Navigation – Plan du site
2012

Le repli de la prison militaire de Paris à Mauzac. Un exode pénitentiaire méconnu

Jacky Tronel

Notes de la rédaction

La version originale de cet article a été publiée sous le titre « Le repli de la prison militaire de Paris à Mauzac », Histoire pénitentiaire, volume 1, Paris, Direction de l’administration pénitentiaire, Collection Travaux & Documents, 2004, p. 6-33. L’article initial a été révisé et actualisé par l’auteur pour la mise en ligne.

Texte intégral

1Parmi les événements majeurs du XXe siècle, il en est un dont on ne mesure pas encore aujourd’hui toute l’ampleur. Il s’agit de l’effondrement brutal et imprévu de juin 1940 : déroute de l’armée française, humiliation de la défaite, fuite du gouvernement Reynaud quittant Paris le 10 juin, prélude à l’exode qui jeta sur les routes de France des millions d’hommes, de femmes et d’enfants, « le peuple du désastre », entrée des Allemands dans Paris le 14 juin, signature de l’armistice franco-allemand le 22…

2L’un des aspects méconnus de la débâcle concerne l’exode pénitentiaire. Intéressons-nous plus particulièrement à celui des prisons parisiennes et, parmi elles, à celle qui reçoit en novembre 1940 le titre de « prison militaire de Paris repliée à Mauzac ». Cette prison de l’exode regroupe tant les Parisiens du Cherche-Midi que ceux de la Santé.

Carte de l’exode pénitentiaire du 10 au 21 juin 1940, au départ de la prison de la Santé (annexe de la prison militaire de Paris)

Carte de l’exode pénitentiaire du 10 au 21 juin 1940, au départ de la prison de la Santé (annexe de la prison militaire de Paris)

Dessin René Blanchet

© FNDIRP

  • 1  Parution au Journal officiel du 21mars 1939, p. 3665.
  • 2  Archives Départementales de la Dordogne (ADD), Périgueux, 3 R 7.
  • 3  Service Historique de l’Armée de Terre, Vincennes, 6N13sup.
  • 4  ADD, Périgueux, 42 W60.
  • 5  Centre d’Archives Contemporaines, Fontainebleau, 1989, 0151-13.

31er novembre 1940 : l’implantation à Mauzac, en Dordogne, d’un camp d’internement devant servir de repli à la « prison militaire de Paris », est le fruit d’une situation conjoncturelle directement liée au contexte politique de la France des années 1939-1940. Deux facteurs sans lien apparent se conjuguent : d’une part la montée du fascisme en Europe conduisant le gouvernement à engager un vaste programme d’armement, d’autre part et ensuite, la politique répressive de Vichy rendant nécessaire la création de nouveaux lieux de détention. En application du « décret relatif à l’accélération des fabrications d’armement du 20 mars 19391 », le ministre Raoul Dautry confie au Service central des constructions des poudres la création à Mauzac d’une poudrerie nationale2 destinée à produire des obus chargés en gaz de combat à base de chlore3. Un gigantesque chantier de construction employant deux mille ouvriers se met en place dès novembre 1939. Pour partie la main-d’œuvre est locale, complétée par les réfugiés évacués d’Alsace-Lorraine et les Espagnols du 652e GTE (Groupement de travailleurs étrangers) stationné à Mauzac4. Deux cantonnements d’une douzaine de baraquements chacun, nommés « Camp nord » et « Camp sud », distants de deux kilomètres environ l’un de l’autre, sont réservés au logement des ouvriers. Or, ils connaîtront une toute autre destination.L’article 6 de la convention d’armistice franco-allemande, signée par le général Huntziger le 22 juin 1940, stipule que « la fabrication de nouveau matériel de guerre en territoire non occupé devra cesser immédiatement5 ». Voilà qui explique le coup d’arrêt brutal porté au projet d’implantation d’une usine d’armement à Mauzac.

  • 6  ADD, Périgueux, 1 W1836.

4Par ailleurs, le 16 octobre 1940, la direction générale de la sûreté nationale adresse un télégramme au préfet de la Dordogne, le priant de « prendre d’extrême urgence toutes dispositions pour aménager un camp d’indésirables près de Bergerac, susceptible de recevoir un nombre de 2 000 internés, un personnel de direction de 25 personnes et un personnel de surveillance de 400unités6 ». Les regards se tournent naturellement vers les cantonnements d’ouvriers de la poudrerie de Mauzac…

5En fait, c’est l’autorité militaire qui va s’approprier le lieu. La présence à Périgueux du tribunal de la 12e région militaire rend nécessaire la création d’une nouvelle prison militaire dans le département. Trois rangées de barbelés et quelques miradors sont rapidement dressés autour du « Camp nord », au lieu-dit Sauvebœuf, commune de Lalinde, à une vingtaine de kilomètres à l’est de Bergerac. Ainsi naît la « prison militaire de Paris repliée à Mauzac », le 1er novembre 1940, sur le site de la poudrerie de Mauzac.

6Mais revenons au mois de juin 1940. L’avancée rapide de l’armée allemande sur Paris incite le Gouvernement à évacuer les prisons vers le sud de la Loire. On cherche tout simplement à soustraire aux Allemands, qui certainement les libéreraient, des dizaines de prisonniers parmi lesquels les plus germanophiles des « politiques ». Les prisons parisiennes de la Santé et du Cherche-Midi sont évacuées manu militari à partir du lundi 10 juin 1940, sur ordre de Georges Mandel, ministre de l’Intérieur. Le repli concerne plus de deux mille détenus.

Prison militaire de la rue du Cherche-Midi, Paris

Prison militaire de la rue du Cherche-Midi, Paris

© Collection Alain Maurion

  • 7  Moussinac (Léon), Le Radeau de la Méduse, Paris, Éditions Hier et Aujourd’hui, 1945.
  • 8  Martin (Henri), Gurs… Bagne en France, 1939-1944, pour que souvenir ne meure, Journal d’un détenu (...)
  • 9  Lesca (Charles), Quand Israël se venge, Paris, Grasset, 1941. Réédité aux Éditions Déterna, collec (...)
  • 10  Jaquier (Maurice), Simple Militant, Paris, Denoël-Lettres Nouvelles, 1974.
  • 11  Lecoin (Louis), De prison en prison, Antony, auto-édition, 1947. Le cours d’une vie, Paris, auto-é (...)

7La relation de l’exode pénitentiaire qui va suivre repose sur le témoignage détaillé de quatre prisonniers, issus d’horizons très différents.Tous les quatre sont détenus à la prison de la Santé. Il s’agit de Moussinac, Martin, Lesca et Jaquier. L’écrivain et critique d’art Léon Moussinac, communiste, publie Le Radeau de la Méduse7 en 1945. Il est écroué le 27 avril 1940, accusé d’avoir exercé « une activité ayant directement ou indirectement pour objet de propager les mots d’ordre de la IIIe Internationale communiste ». Henri Martin, jeune communiste de 21ans, publie son témoignage sous le titre : Gurs… bagne en France, pour que souvenir ne meure… Il est arrêté à Issy-les-Moulineaux le 1er avril 1940et incarcéré à la Santé « parce que la prison militaire du Cherche-Midi était pleine, […] sur dénonciation pour “propagande subversive et révolutionnaire”8 ». Charles Lesca, auteur de Quand Israël se venge9, est rédacteur du journal antisémite d’extrême-droite Je suis Partout. Lesca est également écroué à la Santé, le 6 juin 1940, pour « actes de nature à nuire à la défense nationale ». L’anarchiste Maurice Jaquier fait paraître ses mémoires sous le titre : Simple Militant10. Inculpé de « provocation de militaires à la désobéissance », il est condamné à cinq ans de prison et écroué à la Santé en décembre 1939. On pourrait également citer le pacifiste Louis Lecoin. Si son séjour au camp de Gurs a fait l’objet d’un récit détaillé (De prison en prison et Le cours d’une vie11), par contre, son témoignage sur l’exode se résume à ces quelques paroles, laconiques : « Et jusqu’au camp de Gurs, nous accomplirons un voyage mémorable, qui faillit nous coûter cher. »

8On peut regretter le fait que les récits connus n’émanent que de prisonniers issus de la Santé, et aucun du Cherche-Midi. De plus, excepté Maurice Jaquier qui a transité par le camp de Cepoy, tous les autres ont, semble-t-il, fait partie du même convoi.Ils sont passés par le camp des Grouës, ont été regroupés au camp d’Avord, dans le Cher, puis ont finalement été internés au camp de Gurs (Basses-Pyrénées).

9Lesca décrit ainsi son départ précipité de la Santé :

  • 12  Daniel Renoult est présent le 31juillet 1914, au Café du Croissant, à Paris, lors de l’assassinat (...)

« Un peu avant 18 heures, un surveillant […] entre en trombe dans ma cellule. “Préparez vos affaires, me dit-il, vous partez.” J’ai une minute de grande illusion : “Qu’est-ce qu’il y a ? – Il y a qu’on vous évacue !” Je suis atterré. […] Je mets en hâte mon linge, mes pauvres objets, mon encrier, ma plume, mon papier dans ma serviette que je noue par les quatre coins.Je sors dans les couloirs très animés, où les gardiens s’affairent et où des prisonniers commencent à affluer. On me met en tête de file, spécialement, et Alain Laubreaux est placé à mon côté. En troisième, un homme qui, malgré la fatigue de ses vêtements, a encore […] l’aspect d’un bourgeois d’avant 1914. Nous lui demandons qui il est. “Daniel Renoult de L’Humanité”12 nous dit-il. […] Il était dans un camp de concentration à l’île d’Yeu depuis le début de la guerre […] Il est encore plus misérable que nous, n’ayant aucun linge de rechange et pas la moindre croûte de pain. […] On nous fait sortir dans la rue, qui est en état de siège, interdite à la circulation et gardée par des agents et des mobiles.Nous montons dans un autobus où […] il règne une température de bain turc. […] Nous attendons longuement. […] Enfin nous partons. […] Dès la porte d’Orléans, nous avons une vision de débâcle. La route est affreusement encombrée des véhicules les plus hétéroclites, autos, voitures à cheval, charrettes, attelées ou à bras, bicyclettes, voitures d’enfant. Entassés sur tout cela des matelas, des meubles, des grappes de gens.C’est la fuite, la vraie fuite éperdue, une tristesse visible accable tous ces gens et un morne silence pèse sur cette foule. »

10Léon Moussinac revient sur les conditions de transport des prisonniers, au départ de la Santé :

« Les stores des autobus sont abaissés, les glaces qui ont été préalablement barbouillées de peinture sont fermées. L’air est étouffant. […] Un chef mobile fait encore une fois l’appel et nous annonce les consignes : “Défense de se lever de sa place sous aucun prétexte, de baisser les glaces.” – Le premier qui bouge, une balle dans la peau.On se regarde.Il y a trois garde-mobiles sur la plate-forme. – Un joli voyage d’agrément qui s’annonce… »

L’historien Pierre Montagnon confirme le récit de Moussinac et commente ainsi les événements du 10juin, le départ désordonné et la fuite de la prison de la Santé :

  • 13  Montagnon (Pierre), 42 rue de la Santé. Une prison politique, Paris, Éditions Pygmalion/Gérard Wat (...)

« L’approche de l’ennemi – il entrera dans quatre jours dans Paris – précipite l’évacuation de la prison.Par convoi de 20à 25véhicules, la Santé se vide de ses prisonniers, politiques et droits communs.Il est même quelques condamnés à mort qui partent les menottes aux mains.Les détenus s’éloignent.Le personnel reste.La Santé s’apprête à vivre […] quatre ans sous l’occupation allemande13. »

  • 14  Pédron (Pierre), La prison sous Vichy, Paris, Les Éditions de l’Atelier, coll. « Champs pénitentia (...)

11Pierre Pédron, sous-directeur de la prison de la Santé de 1989 à 1992, fait une relation détaillée de l’évacuation des prisons parisiennes par les autobus de la TCRP (ancêtre de la RATP), réquisitionnés avec leurs conducteurs, « circulant tous stores baissés et par voitures cellulaires.Certains détenus vont rester dix-huit heures confinés deux par deux, les chaînes aux pieds, dans des cellules miniatures (50 centimètres sur 50). Au départ, les prisonniers peuvent emporter quelques affaires de toilette (savon, brosse, peigne) et des victuailles (chocolat et sucre). […] Une pagaille indescriptible préside à ces transferts en catastrophe. Les conditions de déplacement sont précaires, tant au point de vue de l’encadrement que de l’alimentation. Les prisonniers sont accompagnés de leurs gardiens, mais aussi parfois d’unités armées. Ces terribles conditions ne sont rien cependant relativement aux exactions dont vont être victimes certains détenus. Outre le traumatisme créé par le bruit de la bataille et des avions qui survolent ces autobus bondés d’hommes enchaînés et qui tremblent de peur, des exécutions sommaires parachèvent ce tableau d’apocalypse d’une administration en déroute14 ».

Scène d’exode pénitentiaire, 15 juin 1940

Scène d’exode pénitentiaire, 15 juin 1940

Photo Henri Nazat

© Collection Jean-Louis Audebert

Le camp des Grouës : première étape de l’exode

12Tard dans la nuit du 10 au 11 juin, l’étrange procession parvient non sans peine jusqu’à Orléans, via Étampes. Elle se dirige vers la prison de la ville. La maison d’arrêt d’Orléans n’ayant aucune place à leur offrir, les surveillants doivent chercher un autre asile pour les prisonniers dont ils ont la garde. Ils vont échouer non loin de là, au camp des Grouës, situé à proximité de la gare des Aubrais.Ils y restent jusqu’au 15 juin 1940.

« On distingue des sentinelles, des baraques, des barbelés, écrit Moussinac, un détachement de soldats, baïonnette au canon, apparaît. On dirait que ce sont des Annamites. Enfin, on nous fait descendre un par un, et après avoir été comptés encore une fois, nous sommes dirigés avec la dernière brutalité vers les baraques. Des soldats nous serrent de près, la baïonnette basse ne cherchant qu’un prétexte pour nous piquer les cuisses ou nous donner des coups de crosse dans les reins. Ils ne cessent de nous injurier. – Salauds ! Fumiers… Sales Boches !… Plusieurs d’entre nous sont brutalisés. […] Nous sommes pour ainsi dire jetés dans une baraque où nous distinguons à peine deux rangées de couchettes superposées. De la paille est disposée en tas au milieu du passage. Chacun se précipite. Il s’agit de se débrouiller. […] Je remarque que des noms étrangers, et principalement allemands et espagnols, sont écrits sur le devant de chaque couchette : le camp était sans doute occupé par des “indésirables” qu’on aura eux-mêmes évacués plus au sud. »

13Henri Martin décrit l’aspect général du camp :

« Il est assez vaste, contenant environ une dizaine de grandes baraques.Un double réseau de fils barbelés en fait le tour.Une sentinelle est disposée tous les dix mètres à l’intérieur et des patrouilles circulent dans le chemin de ronde.Nous sommes bien gardés !… »

14La nuit du 11 au 12 juin est marquée par la tentative d’évasion d’un détenu ukrainien.La tentative échoue et se solde par la mort d’un militant communiste, atteint par une balle perdue alors qu’il se trouve à l’intérieur de la baraque n° 4. « Il eut à peine le temps de dire – “Je suis touché” qu’un jet de sang affluait à sa bouche et qu’il expirait », rapporte Henri Martin, qui précise : « j’ai appris par la suite que la victime s’appelait André Lambert, de Paris.Il était communiste, marié et père de deux enfants. »

15À partir du 13 juin, un regroupement d’une partie des prisonniers de la Santé et du Cherche-Midi a lieu au camp des Grouës. Le repli des deux prisons parisiennes s’effectue sous la conduite du personnel de la prison militaire du Cherche-Midi et de son commandant, le capitaine Kersaudy, secondé par un adjudant à propos duquel Charles Lesca fait cette description haute en couleurs :

 « L’adjudant, un invraisemblable adjudant Flick, gros, court sur pattes, sourcils broussailleux et une énorme moustache, les oreilles rabattues par le képi tellement la tête y est enfoncée.Il a l’air féroce ; il l’est, paraît-il, moins qu’il n’en a l’air, à ce que disent les prisonniers qui étaient sous sa coupe au Cherche-Midi. »

16Quant au capitaine Kersaudy, tant Moussinac que Lesca laissent entendre que les prisonniers lui doivent la vie. Il aurait pris sur lui de faire évacuer le camp des Grouës peu avant qu’il ne soit bombardé par l’aviation allemande. C’est également lui qui fait distribuer un peu de soupe chaude aux prisonniers affamés.

17Le départ du camp des Grouës a lieu le samedi 15 juin, au soir. Les prisonniers reçoivent l’ordre de quitter le camp et de se diriger à pied, vers le sud, encadrés par le personnel du Cherche-Midi. Les raids incessants de l’aviation allemande terrorisent les détenus et leurs gardiens. Orléans bombardé est en flammes, l’incendie rougeoie dans le ciel.Un grand nombre de prisonniers profite de la confusion générale pour s’évader.

La verrerie de Montenon : « Camp de Cepoy »

18Dans son récit de l’exode pénitentiaire, Henri Martin signale l’existence d’au moins deux colonnes : la sienne, qui opère le repli via Orléans (camp des Grouës) et Avord, près de Bourges, et une autre colonne dont l’exode passe par Montargis (camp de Cepoy) et Gien.

  • 15  Parendeau (Abbé), La guerre dans la région de Montargis, Montargis, 1945, 32 p.

19Le camp de Cepoy occupe les bâtiments de l’ancienne verrerie de Montenon, près de Montargis. C’est pourquoi il porte aussi le nom de « Camp de Montenon ». La direction du camp est assurée par le commandant de réserve Louis Eugène Pinoteau, du 51e régiment régional. Dans le civil, l’homme est adjoint au maire du 11e arrondissement de Paris15.

20Jaquier relate l’arrivée à Cepoy en ces termes :

 « Nous arrivons devant une usine qui semble désaffectée.On entre dans la cour.Les gardes nous font étaler devant nous, à même le sol, le contenu de nos paquetages et procèdent à une fouille en règle. On nous fait rentrer ensuite dans de vastes salles, éclairées de quelques ampoules. Il y a des lits superposés sur trois étages.Je choisis une place le long d’un mur sous une fenêtre, dans le lit de l’étage supérieur, où je rassemble mes frusques. De là, je domine tout. Les autres prennent place au hasard. Tous semblent las et hébétés, affamés et assoiffés. Des groupes se forment, qui discutent, flairent, hument. Nous découvrons des boîtes de conserves vides qui ont dû servir de récipients. Il n’y en aura pas pour tout le monde.J’ai hérité d’une boîte du genre petits pois. Sur chaque lit une paillasse, deux couvertures, un semblant de polochon. Les lieux ont été balayés récemment ; ils devaient être occupés peu de temps auparavant. »

21Effectivement, à partir de septembre 1939, les ressortissants allemands et autrichiens résidant dans le département du Loiret sont dirigés sur le camp de Cepoy. Ils y restent jusqu’à l’arrivée des détenus des prisons parisiennes.

22La poussée allemande est si forte que le séjour dans ce camp d’internement est de courte durée. Dans son « Histoire de l’exode », M. Perruchot décrit l’évacuation du camp de Cepoy en ces termes :

  • 16  Perruchot (Henri), « Histoire de l’exode », Bulletin de la Société d’Émulation de l’arrondissement (...)

« Dès le matin, le camp de concentration de Montenon, commune de Cepoy, est abandonné par ses hôtes. Ceux-ci, sous la conduite d’un capitaine de réserve […] sont escortés par un détachement de soldats du 51e régiment régional, de Sénégalais [en réalité de tirailleurs marocains] et de gardes mobiles. Leur longue file qui se traîne suit le chemin de contre-halage du canal de Briare. À hauteur de Conflans, se produira le drame singulier qui coûtera la vie au comte Thierry de Ludre, qui marche au nombre de ces internés administratifs et qui, épuisé de fatigue, ne peut plus avancer16. »

  • 17  Amouroux (Henri), Le peuple du désastre, Paris, Éditions Robert Laffont, 1976, p. 397.

23Dans son livre Le peuple du désastre, Henri Amouroux relate également ce fait tragique : « Thierry de Ludre, qui a de l’asthme, marche de plus en plus difficilement […] Alors on l’abattra.Une balle dans la tempe droite. […] Son cadavre sera découvert le 4 décembre au cimetière de Conflans-sur-Loire près de Montargis17. » L’encadrement est sans pitié pour ceux qui ne parviennent pas à suivre. Plusieurs de ces malheureux sont froidement exécutés.

  • 18  Leloup (Gaston), « Le camp de concentration de Montenon à Cepoy de 1939à 1940 », Bulletin de la S (...)

24Gaston Leloup, actuel président de la Société d’émulation de l’arrondissement de Montargis, entreprend avec son épouse des recherches dans toutes les communes traversées par la colonne de prisonniers. Pour l’été 1940, ils relèvent dans les registres de l’état-civil tous les décès d’individus inconnus, étrangers à la région et dont les corps ont été inhumés sur place pendant l’exode et exhumés ensuite pour être transférés dans les cimetières. De cette étude, il ressort qu’au moins sept détenus ont été abattus au cours des trois journées allant du 15 au 17 juin 194018. Les deux premières victimes de l’exode sont exécutées environ deux kilomètres après Montargis, à Saint-Firmin des Vignes, en bordure du canal de Briare. Le troisième est plus connu : Thierry de Ludre.Il est mis à mort juste avant l’écluse de la Sablonnière, à Conflans. On ignore les circonstances de la mort des deux suivants. On sait seulement qu’ils furent découverts au pied d’une passerelle traversant le canal, deux kilomètres après le bourg de Montbouy, au lieu-dit « Les Brangers ».

25La sixième victime est un boulanger, tué de sang-froid au faubourg Puyreau, sur la commune de Sainte-Geneviève, au lieu-dit Sainte-Potentienne. Il avait 68ans. Les conditions de son exécution méritent d’être rapportées.La veille au soir, une halte pour la nuit est décidée à la ferme de la Ronce, à Sainte-Geneviève.Un campement de fortune s’installe dans la plus grande anarchie. Jaquier en fait cette description :

 « Notre troupeau se précipite dans la cour sautant sur les poules, les poulets, les oies, les canards… Des gars brisent la porte d’une cave, sortent des tonneaux qu’ils enfoncent… On boit ce qui coule dans les boîtes.D’autres lapent à même le sol le vin qui ruisselle en minces rigoles.Des feux s’allument… On y jette la volaille à peine plumée, à peine vidée et à peine cuite, certains dévorent cette viande qui saigne… »

26Jaquier et quelques-uns de ses camarades parlementent avec le capitaine du convoi. Ils lui demandent quelles sont les consignes. « Je n’ai plus de consigne, répond-il.Je tente de rallier une autorité quelconque pour savoir que faire de vous. Je n’ai plus de matériel et j’ai ordre de ne laisser filer personne. J’improvise… » Interrogé au sujet des hommes qui ont été abattus, il déclare : « Nous ne pouvons laisser personne derrière. Le refus de marcher est considéré comme tentative d’évasion.Nous ne faisons pas de sommations, nous tirons.Ce sont des ordres… » Les prisonniers affamés proposent au capitaine de lui fournir des boulangers. Il envoie des hommes réquisitionner de la farine. Toute la nuit, une équipe de sept à huit personnes travaille et cuit des pains dans le four de la ferme. Au matin, « quand nous passons le porche, on nous remet une minuscule portion de pain croustillant mais pas levé… Si nos gars ont bossé, ils l’ont surtout fait pour les gardiens qui ont chacun une grosse boule plate ». À trois kilomètres du point de départ, l’un des boulangers qui a travaillé une bonne partie de la nuit s’arrête, épuisé. Un tirailleur s’approche de lui et dirige le canon de son arme sur sa tempe.Le boulanger hurle : « Ne me tuez pas ! Ne me tuez pas, les gars ! C’est moi le boulanger qui ait cuit votre pain cette nuit… Une balle, et le boulanger tomba, griffa le sol de ses ongles et ne bougea plus. »

27La septième et dernière exécution se serait produite à la suite d’une bousculade entre un garde et un détenu, du côté de Briare. La marche se poursuit, lente et pénible. Fort heureusement, comme souvent dans les situations les plus extrêmes, la solidarité joue à plein.Jaquier en donne un exemple :

« Le maire de Limeil, qui est tuberculeux, titube, s’effondre. Nous l’aidons à se relever en le soutenant par le bras, chacun d’un côté. Laissez-moi, nous dit-il, je vais vous faire crever… On le porte, à quatre, deux le tiennent par les pieds, deux autres sous les bras. Nous relayant, vite épuisés, nous le transportons. Les gardes hochent la tête, durs, méprisants, ils ne parlent pas, mais ils semblent inquiets maintenant. C’est à mon tour de défaillir. Je traîne le pas. Les autres me dépassent… L’un me bouscule… Je traînaille, marche pesamment, me laisse aller… Me voici en queue de colonne avec d’autres traînards qui titubent. Les tirailleurs marocains nous houspillent “Allez ! Allez, fainéants ! Avancez…” Un gars est tombé. Deux Arabes le frappent à coups de crosse. » Pour tenter de remonter la colonne, Jaquier décide d’alléger son sac. Il jette d’abord ses livres : « Le Rire - Les Pensées - Le Trotsky - puis les autres au fur et à mesure, comme un ballon qui jetterait du lest afin de remonter […] C’est ma peau que je joue.Vidons le sac !… Le courage m’a repris, je remonte insensiblement le courant, je dépasse rang par rang mes autres compagnons. […] Nous retrouvons les autres de l’équipe.Le gars de Limeil est gris, hâve, ses yeux battent, battent, mais il tient le coup, encouragé par les copains. Nous marchons toujours. »

28En provenance du camp de Cepoy, la longue colonne de prisonniers arrive finalement jusqu’à Neuvy-sur-Loire. Les évasions ne se comptent plus. Les troupes allemandes entourent Neuvy. Les ponts ont sauté, les gardes désertent et les prisonniers, livrés à eux-mêmes, s’égaillent dans la nature. Quelques-uns réussissent à passer la Loire. Ceux qui se présentent spontanément dans les gendarmeries sont arrêtés, puis à nouveau internés.

Le camp d’Avord : dernière étape avant Gurs

29Le dimanche 16 juin, au terme d’une marche harassante de plusieurs heures, les prisonniers venant du camp des Grouës sont rassemblés puis conduits en autobus en direction de Bourges. À peine arrivé au camp militaire d’Avord (Cher), le lundi matin 17 juin, le groupe doit remonter dans les véhicules pour fuir… devant la poussée de l’armée allemande. Le départ se fait dans la confusion la plus totale. Gardes mobiles et prisonniers mêlés ne pensent qu’à une chose : fuir ! « Seuls quelques gardiens du Cherche-Midi, pistolet au poing, essayent d’ordonner la cohue. » Henri Martin décrit la scène suivante :

« Nous voici sur une grande place, sur laquelle stationnent nos véhicules. Certains détenus prennent pourtant la fuite vers la campagne… D’autres, pour qui la faim est plus forte que tout, se dirigent vers la cuisine et y pillent tout ce qu’ils y trouvent, conserves et boules de pain !… Un coup de feu retentit : un cri, et un homme tombe ! C’est encore un garde-mobile qui a tiré sur un prisonnier tentant sans doute de s’enfuir. »

30Le mardi 18, le convoi roule en direction de Bordeaux et se fraye un chemin sur les routes de la France en débandade. Au cours du voyage, les prisonniers apprennent la démission de Paul Reynaud, le 16 juin, l’arrivée au pouvoir du maréchal Pétain, nommé chef du gouvernement, et sa demande d’armistice. Ces nouvelles sont différemment appréciées, en fonction des opinions politiques des uns et des autres…

« De temps en temps un sergent du Cherche-Midi vient voir ce qui se passe, rapporte Lesca. C’est un assez dangereux personnage, avec des sautes d’humeur d’alcoolique, redoutables dans les relations d’un gardien avec des prisonniers.Il arrive souriant et prêt à causer, puis, tout à coup, un geste l’irrite et il se met à nous insulter : “Rebut de la société”, nous jette-t-il à la face.Cette injure distinguée lui plaît ; il la répète souvent. »

31L’arrivée à Bordeaux a lieu le jeudi 20 juin. Une certaine effervescence gagne les uns et les autres.Les officiers sont en quête d’ordres, tandis que les détenus pensent être parvenus au terme de leur épuisant voyage.

  • 19  La note de service provient de la cote 13 J 1497 du SHD-DAT. Le procès verbal d’exécution m’a été (...)

32Bien que de courte durée, la halte est suffisante pour que dix condamnés à mort soient extraits du convoi afin d’être remis au sous-lieutenant Chiaramonti, commandant la prison militaire de Bordeaux formée pour l’occasion. Celle-ci occupe provisoirement la caserne Boudet, située à l’angle de la rue de Pessac et de la rue des Treuils. L’un des condamnés à mort, Maurice Lebeau (17 ans), voit sa peine commuée en celle des travaux forcés à perpétuité « par décision présidentielle du 18 juin 1940 ». Le 21 juin, le commandant d’armes de la place de Bordeaux indique la procédure à suivre concernant l’exécution de Roger Rambaud (17 ans), Marcel Rambaud (23 ans), Léon Lebeau (34 ans) et Jean Amourelle (33 ans). Elle a lieu le lendemain matin, au champ de tir de Verthamon (commune de Pessac). Un procès verbal confirme que l’exécution a eu lieu le 22 juin 1940, à 5 h. 45, en présence du lieutenant Créry du 57e régiment d’infanterie. Les actes de décès n° 225, 226, 227 et 229, rédigés par le greffier Castellani, du 3e tribunal de Paris replié à Bordeaux, sont inscrits dans le registre de décès de la commune de Pessac, à la date du 24 juin 194019. Roger Rambaud travaille aux usines d’aviation Farman, à Boulogne-Billancourt. Son frère aîné est militaire au 503e régiment de chars de combat à Versailles tandis que Léon Lebeau appartient au 3e régiment de génie. Le premier est condamné à mort pour sabotage (« détérioration volontaire d’appareils de navigation aérienne employés pour la Défense nationale »), les deux autres pour complicité (ils ont guidé le jeune Rambaud dans son action et lui ont conseillé le mode opératoire). Le quatrième, Jean Amourelle, encarté à la SFIO depuis 1934, exerce la profession d’attaché à la questure de la Chambre des députés, puis de sténographe au Sénat. Le 29 mai 1940, il est jugé et condamné par le 3e tribunal militaire de Paris à la peine capitale, pour trahison (il aurait vendu les rapports de la commission de la défense du Sénat aux Allemands pour financer un journal qu’il avait le projet de fonder, « La Carmagnole »).

33 Dans son récit, Moussinac confirme ce fait : « J’entends le machiniste qui raconte qu’un groupe de quatre condamnés à mort qui se trouvait avec nous depuis Paris a été laissé à Bordeaux.L’idée de leur exécution nous obsède. »

Le Camp de Gurs : simple halte dans le repli pénitentiaire

Léon Bérody, détenu politique à Gurs en 1940

Léon Bérody, détenu politique à Gurs en 1940

Dessin René Kunz

© Collection Amicale du camp de Gurs

34C’est finalement le vendredi 21juin, après cinq jours de voyage, que par centaines les Parisiens des prisons de la Santé et du Cherche-Midi arrivent au terme de leur exode. Le terminus se nomme « camp de Gurs ». Deux jours plus tard, le 23 juin, un deuxième convoi arrive lui aussi de Paris. La plupart des 1 020 prisonniers parvenus au terme de ce tragique exode resteront là jusqu’à la fin de l’année 1940. De Gurs, ils seront expédiés dans les prisons militaires de Dordogne : Bergerac, Périgueux et Nontron, le camp de Mauzac ou bien celui de Nexon, en Haute-Vienne.

35Le 21juin, Henri Martin débarque à Gurs et décrit son installation dans la baraque n° 6 de l’îlot B.

 « Un à un, les bus avancent et déversent, entre une double haie de gardes mobiles, leur fournée de prisonniers qu’on fait entrer dans le camp par une simple porte barbelée qui s’ouvre près d’une pancarte portant une grosse lettre, noir sur blanc, “B”.C’est le nom de notre nouvelle résidence : îlot “B” […] Quel logement ! c’est un bâtiment bas, toit à deux pentes, côtés obliques soutenus intérieurement par des montants de bois espacés d’un mètre environ et qui constituent des sortes de boxes. On nous donne de la paille, oh ! pas beaucoup ! que nous disposons sur un plancher grossier, percé, disjoint, et sale… Rompus de fatigue, nous n’attendons pas la nuit pour dormir. Quoique l’épaisseur de paille soit bien mince, qu’il faille se coucher tout habillé, sans couverture, nous trouvons cependant cette couche bien douce, après ces cinq nuits passées sur les dures banquettes des autobus… »

36Martin écrit dans son journal, à la date du 12juillet :

 « De nouveau, la pluie ! Quel pays : pendant quelques jours, il fait une chaleur torride puis il se met à pleuvoir et alors, cela dure plusieurs jours aussi, de sorte qu’il n’est plus possible de sortir sans patauger dans un bourbier… Alors, je pense à ces pauvres Républicains espagnols qui, lorsqu’on les a parqués là, en 1939, ont dû coucher à la belle étoile, par tous les temps, dans ce cloaque, en attendant que soit achevée la construction de ces horribles et inconfortables baraques que nous occupons maintenant. Cela ne m’étonne plus si blessés, malades, femmes et enfants y moururent en grand nombre !… »

37Le pacifiste et libertaire Louis Lecoin, auteur du manifeste « Paix immédiate », livre lui aussi ses impressions :

« Puis, ce sera l’existence morne du camp, entre les barbelés, dans des baraques inconfortables, parmi la vermine. C’était l’été, qui rendait tout de même moins insupportables différentes misères que l’hiver aggraverait. Nous pouvions, par exemple, nous épouiller, sans risquer la bronchite. Si à la Santé nous mourions un peu chaque jour, à Gurs, nous traînions notre vie avec nous.Nous étions parqués là – dans un îlot représentant la vingtième partie du camp – environ douze cents inculpés qui attendaient que les tribunaux militaires de Paris, installés à Périgueux, redistribuent leur justice ! »

  • 20  Laharie (Claude), Le Camp de Gurs, 1939-1945 : Un aspect méconnu de l’histoire de Vichy, J&D Éditi (...)

38Édifié au printemps 1939, Gurs est un camp d’internement comportant 382 baraques, ceint d’une double rangée de barbelés. Il est d'abord destiné aux réfugiés républicains espagnols, puis aux juifs qui, livrés par le gouvernement de Vichy, finiront dans les camps de la mort allemands. Claude Laharie, historien du camp de Gurs20, explique que la présence des détenus « préventionnaires », issus des prisons militaires parisiennes, relève plus d’un concours de circonstances que d’une logique pénitentiaire. La confusion administrative engendrée par l’armistice est totale.

39L’auteur éclaire le propos :

« La séparation de la France en deux zones, la volonté d’indépendance manifestée par Vichy, en 1940, à l’égard du vainqueur, la démilitarisation des troupes et de la gendarmerie, ont conduit la nouvelle administration du pays à prendre, en toute hâte, des dispositions de circonstance. La question des détenus en détention préventive était considérée comme secondaire, elle a été réglée à la va-vite par le choix, comme lieu d’internement, de Gurs, alors vidé de ses premiers occupants [les républicains espagnols]. Cette décision, qui ne relève d’aucune politique répressive cohérente, est purement ponctuelle. Pour les détenus, elle fut ressentie comme un châtiment d’une perversité inattendue. »

40Parmi les 900 prévenus d’Avord, internés à Gurs le 21 juin, Laharie cite « Yves Péron, futur député communiste, Émile Pasquier, futur secrétaire général de la Fédération CGT des électriciens et gaziers, Raymond Baudin, futur maire de l’Hay-les-Roses, Jacques Georges, frère du colonel Fabien, Charles Joineau, secrétaire général de la FNDIRP, Léon Bérody, président de l’Amicale du camp de Gurs, le graveur René Kunz, le pacifiste Louis Lecoin, Henri Martin, Courtois, Wade, Foucault, Bélino, Furic, etc. L’écrivain Léon Moussinac qui fait aussi partie du convoi, écrit dans son journal en apprenant le nom du camp vers lequel il est conduit : « “Gurs ! se ranime en moi le souvenir de ces lettres désespérées, de ces appels pitoyables et si dignes que j’ai longtemps reçus de la part des miliciens espagnols. Un nom lugubre, Gurs” ».

41Les conditions d’hygiène et d’alimentation sont rudes.Outre les poux, puces et punaises, les rats règnent en maîtres dans le camp.Henri Martin en témoigne :

« Le plus gros travail est la destruction des rats qui pullulent sous le plancher.Armés de bâtons, de balais, de galets, les hommes entourent les baraques et, chaque fois qu’un rat s’en échappe, il est impitoyablement anéanti. C’est une chasse véritable car, quelquefois, le rat, percevant le danger, rentre et se réfugie sous le plancher, jusqu’à ce que le dernier panneau soit enlevé. C’est alors la fuite générale, dans tous les sens, jetant la panique […] Quand la destruction est terminée, tous les rongeurs sont alignés.Il y en a une bonne centaine, petits, gros, géants même, de toutes les couleurs : noirs comme des taupes, gris, jaunes, roux. »

42Louis Lecoin confirme ce récit. Au mois de décembre, conduit à l’hôpital du camp pour des soins dentaires, le gardien qui l’y accompagne l’entraîne vers un local, voulant lui faire constater à quel point les fossoyeurs sont débordés.Il ouvre la porte :

« Quelle horreur ! De nombreux cadavres étaient empilés les uns sur les autres, pêle-mêle, le nez et les oreilles mangés par les rats ! Les rats ne se contentèrent pas de grignoter les morts. Ils attaqueront les vivants quand le froid s’intensifiera et qu’il neigera. Les antifascistes internationaux, nos voisins, durent toute une nuit défendre contre eux leur baraque prise d’assaut. L’un d’eux mourut des suites de morsures. »

43Les « indésirables » français (I.F.), pour reprendre le sigle utilisé par l’autorité gursienne, sont répartis dans les îlots B et D. L’îlot B est composé d’une vingtaine de baraques. Les « préventionnaires » y sont internés, en attente de jugement. Presque tous sont des « politiques ». Quant à l’îlot D, il ne comporte que deux baraques, entourées de barbelés, un camp dans le camp ! C’est l’îlot des « suspects ». Charles Lesca y séjourne à partir du lundi 24 juin.L’administrateur de Je Suis Partout relate :

« Nous restons seuls, Fabre-Luce, Serpeille, Anselmi, Alain [Laubreaux] et moi pour la baraque n°20 qui est la baraque des isolés.C’est un lieu de réprouvés parmi les réprouvés, situé à un angle en bordure du camp. […] Cette baraque est ceinte d’un triple rang de barbelés qui réserve à son alentour un étroit espace d’où ses occupants ne peuvent sortir. »

44Le 1er septembre 1940 est un dimanche.

« C’est aussi l’anniversaire de notre fête de l’Humanité, raconte Henri Martin, […] nous organisons un concert, à la baraque 4, chez nos amis civils.Des chanteurs se produisent, des mimes nous divertissent, de gais conteurs déclenchent le fou rire par leurs histoires drôles.Notre camarade Daniel Renoult (Maire de Montreuil) fait une allocution pour commémorer notre fête annuelle, la fête de notre grand journal, et termine en souhaitant que nous puissions nous retrouver tous, le plus tôt possible, dans cette vaste clairière de Garches, dans la joie et la liberté… »

45Le personnel d’encadrement et de surveillance est celui du Cherche-Midi. Le capitaine Kersaudy est toujours commandant de la prison militaire de Paris repliée à Gurs, ainsi qu’en témoigne la note de service reproduite ici. Elle s’adresse aux « détenus s’obstinant à faire du feu dans les baraques » et à propos desquels les mesures suivantes sont prises :

« 1°/ Interdiction de laisser des boîtes métalliques qui sont transformées en braseros. 2°/ Interdiction absolue de recevoir dans des colis des denrées nécessitant une préparation à chaud, telles que : thé, cacao, chocolat, etc. […] Camp de Gurs, le 4octobre 1940. » Charles Lesca nous éclaire sur le bien-fondé de cette note de service : « Nos distingués compagnons de la baraque 20 font leur thé et se font griller des toasts.Ils ont construit une sorte de foyer en terre où l’on brûle des planches plus ou moins arrachées à la baraque. Un peu de paille sert à le faire prendre.On fait bouillir de l’eau sur ce feu dans trois gamelles faites avec de vieilles boîtes de conserves, et quand elle bout, on y jette quelques pincées de thé dont les premiers occupants de la baraque ont providentiellement trouvé un paquet en arrivant. Sur les cendres on fait griller du pain. Cela n’a qu’un défaut, c’est de le rendre meilleur. On le mange donc plus vite, et comme nous touchons le matin notre ration pour la journée, nous sommes quelquefois à court quand arrive le soir. »

46Dans son journal en date du 3 septembre, Henri Martin rapporte que la cantine vient d’être supprimée car « les comptes doivent être arrêtés en vue d’un départ imminent. On nous emmènerait dans un camp près de Périgueux ! Au bureau, on emballe les archives.Cela paraît sérieux ! » Le lendemain, le commandant de la prison militaire de Paris se rend à Périgueux « pour inspecter les lieux ». En fait, il s’agit vraisemblablement de la visite d’un camp que l’autorité militaire projette de créer au lieu-dit Saltgourde, commune de Marsac-sur-L’Isle, non loin de Périgueux, et de celle des cantonnements d’ouvriers de la poudrerie de Mauzac (future prison militaire), situés au sud du département de la Dordogne. À peine deux mois plus tard, les baraquements abritent les premiers détenus transférés de la prison militaire de Paris repliée au camp de Gurs.

47Le 5 septembre, H.Martin note :

« Au bureau, on a déballé les archives ; on reste. Il paraît que le capitaine n’a pas été satisfait de la disposition des lieux et il ne veut pas prendre la responsabilité de nous y transporter. Peut-être se souvient-il que lors du voyage d’Orléans à Gurs il a perdu plusieurs centaines d’hommes, et ne veut pas recommencer ? »

48Quelques jours plus tard, le 21septembre, une liste de « préventionnaires », réclamés par le tribunal de Périgueux, arrive à Gurs. « Toutefois, une difficulté surgit : il n’y a pas d’escorte pour effectuer le transfert.Il faut attendre. »

49Pour Henri Martin, le départ vers Périgueux a lieu le 24octobre. La prison militaire de Mauzac, en Dordogne, n’étant opérationnelle qu’au 1er novembre, H. Martin sera jugé à Périgueux, puis transféré à la prison militaire de Villefranche-de-Rouergue (Aveyron) pour y purger une peine de deux ans de prison.

50Les derniers « Indésirables Français » quittent Gurs le 31 décembre 1940, pour le camp de Nexon (Haute-Vienne). Gurs devient alors un camp d’internement pour Juifs étrangers.

Le registre « passagers » de la « Prison militaire de Paris »

  • 21  Grynberg (Anne), Les camps de la honte, Paris, La Découverte/Poche, 1999 ; Kotek (Joël) et Rigoulo (...)

51Outre les témoignages connus, il existe un document qui permet de mieux comprendre ce qu’a été le repli des prisons parisiennes. Il s’agit d’un registre d’écrou, consultable au Dépôt d’archives militaires du Blanc (Indre), portant dans sa première partie l’inscription : « Prison militaire de Paris – Registre d’écrou des passagers du 1er mai 1940 au 18 juillet 1942 », et dans sa seconde partie, cette autre mention : « Prévenus écroués Prison militaire de Paris repliée à Mauzac ». Les indications qu’il contient sont précieuses : motifs de la détention, dates d’entrée, de sortie, et lieux de transferts. Si les camps d’internement ont fait l’objet de nombreuses études (Anne Grynberg, Denis Peschanski, Joël Kotek et Pierre Rigoulot, pour ne citer qu’eux21), il en va tout autrement des prisons militaires. L’exode des prisons parisiennes reste un sujet de recherche quasiment vierge.

52S’il présente un grand intérêt, ce registre est malheureusement loin d’être complet. Il ne répertorie qu’une partie des détenus de l’exode, issus des prisons du Cherche-Midi et de la Santé. Il liste malgré tout 513 écroués, pour la période allant du 1er mai au 1er novembre 1940, date à laquelle s’opère le repli de la prison militaire de Paris, du camp de Gurs vers la toute nouvelle prison militaire de Mauzac. L’étude statistique réalisée d’après ces chiffres permet de mieux cerner la physionomie de la population carcérale des prisons parisiennes.

53Sur les 513 premiers noms listés, seuls 443 sont concernés par l’exode pénitentiaire de juin 1940. Les 70 autres, prisonniers militaires, ont été soit « transférés sur leur corps » ou sur une autre prison, soit remis à la police militaire avant le 10 juin 1940. C’est le cas de 23 d’entre eux, « remis à la Prévôté au stade de Colombes le 18mai 1940 ».

54Sur les 443 prisonniers « repliés », 237seulement sont clairement identifiés comme étant arrivés à Gurs. 181 s’y trouvent dès le 21juin, 41 arrivent le 23, puis 15 après cette date. Si ce registre d’écrou ne porte mention que de 21 « disparus à Cepoy », on peut supposer que les évasions et autres disparitions sont bien plus importantes que ne l’indiquent les colonnes du registre. Cela ressort clairement de l’anecdote rapportée par Henri Martin, au tout début de son séjour gursien :

« Vers 8 heures et demie, un long coup de sifflet retentit et un ordre crié : “Tout le monde dans les baraques ! C’est pour un appel !” “Ils” doivent faire leurs comptes car, sur les effectifs de la Santé et du Cherche-Midi (évalués à deux mille environ) nous ne devons rester plus de douze cents, maximum : il y a vingt baraques qui comptent chacune 50 à 60hommes !… Il manque du monde !… »

Ce que sont devenus les 443 « repliés » du registre d’écrou de la prison militaire de Paris

Ce que sont devenus les 443 « repliés » du registre d’écrou de la prison militaire de Paris

55Les indications figurant sur le registre d’écrou « passagers » de la prison militaire de Paris, bien qu’incomplètes, permettent de dresser le tableau ci-dessus.

56En complément de cette statistique, les mentions suivantes, relevées sur le registre, méritent d’être soulignées : par exemple, les 65 prévenus transférés sur tribunaux militaires sont internés à Périgueux, en attente de jugement. La grande majorité transitent par la prison militaire de La Perlerie. Certains séjournent à la maison d’arrêt de la ville (prison Beleyme), avant de regagner le camp de Mauzac, une fois jugés.

57Les 26sujets polonais démobilisés sont « élargis de l’établissement le 26-10-40 à destination de la Commission restreinte de démobilisation de l’armée polonaise au Camp de Caylus (Tarn-et-Garonne) ».

58Huit des quinze prisonniers remis aux autorités allemandes le sont au mois d’août 1940. Parmi eux, six sont de nationalité allemande (dont une femme), le septième est autrichien, le huitième est « américain d’origine allemande ». Sept autres sont transférés sur Vierzon le 14octobre, « pour être remis aux Autorités allemandes à la ligne de démarcation, en exécution des dispositions de l’article 19 de la convention franco-allemande d’armistice du 22juin 1940 ».

59Sur les trois assignés à résidence, deux sont polonais, le troisième est un sujet russe accusé d’« infraction au décret-loi du 3 novembre 1939 – Article 82.83 » (atteinte à la sûreté extérieure de l’État). Tous sont remis à la gendarmerie de Lalinde, pour être ensuite transférés sur Savignac-les-Églises (Dordogne).

60Quant aux prisonniers dont le passage aux camps des Grouës et de Cepoy est signalé, sans autre indication, on peut supposer qu’ils font partie des évadés de l’exode pénitentiaire.

61Cette étude du registre « passagers » mériterait d’être poursuivie et approfondie. Une analyse des registres d’écrou des prisons du Cherche-Midi et de la Santé, par exemple, nous en apprendrait davantage sur le sujet. Quant aux archives du camp de Gurs relatives à cette époque, malheureusement elles ont été volontairement brûlées, le 24juin 1940, de crainte qu’elles ne tombent aux mains des Allemands…

Typologie de la population carcérale

62Schématiquement, trois groupes se dégagent : premièrement les « réfractaires à l’armée » (déserteurs et insoumis), deuxièmement les « politiques », et troisièmement les militaires détenus pour délits de droit commun. La statistique qui suit porte sur les 513premiers numéros d’écrou du registre « passagers » de la prison militaire de Paris.

La population carcérale de la prison militaire de Paris en 1940

La population carcérale de la prison militaire de Paris en 1940

63La catégorie de prisonniers numériquement la plus importante est celle des réfractaires : déserteurs et insoumis. En temps de guerre, le déserteur est un militaire en service abandonnant son poste.L’insoumis, quant à lui, soit ne répond pas à la convocation régulière de l’autorité militaire, soit refuse d’exécuter l’ordre de route à sa réception.

64Il est évident qu’on ne peut attribuer le même sens (politique, philosophique ou religieux) à l’objection de tous ces « réfractaires de conscience ». Les motivations des uns et des autres, si elles se recoupent parfois, sont par nature très variées. Par exemple, tous ne se réclament pas de la non-violence.Il s’en trouve un certain nombre qui sont rentrés depuis peu d’Espagne où ils se sont battus, les armes à la main, contre le franquisme. Leur discours antimilitariste, propagé dans l’armée, entraîne une forte répression.

  • 22  Cattelain (Jean-Pierre), L’objection de conscience, Paris, Presses Universitaires de France, 1975, (...)
  • 23  Auvray (Michel), Objecteurs, insoumis, déserteurs, Paris, Éditions Stock, 1983, p.9-10.

65Les insoumis et les non-violents sont parfois qualifiés d’« objecteurs de conscience ».L’expression (consciencious objector) tire son origine de l’action menée par Gandhi et ses partisans (les Satyagrahis : combattants non violents) qui luttaient pour les droits des immigrés indiens dans les colonies britanniques d’Afrique du Sud22. En Grande- Bretagne, les opposants à la guerre finirent par prendre le nom de « war resisters » (résistants à la guerre)23.

66Parmi les insoumis, on trouve quelques témoins de Jéhovah (mouvement religieux apparu aux États-Unis en 1872, fondé par Charles T. Russel). Peu nombreux en France pendant la guerre, ils sont par contre très présents en Allemagne (25 000 environ en 1933).Dans son livre Les résistances allemandes à Hitler, Gilbert Merlio rapporte à leur propos :

  • 24  Merlio (Gilbert), Les résistances allemandes à Hitler, Paris, Tallandier, 2003 p. 137. Voir égalem (...)

« Voilà des chrétiens qui ont été persécutés parce qu’ils mettaient l’obéissance à la loi divine bien au-dessus de l’obéissance au pouvoir temporel et se sont refusés à satisfaire aux exigences du régime : pas de salut hitlérien, pas de prestations de serments, pas d’appartenance aux organisations nazies obligatoires comme la Jeunesse hitlérienne ou le Front du travail et surtout refus de porter les armes. […] Dès 1935, les Témoins de Jéhovah sont jetés par milliers dans les geôles et les camps de concentrations nazis où un galon violet les signale à la cruauté des SS.Environ 1 000 mourront de ces persécutions, 250 seront exécutés pour refus de porter les armes.Proportionnellement, les Témoins de Jéhovah forment la communauté religieuse qui, en dehors des juifs, a le plus souffert des persécutions nazies24. »

67À la prison militaire de Mauzac, c’est pour « insoumission à la loi sur le recrutement de l’armée en temps de guerre » ou « refus d’obéissance » qu’ils sont écroués.

68Un homme symbolise à lui seul la lutte des pacifistes, il s’agit de Louis Lecoin, la cinquantaine à l’époque, mais qui totalise déjà douze années de prison pour objection de conscience. C’est lui l’auteur, avec Nicolas Faucier, du tract sulfureux « Paix immédiate », distribué au dixième jour de la guerre. À la grande désillusion de Lecoin, la majorité des signataires se rétracte. Lecoin est arrêté le 29septembre 1939. Écroué à la Santé, il connaît ensuite l’exode pénitentiaire jusqu’à Gurs, puis Nexon, et enfin le fort de Djelfa en Algérie, jusqu’à sa libération au débutdu mois de septembre 1941. Le 1er juin 1962, à l’âge de 74ans, Louis Lecoin se bat pour obtenir le « statut des objecteurs de conscience ». Il entreprend une grève de la faim qui durera 22jours… Ce pacifiste et farouche antimilitariste obtient satisfaction le 11 décembre 1963, lorsque la loi est enfin adoptée par le Parlement, en quatrième lecture !

69Parmi les « politiques » se trouvent les communistes, qui tombent sous le coup du décret-loi du 26 septembre 1939, portant dissolution des organisations communistes. Le regard que porte Charles Lesca sur eux n’est pas dénué d’intérêt :

« Ils se divisent en deux catégories : des ouvriers, jeunes ou vieux, arrêtés pour “freinage” de la production, pour avoir manqué le travail, pour détention ou distribution de tracts. Il y a parmi eux de bons bougres de Français trompés.Les autres sont des petits chefs, secrétaires de cellules, “responsables”, comme ils disent.Ce sont des phraseurs prétentieux. […] Nous tirons d’une assez grande quantité d’observations la conclusion que si la répression du communisme a été une farce en ce qui concerne les grands chefs qui ont pu presque tous s’enfuir, les petits militants, distributeurs de tracts, propagandistes et même les secrétaires ou chefs de cellules, ont dû être positivement traqués.Il y a, en effet, parmi nous, des quantités de prisonniers qui ont commis de toutes petites fautes : absence illégale de quelques heures à leur travail, par exemple.Mais, en bavardant avec eux, on apprend que tous, à un moment donné, ont été inscrits au “parti”. »

70Les événements qui conduisent à la dissolution du parti communiste sont directement liés à l’approbation par ce dernier du pacte germano-soviétique, signé à Moscou le 23 août 1939. En dépit d’une opposition interne marquée – 25 députés sur 72 rompent avec le parti – le PCFsuit à la lettre les directives de la IIIe Internationale communiste. La répression gouvernementale contre les élus du parti qui refusent de condamner le pacte germano-soviétique et de se désolidariser du Komintern est sévère. Si les principaux cadres, à l’exemple de Maurice Thorez, parviennent à fuir et à s’exiler à Moscou, il en va différemment des militants de base. En mars 1940, 3 400sont arrêtés, dont 1 500 condamnés pour « activité et propagande communiste ».

71On peut aussi classer dans la catégorie des « politiques », ceux auxquels il est reproché d’avoir tenu des « propos défaitistes, antinationaux ou subversifs », accusés de « reconstitution de ligue dissoute », ou d’ « abandon de travail » (refus de travail dans certaines usines de guerre, grèves…). Et enfin, quelques personnalités d’extrême-droite, une vingtaine, à propos desquelles Claude Laharie déclare :

« Parmi elles, Charles Lesca, directeur de Je suis partout, et Alain Laubreaux, son collaborateur ; Clément Serpeille de Gobineau, journaliste à L’Illustration, Robert Fabre-Luce, etc. ; tous dans les années suivantes, serviront avec énergie le régime de Vichy ; leur présence, pour le moins inattendue au milieu de “politiques”, s’explique surtout par la date de leur arrestation, le 2 juin 1940, c’est-à-dire à une époque où la propagande en faveur des systèmes totalitaires était encore assimilée à un délit, d’autant plus que la France était justement en guerre avec le plus violent de ces régimes. »

72La plupart d’entre eux font l’objet d’ordonnances de non-lieu devant le tribunal militaire de Périgueux ou bien sont libérés du camp de Gurs, sur ordre du ministre de l’Intérieur.

73Détail significatif relatif à l’un d’entre eux, ce papillon collé sur le registre d’écrou de la prison militaire de Paris : « Adresse Fabre-Luce – Hôtel des Ambassadeurs – Vichy – Allier ».Motif de sortie : « Ordonnance de non-lieu de M.Louis Fabre, officier de Justice Militaire adjoint, juge d’instruction près le Tribunal Militaire de la 12e Région séant à Périgueux (Dordogne), en date du 6.8.40. Libéré à destination de ses foyers… ». Écroué le 6 juin pour « actes nuisibles à la Sûreté à l’intérieur et à l’extérieur de l’État », Robert Fabre-Luce est libéré de Gurs le 14 août 1940.

74Quant aux « droit commun », ils représentent le quart de la population carcérale. Leurs motifs d’inculpation, très variés, sont détaillés dans le premier tableau.

  • 25  ADD, Périgueux, 1 W 1836.

75À partir du numéro d’écrou 514 du registre apparaît le titre : « Prévenus écroués Prison Militaire de Paris Repliée à Mauzac ». Il s’agit des prisons parisiennes du Cherche-Midi et de la Santé repliées le 10 juin 1940. Dans le dossier du prévenu G.R. on relève cette note de l’avocat, en date du 10 janvier 1941 : « Le Camp d’internement de Mauzac représente les prisons militaires du Cherche-Midi et de la Santé de Paris, repliées lors de l’avance des troupes allemandes à Gurs (Basses Pyrénées) et transférées à Mauzac le 7novembre 194025. »

La prison militaire de Mauzac

Prison militaire de Mauzac, juin 1944

Prison militaire de Mauzac, juin 1944

© Collection Cl. Ossipoff-Chaussat

  • 26  Ibidem.

76Dans un courrier daté du 23 novembre 1940, Maurice Labarthe, préfet de la Dordogne, indique à propos de Mauzac qu’« actuellement ce camp détient 347condamnés ou prévenus dont au moins 200 civils condamnés par les Tribunaux militaires26 ».

  • 27  Ibid.

77« Depuis le 25 novembre 1941, rapporte le colonel Blasselle, les détenus sont classés, logés et circulent séparément dans les conditions suivantes : 1re division, récidivistes et exclus – 2e division, condamnés primaires pour délits militaires (outrages, voies de fait) – 3e division, insoumis, déserteurs – 4e division, communistes – 5e division, gaullistes – 6e division, prévenus27. » Cette énumération donne une idée assez précise de l’état de la population carcérale de la prison militaire de Mauzac, au début des années quarante.

78Parmi les temps forts de cette période, citons l’évasion rocambolesque du député SFIO Pierre Bloch, de neuf agents anglais du SOE (Special Operations Executive) accompagnés d’un de leurs gardiens, José Sévilla.L’évasion eut lieu dans la nuit du 15au 16juillet 1942.

79Le 7 juin 1944, la prison passe sous le contrôle de Léon Cerisier, chef de maquis de l’Armée Secrète. À la Libération, Mauzac devient une prison de l’épuration. Le mois de mai 1946 marque un pic avec 1 740 détenus, hommes et femmes répartis dans les camps nord et sud. Parmi les prisonnières célèbres internées à Mauzac, citons Madeleine Corabœuf, alias Magda Fontanges, actrice de cinéma connue et correspondante du journal Le Matin, à Rome. Elle devint un temps l’une des maîtresses de Mussolini et fut condamnée, le 29 janvier 1947, à 15 ans de travaux forcés pour trahison.

  • 28  Delenclos (Michel), Algérie, La guerre des sigles, La Cropte, Éditions Esprit Livres, 2003, p. 162

80Le 2 mai 1945, la prison militaire de Mauzac cesse d’exister en tant que telle : terrains et bâtiments passent sous contrôle du ministère de la Justice. Parmi les étapes qui ont marqué le centre pénitentiaire de Mauzac, il faut citer, au début des années soixante, le regroupement de 255 « politiques » du MNA (Mouvement nationaliste algérien, fondé par Messali Hadj en décembre 1954, interdit par Ahmed Ben Bella le 22novembre 1962)28. Trente-neuf d’entre eux parviennent à s’évader le 6 novembre 1961.Tous sont repris.

Prison de Mauzac, camp Nord, novembre 1961

Prison de Mauzac, camp Nord, novembre 1961

Photo M. Le Collen

© collection Jacky Tronel

  • 29  Étude statistique réalisée par l’auteur en août 2003, reposant sur la consultation des registres d (...)

81Par la suite, le « camp de Mauzac » devient une prison pour objecteurs de conscience. De 1962 à 1970, 278 numéros d’écrou leur sont attribués. 221objecteurs différents y séjournent. 56 d’entre eux sont jugés, condamnés, puis écroués deux fois, au même motif : « refus d’obéissance » et « insoumission ». Si, en 1940, la plupart des « réfractaires » objectent pour des raisons essentiellement politiques, dans les années soixante, les motivations glissent vers la sphère du religieux, comme en témoigne la répartition des objecteurs sur cette période : 204 témoins de Jehovah (92,3 %), 9 catholiques (4,1 %), 4 protestants (1,8 %) et 4 « sans religion » (1,8 %), anarchistes et libertaires29.

82Le camp nord, site de l’ancienne prison militaire de Mauzac, est utilisé jusqu’en 1970 pour abriter les relégués qui bénéficient d’un régime de détention plus libéral que celui des maisons centrales. Avec la suppression de la relégation en 1970, la fermeture du camp nord est décidée. Le camp sud subsiste toujours et a été partiellement restauré. Des détenus en fin de peine y sont incarcérés.

83À proximité a été construit, entre 1984 et 1986, un centre de détention modèle de 240places, dessiné par l’architecte Christian Demonchy.

84Quant à la prison militaire du Cherche-Midi, ouverte en 1851, elle est démolie entre 1961 et 1964. À sa place a été édifiée la Maison des Sciences de l’Homme qui abrite également l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, au 56 boulevard Raspail.

Haut de page

Notes

1  Parution au Journal officiel du 21mars 1939, p. 3665.

2  Archives Départementales de la Dordogne (ADD), Périgueux, 3 R 7.

3  Service Historique de l’Armée de Terre, Vincennes, 6N13sup.

4  ADD, Périgueux, 42 W60.

5  Centre d’Archives Contemporaines, Fontainebleau, 1989, 0151-13.

6  ADD, Périgueux, 1 W1836.

7  Moussinac (Léon), Le Radeau de la Méduse, Paris, Éditions Hier et Aujourd’hui, 1945.

8  Martin (Henri), Gurs… Bagne en France, 1939-1944, pour que souvenir ne meure, Journal d’un détenu politique à Gurs, Montpellier, auto-édition, 1985.

9  Lesca (Charles), Quand Israël se venge, Paris, Grasset, 1941. Réédité aux Éditions Déterna, collection Documents pour l’Histoire, 2001.

10  Jaquier (Maurice), Simple Militant, Paris, Denoël-Lettres Nouvelles, 1974.

11  Lecoin (Louis), De prison en prison, Antony, auto-édition, 1947. Le cours d’une vie, Paris, auto-édition, 1965.

12  Daniel Renoult est présent le 31juillet 1914, au Café du Croissant, à Paris, lors de l’assassinat de Jaurès. Conseiller général communiste de Montreuil, il est arrêté le 14 février 1940, écroué le 9 juin à la Santé pour « infraction au décret-loi du 26/09/1939 » et libéré du Camp de Gurs le 24 octobre 1940.

13  Montagnon (Pierre), 42 rue de la Santé. Une prison politique, Paris, Éditions Pygmalion/Gérard Watelet, 1996, p. 184.

14  Pédron (Pierre), La prison sous Vichy, Paris, Les Éditions de l’Atelier, coll. « Champs pénitentiaires » dirigée par ChristianCarlier, 1993, p. 44.

15  Parendeau (Abbé), La guerre dans la région de Montargis, Montargis, 1945, 32 p.

16  Perruchot (Henri), « Histoire de l’exode », Bulletin de la Société d’Émulation de l’arrondissement de Montargis, n° 83, 3e série, p. 51.

17  Amouroux (Henri), Le peuple du désastre, Paris, Éditions Robert Laffont, 1976, p. 397.

18  Leloup (Gaston), « Le camp de concentration de Montenon à Cepoy de 1939à 1940 », Bulletin de la Société d’Émulation de l’arrondissement de Montargis, n° 91, 3e série, p.4.

19  La note de service provient de la cote 13 J 1497 du SHD-DAT. Le procès verbal d’exécution m’a été signalé par l’historien Jean-Marc Berlière et l’information relative aux actes de décès m’a été aimablement communiquée par Philippe Souleau. Je les en remercie.

20  Laharie (Claude), Le Camp de Gurs, 1939-1945 : Un aspect méconnu de l’histoire de Vichy, J&D Éditions, 1993.

21  Grynberg (Anne), Les camps de la honte, Paris, La Découverte/Poche, 1999 ; Kotek (Joël) et Rigoulot (Pierre), Le siècle des camps, Paris, Jean-Claude Lattès, 2000 ; Peschanski (Denis), La France des camps :L’internement, 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002.

22  Cattelain (Jean-Pierre), L’objection de conscience, Paris, Presses Universitaires de France, 1975, p. 36.

23  Auvray (Michel), Objecteurs, insoumis, déserteurs, Paris, Éditions Stock, 1983, p.9-10.

24  Merlio (Gilbert), Les résistances allemandes à Hitler, Paris, Tallandier, 2003 p. 137. Voir également l’étude de Guy Canonici, Les témoins de Jéhovah face à Hitler, Paris, Albin Michel, 1998, préface de François Bédarida.

25  ADD, Périgueux, 1 W 1836.

26  Ibidem.

27  Ibid.

28  Delenclos (Michel), Algérie, La guerre des sigles, La Cropte, Éditions Esprit Livres, 2003, p. 162.

29  Étude statistique réalisée par l’auteur en août 2003, reposant sur la consultation des registres d’écrou au centre de détention de Mauzac.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte de l’exode pénitentiaire du 10 au 21 juin 1940, au départ de la prison de la Santé (annexe de la prison militaire de Paris)
Légende Dessin René Blanchet
Crédits © FNDIRP
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1767/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Prison militaire de la rue du Cherche-Midi, Paris
Crédits © Collection Alain Maurion
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1767/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Scène d’exode pénitentiaire, 15 juin 1940
Légende Photo Henri Nazat
Crédits © Collection Jean-Louis Audebert
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1767/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Léon Bérody, détenu politique à Gurs en 1940
Légende Dessin René Kunz
Crédits © Collection Amicale du camp de Gurs
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1767/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Ce que sont devenus les 443 « repliés » du registre d’écrou de la prison militaire de Paris
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1767/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre La population carcérale de la prison militaire de Paris en 1940
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1767/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Prison militaire de Mauzac, juin 1944
Crédits © Collection Cl. Ossipoff-Chaussat
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1767/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Prison de Mauzac, camp Nord, novembre 1961
Légende Photo M. Le Collen
Crédits © collection Jacky Tronel
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1767/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacky Tronel, « Le repli de la prison militaire de Paris à Mauzac. Un exode pénitentiaire méconnu », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 23 mars 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/1767

Haut de page

Auteur

Jacky Tronel

Diplômé de l’EHESS, attaché de recherche à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, coordinateur de rédaction de la revue d’Histoire Arkheia et membre du comité scientifique de la revue Histoire pénitentiaire.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page