Navigation – Plan du site
Articles

Les condamnés de Nouvelle-Calédonie en Australie et en Nouvelle-Zélande

Pierre-Henri Zaidman

Entrées d’index

Mots-clés :

histoire du bagne

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

1On sait que l’Australie fut d’abord pour la Couronne britannique une terre de bagne, une gigantesque prison à ciel ouvert. Les premiers immigrants depuis 1788, date de l’arrivée du premier vaisseau de bagnards à Botany Bay jusqu’à la moitié du XIXe siècle furent essentiellement des déportés (droits communs, républicains irlandais, prostituées) accompagnés de l’encadrement militaire et de quelques gros colons ayant tout de suite compris l’intérêt de trouver une main-d’œuvre à bon marché. De 1778 à 1840, date de l’arrêt de la transportation en Nouvelle-Galles du Sud, 80 000 convicts ont été relégués dans toute l’Australie. En 1821, l’Australie compte 37 068 habitants : 16 030 émigrés volontaires et convicts émancipés dont 3 422 femmes, 13 814 convicts et 7 224 enfants. On estime qu’en 1841, trois habitants de la Nouvelle-Galles-du-Sud sur cinq avaient été déportés. En 1851, on en était encore à trois sur dix.

2Selon un auteur français, Blosseville, la Nouvelle-Calédonie est « destinée à devenir un poste maritime ou une colonie pénale, la Sydney de la France en Océanie »(1831). Cette installation à proximité non seulement d’une colonie d’une puissance mais en plus peuplée de prisonniers provoquent immédiatement les inquiétudes australiennes.

Le Sydney Morning Herald écrit le 3 novembre 1853 :

  • 1 Van Diemen’s Land est l’ancien nom de la Tasmanie.

« À peine nous sommes nous débarrassés de la colonisation pénale britannique que nous sommes menacés par la colonisation pénale française. Un ramassis de canailles parisiennes à quelques kilomètres d’un voyage facile près de nos côtes du nord apportera aussi peu de sécurité et de joie aux colons qu’un tas de parias similaires à Van Diemen’s Land 1. Cela ne devrait pas être autorisé ! »

3Aussi n’est-il pas paradoxal de constater à la fin du XIXe siècle, lorsque la colonie australienne devient pour les pouvoirs publics une collectivité « normale », une dissociation entre les sentiments de la population en grande partie issue de la colonisation pénitentiaire et la politique officielle à l’égard de l’installation à « proximité » d’un bagne en Nouvelle-Calédonie.

4La crainte des pouvoirs publics britanniques s’est évidemment accrue avec l’arrivée des 4 000 déportés de la Commune et va aller en augmentant.

5En 1886, le journaliste et écrivain Julian Thomas (John Stanley James connu également par ses articles signés le « vagabond ») écrit :

« Ici, sur l’île Nou, on sent que le danger ne réside pas seulement dans l’évasion des prisonniers (et pas mal se sont échappés et sont arrivés sur nos côtes), mais dans l’utilisation qu’on pourrait en faire en période de guerre. Avec un peu d’agitation, libérés et prisonniers pourraient être transformés en une force militaire, égale peut être à la notre. Dans le cours des hostilités, qu’est-ce qu’il y a de plus facile de les transporter par centaines et par milliers sur les points les plus proches de la côte australienne ? »

6À ces craintes vraies ou supposées, il faut ajouter les conflits résultant de la situation institutionnelle de l’Australie partagée entre les pouvoirs de ses États cherchant à s’autonomiser et qui sont confrontés à un centre londonien tout puissant.

L’arrivée des déportés de la Commune en Nouvelle-Calédonie

7Dès juin 1871, à peine la Semaine sanglante achevée, les autorités australiennes s’inquiètent de l’arrivée en masse des condamnés en Nouvelle-Calédonie. Une lettre du 8 juin 1871 de Georges Verdon, agent général pour l’État de Victoria du Colonial Office attire l’attention sur l’arrivée possible de 20 000 prisonniers susceptibles de s’échapper en masse et dont le premier objectif sera de parvenir en Australie et rappelle les mesures prises contre l’entrée de « criminals from Europe to the Australian Continent ». Plusieurs courriers sont échangés à destination des différentes autorités impliquées. Le chiffre estimé de prisonniers est cependant ramené à 5 ou 6 000 dans les courriers ultérieurs.

8Les autorités britanniques suivent de très près le transport et l’arrivée des Communards tout au long de l’année 1872.

Les premières mesures de grâce et de libération

9Le 16 août 1876, le consul de France en Nouvelle-Galles du Sud, G. Eugène Simon informe le Gouverneur du Queensland, Sir Hercule Robinson, que les Communards déportés en Nouvelle-Calédonie ont été autorisés à rédiger et signer une pétition pour obtenir la commutation de leur peine et que 600 signatures ont été recueillies. Il ajoute qu’en cas de grâce quelques déportés préféreront se rendre en Australie plutôt qu’en France et s’enquiert de l’attitude des différentes autorités de l’Australie : Nouvelle-Zélande, Australie du Sud, Victoria, Queensland et Tasmanie et du gouvernement britannique et demande les dispositions en vigueur permettant d’empêcher cette arrivée.

10Les intéressés ne semblent pas particulièrement préoccupés à cette époque.

11LeChief Secretaryd’Australie du Sud par exemple, indique qu’il existe un texte le « Law Convicts Prévention Act n° 9 of 1865 »et il se demande s’il doit être interprété pour protéger les réfugiés politiques qui viennent s’abriter sous le drapeau britannique ou au contraire pour les priver de liberté.

12Le ministère à Londres répond qu’aucune règle actuelle ne semble pouvoir faire face à une arrivée massive de ces immigrants mais qu’une action diplomatique et politique à l’égard des autorités françaises est possible et que les mesures nécessaires peuvent être prises rapidement.
Cependant, dans l’ensemble, les Australiens sont méfiants et ne souhaitent aucun bouleversement dans le Pacifique Sud.

13L’échange de correspondance entre autorités françaises et australiennes qui devait rester confidentiel selon le consul Simon, est rendu public en particulier par un article du Sydney Morning Herald du 17 août, ce qui provoque la protestation de Simon.

14La position des autorités australiennes est publiée au Journal Officiel du 29 août 1876 et l’administration de Nouméa est invitée à en informer les intéressés :

« Le Gouvernement a été averti par le Consul français résident à Sydney que les Autorités australiennes s’opposaient à l’arrivée des déportés graciés de la Nouvelle-Calédonie. Il croit devoir porter cette décision à la connaissance dut public, afin que les familles des déportés qui auraient eu la pensée d’adresser des secours en argent leur donnent une autre destination que celle des Colonies australiennes. »

Le 13 février 1877, le ministre des Affaires étrangères, le duc Decazes, écrit à Lord Lyons l’ambassadeur britannique en France en lui indiquant que :

« M. L’Amiral Fourichon (ministre de Colonies) est disposé à prendre toutes les précautions afin d’éviter autant qu’il dépendra de lui, les fuissements dont vous m’avez entretenus. D’après ce qu’il m’a écrit, il se proposerait de recommander aux autorités de la Nouvelle-Calédonie de veiller à ce que les individus dont il s’agit soient prévenus à l’avance des dispositions qu’ils sont exposés à rencontrer en Australie de manière à les détourner de se rendre dans ce pays. Il est naturellement impossible d’user de mesures de coercition pour déterminer des personnes devenues libres de leurs mouvements à prendre une direction autre que celle qui leur convient, mais du moins les autorités Coloniales Françaises s’abstiendront soigneusement de faciliter aux individus visés par votre communication des embarquements qui les conduiraient dans les ports australiens. »

15Le 16 août 1877, le consul Simon demande à Sir Robinson s’il y a des raisons qui s’opposent à ce que cinq condamnés de droit commun « de bonne conduite »et ayant purgé leur peine puissent entrer en Nouvelle-Galles-du-Sud : Amer, Dubois, Peloux, Pottier et Tonquard. Une demande du même type est faite pour un autre droit commun libéré et vingt communards graciés. La réponse dans les deux cas est fortement négative:

« Are very unwilling that persons of this class should be permitted to come to this colony. »

16Le successeur de Simon, le comte de Castelnau, réagit très vivement en écrivant à Sir Robinson, le 31 janvier 1878, que les anciens déportés désirant se rendre à Sydney ne sont pas pour la plupart des criminels mais des opposants politiques qui pendant leur détention en Nouvelle-Calédonie se sont toujours comportés correctement et qu’en comparaison, on ne peut en dire autant de bon nombre de mineurs australiens débarquant à Nouméa.

17Les autorités australiennes sont plutôt embarrassées par la réponse et demandent des précisions supplémentaires à leur autorité de tutelle qui maintient une position ferme et hostile à l’entrée des anciens déportés, en rejetant le parallèle soulevé par les Français :

18« Les mineurs sont peut être des ivrognes et cause de troubles et de dépenses pour la Colonie mais ce ne sont pas des criminels et ils n’ont jusqu’à présent enfreint aucune loi. »

19Cette position de principe des autorités australiennes et britanniques est réitérée à plusieurs reprises mais l’administration française essaie de faire comprendre la sienne. Le gouverneur de Nouvelle-Calédonie, Olry, écrit le 27 octobre 1878 :

« Il est très exact que les courriers emportent de Nouméa un certain nombre de ces individus qui quittent le pays à leurs frais pour aller chercher fortune ailleurs. C’est une situation à laquelle il ne m’est pas possible de porter remède. Le libéré que je suis tenu de surveiller pendant son séjour dans la colonie est absolument libre de s’en aller où bon lui semble, et je n’ai nullement le droit de l’empêcher. Donc ce qui peut être fait et j’y tiens la main, c’est de ne pas favoriser son départ. Je vais plus loin - les autorisations de quitter la Colonie ne sont accordées qu’à ceux dont la conduite a été bonne depuis l’expiration de leur peine. »

20Une demande particulière est faite pour un droit commun libéré, Kwiatozinski, dont la femme et les trois enfants sont arrivés à Sydney et qui ont « absolument besoin de la présence du père de famille. »La demande est exceptionnellement acceptée.

21L’arrivée de libérés ou graciés va alors en s’accélérant et par exemple le 10 septembre 1878, dix-neuf « Français » dont une femme demandent un titre de transport gratuit à l’inspecteur général de la police, Edmond Fosbery pour aller chercher un emploi à Orange à 250 kilomètres de Sydney, à la construction de la ligne de chemin de fer. Fosbury refuse et demande des ordres à ses supérieurs. Parmi eux, il y avait quatre droits communs libérés : Durand, Hamakers, Morazzani et Velope et quatre déportés de la Commune : Leclercq, Helgorski, Dulong et Brisorgueil. Ils sont appuyés dans leur démarche par une lettre du consul, Castelnau (voir Annexe 1).

22Le 29 novembre 1878 le consul général suppléant Forest demande de nouveaux titres de transport pour un groupe de huit hommes sans ressources. Il indique :

« Cela fait un total d’environ cinquante Français qui ont sollicité des titres et je crois que la majorité d’entre eux étaient d’anciens prisonniers. »

Le 4 décembre 1878, le secrétaire aux Colonies, Michael Fitzpatrick, fait savoir sur un ton désabusé au gouverneur Robinson :

« Il m’apparaît clairement que nous n’obtiendrons pas satisfaction de la part des autorités françaises que ce soit ici ou en Nouvelle-Calédonie. [...] Le nombre de libérés augmente considérablement et il y a bien des raisons pour penser que certains d’eux font partie des criminels de la pire espèce. [... ] Ce n’est ni juste ni raisonnable que cette Colonie, qui a fini par se libérer elle-même de l’immigration des criminels britanniques devienne contre sa volonté le déversoir de la lie française. »

La seconde vague

23À partir de 1879, une seconde vague de libérés, d’amnistiés, de droits communs ou Communards (« criminals or communists »),arrive dans les ports australiens et néo-zélandais.

24Le 10 mars 1879, la police arrête pour « unnatural offence », Étienne Lafage, ancien condamné à 10 ans de détention pour « bestiality »etsa femme condamnée à perpétuité pour trafic de nourrisson. Le couple est en Nouvelle-Galles-du-Sud depuis 7 mois. Lafage est condamné par le juge Manning qui déclare qu’il considère comme « un devoir de prévenir la population du danger auquel est exposé la communauté par la liberté inconditionnelle accordée aux libérés de Nouvelle-Calédonie. » Il attire l’attention du gouvernement sur la « nécessité de prendre des mesures préventives pour empêcher l’afflux de personnes si indésirables. »

25Quinze jours après, un autre droit commun, Félix Schoeffel est arrêté pour vol de 3 £ 2 sh et 6 p, une bouteille de brandy et une paire de bottes, il avait déjà fait l’objet de deux arrestations pour ivresse.

  • 2 Il y a incertitude le concernant car c’est peut-être un Communard amnistié, Verteuil.

26Le 25 avril, deux droits communs, Duval et Vettel 2 sont arrêtés pour vol d’une importante quantité de vêtements mais ils sont relâchés faute de comparution de leur accusateur.

27Quelques jours plus tard, Duval est de nouveau arrêté cette fois en compagnie de Bourg pour vol d’un portemanteau comportant des vêtements et Bourg, pour vol de 25 sh au bar de l’hôtel Globe à Sydney. Les deux hommes sont réputés être les « plus dangereux criminels que nous ayons provenant de Nouvelle-Calédonie ». Duval est condamné à 6 mois de prison.

28En mai 1879, Pierre Gehsening, arrivé en Australie 3 jours après la levée de sa peine, est arrêté, après avoir menacé un policier avec un couteau, pour vol de deux morceaux de pain, d’une boîte de sardines, d’une paire de bottes et de trois fers à repasser à la gare de Homebush dans la banlieue de Sydney. Il a été remarqué dès son arrivée parce qu’il mendiait et essayait d’obtenir de la nourriture par la force.

29Le 20 mai, vingt Communards débarquent du City of Melbourne accueillis par d’autres anciens déportés. La police soupçonne l’existence d’un réseau de soutien entre ce groupe et les prisonniers de Nouvelle-Calédonie, peut-être avec l’aide de marins.

30Le 23 mai, Fosbery informe le secrétaire aux Colonies de l’arrivée de 51 anciens détenus politiques sans ressources et dépendant de l’aide du consulat français. Les autorités françaises assurent que ces hommes ont un comportement correct en dépit des idées politiques qui les ont conduits en déportation. Selon Fosbery, des affiches auraient été apposées à Nouméa par le gouvernement local informant les prisonniers libérés que des salaires élevés pouvaient être perçus à Sydney, 8 schillings par jour pour un travailleur agricole et 20 pour un ouvrier mécanicien.

31Le 9 juin, neuf anciens Communards : Bernaert, Biaise, Bruylants, Chambois, Coutable, Glenry ( ?), Le Fouyre ( ?), Menu, Passeraud et Rouyer, demandent de l’argent et de la nourriture dans un poste de police de Sydney. Le chef de la police, le superintendant Georges Read, diffuse une circulaire pour qu’une aide et un abri leur soient donnés et demande des instructions à ses supérieurs pour faire face à des cas similaires.

32Le 22 juin, une bagarre oppose deux anciens Communards, Barre et Rapinker, arrivés en mars 1879 à Sydney, et qui ont trouvé rapidement du travail dans le secteur du bâtiment.

L’affaire du Griffin

33Le 17 février 1880, débarquent à Manukau Harbourg dans le nord de la Nouvelle-Zélande par un transport de 45 tonnes, Le Griffin, après un voyage de cauchemar, 23 « pardoned communists and criminals ».

34Les documents néo-zélandais mentionnent vingt-trois personnes, à savoir : onze communards, neuf droits communs, un enfant et deux femmes. Une lettre du 13 janvier 1880 du commandant militaire de Nouvelle-Calédonie à l’Agent consulaire à Auckland, D. B. Cruickhank, indique comme ayant embarqué, un douzième Communard, et les deux filles de 16 et 1 ans du passager Caillau. Un rapport du chef de la police d’Auckland, J. Bell Thomson, du 21 février mentionne un passager clandestin (voir Annexe 5).

35Les passagers ont voyagé sur le transport américain le Griffin, arrivé à Nouméa le 4 janvier 1880 venant d’Auckland en 12 jours et reparti de Nouméa le 16 janvier. Il appartient à William Bishop et son capitaine est John Adam Beswick. Le transport semble avoir été négocié entre Bishop, le commissionnaire Manning et les autorités françaises. Le consul britannique à Nouméa en a été informé. Le prix du transport des communards de 5 £ par passager a été payé par l’administration française au moyen d’un Bon du Trésor escompté comptant par le commissionnaire sans remise d’aucun autre document. À cette occasion, ce dernier a simplement dressé une liste des passagers. Les droits communs libérés ont eux-mêmes payé leur voyage. L’approvisionnement était prévu pour 10 jours, mais le navire a dû affronter des vents contraires et une tempête, et les vivres furent rapidement épuisés malgré un ravitaillement en cours de route pour un voyage qui allait durer un mois.

36Contrairement aux autres autorités australiennes, l’administration néo-zélandaise ne semble pas a priori hostile aux arrivants. La réprobation vise d’abord la France qui a organisé le transport.

37La première interrogation des autorités néo-zélandaises porte sur la situation pénale et administrative des passagers, aucun document ne leur ayant été fourni excepté la liste indiquée ci-dessus des Communards embarqués. Ces derniers sont amnistiés et les droits communs, la majorité d’entre eux étant d’anciens militaires ayant subi des condamnations de moins de sept ans d’emprisonnement pour des atteintes à la discipline, ont purgé leur peine après une mise à l’épreuve de deux ans à Nouméa ou dans ses environs.

38Un échange de courrier diplomatique permet de renseigner les Néo-Zélandais. La police diligente ensuite une enquête de routine.

39Plusieurs documents mentionnent une attitude « d’indignation »de la population et le maire d’Auckland au nom de ses administrés proteste officiellement. Le Auckland Evening Star fait sa une sur « The French Invasion »et le New Zealand Herald, « French Communists and Convicts Landed ». Les deux journaux expriment leur « indignation »contre les autorités françaises « qui remplissent notre colonie avec le rebut de leur bagne » etréclament l’expulsion immédiate.

40Les arrivants sont accueillis avec joie par d’anciens Communards arrivés d’Angleterre plusieurs mois auparavant, en particulier, Ferdinand Pelzer, ancien sergent-major au 24le bataillon fédéré, condamné à 10 ans de bannissement en 1872 et amnistié en 1879.

41Ils commencent à chercher du travail et six d’entre eux se rendent à Whangarei et Dargaville, tout au nord, par bateau pour s’embaucher dans les mines, dans les plantations de gommiers ou dans leurs métiers respectifs. Deux droits communs, Leca et Graignier s’établissent comme pionniers à Poroti où un lieu-dit s’appelle encore « Frenchman’ Gully ».

42Ceux qui décident de rester comme les Communards, Caillau ou Villeval, fondent plusieurs cercles culturels et même des journaux dont le premier journal musical du pays, le New-Zealand Muse. Mais tous ne le font pas et repartent pour l’Australie, la métropole, voire la Nouvelle-Calédonie comme par exemple, Claude Quivrogne qui décède à Nouméa en 1887.

43Le 15 avril 1880 le secrétaire aux Colonies de Wellington, John Hall, annonce l’arrivée d’un second bateau à Auckland transportant un certain nombre de Communards amnistiés et de droits communs en fin de peine.

44Le Sovereign of the Seas parti de Nouméa le 5 mars, arrive à Auckland le 27 mars avec à son bord deux Communards libérés et sept droits communs. Ils ont, d’après la presse, réglé eux-mêmes leur billet de transport auprès des bureaux de Gilles and Co à Nouméa. D’autres arrivées sont régulièrement mentionnées, par exemple, celle du Marian parti de Nouméa avec vingt et un passagers « probablement Communards » mais l’information est démentie car il s’agit de travailleurs engagés pour la récolte du Guano à Huon Island.

Les évasions et l’interprétation du traité d’extradition

  • 3 Rapport du chef de la 1ère division coloniale au sous-secrétaire d’État du 15 janvier 1889 (Notice (...)

45Le rêve de tout prisonnier est évidemment l’évasion. Les évasions ou tentatives du bagne de Nouvelle-Calédonie furent très nombreuses. En janvier 1872, le ministre des Affaires étrangères indique que « jusqu’à présent trois évasions seulement ont été accomplies avec succès ». Entre décembre 1872 et 1876, on compte 36 évadés ou disparus. En 1884, l’administration estime à 381 le nombre d’évadés définitifs depuis les débuts de l’arrivée des condamnés en 1864 3, 247 évadés sont présumés être arrivés en Australie depuis moins de 10 ans. En 1891, on estime à 57, les évadés arrêtés depuis moins de 5 ans au Queensland (54 furent remis aux autorités françaises, un périt noyé, les deux autres furent condamnés pour des infractions commises en Australie). De 1866 aux derniers jours du bagne, le 1er août 1913, un état complet de l’administration pénitentiaire conclut à l’évasion totale de 570 hommes. À ce chiffre s’ajoute celui de 97 relégués évadés depuis leur arrivée en 1889 soit 675 hommes qui n’ont pas été repris, sans que l’on sache combien sont morts et combien ont réussi.

46Plusieurs arrêtés locaux, 12 mars 1870, 23 décembre 1882, 5 juillet 1884 et 20 juillet 1885, notamment organisent la prévention et la répression de l’évasion en instituant une « prime de capture » à réclamer dans un délai de 6 mois : 10 fr. dans l’enceinte du pénitencier, 20 fr., en mer, et dans la rade, 50 fr., en dehors de la rade.

47Les condamnés sont aussi poussés à participer aux captures de leurs camarades de captivité en percevant une espèce de gratification équivalente mais bien vite l’administration doit renoncer à leur concours car, pour se faire de l’argent, ils mettent au point des « évasions » dont personne n’arrive à établir la réalité matérielle !

On peut envisager quatre lieux de destination pour les postulants à la « belle ».

  • 4 « Les administrations australiennes ont manifesté une certaine répugnance à consentir à l’extraditi (...)

48L’Australie est de par sa situation géographique le premier lieu de destination des évasions qui sont la conséquence inéluctable de tout enfermement carcéral et le rêve pour tout prisonnier, 1960 kilomètres en effet séparent la Nouvelle-Calédonie des côtes du Queensland et on peut envisager avec une bonne embarcation filant à quatre ou cinq nœuds que le parcours se fasse en une dizaine de jours (quatre ou cinq jours en navire à vapeur). Les évadés pensent y recevoir un accueil plus ou moins favorable et d’une façon générale, on peut remarquer que les autorités australiennes, au moins dans les premières années ont des difficultés à comprendre la situation juridique des évadés (condamnés, libérés, libérés avec obligation de résidence…) 4. 127 bagnards seulement réussiront à y parvenir. Beaucoup y laisseront leur vie.

49Le second lieu que peuvent espérer atteindre les candidats, sont les Nouvelles-Hébrides, distantes de 600 kilomètres. Mais l’accueil est sûrement moins agréable, car les habitants sont réputés parmi les déportés être anthropophages et les tentatives furent rares.

50Il y eut quelques évasions vers la lointaine Nouvelle-Guinée mais la réputation qu’on lui prêtait d’être une terre de cannibales n’était pas très encourageante non plus.

51La quatrième solution pour les postulants à la liberté est de se réfugier à l’intérieur du territoire et d’attendre une occasion pour partir. Mais les chances de succès sont pratiquement nulles, les kanaks sont très hostiles aux condamnés et aux « Blancs » en général et ne manquent pas de rattraper les évadés alléchés par les primes offertes par les autorités pour la capture des fuyards. Après chaque évasion, les tribus qui avoisinent le pénitencier sont prévenues et souvent se mettent en chasse. De plus l’administration pénitentiaire organise une « police indigène » de 150 à 200 hommes cantonnés à Montravel, Magenta et à l’île Nou chargés de ramener les évadés contre paiement de la prime de capture.

52Si la motivation des droits communs à s’évader est évidente, celle des Communards est plus complexe. D’abord leur peine n’est pas la même : déportation simple, déportation en enceinte fortifiée et travaux forcés et seule la situation terrible de ces derniers est assez forte pour les y inciter. Ensuite leur état d’esprit est différent. Beaucoup sont des militants politiques dont les actes sont réfléchis et discutés collectivement, l’évasion n’est pas considérée alors comme une action militante. D’autres, adoptent trois attitudes selon la classification opérée par l’historienne Alice Bullard : l’oisiveté, la mélancolie et le travail. C’est pourquoi s’il y eut des évasions de Communards elles furent somme toutes assez rares.

53Le problème des évasions des déportés de la Commune est envisagé dès 1871 par les autorités australiennes mais fortement sous-estimé, les services du Premier ministre écrivent à Georges Verdon, agent général pour l’État de Victoria du Colonial Office, le 13 juillet 1871 :

« Lord Kimberley fait aussi remarquer que la distance entre la Nouvelle-Calédonie et l’Australie même pour le Queensland, est telle qu’il est, raisonnable de penser qu’aucun trouble sérieux ne se produira pour les Colonies d’Australie du fait de l’arrivée de nouveaux prisonnier [...] Le contrôle rigoureux et la surveillance exercée sur les prisonniers rendent les évasions très difficiles. »

54Plusieurs courriers font cependant état des démarches entreprises envers les autorités françaises pour les prévenir.

Le 9 janvier 1872, le ministre des affaires étrangères, Remusat, indique à l’ambassadeur Lord Lyons qu’il a été recommandé :

« Aux autorités de notre colonie pénitentiaire d’exercer, au point de vue qui nous était signalé, une surveillance particulière. Les précédents sont d’ailleurs de nature à donner pleine confiance à l’efficacité des dispositions générales édictées à l’égard des condamnés car, depuis l’origine de la transportation à la Nouvelle-Calédonie, trois évasions seulement ont été accomplis avec succès. »

55La plus retentissante évasion est celle réalisée par Henri Rochefort et ses quatre compagnons, Olivier Pain, Achille Ballière, Paschal Grousset et Charles Granthille arrivés à Newcastle à bord du P.C.E., le 27 mars 1874.

56Ce n’est pourtant pas la première évasion des condamnés de la Commune. Le premier Communard évadé semble avoir été Jules Deslandes, tourneur-repousseur, 27 ans en 1871, arrivé en Nouvelle-Calédonie le 2 novembre 1872 par La Guerrière qui réussit le 9 novembre 1873 à se dissimuler clandestinement sur Le Fénelon en partance pour l’Europe et à sauter à l’escale de Suez.

57Au fur et à mesure, les évasions de Communards et de droits communs, vont se multiplier. Le 7 janvier 1874, s’évade Paul Robin, peintre en bâtiment, 33 ans en 1871, arrivé en Nouvelle-Calédonie par La Guerrière, le 2 novembre 1872, son sort est inconnu. Le 27 janvier 1874, deux évadés voyageant à bord d’une petite embarcation sont recueillis mourants de faim par le Violet commandé par le capitaine Dwyer et arrivent à Rockhampton le 7 février 1874. Ils déclarent s’être évadés de Nouvelle-Calédonie 13 jours auparavant, être marins et avoir acheté l’embarcation pour 3 000 fr. Le 23 mai 1874, un condamné François Coutouly, agent d’affaires et marchand de vin, 34 ans en 1871, arrivé en Nouvelle-Calédonie le 9 février 1873 par Le Var, s’évade sur la goélette qui emmenait le gouverneur de la Richerie en Australie. Le 20 janvier 1875, Ernest Harenger, cordonnier, ancien militaire ayant participé à la campagne du Mexique, condamné en 1867 à 4 mois de prison pour coups volontaires, 33 ans en 1871, arrivé en Nouvelle-Calédonie, le 28 septembre 1873 par Le Calvados, se noie au cours d’une tentative d’évasion. Le 11 mars 1875, le Dr Rastoul ancien membre de la Commune et dix-huit déportés tentent de s’évader à bord de deux chaloupes hâtivement construites avec du mauvais bois, ils coulent après s’être écrasés sur les récifs de l’île d’Ouen. Le 20 juin 1875, cinq déportés réussissent une autre évasion : Paty, Decombes, Brissard, Graillot et Rousseau. Ils arrivent à Wide Bay près de Maryborough. Le 9 novembre 1875, des droits communs, Fabret, Jevin, Siblane, Martin et Barrely s’évadent à bord d’une « très belle embarcation » et atteignent l’Australie au bout de 12 jours.

58Ces évasions sont directement à l’origine du traité d’extradition du 14 août 1876 entre l’Angleterre, dont les autorités et la population sont excédées, et la France, soucieuse de maintenir des relations apaisées avec son voisin d’outre-Manche pour compenser le déséquilibre résultant de la défaite et le poids grandissant de l’Allemagne dans les relations internationales.

59Mais l’application du traité à la situation du Pacifique Sud devient la cause d’un nouveau conflit entre les autorités françaises et australiennes.

60Le 8 mars 1879, onze condamnés qualifiés de « voleurs et d’assassins »échappés de Terabana le 15 février arrivent à Brisbane au Queensland et ne peuvent être arrêtés en raison de l’absence du consul. D’après le rapport de l’inspecteur Armit, quatre ont fini leur peine pour crimes, un a refusé de dévoiler sa condamnation et les six autres ont indiqué avoir été condamnés pour vol et violence. Six partent alors pour la Nouvelle-Galles-du-Sud dont François Colonna, « an escaped criminal »,qui tente d’ouvrir une boutique de coiffeur et de perruquier avec le produit de ses vols et dont le consul demande l’extradition. Un débat juridique s’engage alors entre les Australiens et les Français sur l’interprétation de l’article 16 du traité pour déterminer qui avait le pouvoir entre le consul ou le gouverneur de Nouvelle-Calédonie pour demander l’extradition.

Des mesures provisoires

61Dans l’attente de précisions tant de Londres que de la France, et pour faire face à l’urgence, on utilise des mesures provisoires. Plusieurs condamnations sont prononcées sur le fondement de la loi sur la mendicité (Vagrant Act).

62Le 1er décembre 1880, Grolet, Victor, Laborer, Castillon, Lofoute, et Valera débarquent à Inskip Pointsur Fraser Island. Ils se sont évadés le 6 novembre en volant une embarcation appartenant à un dénommé Mizier et en s’étant confectionné une voile avec une toile volée et des rames avec du bois ramassé.

63S’étant fait connaître, ils sont amenés devant le juge de Maryborough qui les condamne en attendant que le consul de France produise les papiers nécessaires à leur extradition. Ils déclarent à la presse vouloir trouver asile en Angleterre.

64Pour la même raison, Doucet, Leca, Blaise Taillepied et Catteau arrivés à Stradbroke Island en février 1881, sont condamnés à 6 mois de prison malgré leur protestation et expédiés Saint-Hélène avant qu’il ne soit statué sur leur situation. Ils reviennent en Australie en avril pour être identifiés par les autorités pénitentiaires à l’exception de l’un d’entre eux qui s’est à nouveau évadé !

Le durcissement de la législation australienne

65Devant les difficultés d’interprétation soulevées, la Nouvelle-Galles-du-Sud et le Queensland promulguent leur propre législation pour combattre l’immigration française : « A Bill to make provision against the influx of certain Foreign Criminals into New South Wales » et « A Bill to prevent thé Influx offoreign and other Criminals into Queensland (The Criminal expulsion Act of 1879) ».

66Par exemple, il est exigé des immigrants en Nouvelle-Galles-du-Sud qu’ils produisent une attestation de leur consulat avant de débarquer et les capitaines des vaisseaux encourent une amende de 100 livres s’ils permettent l’entrée de criminels dans la colonie.

67La législation du Queensland est plus dure puisqu’elle autorise l’arrestation de toute personne condamnée à une peine d’emprisonnement ou de transportation par les autorités judiciaires étrangères depuis moins de trois ans.

68En 1881, le Queensland adopte une nouvelle législation encore plus répressive : « Criminals Expulsion Bill »,autorisant la déportation des « persons illegaly at large »y compris les prisonniers amnistiés ou libérés.

69Cette dernière suscite cependant la réticence de quelques députés comme par exemple, Samuel W. Griffith qui conteste la disposition plaçant en situation d’illégalité toute personne ayant subi une condamnation pour déportation ou un emprisonnement dans un État étranger dans les trois ans qui suivent l’expiration de la peine. Cela inclut selon lui tous les anciens Communards ayant été condamnés :

« Certains des Communards envoyés en Nouvelle-Calédonie sont des gens respectables. Dans toutes les époques troublées de ce genre, beaucoup d’innocents sont victimes de leurs convictions. De ce qu’il a pu savoir de ce qui s’est passé en France après la guerre Franco-Prussienne, beaucoup de gens furent traités de Communards pour des motifs incroyables, comme de porter un chapeau rouge, ou pour ne pas avoir fermé leur porte quand des Communards passaient devant chez eux. Des pauvres gens de cette espèce ont été envoyés en Nouvelle-Calédonie et ont subi leur peine et ils ne devraient pas être traitée en criminels lorsqu ’ils arrivent au Queensland dans les trois qui suit l’expiration de leur peine. »

70Finalement, le Bill est rejeté par le Gouvernement britannique sans que le problème des évadés soit réglé pour autant.

Les évasions continuent…

71Début 1881, quatre évadés en haillons arrivent à Somerset à quelques kilomètres au sud du cap York. Ils sont accueillis par une famille d’agriculteurs, les Jardine. Ils sont conduits à Brisbane et extradés.

72En novembre 1881, les autorités australiennes refusent d’arrêter trois évadés en raison de la difficulté d’interpréter l’article 16. Il semble qu’ils le seront par la suite avec cinq autres évadés arrivés début 1881.

73Le 11 novembre 1881, huit hommes débarquent près des hangars de la scierie de James Duke située sur Fraser Island, au nord de Brisbane : Maury, Deschanel, Guillemard, Legrin, Bonfils, Savary, Onegaine et Balbi. Après les avoir nourris, Duke les conduit à Mayborough où ils sont emprisonnés et racontent qu’ils se sont échappés de Nouméa dans la nuit du 29 octobre à bord d’une chaloupe volée de 14 mètres. Ils sont conduits à Brisbane et passent en jugement pour entrée illégale sur le territoire australien. Ils bénéficient de l’assistance d’un avocat assez connu, Swanwick qui les défend courageusement. Ils sont finalement remis en liberté mais arrêtés à nouveau à leur sortie du tribunal par le chef de la police, Anderson. L’arrestation, donne lieu à une bagarre mouvementée, Anderson et un policier sont blessés, un autre policier sort son revolver et tire au plafond. Ils repassent en jugement et sont extradés.

74En janvier 1883, onze individus supposés être des forçats évadés sont arrêtés et écroués à Brisbane. Huit sont reconnus mais trois dont Siblanc et Labonne « placés au milieu d’un groupe » ne peuvent l’être par les surveillants envoyés de Nouvelle-Calédonie et ils sont relâchés.

75En 1883, cinq évadés dont Lefroy et Pierre, arrivent épuisés à Langham à 150 kilomètres au nord de Rockhampton, pratiquement sans vivres. Ils sont recueillis par une famille d’agriculteurs, les Collins. Ils finissent par être extradés.

76Le 11 décembre 1883, onze déportés s’emparent d’un cotre et font voile vers l’Australie, emmenant avec eux le capitaine prisonnier.

77En avril 1888, deux évadés, Cury, âgé de 45 ans environ, condamné pour banqueroute frauduleuse et Gasperini, condamné à 8 ans de travaux forcés pour vol par la Cour d’assises du Var le 11 mai 1883, s’évadent à bord d’un petit bateau de pêche de 6 mètres, ils sont recueillis par un navire australien Le Howard et débarqués à Helensville en Nouvelle-Zélande ; ils sont arrêtés le 23 avril par le policier Walker dans une maison inoccupée près de Kingsland à quelques kilomètres d’Auckland et jugés en présence des autorités consulaires françaises et assistés par un avocat, Chapman. L’extradition est refusée pour Cury, car la condamnation pour banqueroute frauduleuse n’entre pas dans le champ d’application du traité d’extradition de 1876 et admise pour Gasperini.

78Le 25 août 1889, un bagnard évadé, Lansque, condamné aux travaux forcés à perpétuité, fait l’objet d’une mesure d’expulsion ordonnée par la Cour d’extradition de Sydney. Arrivé au Queensland début 1889 avec plusieurs évadés à bord d’une petite embarcation construite avec des matériaux dérobés, il a déjà tenté par trois fois de s’évader. Lansque et ses compagnons se dissimulent et voyagent de nuit discrètement jusqu’à Brisbane où ils volent de l’argent et des vêtements. Ils s’embarquent ensuite pour Sydney où ils se séparent. Lansque reprend son « métier » de cambrioleur et est arrêté après avoir pénétré par effraction par la fenêtre d’un hôtel. Il réussit à s’évader de la prison de Darlinhurst mais est aussitôt repris. Lorsqu’il apprend son extradition, il déclare : « Eh bien je reviendrai en Australie ! J’ai encore 45 ans à faire à Nouméa, et je peux rajouter 45 ans pour mon évasion mais je reviendrai ! Alors adieu messieurs ! »

… Le différend entre les autorités des deux pays aussi

79Les plaintes des Australiens auprès de Londres se multiplient, les Français étant accusés de mauvaise foi, de négligence et d’incompétence.

80Devant ces interpellations, le Gouvernement français commence à prendre conscience du problème et envisage des solutions successives.

81Pour commencer, le ministre des Affaires étrangères invite les autorités de Nouvelle-Calédonie à demander l’extradition :

« si incertain que puisse être le résultat de semblables procédures en raison des exigences manifestées par les autorités britanniques de ces colonies pour accorder l’extradition. »

82En réponse, le gouverneur Pallu de la Barrière, indique qu’il enverra mensuellement au consuls les renseignements nécéssaires et qu’en retour ce dernier lui renverra les « photographies de tous les individus arrêtés en Australie et que l’on suppose être des transportés. Au moyen de ces photographies, les surveillants constateraient l’identité et notre consul pourrait au moyen de ce dernier et de l’extrait de matricule demander l’extradition. »

  • 5 « Tout condamné à temps qui, à dater de son embarquement, se sera rendu coupable d’évasion, sera pu (...)

83Pour mettre fin au conflit et déterminer de manière satisfaisante la situation des évadés dont la qualité juridique se heurte au vide du traité d’extradition, une dépêche n° 1018 du ministère de la Justice du 11 février 1884 propose de faire condamner par contumace les évadés pour infraction d’évasion selon les dispositions de l’article 7 de la loi du 30 mai 1854 5.

84Dans une dépêche du 27 juin 1884, Jules Ferry rappelle que« l’évasion n’est pas prévue dans la convention d’extradition » et il propose d’étendre aux évadés le système de la « reconduite officieuse »appliquée aux libérés réfugiés dans les colonies étrangères.

85En 1889, le nouvel ambassadeur britannique à Paris, Lord Bulwer-Lytton dans une lettre du 9 janvier estime que les difficultés ne sont pas réglées et que deux problèmes subsistent:

« 1° la constatation de l’identité des fugitifs 2° la démonstration par des preuves convenables des particularités du crime et de la culpabilité. »

Les Australiens et la loi de relégation du 27 mai 1885

86La loi de relégation du 27 mai 1885 décide l’envoi en Guyane et en Nouvelle-Calédonie, des récidivistes et coupables de diverses infractions (deux condamnations criminelles, ou une condamnation pour escroquerie, vol abus de confiance, vagabondage ou mendicité, etc.) commises pendant un certain laps de temps.

87C’est un moyen de débarrasser à bon compte la métropole des petits délinquants de la classe dangereuse, ayant déjà purgé leurs peines dans les prisons françaises. En plus, on les sépare des autres prisonniers et ils ont comme seule interdiction, celle de retourner en France.

88Les autorités australiennes protestent vivement contre le projet de loi, l’ambassadeur à Paris, Lord Lyons écrit à Lord Rosebery le 12 juillet 1886 :

« J’ai rappelé au Ministre de Freycinet l’importance du problème de la transportation des criminels dans le Pacifique sud que j’ai souvent indiquée aux autorités françaises. J’ai souligné que le ressentiment sur cette question dans les Colonies britanniques était aussi intense qu’auparavant et qu’aucun changement n’était intervenu dans les réticences du Gouvernement de Sa Majesté à la déportation dans le Pacifique Sud. »

89Le gouverneur de Victoria propose aux autres gouverneurs d’envoyer une énergique protestation au Gouvernement français en affirmant « qu’il fallait de toute urgence empêcher que la colonie ne devienne le refuge des pires criminels français ». Mais la réaction n’est pas unanime, certains estimant comme le gouverneur du Queensland, que la démarche ne débouchera pas et qu’il faut plutôt se préparer à prendre les mesures législatives nécessaires.

90Dans le Brisbane Courier du 16 décembre 1884, C. E. Howard Vincent, un ancien haut responsable de la police britannique, écrit :

« Le projet sur la relégation a probablement été élaboré pour prouver que quelque chose est fait pour éliminer du territoire français des éléments subversifs qui de temps en temps le mine sans considération sur son coût ou son efficacité. »

91Le premier convoi de récidivistes arrive à Nouméa le 25 janvier 1887. On peut estimer à 3800 le nombre de relégués transportés en Nouvelle-Calédonie entre 1887 et 1897 dont 450 femmes. Ils sont installés à l’Île des Pins, à la Ouaménie puis à la baie de Prony. À l’Île des Pins, ils réparent les bâtiments de la transportation et les routes, construisent un campement et des cases pour les femmes reléguées, participent aux travaux agricoles et sont employés dans les ateliers de cordonnerie et d’habillement. À la Ouaménie, ils sont employés à la construction d’installations pour les colons libres et leur famille. En 1897, ils sont déplacés à la baie de Prony où ils travaillent à l’exploitation forestière et aux infrastructures nécessaires (voie ferrée par exemple). Certains sont « prêtés » aux sociétés minières et par exemple, en 1890, la société des Mines d’exploitation de Nouvelle-Calédonie obtient 400 relégués pour 1 fr 83 par jour pour l’exploitation des mines de Nakéty.

92En définitive la loi de 1885 ne fut rien d’autre qu’une grande peur et ces hommes et femmes exilés à l’autre bout du monde ne furent pas les criminels endurcis qu’on a décrits et les Australiens ont eu tort de s’inquiéter.

Une disposition bien particulière : les autorisations temporaire d’absence

93L’article 6 de la loi du 30 mai 1854 indique que :

« Tout individu condamné à moins de huit années de travaux forcés sera tenu, à l’expiration de sa peine, de résider dans la colonie pendant un temps égal à la durée de sa condamnation.
Si sa peine est de huit années, il sera tenu d’y résider pendant toute sa vie.
Toutefois le libéré pourra quitter momentanément la colonie, en vertu d’une autorisation expresse du gouverneur. Il ne pourra, en aucun cas, être autorisé à se rendre en France.
En cas de grâce, le libéré ne pourra être dispensé de l’obligation de résidence que par une disposition expresse des lettres de grâce. »

Cette disposition permet par conséquent aux gouverneurs de Guyane et de Nouvelle-Calédonie de laisser partir provisoirement un libéré à condition qu’il ne rentre pas en France.

94Selon une dépêche ministérielle du ministère des Colonies du 2 décembre 1868 à l’administration de Nouvelle-Calédonie et de Guyane, il est possible d’accorder « aux libérés, pendant la période de résidence, des autorisations de s’absenter de la colonie, avec l’obligation bien entendu de ne pas retourner en France ». La dépêche ajoute qu’il faut donner « une extension à cette mesure » et une « autorisation de passer à l’étranger, même pendant la période de résidence des hommes dont l’activité ou l’industrie ne trouvent pas à s’exercer utilement dans la colonie pénitentiaire serait un moyen d’évacuation sans danger. »

95La dépêche fait cependant remarquer qu’il faut « seulement éviter dans l’application de cette mesure, tout ce qui pourrait provoquer des plaintes fondées de la part des gouvernements des pays vers lesquels ces libérés se dirigeraient » et la dépêche conclut : « Vous apprécierez dans quelles limites vous devez accorder ces autorisations. » Cette prudence est confirmée dans une dépêche ministérielle du 28 octobre 1871 qui recommande de « n’user de cette facilité qu’avec une réserve extrême. »

96L’article 8 de la loi de 1854 règle la situation des libérés qui auraient dépassé la période de temps provisoire en les assimilant à des évadés :

« Tout libéré coupable d’avoir contrairement à l’article 6 de la présente loi, quitté la colonie sans autorisation, ou d’avoir dépassé le délai fixé par l’autorisation, sera puni de la peine de un à trois ans de travaux forcés. »

97Mais il semble pratiquement impossible de faire appliquer cette disposition et de forcer un libéré autorisé à se rendre en Australie ou en Nouvelle-Zélande avec un passeport officiel à revenir. La disposition n’a de sens que si elle relève d’un traité d’extradition qui autorise l’administration étrangère à surveiller la situation des libérés et leur permet de les appréhender s’ils restent sur le territoire passé le délai. On imagine facilement qu’au XIXe siècle une telle disposition n’existe pas et qu’il est facile de disparaître dans des contrées encore peu habitées où la surveillance policière est faible. Les administrations australiennes et néo-zélandaises ont du mal à appréhender cette situation bizarre d’ex-condamnés autorisés légalement à quitter la colonie pénitentiaire et devenus on ne sait comment de dangereux criminels dont l’extradition est demandée.

98Devant la multiplication ses autorisations temporaires d’absence, 165 entre 1864 et 1879, les autorités britanniques ne manquent pas de protester en demandant à ce que des mesures soient prises pour arrêter l’immigration des libérés dans les colonies anglaises du Pacifique qu’elles considèrent « dangereuse pour ses possessions. »

99Il est évident que les autorités de Nouvelle-Calédonie sont paralysées par la situation ne sachant pas comment répondre aux demandes d’extradition de libérés qu’elles ont autorisé légalement à s’absenter et qu’on leur demande de venir rechercher.

100Par exemple, le 10 août 1883, R.H. Meade du Colonial Office souligne au sous-secrétaire au Foreign Office « le manquement des autorités de Nouvelle-Calédonie, dans les affaires indiquées, à demander l’extradition des condamnés qu’ils ont permis de s’évader. »

101À la suite de l’arrivée le 24 février 1884 de 8 nouveaux libérés à Sydney par Le Duplex et en pleine discussion en France du projet de loi sur les récidivistes, le consul de France à Sydney très embarrassé, écrit aux ministères des Affaires étrangères le 18 mars puis le 29 avril 1884 au Gouverneur de la Nouvelle-Calédonie puis le 10 mai à Jules Ferry, président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, qu’il lui semble « que dans l’état d’excitation où se trouve le public en Australie, par suite de la question des récidivistes […] il serait bon d’arrêter ces permissions. » Il lui est répondu que deux arrivants sont entièrement libérés et qu’ « ils peuvent aller où bon leur semble » et que les sept autres ont reçu une autorisation parce qu’ « ils ont mérité cette faveur en donnant par leur travail et leur conduite des gages certains de leur amendement. »

102Les autorités françaises finissent par réagir en plusieurs temps d’abord par nécessité car il s’avère en plus que « des libérés qui demandent à sortir temporairement pour l’étranger en profitent pour demander un passeport français et rejoindre la France, l’Algérie ou les autres colonies françaises. »

103Le 8 avril 1880, une dépêche du ministre de la Marine et des Colonies, Jauréguiberry donne des instructions pour « restreindre le nombre des autorisations d’absence temporaire » des libérés astreints à résidence.

104Dans une dépêche du 27 juin 1884, Jules Ferry, rappelle que « concrètement les choses ont changé car les Australiens veulent se débarrasser de ces libérés depuis 1872 » et le gouvernement règle successivement par deux circulaires, la situation des libérés réfugiés dans les colonies étrangères et la fin de la pratique des autorisations d’absence.

105La première du même jour, règle la procédure d’extradition des libérés réfugiés dans les colonies étrangères en instituant une « reconduite officieuse » des libérés après constatation de leur identité. Dès que la présence en Australie d’un libéré astreint à résidence est signalée aux autorités de Nouvelle-Calédonie par les autorités australiennes ou néo-zélandaises, un surveillant militaire est envoyé (en théorie) à Sydney ou à Auckland muni de toutes les pièces justificatives (jugement de condamnation, registre de détention, signalement) afin de constater l’identité du libéré fugitif. Celui-ci est remis aux agents français dès la formalité accomplie pour être ramené en Nouvelle-Calédonie.

106La seconde du 17 juillet prise « à la suite des réclamations formulées par les autorités australiennes » met fin aux autorisations temporaires d’absence : « l’autorisation de s’absenter ne pourra plus être accordée pour ces colonies sous aucun prétexte à des libérés. » Jules Ferry fait observer qu’il est inadmissible « que les libérés fussent mis par nous en situation de se rendre sur le territoire d’autres États alors qu’ils demeuraient exclus du sol de France. »

107Désormais, les libérés se rendant en Australie le font de leur propre initiative sans l’aval des autorités françaises ce qui ne change pas grand chose du point de vue des Australiens toujours confrontés à la présence d’ « ex-convicts français » sur leur territoire. De plus, les autorisations d’absence restent accordées par l’administration de Nouvelle-Calédonie aux libérés « de bonne conduite » et rien n’est fait pour dissuader ou empêcher les ex-prisonniers de d’embarquer à destination de l’Australie ou de prendre une destination qui y fait escale.

108Finalement, devant l’impossibilité d’assurer efficacement « l’interdiction formelle de se rendre en Australie », une ultime dépêche ministérielle du 24 juin 1889 supprime les autorisations de départ des libérés « quelle que soit la destination. » Cette interdiction est confirmée par une note du ministre Étienne du 18 septembre 1889 et une dépêche du 28 novembre 1891 : « les autorisations d’absence accordées précédemment sont suspendues jusqu’à nouvel ordre d’une manière complète conformément à l’accord intervenu sur ce point avec le ministère des Affaires étrangères. »

Mais la situation ne s’améliore pas immédiatement. Loin s’en faut !

109Le 19 août 1889, le consul se plaint que la « surveillance des transportés s’est relâchée » et il conclut : « Il n’en faut pas moins prévoir que les Australiens n’abandonneront jamais entièrement la question des transportés ; ils les considèrent tour à tour comme autrefois les convicts sous le double aspect de gens à craindre et gens à plaindre. […] En pleine paix, la Nouvelle-Calédonie est un thème fécond de réclamations gênantes pour la France, elle deviendrait l’objet d’entreprises hostiles très populaires en Australie en cas de conflit entre la France et la Grande-Bretagne. »

  • 6 Le Conseil fédéral est l’instance commune aux colonies australiennes mise en place à la conférence (...)

110Au Conseil fédéral 6 du 28 janvier 1893, le représentant de la Nouvelle-Galles du Sud indique que « 700 libérés non passibles d’extradition habitent sa colonie et le nombre n’augmente pas rapidement. »

111À la fin du XIXe siècle l’accord se fait enfin entre les deux pays pour accepter une même interprétation du traité d’extradition de 1876 assimilant totalement les évadés et les libérés bénéficiaires d’une autorisation temporaire d’absence. Une dépêche du 24 août 1897 précise que le mot condamné doit « être pris dans le sens le plus générique et s’étendre aux deux catégories. »

112Cette interprétation est acceptée par les autorités britanniques et le Département des Colonies informe les gouverneurs concernés que désormais « les termes de la convention doivent s’appliquer sans discussion aux condamnés libérés. »

L’exaspération des colonies

113Exaspéré par l’afflux de transportés de Nouvelle-Calédonie de toute origine (libérés, libérés avec autorisation d’absence, évadés, déserteurs ou simple visiteurs) et les hésitations perceptibles des différentes autorités françaises (Gouvernement, consulats et autorités de Nouvelle-Calédonie) les colonies même les mieux disposées à l’égard de la France comme la Nouvelle-Galles-du-Sud envisagent d’adopter une législation particulièrement restrictive. Un projet de Bill, le « Foreign Criminals Act of 1887 » est présenté au Parlement de Nouvelle-Galles-du-Sud, le 29 mars 1887.

114Il prévoit la confiscation de tout navire qui débarquerait un « convict » ou un libéré de la Nouvelle-Calédonie que le fait ait eu lieu ou non à l’insu des capitaines de navire, la remise de la liste des passagers avec leur description, un emprisonnement de 5 ans pour les commandants de vaisseau qui autoriseraient le débarquement de criminels et de récidivistes et 100 £ d’amende ou 12 mois de prison pour tous ceux qui favoriseraient leur évasion.

115Le projet se heurte au veto du pouvoir central qui considère qu’il est de son devoir de sanctionner « une législation faite pour provoquer à tout moment une guerre. »

116Le 18 janvier 1888 à la seconde réunion du Conseil fédéral tenue à Hobart en Tasmanie en l’absence de la Nouvelle-Galles-du-Sud, les délégués de Victoria font voter à l’unanimité une adresse à la Reine, prudente en la forme mais très ferme sur le fond :

« Nous soumettons humblement à votre Majesté que si la représentation par vous de vos colonies d’Australie reste sans effet, des mesures d’auto défense devront être nécessairement prises qui auront des répercussions directes sur une puissance amie de votre Majesté mais il n’y aura aucun doute que les circonstances exceptionnelles seront prises en compte par votre Majesté. »

Le difficile apaisement et la solution : la fin de la transportation

  • 7 Le terme vise les évadés condamnés et relégués et les libérés autorisés à s’absenter.

117Le 17 juin 1889, le 28 juillet puis le 3 décembre, le consul à Sydney, Verleye se plaint que le gouverneur de Nouvelle-Calédonie Pardon « refuse d’envoyer un surveillant pour identifier les condamnés 7 réfugiés en Australie » alors que cette présence « a toujours été exigée dans les nombreuses affaires qui se sont produites depuis 13 ans. » Verleye ajoute que « la situation s’aggrave de jour en jour par suite du manque de vigilance du Gouvernement colonial de la Nouvelle-Calédonie, sa résistance aux instructions données et peut être un mauvais vouloir. »

118Le 7 janvier 1890, le ministre Spuller rappelle qu’un télégramme a été adressé au gouverneur Pardon pour que les différentes instructions passées soient appliquées.

119De plus une décision du 8 mai 1890 prévoit qu’un surveillant militaire « sera désigné pour se rendre à bord de tout navire en partance pour l’Australie. Il sera embarqué la veille du départ et ne quittera le navire que lorsque la fouille sera terminée. » Les mesures adoptées semblent enfin prendre effet puisque le 14 avril 1890, Verleye annonce les extraditions de douze évadés.

120Les différentes mesures sont complétées par un renforcement de la surveillance au départ de la Nouvelle-Calédonie. Un arrêté du 22 mars 1897 prévoit d’une part que « les avis de départ doivent être communiqués » aux autorités quarante-huit heures à l’avance, et d’autre part, réglemente la visite de tous les navires en partance de Nouméa et de différents centres pénitentiaires de Bourail, Pouembout, Muéo et les centres miniers de Thio, Cua, Nakéty ainsi que les localités de N’Go, Canala, Pam, Koné, Ouaco, Baaba, tous lieux où résident les condamnés.

121L’avis de départ sera ramené à vingt-quatre heures par un arrêté ultérieur du 1er juin 1899. Le même arrêté précise que « tout bâtiment ne pourra partir qu’une demi-heure après la visite », en cas de retard, « le navire ne partira que six heures après. »

122Un arrêté du 12 juillet 1902 détermine « les autorités appelées à recevoir les déclarations de départ des navires et les agents chargés d’effectuer les visites. » Un arrêté ultérieur du 20 novembre 1922 précise qu’à Nouméa, la police locale remplacera la gendarmerie dans la visite des navires.

123Au Conseil fédéral du 28 janvier 1893, le représentant du Queensland déclare :

« La plupart des évadés arrivent dans cette colonie mais on a aucun sujet de plainte contre les autorités de Nouvelle-Calédonie qui tiennent fidèlement leur promesse de faire réclamer l’extradition de tous les évadés. »

Celui de Nouvelle-Galles-du-Sud indique :

« Depuis 3 mois on a signalé en tout 11 arrestations d’évadés sur le continent australien. »

Le General Order n° 676 pour le Queensland du Commissioner of Police, Parry-Okeden du 6 mars 1896 établit le cade légal général de toutes les arrestations d’évadés :

« Ils doivent être traduits immédiatement devant un tribunal de police, si possible, avec l’incrimination de vol de bateau en Nouvelle-Calédonie […] On doit leur fournir un interprète. Ces hommes ne donnant naturellement pas leur identité, il est nécessaire de donner le plus de détail sur chacun d’eux individuellement. Le bureau central doit être immédiatement prévenu. »

La presse australienne toujours remontée sur la question, réclame en permanence la fermeture du bagne. The Standard écrit par exemple, le 13 mai 1890 :

« Le dépôt de malfaiteurs établi par la France à portée de nos côtes en Nouvelle-Calédonie menace de nous fournir un nombre toujours croissant d’experts de bas étages en crimes de toutes sortes. »

124Le consul de France à Melbourne en but aux plaintes continuelles des autorités de Victoria plaide à nouveau en faveur d’une réforme de la politique pénitentiaire ou d’une meilleure et rigoureuse application des différentes mesures existantes de la part des autorités de Nouvelle-Calédonie. Dans une lettre du 26 mai 1892, il rappelle le chiffre de 6000 transportés et 5000 libérés avancé par le député Étienne dans un débat à la Chambre des députés.

125En mai 1891, le gouverneur Pardon fait deux fois le déplacement en Australie s’arrêtant à Sydney et à Melbourne où il est reçu cordialement par Lord Jersey, le gouverneur de Nouvelle-Galles-du-Sud et Lord Hopetown, gouverneur du Victoria.

126La démarche de Pardon semble aboutir puisque la presse australienne se calme et l’on voit même The Argus faire marche arrière et écrire qu’il n’est pas du tout facile de s’évader du bagne calédonien. Mieux même, il dit de la France, ce qui fait grand plaisir à Pardon, « nos excellents amis français, avec qui nous désirons qu’existent des relations amicales. »

127En juillet 1892, deux brèves des journaux annoncent que des négociations seraient engagées sur l’arrêt de la transportation contre l’abandon des droits de la Grande-Bretagne sur les Nouvelles-Hébrides.

128Le 27 novembre 1894, le consul à Sydney télégraphie en urgence pour demander confirmation de la déclaration du ministre Delcassé à la chambre sur l’arrêt de la transportation à la Nouvelle-Calédonie. La réponse de Hanotau indique que l’annonce est prématurée mais le consul indique qu’il a informé immédiatement le Premier ministre de Nouvelles-Galles-du-Sud qui n’a pu que lui exprimer sa grande satisfaction.

129Mais la fin de la transportation n’interviendra qu’en 1897 à charge pour ceux qui s’y trouvent encore d’y finir leurs jours ou de s’évader.

130Après plus de 30 ans de conflits et de récriminations réciproques, le différend est enfin apaisé. Peut-être tout ceci n’a-t-il pas été très important et les craintes australiennes exagérées ? Ses causes sont probablement plus profondes. Le gouverneur de Nouvelle-Calédonie, Pardon, n’écrit-t-il pas :

« En 1889, sur 38 345 arrestations en Nouvelle-Galles-du-Sud, il n’y en a eu que 227 concernant des Français, tandis que 516 concernaient des Allemands, et encore sur les 227 arrestations de Français, 154 se rapportaient à de légers délits ayant le caractère de simples contraventions de police. »

131On peut estimer les transportés en Nouvelle-Calédonie extradés d’Australie en 1883 à 6, entre 1886 et 1899 à 78 (le Gouverneur Pardon cite le chiffre de 55 entre 1885 et 1890).

132Un document officiel de Victoria de 1890 mentionne pour cet État : 554 Allemands arrêtés dont 29 passés en jugement, 506 Nord-Américains arrêtés dont 35 passés en jugement et 146 Français arrêtés et 4 passés en jugement. Un autre document mentionne la présence au Victoria pour 1889/1890 de 10 904 Allemands et 2996 Nord-Américains. Aucun chiffre n’est cité pour les Français mais le consul de France estime leur nombre à environ 2000.

133Un document officiel australien de 1889 mentionne le nombre total d’évadés à : 800 environ pour la Nouvelles-Galles-du-Sud, 60 pour la Victoria, 20 pour le Queensland, 55 pour la Nouvelle-Zélande, 1 pour les Fidji, aucun pour l’Australie du Sud, l’Australie occidentale et la Tasmanie.

134Un rapport de 1891 du Gouverneur du Queensland mentionne les chiffres suivants : 57 évadés ou présumés évadés des établissements pénitentiaires de la colonie française de Nouvelle-Calédonie arrêtés au Queensland depuis 5 ans au 30 juin 1891 (non compté 1 évadé noyé avant d’être arrivé), 2 évadés ou présumés évadés supposés être arrivés au Queensland mais pas encore arrêtés.

135En 1913, à la liquidation du bagne, l’administration estime à 675 le nombre d’évadés depuis 1866 dont 127 arrivés en Australie.

136En 1891, le policier Edmond Fosbery dans une lettre adressée à Sir Henry Parkes estime à 1200 les condamnés français installés en Nouvelle-Galles-du-Sud « tous aussi dangereux”.En revanche, un autre policier, Rochaix, estime leur nombre à 700 ou 800. Dans l’État de Victoria, le nombre d’anciens détenus est estimé à 33 en 1883, 80 en 1885 et 47 en 1887, plusieurs d’entre eux ayant été condamnés pour effraction et vol dans les magasinsmais les autorités de la police pensent qu’ils ne sont pas plus dangereux que ceux qui arrivent comme anciens libérés d’Australie occidentale et quelques-uns ont trouvé du travail dans la viticulture.

137Le nombre est finalement peu élevé mais la mauvaise réputation des Français va durer longtemps.

L’opinion publique australienne

138Plusieurs indices donnent à penser que la population australienne composée en partie d’anciens bagnards, est loin d’être hostile à l’arrivée de ces nouveaux immigrants et cousins pas trop éloignés malgré les qualificatifs des autorités et d’une partie de la presse (criminels, communistes, etc.).

139Le transport L’Orne embarque le 1er janvier 1873, 207 déportés de la Commune. Le voyage est très pénible (humidité, chaleur, vers dans la nourriture, conserves avariées, faible vent, hamacs pourris... ) et de très nombreux cas de scorbut se déclarent. Le 17 avril, le commandant Vignancourt devant la gravité de la situation décide de faire escale à Melbourne où le navire arrive le 18. Le scorbut n’étant pas considéré comme une maladie contagieuse, il n’y a pas de quarantaine et des barques et petits bateaux commencent à tourner autour, les Australiens veulent voir les Communards. Quelques visiteurs et des journalistes sont autorisés à monter à bord et sympathisent avec les déportés. Les passagers des bateaux les interpellent et les encou¬ragent à sauter : « Come here in our skiff ! »L’un d’eux, Michel Sérigné, employé aux cuisines, réussit à disparaître. Un exilé du coup d’État de 1851 le dissimule dans le grenier du consulat de France. Le commandant est furieux mais le dossier du condamné présenté aux Australiens n’est pas convaincant, ce n’est ni un assassin ni un incendiaire et les autorités rejettent son arrestation. Une collecte de vêtements, de vivres et d’argent (1 500 £) est organisée par la population de Melbourne mais elle est refusée par le commandant et l’ordre est donné de repousser les barques qui s’approcherait trop près.

140Le journaliste et écrivain Marcus Clarke décrit avec beaucoup de sympathie l’épopée de Sérigné dans un article, Story of a Communist et lance une souscription publique en sa faveur dans une lettre au journal The Argus du 25 avril 1873 avec l’argument de bon sens que le malheureux Français « est maintenant parmi nous sans connaître la langue, sans argent, sans vêtements et presque sans amis. »

141La même situation se produit en 1873 à l’arrivée du transport Le Fénelon à Port Jackson. Le Fénelon a été affrété pour amener en Nouvelle-Calédonie les femmes de déportés souhaitant rejoindre leur époux avec leurs enfants. Des centaines de personnes accueillent les passagers et un banquet est organisé à la mairie de Sydney.

142En 1874, l’arrivée de Rochefort et de ses compagnons d’évasion donne lieu à plusieurs articles bienveillants dans le journal local, The Newcastle Chronicle :

« Il semble que les éléments furent favorables à ces hommes qui, leur condamnation étant seulement politique, sont libres sur le territoire britannique, et la population de Newcastle est toute prête à leur accorder un accueil chaleureux tout comme l’a fait l’Angleterre pour l’auteur des massacres du 2 décembre quand il a quitté le trône impérial en 1870. » (28 mars 1874)
« Ils [les évadés] furent félicités pendant la journée par plusieurs de leurs compatriotes qui les attendaient à l’Hôtel de France au carrefour de King et de Georges Street. [... ] Ce sont tous des hommes de qualité qui ont toujours eu le respect de la propriété et la protection de la société avec tous les droits dont jouissent les personnes dans une société civilisée. » (31 mars 1874)

Henri Rochefort raconte :

« L’agent consulaire français établi à Newcastle était venu nous présenter ses plus chaudes félicitations pour notre délivrance. »

143Plusieurs réunions publiques sont organisées à Sydney, Newcastle, Melbourne et Maitland. Olivier Pain dans son livre sur Rochefort relate la réaction des autorités françaises en Australie face à l’attitude de soutien de la population et cite une lettre du consul de France, G. E. Simon du 2 avril 1874 au rédacteur en chef du Sydney Morning Herald se proposant « d’englober les exilés dans une réprobation générale »et la lettre de protestation en réponse du député David Buchanan.

La presse malgré ses récriminations contre les « french criminals » présente souvent avec sympathie les arrivés. Par exemple, leMaitland Mercury & Hunter River General Advertiser du 26 novembre 1881 qui rapporte l’arrivée des 8 évadés à Fraser Island décrit l’un d’eux comme « un homme âgé de bonne apparence », un autre comme « également un homme âgé, à l’apparence rugueuse, montrant des marques d’une vie difficile en mer. »

144Les hommes furent toujours bien accueillis par la population qui les nourrit et leur témoigne de la sympathie. James Duke, le propriétaire de la scierie qui a recueilli les 8 évadés, essaie de leur faire comprendre « qu’ils seront arrêté à leur arrivée à Maryborough et leur demande s’ils ne veulent pas s’enfuir. »

145En 1883, les cinq évadés arrivés à Langham à 150 kilomètres et recueillis par la famille Collins puis extradés lui envoient une lettre de remerciement, Mme Collins ayant écrit un courrier apparemment sans réponse au consul général de Sydney, pour vanter leur conduite exemplaire.

146Un rapport du 7 mai 1884 du détective J.-P. Roche rapporte le climat général favorable aux réfugiés en indiquant que beaucoup d’anciens condamnés ont trouvé un emploi honnête mais que certains ont demandé et obtenu une aide de leurs compatriotes. Ils vivent ensemble dans les « low parts »de Sydney. Beaucoup de nouveaux arrivants vont à Liverpool où un groupe d’une trentaine a trouvé du travail dans une usine de pâte à papier.

147Individuellement les Australiens, sont beaucoup plus chaleureux et accueillants que leurs dirigeants dont le souci constant est de se débarrasser du fléau.

148La présence d’une « menace » non loin des côtes et les divergences accrues avec le centre ont accéléré la prise de conscience d’une entité australienne ayant son autonomie. Peu à peu, les différentes colonies vont mener une action diplomatique conjointe d’abord vers Londres puis directement vers Paris.

149La crainte par les autorités des différentes colonies, des déportés de Nouvelle-Calédonie est si vive qu’elles essaient de s’assembler dans une sorte de Dominion comme celui du Canada et d’élire un congrès futur pour le règlement de toutes les questions intercoloniales et la promulgation de toutes les lois les concernant.

150L’objet principal de toutes les conférences à partir de 1883 est la lutte contre le bagne français. Nul doute que la loi votée par le Parlement britannique instituant la Fédération d’Australie le 5 juillet 1900 doit beaucoup à la politique pénitentiaire de la France de Napoléon III à la IIIe République naissante.

Haut de page

Bibliographie

Archives du ministère des Affaires étrangères

Angleterre, Correspondance consulaire et commerciale, Wellington, 1889-1901, T 2

Angleterre, Correspondance consulaire et commerciale, Sydney 1867-1877, T 4

Angleterre, Correspondance consulaire et commerciale, Sydney, 1878-1890, T 5

Angleterre, Correspondance des consuls, Melbourne, 1874-février 1885 T 62

Angleterre, Correspondance des consuls, Melbourne, mars-juillet 1885, T 63

Angleterre, Correspondance des consuls, Melbourne, août 1885-décembre 1886, T 64

Angleterre, Correspondance des consuls, Sydney, 1871-1885, T 65

Angleterre, Correspondance politique des consuls, Melbourne, 1887-1889, T 87

Angleterre, Correspondance politique des consuls, Melbourne, 1890-1891 T 88

Angleterre, Correspondance politique des consuls, Melbourne, 1892-1894, T 94

Angleterre, Correspondance politique des consuls, Sydney, 1888-1895, T 101

Archives diplomatiques, affaires diverses politiques, Océanie 2, 1863-1879

Sources imprimées

Barbançon (Louis-José), Déportation et colonisation pénale en France (1789-1847) : Introduction à la colonisation pénale en Nouvelle-Calédonie - Mémoire de maîtrise - Université de Provence, Aix-Marseille I, Institut d’histoire des Pays d’Outre-Mer (1991) - 159 p.

Barbançon (Louis-José), Les origines de la colonisation pénale en Nouvelle-Calédonie (1810-1864) - Mémoire de DEA - directeur de recherche : Paul de Dekker - Université du Pacifique, Centre de Nouméa (1992).- 113 p.

Barbançon (Louis-José), Entre les chaînes et la terre. L’évolution de l’idée de déportation au XIXe siècle en France, aux origines de la colonisation en Nouvelle-Calédonie - Thèse de doctorat d’histoire - Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (septembre 2000) – 3 vol – 1041 p.

Blosseville (de) (Marquis), Histoire de la colonisation pénale des établissements de l’Angleterre en Australie, [Évreux], Auguste Herissey (1859) – 508 p. [Compte-rendu par M Homberg - [Rouen], Académie des sciences (1859) – 40 p.]

Bullard (Alice), Primitivism, the Paris Commune of 1871 and the making of nineteenth century French national identity- Thesis (Ph. D.) University of California, Berkeley (1994) - 322 p.; Parue sous le titre: Exile to Paradise: Savagery and Civilization in Paris and South Pacific 1790-1900 – Stanford University Press (2000) – 416 p.

Bullard (Alice), « Self-Representation in the Arms of Defeat: Fatal Nostalgia and Surviving Comrades in French New Caledonia », 1871-1880, Cultural anthropology: Journal of the Society of Cultural anthropology, May 1st, 1997, vol 12, n° 2.

Brou (Bernard), « La déportation et la Nouvelle-Calédonie », Revue française d’histoire d’Outre-Mer, t. LXV, n° 241, 4e trim 1978, p. 501-517.

Chabeuf (Maurice), Les déportés de la Commune de Paris en Nouvelle-Calédonie, « Mémoires de l’Académie des Sciences et Arts et Belles-Lettres de Dijon », t 123, années 1976/1978, p. 311-324.

Connell (John), New Caledonia or Kanaky? - The political history of a French colony - Pacific Research Monograph n° 16, Camberra National Center for Development Studies, The Australian National University (1987) - 493 p.

Collins (H. D.), « Freedom – or Death? », The Steering Wheel and Society & Home, October, 1, 1934, p. 42-43, 47.

Dauphine (Joël), Aspects de la colonisation française en Nouvelle-Calédonie : 1853-1913 Thèse d’histoire sur travaux – Université d’ Aix-Marseille 1 (1990) - 7 fascicules - pagination multiple.

Deckker (de) (Paul), Le peuplement du Pacifique et de la Nouvelle-Calédonie au XIXe siècle, Condamnés, Colons, Convicts, Coolies, Chan Dang - L’Harmattan (1994) - 432 p.

Denarie (M. Sophie), New South Wales and New Caledonia : Convicts colonies - Mémoire de maîtrise - Paris XII (1994) - 99 p.

Forster (Colin), « French penal policy and the origins of French presence in New Caledonia », Journal of Pacific History, XXVI, 1991, p. 137-150.

Gaultier de la Richerie (Eugène), Mémoire justificatif concernant la mission d’enquête du contre-amiral Ribourt en Nouvelle-Calédonie - [Lorient], (1877) - 52 p.

Griscelli (Paul), « La Transportation politique et la déportation en Nouvelle-Calédonie », Bulletin de la Société d’études historiques de la Nouvelle-Calédonie n° 43, 2e trim 1980, p. 5-24.

Griscelli (Paul), « L’évasion de Rochefort », Bulletin de la Société d’études historiques de la Nouvelle-Calédonie n° 50, 1er trim. 1982, p. 21-28 et 47-53.

Guillou (Jean), « Les évasions de bagnards vers l’Australie », Bulletin de la Société d’études historiques de la Nouvelle Calédonie n° 89, 4e trimestre 1991, p. 45-68 et 100. Traduction anglaise dans Jean Guillou, The French presence in Australia: Sailors, Settlers and Ships – Translated and edited by Michelle Kuilboer and Marc.Serge Riviere – [Townsville], James Cook University of North Queensland (1994) – 145 p..

Meehan (Michael),« Lands of Liberty: Communards in Australia, 1873-74 », dans Écrire à la croisée des îles, des langues/Othernesss in island writing: meeting the Other, understanding the Others - Université de la Nouvelle-Calédonie/L’Harmattan (1999) - 201 p (p. 77-95).

Mossong (Verna E.), « The Communists are coming! », New Zealand genealogist, January/February 1980, p. 504-505.

New South Wales – Votes and proceedings of the legislative assembly (1871-1895)

New South Wales.1872 session –French penal establishment at New-Caledonia (Despatches, etc on subject of), vol 1, p. 509-513.

New South Wales.1872 session – French communists transported to New Caledonia etc (Further despatch on subject of), vol. 1, p. 515, 517.

New South Wales.1872-3 session – French penal establishment at New Caledonia (Further despatches), vol 1, p. 499-501.

New South Wales.1873-4 session – French communists transported to New Caledonia etc (Further despatch), vol II, p. 7-8

New South Wales.1878-9 session – Influx of convicts from New Caledonia (despatches, minutes etc), vol II, p. 109-120.

New South Wales.1883-4 session - Deportation of French convicts to New Caledonia (correspondence respecting), vol IX, p. 185-190.

New Zealand - appendix to the journal of the House of representatives

New Zealand. French convicts from New Caledonia (Papers respecting The Arrival at Auckland of pardoned communists and criminals) - Presented to both Houses of the General Assembly by Command of His Excellency - A.5 (1880) - p. 1- 13.

New Zealand. (5) Intercolonial Convention, 1883. Laid before the Convention by the Representatives of Queensland. Despatch respecting transportation of French criminels to New Caledonia - Session 1, A.3 (1884) - p. 115-116.

New Zealand. Confederation and Annexation. Papers relating to New Caledonia, its convicts and the récidivistes Bill. Presented to both Houses of the General Assembly by Command of His Excellency - A.3 D (1884) - p. 1-24.

New Zealand. VII. New Caledonia. Its convicts. Papers Relating to the Pacific Islands. A.3-E (1884) - p. 3-4; A.4 (1884) – p. 112-125.

New Zealand. Federation and Annexation. Further papers relating to the recidivistes Bill. Presented to both Houses of the General Assembly by Command of His Excellency - A.1 (1885) - p. 2-5 - A 4 (1885)- p. 1-33.

New Zealand. Federation and Annexation. Further papers relating to the recidivistes Bill. In continuation of A.4 (1885). Presented to both Houses of the General Assembly by Command of His Excellency – A.4 (1885) - p. 1-3.

New Zealand. Proposed acquisition of New Hebrides by France A. 5 (1886) (Papers relating to the) (in continuation of A. 8A 1885) – 14 p.

New Zealand. Federation and Annexation. Further papers relating to the recidivistes Bill. In continuation of A.4 (1885). Presented to both Houses of the General Assembly by Command of His Excellency – A.6 (1886) - p. 1-11.

New Zealand. Federation and Annexation. Further papers relating to recidivistes. In continuation of A.6 (1886). Presented to both Houses of the General Assembly by Command of His Excellency – A.7 (1887) – 3 p.

Newbury (Colin Walter), The administration of French Oceania, 1842-1906 Thesis (Ph.D.) - Australian National University, 1956 – 266 p.

Notices sur la déportation en Nouvelle-Calédonie

In-4°, 26 cm, cartes - Imprimerie Nationale :

M le contre-amiral marquis de Montaignac - (1874) - 192 p.

M le vice-amiral Fourichon - (1876) - 115 p.

M le vice-amiral Gicquel des Touches - (1877) - 82 p.

M le vice-amiral sénateur Pothuau - (1878) - 91 p.

M le vice-amiral Cloué - (1880) - 111 p.

Notices sur la relégation à la Guyane française et à la Nouvelle-Calédonie

In-4, 26 cm, cartes - Imprimerie nationale ou Imprimerie administrative :

1887 - M Étienne, Sous-secrétaire d’Etat aux Colonie (1889) - 422 p.

1888-1890 - M Chautemps, ministre des Colonies (1895) - 388 p

1891-1893 - M Lebon, ministre des Colonies (1897) - 390 p.

1894-1895 - M Lebon, ministre des Colonies (1897) - 240 p.

1896 - (1898) - 166 p.

1897 - (1899) - 114 p.

1898 - (1900) - 114 p.

1899 - (1901) - 157 p.

1903 - (1909) - 213 p.

Notices sur la transportation à la Guyane francaise et à la Nouvelle-Calédonie

In-4°, 26 cm, cartes - Imprimerie Nationale ou Imprimerie administrative :

1866-1867 - M l’amiral Rigault de Genouilly - (1869) - 64 p. (Il existe aussi une notice à l’intitulé identique présentant la transportation, publiée en 1867 - 95 p. - et résumée dans deux articles, l’un dans les Nouvelles annales des voyages, [Paris], 1867, t 3, p. 252-259 ; et l’autre dans la Revue maritime et coloniale, [Paris], 4ème série , t XXI, 21 septembre 1867, p. 58-91 et 350-366).

1868-1870 - M le vice-amiral de Dompierre d’Hornoy - (1874) - 226 p.

1871-1875 - M le vice-amiral Gicquel des Touches - (1877) - 347 p.

1876 - M le vice-amiral sénateur Jauréguiberry - (1879) - 184 p.

1877 - M le vice-amiral sénateur Jauréguiberry - (1880) - 196 p.

1878-1879 - M le vice-amiral Peyron - (1883) - 409 p.

1880-1881 - M le vice-amiral Peyron sénateur, M Félix Faure député - (1884) - 511 p.

1882-1883 - M le vice-amiral Galibier, M Rousseau député - (1885) - 584 p.

1884 - M le Vice-amiral Aube, M de la Porte secrétaire d’Etat - (1887) - 519 p.

1885 - M le Vice-amiral Krantze, M de la Porte secrétaire d’Etat - (1889) - 712 p.

1886-1895 - 1er vol (1900) - 2ème vol (1901).

1896-1899 - 2 vol (1902).

1900-1901 - 1er vol (1906) - 239 p.- 2ème vol (1907) - 214 p.

1902-1904 - 1 vol (1909) - 333 p

1905-1907 - 1 vol (1910) - 218 p.

1908-1909 - 1 vol (1912) 249 p.

Parsons (T.G.), « New Caledonian convicts in New South Wales 1876-1884 », Journal of the Royal Australian Historical Society, Sydney, vol 52, part 1, march 1966, p. 51-68.

Priday (Herbert Ernest Lewis), « Escape from Noumea », Walkabout Magazine. Australian National Publicity Association – [Melbourne], Volume 7, n° 10, August 1941, p. 41-44.

Queensland – votes and proceedings of the legislative assembly (1871-1895)

Queensland. 1872 session – Escape of convicts from the French penal settlement of New-Caledonia (Despatch respecting), vol 1, p. 649.

Queensland. 1876 session – Suspected scheme for facilitating the escape of New Caledonia convicts (Despatch respecting), vol. 1, p. 887.

Queensland. 1877 session – The Objections entertained by the Australian colonies to the resort to their territories of pardoned convicts from New Caledonia (Despatch respecting), vol I, p. 797.

Queensland. 1877 session – Pardoned convicts from New Caledonia etc (Further despatch respecting), vol I, p. 827-828.

Queensland. 1881 session – French criminals from New Caledonia (Further correspondence relating the arrival of in the colonies), vol I, p. 373.

Queensland. 1883-4 session - Transportation of French criminals to New Caledonia (despatch respecting), p. 567-569.

Queensland. 1883-4 session - Extradition of French escapees from New Caledonia (correspondence respecting), p. 565-566.

Queensland. 1883-4 session - Transportation of French criminals to New Caledonia (further correspondence respecting the proposed), p. 571-572.

Queensland. 1891 session - Escaped prisoners from New Caledonia, p. 75, 77.

Ramsey (Raylene Lammas), Convicts and communists. The Griffin incident -University of Otago (1967) – 95 p.

Roth (Herbert), « Communists invade Auckland - 75 years ago », Here and Now, July 1955, p. 18-20.

Simington (Margot Ziani), Australia’s political and economic relations with New Caledonia. 1853-1945- Thesis (Ph.D.) - University of New South Wales. Faculty of Military Studies. Dept. of History (1978) - 528 p.

Speers (Peter), New Zealand and French transportation of convicts in New Caledonia – University of Otago (1961) - 38 p.

Stuer (Anny P. L.), The French in Australia – The Australian National University Press (1982) – 249 p.

Victoria, Statistical Register of the Colony of Victoria for the Year 1890 compiled from official records in the office of the government statist (1891) – 55 p.

Haut de page

Annexe

Documents annexes

Annexe 1 – Lettre du consul général de France à l’inspecteur général de la police Edmund Fosbery du 10 septembre 1878 (New South Wales. 1878-9 session – Influx of convicts from New Caledonia (despatches, minutes etc), vol II, p. 118)

Sydney, le 10 septembre 1878
Monsieur,

Les personnes figurant sur la liste jointe étant sans ressources pensent qu’elles peuvent obtenir du travail à Orange ou dans une autre ville, à la construction de la ligne de chemin de fer mais elles ne peuvent se déplacer en payant le prix habituel de transport.
Pourriez-vous gracieusement leur fournir un laissez-passer pour se déplacer.

Veuillez etc

F. de Castelnau

Edmond Trichon – Dans la Colonie depuis vingt deux ans ; n’a jamais etés prisonnier du tout en Nouvelle-Calédonie.
Alexandre Durand – Prisonnier libéré ; homme de bonne conduite.
Gaston Boivin – Etait en Nouvelle-Calédonie ; mineur libre.
Florentin Leclercq – Communard libéré ; homme de bonne conduite.
Albert Bodson – Etait cuisinier sur Le Pactole et résidant dans la Colonie depuis un an.
Alphonse Hamakers - Prisonnier libéré ; homme de bonne conduite.
Henri Dejean – Etait un homme libre en Nouvelle-Calédonie.
Louis Velope - Prisonnier libéré ; homme de bonne conduite ; condamné pour cavoir frappé un officier.
Léon Moucheny- Déclare qu’il était un homme libre en Nouvelle-Calédonie ; n’a pas de papiers.
Jacques Pitoval – Etait mineur en Nouvelle-Calédonie ; a été sergent-major dans l’armée et a produit des certificats ; hautement recommandé.
Wladimir Helgorski – Communard libéré ; homme de bonne conduite.
Auguste Dulong – Idem.
François Brisorgueil – Idem.
Ferdinand Boquet - Etait un homme libre en Nouvelle-Calédonie.
Jules Sury et sa femme - ?
Le Kegnegiff – Etait mineur en Nouvelle-Calédonie.
Guillaume Salanque – Idem.
Simon Morazzani - Prisonnier libéré ; homme de bonne conduite.

Annexe 2 - Rapport de l’inspecteur général de la police Edmund Fosbery du 11 décembre 1883 (Appendix to the Journal of the House of Representatives - New Zealand (1884) 1 A.3 D (enclosure), p. 15).

Annexe 3 - Liste de prisonniers de Nouvelle-Calédonie évadés ou libérés résidents à Sydney en 1884

(D’après un rapport des policiers Read et Fosbery du 9 février 1884 et reproduit dans un article de T.G Parsons, publié dans le Journal of the Royal Australian Historical Society en 1966. L’orthographe approximative rend difficile l’identification).

L. Antomorschi - évadé
G. Antona - en Nouvelle-Calédonie pendant plusieurs années
J. Armand - libéré
H. Barrot - échappé du S S. Caledonia
E. Buller – libéré
J. Blanc - libéré
H. Camille
E. Capel - en Nouvelle-Calédonie pendant 10 ans, en Nouvelle-Galles-du-Sud depuis 3 ans
P. A. Cartiza - en Nouvelle-Calédonie pendant plusieurs années
J. Chiarz - en Nouvelle-Calédonie pendant plusieurs années
J. Chiomathi - en Nouvelle-Galles-du-Sud depuis 3 ans ½
Cluny - libéré
R. Corbeo - libéré
F. Darbard - en Australie depuis 11 ans - vit honnêtement
C. Demonge - en Nouvelle-Galles-du- Sud depuis 1 an - vit avec une prostituée
M.Deschamps – libéré
A. Dumas - libéré - en Australie depuis 6 ans
J. Dupleix - est arrivé du Queensland il y a 1 an
H. Funel - libéré
J. Funtuia - en Nouvelle-Calédonie pendant plusieurs années
Georgin – ami de libérés
Goddard - libéré - en Australie depuis 4 ans
Gorgene - libéré
H. Gregorie - Soupçon d’évasion
P. Imbert - en Nouvelle-Calédonie pendant 12 ans, en Nouvelle-Galles-du-Sud depuis 2 ans
E. Kline - libéré - en Nouvelle-Galles du Sud depuis 2 ans ½
J. Leclerc - arrivé de Nouvelle-Calédonie 3 mois auparavant
P. Leslie - en Nouvelle-Calédonie pendant 14 ans
M. Lopaz - libéré
J. Louis - en Australie depuis quelques mois
Mattie - libéré - en Australie depuis 2 ans ½
A. Measine - libéré - en Australie depuis 4 ans
L. Meeham - en Nouvelle-Calédonie pendant 6 ans, en Nouvelle-Galles du Sud depuis 5 ans
E. Pacent - libéré - en Australie depuis 1 an ½
J. Paris - en Australie depuis 6 ans
Paschat - en Nouvelle-Calédonie pendant plusieurs années, en Nouvelle-Galles-du-Sud depuis 2 ans
A. Remy – libéré
S. Rezerainski – libéré
C. Saltariez
E. Selinger - libéré - en Australie depuis 4 ans
L. Shenel - libéré - en Australie depuis 2 ans ½
St Paul - libéré
J. Talvett - en Australie depuis 1 an ½
L. Tolladia - en Nouvelle-Calédonie pendant plusieurs années.

Annexe 4 – Queensland - Prisonniers échappés de Nouvelle-Calédonie -Décisions judiciaires concernant chacun des évadés et nombre de jours de détention (Queensland – Votes and Proceedings of the Legislative Assembly - 1891 session - Escaped prisoners from New Caledonia, p. 75, 77).

Annexe 5 - List and description of political and criminal ex-prisoners per Griffin from New Caledonia to Auckland, New Zealand, february 1880 (NZ AJHR Vol II 1881 Part 2 - Dated Police Station, Auckland, 21 February 1880)

Haut de page

Notes

1 Van Diemen’s Land est l’ancien nom de la Tasmanie.

2 Il y a incertitude le concernant car c’est peut-être un Communard amnistié, Verteuil.

3 Rapport du chef de la 1ère division coloniale au sous-secrétaire d’État du 15 janvier 1889 (Notice sur la transportation en Guyane française et à la Nouvelle-Calédonie - 1885 - M le Vice-amiral Krantze, M de la Porte secrétaire d’État. Imprimerie Nationale, 1889, p. 47).

4 « Les administrations australiennes ont manifesté une certaine répugnance à consentir à l’extradition des évadés […] même lorsqu’il s’agit de condamnés en cours de peine. » (Notice sur la transportation à la Guyane française et à la Nouvelle-Calédonie - 1871-1875 - M le vice-amiral Gicquel des Touches. Imprimerie Nationale ou Imprimerie administrative, 1877, p. 20).

5 « Tout condamné à temps qui, à dater de son embarquement, se sera rendu coupable d’évasion, sera puni de deux ans à cinq ans de travaux forcés. Cette peine ne se confondra pas avec celle antérieurement prononcée. La peine pour les condamnés à perpétuité sera l’application de la double chaîne pendant deux ans au moins et cinq ans au plus. »

6 Le Conseil fédéral est l’instance commune aux colonies australiennes mise en place à la conférence intercoloniale de 1883.

7 Le terme vise les évadés condamnés et relégués et les libérés autorisés à s’absenter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Henri Zaidman, « Les condamnés de Nouvelle-Calédonie en Australie et en Nouvelle-Zélande », Criminocorpus [En ligne], Les bagnes coloniaux, Articles, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 25 mai 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/176

Haut de page

Auteur

Pierre-Henri Zaidman

Pierre-Henri Zaidman, maître de conférences à l’université Paris Descartes, participe à plusieurs groupes de recherche sur les archives du mouvement communaliste, l’histoire de la Garde nationale, l’histoire du bagne de Nouvelle-Calédonie. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et d’articles parus notamment dans la revue Gavroche.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page