Navigation – Plan du site
Articles

« Discipliner les villes coloniales » : la police et l’ordre urbain au Dahomey pendant l’entre-deux-guerres

Bénédicte Brunet-La Ruche

Résumés

Cet article a pour objet de saisir le passage d’une police de conquête à une police de l’ordre public urbain après 1920 dans une colonie d’Afrique de l’Ouest, le Dahomey. Du contrôle de l’hygiène publique à la répression du vagabondage, il appréhende le contexte de cette mutation, les craintes des autorités liées à la mobilité sociale et géographique dans des villes coloniales. Les modalités pratiques de ce contrôle par la police éclairent non seulement le sens donné à la discipline en milieu colonial mais aussi les limites de cet encadrement des corps, plus que des esprits.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie Laurent Fourchard et Emmanuel Blanchard pour leurs remarques et suggestions, ainsi que Guy La Ruche pour ses relectures.

Texte intégral

  • 1  Fourchard (Laurent), Albert (Isaac Olawale) (dir), Sécurité, crime et ségrégation dans les villes (...)
  • 2  Berlière (Jean-Marc), « La Police sous la IIIe République, la difficile construction », in Auboin (...)
  • 3  Sur ces questions, Berlière (Jean-Marc), Naissance de la police moderne, Paris, Perrin, 2011, p. 1 (...)

1« Tare de l’État colonial1 », la police en Afrique occidentale française (AOF) exerce pendant l’entre-deux-guerres une multiplicité de fonctions (surveillance de la presse, des mouvements politiques et des prisons, application des innombrables réglementations locales sur l’hygiène et les espaces publics, etc.) qui l’écarte de la prévention et de la répression des crimes et délits. Mais l’organisation d’une police judiciaire, « la seule police qu’une démocratie puisse avouer »selon les termes de Clemenceau2, est également quasi-inexistante en France métropolitaine au début XXe siècle, en dehors de Paris et quelques grandes villes. Le souci d’efficacité et de proximité des policiers auprès des populations n’émergent par ailleurs qu’à la fin du XIXe siècle en France métropolitaine, depuis la municipalité de Paris jusqu’à la préfecture de police3.

  • 4  Kaluszynski (Martine), « Ordre(s) et désordre(s) en République. Contribution à une socio-histoire (...)
  • 5  Wagniart (Jean-François), « La gendarmerie et les gendarmes face à la question du vagabondage (187 (...)
  • 6  Rodriguez (Jacques), « Une approche socio-historique de l’errance », Cultures & conflits, 1999, n° (...)
  • 7  Sur l’émergence d’une « question nomade », Asseo (Henriette), « La gendarmerie et l’identification (...)
  • 8  La loi de 1885 provoque un reflux des populations marginales et errantes vers la province et les c (...)
  • 9  Bernault (Florence), « De l’Afrique ouverte à l’Afrique fermée : comprendre l’histoire des réclusi (...)

2Si l’éparpillement des missions de la police n’est pas propre à l’AOF, il ne doit pas masquer l’orientation essentielle qui est donnée aux nouveaux services de police en AOF à partir des années 1920 : l’« encadrement » politique mais aussi disciplinaire des populations, principalement dans les villes. Les impératifs de conquête et de pacification qui ont prévalu jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale pour l’organisation de la police cèdent le pas à une crainte plus diffuse de la mobilité des populations colonisées, des échanges, des contacts et de la contagion. Les peurs liées à la mobilité ne sont pas spécifiques à l’AOF ; elles trouvent leur expression première en métropole. Le processus de construction du crime, d’objet juridique en objet scientifique (criminologie et anthropologie criminelle) puis politique, émerge en effet sous la IIIe République. La réflexion sur la normalité et l’« anormal » se focalise alors sur le potentiellement dangereux qu’il convient d’écarter dans le cadre de la loi sur la relégation du 27 mai 1885. Elle vise « le mendiant, le vagabond, multirécidiviste par excellence », le « rebelle à tout espèce de travail » selon l’expression de Waldeck-Rousseau, qui « menace cette société dont l’ordre et le travail sont les valeurs établies4 ». L’association du vagabond au malade mental, à l’antisocial et au criminel s’impose en métropole dans les milieux médical et politique, véhiculée tant par le professeur Lacassagne que par le député Bérard5. La psychose autour de l’errance ou « folie des routes » (dromomanie selon le terme employé par les psychiatres)6 qui conduit à l’identification, à la surveillance et à la répression policière des vagabonds, puis des étrangers et des nomades et bohémiens en métropole, n’est donc pas entièrement nouvelle7. Elle s’inscrit cependant en Afrique occidentale dans une situation coloniale distincte des rapports sociaux métropolitains et se concentre davantage sur les villes que sur les campagnes8. Tout comme en métropole, la mobilité est décrite comme une « pathologie9 » par les autorités coloniales, qui craignent la mobilité géographique mais également sociale des populations. Les gouvernements locaux s’inquiètent surtout des mutations susceptibles d’être apportées à un ordre public colonial ségrégé et conçu comme immuable, par l’émergence de nouvelles élites africaines (les « évolués ») porteuses d’idées réformatrices et par l’exode rural de populations précarisées par la crise économique. Les villes centralisent toutes ces peurs en devenant les lieux possibles de rapprochement entre « population flottante », opposants politiques ou religieux et délinquance organisée. La police doit imposer une « discipline » urbaine, élaborée au début du siècle et de plus en plus réglementée pendant l’entre-deux-guerres, à une population conçue comme « traditionnellement » rurale. Cette discipline revêt des aspects très divers, depuis la réglementation des espaces publics jusqu’à celle des comportements. La fonction d’encadrement urbain s’inscrit peu dans une « mission civilisatrice » parcellaire incarnée notamment dans un objectif d’éducation des populations colonisées aux principes d’hygiène et de normes urbaines tels qu’inculqués au XIXe siècle aux populations françaises pour les intégrer dans la ville, pour en faire des « citadins ». Elle vise plus fondamentalement au contrôle de la répartition des espaces coloniaux entre populations européennes et africaines ainsi qu’à la sauvegarde des usages qui leur sont assignés.

3À travers les réformes engagées en AOF, et plus particulièrement au Dahomey (actuel Bénin, voir carte), il s’agit d’analyser le passage d’une police de conquête et de pacification à une police de l’ordre public urbain à l’orée des années 1920. Du contrôle de l’hygiène publique à celui des voyageurs et des travailleurs, en passant par la répression du vagabondage, les orientations données à la police de la voie publique mettent en évidence les modalités mais aussi les limites d’un encadrement très partiel des corps, plus que des esprits.

Division administrative (cercles) du Dahomey en 1932

Division administrative (cercles) du Dahomey en 1932

Adaptée de H. d’Almeida-Topor, Histoire économique du Dahomey/Bénin, 1890-1920, Paris, L’Harmattan, 1994, volume 1, p. 185.

D’une police de conquête à une police de l’ordre public urbain

  • 10  Chaque colonie d’Afrique occidentale organise un corps de police adapté aux contingences locales. (...)
  • 11  Glasman (Joël), Les Corps habillés. Genèse des métiers de police au Togo (1885-1963), Thèse d’hist (...)
  • 12  Ibid., p. 9.
  • 13  Dirigées par un administrateur-maire, ces communes mixtes font intervenir une commission consultat (...)

4Garde civile indigène, gardes de cercle et agents, les forces de police, qui prennent au Dahomey ces diverses appellations10, restent largement subordonnées jusqu’en 1918 aux actions de conquête et de pacification, malgré l’émergence au début des années 1910 de polices « municipales », centrées sur les fonctions administratives de gestion de la rue et des espaces urbains. Les passerelles entre les fonctions et les agents civils et militaires prédominent, comme le souligne Joël Glasman qui a récemment étudié la genèse des métiers de l’ordre au Togo dans leur ensemble, depuis le garde de cercle jusqu’au tirailleur, policier ou gendarme, afin de ne pas « masquer la réalité des circulations sociales11 ». Il souligne que cette genèse ne suit pas « un processus linéaire d’évolution des “forces militaires” en “forces civiles”, de transformation de la répression coloniale en lutte contre le crime […], de rationalisation progressive du travail policier12 ». Ce constat se retrouve au Dahomey. Si une police « urbaine » émerge dès 1894 au chef-lieu du Dahomey et s’affirme au début des années 1910 dans le cadre des nouvelles communes mixtes13 et des villes côtières, elle continue à ne tenir qu’une place secondaire face aux exigences militaires, tout au moins jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale, tout en laissant dans l’ombre la prévention et la répression du crime.

Aux ordres de la conquête et de la « pacification »

  • 14  Archives Nationales du Bénin (ANB), Journal Officiel (JO) des colonies, 1894, Arrêté du gouverneur (...)

5La garde civile indigène, instituée dès 1889 et renforcée en 1894 lors de la création de la colonie du Dahomey, constitue une « force de police essentiellement civile » mise à la disposition des administrateurs, mais qui peut être mobilisée en tout ou partie en cas de guerre ou de rébellion et passe alors sous autorité militaire14 (cf. arrêté du 23 juin 1894). Les activités de la garde civile indigène sont essentiellement destinées à assurer la domination politique (service des renseignements), à maintenir l’ordre dans les lieux publics, symboles du nouveau pouvoir (gardes des résidences et des édifices publics), et à garantir la sécurité des voies de communication pour l’installation dans le sud et la poursuite de la conquête vers le nord (service des courriers officiels, escorte des transports par terre et par eau). Le recrutement de la garde civile indigène, reversée à partir de 1901 dans le corps des gardes de cercles (cf. arrêté du 22 juin 1901), s’opère par voie d’engagements volontaires. Il emprunte une procédure et un personnel essentiellement militaires, transférant une partie des effectifs de l’armée coloniale de conquête vers les forces de maintien de l’ordre des nouvelles colonies (cf encadré).

  • 15  Une nouvelle place est accordée en histoire sociale à ces « intermédiaires » qui travaillaient sou (...)
  • 16  Garcia (Luc), Le royaume du Danhomé face à la pénétration coloniale (1875-1894), Paris, Karthala, (...)
  • 17  Videgla (Dadjo Koôvi Michel), Iroko (Abiola Félix), « Nouveau regard sur la révolte de Sakété en 1 (...)
  • 18  Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM), Fonds ministériels (FM), Affaires Politiques (AFFPOL), Car (...)
  • 19  Garcia (Luc), « Les mouvements de résistance au Dahomey (1914-1917) », Cahiers d’études africaines(...)
  • 20  ANOM, FM/AFFPOL/carton 530, Lettre collective de Dahoméens au ministre des Colonies, 8 mai 1923.
  • 21  Codo (Belarmin Coffi), La presse dahoméenne face aux aspirations des « évolués » : « La Voix du Da (...)

Achille Béraud constitue une figure de l’intermédiaire15 et du passage de l’armée de conquête à la police coloniale. Métis né vers 1870 d’une habitante de Porto-Novo et d’un négociant français, Médard Béraud, qui fut aussi le premier agent consulaire à Ouidah (1862-1864), Achille Béraud suit, comme son frère aîné Xavier, des études dans les écoles des missions catholiques de Porto-Novo et Ouidah puis à Lagos. Il entre dans le corps des interprètes et participe à ce titre aux différentes expéditions contre le royaume du Danhomé après 1889, avant de se retrouver à la fin de la conquête sergent de la garde civile puis inspecteur en 1896, principalement chargé du courrier et du service du ravitaillement. Achille Béraud est un agent de l’armée apprécié de sa hiérarchie. Le directeur des affaires politiques Patterson indique en 1894 que « doué d’une taille élevée et d’un physique agréable qui le confondent avec l’Européen, il en impose aux gardes civils16 ». Achille Béraud apparaît ensuite au nombre des rares inspecteurs de police « indigènes » particulièrement estimé des autorités coloniales. Il se trouve dès lors sollicité dans les nombreuses « tournées de police » destinées à réprimer les révoltes au Dahomey, comme à Sakété en 190517, dans la région de Holli-Kétou en 191118, ou encore dans le Mono en 191819. Malgré leurs états au service de la France et l’obtention de la légion d’honneur en 1908, les frères Béraud n’acquièrent la citoyenneté française qu’en 1914, soit près de vingt ans après leur première demande de naturalisation. Achille Béraud devient ensuite commissaire de police de Porto-Novo, très impliqué dans la police politique, en particulier la répression du mouvement de 1923 contre l’impôt20. Alors que son frère prend en 1927 la direction politique du principal journal d’opposition à l’administration coloniale21, Achille Béraud ne s’implique pas dans les revendications des élites dahoméennes de l’entre-deux-guerres et il meurt en 1933, après 35 années d’activité dans l’armée et la police.

  • 22  ANB, JO du Dahomey (JOD), 1901, Arrêté du gouverneur du Dahomey, 22 juin 1901.
  • 23  ANB, 1F9, Arrêté n°206 du gouverneur du Dahomey, 10 novembre 1894.
  • 24  Ibid.
  • 25  ANB, 1F55, Rapport du chef du bureau militaire du Dahomey sur l’organisation de la police, 3 janvi (...)
  • 26  ANB, JOD, 1913, Arrêté n°298 réglementant le service de la police municipale de la commune mixte d (...)

6Parallèlement au corps des gardes civils indigènes, puis des gardes de cercle, chargés de « la police et du service général des cercles22 » de la colonie, une « police générale » est également constituée en 189423 (cf. extraits de l’arrêté du 10 novembre 1894) pour s’occuper plus spécifiquement du chef-lieu de la colonie, Porto-Novo. Elle est chargée des enquêtes judiciaires sollicitées par la justice française, mais plus encore de la police administrative, comprenant une multitude d’activités depuis la surveillance des débits de boisson ou de la voirie jusqu’au maintien de l’ordre dans les lieux de rassemblements, ou à la répression des fraudes. Également responsable de la salubrité publique, cette police générale doit veiller à la propreté de la ville, « particulièrement de la ville indigène24 » (cf. extraits de l’arrêté du 10 novembre 1894). La police générale constituée en 1894 reste essentiellement destinée au chef-lieu de la colonie, tandis que les gardes de cercle recrutés et organisés sur un mode militaire exercent les missions de police confiées par les administrateurs dans les autres territoires. Mais cette police générale, centrée sur Porto-Novo, apparaît dès le début des années 1910 insuffisante pour faire face à la croissance des autres centres urbains de la côte. Pour répondre à leurs besoins, les administrateurs des villes de Cotonou, Ouidah et Grand-Popo créent leur propre service de police25, avant même que le modèle de la police municipale initié dans les quatre communes du Sénégal ne soit étendu dans le cadre des communes mixtes au Dahomey, comme par exemple à Cotonou en 191326 (cf. arrêté du 16 avril 1913) et plus largement dans les années 1920.

  • 27  L’Heuillet (Hélène), Basse politique, haute police, une approche historique et philosophique de la (...)
  • 28  ANOM, FM/AFFPOL/carton 574, Rapport politique n°1398 du gouverneur général de l’AOF sur le Dahomey (...)
  • 29  Ibid.
  • 30  ANB, 1F70, Lettre n°14 du commissaire de police de Cotonou au délégué du gouverneur du Dahomey à C (...)
  • 31  ANB, 1F70, Lettre n°186 du lieutenant-gouverneur du Dahomey à l’administrateur de Porto-Novo, 19 n (...)

7Une police municipale émerge donc à la veille de la Première Guerre mondiale. Mais face aux troubles et révoltes qui se développent, les activités des forces de police restent jusqu’en 1918 largement subordonnées aux actions de maintien de l’ordre et de soumission des populations, comme dans la région des Hollis, au sud-est du Dahomey, vers 1914, ou encore dans le nord, notamment l’Atacora, en 1916-1917. Ce constat du rôle très militaire des forces de police à l’échelle de l’Afrique occidentale est d’autant plus visible au Dahomey que ce territoire ne dispose jusqu’en 1914 que de ses forces de police propres (gardes de cercle et policiers). Il n’est doté d’une force militaire directement disponible sur son territoire qu’à la veille de la Première Guerre mondiale. La « tournée de police » qui mobilise des gardes de cercle est omniprésente dans les correspondances de l’administration des années 1910. Cette terminologie est d’ailleurs significative du flou séparant les missions, tout autant que les agents, relevant de l’armée ou de la police. La « tournée de police » ne doit pas apparaître comme une action de guerre, tournée vers un ennemi extérieur, mais comme une opération de maintien de l’ordre interne à l’État conquis et restant à « pacifier ». Ce faisant, l’emploi de la terminologie de « tournée de police » dans le langage officiel tend à modifier le « statut de l’ennemi27. » Lorsque celui-ci n’est plus défini selon un critère politique (dans le cadre d’une guerre entre États souverains) mais policier, il « prend la figure du criminel ». Les révoltes qui secouent le Dahomey pendant la Première Guerre mondiale constituent des troubles internes à gérer par des opérations policières, déniant aux résistances populaires toute revendication de souveraineté. La « tournée de police », qui est utilisée lorsqu’un incident ou un fait isolé se produit sur un territoire, a pour objet de « ramener le calme » en déployant à la fois des forces de police, les gardes de cercle, et des éléments militaires, les compagnies de tirailleurs. Mais quand l’incident se transforme en conflit ouvert et généralisé, comme cela se produit en janvier 1914 lorsque le détachement du capitaine Angelini se trouve entouré et attaqué par les partisans du chef de guerre des Hollis, les opérations de police se transforment en « véritable expédition miliaire28 ». Les réorganisations des services de police sont essentiellement envisagées pour répondre aux besoins de « pacification » des territoires. C’est par exemple pour faire face aux situations de rébellion sporadique dans le bas Dahomey, que le gouverneur général de l’AOF souhaite renforcer en 1914 les « effectifs de police proprement dits de gardes de cercles », parallèlement aux troupes militaires des tirailleurs. Ainsi estime-t-il que « ces forces seront mieux entraînées et auront un dépôt central suffisant pour envoyer en toute occasion des détachements aux points où le besoin s’en fera sentir29 ». Parallèlement, les demandes d’augmentation du personnel dans les villes de Cotonou et Porto-Novo pour créer un « service réel de la police », qui doit faire face à la multiplicité des tâches « parfois étrangères à un service de police proprement dit » (main-d’œuvre pénale extérieure, hygiène,…), sont refusées, le lieutenant-gouverneur n’acceptant le plus souvent de renforcer les effectifs policiers que de manière temporaire, lorsque l’indiscipline semble trop forte parmi les populations et que pointe la menace de révolte30. Ainsi, ce n’est que lorsque le nombre de gardes de cercle apparaît insuffisant pour permettre l’arrestation d’une dizaine de personnes condamnées par défaut pour rébellion que le gouverneur du Dahomey accepte la demande de l’administrateur de la province d’Adjohon de « mettre à [sa] disposition » pour une « tournée de police » environ « 20 gardes de cercle sous le commandement d’un bon sergent à défaut de l’inspecteur Achille Béraud31 ». Services de police distincts entre gardes de cercle et agents de police, l’organisation de la police se différencie également d’une colonie à l’autre, en fonction de ses impératifs politiques propres, notamment ceux liés à la « pacification » des populations. Mais de nouvelles orientations sont données aux polices en AOF à l’orée des années 1920, tant à l’échelle des municipalités qu’au niveau de la fédération.

Réformer la police pour surveiller les « marges » de l’ordre public colonial

  • 32  La France adopte une politique assimilatrice dans les quatre communes de plein exercice du Sénégal (...)
  • 33  ANB, 1F9, Arrêté réglementant le service de la police à Porto-Novo, octobre 1918.
  • 34  ANB, JOD 1923, Arrêté n°424 du gouverneur du Dahomey,17 avril 1923.
  • 35  Goerg (Odile), Pouvoir colonial, municipalités et espaces urbains : Conakry-Freetown des années 18 (...)
  • 36  ANB, JOD, 1913, Arrêté n°298 réglementant le service de la police municipale de la commune mixte d (...)
  • 37  ANB, 1F9, Arrêté réglementant le service de la police à Porto-Novo, octobre 1918.

8Le modèle de la police municipale créé dans les quatre communes de plein exercice du Sénégal, puis dans les communes mixtes32T, comme à Cotonou en 1913, est tout d’abord étendu aux autres villes, comme à Porto-Novo en 191833 (cf. arrêté d’octobre 1918). Le lieutenant-gouverneur du Dahomey crée en 1923 un cadre local d’inspecteurs et d’agents de police pour ces services34 (cf. arrêté de 1923), dont les effectifs sont répartis selon les besoins entre les différents centres urbains de la côte (Porto-Novo, Cotonou, Ouidah et Grand-Popo), afin d’assurer les activités de police municipale. Ces services urbains sont notamment chargés de garantir la salubrité publique (surveillance du nettoiement de la ville, de la qualité des aliments exposés à la vente, des établissements dangereux, etc.). Cet objectif de salubrité publique est à l’origine, au Dahomey mais plus largement en AOF, du mouvement de ségrégation spatiale qui s’établit dans les villes coloniales au début du XXe siècle entre milieu européen et « indigène35 ». Ainsi le commissaire de police de Cotonou voit-il son attention particulièrement attirée sur « les dégradations faites sur les bâtiments publics » et sur « les constructions en paille défendues à l’intérieur de la ville européenne qui s’étend du sud de la ligne des chemins de fer à la lagune36 » (cf. arrêté du 16 avril 1913). De même, le commissaire de Porto-Novo doit établir une distinction entre le nettoiement des habitations européennes et indigènes. S’il fait procéder par des corvées de prisonniers à l’enlèvement dans les maisons européennes des ordures et à la vidange des fosses d’aisance et des tinettes, cette obligation incombe aux indigènes pour leur domicile37 (cf. arrêté d’octobre 1918). Les polices municipales doivent en outre garantir « l’ordre public urbain », depuis la surveillance de la circulation et des transports, le contrôle du livret d’identité des employés de maison jusqu’à la répression de la mendicité.

  • 38  Fourchard (Laurent), Albert (Isaac Olawale) (dir), op. cit., p. 6.
  • 39  Zinsou (Emile Derlin) Zoumenou (Luc), Kojo Tovalou Houénou, précurseur, 1887-1936 : pannégrisme et (...)

9Au-delà des polices municipales, une réforme est également engagée à l’échelle de l’AOF par l’arrêté général du 10 septembre 1922 pour unifier les services de polices au sein de la fédération38. Cet arrêté crée un service central de police et de sûreté au gouvernement général et un service de la police et de la sûreté dans chaque colonie de l’AOF, alors que l’organisation de la police restait jusque-là définie au sein de chaque territoire. Le contexte politique en AOF a en effet changé au début des années 1920. Les colonies sont dites « pacifiées » et il n’existe plus à proprement parler de zones insoumises. Le rôle des polices comme force de pacification doit donc évoluer. De nouveaux impératifs, mais aussi de nouvelles craintes, plus diffuses, émergent et se développent pendant l’entre-deux-guerres. Crainte tout d’abord de la mobilité géographique, avec le développement des moyens de communication qui décloisonnent les territoires, facilitent la venue d’étrangers et l’échange des idées comme celles de l’internationale communiste. Crainte ensuite de la mobilité sociale, avec l’émergence de nouvelles élites africaines instruites à l’européenne, appelées les « évolués », qui nécessitent selon les autorités d’être contrôlée, car elles sont susceptibles de développer une propagande anticoloniale, en lien avec l’organisation communiste. Les années 1920 sont marquées par l’attention des autorités et de la police sur toute « tentative de propagande » communiste dans les colonies. Le Dahomey est particulièrement visé, le gouverneur général Carde estimant que ce territoire « a été choisi par le Komintern pour devenir une cellule de l’entreprise d’où l’activité révolutionnaire rayonnerait progressivement vers toutes les autres parties de notre domaine ouest-africain39 ». L’attention du chef de la police et de la sûreté porte essentiellement sur les « évolués », jugés dangereux du fait de leurs aspirations sociales et politiques. Ainsi estime-t-il que :

  • 40  ANB, 1F70, Rapport n°59 du chef du service de la police et de la sûreté au lieutenant-gouverneur d (...)

« S’il n’y a rien à craindre pour le moment de la propagande bolchevique quant à l’enrôlement volontaire des indigènes sous le drapeau rouge, il ne faut pas perdre de vue qu’il y a ici quelques évolués mécontents, se croyant sacrifiés […] parce qu’ils ne jouent aucun rôle alors qu’ils sont certains de posséder les qualités de distinction ou de commandement. Cette forme de nationalisme individuel […] pourrait bien un jour s’allier à Moscou, afin de pouvoir mettre les puissants moyens des soviets au service de ses aspirations locales qui peuvent se traduire par ‘‘nous sommes assez forts pour nous gouverner nous-mêmes’’ […]. Voilà je crois, où est le danger ; il mérite une attention et une surveillance de tous les instants40 » (cf. rapport du 10 novembre 1925).

  • 41  ANB, 1F22, Lettre n°1931 du lieutenant-gouverneur du Dahomey à l’administrateur-maire de Porto-Nov (...)
  • 42  ANB, 1F70, Lettre n°1 du lieutenant-gouverneur du Dahomey aux commandants de cercle, 2 janvier 192 (...)
  • 43  Ibid.

10Ce sont à ces craintes que doit répondre la nouvelle organisation de la police, centralisée, unifiée mais également mobile, destinée avant tout à la surveillance et à l’encadrement des populations suspectes. Le lieutenant-gouverneur du Dahomey motive en 1922 son projet de statut local d’inspecteurs et d’agents de police par la nécessité de « surveiller plus étroitement les éléments turbulents des villes et de suivre les nombreux sujets originaires des colonies voisines qui voyagent et stationnent fréquemment dans le Bas-Dahomey41 ». Lorsqu’il dresse en 1924 le bilan de la police dans sa colonie, le même lieutenant-gouverneur indique qu’elle s’est révélée inefficace jusqu’en 1923 « en ce qui concerne la surveillance des étrangers européens, africains, des propagandistes religieux et en général de tous les individus qui viennent ici pour exercer une action mauvaise, à la faveur de déplacements continuels qui leur assurent une sécurité presque complète42 » (cf. lettre du 2 janvier 1924). Le nouveau service de police et de sûreté du Dahomey doit disposer d’une police mobile qui puisse s’affranchir des limites territoriales imposées aux polices urbaines et d’une direction au chef-lieu qui « bénéficiera du classement et de l’exploitation intensive de toutes les informations particulières43 ».

  • 44  Cooper (Frederick), Décolonisation et travail en Afrique : l’Afrique britannique et française, 193 (...)
  • 45  Almeida-Topor (Hélène d’), « Recherches sur l’évolution du travail salarié en AOF pendant la crise (...)
  • 46  Goerg (Odile). Pouvoir colonial, municipalités et espaces urbains…, op. cit., p. 8.
  • 47  Fourchard (Laurent), Albert (Isaac Olawale) (dir), op. cit., p. 7 et s ; Rodet (Marie), Les migran (...)
  • 48  Goerg (Odile), « Domination coloniale, construction de “la ville” en Afrique et dénomination », Af (...)
  • 49  Cooper (Frederick), op. cit., p. 29-85.

11La crainte de l’agitation politique liée à l’émergence d’une bourgeoisie dahoméenne se double de celle liée à la mobilité de populations précaires issues des campagnes et qui s’installent dans les villes. Ces mouvements échappent à l’administration qui souhaite contrôler les migrations du travail afin qu’elles correspondent aux besoins de l’économie coloniale. L’urbanisation anarchique et la prolétarisation sont par ailleurs contraires aux conceptions coloniales qui prévalent pendant l’entre-deux-guerres associant l’Africain à la tradition, au village et à la tribu, « capable de progrès dans son milieu et très probablement perdu s’il en est extrait44 ». Ces sentiments déjà patents pendant les années 1920 se développent au début des années 1930. En effet, la crise économique qui frappe l’AOF entre 1930 et 1936, en ralentissant les activités commerciales, laisse sans travail de nombreux employés de commerce, vendeurs ou gardiens. Or, cette catégorie importante au Dahomey regroupe des hommes jeunes, peu intéressés à retourner travailler la terre comme les y incitent les autorités. Dans les centres urbains, ces hommes « détribalisés » restent dans des situations précaires et sont dès lors suspectés par l’administration coloniale de trafics, déviances et indiscipline45. Les villes coloniales s’inscrivent également dans le double mouvement d’hygiénisme et d’urbanisme qui a marqué l’Occident depuis le XIXe siècle et constitue « la toile de fond mentale des administrateurs et des colons » en Afrique46. Ces villes centralisent les peurs en rassemblant tous les groupes jugés dangereux pour l’ordre public colonial47, tout en cherchant à dissocier les « marges » urbaines, reléguées dans les « villages indigènes » périphériques, de la « vraie ville »48. La crainte d’une association entre les suspects politiques et une masse urbaine précarisée et indifférenciée se manifeste après la reprise économique, notamment au lendemain des grèves de 1936-37 en AOF, conduisant parallèlement à une politique de « stabilisation » d’une fraction des salariés africains pouvant être considérés comme des ouvriers insérables49.

12Les missions de surveillance politique mais aussi d’encadrement urbain deviennent donc essentielles pour la police dans les villes du Dahomey, comme le soulignent les rapports périodiquement établis dans les années 1930. Ainsi, le commissaire de police de Cotonou justifie-t-il tout d’abord son besoin de personnel supplémentaire par les tâches à accomplir en matière de surveillance politique :

  • 50  ANB, 1F27, Rapport du commissaire de police de Cotonou au chef de la sûreté du Dahomey, juillet 19 (...)

« Les services de la police prennent chaque année plus d’importance, tant par la variété des crimes, délits, et affaires politiques, que par l’accroissement de la circulation, émigration-immigration, etc. Cette importance est due à la situation de Cotonou et à l’évolution des indigènes. Cette évolution doit être suivie et surveillée de très près par la police ; faute d’effectifs, certains faits peuvent nous échapper. […] La police doit être renseignée rapidement sur les réunions d’éléments douteux, les syndicats, sociétés, religions50 » (cf. rapport de juillet 1931).

13Mais si le renforcement des effectifs de police est principalement sollicité pour la surveillance politique, le contrôle de la rue constitue la seconde motivation :

  • 51  Ibid.

« La police de la voie publique doit être également renforcée. Par son rôle préventif, la police de la voie publique rend des services, elle évite des rixes, cris séditieux, règle la circulation, enfin elle maintient le bon ordre dans la rue. Ce service doit avoir aussi un personnel spécialisé et un effectif suffisant capable de suivre l’évolution du pays. La présence des agents sur la voie publique évite bien souvent des incidents etc., et l’ordre étant respecté c’est la base de la tranquillité du pays assurée51 » (cf. rapport de juillet 1931).

L’encadrement disciplinaire, entre principes stricts et pratiques relâchées de la police

  • 52  ANB, 1F9, Rapport sur l’activité du commissariat de la ville de Porto-Novo pour 1940.

14Les statistiques, bien que sommaires, des rapports annuels des commissariats présentent l’importance et la diversité de l’activité consacrée à l’application des réglementations locales en matière d’ordre et de salubrité publics. Le rapport du commissariat de Porto-Novo énumère par exemple le nombre d’affaires de police administrative traitées pour l’année 1940. Ces affaires regroupent des infractions très diverses depuis le défaut d’éclairage d’un véhicule jusqu’au dépôt de matières fécales sur la voie publique, en passant par la divagation d’animaux ou le tam-tam sans autorisation52. Si des arrêtés locaux avaient été pris dès les années 1890-1900 dans les communes de l’AOF, les années 1920-1930 sont marquées par une croissance de réglementations plus centralisées au niveau de la fédération dans tous les domaines du quotidien (hygiène, circulation, bruit, etc.), qui partagent le même objectif d’imposer une discipline sociale dans les villes, un modèle d’« ordre urbain » pour lequel nous prendrons l’exemple de la police de l’hygiène publique, ainsi qu’un encadrement spatial des populations, à travers des réglementations relatives aux déplacements des populations. Mais cette discipline prend un sens particulier dans le contexte colonial par rapport à l’encadrement social imposé en métropole au XIXe siècle et connaît d’importantes limites quant à sa portée réelle sur le terrain selon les espaces publics considérés.

La police « urbaine » de l’hygiène publique

  • 53  Diop (Angélique), « Les débuts de l’action sanitaire de la France en AOF : 1895-1920. Le cas du Sé (...)
  • 54  Cette politique de lutte contre les vecteurs du paludisme est mise en place peu de temps après la (...)
  • 55  Manière (Laurent), Le Code de l’indigénat en Afrique occidentale française et son application : le (...)
  • 56  Ces réglementations sont prises parallèlement à la croissance des villes et à la politique de mise (...)
  • 57  Le décret du 6 mars 1922 sur la protection de la santé publique, puis l’arrêté local du 21 juin 19 (...)
  • 58  La justice indigène est cependant elle-même conçue comme une exception par rapport à la justice de (...)
  • 59  ANB, 1M177, Notice des jugements rendus en novembre 1938 en matière répressive par le tribunal du (...)
  • 60  La police de l’hygiène publique reste mise en œuvre dans les grandes villes de la colonie, où exis (...)

15Une politique sanitaire essentiellement basée sur l’hygiène émerge en AOF au début du XXe siècle, avec le décret du 14 avril 1904 relatif à la protection de la santé publique en AOF puis la création de l’assistance médicale indigène en 1905 assurée par un service de santé civil53. Les services d’hygiène doivent dans ce cadre lutter contre les eaux stagnantes et les gîtes à larves des moustiques, vecteurs du paludisme54. Ces services sont secondés au Dahomey par des agents de police pour inspecter les voies publiques et privées, dresser les procès-verbaux de contravention aux règlements sanitaires et recouvrer les amendes. Cette répression des infractions sur les eaux stagnantes relève encore du régime de l’indigénat jusqu’aux années 1920, c’est-à-dire du pouvoir de l’administrateur des colonies de sanctionner directement d’un maximum de 15 jours de prison et de 100 francs d’amende cette infraction dite spéciale, portant atteinte à l’ordre public colonial, en dehors de toute intervention judiciaire55. Les réglementations sanitaires prises dans l’entre-deux-guerres56, comme celle sur les gîtes à larves en 1923 au Dahomey, transfèrent ces infractions aux tribunaux indigènes qui doivent dès lors juger leurs auteurs sur la base des procès-verbaux dressés par les agents de police57. Malgré toutes ses limites, le transfert de ces infractions, de l’indigénat vers les tribunaux indigènes58, marque une « judiciarisation » de l’ordre colonial ainsi qu’une volonté d’afficher la discipline imposée aux Africains dans leurs rapports aux Européens dans le champ du droit commun et non de l’exception. Les agents de police, auxiliaires d’un ordre disciplinaire « légalisé », développent donc une mission plus spécifiquement définie en matière d’hygiène publique, qui intervient parallèlement à la croissance des polices municipales. Les tribunaux du premier degré des principales villes se trouvent chargés par ces petites affaires qui concernent un grand nombre de personnes. Ainsi, 13 % (4/31) des affaires jugées par le tribunal du premier degré de Porto-Novo en novembre 1938 concernent-elles des infractions aux règlements sur les gîtes larvaires. Ces affaires impliquent même 36 % des personnes jugées devant ce tribunal59. La police de l’hygiène publique mobilise les équipes de police des grandes villes de la côte60, d’autant plus qu’elle s’étend au-delà de la surveillance des eaux stagnantes à la répression des infractions sur la police sanitaire des animaux ou la propreté de la voirie.

  • 61  Goerg (Odile), « Domination coloniale… », op. cit., p. 17.
  • 62  Pinol (Jean-Luc), Walter (François), « La ville contemporaine jusqu’à la Seconde Guerre mondiale » (...)
  • 63  Bourillon (Florence), « Changer la ville : la question urbaine au milieu du 19e siècle », Vingtièm (...)
  • 64  Faure (Alain), « Comment se logeait le peuple parisien à la Belle Époque ? », Vingtième Siècle. Re (...)
  • 65  Goerg (Odile), « Domination coloniale… », op. cit., p. 20-21.

16La répression des infractions à l’hygiène publique vise à imposer une « discipline » urbaine qui nécessite d’être appréhendée dans le contexte particulier de la ville coloniale, ségrégée entre « centre » européen et « quartiers » indigènes. La réglementation sur l’hygiène publique vise l’ensemble de la ville mais elle a surtout pour objet de protéger le centre, séparant ainsi les espaces urbains en fonction de leur dangerosité sociale et des risques de contaminations et d’épidémies. La construction de la ville coloniale et la discipline qu’elle impose au travers des réglementations rejoignent l’idée et la forme urbaines en Europe en termes d’hygiénisme, de contrôle, de ségrégation des habitants ou de hiérarchisation des espaces et « il suffit bien souvent de […] remplacer ouvriers, ‘‘classes laborieuses’’ par colonisés, Africains, pour que les repères soient brouillés61 ». Les recompositions urbaines mises en œuvre à partir de la seconde moitié du XIXe siècle dans la métropole française, notamment dans sa capitale, diffèrent pourtant pour partie de celles entreprises en AOF. Ces recompositions étalent la ville pour faciliter la circulation des flux, conformément aux théories hygiénistes62. Elles intègrent Paris et la petite banlieue et pratiquent de part en part des percées afin de supprimer le risque de foyers d’insurrection63. Les questions sociales et de logement deviennent essentielles au début du XXe siècle. Il s’agit alors de développer logement et équipements sociaux, d’intégrer et d’« éduquer le pauvre réputé […] ne pas savoir habiter64 » dans une urbanité et un ordre bourgeois et industriel. Plus encore, les transformations urbaines poursuivies dans le cadre de la loi municipale de 1884 sont envisagées sur des territoires où les habitants sont des acteurs, des citoyens électeurs. A contrario la discipline imposée aux « sujets » Africains dans les villes coloniales à travers des réglementations sur lesquelles ils n’ont aucune prise, n’est pas envisagée comme un apprentissage à la citadinité. Écartés de la « ville » européenne et refoulés dans les « villages » ou quartiers indigènes, la qualité de citadin leur est déniée. Le préjugé racial relatif à des modes de vie distincts permet de déposséder ou limiter les quartiers habités par les Africains des équipements et services publics réservés à la ville européenne65. Dans le même temps, le contrôle disciplinaire n’est ni homogène, ni total dans ces villes si différenciées selon les espaces considérés. Bien que la répression des infractions sur l’hygiène publique vise principalement les Africains, elle connaît des limites liées à cette hiérarchisation des normes selon les quartiers et entend surtout protéger le centre européen.

17La police est par ailleurs appelée à intervenir pour réprimer les infractions aux réglementations qui ont pour objet de contrôler les populations mouvantes, présentant aux yeux du pouvoir colonial une « dangerosité » du fait de leurs tendances politiques mais aussi de leur statut incertain et mouvant entre salariat, commerce informel, chômage et petite délinquance. Quelle est la nature du contrôle disciplinaire imposé par la police dans ces autres activités d’encadrement pendant l’entre-deux-guerres ?

Contrôle spatial des populations : les orientations données à la police

  • 66  Ces textes disposent que les indigènes originaires de l’AOF ne peuvent quitter le territoire de le (...)

18Une réglementation relative à la circulation des personnes en AOF, éparse jusqu’à la fin des années 1920, se développe à l’échelle de l’AOF avec le décret du 24 avril 1928 et l’arrêté du 13 mai 192866.

Le contrôle aux frontières et la police des chemins de fer

  • 67  ANB, 1F27, Lettre n°407 du chef de la sûreté au lieutenant-gouverneur du Dahomey, 14 mars 1931.
  • 68  Rodet (Marie), op. cit., p. 197.
  • 69  ANB, 1F27, Lettre du chef de la sûreté, 14 mars 1931.

19Les mouvements d’entrée et de sortie du territoire sont contrôlés, mais principalement pour les trajets par voie maritime. Le chef de la sûreté du Dahomey indique en 1931 que « le service de contrôle de l’immigration tant par voie de mer que par voie lagunaire, a été soigneusement organisé67 » (cf. lettre du 14 mars 1931). La circulaire Brevié du 10 décembre 1930 estime qu’il « serait vain, pour l’instant, de prétendre établir la statistique exacte des migrations indigènes par voie de terre68 ». Les règlements en vigueur sont appliqués par les commissariats des villes côtières tant pour l’immigration que l’émigration des indigènes. Des cartes d’identité d’étrangers sont établies pour les « indigènes originaires des colonies étrangères de l’Afrique » présents au Dahomey et « leurs déplacements sont attentivement suivis69 » (cf. lettre du 14 mars 1931).

  • 70  ANB, 1F9, Rapport sur l’activité du commissariat de la ville de Porto-Novo pour 1940.

20Les statistiques produites annuellement par les services de police des grandes villes font en effet apparaître une activité de contrôle des étrangers de passage au Dahomey, ainsi que des voyages des Dahoméens vers l’extérieur, relativement importante par rapport aux autres missions remplies. Le commissariat de la ville de Porto-Novo indique par exemple avoir établi 199 contrôles des étrangers et avoir délivré 33 visas de passeports étrangers et 335 cartes d’identité (passeports pour les indigènes) en 194070. Parallèlement, le nombre des affaires de police judiciaire traitées est de 78 (dont 41 affaires de vol), ce qui peut sembler faible par rapport à la seule activité de surveillance des voyageurs.

  • 71  ANB, 1F70, Lettre n°59 du chef de la sûreté au lieutenant-gouverneur du Dahomey, 10 novembre 1925.
  • 72  Ibid.

21Mais, au-delà de statistiques sommairement colligées, la surveillance des étrangers donne lieu dès les années 1920 à des orientations précises de la part du gouverneur du Dahomey pour repérer les « indésirables ou suspects » des différentes colonies. Ainsi, le chef de la police et de la sûreté du Dahomey écrit-il au chef de la colonie en 1925 que, se « conformant à [ses] instructions », il a fait établir « un état nominatif de tous les étrangers et Français expulsés ou signalés comme indésirables depuis 1910, non seulement en AOF mais encore en Indochine, à Madagascar et aux Antilles71 » (cf. rapport du 10 novembre 1925). Le service de police et de sûreté doit donc produire des « listes de passagers complètes et exactes, si difficiles à obtenir des commandants de navires et des agents des compagnies de navigation », qui permettent d’empêcher l’entrée sur le territoire des personnes déjà expulsées et la surveillance des « suspects ou simplement des inconnus ». Cette surveillance est exercée, précise le chef de la sûreté, « de la façon la plus discrète et sans motiver la moindre réclamation », en rapportant tous les gestes et propos des personnes surveillées72.

22Les renseignements sur les étrangers suspects sont également transmis du Togo voisin au Dahomey, comme par exemple ceux relatifs à un Allemand venu de la Gold Coast passer quelques jours au Togo en 1935. Le directeur de la police et de la sûreté du Togo présente un rapport sur la surveillance de cette personne qui s’est présentée à la sûreté dès son arrivée :

  • 73  ANB, 1F9, Lettre du directeur de la sûreté du Togo au gouverneur du Togo, février 1935.

« Des instructions avaient été données à la douane pour que ses bagages soient vérifiés minutieusement. Il n’a rien été trouvé de suspect. M. Scherb a été étroitement surveillé et paraît ne s’être occupé que de son commerce. Il n’a tenu aucune réunion mais a toutefois répété aux personnes […] qui l’ont approché le bruit que font courir les Allemands depuis longtemps que le Togo redeviendra allemand sous peu73 ».

  • 74  ANB, 1F27, Lettre n°407 du chef de la sûreté au lieutenant-gouverneur du Dahomey, 14 mars 1931.
  • 75  Ibid.
  • 76  Fourchard (Laurent), « Les territoires de la criminalité à Lagos et à Ibadan depuis les années 193 (...)

23Certes, la surveillance des « suspects » vise les Européens, et notamment les Allemands pendant l’entre-deux-guerres, mais elle concerne au premier plan les mouvements des autochtones, tout d’abord ceux des « évolués » dahoméens comme nous l’avons vu mais également les Africains des colonies voisines. Il s’agit de surveiller les mouvements transfrontaliers avec le Nigeria britannique par lequel passe un trafic de poudre, d’armes et de munitions74. Les rares renseignements mentionnés par les rapports de police sur les crimes et délits poursuivis au Dahomey ont d’ailleurs souvent trait aux pillages à main armée commis par des bandes organisées dont l’origine nigériane est mise en avant. Ces malfaiteurs venant du Nigeria sont présentés comme « les plus dangereux et les plus résolus75 ». Bien que la coopération policière franco-britannique soit quasi inexistante76, des relations semblent établies par l’intermédiaire de l’agent consulaire anglais à Porto-Novo entre les polices française et britannique, cette dernière livrant parfois à la frontière les chefs de bandes et auteurs de vols à main armée réfugiés au Nigeria.

24La surveillance aux frontières est en outre renforcée par un contrôle spatial au sein même de la colonie, directement corrélé à l’encadrement social et politique.

  • 77 ANB, 1F27, Lettre n°407 du chef de la sûreté au lieutenant-gouverneur du Dahomey, 14 mars 1931.
  • 78  Ibid.
  • 79  Si les méthodes de l’identité judiciaire développées par Alphonse Bertillon en métropole sont prog (...)

25Un contrôle de la circulation par voie ferrée est progressivement institué. En application de l’arrêté du 31 janvier 1931, un service de police spécial des chemins de fer doit être organisé dans chaque colonie, avec une présence notamment sur Savé, Cotonou et Porto-Novo. Savé est considéré par le directeur de la police « comme le point de passage et même le lieu de refuge de tous les malfaiteurs, prostituées et autres indésirables attirés dans la région par la présence du nombreux personnel employé aux travaux du chemin de fer77 » (cf. lettre du 14 mars 1931). Ce personnel est d’ailleurs associé aux éléments de déviance et de désordre par le chef de la sûreté qui estime qu’il « pourrait constituer un terrain particulièrement favorable au travail d’agitation et de propagande systématique des organisations révolutionnaires78 ». Une obsession du fichage des individus accompagne cette volonté de contrôle politique, social et spatial des populations79.

Dénombrer et « ficher » les suspects

  • 80  ANB, 1F27, Lettre n°407 du chef de la sûreté au lieutenant-gouverneur du Dahomey, 14 mars 1931.

26Suite à l’arrêté général de 1931, le chef de la sûreté met en place un service de l’identité judiciaire au Dahomey qui doit répondre à cet objectif. Le responsable de la police dans la colonie indique que des « circulaires ont été adressées à tous les commandants de cercle et chefs de subdivision, leur montrant l’intérêt que présentait l’existence au chef lieu d’un fichier dactyloscopique contenant des fiches soigneusement mises à jour non seulement de tous les condamnés de droit commun ayant séjourné dans les prisons de la colonie, mais encore de tous les individus suspects, vagabonds ou autres, ne pouvant justifier de leur identité80 » (cf. lettre du 14 mars 1931). Le service centralisé de police dans la colonie mène une politique volontariste en ce sens, face à des administrateurs peu enclins à suivre les directives de cette autorité concurrente.

  • 81  Ibid. Cette situation dépasse le Dahomey et l’AOF. Comme le souligne Ilsen About, le même effort e (...)

27L’identité judiciaire dépasse les seuls condamnés pour s’étendre à tous les suspects. Elle se double de la constitution de dossiers pour « tous les individus dont la police a été appelée à s’occuper d’une façon quelconque », qu’il s’agisse des « individus signalés comme suspects ou dangereux dans les bulletins mensuels du département de la propagande révolutionnaire intéressant les pays d’outre-mer et dans les correspondances émanant du gouvernement général », de tous les « expulsés ou interdits de séjour », « des auteurs d’articles suspects ou tendancieux dans la presse locale » ou « de tous les individus abonnés aux journaux suspects81 ». L’ensemble de ces fichiers est ensuite transmis aux services de police des ports. Les années 1920-1930 se caractérisent par cette course au fichage des individus condamnés, suspects par leurs attitudes politiques, ou plus simplement leurs déplacements et leur position sociale mouvante, de vouloir contrevenir à l’« ordre public colonial » dans les villes d’Afrique occidentale.

28Plus encore que la police des chemins de fer et le fichage des suspects, la répression du vagabondage en AOF, qui fait l’objet d’un décret du 29 mars 1923, est emblématique de cette volonté du pouvoir colonial d’encadrer l’espace et le corps social, notamment urbain.

Réprimer les « vagabonds » de l’ordre public colonial

  • 82  Fourchard (Laurent), Albert (Isaac Olawale) (dir), op. cit., p. 108.
  • 83  La crainte d’un « prolétariat noir » peut être assimilée à la peur des « classes laborieuses » ouv (...)
  • 84  Faye (Ousseynou), L’urbanisation et les processus sociaux au Sénégal : typologie descriptive et an (...)
  • 85  Fall (Babacar), Le travail forcé en Afrique occidentale française, Paris, Karthala, 1993, p. 50.
  • 86  Kalifa (Dominique), L’encre et le sang, récits de crimes et sociétés à la Belle Époque (1894-1914)(...)
  • 87  Le décret du 29 mars 1923 dispose que « les indigènes qui ne justifient pas de moyens réguliers et (...)
  • 88  Wagniart (Jean-François), « Les migrations des pauvres en France à la fin du XIXe siècle : le vaga (...)
  • 89  Fourchard (Laurent), Albert (Isaac Olawale) (dir), op. cit., p. 105-106 ; Goerg (Odile), « Dominat (...)
  • 90  Rodet (Marie), op. cit., p. 235.
  • 91  Certains arrêtés locaux sont pris dès les années 1900-1910 pour encadrer les populations indigènes (...)

29La croissance du salariat précaire et du chômage dans les villes coloniales renforce le commerce de rue ou informel à partir des années 1930. La mobilité des populations dites « flottantes » est assimilée au vagabondage, qui devient alors une question récurrente pour les autorités administratives et se transforme en délit. Le pouvoir colonial craint après les grèves de 1936-37 « la collusion entre une population flottante appauvrie, et considérée a priori comme délinquante, et une main d’œuvre saine et utile au fonctionnement de l’économie coloniale » qui doit alors être stabilisée dans les villes82. Les groupes associés à la criminalité et au désordre, considérés comme des « classes dangereuses »83T, ont été les premières cibles de la politique de contrôle social, comme le montrent les études sur la marginalité, la mendicité ou le vagabondage au Sénégal84. L’exode rural de la population indigène fait également craindre une extension des villages indigènes autour des centres européens, avec un risque social et politique en cas de révolte. En cherchant à accroître son emprise sur les territoires et les hommes, le colonisateur a élaboré de nouveaux modes d’enfermement dans l’espace. L’administration entend limiter les flux migratoires venant des campagnes vers les villes, notamment des « jeunes gens qui quittent leurs villages pour se soustraire à l’autorité familiale et se réfugier dans les agglomérations où ils jouissent d’une liberté dont ils ne font pas le meilleur usage85 ». L’association entre vagabond et criminel, qui s’est incrustée dans l’imaginaire du sentiment d’insécurité en métropole86, s’impose également aux administrateurs coloniaux. L’absence de ressources, de travail et de domicile fixe sont les éléments constitutifs du délit de vagabondage selon le décret de 1923, associant la criminalité à la précarité et à l’absence de stabilité géographique, sur le modèle de l’article 270 du code pénal métropolitain87. Comme en métropole, le vagabond, ou plus largement le simple migrant, apparaît dans la société coloniale comme un danger dans la mesure où il n’intègre pas les règles politiques et économiques, la « sédentarisation et le contrôle qu’elle implique sur sa vie88 ». La stabilité des populations est en outre plus spécifiquement nécessaire dans les colonies pour permettre les recensements qui serviront à l’imposition fiscale et de la force de travail. Or l’émigration massive de populations vers la colonie voisine du Nigeria pour s’opposer aux impôts ou aux réquisitions et l’exode de populations perçues comme « traditionnellement » paysannes posent problème à l’administration coloniale. Enfin, le pouvoir colonial ne peut concevoir les Africains comme des « citadins »89. Dans cette perspective, la ville coloniale ne doit pas devenir un lieu d’installation pour les indigènes « non évolués » qui tendent « au contact de la civilisation européenne » à abandonner « leurs disciplines traditionnelles sans les remplacer par les nôtres90 ». Les autorités s’efforcent donc de limiter les flux migratoires mais aussi de « criminaliser les marges urbaines » susceptibles de déstabiliser l’ordre urbain colonial. L’enfermement carcéral devient un outil de contrôle autoritaire des marges urbaines. Une réglementation se développe en ce sens en AOF, non seulement relative à la répression du vagabondage mais aussi aux passeports ou livrets de travail domestiques91. Sa mise en œuvre revient à la police dans les centres urbains, mais les pratiques de cette dernière révèlent les limites, spécificités et paradoxes de l’encadrement disciplinaire en AOF.

L’encadrement de la mobilité au quotidien

  • 92  ANB, 1F27, Rapport du commissaire de police de Cotonou au chef de la sûreté du Dahomey, juillet 19 (...)
  • 93  ANB, 1F34, Rapport du commissaire de police de Porto-Novo pour 1942, 12 février 1943.
  • 94  ANB, 1F70, Rapport pour l’année 1934 du commissariat de police de Ouidah.
  • 95  Rodet (Marie), op. cit., p. 197.

30La police est en effet chargée de constater les infractions aux réglementations sur les livrets d’identité mais aussi de travail et domestiques qui imposent un contrôle des migrations des travailleurs. La lecture des rapports annuels de police permet cependant de constater que si la délivrance des livrets d’identité, principalement pour les voyages maritimes, pouvait être importante dans les villes de Cotonou et de Porto-Novo, les procès-verbaux constatant l’absence de livrets de travail ou domestiques restent en revanche peu nombreux. Ainsi les commissaires relèvent-ils seulement trois défauts de livret de travail pour le premier semestre 1931 sur Cotonou92 et deux défauts de livrets domestiques en 1942 sur Porto-Novo93. Cette activité reste d’ailleurs peu détaillée à l’exception du commissariat de police de Ouidah qui rapporte pour l’année 1934 que « conformément à l’arrêté général du 25 août 1932, il a été perçu 220 francs pour délivrances et taxes au titre des livrets domestiques94 ». Marie Rodet souligne également que les migrations internes à l’AOF par voie de terre étaient rarement déclarées à l’administration coloniale, qui ne délivrait donc que peu de livrets et ne sanctionnait pratiquement pas les contraventions aux règlements sur la circulation95.

  • 96  Fourchard (Laurent), Albert (Isaac Olawale) (dir), op. cit., p. 108 ; Iliffe (John), The African P (...)

31La lutte contre le vagabondage prend à l’inverse une place importante dans l’activité policière des villes au cours des années 1920-1930. Cette croissance concerne tout autant les colonies britanniques que françaises de l’Afrique de l’ouest. Au Nigeria, les arrestations pour vagabondage sont multipliées par deux entre les années 1920 et 1930 tandis qu’au Sénégal, les populations rurales précaires qui affluent vers Dakar, notamment pendant la guerre, sont renvoyées dans les campagnes96.

  • 97  ANB, 1F27, Rapport du commissaire de police de Cotonou au chef de la sûreté du Dahomey, juillet 19 (...)
  • 98  ANB, 1F27, Statistiques des affaires traitées par le commissariat de police de Ouidah au 1er semes (...)
  • 99  ANOM, FM/AFFPOL/carton 1568, Rapport sur le fonctionnement de la justice indigène en AOF pour 1931
  • 100  Ibid.
  • 101  En effet 39 % des prévenus ont entre 16 et 24 ans et 37 % sont dans la tranche d’âge 25-34 ans. L’ (...)
  • 102  ANB, 1M126, Notice des jugements du tribunal du 1er degré de Zagnanado, octobre 1935.
  • 103  ANB, 1M102, Notice des jugements du tribunal du 1PerP degré de Cotonou, mars 1931.
  • 104  ANB, 1M129, Jugement du tribunal du 1er degré de Savalou, 19 octobre 1925.

32Dans les statistiques des services de police des villes du Dahomey, les affaires de vagabondage constituent une part importante des crimes et délits poursuivis. Au cours du premier semestre 1931, le commissariat de police de Cotonou traite par exemple 30 affaires de vagabondage sur 159 affaires délictuelles ou criminelles (19 %). Le vagabondage apparaît comme un des délits les plus poursuivis par la police, juste après les vols (simples, qualifiés ou à main armée) qui sont au nombre de 38 (24 %)97. Mais cela ne concerne que les plus grands centres urbains, comme Cotonou et Porto-Novo. Durant la même période, le commissariat de police de Ouidah n’est intervenu que dans 3 affaires de vagabondage sur les 47 affaires criminelles et délictuelles traitées98. Ces statistiques policières nécessitent par ailleurs d’être confrontées avec les affaires de vagabondage jugées par les tribunaux indigènes. En effet, le rapport sur le fonctionnement de la justice indigène en AOF pour 1931 présente une augmentation globale des affaires répressives en indiquant qu’il « n’y a pas là une recrudescence de la criminalité proprement dite, cette augmentation provenant des jugements correctionnels surtout pour des vols simples et des vagabondages, délits devenus très fréquents99 ». La principale cause de cette évolution est attribuée à la crise économique qui touche l’AOF dès 1930, « qui a provoqué le licenciement par les entreprises commerciales d’un nombreux personnel indigène venu grossir les rangs des oisifs indésirables des grands centres100 ». Mais la part du vagabondage dans la répression pénale apparaît centrée sur les villes et limitée à l’échelle de l’ensemble du Dahomey. Les données d’un échantillon représentatif de 2 846 prévenus sur la période 1920-1940 que nous avons étudiées montrent que le délit de vagabondage ne constitue que 3 % (82/2 846) des prévenus poursuivis devant les tribunaux du Dahomey sur les deux décennies. Les prévenus, presque toujours des hommes (une seule femme dans l’échantillon) jeunes101, sont principalement arrêtés par la police dans les grandes villes. Ainsi, sur les 82 prévenus pour vagabondage, 65 relèvent des tribunaux des villes de Cotonou (52 prévenus), de Porto-Novo ville (9) et de Grand-Popo (4). Par ailleurs, ces prévenus semblent souvent être des étrangers des colonies voisines. Sur les données disponibles en la matière, au moins 10 des 82 prévenus sont originaires du Nigeria ou du Niger voisins. Les conditions des arrestations sont rarement relatées. Cependant, lorsque tel est le cas, elles font ressortir que le souci de contrôle social des individus à travers la répression du vagabondage reste lié aux impératifs politiques et économiques de la colonisation, notamment la nécessité de disposer d’un recensement fiable de la population pour l’imposition fiscale. Ainsi un homme est-il arrêté pour vagabondage par le chef de subdivision de Zagnanado parce qu’il « ne pouvait justifier où il allait et d’où il venait » pas plus qu’il « ne pouvait justifier où il était recensé et son paiement d’impôt102 ». La lecture des affaires de vagabondage jugées permet par ailleurs de relever qu’un certain nombre d’individus arrêtés dans les villes semblent présenter des pathologies mentales, plus ou moins considérées comme circonstance atténuante selon les juridictions. Le tribunal de Cotonou condamne par exemple en 1931 un individu sans moyen d’existence à 8 jours de prison en faisant bénéficier le prévenu de circonstances atténuantes basées sur sa « simplicité d’esprit103 » tandis que le tribunal de Savalou condamne en 1925 un homme à 45 jours de prison pour vagabondage après avoir constaté qu’« il semble toqué104 ». Selon le décret de 1923, le délit de vagabondage est puni de 6 mois de prison au maximum, et d’une peine accessoire de 5 à 10 ans d’interdiction de séjour en cas de récidive. Les peines prononcées au sein de notre échantillon sont majoritairement inférieures à 2 mois (63 % des peines pour vagabondage, soit 52/82) tandis que 31 % sont comprises entre 2 et 6 mois (25/82) et 6 % sont supérieures à 6 mois (5/82) dans des cas de récidive ou de vagabondages associés à d’autres délits comme le vol.

Des polices sans policiers et pour quelle discipline ?

  • 105  Exemple parmi d’autres, le commissaire de police de Porto-Novo indique en 1938 que le personnel eu (...)
  • 106  Goerg (Odile), « Domination coloniale…, op. cit. », p. 20.
  • 107  ANB, 1F70, Lettre du chef du service de la police et de la sûreté au lieutenant gouverneur du Daho (...)

33Tout comme la surveillance politique et la réglementation sur l’hygiène publique, le décret sur le vagabondage mobilise la police des grands centres urbains dans les années 1920-1930, soulignant sa focalisation sur une activité d’encadrement politique, social et spatial des populations. Mais parallèlement, la poursuite par la police des autres infractions à la circulation des personnes (défauts de livrets et cartes) reste faible, ce qui doit être mis en relation avec les moyens dont dispose réellement cette police pour contrôler les mouvements de populations. Or, la pénurie de personnel policier qui ne cesse d’être dénoncée pendant l’entre-deux-guerres105, conduit à interroger l’imposition effective du nouvel ordre public colonial dans les villes106. Deux à trois commissaires, souvent intérimaires, moins de 10 inspecteurs européens et indigènes pour l’ensemble du service de la sûreté du Dahomey entre 1920 et 1935, concentrés en fait dans les villes du sud qui seules disposent d’un commissariat, ne peuvent suffire à assurer l’encadrement des multiples activités policières107. Si la police coloniale passe d’une logique de « pacification » à celle d’un encadrement social et spatial, elle se trouve en nombre insuffisant pour quadriller et « discipliner » l’ensemble de l’espace urbain colonial, laissant de vastes interstices en dehors de son champ d’action.

34La répression des infractions à l’hygiène publique, et plus encore au vagabondage, paraît limitée au regard de l’ensemble des affaires pénales portées devant les tribunaux indigènes du Dahomey. Cette situation souligne le faible rôle joué par la police des commissariats urbains par rapport aux forces de police concurrentes en dehors des villes ainsi que les orientations différentes de ces polices. En effet, ce sont d’autres autorités qui assurent la police en dehors des villes où se trouve la majorité des Européens. Il s’agit tout d’abord des chefs de village et de canton chargés d’assurer l’ordre public, qui reçoivent les premiers les contestations des habitants et les ordres des commandants de cercle en matière de police. Il s’agit ensuite des administrateurs des colonies et des gardes de cercle qui restent leurs « hommes à tout faire », aussi bien chargés d’apporter les convocations que de les accompagner lors des tournées ou d’encadrer les travaux de la main d’œuvre. Les questions de salubrité publique, de lutte contre le vagabondage et de discipline sociale destinées à marquer la distanciation entre Européens et Africains dans les villes coloniales restent secondaires, voire sans réel sens, pour ces polices polyvalentes aux ordres de l’administrateur.

  • 108  Goerg (Odile), « Domination coloniale… », op. cit,  p. 24.
  • 109  Bernault (Florence), op. cit., p. 37.
  • 110  Goerg (Odile), « Domination coloniale… », op. cit., p. 36-37.

35Orientée vers un encadrement disciplinaire et spatial pour lequel elle ne dispose que de peu de moyens, la police urbaine témoigne de l’impossibilité d’exercer un contrôle réel sur l’ensemble de l’espace urbain, ce qui permet à ses habitants de construire leurs propres usages de la ville108. L’exercice de cette police urbaine met également en évidence une volonté coloniale paradoxale de « discipliner » les villes. La domination et l’imposition de réglementations issues de l’hygiénisme et de l’urbanisme français bien qu’affirmées restent relatives dans les villes coloniales, car à l’image de la prison coloniale qui ne cherche pas à réformer, il paraît « vain de tenter d’atteindre l’âme des colonisés, la discipline coloniale devant se limiter au corps109 », principalement dans ses rapports à l’Autre, européen. Ce n’est qu’à partir de 1945 que les schémas urbains intègrent les « évolués » africains110, surveillés pendant l’entre-deux-guerres, ces « disciples » accessibles à l’apprentissage de la discipline urbaine, créant une division tripartite des villes et non plus seulement binaire entre Africains et Européens.

Haut de page

Bibliographie

About (Ilsen), « Identités indigènes et police coloniale : l’introduction de l’anthropométrie judiciaire en Algérie, 1890-1910 », in Piazza (Pierre) (dir), Aux origines de la police scientifique, Alphonse Bertillon précurseur de la science du crime, Paris, Karthala, 2011, p. 280-300.

About (llsen), « Surveillance des identités et régime colonial en Indochine, 1890-1912 », Criminocorpus, revue hypermédia [En ligne], Bertillonnage et polices d'identification, Articles, mis en ligne le 23 mai 2011, consulté le 03 décembre 2011. URL : http://criminocorpus.revues.org/417.

Almeida-Topor (Hélène d’), « Recherches sur l’évolution du travail salarié en AOF pendant la crise économique, 1930-1936 », Cahiers d’études africaines, 1976, vol. 16, n°61-62, p. 103-117.

Asseo (Henriette), « La gendarmerie et l’identification des “nomades” (1870-1914) », in Luc (Jean-Noël), Gendarmerie, État et société au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 301-311.

Becker (Charles), Collignon (René), « Épidémies et médecine coloniale en Afrique de l’Ouest », Cahiers Santé, 1998, n°8, p. 411-416.

Berlière (Jean-Marc), « Armer les pouvoirs publics contre un fléau social ? La république et les nomades (1880-1914) », Études Tsiganes, 2004, n°18-19, p. 52-64.

Berlière (Jean-Marc), « La Police sous la IIIe République, la difficile construction », in Auboin (Michel), Teyssier (Arnaud), Tulard (Jean) (dir), Histoire et dictionnaire de la police, du Moyen-âge à nos jours, Paris, Robert Laffont, 2005, p. 351-401.

Berlière (Jean-Marc), Naissance de la police moderne, Paris, Perrin, 2011.

Berlière (Jean-Marc), Lévy (René), Histoire des polices en France de l’Ancien Régime à nos jours, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011.

Berlière (Jean-Marc), Fournié (Pierre), Fichés ? Photographie et identification, 1850-1960, Paris, Perrin, 2011.

Bernault (Florence), « De l’Afrique ouverte à l’Afrique fermée : comprendre l’histoire des réclusions continentales », in Bernault (Florence) (dir), Enfermement, prison et châtiments en Afrique du 19e siècle à nos jours, Paris, Karthala, 1999, p. 15-64.

Blanchard (Emmanuel), Deluermoz (Quentin), Glasman (Joël), « La professionnalisation policière en situation coloniale : détour conceptuels et explorations historiographiques », Crime, Histoire & Sociétés/ Crime, History & Societies, 2011, vol 15, n°2, p. 33-53.

Bourillon (Florence), « Changer la ville : la question urbaine au milieu du 19eP siècle », Vingtième Siècle. Revue d’Histoire, 199, n°64, p. 11-24.

Brunet-La Ruche (Bénédicte), « Code de l’indigénat », in Dulucq (Sophie), Klein (Jean-François), Stora (Benjamin) (dir), Les mots de la colonisation, Paris, Presses Universitaires du Mirail, 2008, p. 27.

Brunet-La Ruche (Bénédicte), La justice pénale au Dahomey de 1900 à 1960, mémoire de master II d’Histoire, université Toulouse II, 2008.

Brunschwig (Henri), Noirs et Blancs dans l’Afrique noire française ou comment le colonisé devient le colonisateur, 1870-1914, Paris, Flammarion, 1982.

Codo (Belarmin Coffi), La presse dahoméenne face aux aspirations des « évolués » : « La Voix du Dahomey » 1927-1957, thèse de 3e cycle d’Histoire, université Paris 7, 1978.

Cooper (Frederick), Décolonisation et travail en Afrique : l’Afrique britannique et française, 1935-1960, Paris, Karthala, éd. française, 2004, 578 p, 1e éd. anglaise, 1996.

Deluermoz (Quentin), « Présences d’État. Police et société à Paris (1854-1880) », Annales, Histoire, Sciences Sociales, EHESS, 2009/2, p. 435-460.

Diop (Angélique), « Les débuts de l’action sanitaire de la France en AOF : 1895-1920. Le cas du Sénégal », in Becker (Charles), Mbaye (Saliou), Thioub (Ibrahima) (dir), A.O.F : réalités et héritages. Sociétés ouest-africaines et ordre colonial, 1895-1960, Dakar, Direction des Archives du Sénégal, 1997, p. 1212-1227.

Diop (Momar Coumba), « L’administration sénégalaise et la gestion des “fléaux sociaux”. L’héritage colonial », in Becker (Charles), Mbaye (Saliou), Thioub (Ibrahima) (dir), A.O.F : réalités et héritages. Sociétés ouest-africaines et ordre colonial, 1895-1960, Dakar, Direction des Archives du Sénégal, 1997, p. 1128-1150.

Fall (Babacar), Le travail forcé en Afrique occidentale française, Paris, Karthala, 1993.

Faure (Alain), « Comment se logeait le peuple parisien à la Belle Époque ? », Vingtième Siècle. Revue d’Histoire, 1999, n°64, p. 41-52.

Faye (Ousseynou), L’urbanisation et les processus sociaux au Sénégal : typologie descriptive et analytique des déviances à Dakar, d’après les sources d’archives, de 1885 à 1940, thèse de doctorat d’histoire, université Cheikh Anta Diop Dakar, 1989.

Faye (Ousseynou), Thioub (Ibrahima), « Les marginaux et l’Etat à Dakar », Le Mouvement Social, 2003, n°204, p. 93-108.

Fourchard (Laurent), Albert (Isaac Olawale) (dir), Sécurité, crime et ségrégation dans les villes d’Afrique de l’ouest du 19eP siècle à nos jours, Paris-Ibadan, Karthala-IFRA, 2003.

Fourchard (Laurent), « Les territoires de la criminalité à Lagos et à Ibadan depuis les années 1930 », Revue Tiers Monde, 2006, vol. 1, n°185, p. 95-111.

Garcia (Luc), « Les mouvements de résistance au Dahomey (1914-1917) », Cahiers d’études africaines, 1970, vol. 10, n°37, p. 144-178.

Garcia (Luc), Le royaume du Danhomé face à la pénétration coloniale (1875-1894), Paris, Karthala, 1988.

Glasman (Joël), « Penser les intermédiaires coloniaux : Note sur les dossiers de carrière de la police du Togo », History in Africa, 2010, vol. 37, p. 51-81.

Glasman (Joël), Les Corps habillés. Genèse des métiers de police au Togo (1885-1963), Thèse d’histoire, Université de Paris 7-Universität Leipzig, 2011.

Goerg (Odile), Pouvoir colonial, municipalités et espaces urbains : Conakry-Freetown des années 1880 à 1914, vol. 2 : Urbanisme et hygiénisme, Paris, L’Harmattan, 1997.

Goerg, (Odile), « Domination coloniale, construction de “la ville” en Afrique et dénomination », Afrique & Histoire, 2006, vol. 5, n°1, p. 15-45.

Iliffe (John), The African Poor, a history, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

Kalifa (Dominique), L’encre et le sang, récits de crimes et sociétés à la belle époque (1894-1914), Paris, Fayard, 1995.

Kaluszynski (Martine), Ordre(s) et désordre(s) en République. Contribution à une socio-histoire politique de l’État, des services du gouvernement, du droit et de la justice, HDR, Grenoble, PACTE, 2005.

Lawrance (Benjamin Nicholas), Osborn (Emily Linn), Roberts (Richard. L.) (eds), Intermediaries, interpreters and clerks : African employees in the making of colonial Africa, The university of Wisconsin Press, 2006

L’Heuillet (Hélène), Basse politique, haute police, une approche historique et philosophique de la police, Paris, Fayard, 2001.

Manière (Laurent), Le Code de l’indigénat en Afrique occidentale française et son application : le cas du Dahomey (1887-1946), thèse d’histoire, 2007, Université Paris 7.

Piazza (Pierre), « Bertillonnage : savoirs, technologies, pratiques et diffusion internationale de l’identification judiciaire », Criminocorpus, revue hypermédia [En ligne], Bertillonnage et polices d'identification, Présentation du dossier, mis en ligne le 18 avril 2011, consulté le 03 décembre 2011. URL : http://criminocorpus.revues.org/347.

Pinol (Jean-Luc), Walter (François), « La ville contemporaine jusqu’à la Seconde Guerre mondiale », in Pinol (Jean-Luc) (dir), Histoire de l’Europe urbaine, II : de l’Ancien Régime à nos jours, Paris, Le Seuil, 2003.

Rodet (Marie), Les migrantes ignorées du Haut-Sénégal (1900-1946), Paris, Karthala, 2009.

Rodriguez (Jacques), « Une approche socio-historique de l’errance », Cultures & conflits, 1999, n°35, Quelle place pour le pauvre ? [En ligne], mis en ligne le 16 mars 2006. URL : http://conflits.revues.org/index165.html.

Thioub (Ibrahima), « Sénégal : la prison à l’époque coloniale. Significations, évitement et évasions », in Bernault (Florence) (dir), Enfermement, prison et châtiments en Afrique du 19e siècle à nos jours, Paris, Karthala, 1999, p. 285-303.

Videgla (Dadjo Koôvi Michel), Iroko (Abiola Félix), « Nouveau regard sur la révolte de Sakété en 1905 », Cahiers d’études africaines, 1984, vol. 24, n°93, p. 51-70.

Vigarello (Georges), Histoire du viol (XVI- XXPeP siècles), Paris, Le Seuil, 1998.

Wagniart (Jean-François), « La pénalisation du vagabondage et la répression de la pauvreté errante à la fin du XIXe siècle », Cahiers d’Histoire, 1996, n°64, p. 77-90

Wagniart (Jean-François), « Les migrations des pauvres en France à la fin du XIXPe siècle : le vagabondage ou la solitude des voyageurs incertains », Genèses, 1998, vol. 30, n°1, p. 30-52.

Wagniart (Jean-François), « La gendarmerie et les gendarmes face à la question du vagabondage (1870-1914) », in Luc (Jean-Noël), Gendarmerie, État et société au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 289-300.

Zinsou (Emile Derlin), Zoumenou (Luc), Kojo Tovalou Houénou, précurseur, 1887-1936 : pannégrisme et modernité, Paris, Maisonneuve et Larose, 2004.

Haut de page

Notes

1  Fourchard (Laurent), Albert (Isaac Olawale) (dir), Sécurité, crime et ségrégation dans les villes d’Afrique de l’ouest du 19e siècle à nos jours, Paris-Ibadan, Karthala-IFRA, 2003, p. 7.

2  Berlière (Jean-Marc), « La Police sous la IIIe République, la difficile construction », in Auboin (Michel), Teyssier (Arnaud), Tulard (Jean) (dir), Histoire et dictionnaire de la police, du Moyen-âge à nos jours, Paris, Robert Laffont, 2005, p. 365.

3  Sur ces questions, Berlière (Jean-Marc), Naissance de la police moderne, Paris, Perrin, 2011, p. 12-13, 47 et s. Berlière (Jean-Marc), Lévy (René), Histoire des polices en France de l’Ancien Régime à nos jours, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011. Deluermoz (Quentin), « Présences d’État. Police et société à Paris (1854-1880) », Annales, Histoire, Sciences Sociales, EHESS, 2009/2, p. 435-460.

4  Kaluszynski (Martine), « Ordre(s) et désordre(s) en République. Contribution à une socio-histoire politique de l’État, des services du gouvernement, du droit et de la justice », HDR, Grenoble, PACTE, 2005, p. 80. Sur cette question, Wagniart (Jean-François), « La pénalisation du vagabondage et la répression de la pauvreté errante à la fin du XIXe siècle », Cahiers d’Histoire, 1996, n°64, p. 77-90.

5  Wagniart (Jean-François), « La gendarmerie et les gendarmes face à la question du vagabondage (1870-1914) », in Luc (Jean-Noël), Gendarmerie, État et société au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 289-290.

6  Rodriguez (Jacques), « Une approche socio-historique de l’errance », Cultures & conflits, 1999, n°35, Quelle place pour le pauvre ? [En ligne], mis en ligne le 16 mars 2006. URL : http://conflits.revues.org/index165.html.

7  Sur l’émergence d’une « question nomade », Asseo (Henriette), « La gendarmerie et l’identification des “nomades” (1870-1914) », in Luc (Jean-Noël), Gendarmerie, État et société…, op. cit., p. 301-311 ; Berlière (Jean-Marc), « Armer les pouvoirs publics contre un fléau social ? La république et les nomades (1880-1914) », Études Tsiganes, 2004, n°18-19, p. 52-64.

8  La loi de 1885 provoque un reflux des populations marginales et errantes vers la province et les campagnes ; les gendarmes se trouvent alors en première ligne dans la répression du vagabondage dans les campagnes. Wagniart (Jean-François), op. cit., p. 290.

9  Bernault (Florence), « De l’Afrique ouverte à l’Afrique fermée : comprendre l’histoire des réclusions continentales », in Bernault (Florence) (dir), Enfermement, prison et châtiments en Afrique du 19e siècle à nos jours, Paris, Karthala, 1999, p. 58.

10  Chaque colonie d’Afrique occidentale organise un corps de police adapté aux contingences locales. Ainsi le Sénégal institue-t-il un corps de gendarmes à cheval et à pied en 1893-1894 ensuite dénommés gardes régionaux, tandis que le Dahomey fait le choix d’une garde civile indigène en 1889 remplacée par des gardes de cercle en 1901. Brunschwig (Henri), Noirs et Blancs dans l’Afrique noire française ou comment le colonisé devient le colonisateur, 1870-1914, Paris, Flammarion, 1982, p. 136. La gendarmerie indigène créée en 1907 au Dahomey n’y connaît qu’une brève existence puisqu’elle est supprimée en 1911, remplacée par un dépôt de garde indigène à Porto-Novo intervenant comme unité de réserve et pour la formation des gardes dans les cercles (cette création vient en réduction du nombre des gardes de cercle existants). La garde indigène est à son tour supprimée en 1914 pour permettre l’installation de compagnies de tirailleurs réguliers directement disponibles sur le territoire dahoméen, parallèlement aux gardes de cercle. [En ligne] Budget local du Dahomey 1911-1914 mentionnant le détail de ces évolutions réglementaires. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb412807414/date.r=budget+local+du+Dahomey.langFR (consulté le 03 décembre 2011).

11  Glasman (Joël), Les Corps habillés. Genèse des métiers de police au Togo (1885-1963), Thèse d’histoire, Université de Paris 7-Universität Leipzig, 2011, p. 20. Sur la professionnalisation et l’historiographie de la police en situation coloniale : Blanchard (Emmanuel), Deluermoz (Quentin), Glasman (Joël), « La professionnalisation policière en situation coloniale : détours conceptuels et explorations historiographiques », Crime, Histoire & Sociétés/ Crime, History & Societies, 2011, vol 15, n°2, p. 33-53.

12  Ibid., p. 9.

13  Dirigées par un administrateur-maire, ces communes mixtes font intervenir une commission consultative comprenant des notables locaux, mais elles ne procèdent pas d’élections comme les municipalités métropolitaines et les communes de plein exercice du Sénégal.

14  Archives Nationales du Bénin (ANB), Journal Officiel (JO) des colonies, 1894, Arrêté du gouverneur du Dahomey, 23 juin 1894.

15  Une nouvelle place est accordée en histoire sociale à ces « intermédiaires » qui travaillaient souvent dans l’administration coloniale et entretenaient des relations tant verticales entre colonisateurs et colonisés qu’horizontales au sein de la société africaine. Sur cette question, voir notamment Lawrance (Benjamin Nicholas), Osborn (Emily Linn), Roberts (Richard L.) (eds), Intermediaries, interpreters and clerks: African employees in the making of colonial Africa, The university of Wisconsin Press, 2006. Pour l’intermédiaire policier, Glasman (Joël), op. cit. et du même auteur, « Penser les intermédiaires coloniaux : Note sur les dossiers de carrière de la police du Togo », History in Africa, 2010, vol. 37, p. 51-81.

16  Garcia (Luc), Le royaume du Danhomé face à la pénétration coloniale (1875-1894), Paris, Karthala, 1988, p. 51-53.

17  Videgla (Dadjo Koôvi Michel), Iroko (Abiola Félix), « Nouveau regard sur la révolte de Sakété en 1905 », Cahiers d’études africaines, 1984, vol. 24, n° 93, p. 59.

18  Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM), Fonds ministériels (FM), Affaires Politiques (AFFPOL), Carton 2801, Lettre n° 53 du lieutenant gouverneur du Dahomey au gouverneur général de l’AOF, 24 mai 1911.

19  Garcia (Luc), « Les mouvements de résistance au Dahomey (1914-1917) », Cahiers d’études africaines, 1970, vol. 10, n°37, p. 177.

20  ANOM, FM/AFFPOL/carton 530, Lettre collective de Dahoméens au ministre des Colonies, 8 mai 1923.

21  Codo (Belarmin Coffi), La presse dahoméenne face aux aspirations des « évolués » : « La Voix du Dahomey » 1927-1957 », thèse de 3e cycle d’Histoire, Université Paris 7, 1978, p. 114.

22  ANB, JO du Dahomey (JOD), 1901, Arrêté du gouverneur du Dahomey, 22 juin 1901.

23  ANB, 1F9, Arrêté n°206 du gouverneur du Dahomey, 10 novembre 1894.

24  Ibid.

25  ANB, 1F55, Rapport du chef du bureau militaire du Dahomey sur l’organisation de la police, 3 janvier 1912.

26  ANB, JOD, 1913, Arrêté n°298 réglementant le service de la police municipale de la commune mixte de Cotonou, 16 avril 1913.

27  L’Heuillet (Hélène), Basse politique, haute police, une approche historique et philosophique de la police, Paris, Fayard, 2001, p. 203-208.

28  ANOM, FM/AFFPOL/carton 574, Rapport politique n°1398 du gouverneur général de l’AOF sur le Dahomey pour le 1er trimestre 1914, 30 juillet 1914.

29  Ibid.

30  ANB, 1F70, Lettre n°14 du commissaire de police de Cotonou au délégué du gouverneur du Dahomey à Cotonou et minute du gouverneur du Dahomey au délégué, 12 et 15 mars 1911.

31  ANB, 1F70, Lettre n°186 du lieutenant-gouverneur du Dahomey à l’administrateur de Porto-Novo, 19 novembre 1908.

32  La France adopte une politique assimilatrice dans les quatre communes de plein exercice du Sénégal qui se voient appliquer la loi du 5 avril 1884, pour l’élection d’un conseil municipal et la nomination du maire et de ses adjoints. Mais lorsque le territoire colonial se dilate à la fin du XIXe siècle, aucune réglementation municipale n’est adoptée à l’échelle de la fédération constituée en 1895. Un décret du 15 mai 1912 permet au gouverneur général de l’AOF d’ériger en communes mixtes les principaux centres des colonies, mais celles-ci ne procèdent pas d’élections à la différence des communes de plein exercice. Dirigées par le chef de la circonscription, l’administrateur-maire, assisté d’une commission consultative comprenant des notables africains, ces communes mixtes sont de simples instruments de déconcentration administrative.

33  ANB, 1F9, Arrêté réglementant le service de la police à Porto-Novo, octobre 1918.

34  ANB, JOD 1923, Arrêté n°424 du gouverneur du Dahomey,17 avril 1923.

35  Goerg (Odile), Pouvoir colonial, municipalités et espaces urbains : Conakry-Freetown des années 1880 à 1914, vol. 2 : Urbanisme et hygiénisme, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 119-183.

36  ANB, JOD, 1913, Arrêté n°298 réglementant le service de la police municipale de la commune mixte de Cotonou, 16 avril 1913.

37  ANB, 1F9, Arrêté réglementant le service de la police à Porto-Novo, octobre 1918.

38  Fourchard (Laurent), Albert (Isaac Olawale) (dir), op. cit., p. 6.

39  Zinsou (Emile Derlin) Zoumenou (Luc), Kojo Tovalou Houénou, précurseur, 1887-1936 : pannégrisme et modernité, Paris, Maisonneuve et Larose, 2004, p. 181.

40  ANB, 1F70, Rapport n°59 du chef du service de la police et de la sûreté au lieutenant-gouverneur du Dahomey, 10 novembre 1925.

41  ANB, 1F22, Lettre n°1931 du lieutenant-gouverneur du Dahomey à l’administrateur-maire de Porto-Novo, 7 août 1922.

42  ANB, 1F70, Lettre n°1 du lieutenant-gouverneur du Dahomey aux commandants de cercle, 2 janvier 1924.

43  Ibid.

44  Cooper (Frederick), Décolonisation et travail en Afrique : l’Afrique britannique et française, 1935-1960, Paris, Karthala, 2004, 1e éd. anglaise, 1996, p. 26, 136.

45  Almeida-Topor (Hélène d’), « Recherches sur l’évolution du travail salarié en AOF pendant la crise économique, 1930-1936 », Cahiers d’études africaines, 1976, vol. 16, n°61-62, p. 110.

46  Goerg (Odile). Pouvoir colonial, municipalités et espaces urbains…, op. cit., p. 8.

47  Fourchard (Laurent), Albert (Isaac Olawale) (dir), op. cit., p. 7 et s ; Rodet (Marie), Les migrantes ignorées du Haut-Sénégal (1900-1946), Paris, Karthala, 2009, p. 234-242.

48  Goerg (Odile), « Domination coloniale, construction de “la ville” en Afrique et dénomination », Afrique & Histoire, 2006, vol. 5, n°1, p. 15-45.

49  Cooper (Frederick), op. cit., p. 29-85.

50  ANB, 1F27, Rapport du commissaire de police de Cotonou au chef de la sûreté du Dahomey, juillet 1931.

51  Ibid.

52  ANB, 1F9, Rapport sur l’activité du commissariat de la ville de Porto-Novo pour 1940.

53  Diop (Angélique), « Les débuts de l’action sanitaire de la France en AOF : 1895-1920. Le cas du Sénégal », in Becker (Charles), Mbaye (Saliou), Thioub (Ibrahima) (dir), A.O.F : réalités et héritages. Sociétés ouest-africaines et ordre colonial, 1895-1960, Dakar, Direction des Archives du Sénégal, 1997, p. 1212-1227 ; Becker (Charles), Collignon (René), « Épidémies et médecine coloniale en Afrique de l’Ouest », Cahiers Santé, 1998, n°8, p. 411-416.

54  Cette politique de lutte contre les vecteurs du paludisme est mise en place peu de temps après la création de l’AOF en 1895 et les découvertes déterminantes sur la nature parasitaire de l’agent du paludisme (1880) et sa transmission vectorielle par les moustiques anophèles (1899-1900).

55  Manière (Laurent), Le Code de l’indigénat en Afrique occidentale française et son application : le cas du Dahomey (1887-1946), doctorat d’histoire, Université Paris 7, 2007, p. 14, 500-508, 162-211 ; Brunet-La Ruche (Bénédicte), « Code de l’indigénat », in Dulucq (Sophie), Klein (Jean-François), Stora (Benjamin) (dir), Les mots de la colonisation, Paris, Presses Universitaires du Mirail, 2008, p. 27.

56  Ces réglementations sont prises parallèlement à la croissance des villes et à la politique de mise en valeur des colonies d’Albert Sarrault, qui place parmi les priorités de l’administration une politique de santé susceptible d’assurer la reproduction de la force de travail.

57  Le décret du 6 mars 1922 sur la protection de la santé publique, puis l’arrêté local du 21 juin 1923 précisent ces infractions sur les gîtes larvaires ou les dépôts d’immondices sur la voie publique désormais jugées par les juridictions indigènes en qualité de contraventions. L’arrêté général du 20 juin 1925 portant énumération des infractions spéciales ne mentionne plus les infractions à l’hygiène publique qui relèvent désormais des tribunaux indigènes.

58  La justice indigène est cependant elle-même conçue comme une exception par rapport à la justice de droit commun française, chargée de régler les litiges relatifs aux Européens ou « assimilés » selon les règles du droit métropolitain. Le transfert affiché par les autorités coloniales du régime dit « provisoire » de l’indigénat vers la justice indigène n’a par ailleurs jamais été totalement effectif. L’indigénat s’est maintenu jusqu’en 1946 en AOF, bien au-delà donc de l’instauration de tribunaux indigènes compétents à l’égard des infractions aux règlements de l’autorité publique. La frontière entre les deux régimes est enfin ténue : le choix entre la saisine des tribunaux indigènes et le recours au code de l’indigénat reste le plus souvent laissé à la discrétion des administrateurs des colonies. Brunet-La Ruche (Bénédicte), La justice pénale au Dahomey de 1900 à 1960, mémoire de master II d’Histoire, Université Toulouse II, 2008, p. 70-80 ; Manière (Laurent), op. cit., p. 162-211.

59  ANB, 1M177, Notice des jugements rendus en novembre 1938 en matière répressive par le tribunal du 1er degré de Porto-Novo ville.

60  La police de l’hygiène publique reste mise en œuvre dans les grandes villes de la colonie, où existent des services d’hygiène et de police organisées. Les affaires jugées dans d’autres localités moins étendues ne concernent en revanche que rarement des infractions sur l’hygiène publique, comme par exemple à Parakou ou Abomey en novembre 1938.

61  Goerg (Odile), « Domination coloniale… », op. cit., p. 17.

62  Pinol (Jean-Luc), Walter (François), « La ville contemporaine jusqu’à la Seconde Guerre mondiale », in Pinol (Jean-Luc) (dir), Histoire de l’Europe urbaine, II : de l’Ancien Régime à nos jours, Paris, Le Seuil, 2003, p. 19, 80-81.

63  Bourillon (Florence), « Changer la ville : la question urbaine au milieu du 19e siècle », Vingtième Siècle. Revue d’Histoire, 1999, n°64, p. 20.

64  Faure (Alain), « Comment se logeait le peuple parisien à la Belle Époque ? », Vingtième Siècle. Revue d’Histoire, 1999, n°64, p. 51.

65  Goerg (Odile), « Domination coloniale… », op. cit., p. 20-21.

66  Ces textes disposent que les indigènes originaires de l’AOF ne peuvent quitter le territoire de leur colonie d’origine sans être munis d’une pièce d’identité délivrée par l’administration. Rodet (Marie), op. cit., p. 195-198.

67  ANB, 1F27, Lettre n°407 du chef de la sûreté au lieutenant-gouverneur du Dahomey, 14 mars 1931.

68  Rodet (Marie), op. cit., p. 197.

69  ANB, 1F27, Lettre du chef de la sûreté, 14 mars 1931.

70  ANB, 1F9, Rapport sur l’activité du commissariat de la ville de Porto-Novo pour 1940.

71  ANB, 1F70, Lettre n°59 du chef de la sûreté au lieutenant-gouverneur du Dahomey, 10 novembre 1925.

72  Ibid.

73  ANB, 1F9, Lettre du directeur de la sûreté du Togo au gouverneur du Togo, février 1935.

74  ANB, 1F27, Lettre n°407 du chef de la sûreté au lieutenant-gouverneur du Dahomey, 14 mars 1931.

75  Ibid.

76  Fourchard (Laurent), « Les territoires de la criminalité à Lagos et à Ibadan depuis les années 1930 », Revue Tiers Monde, 2006, vol. 1, n°185, p. 105.

77 ANB, 1F27, Lettre n°407 du chef de la sûreté au lieutenant-gouverneur du Dahomey, 14 mars 1931.

78  Ibid.

79  Si les méthodes de l’identité judiciaire développées par Alphonse Bertillon en métropole sont progressivement étendues à partir des années 1890 à certaines colonies de l’empire français, notamment en Tunisie, en Algérie et en Indochine, elles ne s’imposent en Afrique occidentale, et plus particulièrement au Dahomey, que pendant l’entre-deux-guerres. Sur cette question, Piazza (Pierre), « Bertillonnage : savoirs, technologies, pratiques et diffusion internationale de l’identification judiciaire », Criminocorpus, revue hypermédia [En ligne], Bertillonnage et polices d'identification, Présentation du dossier, mis en ligne le 18 avril 2011, consulté le 03 décembre 2011. URL : http://criminocorpus.revues.org/347. About (Ilsen), « Identités indigènes et police coloniale : l’introduction de l’anthropométrie judiciaire en Algérie, 1890-1910 », in Piazza (Pierre) (dir), Aux origines de la police scientifique, Alphonse Bertillon précurseur de la science du crime, Paris, Karthala, 2011, p. 280-300. About (llsen), « Surveillance des identités et régime colonial en Indochine, 1890-1912 », Criminocorpus, revue hypermédia [En ligne], Bertillonnage et polices d'identification, Articles, mis en ligne le 23 mai 2011, consulté le 03 décembre 2011. URL : http://criminocorpus.revues.org/417. Cf. aussi le catalogue de l’exposition aux Archives Nationales sur le sujet : Berlière (Jean-Marc), Fournié (Pierre), Fichés ? Photographie et identification, 1850-1960, Paris, Perrin, 2011.

80  ANB, 1F27, Lettre n°407 du chef de la sûreté au lieutenant-gouverneur du Dahomey, 14 mars 1931.

81  Ibid. Cette situation dépasse le Dahomey et l’AOF. Comme le souligne Ilsen About, le même effort est entrepris dans les différents territoires de l’empire pour définir l’identité des « suspects », travailleurs étrangers, migrants, vagabonds ou prostituées. Les fichiers judiciaires se confondent souvent avec les fichiers destinés au contrôle des populations civiles, tandis que les mesures et empreintes dans les colonies participent aux analyses sur les races en France. About (Ilsen), « Identités indigènes… », op. cit., p. 281-282.

82  Fourchard (Laurent), Albert (Isaac Olawale) (dir), op. cit., p. 108.

83  La crainte d’un « prolétariat noir » peut être assimilée à la peur des « classes laborieuses » ouvrières parisiennes, qui étaient dès le début du XIXe siècle comparées à cette époque à des « barbares » qui forment « une population flottante dangereuse pour la civilisation ». Rodet (Marie), op. cit., p. 235.

84  Faye (Ousseynou), L’urbanisation et les processus sociaux au Sénégal : typologie descriptive et analytique des déviances à Dakar, d’après les sources d’archives, de 1885 à 1940, thèse de doctorat d’histoire, Université Cheikh Anta Diop Dakar, 1989 ; Diop (Momar Coumba), « L’administration sénégalaise et la gestion des “fléaux sociaux”. L’héritage colonial », in Becker (Charles), Mbaye (Saliou), Thioub (Ibrahima) (dir), A.O.F : réalités et héritages. Sociétés ouest-africaines et ordre colonial, 1895-1960, Dakar, Direction des Archives du Sénégal 1997, p. 1128-1150 ; Faye (Ousseynou), Thioub (Ibrahima), « Les marginaux et l’État à Dakar », Le Mouvement Social, 2003, n°204, p. 93-108.

85  Fall (Babacar), Le travail forcé en Afrique occidentale française, Paris, Karthala, 1993, p. 50.

86  Kalifa (Dominique), L’encre et le sang, récits de crimes et sociétés à la Belle Époque (1894-1914), Paris, Fayard, 1995, p. 149. Georges Vigarello souligne que la figure du criminel dégénéré se reporte sur le vagabond. Selon les thèses criminologiques de la fin du XIXe siècle, « le routier aurait conservé “l’instinct des peuples primitifs”, celui de l’aventure rapace et improductive ». Vigarello (Georges), Histoire du viol (XVIe- XXe siècles), Paris, Le Seuil, 1998, p. 219. Le neurologue Charcot met en évidence un lien entre vagabondage et folie tandis que l’anthropologie criminelle, à travers la figure d’Alexandre Lacassagne, valide à la fin du siècle l’idée d’une irréductible association entre le vagabond et le criminel récidiviste, sous les traits notamment de Vacher l’éventreur. Berlière (Jean-Marc), « Armer les pouvoirs publics… », op. cit.

87  Le décret du 29 mars 1923 dispose que « les indigènes qui ne justifient pas de moyens réguliers et avouables d’existence et qui n’ont pas de domicile certain ou de résidence habituelle ou variable, suivant les nécessités de leur profession » (article 1er), « seront punis de 15 jours à 6 mois de prison » (article 2).

88  Wagniart (Jean-François), « Les migrations des pauvres en France à la fin du XIXe siècle : le vagabondage ou la solitude des voyageurs incertains », Genèses, 1998, vol. 30, n°1, p. 30-52.

89  Fourchard (Laurent), Albert (Isaac Olawale) (dir), op. cit., p. 105-106 ; Goerg (Odile), « Domination coloniale… », op. cit., p. 18-20.

90  Rodet (Marie), op. cit., p. 235.

91  Certains arrêtés locaux sont pris dès les années 1900-1910 pour encadrer les populations indigènes des villes, notamment ses éléments jugés plus « mouvants » ou dangereux pour l’autorité coloniale. Un arrêté local du 3 février 1913 impose par exemple aux Dahoméens attachés à la personne ou à la maison, d’être porteurs d’un livret d’identité permettant de suivre leurs déplacements.

92  ANB, 1F27, Rapport du commissaire de police de Cotonou au chef de la sûreté du Dahomey, juillet 1931.

93  ANB, 1F34, Rapport du commissaire de police de Porto-Novo pour 1942, 12 février 1943.

94  ANB, 1F70, Rapport pour l’année 1934 du commissariat de police de Ouidah.

95  Rodet (Marie), op. cit., p. 197.

96  Fourchard (Laurent), Albert (Isaac Olawale) (dir), op. cit., p. 108 ; Iliffe (John), The African Poor, a history, Cambridge, Cambridge University Press, 1987, p. 190.

97  ANB, 1F27, Rapport du commissaire de police de Cotonou au chef de la sûreté du Dahomey, juillet 1931.

98  ANB, 1F27, Statistiques des affaires traitées par le commissariat de police de Ouidah au 1er semestre 1931.

99  ANOM, FM/AFFPOL/carton 1568, Rapport sur le fonctionnement de la justice indigène en AOF pour 1931.

100  Ibid.

101  En effet 39 % des prévenus ont entre 16 et 24 ans et 37 % sont dans la tranche d’âge 25-34 ans. L’âge médian des prévenus arrêtés pour vagabondage est de 27 ans.

102  ANB, 1M126, Notice des jugements du tribunal du 1er degré de Zagnanado, octobre 1935.

103  ANB, 1M102, Notice des jugements du tribunal du 1PerP degré de Cotonou, mars 1931.

104  ANB, 1M129, Jugement du tribunal du 1er degré de Savalou, 19 octobre 1925.

105  Exemple parmi d’autres, le commissaire de police de Porto-Novo indique en 1938 que le personnel européen de son service est insuffisant, avec « un seul commissaire de police pour une population de 320 européens et 26 533 indigènes ». ANB, 1F55, Lettre au commandant de cercle de Porto-Novo, 11 juin 1938.

106  Goerg (Odile), « Domination coloniale…, op. cit. », p. 20.

107  ANB, 1F70, Lettre du chef du service de la police et de la sûreté au lieutenant gouverneur du Dahomey, 10 novembre 1925. ANB, 1F17, Rapport sur la police du Dahomey pour 1936, sans date.

108  Goerg (Odile), « Domination coloniale… », op. cit,  p. 24.

109  Bernault (Florence), op. cit., p. 37.

110  Goerg (Odile), « Domination coloniale… », op. cit., p. 36-37.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Division administrative (cercles) du Dahomey en 1932
Légende Adaptée de H. d’Almeida-Topor, Histoire économique du Dahomey/Bénin, 1890-1920, Paris, L’Harmattan, 1994, volume 1, p. 185.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1678/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Brunet-La Ruche, « « Discipliner les villes coloniales » : la police et l’ordre urbain au Dahomey pendant l’entre-deux-guerres », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la police, Articles, mis en ligne le 13 janvier 2012, consulté le 28 septembre 2016. URL : http://criminocorpus.revues.org/1678

Haut de page

Auteur

Bénédicte Brunet-La Ruche

Doctorante en histoire à l’université de Toulouse II-Le Mirail. Son travail de recherche intitulé « “Crime et châtiment” en situation coloniale : poursuivre, juger et sanctionner au Dahomey entre 1894 et 1960 » porte sur la délinquance et l’ensemble du processus de répression pénale au Dahomey, depuis la poursuite jusqu’à la sanction, en passant par l’enquête et le jugement.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page