Navigation – Plan du site
Articles

Paul Valentin Dupray de la Mahérie (1828-1911), « marchand de salade » ou escroc au long cours. Un libraire en quête de sociabilité

Viera Rebolledo-Dhuin

Résumés

Cette analyse du cas de Dupray de la Mahérie se présente comme l’amorce d’une réflexion sur l’impact social du faux. Elle sonde non seulement la marge d’action du criminel mais également les représentations judiciaires et littéraires données à voir à l’occasion des différents procès qu’il essuie. Ce héros aux doigts agiles est tout à la fois pris dans une formidable spirale spéculative et un puissant tissu relationnel qui semble le tirailler. Mis au ban de la société, par les juges comme par les journalistes, ce personnage bénéficie en définitive d’une reconnaissance toute paradoxale.

Haut de page

Texte intégral

« “En ton vivant, quel était ton métier ? – Entrepreneur d’éclairage d’une grande ville. – Tu n’as jamais filouté l’administration ? – Jamais. –Tu n’as point fait faillite ? – Non. – Tu as payé tes dettes ? Toujours. – Tu crois que tes enfants t’appartiennent ? –Certes ! ‑ Tu joueras les niais.

[…] “Apportez-moi cette grande fille, jolie comme une sainte vierge, et qui fait rire un officier." Elle arriva.

“Ton nom ?... vestale ! – Maria. – Qu’as-tu fait dans ta vie ? – J’ai quitté ma famille à quinze ans, après avoir dérobé la montre de mon frère. – Bien ! – J’ai envoyé trois amants aux galères pour crime de faux. – Très bien ! – J’en ai mis sept à l’hôpital. – Parfaitement ! – Et j’ai fait onze enfants. – Tu joueras les ingénues.” »

Honoré de Balzac, La comédie du diable, dans Œuvres diverses, Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, 1996 (1830-1831), tome II, p. 1100-1101.

  • 1  Chollet (Roland), Guise (Christiane et René), « Notice » à la Comédie du diable, dans Œuvres diver (...)

1Dans ce récit homérique inversé, où se côtoient Néron, Cléopâtre, Frédéric le Grand et la mère des Gracques, Balzac et Soulié1 se font les porte-parole de l’avocat du diable qui distribue les rôles à chacun des damnés devant jouer la comédie pour divertir le prince infernal, las des banquets. L’honnête homme n’y est qu’un fat, la filouterie une qualité immuablement ordinaire.

  • 2  Passeron (Jean-Claude) et Revel (Jacques) (dir.), Penser par cas, Paris, Éditions de l’EHESS, 2005 (...)
  • 3  Balzac (Honoré de), Illusions perdues, dans La comédie humaine, Paris, Gallimard, Bibliothèque de (...)
  • 4  L’interprétation reste floue jusqu’à la loi du 13 mai 1863, punissant explicitement toute tentativ (...)
  • 5  Balzac (Honoré de), Œuvres diverses, t. II, p. 1106-1107.
  • 6  Idem, p. 1105.

2Paul Valentin Dupray de la Mahérie, dont l’histoire est loin d’être banale, aurait pu avoir sa place dans ce panthéon satanique tant il a déployé de ruses pour parvenir à ses fins. Il fait cas2. Libraire normand, il est avant tout le « marchand de salade » balzacien type3, un faiseur de livres, un voleur de mots, un « contrefacteur » – faux artisan de ce qu’il vend –, un ignorant pervertissant la fonction du langage censé dire le vrai, un menteur ne maniant les mots que pour flatter et tromper ses dupes. L’image du contrefacteur convient d’autant plus à Dupray de la Mahérie qu’il fonde son succès éditorial sur une idée toute spéculative visitée trente ans avant lui, la publication des Mémoires de Sanson, largement influencée par celle des mémoires de l’ancien forçat Vidocq. De « plagiaire » Dupray de la Mahérie devient rapidement faussaire en écritures et usurpateur d’identités, par complicité d’abord, avant de passer maître dans l’art de l’escroquerie et ce, jusqu’à mettre au défi les plus hautes autorités. Successivement ou simultanément, Dupray envisage donc toutes les formes de faux et subit toutes les modalités de condamnation pour délit d’escroquerie, notion tardive et encore vague – créée par l’art. 405 du Code pénal de 1810, supprimant celle trop générale de dol – qui sanctionne l’emploi mal intentionné de moyens frauduleux – c’est-à-dire abusant de la crédulité d’autrui – afin de se faire remettre des valeurs4. En ce sens, l’« abus de confiance » (art. 408) ou l’usage de faux en écritures (art. 145-148), qu’ils soient monétaires ou non, privés ou publics, constituent des circonstances aggravantes au délit d’escroquerie, réprimées par des peines plus infâmantes encore. Bref, au cœur du processus judiciaire par lequel un individu perd son honneur, sa réputation, au point que son intégration au sein d’une communauté soit menacée, se trouve une appréciation relativement subjective de l’intentionnalité de l’acteur et de « l’altération de la vérité » à laquelle il a recours. Mais, la loi n’est-elle pas cette femme sans tête, privée d’identité, « l’ange » qui, dans la Comédie du diable, « laisse en repos […] [les] honnêtes gens » et « extermin[e] [l]es faibles5 » ? Plus généralement, « ne serait-ce pas œuvre diaboliquement belle, que d’envoyer à nos petits neveux une moralité qui fût réellement morale6 ?... »

  • 7  Idem, p. 1104.
  • 8  Delvau (Alfred), « Un trio de caissiers », dans Les lions du jour. Physionomies parisiennes, Paris (...)

3Bien que « l’histoire [soit] une plaisanterie permanente dont le sens échappe7 », il s’agira de comprendre à travers le parcours de Paul Valentin Dupray de la Mahérie, et des « chimères » judiciaires qu’il essuie – ou balaie d’un revers de main – l’impact social de l’escroquerie. Parce que cet ancien conseiller de préfecture et ancien libraire tombé en faillite est condamné à plusieurs reprises – de manière plus ou moins retentissante – pour abus de confiance, détournement et usages de faux, les sources dont nous disposons sont nombreuses et variées. Aux enquêtes de mœurs auxquelles sont soumis les fonctionnaires d’État comme les imprimeurs ou les libraires, s’ajoutent les archives judiciaires – émanant du Tribunal de Commerce ou de la Cour d’Assises – ainsi qu’une multitude d’articles de presse. En outre, parce que les affaires d’escroquerie n’arrêtent pas seulement les journalistes de quotidiens mais également – et bien que la frontière soit mince – quelques publicistes et écrivains formés à l’exercice des physiologies, Dupray, « escroc au long cours » – agissant pendant près d’un demi-siècle jusqu’à ses 82 ans –, est non seulement le type par excellence permettant de dénoncer quelques coquins de caissiers mais également l’objet de souvenirs d’hommes de lettres8. Sur cette base documentaire diversifiée, nous reconstituerons la trame chronologique des méfaits de Dupray de la Mahérie, ou plus précisément les étapes de la spirale spéculative dans laquelle il s’est (laissé) engouffré(er), transformant le noble fonctionnaire qu’il était en un escroc de haut vol, avant d’envisager l’ensemble de ses actes comme une quête de sociabilité et de reconnaissance.

Spéculation sur les Mémoires de Sanson

  • 9  Archives nationales (AN) : F18/1759 et F1bI/158/38.
  • 10  AN : F1bI/158/38. Victor Hippolyte et Paul Valentin Dupray mettront trois années, de 1858 à 1860, (...)

4Né en 1828 dans la Manche et issu d’une des plus riches familles du Calvados9, Paul Valentin Dupray – qui ajoute à son patronyme la particule « de la Mahérie » dès 185810 – se lance tardivement, mais de manière quelque peu spectaculaire, dans l’édition, après une brève carrière administrative.

  • 11  AN : F1bI/158/38 ; F7/15953/1 ; Archives départementales de Paris (AdP) : D2U8/1. Il n’est pas moi (...)
  • 12  AN : F1bI/158/38.

5Revendiquant haut et fort ses nobles origines, il ne cesse de s’enorgueillir d’avoir participé à vingt ans, avec son père et son frère, à la répression des insurrections parisiennes ; d’avoir, peu de temps après, par « une circonstance [qui l]’appela à Paris, et par suite de faits singuliers », déjoué un complot contre le jeune empereur ; d’avoir été, une fois revenu dans son département d’origine, associé au comte de la Tour du Pin pour rénover la feuille régionale afin de la mettre au diapason du nouveau gouvernement ; d’avoir enfin, été uni, en 1854,  à la fille d’un officier d’Empire, sous les hospices du prélat de Coutances, celui-là même qui avait, peu avant, assisté au mariage impérial11. C’est ainsi que, avant même d’être lié à Gabrielle Marneur Duheaume, Dupray de la Mahérie sollicite, sans doute sur les conseils – ou conditions – de son futur beau-père, un poste de conseiller de préfecture qu’il parvient à briguer après deux ans de lutte acharnée et avec force lettres de recommandations12.

  • 13  Maillard (Firmin), op. cit., p. 90.
  • 14  AN : F1bI/158/38.
  • 15  AN : F18/1759.

6Arrivé à Paris à la fin de l’été 1860, pour se refaire une santé financière après avoir « mangé assez vite la fortune de sa femme et celle de son beau-père, soit 500 000 fr.13 », Dupray de la Mahérie tout à la fois amoureux des lettres, frustré par son emploi de conseiller de préfecture à Napoléon-Vendée, ennuyé des réceptions qu’il n’y a organisé que pour les notabilités locales, ou encore faute d’avancement14, prend l’état d’imprimeur-libraire. Est-ce par choix ou par défaut ? Est-il déjà pris dans les rouages d’une machine infernale ? Fort de son expérience au Messager de la Manche, nous pourrions croire qu’il s’agit là d’une volonté délibérée. Néanmoins, il entre dans le métier par un détour. Un mois à peine après sa démission et son installation dans la capitale, en septembre 1860, il n’est effectivement que le bailleur de fonds de l’imprimerie des frères Marchand, 14 rue d’Enghien, auxquels il avance 100 000 F. Acculé à la faillite, Louis Désiré Marchand liquide l’entreprise familiale : Dupray rachète alors les 15 000 F de créances des deux frères et paie encore 55 000 F le fonds de commerce, contre la résiliation de l’acte de société, la cession de la boutique ainsi que celle du brevet. Pourtant, Dupray de la Mahérie s’adapte à la situation, il voit même les choses en grand. Breveté imprimeur lithographe à la fin du mois de décembre 1861, il fait successivement la demande d’un brevet d’imprimeur en lettres en janvier, époque à laquelle il déménage 5 rue des Filles Dieu, et peu après demande un brevet de libraire qu’il obtient presque immédiatement, s’installant alors 5 rue de la Paix en 1863 puis 6 rue de Médicis l’année suivante15.

  • 16  AN : F1bI/158/38, fiches de renseignement établies par le préfet de Vendée, Boby de la Chapelle, l (...)

7Homme de goût, soucieux de son intérieur, marié à une belle et ombrageuse femme aimant à bien recevoir16, Dupray ne lésine pas sur les frais de bouche et de décoration, bien qu’ils soient exorbitants et bien connus de tous, sinon de Firmin Maillard, qui en donne une brève mais très juste description :

« Son appartement de la rue de la Paix lui coûtait 12.000 fr. de loyer, il y avait mis 20.000 fr. de mobilier… ; mais un seul appartement ne suffisait pas à un pareil homme, il en avait un autre rue de Poitiers dont le loyer était de 11.000 fr. seulement, et il l’avait garni d’un mobilier de 38.000. fr. ; de plus, ô simplicité, il possédait à Noisy une petite maison qu’il appelait sa chaumière et qu’il avait meublée, la pauvrette, d’un mobilier de 2.313 fr. […]

  • 17  Maillard (Firmin), op. cit., p. 90-91. Bien que les chiffres de l’auteur correspondent globalement (...)

S’il aimait les beaux appartements, il ne méprisait pas les bijoux et achetait dans le même mois chez Leroy pour 21.600 fr. de brillants et une autre fois pour 14.899 fr.17 »

8Les réceptions que les Dupray aiment à donner, prennent, une fois installés à Paris, une toute autre ampleur qu’en province. Le Tintamarre signale quelques-unes des soirées organisées pour les ouvriers de son imprimerie. Celles-ci sont, à lire ces quelques lignes émues, marquées d’une touchante philanthropie :

« Dimanche soir, un des plus vastes salons des Nouvelles vendanges de Bourgogne, à la Chapelle, était le théâtre d’une de ces fêtes de l’industrie malheureusement trop rares et cependant si intéressantes à tant d’égards. Un banquet de cent vingt couverts y était offert par M. Dupray de la Mahérie à tout le personnel de son imprimerie.

  • 18  Le Tintamarre. Critique de la réclame, satire des puffistes. Journal de l’industrie, de la littéra (...)

[…] Lorsqu’au dessert, un toast a été porté […] Et quand, d’une voix vibrante, malgré une émotion profonde, M. Dupray de la Mahérie, en remerciant ses ouvriers des sympathies qu’ils lui témoignaient, leur a dit ce qu’il comptait encore faire pour eux ; quand, devançant leur légitime demande, il leur a annoncé, à partir de ce jour, l’augmentation des salaires dans ses ateliers, en même temps que l’organisation d’une société de secours à laquelle s’adjoint, pour tout le personnel de la maison, un service gratuit, s’étendant également aux familles des intéressés et comprenant, aussi gratuitement, les médicaments nécessaires, un profond sentiment de reconnaissance s’est emparé de tous les cœurs et un immense enthousiasme s’est traduit par des acclamations prolongées18. […] »

  • 19  Rebérioux (Madeleine), « Les ouvriers du livre », dans Chartier (Roger ) et Martin (Henri-Jean) (d (...)
  • 20  Dupray de la Mahérie (Paul Valentin), Création d’une caisse impériale de secours pour venir en aid (...)
  • 21  AdP : D2U8/1, interrogatoire du 30 juin 1866.
  • 22  Bibliothèque nationale de France (BnF) : 4-FM-11169, Factum, Dupray de la Mahérie, Mémoire justifi (...)
  • 23  Le Tintamarre, 23 juillet 1865, p. 5.
  • 24  AdP : D2U8/1, interrogatoire du 30 juin 1866.
  • 25  AdP : D2U8/1, déposition de Guillaume Gustave Lallemand, enregistrée le 15 juin 1866. À la même da (...)

9On sait l’amour qu’ont, pour ces banquets, les imprimeurs à la « barbe » facile19. Le souci que manifeste Dupray envers ses ouvriers, répond à un projet – parmi tant d’autres – déjà ancien comme en témoigne sa lettre à l’Empereur en faveur d’une caisse impériale de secours ouvrier qu’il fait imprimer en 185820. Le nombre d’invités mentionné par le Tintamarre est plus déconcertant mais, vraisemblable d’après l’ampleur d’une cérémonie quelque peu postérieure. Ayant « l’intention de fonder un journal et [croyant] […] utile de réunir tous ceux qui devaient participer à cette opération, c’est-à-dire des commanditaires, des collaborateurs, et des ouvriers21 », une seconde soirée a lieu le 11 juillet 1865 : cette « petite réunion » – rassemblant, aux dires de l’hôte-accusé, pas moins de 200 personnes22 –, en l’honneur de « ses typographes et leurs pourvoyeurs de copie23», coûte à Dupray de la Mahérie entre 7 000 et 8 000 F24 ! Il faut croire que le cercle de ses collaborateurs est important. Un des employés, entré tardivement comme Directeur de l’imprimerie du boulevard Bonne-Nouvelle, Guillaume Lallemand, déclare en effet que « le nombre des employés était exagéré ; [et qu’]ils recevaient des salaires hors de proportion avec le travail qu’ils faisaient25 ».

  • 26  Bibliographie de la France. Journal général de l’imprimerie et de la librairie, Paris, Pillet, 186 (...)
  • 27  Factums et circulaires de tout type constituent environ un tiers de son catalogue, en moyenne sur (...)
  • 28  Bibliographie de la France…, op. cit., 23 août 1862.
  • 29  Balzac (Honoré de), La comédie humaine, t. VIII, p. 419-431, 1411-1446 ; Œuvres diverses, t. II, p (...)
  • 30  Bérard (Suzanne J.), La comédie humaine, t. VIII, p. 1412.
  • 31  AN : F18/1770.
  • 32  Vuaroqueaux (Georges-André), Édition populaire et stratégies éditoriales en France de 1830 à 1875, (...)
  • 33  Bérard (Suzanne J.), La comédie humaine, t. VIII, p. 423.
  • 34  Maillard (Firmin), op. cit., p. 91. Encore une fois nous trouvons confirmation des chiffres avancé (...)
  • 35  BnF : 4-FM-11169, dans son Mémoire justificatif, Dupray ne mentionne lui aussi que d’Olbreuse. Il (...)
  • 36  Balzac (Honoré de), La comédie humaine, t. VIII, p. 1413 : « L’équivoque commerciale », pour repre (...)
  • 37  Idem, p. 419-431, 1411-1446 ; seul Brière ne semble pas avoir fait faillite.

10Toutes ces dépenses paraissent d’autant plus déplacées que ses revenus sont maigres. Dupray qui doit se remettre sur pied après l’épuisement de ses rentes, mène une activité éditoriale relativement restreinte. S’il publie près de 40 titres par an de janvier 1862 à mai 1866 – et qu’il édite même annuellement plusieurs romans au cours des deux premières années26 – les factums, circulaires commerciales, publications de professions de foi politiques et religieuses – soit les travaux dits de ville – dominent largement les productions sorties de ses presses27. Il tente, cependant, quelques initiatives remarquées. En août 186228 par exemple, il se lance dans la publication des mémoires de Henri-Clément Sanson, surtitrés Sept générations d’exécuteurs, dont l’édition en six volumes l’occupe pendant deux années. Cet ouvrage s’inscrit dans la lignée de ceux rédigés dès 1829, et notamment des Mémoires de Sanson auxquels participe entre autres, Balzac. L’histoire de ce texte est aujourd’hui bien connue29. Rappelons seulement que cette « idée d’une vulgarité toute commerciale30 », dont héritent Louis Mame et son beau-frère René Delaunay – après la faillite en 1829 de leur fondateur –, naît à l’initiative de Jean Pierre Roret – parent du responsable des manuels du même nom, parmi lesquels celui sur la Bourse inspirant Proudhon. L’anecdote n’est pas innocente puisque le brevet de libraire de Roret, d’abord annulé, revient finalement à Mme Goetschy31, veuve de Ferdinand Sartorius, lui-même lié à Joseph Décembre-Alonnier32, premier commis de Dupray de la Mahérie. Il est donc aisé de voir qu’à l’heure où Roret abandonne la librairie, son juteux projet est récupéré et réactualisé par Dupray de la Mahérie, grâce à l’aide de son employé jusque-là favori. Faute d’expérience, notre « curieux bonhomme, notoirement fêlé33 » reprend jusqu’au schéma déjà éprouvé : il va trouver Henri-Clément Sanson, auquel il donne 30 000 F34 pour sa signature, et passe un contrat avec un romancier35 – dont le nom est tu, bien que discrètement raillé par ses confrères – afin qu’il mette en valeur les anecdotes du premier, judicieusement dénommé « H. Sanson, ancien exécuteur des hautes œuvres36 ». Mais, la formule de 1830 reprise intégralement trente ans après, n’aboutit pas aux mêmes résultats : tandis que Roret, Brière, Mame-Delaunay déposent leur bilan au lendemain de la publication37, Dupray de la Mahérie paraît asseoir sa maison d’édition grâce à cet ouvrage. Jules Clarétie et Firmin Maillard s’accordent à souligner le succès de ces Mémoires de Sanson :

« […] C’est M. Dupray de la Mahérie qui avait eu l’idée de cette attirante spéculation de librairie […] Les Mémoires de Sanson : quel titre ! Les sensations de l’exécuteur des hautes œuvres : quel appât ! […]

  • 38  Clarétie (Jules), op. cit., p. 205-206.

Ce fut un tel succès que Dupray de la Mahérie en demanda la suite à un historiographe qui s’occupait d’ordinaire à des tâches plus littéraires, M. de Lescure38. »

  • 39  Notices de la BnF. Notons cependant que la Bibliographie de la France ne fait pas mention de la ré (...)
  • 40  Jules Clarétie parle de huit volumes. Or, dans sa Revue bibliographique. Moniteur de l’imprimerie (...)
  • 41  Les références (titres, nombre de volumes) citées par Jules Clarétie sont approximatives et pour c (...)
  • 42  B. (Maurice), Bast (Amédée de), Fournier (Edouard), Boscowitz (Arnold), Dupray de la Mahérie (Paul (...)
  • 43  Lermina (Jules), Dictionnaire universel illustré. Biographique et bibliographique de la France con (...)
  • 44  Idem, p. 872-873 ; Robert (Adolphe), Bourloton (Edgar) et Cougny (Gaston), Dictionnaire des parlem (...)
  • 45  Mathiez (Albert), La Théophilanthropie et le culte décadaire. 1796-1801. Essai sur l’histoire reli (...)
  • 46  Duheaume (Alexandre André), Un soldat sous Napoléon Ier, Paris, Librairie parisienne, 1864, 66 p.

11L’immédiate réédition par Naumbourg et, d’autre part, Décembre-Alonnier en 186339 confirme la réussite commerciale de ces Mémoires. Bien que le succès ne soit pas aussi assuré que le dit Jules Clarétie40 – dont le jugement n’est pas tout à fait neutre41 –, il est vrai qu’à partir du premier tome des Mémoires de Sanson, Dupray de la Mahérie, à l’instar de Mame-Delaunay, multiplie les publications de ce genre. Il s’occupe d’abord, en 1862, d’œuvres de peu de renom en éditant ou rééditant le livre d’Alexandre Mazas sur les Rabasteins ou Les droits des Arpad d’Alfred Nyáry. Puis, grâce à Adolphe de Lescure, Léon de la Sicotière, le vicomte Oscar de Poli, il se lance dans la publication du Livre rouge42 et fait paraître toute une série d’« études » historiques sensationnelles – le plus souvent à l’appui de lettres vraisemblables sur Marie-Antoinette, la reine Hortense, Jacques Cœur, les Plantagenêts, etc. Dans un premier temps donc, Dupray mobilise les hommes issus de son milieu social à savoir d’anciens nobles, souvent ultramontains, qu’il connaît sans aucun doute de longue date. Oscar de Poli né, comme Édmond Alonnier, à Rochefort, s’est engagé, à vingt-trois ans, dans le bataillon des zouaves pontificaux avant d’écrire dans les journaux ultramontains et d’être reconnu comte romain en 1865 par Pie IX43. C’est peut-être lui qui introduira Dupray de la Mahérie dans la cour pontificale quelques années plus tard. Léon de la Sicotière, un peu plus éloigné de Dupray idéologiquement, est plus proche géographiquement : né dans l’Orne, quinze ans avant notre libraire originaire de Coutances, il a fait son droit à Caen44, où il rencontra probablement le frère aîné de Paul Valentin Dupray, Victor Hippolyte, qui fut dans cette ville d’abord substitut puis procureur impérial. La Sicotière pourrait tout à fait être à l’origine du projet des Mémoires ; il est en tout cas l’initiateur du Dictionnaire de la Révolution de Décembre-Alonnier45, autre succès éditorial éphémère de Dupray. Toujours dans le même esprit et à la même époque, Dupray de la Mahérie publie un ouvrage de son beau-père Alexandre Duheaume, dans lequel il livre son expérience militaire au service de l’Empereur46.

Appel à souscription que Dupray de la Mahérie fait paraître dans sa Revue bibliographique. Moniteur de l’Imprimerie et de la Librairie françaises. Journal des publications nouvelles, n° 7, 31 mars 1862, p. 112.

  • 47  Larousse (Pierre) (dir.), Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, Administration du Gr (...)
  • 48  AdP : D2U8/1, rapport sur la comptabilité de Dupray par Magnin pour Henriquet et interrogatoire de (...)
  • 49  Au regard des notices de la BnF et des indications fournies par la Bibliographie de la France, cet (...)
  • 50  AdP : D2U8/1, rapport sur la comptabilité de Dupray par Magnin pour Henriquet et interrogatoire de (...)

12Grâce à ces premiers auteurs, Dupray parvient à élargir le cercle de ses relations et convoque alors quelques écrivains et autres publicistes en vogue. Jules Clarétie, Édouard Fournier ou encore Alfred Des Essarts lui composent quelques romans. Édouard Fournier semble suffisamment lié à Dupray pour sauver sa revue la Décentralisation littéraire, qui devient en 1864 la Revue des Provinces. Avec lui, Dupray gagne encore la participation d’autres écrivains, comme Eugène d’Auriac47. À cette époque, Dupray de la Mahérie déjà engagé dans plusieurs affaires nourrit par ailleurs divers projets. En 1862, un an après avoir repris la direction de l’Imprimerie parisienne des frères Marchand en lui donnant une extension certaine – comme en témoigne son déménagement boulevard Bonne Nouvelle –, il prend la tête – de la même manière – d’une entreprise qu’il subventionnait jusqu’alors : un magasin d’objets religieux rue du Cherche Midi, qu’il déplace rue de Médicis. Afin de fournir ce dernier, et dans l’optique de faire un chemin de croix en cette matière, il installe une fabrique de « pâte céruséenne » à Levallois48. Il monte, en outre, une librairie à Toulouse pour la diffusion de sa collection intitulée Bibliothèque catholique49. En 1865, il ouvre encore une seconde librairie parisienne rue de la Paix pour assurer la diffusion de ses nombreux périodiques, parmi lesquels et en dehors de ceux déjà cités : Le Monde chrétien illustré fondé en juin 1863, Le Nouveau Journal qui paraît l’année suivante, ou encore le Moniteur du clergé et des paroisses publié à partir de 1865. Parallèlement à ces activités plus ou moins éditoriales, il investit – ou dit investir – dans des industries totalement distinctes : une maison pour la commission de fruits rue du Cherche Midi, ainsi que dans une fabrique de liqueur50.

Du spéculateur au coquin : l’ascension d’un bel escroc

13Les investissements de Dupray de la Mahérie ne répondent pas seulement à une supposée réussite éditoriale mais bien plutôt à une course en avant. Notre libraire se métamorphose alors en anti-héros romanesque, comme en témoignent les quelques lignes d’Alfred Delvau :

  • 51  Delvau (Alfred), « Un trio de caissiers », op. cit., p. 322.

« Dupray de la Mahérie était un de ces Mercadets comme il en pousse dans toutes les sociétés chauffées à blanc par la fièvre de l’or51. »

  • 52  Balzac (Honoré de), Mercadet. Comédie en trois actes et en prose, Paris, Librairie théâtrale, 1851 (...)
  • 53  Revue bibliographique…, op. cit., n° 7, 31 mars 1862, p. 112 ; n° 10, 30 avril 1862, p. 176.
  • 54  Idem, n° 21, 30 septembre 1862, p. 331-332 ; n° 22, 15 octobre 1862, p. 352-354.
  • 55  Maillard (Firmin), op. cit., p. 91.
  • 56  BnF : 4-FM-30469, Factum, Dupray de la Mahérie, Affaire de Soye, Boyer et Dupray de la Mahérie, Pa (...)
  • 57  AdP : D2U8/1, déposition de Michel Alfred, séquestre judiciaire des fonds de commerce de Dupray de (...)

14Paul Valentin Dupray de la Mahérie qui a, comme Mercadet, « goûté aux fruits acides, enivrants du plaisir parisien… [et] fait du luxe le compagnon inséparable de [son] existence52 », suit parfaitement les préceptes du débiteur balzacien. Ne payant jamais ses dettes ou les remboursant en en faisant toujours de nouvelles, Dupray met chaque fois sur pied un nouveau projet qui puisse rattraper le précédent. Nous avons déjà pu noter que ses périodiques avaient pour principal but de soutenir ses publications littéraires. La Revue bibliographique est ainsi le support des appels à souscriptions53 indispensables au financement de l’édition du premier tome des Mémoires de Sanson puis, celui d’articles « publicitaires »54 venant au secours de la vente plus laborieuse des volumes suivants55. Inversement, Dupray utilise plusieurs articles de ses propres revues ou non, pour éditer quelques brochures à moindres frais – pratique alors courante au demeurant. Cela le conduit parfois à comparaître en justice pour plagiat56 et ne suffit plus à couvrir les pertes occasionnées par le peu de succès de ses imprimés « fort médiocres [et qu’]il payait fort cher57 ». Il doit alors spéculer dans d’autres domaines, agissant comme s’il avait été le spectateur de la scène domestique peinte par Balzac :

« Mme Mercadet : On peut obtenir par l’affection des services qu’on refuse à…

  • 58  Balzac (Honoré de), Mercadet…, op. cit., p. 11.

Mercadet : Par affection ! ah ! vous connaissez bien votre époque !... Aujourd’hui, madame, il n’y a plus que des intérêts, parce qu’il n’y a plus de famille, mais des individus ! Voyez, l’avenir de chacun est dans une caisse publique58 !... »

  • 59  Mayet (Claudius Maria), Auguste Marceau, capitaine de frégate, commandant de l’« Arche d’alliance  (...)
  • 60  Le Beuf (E.-B.), « Services Transatlantiques à vapeur en Europe et aux États-Unis », dans Journal (...)
  • 61  La Presse, 23 juillet 1866, p. 3.
  • 62  AdP : D2U8/1, Mémoire justificatif de Dupray de la Mahérie destiné à son avocat pour sa défense, s (...)
  • 63  Idem, déposition de Boisnard-Grandmaison, banquier à Granville, le 18 juin 1866. Ce jugement avait (...)
  • 64  Mascret (Hippolyte), Dictionnaire des faillites pour l’année 1869, Paris, Chez l’Auteur, 1870, p.  (...)

15Parce qu’il a déjà englouti une partie des richesses familiales et afin de continuer à puiser dans le portefeuille de ses proches sans épuiser trop rapidement leurs ressources, Dupray de la Mahérie est contraint de développer plusieurs projets liés à la banque. Prônant dès 1858, la création d’une caisse impériale pour les ouvriers, il se lie bientôt, dans le cadre de sa boutique rue de Médicis et par l’intermédiaire d’un ami jésuite, à un certain Marziou. Ce dernier n’est autre que l’ancien gérant de la Société L’Océanie – compagnie transatlantique à caractère religieux59 et commercial, née avec le soutien de James Rothschild, contre celle des frères Pereire60 –, accusé de banqueroute frauduleuse et de spéculation sur les farines au détriment de la société61. Trop confiant dans les pièces apportées par cet homme – en particulier un bref de Pie IX – Dupray dit avoir découvert malheureusement trop tard que Marziou avait déjà volé à ses actionnaires vingt-deux millions de francs62. Plusieurs dépositions soulignent, il est vrai, la très grande naïveté de Dupray de la Mahérie se laissant facilement « entraîner par ceux qu’il peut croire dans une position prépondérante et considérable […] pren[ant] ses illusions pour des réalités et se ber[çant] d’espérances chimériques63. » Néanmoins il est peu probable, sinon très étonnant, qu’il n’ait pas été mis au courant – par ses relations ou la simple consultation des journaux – de la faillite de Marziou, ouverte en 186464, au moment même où il entre en contact avec lui.

  • 65  La Presse mentionne par exemple cette affaire dans une dizaine d’articles entre septembre 1866 et (...)
  • 66  Proudhon (Pierre-Joseph), Manuel du spéculateur à la bourse. Une anthologie, Paris, Éditions Ère, (...)
  • 67  Idem, en particulier p. 58-61, 98-104 ; Duchêne (Georges), op. cit., 1867, p. 114-116. Sur les lie (...)
  • 68  AdP : D2U8/1, PV de l’interrogatoire de Berthomé par Duret, commissaire de police du quartier de R (...)
  • 69  Idem, PV de M. Hernoux contre son employé, déposé le 16 mai 1866.

16Quoi qu’il en soit, il ne peut avoir ignoré les tractations du second caissier qu’il rencontre : le dénommé Jules Delamothe Berthomé. Faute de pouvoir créer sa propre caisse et user de sa fortune, Dupray jette son dévolu sur ce nouvel ami, employé au Sous-comptoir des chemins de fer ; dès lors, la figure de Melmoth se substitue à celle de Mercadet. L’affaire « Berthomé, Dupray de la Mahérie, de Crouy-Chanel », qui s’ouvre en 1866, fait beaucoup de bruit65, non seulement pour elle-même mais également parce qu’elle rejoue, dix ans après, la spéculation frauduleuse du caissier de la Société des chemins de fer du Nord et symbolise en cela, aux yeux des contemporains, les fortunes commerciales subites et malhonnêtes résultant – de « l’improbité [qui] règne dans les mœurs, [et de] la piraterie dans les affaires66 », soit pour Proudhon – de l’avènement de la Bourse67. Notre affaire éclate le 16 mai 1866, lorsque M. Hernoux, directeur du Sous-comptoir des chemins de fer, se rend compte d’une irrégularité dans les comptes de son fidèle employé, alors âgé de 60 ans et travaillant pour lui depuis la création du comptoir en 185068. Hernoux croit d’abord à un détournement de 50 000 F mais, le même jour, Berthomé avoue au conseil d’administration de la société qu’il a volé, à l’aide de faux, plus de trois millions de francs69 au profit de François Claude Auguste de Crouy-Chanel et de Paul Valentin Dupray de la Mahérie. L’un refuse de comparaître, l’autre tombe de fait en faillite.

Inculpé pour détournements de faux, Dupray de la Mahérie est de facto déclaré en faillite – sans qu’aucune procédure de banqueroute ne soit ouverte –, son matériel et ses propriétés littéraires sont immédiatement vendus. Source : AN F18/1759

  • 70  Idem, interrogatoire de Berthomé par Henriquet, le 19 mai 1866.
  • 71  Nyáry (Albert), Les droits des Arpad (Crouy-Chanel de Hongrie), traduit du hongrois, préfacé par G (...)
  • 72  AdP : D2U8/1, interrogatoire de Berthomé par Henriquet, le 24 mai 1866.
  • 73  Balzac (Honoré de), Mercadet…, op. cit., p. 14.
  • 74  Balzac (Honoré de), Melmoth réconcilié, dans La comédie humaine, t. X, p. 349-350.
  • 75  La Gazette de l’industrie et du commerce, n° 386, 18 janvier 1863, p. 5 rend compte du procès inte (...)
  • 76  AdP : D2U8/1, interrogatoires de Berthomé des 19 mai et 29 juin 1866.
  • 77  Maillard (Firmin), op. cit., p. 92, écrit : « et tous deux – celui qui vivait parcimonieusement et (...)
  • 78  AdP : D2U8/1 : ces rétractions sont, il est vrai, minimes : il déclare d’abord être célibataire, a (...)
  • 79  Idem, rapport de Delarue, expert en écritures, en date du 26 mai 1866. Interrogé, le 29 juin suiva (...)
  • 80  La Presse, 27 septembre 1866, p. 3.
  • 81  Dalloz (Édouard) et Vergé (Charles), op. cit., p. 133-158 : « Les complices d’un crimes ou d’un dé (...)
  • 82  Idem, p. 259. Art. 164 : « Il sera prononcé contre les coupables une amende dont le minimum sera d (...)
  • 83  Idem, p. 233 et 250, Art. 147 : « Seront punies de travaux forcés à temps, toutes autres personnes (...)
  • 84  Idem, p. 152, n° 699 : « Lorsque le complice est âgé de soixante ans accomplis au moment du jugeme (...)
  • 85  Idem, p. 162, n° 122 : « Le recéleur doit subir l’aggravation de peine, même dans le cas il a igno (...)
  • 86  La Presse, 14 juin 1866, p. 2.
  • 87  La Presse, 8 décembre 1866, p. 2. La demande de pourvoi avait été formée en août et avait d’ailleu (...)
  • 88  AN : F18/1759, lettre du ministre de la Justice au ministre de l’Intérieur en date du 23 janvier 1 (...)
  • 89  Balzac (Honoré de), La comédie humaine, t. VI, en particulier p. 710 : « Ouvrard préféra le séjour (...)
  • 90  AdP : D2U8/1, lettre de Berthomé au Procureur général en date du 18 août 1866.
  • 91  La Presse, 14 juin 1867, p 2.
  • 92  AdP : D2U8/1, lorsqu’est dressé l’acte d’accusation, le 7 août 1866, Dupray est à l’hospice des Fr (...)

17Berthomé rencontre de Crouy-Chanel vers 1857-1858. Pris alors dans plusieurs affaires qui l’« empêcheront » de comparaître huit ans plus tard – la revendication du trône de Hongrie, comme héritier d’Étienne III, et celle des titres du duc de Modène, en tant que descendant de la famille d’Este –, de Crouy, pressé par un besoin certain de liquidités, assure à son mécène la propriété de la moitié de ses terres. Séduit par ces promesses, Berthomé lui « avanc[e] successivement des sommes plus ou moins importantes qui forment […] un total de 120 à 130 000 fr.70 » Parce qu’il avait fait imprimer Les droits des Arpad71 chez Dupray de la Mahérie, avec lequel il se lie, l’héritier de Hongrie met ses deux « amis » en contact en 1861-186272. Dans un délai plus court mais de la même manière, le caissier octroie à Dupray qui, lui aussi offre la moitié de ses propriétés et bénéfices commerciaux, 3,2 millions de francs. Dupray, tel Mercadet, sait que « les créanciers sont comme les joueurs qui mettent toujours [plus] pour rattraper leur première mise73 » et pour cela, tel Melmoth regardant Castanier piquer dans la caisse74, pousse Berthomé au vol. – S’est-il inspiré, pour souffler à Berthomé les gestes qu’il attendait de lui, de l’histoire commerciale de Marziou75 ou plus généralement des faits divers quotidiens ? – Malgré l’importance du vol, le caissier qui déclare à plusieurs reprises avoir été acculé aux détournements pour garantir ses créances antérieures76, tient le bon rôle : les juges, les publicistes et les écrivains tracent le portrait d’un homme régulier, sobre et moral, afin de mieux souligner – dans une observation toute manichéenne – les défauts de notre libraire77. Berthomé, épargnant et laborieux, – qui, pourtant, comme Dupray, revient parfois sur ses déclarations78 –, n’est pas moins consciencieux lorsqu’après plusieurs essais calligraphiques il appose sur 197 billets à ordre ou actes sous seing privés 66 signatures différentes d’individus qu’il dit imaginaires79. Après quelques jours de procès, lors de l’audience du 25 septembre 1866, les jurés déclarent unanimement coupables les deux associés : « Berthomé est condamné à cinq années d’emprisonnement [et] à 100 fr d’amende ; Dupray de la Mahérie à sept ans de travaux forcés et à 100 fr. d’amende ; tous deux enfin sont condamnés solidairement envers le Sous-comptoir à verser 200 000 fr de dommages-intérêts à titre de provision en attendant que le Comptoir ait fourni un état régulier des détournements commis.80 » Les peines ainsi administrées pour abus de confiance (art. 408) et crime de faux en écritures de banque (art. 147-148) – autrement plus graves que celle sanctionnant le délit d’escroquerie –, révèlent une différence de traitement des deux complices conformément à l’article 59 du Code pénal81. Bien qu’ils soient également contraints de payer une amende, estimée au prix minimal (art. 16482), aux titres de détournement et usage de faux (art. 147 et 14883), Bethomé, l’auteur principal, bénéficie d’une moindre peine que son complice. L’âge avancé du caissier du Sous-comptoir constitue une circonstance atténuante84, alors que le recel (art. 62) dont est fautif Dupray en est une aggravante85. – On s’étonne cependant que de Crouy, responsable des mêmes faits et refaisant finalement surface, ne soit condamné qu’à trois ans d’emprisonnement86. – La plaidoirie de Charles Lachaud, fondée sur l’ignorance de son client, n’aura donc pas eu le résultat escompté. Pour autant, armé d’une résolution sans faille, Dupray de la Mahérie n’en démord pas : après avoir essuyé le rejet de son pourvoi en cassation87, il parvient à obtenir une grâce impériale en janvier 186788 commuant sa peine de travaux forcés en réclusion à même temps. Il obtient également quelques faveurs eu égard aux conditions de sa détention. Il est vrai que ses complices ne font pas autrement : à l’instar des prévenus de Splendeurs et misères des courtisanes89, Berthomé demande, depuis la Conciergerie, à être déplacé à Mazas90 ; il sera accueilli à Sainte-Pélagie, où le rejoint bientôt de Crouy Chanel91. Jouant une toute autre carte, Dupray réussit, pour sa part, à laisser derrière lui ses anciens complices pour purger sa peine dans diverses maisons de santé92 et passe ainsi, grâce à ses appuis ultramontains et jésuites, quelques années paisibles tandis que la Commune fait rage.

L’« honnête caissier » du Sous-comptoir des chemins de fer, Jules Delamothe Berthomé, n’est pas moins scrupuleux, lorsqu’il invente 66 noms d’individus avec leur signature qu’il appose sur 197 effets de commerce au profit de Dupray de la Mahérie et de Crouy-Chanel. Source : AN D2U8/1

  • 93  Dupray de la Mahérie (Paul Valentin), Du Matérialisme contemporain, ses doctrines malsaines et leu (...)
  • 94  Dans le journal La Croix, 1er juillet 1910, p. 2 on peut ainsi lire : « son frère, conseiller à la (...)
  • 95  Les pastilles sont évoquées par diverses victimes directes et indirectes, M. Hommey et le neveu de (...)
  • 96  Rappelons avec Mollier (Jean-Yves), « L’imprimerie et la librairie en France dans les années 1825- (...)
  • 97  AN : F7/15953/1, « “Bonnes œuvres”. Le rôle de Mgr Sisson. Il voulait être le “grand protecteur” d (...)
  • 98  Idem, « “Bonnes œuvres” encore un scandale clérical », dans L’Action, 28 juin 1910.
  • 99  Idem, « L’arrestation de M. Dupray de la Mahérie. “Le Bras économique de l’Église” », dans Le Rapp (...)
  • 100  Idem, « Le bras économique de l’Église. Le vénérable Duprey de la Mahérie est-il un génial escroc  (...)
  • 101 Idem, Barby (Henry), op. cit.
  • 102  Idem, Montet (Chanoine Charles Émile), « Dupray de la Mahérie et le “Bras économique de l’Église”  (...)
  • 103  « Le “Bras économique de l’Église”. Les pensionnaires de Mme Duret », dans Le Matin, 3 juillet 191 (...)
  • 104  « Le “Crédit de France”. Dupray de la Mahérie engraissait les congrégations romaines », dans Le Ma (...)
  • 105  AN : F7/15953/1, « “Bonnes œuvres”… », op. cit., dans L’Action, 1er juillet 1910. Les deux premier (...)

18Pour témoigner de la dette morale qu’il a envers l’Église catholique, à moins qu’il ne se venge de Décembre – auquel il voue, depuis son emprisonnement au moins, une haine irrémédiable – Dupray publie, au lendemain de sa libération, un ouvrage contre les libres penseurs, déistes et autres athées, intitulé Du matérialisme contemporain93. Retrouvant une énergie décuplée, il s’engage parallèlement dans de nouveaux projets : se faisant d’abord pharmacien, il adopte le nom de sa mère, Regnault, et s’en va bientôt à Rome – sur les conseils de son frère – exercer le métier de médecin à la cour pontificale de Pie IX. Tandis que le frère tente d’éloigner le plus possible son cadet susceptible de lui nuire94, l’ancien imprimeur de travaux de ville paraît ravi de pouvoir administrer, sous le nom du docteur Regnault, ses pastilles et autres gommes à la codéine95, faisant – après son entreprise de pâte céruséenne – un véritable pied de nez à Balzac96. Le sort se retourne cependant contre lui lorsqu’après quelques décès de moines, sœurs et autres prélats, Dupray est de nouveau incarcéré pour exercice illégal de la médecine97. Libéré au début des années 1880, il n’entreprend pas moins que de remplacer l’Union générale, par le « Bras économique de l’Église » : à cette « vaste entreprise de banque et de presse98 », « comprenant des mines d’or99 » et bénéficiant du soutien tant du Saint-Siège que du gouvernement français100, s’ajoutent le projet de création de la « States bank » – banque immobilière et mobilière, financée pour moitié par des communautés religieuses et pour laquelle le « Dr. Regnault » bénéficie des pleins pouvoirs du Vatican101 – ; ainsi qu’une participation au monument de Domremy-Vaucouleurs en l’honneur de Jeanne d’Arc102. Le juge d’instruction révèle également l’achat du château de Villandry, près de Tours, pour la fondation d’un sanatorium, de nouveau sous le patronage de Léon XIII103, ainsi qu’une part active dans la fondation d’une banque catholique nommée le Crédit de France104. D’autres projets sont encore évoqués dans L’Action : la création « 1°/ d’une société immobilière anglaise ; 2°/ d’une société financière anglaise intitulée "Globe Bank" ; 3°/ d’un syndicat général pour s’occuper du rachat des biens congressistes, enfin 4°/ d’un comité supérieur de patronage, qui devait prendre le nom de “Protectorat”105. » Si aucun de ces projets ne voit évidemment le jour – en dehors peut-être du Crédit de France et du monument de Vaucouleurs, mais ce indépendamment de lui –, Dupray de la Mahérie, pourtant panier percé, ne sort pas toujours les mains vides de ses expériences.

  • 106  Idem, « Le bras économique… », op. cit., L’Action, 29 juin 1910.
  • 107  Idem, « Un aigrefin de haut vol. Les escroqueries du “Sauveur de l’Église” », dans Le Petit Parisi (...)

19À partir des années 1870-1880, Dupray de la Mahérie consolide la stratégie qu’il avait, comme malgré lui, mise au point dans l’affaire du Sous-comptoir des chemins de fer, époque à laquelle il n’était encore qu’un « escroc par défaut ». Promettant des bénéfices financiers imminents, il invite chaque fois aux investissements – sinon aux dons – selon le modèle des souscriptions usant, pour mieux convaincre ses dupes, non seulement de son pouvoir de séduction – ce vieillard de 82 ans porte encore beau nous dit-on106 – mais également de pièces et titres plus ou moins fictifs, de la même manière que Marziou lui avait fait montre d’un bref de Pie IX un demi-siècle plus tôt. La description du chanoine Montet qui pénètre – en présence de Mgr Pagis, pour traiter du monument de Vaucouleurs – dans l’appartement de la rue de Washington – que Dupray loue 8 500 fr. par an107 –, est assez évocatrice des manières habituelles du « bonhomme » :

  • 108  Idem, Montet (Chanoine Charles Émile), op. cit., dans L’Univers, 13 juillet 1910.

« Dupray pontifiait comme un évêque en sa cathédrale, la parole onctueuse et abondante et après quelques préliminaires, je fus introduit dans le sanctuaire réservé où pénétraient seules les victimes promises aux prochains égorgements pécuniaires. Une grande pièce carrée, tendue de damas rouge ; à droite, seul au milieu du panneau, un superbe Christ d’ivoire baigné dans une lumière qui filtrait très douce ; à gauche, sur une riche console dorée, une petite lampe brûlait devant un reliquaire ; Dupray parlait bas, d’une voix émotionnée : il expliquait que ce Christ estimé 200.000 francs était destiné au trésor de la future basilique de Vaucouleurs ainsi que plusieurs reliques insignes dont il était détenteur. Il donnerait d’abord 600.000 fr. pour la reprise des travaux de la basilique et continuerait ses largesses jusqu’à l’achèvement complet du monument, trop heureux de contribuer ainsi à la glorification de Jeanne d’Arc108. »

  • 109  « Le “Bras économique de l’Église”… », op. cit., dans Le Matin, 3 juillet 1910, p. 2 ; « Ah ! Les (...)
  • 110  « Ah ! Les poires ! », op. cit. ; AN : F7/15953/1, « Le bras économique de l’Église… », op. cit., (...)
  • 111  AN : F7/15953/1, « “Bonnes œuvres”… », op. cit., dans L’Action, 1er juillet 1910.
  • 112  Idem, « Quelques chapitres du roman de Dupray de la Mahérie. Quelques démêlés avec la justice. Un (...)
  • 113  Idem, « Le “Bras économique de l’Église”… », op. cit., dans Le Petit parisien, 6 juillet 1910 ; vo (...)

20Ce « Christ d’ivoire baigné dans [la] lumière » avait été acheté vers 1900-1901 par Dupray à une certaine Mme Duret, tenante de restaurant rue des Saints-Pères, pour 110 000 fr. – somme qui ne lui fut jamais versée109. Celle-ci avait acquis « le » Christ en dédommagement de fortes créances accordées aux principaux consommateurs formant sa clientèle, le clergé, et dont elle ne put être autrement remboursée après le krach de l’Union générale qui l’obligeât à fermer son établissement110. – Peut-être avec cet épisode que Dupray trouvât-il l’inspiration de ses actions ultérieures ? – En attendant de placer son Christ à Rome ou de le revendre à un amateur naïf, Dupray le dispose « à côté du reliquaire contenant les cheveux du Christ, dans la magnifique chapelle qu’il avait édifiée dans son appartement de la rue Washington111. » Certes, le dispositif décoratoire se disperse assez vite : la statue est vendue à 2 500 fr. à un commerçant chilien, M. Willshaw, qui aurait également versé 100 000 fr. à notre ancien libraire112 ; les cheveux arrivent à Rome, dans la basilique de l’église Saint-Louis où les dépose leur nouveau propriétaire, le chevalier Grant qui avait lui aussi avancé 14 000 fr. à Dupray113.

  • 114  Idem, en particulier Henry Barby, « Plus fort que Robert Macaire… », op. cit..
  • 115  Idem, « Un aigrefin… », op. cit. ; Barby (Henry), « Dupray de la Mahérie… », op. cit., dans Le Jou (...)
  • 116  Idem, « Le roman religieux de M. Dupray de la Mahérie. Cet homme prétendait consoler le monde cath (...)
  • 117  « Le “Bras économique de l’Église”… », op. cit., dans Le Matin, 3 juillet 1910, p. 2.
  • 118  Idem, Barby (Henry), « Dupray de la Mahérie est optimiste. Dans quelques heures, dit-il, je pourra (...)
  • 119  Idem, « Le “sauveur de l’Église” renvoyé en correctionnelle. M. Duprey de la Mahérie est inculpé d (...)
  • 120  AN : F7/15953/1, « Le “sauveur de l’Église”… », op. cit., dans Le Petit parisien, 8 juin 1911 ; «  (...)
  • 121  « L’Église ingrate », dans La Calotte, 8 septembre 1911, p. 7.

21Notre homme a cependant d’autres tours dans son sac. Adoptant l’identité du pseudo-capucin Weber, auquel le pape écrirait régulièrement, Dupray parvient à convaincre plusieurs dupes114. Afin de mieux berner Mgrs Sisson et Pagis, Dupray exhibe encore d’autres titres d’héritages – tous plus honorifiques les uns que les autres – devant constituer des mises de fonds – qui restent pourtant toujours hypothétiques. De Crouy-Chanel, avec lequel il aurait renoué au cours des années 1880, aurait légué à Dupray 50 millions de francs. Dupray dit également être le légataire universel de plusieurs prélats parmi lesquels figure notamment Pie IX. Enfin, il figurerait sur le testament de Léon XIII pour 20 millions de francs115. L’envoûtement fonctionne à merveille : toutes les victimes sont persuadées que Dupray est sur le point de toucher ses millions pontificaux, tandis que l’instruction a déjà commencé. Sur son lit de mort, et malgré sa maigre pension mensuelle de 50 fr., Mgr Sisson continue de donner de l’argent à son maître-chanteur116. De son côté, Mme Duret héberge son débiteur ému par un accident de voiture, avant que celui-ci ne décide de s’y installer définitivement dans les années 1900117. En juillet 1910, elle recueille une fois de plus l’octogénaire à sa sortie de la prison118. L’été suivant, pour récupérer sa mise de fonds à moins qu’elle ne se soit éprise du vieillard, elle l’accompagne à Rome où Dupray tente d’obtenir une audience auprès de Pie X – celui-là même qui condamna Marc Sangnier, petit-fils du premier avocat de notre homme – voire d’échapper à la justice qui le rappelle119. Bien qu’il ait pris, lors de ce deuxième épisode, 16 millions de francs120 – soit 50 millions d’euros – par « petites » coupures de 150 à 300 milliers de francs à plusieurs dizaines de naïfs, le bel escroc s’éteint misérablement, oublié de tous – ou presque –, dans la capitale romaine où il meurt de faim en août 1911121.

Dupray de la Mahérie au lendemain de sa libération nocturne se repose chez sa victime, Mme Duret, envoûtée par ce « vieillard mystérieux [qui] inspirait le respect. Portant beau, il savait charmer son monde et prendre les gens sans descendre à leur niveau. » Sources : AN F7/15953/1, L’Action, 29 juin 1910 (citation) ; Le Journal, 21 juillet 1910 (image).

L’avers du faux : identité(s), reconnaissance, lien social

  • 122  Passeron (Jean-Claude) et Revel (Jacques), « Penser par cas. Raisonner à partir de singularités », (...)
  • 123  Avanza (Martina) et Laferté (Gilles), « Dépasser la “construction des identités” ? Identification, (...)

22La présentation, bien que fort synthétique, du fabuleux parcours de cet énigmatique personnage suscite diverses pistes de réflexion, et ce à différents niveaux d’analyse, dont nous livrerons un état provisoire. Nous nous interrogerons ici notamment sur la charge sociale du faux, et/ou de son usage. Il s’agit de sonder l’« expérience concrète »122 des individus et ce qu’il en est donné à voir. Afin de dépasser ce qui paraît relever de la simple folie – soit du cas pathologique – d’un homme agissant de manière désordonnée, nous examinerons le sens que Dupray donne à ses actes, ou celui que nous pouvons y trouver. Cela conduit à analyser ses attentes – ou celles auxquelles il doit répondre – et les contraintes qu’il subit (ou qui le meuvent), en revenant sur l’escalade de ses méfaits ainsi que leurs effets. Nous nous attacherons également à ce qui oppose d’une part, les représentations intimes et extérieures du sujet et d’autre part, celles émanant des institutions judiciaires et journalistiques, soit aux différents aspects au cœur du terme polysémique d’« identité »123. L’emphase croissante avec laquelle les journalistes traitent du « cas Dupray », devra enfin être considérée dans un contexte économique, social et politique symptomatique. S’entremêlant les unes aux autres, ces questions ne pourront être qu’abordées par des allers-retours entre l’individuel et le collectif, l’imaginaire et le symbolique, en suivant trois clefs de lecture : l’empreinte identificatoire des (mé)faits, leur impact en matière de reconnaissance, leur force de (dé)liaison sociale.

  • 124  AdP : V4E/557, Acte de mariage du 12 décembre 1865, mairie du Ve arrondissement.
  • 125  AN : F7/15953/1, « “Bonnes œuvres… », op. cit., dans L’Action, 1er juillet 1910.
  • 126  Weber (Max), L’étique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Flammarion, 2000 (1905), trad (...)
  • 127  Mollier (Jean-Yves), L’Argent et les lettres. Histoire du capitalisme d’édition. 1880-1920, Paris, (...)
  • 128  Blic (Damien de), « Moraliser l’argent. Ce que Panama a changé dans la société française (1889-189 (...)
  • 129  AN : F7/15953/1, « Le “sauveur de l’Église”… », op. cit., dans Le Petit Parisien, 8 juin 1911 : «  (...)
  • 130  Cela renvoie directement à l’ambivalente étymologique de l’hospitalité – relevant tout à la fois d (...)

23Comme en témoigne la terminologie des condamnations judiciaires pour délits d’escroquerie, usages ou détournements de faux et abus de confiance, la loi semble sanctionner « celui qui mange seul » en le mettant justement au ban de la société. L’ensemble des actions et discours de Dupray de la Mahérie paraissent guidés par un désir – insatiable et inassouvi – de socialisation et de reconnaissance. Toutes les manifestations de sa ferveur napoléonienne qu’il revendique correspondent à une volonté de satisfaire ses proches comme en témoigne son combat « en famille » – nucléaire, géographique et idéologique – contre les révolutionnaires parisiens en 1848. Le soutien insistant de son beau-père, et des amis de celui-ci, dans la carrière administrative de Dupray – qu’il s’agisse de sa nomination ou des promotions, qu’il sollicite aussitôt le poste acquis – suggère qu’il ne joue jamais seul. Tout laisse supposer que la démission ainsi que le déménagement à Paris de Dupray en 1860 correspondent avant tout aux vœux de la femme du conseiller de préfecture, aimant non seulement la représentation mais souhaitant également se rapprocher de son père, qui résidait alors à Passy. Pour autant, loin de subir le clan, Dupray s’y adapte (presque) parfaitement. Pour tenter d’asseoir ses – déjà – multiples projets, il s’appuie sur la notoriété régionale de son nom et recourt, dans les années 1860, aux banquiers de famille. Quelque peu « déraciné », une fois installé à Paris, il s’en remet par ailleurs à son premier commis tant pour le programme de ses publications que pour ses relations sociales. Témoin du mariage de Décembre124, Dupray – qui ne rompt qu’après – s’entend suffisamment avec son prote d’imprimerie pour se lier avec les amis de celui-ci (Alonnier, Fournier, Clarétie, Mendès Da Costa, etc.) et épouser, pour un temps au moins, ses idées (la franc-maçonnerie, voire la libre pensée) sinon ses manières (banquets aux typographes). Néanmoins, avec son inculpation de 1866, il perd le réseau d’hommes de lettres, qu’il s’était ainsi personnellement constitué, et retourne vers ses parents et alliés hauts placés qui lui permettent d’obtenir une grâce impériale et des conditions de détention moins pénibles. Peu après, Dupray de la Mahérie saisit les opportunités que lui offre – volontairement ? – son frère. Propulsé à Rome, sur les voeux de son aîné, Paul Valentin parvient à s’y implanter en s’adossant encore une fois – avec le consentement tacite de ses parents – au patrimoine familial : le « patronyme maternel », Regnault. Il trouve ainsi de nouvelles ressources pécuniaires et sociales. Les « subsides » qui lui sont versés suffisent à le faire renouer avec son mode de vie aristocratique, tant à Rome qu’à Paris, ce au moins jusqu’en 1901125. En outre, le cercle auquel il appartient et dans lequel il s’implique de manière croissante à partir du milieu des années 1870, témoigne d’une adhésion renouvelée aux idéaux familiaux. Mais son refuge dans l’Église est moins monastique qu’« intramondain126 ». Déplaçant ses investissements de l’édition à la banque – parce qu’il comprend qu’en cette fin de siècle celle-ci s’immisce de manière croissante dans celle-là127, tout comme il perçoit la démocratisation des placements mobiliers128 –, Dupray s’accorde avec l’évolution économique de ses contemporains. Il ne rebondit pas moins bien sur l’actualité. Les lois sur les congrégations de 1881 viennent en effet à point nommé pour lui – il sort à peine de réclusion pour exercice illégal de la médecine et homicide involontaire, tandis qu’il apprend la retraite anticipée de son frère –, tout comme le krach de l’Union générale qu’il entend régénérer. Ajoutons enfin, que s’il ne joue jamais seul, il ne cesse pas non plus de redistribuer le gain de ses exactions par le biais de réceptions et autres faveurs129 qu’il octroie tel un noble maître de maison, afin d’être reconnu comme tel130. Malgré le changement d’échelle des forfaits commis par Dupray, il n’y a en lui ni essence pathologique ni point de bascule radical, mais bien une tension inhérente – ou ressentie comme telle – à sa position. Bref, il est possible de croire que si Dupray de la Mahérie simule, trompe et falsifie, c’est pour mieux se conformer aux attentes de ses proches, des membres des cercles auxquels il s’identifie, pour forcer leur regard, leur gratitude, leur reconnaissance. Y parvient-il pour autant ? La conjoncture des années 1880, qui guide ses trente dernières années, lui permet-elle d’accomplir ce qui semble être son « projet de vie » ?

  • 131  New York Times, 3 juillet 1910 ; La liberté, 4 juillet 1910 (quotidien suisse) ; Corriere della Se (...)
  • 132  Avanza (Martina) et Laferté (Gilles), « Dépasser la “construction des identités” ?... », op. cit.
  • 133  Sur la généalogie des récits criminels périodiques et la transformation de l’écriture des faits-di (...)

24Avec la deuxième affaire, dont tout le monde parle ou presque131, Dupray qui ne se reconnaît qu’imparfaitement dans l’identification judiciaire, semble faire l’objet d’une glorification pouvant influencer l’image qu’il se donne132. Tandis qu’il paraît s’ériger en élu, la presse – qui reste notre seule source – fait de lui un héros digne des plus noirs romans policiers, comme en témoignent les titres d’articles qui lui sont consacrés. Tour à tour comparé aux protagonistes d’Eugène Sue, de Balzac, de Mark Twain, à Robert Macaire, Sherlock Holmes et Arsène Lupin, Dupray incarne le personnage romanesque typique. Comme si la fiction était désormais indispensable à la compréhension de la réalité, les journalistes inversent les termes de la mimesis – le réel copie la fiction – etsemblent user de ces anti-héros pour célébrer notre criminel dans un récit qui s’apparente aux romans-feuilletons du premier XIXe siècle : chaque nouvel élément judiciaire donnant lieu à des révélations extraordinaires fondées sur des appels à témoins et autres interviews parallèles au procès, à de nouveaux épisodes toujours plus rocambolesques, étirant ainsi le récit de jour en jour, sur plusieurs mois, voire plusieurs années133. Le criminel en appellerait lui-même à la prolongation du récit à croire Henry Barby qui fait dire à Dupray :

  • 134  AN : F7/15953/1 : Barby (Henry), « Dupray de la Mahérie. Las d’attendre ses millions a écrit au pa (...)

« “Revenez me voir […] et je vous dévoilerai tout. Je vous dirai quelles sont mes espérances, ou plutôt je vous donnerai les preuves et le détail de ce qui m’est dû et que d’un moment à l’autre je dois légitimement toucher134.” »

  • 135  Idem, « Mise en liberté provisoire de M. Dupray de la Mahérie », dans Les Nouvelles, 20 juillet 19 (...)
  • 136  Kalifa (Dominique), op. cit., p. 32.
  • 137  Idem, p. 146-149. C’est ainsi qu’il est qualifié par Le Petit Parisien, 29 juin 1910.
  • 138  Clarétie (Jules), op. cit., p. 204-206. Dupray n’est à aucun moment évoqué dans les éditions antér (...)
  • 139  Lyon-Caen (Judith), La lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, Paris, Tallandie (...)

25Le journaliste tient son public en haleine en distillant quelques informations – la lettre que Dupray écrit au pape un mois après sa sortie de prison – tout en promettant de prochaines révélations. Peu de temps avant, un autre fait-diversier anonyme, s’effaçant devant le criminel et l’enquête, notait : « Les mémoires de M. Dupray de la Mahérie – s’ils étaient véridiques et sincères – seraient les plus passionnants, les plus amusants et les plus instructifs qui se puissent imaginer135. » L’identification de Dupray à Vidocq, qui publie ses Mémoires en 1828 – déterminant Balzac à participer à la publication des Mémoires de Sanson – n’est pas dénuée d’ironie. L’assimilation du criminel au policier, caractéristique des récits de crimes à la Belle Époque136, participe ici de l’apparente célébration de notre homme mais, l’effet d’emboitement sape déjà les fondements de celle-ci. Ancien forçat – raté cependant –, Dupray, comme Vidocq, n’est pas le cambrioleur ni le meurtrier mais un représentant de l’élite de haut-vol137, le faussaire, celui qui agit en douceur à l’aide d’artifices. C’est ainsi que, se travestissant ou tirant à couvert les ficelles, Dupray parvient à détourner les fonctions même de ses dupes à leur détriment. Après avoir manipulé en 1866 un caissier afin qu’il vole sa propre banque, il se déguise en docteur Regnault ou revêt l’habit du capucin Weber pour achever les clercs. Tandis qu’en 1866, le détournement de fonds justifie à lui seul la condamnation du mode de vie de cet ignoble personnage, en 1910, tout est motif à fascination et les faits-diversiers s’amusent du caractère religieux du scandale : Dupray est le « Sauveur de l’Église », l’« escroc génial » des « Bonnes œuvres », un « saint homme » dont l’histoire est un « roman religieux ». C’est à cette époque également que le publiciste Jules Clarétie – pour faire honneur à un de ses anciens éditeurs – se décide à lui tirer le portrait mais, paradoxalement, passant sous silence l’affaire du « Bras économique », qui ne constitue qu’un prétexte à l’écriture psychologique du personnage : l’ancien libraire est, sous sa plume, un dandy aux mœurs tout aussi extravagantes que fabuleuses138. Perçu comme un noble faiseur, Dupray de la Mahérie retrouve en apparence, grâce au procès de 1910, toute sa grandeur. Contrairement à Lacenaire que la marginalisation économique et sociale conduit au crime139, c’est l’immoralité du geste de 1866 qui déclasse – socialement seulement – Dupray, qui est alors contraint de pousser l’immoralité à bout ; cette immoralité absolue – le vol au nom du représentant de Dieu –, est celle-là même qui est célébrée en 1910. La transcription des paroles du criminel par Henry Barby laisse supposer que Dupray a bien conscience qu’il accède ainsi à l’immortalité. Pour autant, nous ignorons sa version des faits.

  • 140  Blic (Damien de), op. cit.

26L’inflation fait-diverse et, plus généralement, l’évolution du traitement dont est l’objet Dupray de la Mahérie entre 1866 et 1910, dans les périodiques ou les romans de mœurs, témoigne néanmoins d’une condamnation croissante – proche de celle formulée au sein des tribunaux – qui assimile notre aristocrate à un cynique et, par-là même, du renouvellement de la moralisation des crimes d’argent140, depuis les dénonciations de la spéculation boursière des années 1850-1860 jusqu’aux scandales politico-financiers éclaboussant l’Église à la fin du XIXe siècle, au carrefour desquels se situent les deux affaires Dupray.

  • 141  Kalifa (Dominique), op. cit., p. 146-148.
  • 142  Hénaff (Marcel), Le prix de la vérité. Le don, l’argent, la philosophie, Paris, Éditions du Seuil, (...)

27Loin de mettre sur un piédestal le faussaire, les journalistes l’excluent de la communauté, le nient en le jetant aux gémonies. En effet, s’ils sanctionnent la naïveté des victimes, qui ont cru aux postiches du faux-ami, celles-ci passent sur le devant de la scène, évinçant le protagoniste141. Non seulement, nous disent les journalistes, les souffre-douleur de Dupray sont innombrables – chaque article en relève de nouveaux, issus de tous les milieux sociaux et professionnels –, mais encore les principaux – Mgr Sisson, Mme Duret et M. Hutinet – sont ridiculement bêtes. Tandis que Mgr Sisson sacrifie son salaire à son maître-chanteur, la « brave » Mme Duret – elle-même logée chez M. Hutinet – héberge son bourreau. L’effet d’emboitement, déjà souligné à propos de Vidocq, est ici patent : Mme Duret tout comme M. Hutinet ont donné tout leur argent à Mgr Sisson lui-même volé par Dupray. Ce procédé pourrait ne jamais prendre fin : Mme Pajon, tenante de la pension de famille dans laquelle Mme Duret et Dupray se réfugient, avant que celui-ci ne soit arrêté, n’a jamais reçu le loyer de ses deux locataires. La chaîne du vol ainsi mise au jour est tout aussi illimitée que la puissance de l’argent dont la corrélation est justement la corruption142.

  • 143  Kalifa (Dominique), op. cit., p. 29.

28La chaîne du vol constitue ainsi une mise en abyme du texte policier – auquel s’apparente le récit de crime – et de « sa structure gigogne : […] superpos[ant] […] deux récits dont le second, celui de l’enquête, a pour objet de faire sourdre le premier, celui du crime, dans une lente et progressive reconstitution rationnelle143 ». Comme l’a souligné Dominique Kalifa, l’enquête fait-diverse, reconstitution rationnelle parallèle au procès, transfigure finalement les témoins-victimes en protagonistes, acteurs porteurs d’une parole libératoire, elle-même support de la parole morale. Volant la place du voleur, les victimes – alter ego des journalistes – jettent le faussaire dans les profondeurs abyssales. La « mise en abyme » prend alors tout son sens et les dimensions religieuses comme héraldique de l’expression sanctionnent ce noble catholique ayant dérogé à toutes les règles.

Réaffirmant la morale de l’épargne et de la religion, les journalistes n’hésitent pas à représenter le noble faiseur en pacha ou en usurier juif, l’étranger-type à bannir. Sources : AN F7/159/1, Le Journal, 4 août 1910 (gauche), Le Petit Parisien, 8 juin 1911 (droite).

  • 144  Idem, en particulier p. 216-223, 280-292.
  • 145  Le Goff (Jacques), La Bourse et la vie. Économie et religion au Moyen Âge, Paris, Hachette, 1986, (...)
  • 146  « La famille Dupray de la Mahérie », dans La Croix, 3 juillet 1910 : « Il serait absolument injust (...)
  • 147  Blic (Damien de), op. cit. Comme le souligne l’auteur, la démocratisation des placements mobiliers (...)
  • 148  Mauss (Marcel), « Gift/gift », Mélanges offerts à Charles Andler par ses amis et ses élèves, Stras (...)
  • 149  Hénaff (Marcel), op. cit., p. 377.
  • 150  Lazzeri (Christian) et Caillé (Alain), « La reconnaissance aujourd’hui. Enjeux théoriques, éthique (...)
  • 151  Hénaff (Marcel), op. cit., p. 505.
  • 152  Idem, p. 377.
  • 153  Caillé (Alain), « Apologie et critique du don. Le don entre science sociale et psychanalyse. L’hér (...)
  • 154  Cela nécessiterait une analyse plus approfondie. Afin d’éviter d’autres développements, nous passe (...)
  • 155  Kalifa (Dominique), op. cit., p. 280-292.
  • 156  Blic (Damien de), op. cit.

29Le récit de crime s’apparente donc à un rite social – celui de la rumeur par laquelle le récit circule –, et ici plus précisément une mise à mort ritualisée, rétablissant l’équilibre de la communauté après la prise de conscience du chaos qu’introduit le fait-divers144. Après plusieurs rebondissements dignes d’une fable – libération édifiante, fuite à Rome –, Dupray meurt de faim à Rome : cette chute signe le retour à l’ordre et le triomphe de la loi – la loi divine. Tout semble dire que Dupray, resté impuni par les hommes – qui le libèrent –, ne pouvait être condamné que par la cité de Saint-Pierre, détenant les clefs de l’énigme. De fait, le risque de déséquilibre qu’introduit Dupray dans la communauté est de taille : s’il n’y a pas de femme découpée en morceaux, le criminel, qui est en possession des cheveux du Christ, s’apparente au déicide – sorte d’image moderne de l’usurier juif145. Cela explique notamment le malaise et les hésitations du journal La Croix qui, deux jours après avoir publié sur lui un premier article de fond – assez tardif au demeurant – le 1er juillet 1910, se fait le « porte-parole » de la famille Dupray en exigeant le silence146 mais, peu après, revient sur ce pacte de manière détournée. Si le périodique se garde de faire paraître ses propres enquêtes, un de ses journalistes reprend néanmoins le 12 juillet un récit du Gaulois au sein d’une rubrique intitulée « Ce que disent les journaux » et commençant par l’affaire Rochette afin de doublement noyer notre criminel. Le silence qui s’impose – ou que la famille impose – doit permettre d’une part, de panser les plaies en taisant les déchirures que le scandale produit au sein de la très catholique famille Dupray tout en préservant la réputation de ses membres et d’autre part, de réconcilier toute la communauté, religieuse et/ou sociale. En effet, Paul Valentin ne devient pas seulement étranger à sa famille, c’est l’Autre, la menace en puissance : celle qui perturbe le petit et laborieux épargnant, soit l’ensemble idéal des Français147. Le rejet de cet étranger constitue un refus des valeurs empoisonnées qu’il (ap)porte – selon la double étymologie anglo-saxonne et germanique du gift (don/poison) soulignée par Marcel Mauss148 –, une réplique au défi que représente la tentative d’imposition de la corruption. Parce que la corruption, à laquelle se livre notre noble-libraire(-marchand),relève d’un « croisement pervers de la logique traditionnelle du don avec celle des affaires modernes149 », elle introduit une contradiction de valeurs150 : elle « transforme le don en un moyen d’obtenir un avantage indu151 » et « indique un point de clash, de confusion, d’incompatibilité152 », c’est-à-dire le moment où émerge le conflit – c’est-à-dire la « réversibilité du cycle du donner, recevoir, rendre » – qui bascule dans « le cycle négatif du prendre, refuser, garder153 ». Le silence de famille – sans parler de celui de La Croix ou de Clarétie154 – relève donc ici du duel, qui s’opère dans les règles de l’art du rituel, et a pour fonction de rétablir l’ordre, c’est-à-dire de renouer avec les valeurs de l’offensé afin de susciter une reconnaissance réciproque. Paradoxalement, la parole qui circule – le récit de crime qui suscite la rumeur, le chuchotement, les on-dit mettant en jeu la réputation – a un objectif similaire : recréer un espace de sociabilité contre l’Autre-criminel afin de retrouver l’estime de soi, de reprendre possession de son identité dans une société récemment anonymée155, du moins menacée d’anomie156. En retour de cette circulation, et c’est là que réside la célébration du criminel, celui-ci obtient une reconnaissance, certes en négatif ou inversée mais une reconnaissance certaine, l’immortalité de son nom, recherché par le policier comme par l’historien.

  • 157  Idem, p. 19-52.

30C’est peut-être ici que la boucle se clôt : Dupray parvient à réaliser pleinement – mais de manière éphémère – son « projet de vie ». Lorsqu’il en appelle dans les années 1850 au comte de Kergolay ou au duc de Malakoff pour obtenir une préfecture ; quand il organise, dans la décennie suivante, d’immenses réceptions mondaines ou non, à l’attention des Gens de lettres ou de ses ouvriers auxquels il promet une augmentation de salaire ; au moment où, dans les trente dernières années de sa vie, il parvient à s’insérer dans le cercle réservé au clergé ; n’y a-t-il pas – sans vouloir réhabiliter la mémoire d’un escroc « notoirement fêlé » – un désir de reconnaissance insatiable et une attente de lien social illimitée ? Si le procès de 1910, largement relayé par les médias, lui permet d’assouvir cet appétit ce n’est que momentané. En outre, l’ironie du sort – de l’insatiable affamé – est telle que le spéculateur devient objet de spéculation. Si, dans l’opinion, Dupray supplante aisément l’affaire Lamirande en 1866, il est lui-même évincé dès juillet 1910, dans ce moment inflationniste du récit criminel de la Belle Époque157, par l’affaire Rochette et sa disparition l’année suivante passe à l’ombre du vol de la Joconde.

  • 158  Chollet (Rolland), Guise (Christiane et René), dans Œuvres diverses, t. II, p. 1747.
  • 159  Balzac (Honoré de), Œuvres diverses, t. II, p. 1105.

31Ainsi le vice est sans cesse reconduit, à l’image des scènes de La Comédie du Diable, préalablement intitulée « Représentation éternelle »158. Le vice ordinaire n’est-il pas, pour Balzac, le propre de l’histoire, « imitation périodique par laquelle les peuples s’entretiennent en mouvement, et qu’ils appellent progrès des lumières159 », c’est-à-dire la réalité ?

Haut de page

Bibliographie

Balzac, imprimeur et défenseur du livre, Paris, Éditions Paris-Musées/Éditions des Cendres, 1995.

Blic (Damien de), « Moraliser l’argent. Ce que Panama a changé dans la société française (1889-1897) », Politix, 2005/3, n° 71, p. 61-82.

Caillé (Alain), « Apologie et critique du don. Le don entre science sociale et psychanalyse. L’héritage de Mauss jusqu’à Lacan », dans Revue du MAUSS, 2006/1, n° 27, p. 57-78.

Clarétie (Jules), La vie à Paris. 1910, Paris, Bibliothèque Charpentier, 1911.

Delvau (Alfred), Les lions du jour. Physionomies parisiennes, Paris, E. Dentu, 1867.

Duchêne (Georges), Études sur la féodalité financière. La spéculation devant les tribunaux, pratique et théorie de l’agiotage, Paris, Librairie centrale, 1867.

Hénaff (Marcel), Le prix de la vérité. Le don, l’argent, la philosophie, Paris, Éditions du Seuil, 2002.

Kalifa (Dominique), L’encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995.

Lazzeri (Christian) et Caillé (Alain), « La reconnaissance aujourd’hui. Enjeux théoriques, éthiques et politiques du concept », Revue du MAUSS, 2004/1, n° 23, p. 88-115.

Maillard (Firmin), La cité des intellectuels. Scènes cruelles et plaisantes de la vie littéraire des gens de lettres au XIXe siècle, Paris, Daragon, 1905.

Mauss (Marcel), « Gift/gift », dans Mélanges offerts à Charles Andler par ses amis et ses élèves, Strasbourg/Paris, Istra, 1924, p. 243-247.

Mollier (Jean-Yves), L’Argent et les lettres. Histoire du capitalisme d’édition. 1880-1920, Paris, Fayard, 1988.

Passeron (Jean-Claude) et Revel (Jacques), « Penser par cas. Raisonner à partir de singularités », Penser par cas, Paris, Éditions de l’EHESS, 2005, p. 9-44.

Rebérioux (Madeleine), « Les ouvriers du livre », dans Chartier (Roger) et Martin (Henri-Jean) (dir.), Histoire de l’édition française. Le temps des éditeurs. Du romantisme à la Belle Époque, Paris, Fayard/Promodis, 1990 (1985), p. 92-104.

Haut de page

Notes

1  Chollet (Roland), Guise (Christiane et René), « Notice » à la Comédie du diable, dans Œuvres diverses, op. cit., t. II, p. 1740-1744.

2  Passeron (Jean-Claude) et Revel (Jacques) (dir.), Penser par cas, Paris, Éditions de l’EHESS, 2005, en particulier p. 9-44.

3  Balzac (Honoré de), Illusions perdues, dans La comédie humaine, Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, 1977, t. V, p. 351.

4  L’interprétation reste floue jusqu’à la loi du 13 mai 1863, punissant explicitement toute tentative d’escroquerie et non plus seulement le délit consommé. Les commentaires sont nombreux, voir par exemple : Blanche (Antoine-Georges), Études pratiques sur le Code pénal, Paris, Cosse Marchal et Billard, 1871 ; Dalloz (Édouard) et Vergé (Charles), Les Codes annotés. Code pénal annoté et expliqué d’après la jurisprudence et la doctrine, Paris, Bureau de la Jurisprudence générale, 1881 ; Garraud (René), Précis de droit criminel, Paris, Larose, 1912.

5  Balzac (Honoré de), Œuvres diverses, t. II, p. 1106-1107.

6  Idem, p. 1105.

7  Idem, p. 1104.

8  Delvau (Alfred), « Un trio de caissiers », dans Les lions du jour. Physionomies parisiennes, Paris, E. Dentu, 1867, p. 315-326 ; Duchêne (Georges), Études sur la féodalité financière. La spéculation devant les tribunaux, pratique et théorie de l’agiotage, Paris, Librairie centrale, 1867, p. 114-116 ; Maillard (Firmin), La cité des intellectuels. Scènes cruelles et plaisantes de la vie littéraire des gens de lettres au XIXe siècle, Paris, Daragon, 1905, p. 89-92 et 282-283 ; Clarétie (Jules), La vie à Paris. 1910, Paris, Bibliothèque Charpentier, 1911, p. 204-206.

9  Archives nationales (AN) : F18/1759 et F1bI/158/38.

10  AN : F1bI/158/38. Victor Hippolyte et Paul Valentin Dupray mettront trois années, de 1858 à 1860, pour faire reconnaître leur noblesse datant des « temps immémoriaux » jusqu’en 1789.

11  AN : F1bI/158/38 ; F7/15953/1 ; Archives départementales de Paris (AdP) : D2U8/1. Il n’est pas moins fier, selon cette dernière source, d’être plus tard, un conseiller impérial officieux par le biais de ses diverses publications et d’être un médiateur clef dans les négociations entre Napoléon III et le Saint-Siège sur la question de la reconstitution du royaume de Hongrie.

12  AN : F1bI/158/38.

13  Maillard (Firmin), op. cit., p. 90.

14  AN : F1bI/158/38.

15  AN : F18/1759.

16  AN : F1bI/158/38, fiches de renseignement établies par le préfet de Vendée, Boby de la Chapelle, le 31 mai 1858 et le 29 février 1860. Dans son premier rapport, le préfet note à la mention « Position et considération : il n’a pas toute la considération que devraient lui assurer sa position et ses nombreuses réceptions » ; dans le second rapport, en face de « goûts et penchants : il aime beaucoup la représentation. »

17  Maillard (Firmin), op. cit., p. 90-91. Bien que les chiffres de l’auteur correspondent globalement à ceux énoncés par le juge d’instruction, M. Henriquet, lors de l’interrogatoire de Dupray de la Mahérie le 30 juin 1866 (AdP : D2U8/1) – a-t-il eu accès au dossier judiciaire ? –, quelques erreurs subsistent cependant : Dupray possède par exemple une « chaumière à Soisy » et non à Noisy.

18  Le Tintamarre. Critique de la réclame, satire des puffistes. Journal de l’industrie, de la littérature, de musique, de modes et de théâtres, 13 juillet 1862, p. 7.

19  Rebérioux (Madeleine), « Les ouvriers du livre », dans Chartier (Roger ) et Martin (Henri-Jean) (dir.), Histoire de l’édition française. Le temps des éditeurs. Du romantisme à la Belle Époque, Paris, Fayard/Promodis, 1990 (1985), p. 92-104 ; Les Ouvriers du livre et leur fédération. Un centenaire : 1881-1981, Paris, Temps actuels, 1981.

20  Dupray de la Mahérie (Paul Valentin), Création d’une caisse impériale de secours pour venir en aide à l’établissement des ouvriers laborieux, projet soumis à l’approbation de S. M. l’Empereur, par P. Dupray, Paris, Impr. de N. Chaix, 1858, 20 p.

21  AdP : D2U8/1, interrogatoire du 30 juin 1866.

22  Bibliothèque nationale de France (BnF) : 4-FM-11169, Factum, Dupray de la Mahérie, Mémoire justificatif, Paris, Imprimerie Dupray de la Mahérie, 1866, p. 32.

23  Le Tintamarre, 23 juillet 1865, p. 5.

24  AdP : D2U8/1, interrogatoire du 30 juin 1866.

25  AdP : D2U8/1, déposition de Guillaume Gustave Lallemand, enregistrée le 15 juin 1866. À la même date, le séquestre judiciaire des fonds de commerce de Dupray, Michel Alfred, rend compte de son enquête : « D’après les renseignements qui m’ont été donnés, M. Dupray avait un personnel nombreux et inutile, les ¾ des employés étaient inoccupés et étaient payés fort cher. Dans ses ateliers, les ouvriers étaient payés 1/3 plus qu’ils ne sont payés ailleurs et produisaient moins. »

26  Bibliographie de la France. Journal général de l’imprimerie et de la librairie, Paris, Pillet, 1862-1863. La période d’activité la plus dense se situe précisément entre juin 1862 et avril 1863.

27  Factums et circulaires de tout type constituent environ un tiers de son catalogue, en moyenne sur la période, et couvre plus de 40 % de celui en 1862 et 1866.

28  Bibliographie de la France…, op. cit., 23 août 1862.

29  Balzac (Honoré de), La comédie humaine, t. VIII, p. 419-431, 1411-1446 ; Œuvres diverses, t. II, p. 1403-1430. Comme tous les commentateurs de cette œuvre nous adoptons le titre abrégé pour désigner les Mémoires pour servir à l’histoire de la Révolution française, par Sanson, exécuteur des arrêts criminels pendant la Révolution, texte inséparable d’Un épisode sous la Terreur.

30  Bérard (Suzanne J.), La comédie humaine, t. VIII, p. 1412.

31  AN : F18/1770.

32  Vuaroqueaux (Georges-André), Édition populaire et stratégies éditoriales en France de 1830 à 1875, Thèse de doctorat en histoire, sous la dir. de J.-Y. Mollier, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 2006, t. II, p. 600 et suivantes. Rappelons que le nom Décembre-Alonnier naît de l’association entre Joseph Décembre et son beau-père Edmond Alonnier. Joseph Décembre-Alonnier, qui figure dans deux articles ou notices de Jacqueline Lalouette, fait l’objet d’un développement au sein de notre thèse. Étant particulièrement lié à Dupray de la Mahérie, nous n’avons pu éviter tous les sous-entendus relatifs à ce personnage.

33  Bérard (Suzanne J.), La comédie humaine, t. VIII, p. 423.

34  Maillard (Firmin), op. cit., p. 91. Encore une fois nous trouvons confirmation des chiffres avancés par l’auteur : « un lecteur des Mémoires »de 1862 s’adresse à L’Intermédiaire des chercheurs et des curieux (1907, vol. 56, 10 septembre 1907, col. 534) qui, afin d’obtenir quelques informations sur les trois écrivains – parmi lesquels figure un certain d’Olbreuse –, livre le salaire de Sanson. Néanmoins lors de sa déposition auprès du juge d’instruction, le 16 juin 1866, Henri-Clément Sanson explique que ne devant partager que les bénéfices avec Dupray, et comme « les frais [d’édition] s’élevaient à une somme beaucoup trop considérable, […] [s]a part […] n’atteignit que 10 à 12,000 F. » (AdP : D2U8/1)

35  BnF : 4-FM-11169, dans son Mémoire justificatif, Dupray ne mentionne lui aussi que d’Olbreuse. Il est fort probable que la rédaction se soit faite à plusieurs mains simultanément, et non pas successivement comme le suggère le lecteur de L’intermédiaire, à l’instar du Livre rouge. Histoire de l’échafaud en France.

36  Balzac (Honoré de), La comédie humaine, t. VIII, p. 1413 : « L’équivoque commerciale », pour reprendre les termes de Suzanne J. Bérard, avait déjà été habilement maniée par Saint-Hilaire taisant ainsi la disparition de Charles-Henri en 1806, pour n’user que du seul prénom de son fils. L’affinité onomastique entre les trois générations – Charles-Henri, Henri, et Henri-Clément – permet à Dupray d’agir de la même manière.

37  Idem, p. 419-431, 1411-1446 ; seul Brière ne semble pas avoir fait faillite.

38  Clarétie (Jules), op. cit., p. 205-206.

39  Notices de la BnF. Notons cependant que la Bibliographie de la France ne fait pas mention de la réédition de Décembre-Alonnier en 1863 sinon en 1868. Les publicités qu’il insère dans diverses publications n’apparaissent par ailleurs qu’après cette date. Il faut donc croire que Décembre-Alonnier, comme Hippolyte Tilliard, antidate cette réédition.

40  Jules Clarétie parle de huit volumes. Or, dans sa Revue bibliographique. Moniteur de l’imprimerie et de la librairie françaises, Dupray promet d’abord 5 volumes (n° 7, 31 mars 1862, p. 112), mais se rétracte le mois suivant et seuls quatre volumes voient le jour (n° 10, 30 avril 1862, p. 176).

41  Les références (titres, nombre de volumes) citées par Jules Clarétie sont approximatives et pour cause : il parraine Joseph Décembre lors de son adhésion à la Société des Gens de Lettres et publie plusieurs écrits chez Dupray de la Mahérie, parmi lesquels une conférence sur Béranger, prononcée au Grand Orient de France. Sans aucun doute, Dupray et Clarétie sont également liés par les liens maçonniques. Maillard (Firmin), op. cit., p. 90, note d’ailleurs : « Il [Dupray de la Mahérie] était aussi franc-maçon, mais n’en tirait pas bénéfice et espérait que le Saint-Père le relèverait d’un serment absurde prêté dans un moment de folle curiosité. »

42  B. (Maurice), Bast (Amédée de), Fournier (Edouard), Boscowitz (Arnold), Dupray de la Mahérie (Paul Valentin), Proth (Mario), La Montagne (L. de), Morel (J.), Le Livre rouge. Histoire de l’échafaud en France, Paris, Librairie parisienne, 1863.

43  Lermina (Jules), Dictionnaire universel illustré. Biographique et bibliographique de la France contemporaine, Paris, L. Boulanger, 1864, p. 1167.

44  Idem, p. 872-873 ; Robert (Adolphe), Bourloton (Edgar) et Cougny (Gaston), Dictionnaire des parlementaires français, Paris, Bourloton, t. V, p. 316.

45  Mathiez (Albert), La Théophilanthropie et le culte décadaire. 1796-1801. Essai sur l’histoire religieuse de la révolution, Thèse pour le doctorat ès lettres, Paris, Félix Alcan, p. 720.

46  Duheaume (Alexandre André), Un soldat sous Napoléon Ier, Paris, Librairie parisienne, 1864, 66 p.

47  Larousse (Pierre) (dir.), Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, Administration du Grand dictionnaire universel, 1866, t. I, p. 951.

48  AdP : D2U8/1, rapport sur la comptabilité de Dupray par Magnin pour Henriquet et interrogatoire de Dupray par Henriquet, tous deux en date du 30 juin 1866 ; BnF : 4-FM-11169.

49  Au regard des notices de la BnF et des indications fournies par la Bibliographie de la France, cette bibliothèque catholique – que Dupray nomme, dans son Mémoire justificatif, Bibliothèque religieuse et morale des familles – de Toulouse semble être héritée justement de A. Mame, et reprise d’abord par Pradel et Blanc avant de revenir à Privat. Soulignons que Décembre se remarie avec Marie Julienne Blanc et hérite d’une partie du catalogue de Pradel et Blanc.

50  AdP : D2U8/1, rapport sur la comptabilité de Dupray par Magnin pour Henriquet et interrogatoire de Dupray par Henriquet, tous deux en date du 30 juin 1866.

51  Delvau (Alfred), « Un trio de caissiers », op. cit., p. 322.

52  Balzac (Honoré de), Mercadet. Comédie en trois actes et en prose, Paris, Librairie théâtrale, 1851, p. 83-84.

53  Revue bibliographique…, op. cit., n° 7, 31 mars 1862, p. 112 ; n° 10, 30 avril 1862, p. 176.

54  Idem, n° 21, 30 septembre 1862, p. 331-332 ; n° 22, 15 octobre 1862, p. 352-354.

55  Maillard (Firmin), op. cit., p. 91.

56  BnF : 4-FM-30469, Factum, Dupray de la Mahérie, Affaire de Soye, Boyer et Dupray de la Mahérie, Paris, imp. de Dupray de la Mahérie, 1865.

57  AdP : D2U8/1, déposition de Michel Alfred, séquestre judiciaire des fonds de commerce de Dupray de la Mahérie, en date du 15 juin 1866.

58  Balzac (Honoré de), Mercadet…, op. cit., p. 11.

59  Mayet (Claudius Maria), Auguste Marceau, capitaine de frégate, commandant de l’« Arche d’alliance », mort le 1er février 1851, par un de ses amis [le P. C.-M. Mayet], Lyon, Bruday, 1859, p. 137-384.

60  Le Beuf (E.-B.), « Services Transatlantiques à vapeur en Europe et aux États-Unis », dans Journal des économistes. Revue de la Science économique et de la Statistique, n° 37, mars 1863, p. 396-412 ; Courrier maritime et commercial, n° 1, 18 août 1862, p. 2-3. Par le décret du 20 février 1858, Marziou reçoit la concession des lignes allant du Havre à New-York et de Saint-Nazaire aux Antilles avec une subvention de 9,3 millions de francs. Marziou renonce à ces concessions le 15 octobre 1860 au profit des Péreire, désistement reconnu par la loi du 3 juillet 1861.

61  La Presse, 23 juillet 1866, p. 3.

62  AdP : D2U8/1, Mémoire justificatif de Dupray de la Mahérie destiné à son avocat pour sa défense, s.d. [v. mai-juillet 1866]. La version imprimée de ce mémoire, déjà mentionnée, date du 17 juillet 1866 et constitue une version remaniée et amplifiée du mémoire destiné à Me Lachaud.

63  Idem, déposition de Boisnard-Grandmaison, banquier à Granville, le 18 juin 1866. Ce jugement avait déjà été énoncé par Pascal Massy, caissier de l’imprimerie, ainsi que Michel Alfred Espirat, employé rue de l’Abbaye, le 15 juin 1866.

64  Mascret (Hippolyte), Dictionnaire des faillites pour l’année 1869, Paris, Chez l’Auteur, 1870, p. 96. La faillite de l’Union maritime est déclarée le 20 mai 1864.

65  La Presse mentionne par exemple cette affaire dans une dizaine d’articles entre septembre 1866 et mai 1870.

66  Proudhon (Pierre-Joseph), Manuel du spéculateur à la bourse. Une anthologie, Paris, Éditions Ère, 2009 [1853], p. 59.

67  Idem, en particulier p. 58-61, 98-104 ; Duchêne (Georges), op. cit., 1867, p. 114-116. Sur les liens entre Proudhon et Duchêne voir l’introduction au Manuel du spéculateur…, op. cit., p. 26, et la note 1 p. 131. Pour une comparaison littéraire des scandales de 1856 et de 1866, voir : Delvau Alfred, op. cit., p. 315-326.

68  AdP : D2U8/1, PV de l’interrogatoire de Berthomé par Duret, commissaire de police du quartier de Rochechouart, le 17 mai 1866.

69  Idem, PV de M. Hernoux contre son employé, déposé le 16 mai 1866.

70  Idem, interrogatoire de Berthomé par Henriquet, le 19 mai 1866.

71  Nyáry (Albert), Les droits des Arpad (Crouy-Chanel de Hongrie), traduit du hongrois, préfacé par Germain Sarrut, Paris, Impr. de Dupray de la Mahérie, 1862, 167 p.

72  AdP : D2U8/1, interrogatoire de Berthomé par Henriquet, le 24 mai 1866.

73  Balzac (Honoré de), Mercadet…, op. cit., p. 14.

74  Balzac (Honoré de), Melmoth réconcilié, dans La comédie humaine, t. X, p. 349-350.

75  La Gazette de l’industrie et du commerce, n° 386, 18 janvier 1863, p. 5 rend compte du procès intenté à Souchon, caissier de la maison Marziou et Cie, pour détournement de 26 000 F par fabrication de faux.

76  AdP : D2U8/1, interrogatoires de Berthomé des 19 mai et 29 juin 1866.

77  Maillard (Firmin), op. cit., p. 92, écrit : « et tous deux – celui qui vivait parcimonieusement et celui dissipateur extravagant – sombrèrent en ce qu’on appela au palais l’affaire Berthomé, Dupray de la Mahérie et Crouy Chanel. » Berthomé est également le type de l’honnête épargnant dans Alfred Delvau, op. cit., p. 322-325.

78  AdP : D2U8/1 : ces rétractions sont, il est vrai, minimes : il déclare d’abord être célibataire, alors qu’il est marié et père de famille ; il dit aussi qu’il rencontre de Crouy-Chanel en 1861, puis en 1857-1858. Dupray revient, lui, sur ces déclarations pour contester le fait qu’il était au courant des stratégies de Berthomé, car l’ignorance est l’argument clef de son avocat.

79  Idem, rapport de Delarue, expert en écritures, en date du 26 mai 1866. Interrogé, le 29 juin suivant, sur trois signatures appartenant à des individus réels, Berthomé s’étonne de cette négligence : « il m’est impossible de m’expliquer comment j’ai pu commettre une pareille erreur. »

80  La Presse, 27 septembre 1866, p. 3.

81  Dalloz (Édouard) et Vergé (Charles), op. cit., p. 133-158 : « Les complices d’un crimes ou d’un délit seront punis de la même peine que les auteurs mêmes de ce crime ou de ce délit, sauf les cas où la loi en aurait disposé autrement. » Les commentateurs ajoutent : « Une seule peine, même solidaire, ne suffirait donc pas : il faut une peine contre chacun ; l’art. 59 dit en effet qu’ils sont passibles de la même peine et non d’une même ou seule peine. […] la peine appliquée au complice peut, dans les limites de ce minimum et de ce maximum, être moins étendue et même plus étendue que celle infligée à l’auteur principal. » (p. 150, n° 636 et 640)

82  Idem, p. 259. Art. 164 : « Il sera prononcé contre les coupables une amende dont le minimum sera de 100 francs, et le maximum de 3 000 francs ; l’amende pourra cependant être portée jusqu’au quart du bénéfice illégitime que le faux aura procuré ou était destiné à procurer aux auteurs du crime ou du délit, à leurs complices ou à ceux qui ont fait usage de la pièce fausse ».

83  Idem, p. 233 et 250, Art. 147 : « Seront punies de travaux forcés à temps, toutes autres personnes qui auront commis un faux en écriture authentique et publique, ou en écriture de commerce ou de banque, soit par contrefaçon ou altération d’écritures ou de signatures, soir par fabrication de conventions, dispositions, obligations ou décharges, ou par leur insertion après coup dans ces actes, soit par addition ou altération de clauses, de déclarations ou de faits que ces actes avaient pour objet de recevoir et de constater. » ; Art. 148 : « Dans tous les cas exprimés au présent paragraphe, celui qui aura fait usage des actes faux sera puni des travaux forcés à temps. »

84  Idem, p. 152, n° 699 : « Lorsque le complice est âgé de soixante ans accomplis au moment du jugement, la peine des travaux forcés à perpétuité et celle des travaux forcés à temps sont remplacées, à son égard, la première par la réclusion à perpétuité, la seconde par la réclusion à temps, selon la durée de la peine à laquelle elle est substituée. »

85  Idem, p. 162, n° 122 : « Le recéleur doit subir l’aggravation de peine, même dans le cas il a ignoré les circonstances aggravantes dont le crime était accompagné. ».

86  La Presse, 14 juin 1866, p. 2.

87  La Presse, 8 décembre 1866, p. 2. La demande de pourvoi avait été formée en août et avait d’ailleurs retardé le déroulement du procès : AdP : D2U8/1, lettre de Berthomé au Procureur général en date du 18 août 1866. Le rejet du pourvoi est rendu le 6 décembre 1866 : AN : F18/1759.

88  AN : F18/1759, lettre du ministre de la Justice au ministre de l’Intérieur en date du 23 janvier 1867. La faveur impériale est accordée le 12 janvier 1867, nous n’avons cependant pas trouvé le dossier de grâce. La Presse ne rend compte des nouveaux événements que dans son numéro du 10 mars 1867.

89  Balzac (Honoré de), La comédie humaine, t. VI, en particulier p. 710 : « Ouvrard préféra le séjour de la Conciergerie à celui de Sainte-Pélagie ». Pierre Citron note cependant (p. 1413) qu’Ouvrard « était au contraire mécontent de Sainte-Pélagie ».

90  AdP : D2U8/1, lettre de Berthomé au Procureur général en date du 18 août 1866.

91  La Presse, 14 juin 1867, p 2.

92  AdP : D2U8/1, lorsqu’est dressé l’acte d’accusation, le 7 août 1866, Dupray est à l’hospice des Frères Saint Jean de Dieu, 19 rue Oudinot ; AN : F18/1759, les diverses affiches de Bourlet, huissier, convoquant Dupray à comparaître au tribunal de Commerce, signalent qu’il est à la conciergerie en novembre 1866, puis détenu à Sainte-Pélagie au cours de l’année 1867 (La Presse, 14 juin 1867, p. 2 confirme cette information), transféré enfin à l’hôpital Saint-Louis en juin 1868. Selon La Presse, du 8 mai 1870, p. 2 Berthomé n’obtient cette faveur qu’en mai 1870, il ne lui reste alors que deux années de réclusion.

93  Dupray de la Mahérie (Paul Valentin), Du Matérialisme contemporain, ses doctrines malsaines et leurs funestes conséquences, démonstration d'après l'histoire de l'existence de Dieu par P. Dupray, Paris, C. Douniol, 1874, 280 p.

94  Dans le journal La Croix, 1er juillet 1910, p. 2 on peut ainsi lire : « son frère, conseiller à la Cour de Caen, lui avait promis une pension s’il quittait la France. »

95  Les pastilles sont évoquées par diverses victimes directes et indirectes, M. Hommey et le neveu de Mgr Sisson. AN : F7/15953/1, Barby (Henri), « Plus fort que Robert Macaire. La confession d’une victime de Dupray de la Mahérie », dans Le Journal, 15 juillet 1910 et « La mise en liberté de Dupray de la Mahérie. Une nouvelle accusation », dans Le Matin, 22 juillet 1910.

96  Rappelons avec Mollier (Jean-Yves), « L’imprimerie et la librairie en France dans les années 1825-1830 » et Meyer-Petit (Judith), « Les travaux de ville de Balzac imprimeur. À propos d’une affiche inédite », dans Balzac, imprimeur et défenseur du livre, Paris, Éditions Paris-Musées/Éditions des Cendres, 1995, p. 21, 116-118 que le célèbre romancier fit, grâce à ses prospectus, le succès de la « pâte pectorale balsamique de Regnauld aîné ».

97  AN : F7/15953/1, « “Bonnes œuvres”. Le rôle de Mgr Sisson. Il voulait être le “grand protecteur” des œuvres congréganistes », dans L’Action, 1er juillet 1910.

98  Idem, « “Bonnes œuvres” encore un scandale clérical », dans L’Action, 28 juin 1910.

99  Idem, « L’arrestation de M. Dupray de la Mahérie. “Le Bras économique de l’Église” », dans Le Rappel, 30 juin 1910.

100  Idem, « Le bras économique de l’Église. Le vénérable Duprey de la Mahérie est-il un génial escroc ? », dans L’Action, 29 juin 1910.

101 Idem, Barby (Henry), op. cit.

102  Idem, Montet (Chanoine Charles Émile), « Dupray de la Mahérie et le “Bras économique de l’Église” », dans L’Univers, 13 juillet 1910.

103  « Le “Bras économique de l’Église”. Les pensionnaires de Mme Duret », dans Le Matin, 3 juillet 1910, p. 2 ; « Ah ! Les poires ! », dans La Calotte, 22 juillet 1910, p. 4.

104  « Le “Crédit de France”. Dupray de la Mahérie engraissait les congrégations romaines », dans Le Matin, 2 juillet 1910, p. 1

105  AN : F7/15953/1, « “Bonnes œuvres”… », op. cit., dans L’Action, 1er juillet 1910. Les deux premiers points concernent sans doute la States Bank, déjà mentionnée. La multiplication des nomenclatures sociétaires pour une même entreprise témoignent de la confusion des journalistes, des juges et peut-être même de Dupray – qui sait néanmoins parfaitement jouer l’amnésique (Idem, L’Action, 13 juillet 1910) – quant au foisonnement de ces spéculations.

106  Idem, « Le bras économique… », op. cit., L’Action, 29 juin 1910.

107  Idem, « Un aigrefin de haut vol. Les escroqueries du “Sauveur de l’Église” », dans Le Petit Parisien, 29 juin 1910. Parallèlement, faisant apparemment des allers-retours fréquents entre les deux capitales depuis sa seconde libération, Dupray « occupait à Rome […] un appartement d’un loyer annuel de 8 000 francs, et recevait tout ce que Rome comptait d’aristocrates.» (Le Petit Parisien, 6 juillet 1910).

108  Idem, Montet (Chanoine Charles Émile), op. cit., dans L’Univers, 13 juillet 1910.

109  « Le “Bras économique de l’Église”… », op. cit., dans Le Matin, 3 juillet 1910, p. 2 ; « Ah ! Les poires ! », op. cit., p. 4.

110  « Ah ! Les poires ! », op. cit. ; AN : F7/15953/1, « Le bras économique de l’Église… », op. cit., dans L’Action, 29 juin 1910.

111  AN : F7/15953/1, « “Bonnes œuvres”… », op. cit., dans L’Action, 1er juillet 1910.

112  Idem, « Quelques chapitres du roman de Dupray de la Mahérie. Quelques démêlés avec la justice. Un testament bizarre. Le “Bras économique” et le plumeau », dans Les Nouvelles, 9 juillet 1910 ; Morin (J.), « Rome au secours de M. de la Maherie », dans L’Action, 18 juillet 1910.

113  Idem, « Le “Bras économique de l’Église”… », op. cit., dans Le Petit parisien, 6 juillet 1910 ; voir également Le Matin, 30 juin 1910, p. 1-2.

114  Idem, en particulier Henry Barby, « Plus fort que Robert Macaire… », op. cit..

115  Idem, « Un aigrefin… », op. cit. ; Barby (Henry), « Dupray de la Mahérie… », op. cit., dans Le Journal, 4 août 1910.

116  Idem, « Le roman religieux de M. Dupray de la Mahérie. Cet homme prétendait consoler le monde catholique du krach de l’Union générale grâce aux cinquante millions du dernier “Arpad” », dans Le Matin, 29 juin 1910.

117  « Le “Bras économique de l’Église”… », op. cit., dans Le Matin, 3 juillet 1910, p. 2.

118  Idem, Barby (Henry), « Dupray de la Mahérie est optimiste. Dans quelques heures, dit-il, je pourrai disposer de 60 millions », dans Le Journal, 21 juillet 1910 raconte la libération haute en couleurs de Dupray ; J.-M., « Procédés de Justice. Le cas de M. Duprey de la Mahérie. Déclaration de Me Monceau [Manceau], avocat de l’octogénaire », dans L’Action, 22 juillet 1910 décrit ses premiers jours, une fois recueilli chez Hutinet et Duray (ou Duret et parfois Durey).

119  Idem, « Le “sauveur de l’Église” renvoyé en correctionnelle. M. Duprey de la Mahérie est inculpé d’escroquerie », dans Le Petit parisien, 8 juin 1911 ; « Le “Sauveur de l’Église” s’est réfugié à Rome », dans Le Petit parisien, 28 juin 1911 ; voir également « Douce illusion », dans La Calotte, 25 aout 1911, p. 3.

120  AN : F7/15953/1, « Le “sauveur de l’Église”… », op. cit., dans Le Petit parisien, 8 juin 1911 ; « Le “Sauveur de l’Église”… », op. cit., dans Le Petit parisien, 28 juin 1911.

121  « L’Église ingrate », dans La Calotte, 8 septembre 1911, p. 7.

122  Passeron (Jean-Claude) et Revel (Jacques), « Penser par cas. Raisonner à partir de singularités », dans Penser par cas…, op. cit., passim.

123  Avanza (Martina) et Laferté (Gilles), « Dépasser la “construction des identités” ? Identification, image sociale, appartenance », Genèses, 2005/4, n° 61, p. 134-162.

124  AdP : V4E/557, Acte de mariage du 12 décembre 1865, mairie du Ve arrondissement.

125  AN : F7/15953/1, « “Bonnes œuvres… », op. cit., dans L’Action, 1er juillet 1910.

126  Weber (Max), L’étique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Flammarion, 2000 (1905), trad. par Isabelle Kalinowski.

127  Mollier (Jean-Yves), L’Argent et les lettres. Histoire du capitalisme d’édition. 1880-1920, Paris, Fayard, 1988, en particulier p. 165-166.

128  Blic (Damien de), « Moraliser l’argent. Ce que Panama a changé dans la société française (1889-1897) », Politix, 2005/3, n° 71, p. 61-82.

129  AN : F7/15953/1, « Le “sauveur de l’Église”… », op. cit., dans Le Petit Parisien, 8 juin 1911 : « Ces [16] millions lui auraient été soustraits, à lui-même, par un personnage bien connu au palais de justice, l’ancien banquier Bremont dit de Veregaude. »

130  Cela renvoie directement à l’ambivalente étymologique de l’hospitalité – relevant tout à la fois des racines potis et hostis – analysée par Émile Benveniste, Le vocabulaire des institutions européennes. 1. Économie, parenté, société, Paris, Éditions de Minuit, 1969, en particulier « chapitre 7 : L’hospitalité », p. 87-101.

131  New York Times, 3 juillet 1910 ; La liberté, 4 juillet 1910 (quotidien suisse) ; Corriere della Sera, 21 juillet 1910. Tandis que tous les journaux en parlent et que La Presse avait fait grand cas de l’affaire de 1866, celle-ci reste silencieuse en 1910. La famille Dupray de la Mahérie serait-elle intervenue pour faire taire le quotidien ? Ou est-ce que le « P. Dupray », qui écrit régulièrement des chroniques littéraires dans ce périodique dans les années 1890, correspondrait à notre « type » et serait par-là même protégé par le directeur du journal ?

132  Avanza (Martina) et Laferté (Gilles), « Dépasser la “construction des identités” ?... », op. cit.

133  Sur la généalogie des récits criminels périodiques et la transformation de l’écriture des faits-diversiers, voir : Kalifa (Dominique), L’encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995, en particulier p. 53-81.

134  AN : F7/15953/1 : Barby (Henry), « Dupray de la Mahérie. Las d’attendre ses millions a écrit au pape », dans Le Journal, 4 août 1910.

135  Idem, « Mise en liberté provisoire de M. Dupray de la Mahérie », dans Les Nouvelles, 20 juillet 1910.

136  Kalifa (Dominique), op. cit., p. 32.

137  Idem, p. 146-149. C’est ainsi qu’il est qualifié par Le Petit Parisien, 29 juin 1910.

138  Clarétie (Jules), op. cit., p. 204-206. Dupray n’est à aucun moment évoqué dans les éditions antérieures de ces souvenirs parisiens.

139  Lyon-Caen (Judith), La lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, Paris, Tallandier, 2006, p 245-246 ; Demartini (Anne-Emmanuel), L’Affaire Lacenaire, Paris, Aubier, 2001.

140  Blic (Damien de), op. cit.

141  Kalifa (Dominique), op. cit., p. 146-148.

142  Hénaff (Marcel), Le prix de la vérité. Le don, l’argent, la philosophie, Paris, Éditions du Seuil, 2002, passim.

143  Kalifa (Dominique), op. cit., p. 29.

144  Idem, en particulier p. 216-223, 280-292.

145  Le Goff (Jacques), La Bourse et la vie. Économie et religion au Moyen Âge, Paris, Hachette, 1986, passim, en particulier chapitre 3.

146  « La famille Dupray de la Mahérie », dans La Croix, 3 juillet 1910 : « Il serait absolument injuste que le scandale auquel a été mêlé un Dupray de la Mahérie parût rejaillir sur sa très honorable famille. […] Cette excellente famille si cruellement éprouvée mérite respect et sympathie ». L’article est repris et légèrement amplifié dans le périodique suisse La Liberté du 4 juillet 1910.

147  Blic (Damien de), op. cit. Comme le souligne l’auteur, la démocratisation des placements mobiliers – figurée ici par l’universalité des dupes de Dupray – pèse sur la sécurité de tous.

148  Mauss (Marcel), « Gift/gift », Mélanges offerts à Charles Andler par ses amis et ses élèves, Strasbourg/Paris, Istra, 1924, p. 243-247.

149  Hénaff (Marcel), op. cit., p. 377.

150  Lazzeri (Christian) et Caillé (Alain), « La reconnaissance aujourd’hui. Enjeux théoriques, éthiques et politiques du concept », Revue du MAUSS, 2004/1, n° 23, p. 106 : « La blessure morale [résultant de la reconnaissance en négatif] se définit comme une sorte de violence par le fait qu’elle introduit d’abord en eux [l’agent déprécié et l’agent dépréciateur] la contradiction : comme le dirait Spinoza, elle introduit en eux une sorte de "poison" qui décompose leur rapport à eux-mêmes. »

151  Hénaff (Marcel), op. cit., p. 505.

152  Idem, p. 377.

153  Caillé (Alain), « Apologie et critique du don. Le don entre science sociale et psychanalyse. L’héritage de Mauss jusqu’à Lacan », Revue du MAUSS, 2006/1, n° 27, p. 77.

154  Cela nécessiterait une analyse plus approfondie. Afin d’éviter d’autres développements, nous passerons également sous silence le fait que la mort très chrétienne de Dupray nous soit livrée par La Calotte, un périodique anticlérical, ce qui en dit long du contexte marqué par un nationalisme croissant.

155  Kalifa (Dominique), op. cit., p. 280-292.

156  Blic (Damien de), op. cit.

157  Idem, p. 19-52.

158  Chollet (Rolland), Guise (Christiane et René), dans Œuvres diverses, t. II, p. 1747.

159  Balzac (Honoré de), Œuvres diverses, t. II, p. 1105.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Appel à souscription que Dupray de la Mahérie fait paraître dans sa Revue bibliographique. Moniteur de l’Imprimerie et de la Librairie françaises. Journal des publications nouvelles, n° 7, 31 mars 1862, p. 112.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1739/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Inculpé pour détournements de faux, Dupray de la Mahérie est de facto déclaré en faillite – sans qu’aucune procédure de banqueroute ne soit ouverte –, son matériel et ses propriétés littéraires sont immédiatement vendus. Source : AN F18/1759
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1739/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende L’« honnête caissier » du Sous-comptoir des chemins de fer, Jules Delamothe Berthomé, n’est pas moins scrupuleux, lorsqu’il invente 66 noms d’individus avec leur signature qu’il appose sur 197 effets de commerce au profit de Dupray de la Mahérie et de Crouy-Chanel. Source : AN D2U8/1
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1739/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Dupray de la Mahérie au lendemain de sa libération nocturne se repose chez sa victime, Mme Duret, envoûtée par ce « vieillard mystérieux [qui] inspirait le respect. Portant beau, il savait charmer son monde et prendre les gens sans descendre à leur niveau. » Sources : AN F7/15953/1, L’Action, 29 juin 1910 (citation) ; Le Journal, 21 juillet 1910 (image).
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1739/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Réaffirmant la morale de l’épargne et de la religion, les journalistes n’hésitent pas à représenter le noble faiseur en pacha ou en usurier juif, l’étranger-type à bannir. Sources : AN F7/159/1, Le Journal, 4 août 1910 (gauche), Le Petit Parisien, 8 juin 1911 (droite).
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1739/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Viera Rebolledo-Dhuin, « Paul Valentin Dupray de la Mahérie (1828-1911), « marchand de salade » ou escroc au long cours. Un libraire en quête de sociabilité », Criminocorpus [En ligne], Figures de faux-monnayeurs du Moyen Âge à nos jours, Articles, mis en ligne le 08 février 2012, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/1739

Haut de page

Auteur

Viera Rebolledo-Dhuin

Docteure en histoire, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page