Navigation – Plan du site
Instruments de recherche

Les archives des bagnes

Présentation de la série H aux Archives Nationales d’Outre-Mer
Archives Nationales d’Outre-Mer

Entrées d’index

Mots-clés :

histoire du bagne

Géographique :

France
Haut de page

Notes de la rédaction

Note réalisée par les Archives Nationales d’Outre-Mer

Texte intégral

1Les établissements pénitentiaires coloniaux étaient administrés par le ministère de la Marine et des Colonies, puis par le ministère des Colonies (1881), en liaison avec les ministères de la Justice et de l’Intérieur. Les archives ont par conséquent été versées aux Archives nationales d’outre-mer avec le fonds du ministère des Colonies.

2Le fonds représente environ 760 ml (5358 articles). Il concerne presque exclusivement les bagnes de Guyane et de Nouvelle-Calédonie et couvre la période 1852-1953, à l’exception notable d’un registre concernant la déportation en Guyane de condamnés politiques pendant la Révolution française (FR ANOM COL H 762).

3Les archives des bagnes, comme toutes celles des administrations pénitentiaires et répressives, sont remarquables par l’ampleur et la méticulosité des renseignements fournis. Elles présentent, en outre, le grand avantage d’être à peu près complètes : registres matricules, dossiers individuels, livrets de pécules des bagnards, gestion administrative (personnel, matériel, comptabilité), directives de l’administration centrale, rapports, contrôle financier, dossiers du tribunal maritime spécial (qui jugeait les crimes et délits commis par les bagnards au cours de leur peine), et ce depuis les études préliminaires à la création des bagnes jusqu’à leur suppression.

Historique des versements

4Un premier versement de 843 articles fut effectué aux Archives nationales en 1928, puis un second en 1947-1948 (2663 articles). A cet ensemble furent adjoints une trentaine de cartons jusqu’alors demeurés au ministère de la Justice. Mais ces documents s’arrêtaient aux premières années du XXe siècle.

5Un ensemble d’environ 2 000 articles correspondant au déménagement des administrations de la Guyane (transferts commencés en 1951 et achevés en 1969) fut par ailleurs entreposé dans les greniers de la maison d’arrêt de Saint-Martin-de-Ré avant d’être versé au Centre des archives contemporaines à Fontainebleau en 1986. Une importante oeuvre de conservation-restauration fut alors entreprise en partenariat avec le ministère de la Justice pour restaurer et classer cet ensemble.

6Lorsque fut prise la décision de regrouper les fonds du ministère des Colonies avec les fonds rapatriés des anciennes colonies, la totalité de ces archives fut transférée aux Archives nationales d’outre-mer.

7L’ensemble, coté en série Colonies H, a fait l’objet d’un inventaire publié en 1990 par les Archives nationales, sous la direction d’Odile Krakovitch.

8Une trentaine de mètres linéaires d’archives retrouvées en 1993 et 1995 à Saint-Martin-de-Ré ont fait l’objet d’un répertoire supplémentaire, dont la dernière mise à jour date de 1999 : il s’agit de dossiers dispersés qui complètent le fonds déjà classé, portant essentiellement sur la Guyane. Ce fonds complémentaire compte notamment des dossiers de femmes bagnardes ; il apporte des informations sur les relations avec les pays étrangers (pour les cas d’extraditions d’évadés), le rapatriement des forçats et, ce qui faisait défaut jusqu’alors, des données de type économique.

9L’importance du fonds et surtout les versements successifs ont pour conséquence que le répertoire numérique se présente en réalité plus comme un récolement que comme un véritable classement, ce qui ne facilite pas les recherches.

Description et lacunes

10Les archives sont constituées de plusieurs types de documents :

  • Documents généraux concernant la gestion administrative depuis l’étude d’implantation de pénitenciers jusqu’à la suppression des bagnes, comprenant les modalités pratiques de fonctionnement, encadrement réglementaires, correspondance, inspections, rapports, mémoires...

  • Statistiques et gestion des condamnés

  • Personnel des bagnes : documents généraux et dossiers individuels

  • Registres matricules et dossiers individuels des condamnés : ces séries constituent la majeure partie des articles, ce sont également les documents les plus consultés car ils retracent le parcours individuel du bagnard. Si le registre matricule renseigne surtout un suivi général, le dossier individuel peut comporter tout type de pièces annexes relatives à sa détention (lettres, notes, procès verbaux...). Les archives des bagnes comptent environ 1 200 registres matricules et 140 000 dossiers individuels (estimation).
    Registres comme dossiers sont classés en de nombreuses séries correspondant aux différentes catégories de condamnés et par tranches chronologiques. De plus, les séries de registres matricules sont souvent tenues en double voire triple exemplaire. Concernant la Guyane, à partir des années 1880, deux exemplaires de dossiers individuels nous sont en général parvenus, dossiers miroir tenus l’un en métropole, l’autre en Guyane.
    Précisons que tous les dossiers individuels ne nous sont pas parvenus ; les lacunes les plus importantes concernent la Nouvelle-Calédonie et en particulier les dossiers les plus anciens, mais aussi les femmes (les dossiers individuels des femmes transportées n’ont pas été conservés).

  • Livrets de condamnés et fiches anthropométriques dont une faible partie seulement est conservée. La faible proportion de documents conservés et l’absence de répertoire rend là aussi la recherche incertaine.

  • Dossiers et jugements du tribunal maritime spécial de Guyane.

Actualités des archives

11Le très grand nombre de recherches portant sur le parcours individuel de bagnards, associée à la complexité de l’organisation des dossiers individuels a amené les Archives nationales d’outre-mer à mettre en place une base de données, actuellement en cours d’élaboration, pour permettre au chercheur d’accéder rapidement à la cote d’un dossier individuel à partir de données nominatives ou chronologiques. Jusqu’à présent, seul un fichier nominatif permettait de connaître le numéro matricule et la catégorie du condamné.

12Les registres matricules sont des articles fragilisés par les conditions de conservation et sans doute de transfert vers la métropole, ainsi que par l’importante manipulation dont ils sont l’objet depuis leur rédaction jusqu’à aujourd’hui. En effet, tout changement de catégorie supposant l’attribution d’un nouveau numéro et par conséquent l’inscription sur un nouveau registre matricule, retranscrire le parcours individuel d’un bagnard suppose souvent la consultation de plusieurs registres. Une campagne de restauration-microfilmage-numérisation des registres matricules est donc en cours d’élaboration pour permettre une consultation plus large des informations contenues dans ces registres tout en assurant leur conservation.

13Dans un souci de mise en valeur et pour permettre aux chercheurs de développer des voies d’accès dans les fonds, les Archives nationales d’outre-mer ont réalisé plusieurs expositions temporaires consacrées au bagne : Terres de bagne, en 1990, puis Honoré Bonnaventure - de la Commune à la Nouvelle-Calédonie, en 1999. Plus récemment, en septembre 2007, un recueil de correspondance de bagnards a été publié par Hélène Taillemite et Isabelle Dion, dans la collection “Histoires d’outre-mer”. On pourra également lire sur ce même thème l’article “La vie au bagne” (Hélène Taillemite)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Archives Nationales d’Outre-Mer, « Les archives des bagnes », Criminocorpus [En ligne], Les bagnes coloniaux, Instruments de recherche, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 28 mai 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/144

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page