi les individus commettent des crimes : par une enquête minutieuse de chaque cas. Les causes de nombreux crimes peuvent être semblables, mais le rôle joué par chacune d’entre elles peut être différent » (Devon, 1912, p. 21, 23). Avec l’humour très britannique marquant le débat, le médecin écossais poursuit (Idem, p.13) :

On nous a reproché, dans ce pays, de ne pas étudier scientifiquement le Criminel, et les œuvres des auteurs étrangers ont été traduites pour notre instruction et notre émulation. Elles contiennent une certaine quantité d’informations utiles, mais leur valeur ne doit pas être mesurée par rapport à la difficulté de leur compréhension. L’utilisation de mots longs et étranges peut indiquer une idée fructueuse, mais de tels mots peuvent aussi dissimuler une absence de connaissances utiles. ... Le criminel est un individu comme n’importe lequel d’entre nous. Il ne faut pas confondre des informations sur sa tête ou ses pieds et une connaissance profonde de son esprit. L’homme est plus qu’un cerveau ou un estomac.

9Dans un livre publié en 1918, le Dr Charles Mercier, psychiatre et spécialiste de médecine légale, parodie le raisonnement lombrosien (Mercier, 1918, p.210) :

Vous êtes un criminel, c’est vrai, mais ce n’est pas votre faute. Il ne s’agit pas d’une habitude que vous avez prise de céder à vos passions. Il ne s’agit pas de votre sybaritisme, de votre paresse ; de votre faiblesse devant vos impulsions, de votre égoïsme ; de votre absence de maîtrise de soi. Mais non voyons ! Tout cela vous est imposé par l’hérédité. Vous, mon pauvre ami, vous partagez les péchés de votre père et de votre grand-père. ... Bref, vous êtes un dégénéré et puisque vous n’êtes pas responsable de vos crimes, vous ne serez pas puni.

10Il semblerait donc, que la démarche des criminologues britanniques à la fin du dix-neuvième siècle fût en rupture à la fois avec les recherches des années 1860 et 1890 et avec celles de leurs contemporains en Europe. La césure était-elle aussi claire et nette ? Certains spécialistes contemporains ont constaté que la tendance des premiers criminologues européens à se cloisonner en « écoles » concurrentielles tant sur le plan géographique qu’épistémologique eut pour résultat d’exagérer les différences entre elles et à occulter leurs points communs (Mucchielli, 1994, Renneville, 1994, Horn, 2003). S’il est vrai que l’on trouve peu, voire aucune, adhésion au « criminel-né » de Lombroso au sein de l’establishment médico-pénal britannique à partir de 1875 (mis à part celle de l’aumônier de prison W. Douglas Morrison), il existait pourtant bel et bien des « lombrosiens » en Grande-Bretagne, parmi lesquels on peut citer bien évidemment Havelock Ellis mais également Francis Galton (ce dernier publia d’ailleurs un compte-rendu élogieux du livre d’Ellis pour la revue Nature en 1890). Mais l’appui d’un Havelock Ellis ou d’un Francis Galton ne faisait que confirmer le point de vue des professionnels du système pénitentiaire. Ces adeptes du delinquente-nato n’étaient-ils pas précisément les individus « peu qualifiés ou ... incompétents » que fustigeait Arthur Griffiths ; ces « professeurs se prenant au sérieux », évoqué par Charles Mercier (Mercier, op.cit., p.40), susceptibles, par « crédulité enthousiaste », de gober des doctrines « sans même tenter un examen critique » ?

11Pour autant, l’anthropologie criminelle britannique ne se limitait pas à Ellis ou Galton. Les thèses de Lombroso furent accueillies très favorablement par un certain nombre de psychiatres en marge du système de justice pénale, parmi lesquels, le Dr Thomas Clouston de l’Asile Royal à Edimbourg (Clouston, 1894), le Dr Samuel Strahan de l’Asile du Comté de Northampton (Strahan, 1891), ou encore le Dr Alfred Tredgold, auteur d’un manuel sur « la débilité mentale » (feeble-mindedness) très lu dans les années 1910 (Tredgold, 1914). Ce dernier citera avec approbation les recherches issues de l’anthropologie criminelle en évoquant son « criminel-type moralement pervers ou récidiviste ».

12Plus encore, l’indifférence du courant dominant de la criminologie britannique voire son hostilité à l’anthropologie criminelle continentale telles qu’elles ont été décrites par Ellis et reprises dans son intégralité par la plupart des criminologues et historiens de la question (Radzinowicz & Hood, 1990, p.11 ; Wiener, 1990, p.233), n’est pas sans faille. La réalité, comme en témoigne l’article paru dans le British Medical Journal (BMJ) en septembre 1889, est bien plus complexe (British Medical Journal, 1889, p.612). « La Physionomie des meurtriers », fait le parallèle entre la description du meurtrier de Cesare Lombroso dans L’Homme criminel, et les meurtres particulièrement brutaux - toujours non élucidés - de Jack l’éventreur dans le quartier londonien de Whitechapel en 1887. La position du BMJ, par rapport aux théories de Lombroso, permet de deviner ce que sera la réaction britannique face à cette nouvelle science :

Nous sommes prêts à admettre que le récidivisme est une maladie constitutionnelle, souvent innée et qui, comme d’autres diathèses, se reflète dans la physionomie. ... Il se peut que le portrait [du meurtrier brossé par Lombroso] soit une description précise du scélérat dont les actes sanglants ont depuis longtemps fait régner la terreur dans le quartier de Whitechapel à Londres. Cela étant, il serait imprudent qu’un inspecteur de police mette en état d’arrestation qui possède de telles tares physiques, seulement parce qu’il est doté d’un visage ‘meurtrier’. Nombre d’homicides à répétition ... ont une physionomie très agréable. La stricte méthode a priori est aussi peu satisfaisante dans le domaine de la physionomie criminelle que dans d’autres branches scientifiques, et pourrait, en pratique, amener à des résultats fort embarrassants.

13Ces commentaires indiquent tout d’abord qu’en rejetant l’approche de Cesare Lombroso et de ses disciples, on n’écartait pas pour autant le rôle des facteurs héréditaires dans la genèse des comportements criminels, ni, d’ailleurs, leur manifestation sous forme de « stigmates » extérieurs. L’objection du BMJ à l’anthropologie criminelle n’est pas liée à la description du « criminel-né » en tant que tel (« une description précise du scélérat ... »), mais à sa capacité de prévoir les stigmates extérieurs de tout criminel.

14Entre 1891 et 1896, d’autres articles parus dans le BMJ et dans son succédané, The Lancet, d’une façon ou d’une autre, témoignent d’une réaction tout aussi équivoque à l’anthropologie criminelle. « Entre la prudence de la Loi britannique et l’enthousiasme des Italiens, il existe sûrement une solution intermédiaire », soulignait le Lancet en 1892 (Lancet, 1892). Au BMJ, on s’inquiète de voir l’anthropologie criminelle, avec ses « conclusions hâtives et ses classifications immatures, devenues à la mode simplement parce qu’elles sont surprenantes » alimenter « l’amour morbide pour les criminels notoires », déjà trop largement répandu dans le grand public (BMJ, 1891). En revanche, la revue concédait qu’il était « sans aucun doute exact que les classes dégénérées ont certains vices de conformation, reflet d’une faiblesse innée de constitution », on encore qu’ « aucun physiologiste ne nierait qu’il demeure une solide base de vérité dans les théories de Lombroso... » (BMJ, 1894).

15Au milieu des années 1890, on assiste à la disparition de ce genre d’argumentation équivoque, en faveur du discours réprobateur et moqueur noté ci-dessus. Ainsi, commentant l’ordre du jour du Congrès de 1896, le Lancet se disait « peu convaincue » que le criminel pût « un jour être réduit à quelque chose qui ressemble à un type exclusif ou distinctif doté d’une liste de caractéristiques physiques qui s’appliquerait à chaque cas individuel » (The Lancet, 1896). Quatre ans après avoir préconisé « une solution intermédiaire » entre l’anthropologie criminelle et la jurisprudence britannique, la revue vantait les vertus des explications traditionnelles du comportement criminel et « l’influence des circonstances et du mobile dans l’enchaînement des événements qui mène à l’acte criminel ». The Lancet conclut en mettant en garde ses lecteurs de « ne pas se laisser dévoyer du bon sens et de l’expérience quotidienne ».

16Néanmoins, la criminologie britannique malgré son insistance sur « le bon sens et l’expérience quotidienne » et le besoin d’une « enquête minutieuse » afin de peser l’inné et l’acquis dans le comportement criminel, ne s’est pas en réalité coupée entièrement du modèle lombrosien. Une discussion riche en enseignements entre le Dr Thomas Clouston et le Dr David Nicolson en 1895, reprend l’assertion de l’article du BMJ de 1889, cité ci-dessus, selon laquelle les traits du delinquente-nato sont adaptés à certains criminels (Nicolson, 1895). Le Dr David Nicolson, en poste à l’Asile criminel de Broadmoor, venait d’être élu président de la prestigieuse Medico-Psychological Society. C’est avec une certaine ironie que l’on peut constater que ce médecin de prison, l’un des « précurseurs de Lombroso » loués par Havelock Ellis, s’est lancé dans une diatribe contre les préceptes de l’anthropologie criminelle dans le discours prononcé devant les membres de la Société. Si l’on pouvait qualifier cette dernière de « criminologie », suggère-t-il, pourquoi ne pas créer d’autres sciences, comme « la docteurologie, la prêtrologie ou encore la cordonnierologie pour des études semblables d’autres groupes de métier » (Idem, p. 589-591) ? « On ne devrait pas qualifier le criminel de ‘dément’ ou de ‘quasi-dément’, ajoute-t-il, ni l’enfermer dans une catégorie mentale morbide qui lui serait réservée, au seul motif qu’il préfère voler, malgré tous les risques encourus, plutôt que de gagner sa vie de façon certes plus respectable, mais plus ingrate » (Idem, p.580).

17Dans la discussion qui suivit la communication du Dr Nicolson (Idem, p.589), le Dr Clouston accusa l’intervenant de minimiser le poids de facteurs héréditaires en expliquant les causes du comportement criminel :

Je suis certain que la plupart d’entre nous n’adhèreront pas à votre opinion optimiste de la psychologie du criminel. Sans doute la plupart de ceux qui ont examiné les livres de Lombroso et de Havelock Ellis entre autres ont tendance à admettre que certains de nos confrères continentaux exagèrent un peu. Mais dire que la majeure partie des criminels dans ce pays est constituée d’hommes qui n’ont pas eu l’occasion de faire le bien en raison de leur manque d’éducation et non à cause de leur constitution [tarée], contredit absolument les résultats des recherches en psychologie des cinquante dernières années. J’ai moi-même eu, une fois, l’occasion d’examiner soigneusement les détenus de la prison d’Edimbourg, et si j’ai retenu une chose, c’est bien que j’avais affaire à une accumulation d’individus dégénérés.

18La réponse de Nicolson aux critiques de Thomas Clouston est riche d’enseignements. Il les estime non fondées et regrette que ses propos aient été déformés. Il n’avait ainsi jamais suggéré que l’anthropologie criminelle fût entièrement erronée : « Ce que je désapprouve, c’est qu’une description - honnête, vraie, quoique quelque peu verbeuse - qui ne devrait s’appliquer qu’à certains rares individus, nous soit présentée comme applicable à toute la classe criminelle ». Pour étayer ses arguments, Nicolson rappelle à l’assistance ce qu’il avait écrit quelque vingt ans auparavant, dans les pages du Journal of Mental Science, à savoir que 5 à 10 pour cent de la population carcérale étaient « faibles d’esprit ». C’était à cette petite minorité de délinquants, et à eux seuls, que les analyses des anthropologues criminels pouvaient être appliquées (Idem, p.590).

19La position défendue par Nicolson dans son discours de 1895 reflète parfaitement celle qui continuera à dominer la criminologie britannique jusqu’à 1918. On admet que des tares constitutionnelles innées, visibles sous la forme de stigmates physiques extérieurs, caractérisaient une catégorie spécifique de criminels. Ce sous-groupe connut différentes appellations au fil des années : « les faibles d’esprit » (the weak-minded), « les imbéciles moraux » (moral imbeciles) ou, plus tard, « les débiles mentaux » (feeble-minded). L’article paru en 1892, de John Baker, médecin de la Prison de Portsmouth, en est une bonne illustration (Baker, 1892). L’examen de vingt-cinq criminels « essentiels », « naturels » et « faibles d’esprit », révélait que, dans une majorité de cas, le front était « généralement bas », les sinus frontaux et les zygomas « saillants », la mâchoire inférieure généralement « faible » (sauf dans le cas de quatre détenus épileptiques aux mâchoires « massives et carrées »). Il est encore plus remarquable, selon lui, que les palais des prisonniers soient « fréquemment » anormaux ; seuls six des vingt-cinq détenus examinés, en effet, étaient à cet égard « normaux ».

20On qualifie de plus en plus les récidivistes en ces termes. Aussi, bien que les criminologues britanniques aient prétendu rejeter les analyses simplistes de Lombroso, avec sa liste immuable de stigmates anatomiques et physionomiques, ils continuaient à se servir d’un criminel-type de facto s’agissant d’expliquer le comportement criminel des récidivistes. En réalité, malgré l’étendue des prises de position opposées, le criminel-type n’avait pas disparu Outre-Manche. Les dignes criminologues britanniques, qui avaient troqué l’écritoire à pince et le craniomètre pour le profil psychiatrique individualisé, étaient pourtant prêts à théoriser sur les tares mentales et physiques des récidivistes à leur charge, démarche qui n’était pas sans rappeler le delinquente-nato de Cesare Lombroso.

Haut de page

Bibliographie

Sans noms d’auteurs, dans les périodiques

« The Physiognomy of Murderers », British Medical Journal, 14 septembre 1889, p.612.

« Criminals, Anarchists and Lunatics », British Medical Journal, 4 juillet 1891, p. 19-20.

« Criminals and Criminal Anthropology », British Medical Journal, 24 février 1894, p.427.

(Sans titre), The Lancet, 13 août 1892, p.370-371.

(Sans titre), The Lancet, 31 octobre 1896.

Autres références

Baker (John), « Some Points Connected with Criminals », Journal of Mental Science, vol. XXXVIII, 1892, p.364-69.

Clouston (T.S.), « The Developmental Aspects of Criminal Anthropology », Journal of the Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, vol. XXIII, 1894, p.215-225.

Coutagne (Henri), « Chronique anglaise et anglo-américaine », Archives de l’anthropologie criminelle et des sciences pénales, tome 3, 1888, p.666-688.

Devon (James), The Criminal and the Community, Londres, John Lane/Bodley Head, 1912.

Ellis (Havelock), The Criminal, Londres, Walter Scott, 1890, réédité New York, AMS Press, 1972.

Griffiths (Major Arthur), Secrets of the Prison House, 2 tomes, Londres, 1894.

Griffiths (A.), Report to the Secretary of State for the Home Department on the Proceedings of the Fourth Congress of Criminal Anthropology, Held at Geneva in 1896, by Major Arthur Griffiths, Londres, Imprimerie Nationale [HMSO], 1896.

Horn (David G.), The Criminal Body : Lombroso and the Anatomy of Deviance, Londres, Routledge, 2003.

Maudsley (Henry), The Physiology and Pathology of the Mind, Londres, Macmillan, 1867.

Maudsley (H), Body and Mind, Londres, Macmillan, 1870.

Maudsley (H), Responsibility in Mental Disease, Londres, King, 1874.

Maudsley (H), « Remarks on Crime and Criminals », Journal of Mental Science, vol. XXXIV, 1889, p.159-67.

Maudsley (H), The Pathology of Mind, Londres, Macmillan, 1895.

Mercier (Charles), Crime and Criminals : being the Jurisprudence of Crime Medical, Biological and Psychological, Londres, University of London Press, 1918.

Nicolson (David), « The Morbid Psychology of Criminals », Journal of Mental Science, vol.19, 1873, p. 222-32 ; 398-409, vol. XX, 1874, p. 20-37, 167-185, 527-551, vol. XXI, 1875, p. 18-31, 225-250.

Nicolson (D.), « Presidential Address », Journal of Mental Science, vol. XLI, 1895, p. 567-591.

Strahan (S.A.K.), « Instinctive Criminality : its True Character and National Treatment », Report of the British Association for the Advancement of Science, Londres, John Murray, 1891, p. 811-813.

Thomson (J. Bruce), « The Hereditary Nature of Crime », Journal of Mental Science, vol. XV, 1869, p.487-98.

Thomson (J. B.), « The Psychology of Criminals », Journal of Mental Science, vol. XVI, 1870, p.321-350.

Tredgold (A.F.), Mental Deficiency (Amentia), 2e édition, Londres, Baillière, Tindall & Cox, 1914.

Bibliographie historique

Jayawardine (C.H.S.), « The English Precursors of Lombroso », British Journal of Criminology, vol. 4, 1, juillet 1963, p.164-170.

Davie (Neil), Les Visages de la criminalité : à la recherche d’un criminel-type scientifique en Angleterre, 1860-1914, Paris, Kimé, 2004.

Mucchielli (Laurent), « Hérédité et ‘Milieu Social’, le faux-antagonisme franco-italien, la place de l’école de Lacassagne dans l’histoire de la criminologie », in idem. (dir), Histoire de la criminologie française, Paris, L’Harmattan, 1994, p.189-214.

Radzinowicz Leon et Hood (Roger), The Emergence of Penal Policy in Victorian and Edwardian England, Oxford, Clarendon Press, 1990.

Renneville (Marc), « La réception de Lombroso en France (1880-1900) », in Mucchielli (1994), p.107-135.

Wiener (Martin), Reconstructing the Criminal : Culture, Law and Policy in England, 1830-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Neil Davie, « L’impact de l’anthropologie criminelle en Grande-Bretagne (1880-1918) », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la criminologie, 4. L’anthropologie criminelle en Europe, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 30 mars 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/139

Haut de page

Auteur

Neil Davie

Neil Davie est Professeur de civilisation britannique à l’Université Lumière Lyon 2. Docteur en sociologie de l’Université d’Oxford, il a publié de nombreux articles en histoire sociale, notamment sur l’histoire de la criminologie et des politiques de justice pénale en Grande-Bretagne aux XIXe et XXe siècles. Il est l’auteur de Les Visages de la criminalité : à la recherche d’une théorie scientifique du criminel-type en Angleterre, 1860-1914 (Paris, Kime, 2004) et de Tracing the Criminal : The Rise of Scientific Criminology in Britain : 1860-1918 (Oxford, Bardwell Press, 2005). Neil Davie est membre du comité de rédaction de Criminocorpus.  

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page