Navigation – Plan du site
Articles

Une femme faussaire dans les Landes de Gascogne sous l’Ancien-Régime

Bernard Traimond

Résumés

Le folkloriste gascon Félix Arnaudin (1844-1921) raconte l’histoire de la dame de Z, modèle de la femme faussaire qui aurait vécu et fabriqué de la fausse monnaie au début du XVIIIe siècle à Escource. C’est la part de l’imaginaire dans la confection des récits sur la femme faussaire qui est ici étudiée suivant le modèle des « histoires de famille » pour finir par comprendre la construction de la figure littéraire de la femme faussaire des Landes.

Haut de page

Texte intégral

1Pour accéder à la connaissance des pratiques monétaires, il est nécessaire de multiplier les points de vue, les angles d’approches et les matériaux. Ainsi nous pourrons distinguer les formes des transgressions, les activités légitimes bien qu’illégales, les conduites tolérées.

  • 1  Caro Baroja (Julio), Rito y mitos equivocos, Madrid, ED. Ismo, 1974, p. 155-214.
  • 2  Arnaudin (Félix), « Une branche des Pic de la Mirandole dans les Landes », Revue de Gascogne, 1896 (...)

2Particulièrement significative m’apparaît l’affaire de cette femme faussaire même si en raison  de son originalité de nombreux aspects restent obscurs. Ce fait divers commence par se dérouler dans une « grande maison » selon une généalogie familiale qui s’attribue des ancêtres glorieux. Ce n’est pas rare : la maison de Lusignan descend de Mélusine ; les seigneurs de Biscaye de la dame au pied de chèvre… Julio Caro Baroja cite ces exemples à propos de son propre lignage puisqu’il est lui même issu de don Teodosco de Goni qui, au XIIIe siècle, cumula les aventures d’Œdipe, de Saint Michel et de quelques autres1… Une généalogie presque aussi fabuleuse se retrouve dans les Landes où bien des familles descendent, ni plus ni moins, des neveux de Pic de la Mirandole2. Une tradition familiale, nécessairement plus récente que les précédentes, prend des formes particulièrement singulières : l’une des ancêtres assassinait les voyageurs afin de les détrousser et fabriquait de la fausse monnaie.

  • 3  Félix Arnaudin (1844-1921) est en effet l’auteur de trois recueils imprimés en très peu d’exemplai (...)
  • 4  Les trois versions sont reproduites en annexe dans leur forme originale pour les deux versions en (...)

3Les récits de cette affaire ont été notés au début du siècle par le grand folkloriste Félix Arnaudin et publiés sous deux formes3. L’éditeur contemporain de son œuvre, Jacques Boisgontier, a lui-même effectué une enquête sur ce sujet en 1967 et a bien voulu me confier les résultats dans une troisième version4. Enfin, la tradition reste vivante et continue à être contée dans de multiples maisons. Une pièce de monnaie qui n’a pu être photographiée qu’à la condition d’en cacher l’origine, constitue la preuve du rattachement de la maison à ce lignage et de la véracité du récit : cette monnaie, évidemment fausse, valide le discours familial sur l’affaire. Cette curieuse généalogie nous intéresse car elle promulgue de singuliers comportements et de curieuses valeurs, révélateurs d’un imaginaire non moins particulier.

  • 5  Laurent (Donatien), « La gwerz de Louis de Ravallic. Enquête sur un crime de 1732 », Ar Men, févri (...)
  • 6  Barthes (Roland), Essais critiques, Paris, Le Seuil, 1964, p. 189.

4Malheureusement, je n’ai pas trouvé dans les archives judiciaires de la Sénéchaussée de Mont-de-Marsan dont relevait Labouheyre, la moindre trace de l’affaire. Peut-être les liasses non classées des archives de la Gironde pourraient permettre de réaliser en toute rigueur, une analyse comparable à celle de Donatien Laurent en Bretagne qui a pu confronter la légende au dossier policier5. Quelques éléments cependant permettent de conclure au peu de véracité de la légende. Les trois récits, imprimés et manuscrits, nous permettront, dans une large mesure, d’apprécier la part de l’imaginaire dans la confection de ces textes. Tout récit, en effet – réel ou imaginaire, cela importe peu – ne peut circuler que s’il correspond à certaines configurations. Nous n’avons pas affaire, ici, à un « fait divers » au sens strict qui implique une « information totale ou plus exactement immanente (qui) contient en soi tout son savoir6 ». Au contraire, les récits tels qu’ils ont été notés ne constituent que des informations partielles et donc toutes différentes les unes des autres. Résumons-en l’essentiel : La « dame de Z. », dans une grande bâtisse entre Lue et Escource, fabriquait de la fausse monnaie. À cela s’ajoutait des exactions plus graves que seul Arnaudin décrit en détail : d’abord, l’homme qui allait écouler les pièces à Bordeaux arrivait porteur d’une lettre ordonnant son assassinat, jusqu’au jour où l’un d’eux, sachant lire, va la dénoncer ; ensuite, les voyageurs qui demandaient l’hospitalité étaient dévalisés et tués : on les précipitait dans un cachot au sol hérissé de lames.

  • 7  Levi-Strauss (Claude), Le regard éloigné, Paris, Plon, 1983, p. 220.

5Ces récits constituent une « histoire de famille » ou mieux pour citer Lévi-Strauss « une tradition légendaire de maison noble, propre à fonder ou à rehausser son prestige situé à mi-chemin entre la pensée spéculative et le réalisme politique7 ». Ce cadre fait coexister des données issues de diverses légendes et des événements historiques précis. Si nous arrivons même approximativement à situer la frontière entre les deux sources, nous aurions une bonne indication de la place de la fausse monnaie dans l’imaginaire local.

Ce que disent les archives

6René Méaule d’Escource dit avoir trouvé dans les archives communales de précieuses indications que je vais rapidement résumer : pendant plus d’un siècle, un procès a opposé la famille De Rauzet de la caverie de Fourcs à Escource aux « gens de labeur » pour usurpation et atteinte aux droits acquis. La condamnation finale des De Rauzet reflète les conflits et les tensions au sein de la communauté même si la plupart des membres de la famille, comme M. Dartiguenave, habitent ailleurs, à Vielle par exemple.

7En revanche, Madame Fayard, née Rauzet, vivait sur place. Elle a été marraine de la fille de Joseph Lamothe et de Marie de Blais en 1689. Plusieurs de ses serviteurs meurent, Lasserre le 16 janvier 1689, son valet Enchotte le 2 septembre 1702, à 25 ans. Cette personne qui devait cristalliser toute l’agressivité des habitants envers sa famille est morte à Escource, le 26 novembre 1720. C’était la « Dame de Z. » dont parle Arnaudin.

  • 8  Grâce à la publication d’une large partie des manuscrits d’Arnaudin par Jacques Boisgontier et Adr (...)

8Félix Arnaudin (1844-1921) qui a passé sa vie à collecter autour de son village, Labouheyre, contes et chansons et à photographier les traces d’un monde qui disparaissait8, a bien évidemment rencontré l’affaire qui nous occupe, noté le nom du personnage que Pierre Méaule désigne. En revanche, l’image historique est complètement différente de la légende, décalage qui peut s’expliquer, comme le dit fort justement l’enquêteur, par l’agressivité dont font preuve les informateurs envers une famille qui a voulu les léser.

9Malheureusement, nous n’irons pas plus loin dans l’enquête historique, faute de sources judiciaires et policières, qui n’ont peut-être jamais existé. Il nous reste maintenant à analyser les récits.

L’extraordinaire

10Nous avons trois versions de l’affaire collectées entre 1880 et 1966 auxquelles s’ajoutent des récits actuels plus fragmentaires et surtout vraisemblablement influencés par les premiers :

11- Arnaudin Félix, Choses de l’ancienne Grande Lande, première série, Labouheyre, Paris, Bordeaux, s.d. (1919), p. 89-92 ;

12- Arnaudin Félix, Contes populaires de la Grande Lande, première série, Sabres, 1977, p. 216-219.

13- Larrieu Pierre dit « lou Belieu de Méule » (1828-1920), récit noté en 1967 par Pierre Méaule.

14 Ces textes n’ont pas tous le même statut. Le premier fut publié du vivant du collecteur, en français ; le second, en gascon, se trouve dans les manuscrits d’Arnaudin. Le troisième, également en gascon et manuscrit, m’a été confié par Jacques Boisgontier. Issus d’une même zone, il ne faut pas exclure, même s’il est difficile d’en prendre la mesure, l’influence des premiers sur les seconds ; en effet, une fois imprimé, un texte imprégnera l’esprit de son lecteur au détriment du récit qu’il connaissait précédemment par expérience ou témoignage. Par hypothèse, discutable, j’accorderai, dans un premier temps, le même statut aux trois versions que je vais commencer à découper en séquences.

Version 1

Version 2

Version 3

1 le lieu

1 le lieu

1 le lieu

2 la fausse monnaie

5 l’assassinat des voyageurs

3 la “belle vie”

3 dénonciation et fuite

2 la fausse monnaie

2 la fausse monnaie

4 les indices

3 dénonciation et fuite

3 la fuite

5 l’assassinat des voyageurs

6 le fantôme

15Il semble particulièrement important que la version 1, publiée par Arnaudin lui même, soit la plus complète et que chaque version ait son propre agencement des séquences. Rien n’interdit d’ailleurs de penser que le texte 1 ait été rédigé à partir des notes qui ont constitué quarante ans après, la version 2. Cette dernière est d’ailleurs présentée comme la synthèse de multiples témoignages « entre autres Marianne de Mariolan, de Jurman, Beroun de Dulas, de Gilet, et un nommé Dudon de Baluhet » (p.219).

16Trois séquences se retrouvent dans les trois versions : le lieu, jan, la fausse monnaie et la fuite ; une, l’assassinat des voyageurs, dans les deux textes d’Arnaudin. Les versions 1 et 3 incluent des détails qui « font vrai ». Dans la version 1, seules trois séquences sur six décrivent l’affaire, les trois autres ne servent qu’à prouver sa réalité historique, la description du lieu, des détails insolites ou des explications de l’événement. Le cadre est chaque fois de mieux en mieux décrit. En voici le détail :

171. « Dans ce recoin perdu du village, à une certaine distance des derniers lieux énumérés, existait autrefois une longue et basse bâtisse – depuis longtemps disparue, mais dont les vieillards morts il y a cinquante ans m’ont dit avoir vu des restants de murs encore debout, troués de tout étroits “fenestrons” comme en offraient nombre de nos vieux logis landais, […] »

182. « D’aus cops qu’i aueit uu’ gran maysoun a Jan » (Autrefois, il y avait une grande maison à Jan).

193. « Qu’i avé d’auts cops üu’ damourance à “Jean” : meysoun de meste, meterie, batisses, éyriau, touts coudelicoude ad’ença à tiureloun l’arriuot de “Jean”, a ma de la route qui miye ouey d’Escource à Labouhéyre, é à cauques carnades à sou lûuan dou bielh camin de la Moulasse à la pousté en passan per lou moulin de lûue. Jou n’ey pas jamé bis aquires meysouns, n’i damouréue pamé nat trougnac de mure, sounque cauques tros d’adrilhe cramade dou laré e un brocaçon tout estroupiat coum si pourtéue lous trucs dous troncs qu’i avé birats de les bastisses ». (Il y avait autrefois une demeure à « Jean » : maison de maître, métairie, bâtisse, airial, tout aligné autour du ruisseau de Jean, à côté de la route qui conduit aujourd’hui d’Escource à Labouheyre et à quelque distance à l’est du vieux chemin de la Moulasse à Lipostey en passant par le moulin de Lue. Je n’ai jamais vu ces maisons, il n’y avait plus le moindre morceau de mur, seulement quelques bouts de briques du foyer brûlées et un morceau tout cassé comme ceux qui portaient les troncs tombés des bâtisses.)

20Ces soigneuses descriptions ont deux fonctions : en premier lieu, elles situent le cadre de l’action, mais aussi, et surtout, en second lieu, elles servent à « faire vrai ». Elles s’ajoutent à des séries de détails dont se munit chaque version. Le chapeau de la faussaire, dans la version imprimée du vivant d’Arnaudin, était porté à l’époque dans la région et la ruse utilisée par la fugitive constitue, selon ce transcripteur, un exemple de “rouerie humaine” parmi plusieurs autres soigneusement cités : elle fut familière « à Mangin et à plusieurs de ses pareils : voy., par exemple à titre de curiosité, de Caumont, Arch.civile du moy.âge, 337 ; Michelet, H. de Fr..X, 196 et pass. ; Rev. des Trad. popul., 1911, 311, et même les Hymnes attribués à Homère, dans la trad. de Giguet, p.649, etc. »

21De même, « en traçant, il y a vingt cinq ans, la route de Luë à Escource (déplacée partiellement depuis), l’un des ouvriers heurta de son sabot, il me l’a rapporté lui-même, une vieille chaudière de fonte, de dimensions moyennes, enfouie à fleur de terre et fortement ébréchée, que tous jugèrent être celle qui servaient aux opérations clandestines de la faussaire, dont l’atelier se cachait à quelques pas ».

22 Si la seconde version plus sobre ne comprend aucune séquence qui ne se retrouve ailleurs, la troisième version explique les causes économiques et psychologiques des délits :

23« Que s’ére agrilhade, jouenote, à ha le bère bite dap aquits omis d’armes qui eren carcats de defende é au besougn de secouri lous praubes abitans de la gran’lane, é qui, au countre, se libertiuen à souns despens ». (Elle s’est habituée, toute jeune, à faire la belle vie avec ces hommes d’arme qui étaient chargés de défendre et au besoin de secourir les pauvres habitants de la Grande lande et qui, au contraire, s’amusaient à leurs dépens).

24Les versions diffèrent surtout en raison de la présence d’informations devant servir d’instruments d’authentification de l’affaire décrite. Les détails complémentaires, les redondances, ajoutent des marques supplémentaires confirmant la véracité de l’histoire.

25 De plus, l’agencement des séquences correspond à divers types de démonstration et donc de relation entre le réel, l’histoire, et le récit. Dans la version 1, chaque séquence est justifiée par un témoignage recueilli par Arnaudin lui-même, la description des lieux provient de vieillards, la fuite de la « Dame de Z. » est validée par le témoignage sur le chapeau autrefois utilisé et la « rouerie humaine », la fausse monnaie par la marmite.

26L’économie de la version 2, plus brève, relève de la seule prise en compte du contexte social, la dame de « Jan » étant « hort machante é dure au praube mounde » (fort méchante et dure aux pauvres gens) et, pour confirmer cette barrière de classe, « ne manquéue ni de paréns ni de conechuts hen lou gran monde é le noubblesse » (elle ne manquait ni de parents ni de connaissances dans la noblesse). Ses crimes ne constituent qu’une des conséquences de son statut social. La troisième version apparaît particulièrement intéressante parce qu’elle cumule les deux procédés utilisés dans les deux premières, témoignages et description du contexte social. Cette dualité de structure et ces deux formes de preuves s’expliquent par plusieurs raisons. La langue d’abord, qui, française ou gasconne, a des forces de conviction différentes. Notée en français dans la version 1, pour garder une certaine crédibilité, le récit doit s’appuyer sur des preuves : elle réclame une démonstration logique auxquels peuvent échapper les textes gascons.

27 Ensuite, les récits se terminent de façons différentes : dans les versions d’Arnaudin, 1 et 2, la dame de Z. ainsi qu’il l’appelle, disparaît ; dans la troisième, elle est resté à « Jan ». Dans les deux premières, la fin est mystérieuse, ce qui donne au récit une logique radicalement différente.

28Pourtant, une ultime impression se retrouve chaque fois : la crainte que le lieu inspire aux habitants et que toutes les versions relatent : « Une vague de frayeur a longtemps continué à régner sur ce qui fut le lieu de Z. et sur ses entours » (version 1) ; « Sounque de passar sou loc de tan escaragnouses mausensetats, lou monde s’entourneuen emprouyrits é shentats » (Rien qu’à passer sur le lieu de telles épouvantables méchancetés, les gens rentraient écœurés et muets) (version 3).

29Mais, dans la version 1 cette situation ne fait que préparer un ultime épilogue : « même après sa disparition, des gens passant, de nuit, au clair de lune, aux abords de la maison abandonnée, assuraient avoir vu dans le cadre obscur d’une de ses étroites fenêtres, un visage affreusement pâle où se reconnaissait celui de son ancienne habitante ». Pour accentuer l’ambiguïté, le texte se termine par des points de suspension.

30Même si bien évidemment il utilise des procédés littéraires, Arnaudin présente son récit comme la transcription d’une réalité perçue par des locuteurs dont il dit donner chaque fois les témoignages. L’évocation du fantôme s’appuie sur le même procédé ce qui signifie que cette apparition n’est pas le résultat de la logique d’un texte autonome par rapport à la réalité. Le discours pourrait auto-construire et, par sa structure propre, déboucher sur le fantastique. Rien de tel ici ; il ne s’agit que de la transcription de témoignages ne reflétant que la réalité vécue fut-elle invraisemblable. Ces récits sont incontournables, le monde est fantastique, pas le discours ; nous rencontrons des « fantaisies réelles » selon l’expression de Lison Tolosano.

31En fait, nous ne savons guère la place qu’aurait accordée Arnaudin dans ses différentes versions et à ces divers textes puisque ses contes nous sont pour l’essentiel connus par leur édition posthume. J. Boisgontier et A. Dupin ont inclus l’aventure de la « dame de Z. » (version 2) dans la rubrique « légendes locales » en compagnie du récit du seigneur de Luë, assassiné par un chevrier. Ce dernier, faisant pacager ses bêtes dans un semis de pin, pressé par le propriétaire à cheval, se retourna, traça une ligne sur le sol, et, comme elle fut dépassée, il abattit son agresseur d’un coup de fusil. Même si l’affaire est authentifiée par Arnaudin qui a trouvé l’acte de décès du 11 juin 1760, elle s’inscrit parfaitement entre d’autres scènes historiques. Arnaudin ne l’aurait peut-être pas placée ainsi dans l’ensemble des textes collectés.

32Il recueillait tout, mais ne publiait guère, ce qui rend difficile l’appréciation de ses conceptions en la matière. Les seuls contes publiés en volume de son vivant ont été choisis, ainsi que l’a montré Guy Latry, non en fonction de leur originalité mais au contraire, afin de solliciter la reconnaissance scientifique de ses pairs, pour affirmer qu’il savait collecter des textes attestés partout, tout en notant les particularismes locaux. J. Boisgontier et A. Dupin ont classé les manuscrits selon des catégories « universelles » pour une bonne part postérieures à Arnaudin ce qui fait que, sortant des « figures imposées » par son premier volume, il aurait pu donner à nos récits « historiques » des statuts différents.

33Pourtant, en fonction de sa conception de la littérature orale, fondée sur l’opposition entre la légende imaginée et l’histoire réelle, il est fort probable qu’il ait inclus les deux récits évoqués, la « dame de Z. » et le « seigneur de Lue » dans le cadre de la reconstitution d’une réalité matérielle passée, ce qui vaut à la première affaire de figurer dans les Choses de l’ancienne Grande Lande pour constituer la version 1.

34Mais dans une conception toute romantique, le monde réel ainsi décrit est à la fois homogène et ambigu ; il a une matérialité positive à laquelle s’ajoute une dimension fantastique qui n’appartient pas à l’appréciation qui en est faite, mais aux choses elles-mêmes. Les trois points de suspension que nous avons signalés à la fin de la version 1 expriment bien cela. À la matérialité historique se juxtapose automatiquement une dimension fantastique sur laquelle une histoire scientifiquement crédible peut difficilement s’étendre.

35Nous voyons ainsi la place ambiguë des différents textes d’Arnaudin. D’un côté, les contes et chansons, manifestations de la civilisation paysanne landaise, de l’autre, l’histoire, et entre les deux, « le roman de la Lande » qu’Arnaudin a toujours rêvé d’écrire. À partir des deux premiers domaines utilisés comme matériaux devait s’élaborer une oeuvre littéraire qui n’a jamais été rédigée. Dans cette perspective, l’affaire de la « Dame de Z. » doit être lue comme un conte fantastique.

36Simplement, au lieu d’être une fiction, il prétend décrire une réalité historique mais, adoptant les normes du récit, il conserve la grille organisatrice des textes de son époque. La réalité, double, comprend un aspect matériel et un autre fantastique, deux faces, qui comme Arnaudin, dans ses collectes, en ethnologue, notait toujours les diverses versions d’un même conte ou d’une même chanson. La matérialité de l’aventure de la « Dame de Z. » n’est pas en cause et les points de suspension ne permettent pas de la contester. Il reste à voir la signification culturelle de ce singulier texte.

Les pic de la Mirandole

  • 9  Arnaudin (Félix), « Une branche des Pic de la Mirandole dans les Landes », Revue de Gascogne, 1896 (...)

37Dans la région de Labouheyre où a vécu Arnaudin, tout le monde connaît le véritable nom de la « Dame de Z. ». Surtout, elle est présentée comme une descendante de Pic de la Mirandole, famille à laquelle Arnaudin a consacré un de ses rares articles, déjà cité9. Il y rassemble, outre le récit du dernier représentant de la branche assassiné par un chevrier, plusieurs annotations sur la famille tirées pour l’essentiel de l’état civil. Le plus intéressant dans l’affaire est l’oubli volontaire de l’aventure de la « Dame de Z. ». Cela révèle l’importance de ces légendes et de cette histoire dans la région. Plus précisément, Pierre Méaule donne une réponse circonstanciée : « F.A. (F. Arnaudin) n’a pas voulu indiquer le nom de la dame de Z. Pourquoi ? Parce qu’il savait qu’au moins un descendant de cette famille vivait alors (vers 1910) à la Réunion et qu’il ne voulait pas courir un risque en l’identifiant, d’autant qu’il ignorait les parts de la légende et de la vérité que ce récit pouvait contenir » Surtout, Pierre Méaule conclut : « Il n’est pas davantage question aujourd’hui de publier le nom de cette dame de Fayard ». Presque trois siècles après, la nécessité de garder un secret par ailleurs connu de tous, s’impose encore.

  • 10  Archives Départementales  des Landes, 13 U 18.
  • 11  Arnaudin (Félix), Contes populaires de la Grande Lande, 1977, op. cit, p. 71.

38Cette famille des Pic de la Mirandole, arrivée dit-on d’Italie au XVIe siècle, a de multiples descendants dans la région de Labouheyre, Trensacq, Sabres, Commensacq et Lüe, les Castaignède, les Tans, les Larreillet, les Persillon… Bernard Manciet, le poète occitan de Sabres descend, aux dires de René Nelli, de cette famille10. D’un côté, le folkloriste qui prétend faire revivre la « vieille lande d’autrefois » éprouve le besoin de reconstituer la généalogie des Pic à partir des registres de catholicité de Labouheyre, et de l’autre, le plus considérable poète occitan contemporain s’inscrit dans cette continuité. De plus, un certain secret doit entourer l’affaire. En clair, les Pic de la Mirandole organisent une continuité historique mystérieuse, source d’une espèce d’ « ethnicité » locale11.

  • 12  Ibid.

39En l’affaire, le plus singulier est la nécessité non de rechercher des ancêtres glorieux, mais d’aller pour cela si loin. Le chapitre entier que Bernard Manciet consacre à sa commune natale dans son essai Le triangle des Landes illustre cette perspective. Sabres n’a rien, dans cet ouvrage, d’un village fermé sur lui même12 ; au contraire, s’y entrechoquent la Réforme avec Guillaume de Lacour, en 1632, les turbulences sismiques et radioactives du physicien Naudon ou les aventures diplomatiques du directeur de la revue jésuite Études, Dedon au XXe siècle. Loin de se réduire à ses étroites frontières, cette commune de marais apparaît comme le microcosme, le mot est employé, des plus larges aventures humaines scientifiques, théologiques ou politiques. Dans ce sens, se réclamer de la Mirandole a pour effet de s’inscrire dans ce type de perspective, en donnant un destin humaniste universel à quelques familles paysannes, hésitant entre une origine extraordinaire et la nécessité du secret, la gloire et les crimes, les traditions orales et le manque de traces écrites.

Une Pic de la Mirandole

40Cette « dame de Z. » dont Arnaudin n’a pu se résoudre à publier le nom appartient donc au lignage des Pic de la Mirandole. Son histoire s’inscrit avec d’autres dans les mythes fondateurs du pays utilisant pour cela des thèmes « éternels » comme celui la lutte du berger contre le cultivateur ou celui de l’« auberge rouge ».

  • 13  André Berry descendrait aussi des Pic de la Mirandole. Labracherie (Pierre), La vie inimitable d’A (...)

41Celles-ci sont innombrables dans toutes les régions et localement la tradition orale en signale une à Labrit. Mais plus au nord, à Maillas, en 1813, le maire écrit au Procureur Impérial qu’ « on avait trouvé beaucoup d’os de corps humains et des cadavres entiers. Ceci a donné à croire au public, comme cette maison a toujours été une auberge où les voyageurs qui allaient à Bordeaux pour y faire des emplettes pour les foires d’octobre et de mars [...], qu’on aurait pu les assassiner13 ». La « dame de Z. » de Luë s’inscrit donc dans un premier mythe tout à fait commun. Deuxième conjonction plus spécifique avec la famille des Pic, la lutte des semis contre les pâturages qui a fait l’objet, surtout le long de la côte, de dizaines de procès. Il n’était pas rare que le bétail paisse dans les jeunes pins ou que le feu permette par la suite à la bonne herbe de pousser. La conjonction se fait plus précise quand elle juxtapose ces deux schémas sur un même lignage, leur donnant un contenu à la fois plus ample et plus circonstancié. Il ne s’agit plus seulement d’affaires localisées et ponctuelles mais d’inscrire les familles les plus considérables du pays dans un système historique et mythique.

42L’ultime aspect de ce processus, plus singulier encore, est la fabrication par cette Pic de la Mirandole de fausse monnaie. Cette activité se rattache ainsi aux grands mythes antérieurement décrits. Cette inscription dans l’imaginaire permet plusieurs ruptures.

43Première rupture : l’assassin est une femme alors que tant dans les mythes que dans la réalité, il s’agit d’hommes.

44Deuxième rupture : une femme s’occupe de monnaie alors qu’au XVIIIe siècle, celles-ci sont réputées incompétentes dans ce domaine ; tous les procès l’attestent.

45Troisième rupture : elle réalise ces crimes et transgressions tout en se situant parmi les familles les plus riches de l’époque et surtout, celles auxquelles se rattachent les plus réputées aujourd’hui.

46Ces ruptures répétées apparaissent particulièrement dans les différentes versions que j’utilise. On pourrait ajouter des versions actuelles plus brèves. En effet, une tradition familiale « secrète » conserve ce récit dans plusieurs maisons mais il convient de n’en rien dire aux « étrangers ». Mieux, l’une d’entre-elles conserve une fausse pièce réputée avoir été fabriquée par l’ancêtre, ce qui authentifie et le récit et l’appartenance de la famille aux Pic de la Mirandole. J’ai pu la photographier telle qu’on peut la voir mais à la condition de ne pas en divulguer l’origine. On comprendra qu’il n’est pas possible de trahir la confiance qui m’a été accordée à cette occasion.

  • 14  Caro Baroja (Julio), Ritos y mitos equivocos, Madrid, ed. Ismo, 1974, p. 155-214.

47Entre ces systèmes de protection et ces incohérences, cette affaire apparaît particulièrement complexe. Les écrans se juxtaposent, les contradictions s’accumulent, révélant un monde singulier. En effet, si dans les légendes familiales se rencontrent d’atroces crimes, ils résultent toujours d’erreurs : don Teodosco Goni n’assassine ses parents que trompé par le démon14. Dans notre cas, l’héroïne faussaire assassine des voyageurs toujours pour des raisons d’intérêt, et en conséquence il convient de ne pas révéler ses exploits aux étrangers.

48Il s’agit pourtant d’un des meilleurs moyens de valider l’authenticité d’un récit. Sa transmission ne peut en effet se faire que par une transgression que seule sa véracité peut justifier puisqu’il s’agit de crimes ignobles. Seule la vérité historique peut amener à noircir sa propre famille. Ainsi donc, le récit sert à établir sa parenté avec une famille illustre et la révélation d’un secret honteux constitue la preuve de la réalité du crime. Faux, il eût été caché et oublié. Et d’ailleurs, seuls les parents y ont accès.

49Cette discrétion ouvre la porte à toutes les originalités. Le bandit peut être une femme et ses exploits épouvantables. Ces aventures mettent en avant le caractère original, des comportements extraordinaires au sein d’une famille : le cas d’une femme s’occupant de monnaie par exemple et dont la ruse et l’énergie rejaillissent sur ses descendants.

Une femme faussaire

50Dans cette perspective, les exploits retracés ne doivent rien au hasard. Les crimes doivent être vraisemblables, et pour cela s’inscrire dans des cadres familiers. Par sa banalité, le mythe de l’auberge rouge rend l’aventure vraisemblable. En revanche, une femme bandit ne peut se concevoir qu’associée avec des thèmes plus rassurants, plus communs pour que soit validé ce comportement extraordinaire.

51Mais la question, essentielle pour nous, réside dans l’affaire de la fausse monnaie. Faut-il la comprendre comme un mécanisme commun ou suit-elle des schémas extraordinaires ? Même si, comme je l’ai signalé, les deux ordres doivent s’amalgamer pour que l’un valide l’autre, il semble bien que la fausse monnaie constitue un thème inhabituel.

52Pour confirmer ce statut, reprenons les diverses séquences de la version 1 :

531. le cadre ;

542. l’écoulement de la fausse monnaie ;

553. la fuite de la faussaire ;

564. les indices accusateurs ;

575. les assassinats de voyageurs ;

586. les frayeurs populaires et le fantôme.

59Les déplacements des personnages se font entre la maison de la faussaire et Bordeaux, entre le lointain et la maison, et pour les voyageurs, et pour la « Dame de Z. ». Elle explore et supprime les frontières sociales en utilisant dans le crime les services d’agents et son fantôme limite l’espace des vivants ; elle assassine les voyageurs, fait tuer ceux qui vont à Bordeaux et refuse la monnaie véritable en la contrefaisant. Mais surtout, seules les trois premières transgressions sont véritablement condamnées, la quatrième reste une activité bénigne, même si elle déclenche le déroulement du récit.

60Surtout, le passage des marges, des vivants vers le fantôme, de la monnaie à la fausse monnaie ne se fait que par la mort. Ce n’est que par elle que la fausse monnaie se transformait à Bordeaux en vraie monnaie ; de même, elle transforme la « dame de Z. » en fantôme. Encore plus systématiquement, la mort frappe tout ce que touche cette personne, des porteurs de fausse monnaie aux voyageurs. On comprend alors la « vague de frayeur (qui) a longtemps continué à régner sur ce qui fut le lieu de Z et sur ses entours » comme le dit Arnaudin. La mort relie ainsi les vivants et les morts mais aussi la monnaie et la fausse monnaie et leurs usagers.

61En définitive, et c’est ce qui nous importe, on voit où l’imaginaire local situe monnaie et fausse monnaie et en quelle compagnie. Les relations entre la monnaie et la mort sont suffisamment étroites dans les récits recueillis. On aura à examiner les relations qu’il convient d’avoir avec elles, toujours dans le cadre des discours et tels que les contes peuvent nous l’indiquer.

  • 15  Arnaudin (Félix), Contes populaires de la Grande Lande, Sabres, première série, 1977, p. 71.
  • 16  Big (Neil) et Traimond (Bernard), « Le carnaval dans la Lande et la Chalosse », Eidôlon, 1980, n°  (...)
  • 17  Lavaud (Patrick), « La "Halha de Nadau" dans le Bazadais », Cahiers du Bazadais, 2e trimestre 1988 (...)

62« Que au pas se moquera deus morts e los maillera as ahans deus vius » (Il ne faut pas se moquer des morts et les mêler aux affaires des vivants) conclut un conte recueilli par Arnaudin15. Cette nécessaire distance doit être maintenue et des rituels tels que le carnaval continuent à perpétuer et à réaffirmer cet impératif. S’il a parfois tendance à se transformer en spectacle, la quête des masques et les dons afférents se rencontrent encore, par exemple à Garein en 1990. Quand les jeunes masqués, incarnant l’au-delà, quêtent de maison en maison, leur complaisance est achetée par des dons qui contribuent à les renvoyer dans leur monde et donc à se protéger contre leurs éventuels méfaits16. Dans certaines formes rituelles, comme le « picahou », lors de l’Avent pour protéger le nouveau-né, des pièces de monnaie peuvent être jetées aux enfants qui quêtent17.

63Cette coutume se perpétue aujourd’hui encore dans quelques communes autour de Sorde l’Abbaye. Ces mécanismes révèlent des situations où la monnaie devient un instrument de relation avec l’au-delà. En premier lieu, il s’agit d’un domaine qu’il convient de maintenir à une certaine distance : en second lieu, la monnaie constitue l’instrument de ce nécessaire éloignement. Dans les deux cas, comme dans l’histoire de la « dame de Z. », la monnaie se trouve liée à la mort, ce qui montre bien qu’il faut l’utiliser sinon avec méfiance, du moins avec prudence. De plus, la fausse monnaie apparaît plutôt du côté de la vie, elle est plus humaine en ce sens qu’elle sert. Ce schéma peut constituer un premier modèle qui explique certaines pratiques monétaires locales.

  • 18  Arnaudin (Félix), Contes, éd. 1977, p. 73-75.

64Un autre conte recueilli par Arnaudin illustre ce mécanisme, « la pelhe arrecastade », la robe regrettée18. Une jeune servante meurt avant d’avoir suffisamment travaillé pour payer sa robe neuve. Elle revient donc sur terre continuer sa tâche ne pouvant aller au paradis avant d’avoir gagné le montant du prix de son vêtement. Là aussi, la mort constitue l’intermédiaire entre les vivants et l’au-delà mais aussi entre le travail et le vêtement donné :

  • 19  Il existe de multiples exemples dans les enquêtes effectuées en 1888 par les curés à la demande de (...)

65Dans les deux contes, la « Dame de Z » et la servante s’occupant de monnaie sont amenées à revenir sur terre, l’on voit le fantôme de la première à la fenêtre de sa maison et la seconde termine son travail. Les revenants et la mort ainsi structurellement associés à des paiements, organisent les relations à la monnaie ; ainsi, ils disparaissent souvent par le paiement de messes dites pour leurs âmes, encore au purgatoire19. La permanence de ce code permet de caractériser le contenu structurel d’une culture et les valeurs dont elle est porteuse ; dans les Landes, la monnaie s’associe selon ces mécanismes à la mort.

  • 20  Le Roy Ladurie (Emmanuel), L’argent, l’amour et la mort en pays d’Oc, Paris, Le Seuil, 1980.

66Il est vrai que la plupart des récits utilisés se retrouvent partout et que les contes évoqués n’ont rien d’original. Un schéma identique peut se construire avec le conte de la mort parrain sur lequel a travaillé Le Roy Ladurie et qu’Arnaudin a également recueilli20 : afin d’échapper à la misère, un pauvre accepte un don de la mort en échange de son âme et imagine des tromperies pour ne pas remplir son contrat.

67Pourtant, le récit de la femme faussaire prend une consistance particulière par ces descriptions d’événements présentés comme authentiques. Il ne promulgue pas une simple règle utile dans la vie quotidienne mais il pose les normes des relations avec la monnaie.

68Singulière morale qui s’appuie sur des exemples généralement répréhensibles, assassinats et fabrication de fausse monnaie pour préconiser, en même temps, une certaine attitude face à l’argent. Son utilisation s’accompagne d’un flot d’assassinats qui contribuent à l’associer à la mort. Aussi on ne peut comprendre la société landaise que si on examine les solutions qu’elle préconise devant les grandes questions posées par toute civilisation. Parmi celles-ci, les Landais associent curieusement la monnaie à la mort.

Haut de page

Bibliographie

Arnaudin (Félix), « Une branche des Pic de la Mirandole dans les Landes », Revue de Gascogne,1896. p. 259-267.

Choses de l’ancienne Grande Lande, Première série, Labouheyre, Paris, Bordeaux, s.d. (1919).

Contes populaires de la Grande Lande, Première série, Labouheyre – Bordeaux, 1977.

Barthes (Roland), Essais critiques, Paris, Le Seuil, 1964.

Big (Neil) et Traimond (Bernard), « Le carnaval dans la Lande et la Chalosse », Eidôlon, 1980, n° 13, p. 171-193.

Caro Baroja (Julio), Ritos y mitos equivocos, Madrid, ed.Ismo, 1974.

Labracherie (Pierre), La vie inimitable d’André Berry, trouvère gascon, Paris, Julliard, 1943.

Laurent (Donatien), « La gwerz de Louis de Ravallic, Enquête sur un crime de 1732 », Ar Men, février 1987, n° 7, p.16-35.

Lavaud (Patrick), « La “Halha de Nadau” dans le Bazadais », Cahiers du Bazadais, 2e trimestre 1988.

Le Roy Ladurie (Emmanuel), L’argent, l’amour et la mort en pays d’Oc, Paris, Le Seuil, 1980.

Lévi-Strauss (Claude), Le regard éloigné, Paris, Plon, 1983.

Nelli (René), La poésie occitane, Paris, Seghers, 1972.

Traimond (Bernard), Ethnologie historique des pratiques monétaires dans les Landes de Gascogne, thèse sous la direction de Maurice Agulhon, Paris 1, 1991.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Caro Baroja (Julio), Rito y mitos equivocos, Madrid, ED. Ismo, 1974, p. 155-214.

2  Arnaudin (Félix), « Une branche des Pic de la Mirandole dans les Landes », Revue de Gascogne, 1896, p. 259-267.

3  Félix Arnaudin (1844-1921) est en effet l’auteur de trois recueils imprimés en très peu d’exemplaires (les Contes populaires en 1887, les chants Populaires en 1912 et les Choses de l’Ancienne Grande Lande en 1921) et de nombreux manuscrits. Arnaudin (Félix), Choses de l’ancienne Grande Lande, Paris-Bordeaux, Labouheyre, Première série, sd (1919), p. 89-92. Arnaudin (Félix), Contes populaires de la Grande Lande, Labouheyre, première série, 1977, p. 217-219.

4  Les trois versions sont reproduites en annexe dans leur forme originale pour les deux versions en gascon mais avec une traduction française.

5  Laurent (Donatien), « La gwerz de Louis de Ravallic. Enquête sur un crime de 1732 », Ar Men, février 1987, n° 7, p. 16-35.

6  Barthes (Roland), Essais critiques, Paris, Le Seuil, 1964, p. 189.

7  Levi-Strauss (Claude), Le regard éloigné, Paris, Plon, 1983, p. 220.

8  Grâce à la publication d’une large partie des manuscrits d’Arnaudin par Jacques Boisgontier et Adrien Dupin commencée dès 1965, les œuvres complètes de cet auteur sont actuellement disponibles.

9  Arnaudin (Félix), « Une branche des Pic de la Mirandole dans les Landes », Revue de Gascogne, 1896, p. 259-267.

10  Archives Départementales  des Landes, 13 U 18.

11  Arnaudin (Félix), Contes populaires de la Grande Lande, 1977, op. cit, p. 71.

12  Ibid.

13  André Berry descendrait aussi des Pic de la Mirandole. Labracherie (Pierre), La vie inimitable d’André Berry, trouvère gascon, Paris, Julliard, 1943, p. 16-17.

14  Caro Baroja (Julio), Ritos y mitos equivocos, Madrid, ed. Ismo, 1974, p. 155-214.

15  Arnaudin (Félix), Contes populaires de la Grande Lande, Sabres, première série, 1977, p. 71.

16  Big (Neil) et Traimond (Bernard), « Le carnaval dans la Lande et la Chalosse », Eidôlon, 1980, n° 13, p. 171-193.

17  Lavaud (Patrick), « La "Halha de Nadau" dans le Bazadais », Cahiers du Bazadais, 2e trimestre 1988, p. 43-52.

18  Arnaudin (Félix), Contes, éd. 1977, p. 73-75.

19  Il existe de multiples exemples dans les enquêtes effectuées en 1888 par les curés à la demande de leur évêque. Archives Départementales des Landes, 16 J.

20  Le Roy Ladurie (Emmanuel), L’argent, l’amour et la mort en pays d’Oc, Paris, Le Seuil, 1980.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Traimond, « Une femme faussaire dans les Landes de Gascogne sous l’Ancien-Régime », Criminocorpus [En ligne], Figures de faux-monnayeurs du Moyen Âge à nos jours, Articles, mis en ligne le 13 février 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/1741

Haut de page

Auteur

Bernard Traimond

Professeur émérite d’anthropologie à l’université de Bordeaux II Victor Ségalen.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page