Navigation – Plan du site
2012

Les prisons du Nord au XIXe siècle

Christian Carlier

Entrées d’index

Mots-clés :

histoire des prisons
Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été publié une première fois dans Histoire pénitentiaire, volume 1, Paris, Direction de l’Administration pénitentiaire, Collection Travaux & Documents, 2004, p. 70-105. Voir aussi, du même auteur et sur le même sujet, l’exposition virtuelle sur les prisons de Loos.

Notes de l’auteur

Cette recherche s’appuie sur le thesaurus conservé aux archives départementales du Nord, dans les séries L, N et Y. Je voudrais remercier ici les quelques personnalités qui m’ont prodigué des encouragements : André Gustin et tous les membres de l’Association du centre mémoire de l’abbaye prison de Loos ; le docteur Alain Gérard, président de la commission historique du Nord et auteur d’un remarquable article sur « L’abbaye de Loos, hôpital militaire pendant les guerres révolutionnaires ».

Texte intégral

L’état des prisons du Nord dans les premières années de la Révolution

11790-1791 Plusieurs enquêtes sur l’état des prisons sont diligentées dans le département du Nord (qui vient d’être formé) par les comités de l’Assemblée constituante (comités des lettres de cachet, d’extinction de la mendicité, de législation criminelle). Le Nord est hérissé de prisons, dont le nombre, toutefois, est difficile à déterminer, les réponses aux enquêtes étant plus qu’approximatives.

2Il y a d’abord les prisons ordinaires, pour les prévenus, mais aussi pour les dettiers et pour les auteurs de microscopiques infractions. Ces prisons peuvent être royales, municipales ou seigneuriales. Il y a ensuite les prisons militaires ; il y a les prisons pour les pauvres et celles pour les fous ; il y a encore les prisons ecclésiastiques ; il y a enfin les prisons privées.

3La petite ville de Condé, par exemple, n’a pas moins de six prisons : la prison militaire, la prison des fous, la prison de ville, la prison des criminels (royale), la prison seigneuriale et la prison des « différents pauvres ». La prison militaire, « saine et salubre », dispose de six chambres offrant quatre places chacune ; la prison des fous, malsaine, n’est « pas logeable » ; la prison de ville, « saine et salubre », est très vaste mais elle n’est « aucunement en état de sûreté ». Ces prisons disposent toutes de cachots le plus souvent « très malsains par le défaut d’air » mais qui ont cessé d’être occupés depuis plus de dix ans (grâce à l’action de Malesherbes, Necker et des philanthropes).

4Le seul district (arrondissement) à avoir répondu correctement au questionnaire de l’enquête de 1790 est celui de Lille. On y trouve des prisons à Annappes, Annoeullin, Armentières (quatre, plus « une chambre pour les arrêtés pour dettes »), Avelin, Bondues, Deûlémont, Camphin en Carembault, Comines (quatre, y compris « deux chambres pour les personnes arrêtées pour dettes et filles libertines »), Cysoing (six), Halluin, Haubourdin, Houplin-les-Seclin, Houplines-sur-le-Lys, La Bassée, Lannoy (deux), Leers, Linselles, Louvil, Marcq-en-Pévèle, Mouvaux, Noyelles, Phalempin, Le Quesnoy-sur-Deûle (trois), Roncq (deux), Roubaix (trois), Santes, Seclin (deux, l’une appartenant à la municipalité et l’autre au chapitre), Templeuve-en-Pevèle, Tourcoing (quatre), Verlinghem, Wambrechies, Wattrelos et Wavrin. Ces prisons consistent souvent en une seule pièce (ou chambre) d’une capacité d’une personne qui se trouve, dans la plupart des cas, « dans l’enceinte de l’hôtel de ville ». Dans les bourgs de quelque importance, les prisons sont « de toute sûreté, solidité et salubrité » (Armentières). Dans les petites communes, c’est n’importe quoi. Ainsi à Noyelles : « Il y a une prison dite cachot et une chambre en forme d’étable pour les bestiaux, construites sur le terrain d’un particulier […]. Le cachot est pour mettre les arrêtés et l’étable ou chambre pour mettre les bestiaux pris en dégâts dans les campagnes […]. Le cachot de douze pieds de long six pieds et demi de large six pieds et demi d’étage meublé de gêne de bois pour attacher trois personnes avec leurs chaînes et cavna [cadenas] [est] à reconstruire. » Si, à Noyelles, les prisonniers ne sont pas nourris, ils bénéficient, dans presque toutes les autres prisons, de pain et d’eau, plus rarement de soupe et de bière.

Lille : le palais de Justice, les prisons au quai de la Basse-Deûle

Lille : le palais de Justice, les prisons au quai de la Basse-Deûle

5À « Los » [Loos], le maire a répondu : « Il n’y a point et jamais eu de prison en notre communauté. » Il ne sait pas ce qui l’attend.Lille comptait, avant la Révolution, trois prisons civiles et une prison militaire. À la Citadelle, s’entassaient des centaines de soldats prisonniers, déserteurs pour le plus grand nombre, chargés de chaînes et qui venaient mourir du scorbut au sein d’infirmeries infectes. La prison de Saint-Pierre, qui consistait dans un local étroit (deux chambres) aménagé au second étage d’une maison bourgeoise appelée « Terre de Vendôme » (Cour et Halle de Phalempin) est devenue inoccupée (on y mettait les fraudeurs des droits des États).

6En 1790-1791, Lille ne dispose plus que de deux grandes prisons civiles. La prison royale, ou Tour (de) Saint-Pierre – à ne pas confondre avec la prison de Saint-Pierre, une vieille bâtisse isolée sise à l’ancienne porte de Saint-Pierre, renferme « les déserteurs, les mendiants, les fraudeurs, les arrêtés pour dettes et les criminels ». La prison de ville, ou « Petit Hôtel », contiguë à l’hôtel de ville, contient « les détenus pour faits de police » et « les criminels poursuivis par-devant les échevins ». Ces deux prisons, formant chacune un seul corps de logis divisé par des cloisons de bois, sont solides mais peu sûres en cas d’incendie. Les étages sont assez aérés, les cachots souterrains n’ont d’autre ouverture que le guichet des portes. Elles accueillaient chacune entre dix et vingt prisonniers sous l’Ancien Régime, le chiffre de leur population est en train de s’envoler : quatre à cinq lits s’entassent dans chaque chambre, deux prisonniers dorment le plus souvent dans le même lit. À la prison royale, les prisonniers ont du pain et de l’eau, les mendiants ont une soupe. À la prison de la ville, les prisonniers ont de surcroît du beurre et de la bière.

7À côté des prisons ordinaires, existent des maisons (ou couvents) de force, des maisons de correction et des dépôts de mendicité. Ce sont des établissements destinés à accueillir les prisonniers ayant fait l’objet d’une lettre de cachet (décernée par le roi), d’une mesure administrative (ordonnée par exemple par l’intendant) ou privée (une famille qui fait enfermer un fou ou un mineur par voie de correction paternelle), ou encore jugés par une juridiction extraordinaire (tribunal de police ou de la maréchaussée).

8Le département du Nord dispose d’une dizaine d’établissements de cette nature, dont la moitié hors de la métropole lilloise : le couvent de la Providence, dit du Bon Pasteur, rue des Malvaux à Douai, prévu pour quarante prisonnières ; il n’y en a plus que trois en 1792, gardées par dix religieuses qui leur prodiguent, outre les soins et une nourriture abondante, un traitement « doux et humain » ; le couvent des sœurs grises, à Comines, où vingt-quatre à vingt-cinq prisonnières, folles pour la plupart, sont fort humainement traitées par vingt-quatre sœurs et neuf ou dix servantes ; les prisonnières sont logées dans des chambres individuelles vastes et saines qui donnent sur un grand verger qui sert de promenoir ; c’est une ferme, les vaches fournissent le lait et le beurre ; les menus sont copieux, les prisonnières paient, il est vrai, un prix de pension, mais qui est fort modeste ; les Bons-Fils d’Armentières, établissement « parfaitement disposé pour l’objet de sa destination », prison saine et sûre, confortable même, où dix-huit frères encadrent deux cents prisonniers bien nourris et traités, « furieux ou insensés », ou encore « resserrés pour cause de libertinage », plus quelques « criminels », chacun payant, en moyenne, une pension de 300 livres ;  le dépôt de mendicité de Valenciennes, prévu pour les mendiants et vagabonds valides des deux sexes, mais qui renferme aussi des enfants, des fous, des vénériennes, des infirmes, au point que parmi sa centaine de pensionnaires, rares sont les individus en état de travailler, ce pourquoi le dépôt est pourtant fait ; si les femmes sont occupées, les quelques hommes valides sont surtout employés à garder leurs congénères ;  la « maison de détention et de correction » de Bavay, qui accueillait des femmes de mauvaise vie et des petites délinquantes sous l’Ancien Régime et qui renferme, en 1792, des fous et des folles, mais aussi de grandes criminelles (dont deux femmes condamnées aux travaux forcés à perpétuité) ; « peu solide », insalubre, « en dépérissement », la maison offre trente-six places à des malheureux « très bien nourris avant la Révolution », qui n’ont plus, en 1792, que du pain et de l’eau.

9À Lille même, se trouvent quatre de ces établissements : le couvent de la Madeleine, la maison dite de Salut ou Raspuck, le dépôt de mendicité ou Bicêtre, la maison des Bons-Fils.Le couvent de la Madeleine est réservé aux folles, quatre-vingt-quatre au maximum, les « furieuses » enfermées dans des loges et les autres dans des chambres très propres. Entourées par trente religieuses et quatre domestiques, les détenues, qui paient une pension de 250 à 300 livres, sont copieusement nourries et abreuvées. Ce couvent de force, à l’instar des autres, reçoit aussi des pensionnaires libres. Petit détail : aucune folle ne bénéficie de la visite d’un médecin.

10La maison de Salut ou Raspuck, maison de correction réservée aux femmes, se trouve aussi près de la porte de Saint-Pierre. C’est un local étroit et malsain, resserré entre les boucheries dites de Saint-Pierre dont les égouts passent sous la maison et le cimetière du même nom et à proximité du canal de la Basse-Deûle. Dans une atmosphère « méphitique », s’entassent des centaines de femmes, petites et grandes délinquantes, prostituées envoyées là pour « s’y faire soigner », mendiantes et vagabondes de tous poils, quand la maison ne devrait contenir au plus, suivant les officiers de santé, qu’une soixantaine de prisonnières.

11Le dépôt de mendicité ou « maison de Bicêtre », est situé rue des Malades, dans un des quartiers les plus peuplés de la ville. « Sa proximité des remparts et des fortifications, la hauteur des bâtiments comparée à l’extrême petitesse des cours », le rendent incroyablement insalubre : l’humidité envahit tout, les murs et les humains, ceux-là recouverts de salpêtre et ceux-ci affligés de scorbut. Pourtant, le quartier des femmes est d’une extravagante propreté et on trouve dans celui des hommes, « sinon la propreté qu’on pourrait y désirer, au moins celle qu’il est possible d’obtenir avec un emplacement aussi défavorable ». Propreté de façade. Pas moins de cent quatre-vingts prisonniers s’y entassent, hommes et femmes des départements du Nord et du Pas-de-Calais, démunis de tout, sans paillasse et couverts de haillons, mais qui, heureusement pour eux, communiquent et se réunissent sans trop de difficulté, et s’évadent de la maison sans trop d’obstacles ou de « cassement de tête ». Le dépôt de mendicité a été ouvert à Lille comme dans toute la France en application des grands textes de 1764 et 1767 visant à enfermer les mendiants récidivistes et les vagabonds adultes pour les apprivoiser au travail : dans celui de la capitale du Nord, même si quelques hommes filent « de la laine propre à la fabrication des moelletons », même si les femmes travaillent presque toutes « aux ouvrages de leur sexe » (filer, tricoter, coudre, faire de la dentelle), « ce n’est qu’avec les plus grandes peines que l’on est parvenu à soutenir dans cette maison une lueur d’activité ». Outre le scorbut, beaucoup de prisonniers sont affectés de maladies vénériennes. Le dépôt est davantage lieu de soin que de travail. Dès les premières années de son existence (le dépôt a été ouvert en 1769), les autorités s’alarmaient de son étroitesse, de son insalubrité et de son absence de sûreté. En 1791, les administrateurs du directoire de district songent à établir la « maison de mendicité » dans un autre local, le couvent des Grands Carmes, au bout de la rue Royale, vaste maison renfermant un jardin spacieux et qui est implantée « dans un quartier solitaire et parfaitement aéré ». Mais la dépense pour approprier le couvent à l’usage de prison serait considérable : « Il est peut-être utile de rechercher si le district de Douai ou tout autre de ce département n’offrirait pas pour son exécution des moyens d’économie que l’on trouvera difficilement dans le district de Lille où la nombreuse population augmente si considérablement le prix des terrains et celui de la main-d’œuvre. »

12Il y a enfin la maison des Bons-Fils. Ceux-ci gèrent trois établissements : Armentières (on en a dit deux mots) et Lille, mais aussi Saint-Venant, dans le Pas-de-Calais. Ce sont des maisons de force, mais qui se sont progressivement spécialisées. Tout du moins en partie : sous l’Ancien Régime, le mélange des catégories de prisonniers est une constante. Armentières accueille surtout des prisonniers par lettre de cachet criminels, mais au comportement stable ; Saint-Venant est plutôt une maison de correction pour jeunes délinquants ; Lille est principalement maison de santé réservée aux fous (cinquante-quatre en 1788, quatre-vingt-deux en 1792 sur cent neuf prisonniers). La maison de Lille est très sûre, entourée de hauts murs. Les vingt frères partagent la nourriture des fous, « le bouilli et deux entrées pour le matin, et pour le soir deux plats et une salade avec de la forte bière ». Même si elle accueille une proportion de plus en plus grande de fous par rapport à un nombre de « libertins » devenu infime, l’institution reste caparaçonnée de règles de discipline strictes, les frères sont « très surveillants », bardés de certitudes. Le sort des prisonniers, à les en croire, « n’est pas susceptible d’être amélioré ». On hésite à inclure parmi ces lieux d’enfermement les hôpitaux généraux, celui de Lille, celui de Cambrai et celui de Valenciennes, destinés à l’assistance des « bons pauvres ». Ils disposent pourtant tous d’un quartier de force, prévu pour les fous, mais pas seulement. À Valenciennes, ce quartier ne comprend pas moins de cinquante-neuf loges, dont trente pour les hommes, dix-neuf étant souterraines, « enfoncées à dix pieds sous terre », mais « dont on ne peut faire usage que pour les peines graves ». Si les habitants des loges mangent la même pitance que celle servie aux « bons pauvres » (pain, soupe et petite bière, plus de la viande le dimanche), ils sont gardés par quatre geôliers, recrutés d’ailleurs parmi les « bons pauvres » de l’hôpital.

La réforme pénale

1324 novembre 1789 Création du Comité des lettres de cachet. Chaque prisonnier par lettre de cachet du département du Nord fait l’objet d’une enquête individuelle afin de déterminer s’il a été ou non détenu arbitrairement et, dans ce cas, si rien ne s’oppose à sa libération. Le nombre de libérés est infime.

1421 janvier 1790 Création du Comité pour l’extinction de la mendicité. Le sixième rapport du Comité porte sur « la Répression de la Mendicité » et se conclut par trois projets de loi : le premier prévoyant la détention des « mendiants domiciliés », arrêtés jusqu’à quatre fois de suite, en « maison de correction », pour une durée pouvant aller jusqu’à une année ; le deuxième définissant la manière suivant laquelle les « maisons de correction » doivent être organisées (une par département, « autant qu’il sera possible, hors l’enceinte des villes », et devant être pourvue d’ateliers, les uns offrant un travail rémunéré, les autres « de punition », etc.) ; le troisième envisageant la « transportation » des « mendiants repris en tierce récidive » pour une durée de huit à trente-deux ans, plus une année de « liberté dans la colonie ».

1516 mars-26 mars 1790 Consécutif aux travaux du Comité des lettres de cachet, décret prévoyant l’incarcération dans une « maison de correction » des prisonniers qui, quoique détenus arbitrairement dans une maison de force, ont commis des faits graves.

1616-24 août 1790 Décret prévoyant que les contraventions de police, jugées par les officiers municipaux, seront punies d’une amende ou d’une peine « d’emprisonnement par forme de correction pour une durée qui ne pourra excéder trois jours dans la campagne et huit jours dans les villes dans les cas les plus graves », peine pouvant s’élever à un mois pour les cas d’insolvabilité. Le décret distingue les citoyens « domiciliés » des autres, les municipalités étant chargées de faire le tri.

1719-22 juillet 1791 Code de police municipale et de police correctionnelle. Les individus « non domiciliés », sans aveu, suspects ou malintentionnés, les mendiants et vagabonds impliqués dans des rixes, attroupements ou violences, ou ayant commis de petits délits (vols ou escroqueries), peuvent être condamnés par les justices de paix, outre l’amende et la confiscation, à une peine d’emprisonnement d’une durée pouvant s’élever à quatre ans en cas de récidive, peine subie dans une « maison de correction », laquelle est prévue aussi pour accueillir, dans un quartier séparé, les mineurs de 21 ans enfermés par voie de correction paternelle. Ces maisons de correction, stipule le décret, peuvent constituer l’une des localités d’un établissement plus vaste accueillant aussi les détenus jugés au criminel. Dans ces maisons de correction, il est prévu que les détenus travaillent et soient rémunérés suivant le système du pécule divisé en trois parts (un tiers pour la pension, un tiers pour la cantine, un tiers pour la sortie).

1825 septembre - 6 octobre 1791 Code pénal. Il ne concerne que les crimes. Il corrige l’article XIII du titre XXV de l’ordonnance criminelle d’août 1670, qui prévoyait pour peines : « La peine de mort naturelle […]. Celle de la question avec la réserve des preuves en leur entier, des galères perpétuelles, du bannissement perpétuel, de la question sans réserve des preuves, des galères à temps, du fouet, de l’amende honorable et du bannissement à temps. » Le Code 1791 énumère dans son titre premier les « nouvelles » pénalités : « La peine de mort, les fers, la réclusion dans la maison de force, la gêne, la détention, la déportation, la dégradation civique, le carcan. » Pour la peine des fers, peine dont la durée « ne pourra dans aucun cas être perpétuelle », mais au maximum de vingt-quatre ans, le Code distingue les hommes et les femmes. Les hommes « seront employés à des travaux forcés au profit de l’État, soit dans l’intérieur des maisons de force, soit dans les ports & arsenaux, soit pour l’extraction des mines, soit pour le dessèchement des marais, soit enfin pour tous autres ouvrages pénibles », les femmes et les filles « seront enfermées dans une maison de force & seront employées dans l’enceinte de ladite maison, à des travaux forcés au profit de l’État ». La peine de la gêne, qui ne peut être perpétuelle (maximum de vingt ans), consiste dans un enfermement solitaire « dans un lieu éclairé, sans fers ni liens », sans possibilité de « communication avec les autres condamnés ou avec des personnes du dehors ». Le condamné peut exercer le « travail de son choix, dans le nombre des travaux qui seront autorisés par les administrateurs » du lieu de détention. Grâce à son travail, le condamné peut améliorer un ordinaire consistant dans « du pain et de l’eau, aux dépens de la maison » : un tiers du produit de son travail est « appliqué à la dépense commune de la maison », mais « sur une partie des deux autres tiers, il sera permis au condamné de se procurer une meilleure nourriture », le surplus devant lui être remis au moment de sa sortie.La peine de la détention, dont la durée ne peut pas excéder six années, est subie « dans l’enceinte d’une maison destinée à cet effet », les condamnés bénéficiant des mêmes conditions de travail que celles offertes aux condamnés à la gêne, à cette nuance près : ils « pourront à leur choix travailler ensemble ou séparément, sauf toutefois les réclusions momentanées qui pourront être ordonnées par ceux qui seront chargés de la police de la maison », hommes et femmes étant par ailleurs séparés.Le Code distingue donc trois catégories d’établissements pour peines : les maisons de force ;  les maisons de gêne ; les maisons de détention.Il est fait état d’une quatrième catégorie dans le titre V, où il est question de l’âge des condamnés. Le coupable âgé de moins de seize ans peut, s’il a commis son crime sans discernement, ou bien être rendu à ses parents, ou conduit dans une maison de correction « pour y être élevé et détenu » jusqu’à ce qu’il ait atteint (au maximum) l’âge de vingt ans. Si le coupable âgé de moins de seize ans a agi avec discernement, la peine de mort sera commuée en une peine de vingt années de détention dans une maison de correction, les peines de fers, de réclusion, de gêne ou de détention qui peuvent lui être infligées seront elles aussi subies dans une maison de correction.

1929 septembre-21 octobre 1791 Loi en forme d’instruction pour la procédure criminelle. Elle prévoit deux catégories d’établissement : les maisons d’arrêt, pour les prévenus en matière correctionnelle ; les maisons de justice, pour les accusés en matière criminelle. « Il faut bien se garder, insiste la loi, de confondre ces maisons d’arrêt et de justice avec les prisons établies pour lieux de peine. La réclusion dans les prisons est la peine même ou la correction infligée par la loi. »

201791 Sont donc prévues six catégories d’établissements. Deux pour qui n’est pas définitivement condamné : les maisons d’arrêt ; les maisons de justice. Trois autres sont les prisons réservées aux condamnés : les maisons de force ; les maisons de gêne ; les maisons de détention. Enfin, les maisons de correction accueillent des condamnés à de courtes peines, des mendiants et vagabonds et tous les mineurs, acquittés ou condamnés.

216 décembre 1792 Les administrateurs du département du Nord dressent un constat d’absolue carence : « Il n’a pas été pourvu à l’établissement des différentes maisons de détention nécessaires au service des nouveaux tribunaux. » Il y avait eu cependant quelques tentatives dans ce sens, en particulier de la part des responsables de juridiction : Dewarenghien, le commissaire du roi près le tribunal criminel, avait proposé, au printemps de 1792, de faire conduire les condamnés à la peine des fers au dépôt de mendicité « en attendant que le corps législatif ait déterminé le genre de travaux forcés au profit de l’État auxquels ils seront employés ». Les administrateurs du district s’y opposèrent, « tant parce que ce dépôt n’est pas une prison sûre, que parce qu’il ne s’y trouve pas un emplacement suffisant ». D’Haubersart, le commissaire du roi près le tribunal de district de Lille, aurait voulu de son côté récupérer les maisons des Bons-Fils pour en faire des « maisons de détention ». Il reçut, le 15 juillet 1792, une fin de non recevoir de la part des administrateurs du district : « Les maisons des Bons-Fils ayant une destination propre, qui est de renfermer les fous, il ne paraît pas qu’on puisse les convertir à d’autres usages, et les frères qui les desservent auraient le droit de se plaindre si on les obligeait à recevoir encore les condamnés à une détention. » En conséquence, pendant l’été et l’automne de 1792, les prévenus, accusés et condamnés, y compris ceux à des peines criminelles (détention, fers, gêne), s’entassent dans la prison « ci-devant royale » de la tour de Saint-Pierre. Aussi le directoire du département tenta-t-il de convaincre les administrateurs du district de Lille, allergiques à toute novation : d’une part de considérer la prison de la tour de Saint-Pierre comme maison d’arrêt et de justice ; et d’autre part d’envisager le dépôt de mendicité comme maison de correction et de réclusion, ce qui était d’ailleurs, invoquent les membres du directoire, déjà sa destination avant la Révolution, quand le dépôt remplissait « en grande partie l’objet des maisons de correction […] mais aussi on doit observer qu’il était commun pour les ci-devant provinces de Flandres et d’Artois, et qu’il servait encore de maison de réclusion pour des criminels condamnés et d’hôpital pour les miséreux ». Reste au district, s’il le veut, à proposer un autre local, susceptible de servir en outre de maison de force « pour la réclusion des femmes ou filles, qui, condamnées à la même peine [des fers] doivent être enfermées […] pour y être employées à des travaux forcés au profit de l’État ».

223 brumaire an IV (28 oct. 1795) Code des délits et des peines.L’article 580 établit que « les maisons d’arrêt ou de justice sont entièrement distinctes des prisons qui sont établies pour peines » et y insiste : « Jamais un homme condamné ne peut être mis dans la maison d’arrêt, et réciproquement. »Le nouveau Code des délits et des peines, concocté par Merlin de Douai, a le mérite de réveiller ses compatriotes nordistes, administrateurs et magistrats. Le substitut Delafeuille, commissaire près le tribunal criminel de Douai, évoque la possibilité de récupérer pour en faire des prisons, non pas les séminaires, abbayes et couvents, qui sont considérablement dégradés et peu adaptés (cloisons faibles, murailles peu épaisses, fenêtres sans grillage), mais les Monts-de-piété : trois maisons au moins devraient être formées, l’une pour les condamnés à la détention, l’autre pour les femmes condamnées à la réclusion en maison de force, la troisième pour les condamnés à la gêne. Le mont-de-piété de Douai et celui de Lille appelé le Lombard pourraient faire l’affaire. Cette idée n’eut pas de suite.

Loos, de l’hôpital militaire au dépôt de mendicité puis à la maison centrale

2326 octobre 1791 La motion du citoyen Fiévet, visant à faire de l’abbaye de Loos un hôpital, est approuvée par le Conseil général du district de Lille.

241792-an IV La réforme pénale trouve difficilement à s’appliquer, à Lille et dans tout le Nord comme ailleurs, et même plus qu’ailleurs à cause de la guerre, des champs de bataille tout proches. Un grand nombre d’établissements religieux, devenus biens nationaux et qui auraient pu servir de prisons, sont confisqués par l’armée. Aussi, en matière de prisons fait-on flèche de tout bois. D’anciennes prisons sont rebaptisées maisons d’arrêt (les Bons-Fils, la maison du Salut). D’autres continuent de fonctionner comme auparavant, à quelques nuances près. Dès 1792, les vieilles prisons de l’Ancien Régime sont envahies de détenus. Dans un premier temps, on casse ce qui peut l’être pour donner un peu d’air : ainsi, on abat la chapelle de la prison dite Petit Hôtel, chapelle « dont on n’a plus besoin grâce aux progrès de la raison et de la philosophie ». Il n’empêche, à partir de 1793, c’est l’abomination. Ainsi, à la grande prison dite tour Saint-Pierre : « On ne peut y entrer qu’avec horreur […] à cause de la mauvaise odeur occasionnée par les latrines […] qui actuellement sont tellement engorgées qu’elles débordent. » Les excrémentations humaines tombent jusque dans la cuisine. L’odeur est pestilentielle. Les paillasses deviennent tas de fumier en deux jours, les « insectes malfaisants » font des ravages, certains prisonniers sont carrément nus. Les concierges et geôliers (Bocquet à la tour Saint-Pierre, Raux puis Singlier au Petit Hôtel), de vieux bonshommes rapaces mais laxistes, trafiquent et ferment les yeux autant qu’ils peuvent, pour se retrouver bientôt… prisonniers à leur tour. Dans un second temps, avec la loi des suspects, on ouvre quelques prisons de plus : dans la maison de la Charité, rue Notre-Dame ; dans la maison des Hibernois, où l’on enferme d’abord des Anglais, en frimaire an II, etc. La maison des Bons-Fils de Lille devient « maison de suspects » en 1793 (suspects de « fanatisme », fabricants de faux assignats, aristocrates, voire suspects de rien, détenus pour « point de cause »), maison d’arrêt ensuite, puis maison de correction, quand on y incarcère des condamnés « pour cause de délits », vagabonds et déserteurs par exemple. La prison militaire de la Citadelle devient elle aussi maison d’arrêt, on y met d’abord des pères de famille dont les fils se sont soustraits aux réquisitions militaires. Le dépôt de mendicité reste dépôt de mendicité, il n’est pas une prison assez sûre pour y accueillir des criminels.Pendant tout le début de cette période, l’abbaye de Loos sert successivement de cantonnement à des soldats et à des moutons.

La porte de l’abbaye de Loos et la Deûle

La porte de l’abbaye de Loos et la Deûle

25Mai 1794 L’abbaye est utilisée comme « hôpital ambulant de l’Armée du Nord ». L’équipement est plus que sommaire, il n’existe ni matériel de literie, ni écuelles. La nourriture est très défectueuse, les paysans des environs refusant de déférer aux réquisitions.

26Été 1794 L’effectif des malades hospitalisés à Loos est de huit cents. Il atteint le pic de mille soixante-six en septembre. Loos n’accueille ni galeux, ni vénériens, surtout des « fiévreux », plus un certain nombre de blessés (entre cinq et vingt-cinq pour cent).

27Fin 1794-début 1795 L’hôpital militaire de Loos cesse d’héberger des malades. L’abbaye redevient un « parc à bétail ».

286 prairial an IV (25 mai 1796) L’ancienne abbaye cistercienne de Loos est vendue comme bien national à Pierre Urbain Virnot, négociant à Lille. C’est un spéculateur qui entend surtout tirer profit de la location des terres de l’abbaye. L’acte de vente définitif est établi le 24 juin 1796, pour la somme de 674 296 livres. Le premier étage et les greniers sont alors emplis de grains, les locaux utilisés pour les militaires malades ou blessés sont toujours encombrés de lits, ce qui empêche Virnot d’occuper des bâtiments qui ne lui seront accessibles qu’à partir de fructidor an VIII (août 1800).

2913 nivôse an VIII (3 jan. 1800) Le ministre de l’Intérieur Lucien Bonaparte refuse de suivre l’avis de l’administration centrale du département visant à faire de la maison des Bons-Fils de Lille « la maison de détention du département ». Quoique sûre et disposée de manière à assurer le tri entre « les différentes classes de condamnés », elle ne permet pas d’y installer des ateliers.

30Thermidor an XIII (été 1805) Tant le maire de Lille que le préfet du Nord se plaignent des progrès effrayants de la mendicité. « Il est temps, écrit le préfet au maire le 6 thermidor, qu’ils [les mendiants] n’étalent plus dans les rues les haillons qui les couvrent, il est temps de faire rendre aux ateliers les bras qu’ils réclament. » Le 29, le maire prend un arrêté visant à faire enfermer les mendiants, condamnés entre trois mois et un an d’emprisonnement, dans les « maisons de répression » départementales prévues par la loi du 24 vendémiaire an II (15 octobre 1793). Maisons de répression qui, précisait la loi, ne doivent pas être confondues avec les anciens dépôts de mendicité de l’Ancien Régime, mais installées dans les locaux des anciens monastères. Reste à créer, dans le Nord, ce type d’établissements.

311808 Code d’instruction criminelle. Il rappelle la distinction entre maisons d’arrêt et de justice d’une part, prisons établies pour peines d’autre part.

3216 juin 1808 Décret concernant les maisons centrales de détention.Ces maisons, centrales par rapport à un arrondissement (à l’origine, une circonscription militaire), regroupent les condamnés des tribunaux criminels des départements composant l’arrondissement. L’article 2 du décret précise : « Les condamnés par voie de police correctionnelle, lorsque la peine à subir ne sera pas moindre d’une année, seront également transférés dans ces maisons, pour y être reclus dans des emplacements distincts et séparés des autres. »L’article 3 dispose : « Les édifices nationaux dont l’aliénation n’a point encore eu lieu, et qui pourront convenir […] seront mis à la disposition de notre ministre de l’intérieur par notre ministre des finances. »

335 juillet 1808 Le décret du 5 juillet 1808, complété par le règlement du 5 octobre de la même année, prévoit que chaque département doit entretenir un « dépôt de mendicité », distinct des maisons de détention, qui sont « centrales » vis-à-vis de plusieurs départements. Mais le décret de 1808 est loin de réaliser le tri attendu : chaque dépôt doit accueillir bien sûr les bons pauvres valides qui trouveront « la subsistance et l’ouvrage » au sein d’un « établissement paternel où la bienfaisance tempérera la contrainte par la douceur », mais bientôt, en vertu du Code pénal de 1810, il va devoir enfermer aussi les vagabonds invalides (les valides étant punis de six mois d’emprisonnement) et les condamnés pour vagabondage avec circonstances aggravantes après qu’ils auront fini de purger une peine de deux à cinq ans d’emprisonnement. L’organisation (ou plutôt, la réorganisation) des dépôts de mendicité suit de peu celle des maisons centrales décrétée le 16 juin 1808. Napoléon s’est intéressé en personne à la mise en place de ces dépôts. Il écrivait à son ministre de l’Intérieur Crétet, le 1er septembre 1807 : « Les choses devraient être établies de manière qu’on pût dire : tout mendiant sera arrêté. Mais l’arrêter pour le mettre en prison serait barbare ou absurde. Il ne faut l’arrêter que pour lui apprendre à gagner sa vie par son travail. Il faut donc une ou plusieurs maisons ou ateliers de charité. » Napoléon doit avoir en tête l’initiative prise en ce domaine par le préfet du département de la Dyle en 1801. Trois « institutions complémentaires » avaient été instituées : un « refuge », créé par arrêté du 4 août 1801 au sein de la maison de détention de Vilvorde, pour héberger les « bons pauvres » invalides ; un dépôt de mendicité installé au sein du couvent des Minimes de Bruxelles pour retenir les « bons pauvres » valides ; la « prison banale » pour les « mauvais pauvres ».Initiative discutable et discutée. Les responsables du ministère de l’Intérieur, derrière leur ministre Chaptal, avaient applaudi à l’ouverture de la maison de détention de Vilvorde, le 13 floréal an IX (3 mai 1801), en même temps que celle de Gand, dans le département de l’Escaut, dans des bâtiments ayant été utilisés comme maisons de force sous l’Ancien Régime. Par contre, il leur paraît pour le moins inopportun d’installer un « refuge », espèce de quartier de semi-liberté, au sein de la maison de détention de Vilvorde. Pour Chaptal et ses collaborateurs, il importe de ne pas mélanger le bon grain (les « bons pauvres ») et l’ivraie (les « mauvais »). La logique pénale du ministre se heurte à la logique pénitentiaire des praticiens du terrain (le préfet y compris), comme cela avait déjà été le cas sous l’Ancien Régime, quand l’abbé Montlinot, au dépôt de mendicité de Soissons, ou Vilain XIIII à la maison de force de Gand, avaient tenté d’entrouvrir la prison par – déjà – le biais d’un quartier de semi-liberté. Le département du Nord est très satisfait pour sa part de l’existence des maisons centrales de Gand et surtout de Vilvorde. Par contre, le dépôt de mendicité dont il dispose est dénoncé depuis toujours comme complètement insalubre. Le préfet Pommereul, qui a succédé à Dieudonné le 7 décembre 1805 (il était auparavant préfet d’Indre-et-Loire), se met en quête d’un site susceptible d’accueillir un « nouveau dépôt » dès l’automne de 1808. Pommereul croit avoir trouvé à Loos le site idéal, qu’il préfère à sept autres (deux couvents, trois hôpitaux généraux et une citadelle).

34Février 1809 Le nombre des mendiants continue de s’élever irrésistiblement dans le département du Nord : plus de 11 000, dont 3 000 pourraient être enfermés dans le nouveau dépôt de mendicité. Le général préfet, optimiste, pense qu’une capacité de 1 000 à 1 500 places devrait être suffisante. Il est prévu d’ouvrir un nouvel établissement non plus à Loos mais dans la citadelle de Cambrai.

351810 Code pénal. Il rectifie l’échelle des peines criminelles, considérées comme « afflictives et infamantes, ou infamantes seulement » : les fers, rebaptisés travaux forcés, sont applicables aux hommes comme aux femmes, celles-ci les subissant comme auparavant dans une maison de force. La gêne disparaît ; la déportation s’effectue, dans l’attente d’un lieu adéquat, sous la forme d’une peine de détention perpétuelle ; la dégradation civique n’est qu’infamante, tout comme le bannissement qui est rétabli, mais le carcan disparaît ; une nouvelle pénalité, promise à un bel avenir, la réclusion, est créée. La nouvelle échelle des peines s’établit comme suit : la mort ; les travaux forcés, à perpétuité ou à temps (entre cinq et vingt ans) ; la déportation ; la détention (entre cinq et vingt ans) ; la réclusion (entre cinq et dix ans). Le Code pénal intègre cette fois les peines correctionnelles et de police. L’emprisonnement n’excède pas cinq jours en matière de police ; il est de six jours à cinq ans en matière correctionnelle, « sauf les cas de récidive ou autres où la loi aura déterminé d’autres limites ». Le Code pénal enfin s’intéresse au mineur de seize ans. S’il a agi « avec discernement », plutôt qu’à la peine de mort, aux travaux forcés à perpétuité ou à la déportation, il sera condamné à « une peine de dix à vingt ans d’emprisonnement dans une maison de correction » ; plutôt qu’aux travaux forcés à temps, à la détention ou à la réclusion, à être enfermé « pour un temps égal au tiers au moins, et à la moitié au plus » de celui pour lequel il aurait été condamné comme majeur. Si le mineur a agi « sans discernement », il sera acquitté, mais pourra « être conduit dans une maison de correction pour y être élevé et détenu pendant un tel nombre d’années que le jugement déterminera, et qui toutefois ne pourra excéder l’époque où il aura accompli sa vingtième année ». Le Code pénal indique les possibles lieux d’enfermement : les forteresses pour les condamnés à la détention ; les maisons de force pour certains condamnés aux travaux forcés et les condamnés à la réclusion ; les maisons de correction pour tous les autres.

3620 octobre 1810 Arrêté ministériel signé de Montalivet, qui répertorie cinq espèces de prisons : les maisons de police municipale (déjà prévues par l’instruction ministérielle du 18 nivôse an X-8 janvier 1802) ; les maisons d’arrêt ; les maisons de justice ; les maisons de correction (départementales) ; les maisons de détention (centrales).L’article 3 de l’arrêté précise : « Les maisons de justice sont distinctes des maisons d’arrêt ; les condamnés par voie de police correctionnelle ou par les cours d’assises ne pourront être enfermés dans l’une ou l’autre de ces maisons, sauf les exceptions que les localités permettraient d’autoriser. » L’article 4 stipule : « Les maisons de police municipale seront établies par chaque arrondissement de justice de paix. Dans les villes où il y aura une maison d’arrêt, la maison de police municipale pourra y être placée dans un quartier distinct et séparé. » Cet article est complété par l’article 8, suivant lequel les maisons de police municipale pourront servir aussi de « dépôts de sûreté pour les prévenus, les accusés et les condamnés que l’on transfère d’une prison dans une autre, ou qui ne sont pas encore frappés d’un mandat d’arrêt ». Suivant l’article 5 : « Il y aura, pour chaque arrondissement […] une maison d’arrêt, et pour chaque département, une maison de justice. Les maisons de justice et les maisons d’arrêt ne pourront être réunies dans la même enceinte, qu’autant que l’édifice présenterait, par son étendue, les moyens d’affecter à chacune de ces maisons un corps de bâtiment séparé. » Il est question des maisons de correction dans l’article 6, qui détermine qu’elles « seront établies à raison d’une par département, sauf à statuer ultérieurement sur les départements où il serait nécessaire de les établir en plus grand nombre ». L’article important les concernant est l’article 11 : « Les condamnés par voie de police correctionnelle seront transférés des maisons d’arrêt dans les maisons de correction : pourront, en outre, être reçus dans ces maisons, les prisonniers pour dettes, les individus à séquestrer par voie de police administrative, et les enfants à renfermer sur les demandes de leurs familles ; pourra également la police administrative y faire traduire les filles publiques, pour y être traitées, dans des quartiers distincts et séparés, des maladies dont elles seraient atteintes. »L’article 12 évoque les « maisons [centrales] de détention […] spécialement destinées à la réclusion des condamnés par les cours d’assises, et des condamnés, par voie de police correctionnelle, à plus d’un an de détention ».

37Novembre 1810 Le ministre de la Guerre s’étant opposé à la cession de la Citadelle de Cambrai, il a fallu envisager d’autres points de chute pour le futur dépôt de mendicité. Deux ont été retenus : la maison dite du Saint-Esprit, entre les remparts et l’église Sainte-Marie-Madeleine de Lille, et l’ancienne abbaye de Loos. Un architecte est envoyé par le ministère de l’Intérieur à Loos « pour lever les plans et dresser les devis ».

382 mars 1811 Le préfet presse le ministre de l’Intérieur de prendre sa décision, la population réclamant « avec insistance l’établissement d’un dépôt de mendicité ». Par ailleurs, « la régie des droits réunis est à la recherche de vastes locaux pour loger les cinq à six millions de kilogrammes de tabac que les cultivateurs et les communes vont lui remettre ». Le préfet a déjà fait son choix, qui va devenir celui du ministre : le bâtiment du Saint-Esprit lui apparaît « un des plus convenables » pour y installer la manufacture de tabac ; le dépôt de mendicité doit être placé « à l’abbaye de Loos, local en grès et brique, dont les bâtiments sont presque neufs, à portée de la ville de Lille ».

398 mars 1812 Un décret impérial ordonne la création d’un dépôt de mendicité à Loos.

4021 avril 1812 Une partie du domaine de l’ancienne abbaye (les bâtiments, le petit clos et la prairie attenante) est rachetée par l’État au fils Virnot ou plutôt aux syndics et directeurs de la faillite du père, décédé dans l’intervalle, pour la somme de 240 000 francs. Un directeur, Denand, est nommé pour surveiller le domaine et les futurs travaux. Pendant tout le printemps et l’été de 1812, le directeur Denand doit s’employer à évincer les occupants, à titre onéreux ou gratuit, des locaux et terres de l’ancienne abbaye. Une compagnie de militaires, venue de Lézenne, s’est installée sur le domaine, deux soldats gardent le portique servant d’entrée principale. Le cheval du fils du préfet prospère dans les pâtures de l’abbaye.

4129 janvier 1813 On procède aux premières soumissions de travaux provisoires, afin que le dépôt puisse recevoir très vite cent ou cent cinquante mendiants.

4226 juillet 1814 Le problème des mendiants se pose à nouveau avec acuité à Lille. Le maire écrit au préfet pour se plaindre de l’afflux dans la ville de bandes d’enfants âgés de dix à quinze ans qui « parcourent les marchés et ne manquent pas d’y faire les filous quand ils en trouvent l’occasion ». Cette graine de bandits n’a jamais été assujettie au travail, un court séjour au dépôt de sûreté ne les impressionne pas. « Je considérerais, Monsieur le Préfet, comme une mesure très salutaire pour ces enfants et pour le public qu’on en plaçât quelques-uns dans une maison de correction. Les autres se décideraient sans doute à se fixer au travail. » Réponse du préfet le lendemain : pourrait être formée « une espèce de succursale du dépôt de mendicité en attendant qu’il soit établi ». Le maire lui propose d’établir cette succursale « sur les fonds mis en réserve pour l’établissement du dépôt de mendicité » de Loos, dans un des pavillons de la caserne de la Madeleine. Le préfet reprend la proposition du maire, tout en préférant un démarrage rapide des travaux d’aménagement du dépôt de Loos. Les plans, devis et détails estimatifs sont entre les mains du ministre de l’Intérieur, dont on attend l’approbation.

4329 janvier 1817 Le ministre de l’Intérieur envoie l’architecte parisien Thierry à Lille « à l’effet de pourvoir à l’exécution des ouvrages susceptibles d’être faits pendant l’hiver pour établir le dépôt de mendicité du département du Nord dans les bâtiments de l’ancienne abbaye de Loos ».

4428 avril 1817 L’architecte Thierry envoie au ministre un premier rapport suivant lequel il faut : donner plus d’épaisseur et de hauteur aux murs ; construire un chemin de ronde ; sceller des barreaux dans les fenêtres ; multiplier les grilles ; construire des ponts mobiles entre les locaux d’administration et ceux du dépôt ; aménager des ateliers.Le dépôt est prévu pour « 400 individus des deux sexes répartis en quatre sections différentes et séparées ».

456 mai 1817 Le conseil général du département du Nord supplie le ministre de l’Intérieur de former une maison centrale de détention à Loos à la place du dépôt de mendicité.

466 août 1817 Ordonnance du Roi. « Article 1er.Le dépôt de mendicité fondé le 8 mars 1812 est supprimé. Art. 2. Nous créons une maison centrale de détention dans les bâtiments de l’ancienne abbaye de Loos, près la ville de Lille […]. Art. 3. Une partie des bâtiments sera néanmoins réservée et disposée pour servir de maison de correction, de manière que les individus condamnés à moins d’une année d’emprisonnement ne soient point confondus avec les individus condamnés à plus d’une année d’emprisonnement et à la réclusion. Art. 4. Il sera formé dans la maison de détention et dans la maison de correction des ateliers pour différents genres de travaux avec les séparations convenables. »

47Été 1817 Les travaux sont suspendus, la distribution et la capacité de l’établissement n’étant pas arrêtés.

48Automne 1817-été 1818 Querelles incessantes entre le préfet et l’architecte, dont le projet est « pharaonique » : le coût serait de plus d’un million de francs, le préfet voudrait diminuer les dépenses de moitié.

495 août 1818 Le conseil général du Nord demande l’arrêt des travaux, ainsi que la vente de l’enclos et des bâtiments de l’ancienne abbaye. Il se contenterait d’une maison de correction, l’idée d’une maison centrale de détention l’effraie.

5011 septembre 1818 Rapport de l’inspecteur général Gisors, de retour de Loos : une maison de correction pourrait être aménagée dans les locaux « dits de l’ancienne abbaye » et une maison centrale dans ceux « dits de la nouvelle abbaye. » Le coût serait de près de neuf cent mille francs.

5120 janvier 1819 Le ministre de l’Intérieur approuve les plans de l’architecte Thierry pour la maison centrale. Le projet de la maison de correction est remis sine die.

52Été 1821 Pendant les années 1819 et 1820, les relations entre le préfet et l’architecte n’ont cessé d’empirer. Le directeur Denand, envoyé « en stage » à la maison centrale de Melun, en est revenu sérieusement malade. Les travaux sont loin d’être achevés, les locaux prévus pour la maison de correction (« ancienne abbaye »), récupérés pour servir de logements aux employés, sont nus, de même que ceux de la caserne qui doit accueillir une compagnie de cinquante à soixante hommes pour garder la maison. L’entreprise générale de la maison centrale de détention de Loos vient seulement d’être adjugée aux sieurs Délier, Canissié et Dobignée. L’ouverture, prévue pour le 1er août, doit être retardée.

53Décembre 1821 « Les localités » de la maison centrale sont prêtes à recevoir quatre à cinq cents hommes condamnés, la caserne a été aménagée pour cent vingt soldats. Les premiers prisonniers de Loos seront d’abord « recrutés » parmi les condamnés à plus d’une année « en bonne santé » du département du Nord, la maison de Loos devant rayonner par la suite sur les départements du Pas-de-Calais et de la Somme.

546 janvier 1822 Arrivée à la maison centrale de la 41e compagnie de fusiliers sédentaires, chargée de la garde extérieure. Elle comprend : 2 capitaines, 2 lieutenants, 1 sergent-major, 3 sergents, 1 caporal fourrier, 6 caporaux, 2 tambours, 45 fusiliers (dont 3 aux hôpitaux) et 2 enfants de troupe.

Les premières années (1822-1839)

5512 janvier 1822 18 condamnés inaugurent la nouvelle maison centrale.Le règlement pour la maison centrale de Loos leur est immédiatement appliqué. Il reprend, à quelques adaptations près, celui appliqué dans la maison centrale de Riom, lequel a été recopié sur celui de Melun. Pendant tout le XIXe siècle, Melun est la maison centrale de référence.

56La prison de Loos, côté colonie

La prison de Loos, côté colonie

57Deux personnages disposent d’un pouvoir quasi absolu à l’intérieur des murs, tant auprès des employés, contremaîtres et gardiens, que des détenus : le directeur et l’entrepreneur général. « Le directeur aura seul le commandement de tout le service intérieur. » Les employés et gardiens « ne pourront maltraiter ni frapper les détenus », il leur est interdit de « rien acheter ou vendre aux détenus ». Des sanctions lourdes (« réclusion à la salle de discipline », puis le renvoi) sont prévues pour les gardiens, tous d’anciens militaires, qui seraient « surpris en état d’ivresse ». La sécurité périphérique de la maison centrale est confiée aux militaires, dont le commandant est tenu de déférer aux réquisitions du directeur. La maison centrale est placée sous le contrôle du préfet. Le directeur est tenu de lui rendre compte « tous les jours » de la situation de la maison. Un grand soin est accordé, en tout cas dans le texte, à l’organisation des infirmeries (une pour les hommes, une autre pour les femmes), chacune étant divisée en trois salles : « fiévreux », « blessés » et « galeux ». Médecins et chirurgiens sont astreints à une visite quotidienne, le pharmacien, « chef de service », a sous sa responsabilité un infirmier, une infirmière, un sous-infirmier et une sous-infirmière, tous des prisonniers. Les malades et convalescents bénéficient d’un régime alimentaire très amélioré et de trois promenades par jour. Chaque arrivant est soumis à une visite médicale. La journée des détenus est scandée par les coups de cloche. La plus stricte discipline est attendue des détenus lors de leurs déplacements et dans les dortoirs et les ateliers. Une échelle de sanctions est portée à leur connaissance : cela va de l’interdiction de communiquer avec la famille jusqu’au cachot avec les fers, sans compter le port du bonnet rouge et le boulet au pied, en passant par le vêtement de haillons, le crâne rasé et la privation de cantine. Pour les cas de complot, d’évasion, d’insubordination ou de révolte, le détenu est passible d’une peine de cachot de six mois au moins et d’un an au plus, sans compter les cheveux rasés. En cas de dégradation dans un dortoir ou un atelier, les détenus sont collectivement responsables. Suivant la saison, les détenus se lèvent entre 4 et 7 heures du matin ; ils se couchent invariablement à vingt heures. En dehors des deux heures pour les repas, ils travaillent entre onze et quatorze heures par jour, sous l’autorité de contremaîtres qui sont souvent des détenus, pour le compte d’un entrepreneur général (privé) mais sous le contrôle de l’inspecteur, l’adjoint immédiat du directeur, qui a pour mission de veiller aux intérêts des détenus dans leurs relations avec l’entrepreneur. Car la maison est essentiellement « un lieu de travail », les seules « douceurs » consistant dans les produits vendus – par l’entrepreneur – à la cantine (en particulier du vin, de la bière et de l’eau-de-vie et de genièvre) que les détenus acquièrent uniquement par leur travail.

5831 décembre 1822 La maison compte 413 détenus. Le bâtiment central de l’abbaye du XVIIIe siècle (« la nouvelle abbaye »), de forme rectangulaire, est découpé en deux sur toute sa longueur : une moitié est réservée aux condamnés correctionnels et l’autre aux criminels, chaque moitié étant divisée en trois sections pour les hommes, les femmes et les enfants.

59Août 1824 Le directeur Poirel prévoit « pour dans peu de temps » une population de 700 détenus. Il réclame un détachement supplémentaire de 50 hommes d’infanterie.

6031 décembre 1825 Loos accueille 1 068 prisonniers. « Il n’y a pas d’infirmeries ni pour les hommes ni pour les femmes et il a fallu les établir provisoirement dans les dortoirs […]. De plus, le réfectoire n’existe pas encore, on fait manger les détenus dans les corridors et les soubassements, quant aux ateliers il n’y en a pas précisément dans l’établissement, le travail s’effectue dans les corridors des premier et deuxième étages et dans dix-neuf dortoirs qui pourraient contenir quatre cent soixante-cinq lits pour les détenus valides. » Aussi empiète-t-on sur le quartier des femmes, où sont établis « provisoirement une infirmerie et des ateliers pour les hommes ».

61Mai 1826 La maison centrale connaît ses premières mutineries. Les détenus se soulèvent en raison principalement de la mauvaise qualité de la nourriture, en particulier du pain. Les mutineries se règlent suivant une méthode qui va devenir immuable : le directeur intervient, le plus souvent sans résultat ; arrivent le préfet et le procureur, suivis comme leur ombre d’un détachement de gendarmerie et d’un piquet de dragons. La mutinerie, commencée à la promenade de 10 heures, s’interrompt avec le repas de 15 heures. Quelques détenus, les « meneurs », comparaissent devant les tribunaux qui rajoutent invariablement quelques années de prison à la peine initiale.

621828 L’inspecteur général Delaville de Miremont est sévère pour le personnel de la maison centrale : « La grande plaie de cet établissement, c’est le personnel. » Si le directeur, Poirel, 68 ans, est « d’une activité surprenante », l’inspecteur Dupuis, 70 ans, est « hors d’état de tenir sa place », le greffier Dervieux est un incapable. Quant au gardien-chef Kindt : « Il ne sait ni se faire respecter par les autres gardiens, ni maintenir l’ordre et la propreté dans la maison. Kindt a déjà été suspendu de ses fonctions pendant deux ou trois mois pour s’être grisé ; de son côté sa femme a été accusée de commerce avec les détenus. » Les gardiens (deux premiers gardiens et quatorze gardiens) réunissent, c’est heureux, « compétence, zèle et sérieux ». L’inspecteur général est très critique aussi quant à l’organisation du travail : on oblige les hommes à filer, une activité dévolue aux femmes. L’inspecteur préconise de développer des ateliers de tissage – son conseil va être suivi, le tissage s’installe en fin d’année dans l’ancienne église.La visite de l’inspecteur est presque contemporaine d’une mutinerie provoquée une fois encore par la mauvaise qualité du pain. À l’occasion de l’événement, le commissaire central (par intérim) de Lille, Parisot, s’il reconnaît le bien-fondé des plaintes des prisonniers, nuance aussitôt son propos : « S’ils avaient des droits à faire valoir, ils devaient, au lieu du soulèvement général organisé par les plus mauvais sujets d’entre eux, se borner à des représentations faites à l’administration qui, vraisemblablement, auraient été suffisantes pour obtenir justice. » Les meneurs furent envoyés au cachot. Quant au pain, nous apprend le commissaire Parisot, il resta « aussi mauvais qu’auparavant ».

63Été 1830 Pendant « les derniers événements » (les Trois Glorieuses), le bon ordre, annonce fièrement le directeur, a régné dans la maison centrale. Le directeur en question a pour nom Marquet-Vasselot. En 1830, il va sur ses cinquante ans. C’est un vieux routier, directeur de la maison centrale d’Eysses dès 1815 (après avoir dirigé le dépôt de mendicité de la ville), puis directeur de Fontevrault, avant d’arriver à Loos en 1828. Sous son « règne », l’agitation a, en réalité, été constante : incendie de l’atelier des cardes en 1829, tentatives d’incendie en janvier 1830, mutineries en mars et septembre 1832. Le 13 décembre 1833, Marquet-Vasselot écrira au préfet : « Si je n’ai pas été assassiné dans ma maison, ce n’est pas la faute de ceux qui ont tout fait pour la désorganiser [il vise ici son ennemi mortel l’inspecteur] mais j’y suis extrêmement aimé de la presque totalité des prisonniers et d’une fermeté de caractère qu’ils n’ignorent pas. » Marquet-Vasselot devait rester en fonction jusqu’en 1840. Liagre, dans Le village de Loos au XIXe siècle, représente le directeur de Loos rassemblant les détenus mutinés qu’il appelle « mes amis », demandant aux malveillants de se faire connaître et terminant son discours en leur disant que « le spectacle qu’ils ont devant leurs yeux leur commande la résignation à leur triste sort et doit les faire revenir à de bons sentiments », avant d’annoncer des grâces pour 74 d’entre eux.

6431 décembre 1830 La maison renferme 1 380 détenus.

651832 Rapport de Marquet-Vasselot au préfet du Nord sur le fonctionnement de la maison centrale. Loos compte au 31 décembre 1832 1 395 détenus. 1 215 sont au travail. Le service de l’entreprise générale « marche avec exactitude », les vivres sont « de bonne qualité », le choléra s’est « arrêté à la porte de l’établissement ». Le directeur n’hésite pas à adresser des louanges à l’entrepreneur, malgré les soupçons de connivence entre les deux hommes dont le préfet est parfaitement informé : même si, avec la crise commerciale, l’entrepreneur accumule les stocks, presque tous les détenus travaillent, à un prix de main-d’œuvre un peu diminué il est vrai, mais qui leur permet cependant d’être « continuellement bien vêtus, bien logés et bien nourris ». L’ordre règne à Loos : « Une propreté parfaite, un silence presque absolu règnent au milieu de nous, tant dans les ateliers que dans les dortoirs, où les détenus n’arrivent jamais que sur deux lignes de front, et sans le moindre bruit. Les détenus sont résignés, l’ivrognerie est excessivement rare, et la pédérastie une exception. » De difficultés, le directeur n’en rencontre qu’avec les membres du personnel : « Dans l’administration d’une maison centrale, ce n’est pas la masse des prisonniers, quels qu’ils soient, qu’il est le plus difficile et le plus pénible d’arriver à diriger [mais] les diverses personnes qui se rattachent plus ou moins directement au reste de son administration [les employés] » et qu’animent « la jalousie, l’esprit de parti, l’intrigue et l’incapacité ». Le directeur n’est pas tendre pour les gardiens : « Choisis parmi d’anciens militaires, ils sont pour la plupart sans aucune espèce d’instruction et beaucoup moins souples à la discipline qu’on ne le suppose ordinairement […]. Pour eux, ouvrir et fermer des portes [soulignés par le directeur], voilà tout ce qu’ils comprennent de leur métier […]. Peut-on espérer d’en trouver de meilleurs, non. La nature de leurs fonctions et le peu d’émoluments qui s’y rattachent en éloignent toujours les hommes qu’il conviendrait d’y appeler. » Marquet-Vasselot a un autre souci : la tenue de la comptabilité. Pèsent sur lui de lourds soupçons, de l’argent s’étant volatilisé de la caisse des masses de réserve des détenus.

661833 Rapport de Marquet-Vasselot, où il est question notamment du travail des détenus. Le directeur regrette le manque de diversité des « industries » qui se pratiquent à Loos. Tout tourne autour du filage du lin et de l’épluchage du coton d’une part, du tissage des toiles de lin et du calicot d’autre part, autant d’activités propres à engendrer des « gagne-petit » qui se livrent à des métiers peu productifs pour le présent et encore moins utiles pour l’avenir. Il propose l’introduction de la ganterie, de la bonneterie, de la chapellerie, etc. La faiblesse de la production et du prix de la journée de travail s’explique par deux autres facteurs : la nécessité d’un long apprentissage, les arrivants n’étant formés dans aucune profession ; la diminution des heures de travail résultant de la situation de la maison centrale « au milieu d’un marais, et circonscrite de toutes parts par un grand nombre de canaux de dessèchement, certains ateliers ne recevant la lumière du jour qu’entre 9 h et 15 h ». Si la masse des prisonniers est « calme, résignée », les délations dont le directeur est la victime (touchant sa connivence avec l’entrepreneur) ont entraîné « une grande quantité de refus de travail » de la part des « plus mauvais sujets » qui rendent le directeur responsable de la modicité des salaires. Ces mauvais sujets, souvent des hommes ayant reçu « une première éducation » ou « ayant tenu un certain rang dans le monde », ont réussi à se faire des alliés de certains gardiens, les uns et les autres manipulés par l’ancien inspecteur, Roubaud, dénoncé comme un esprit subversif et athée. Heureusement, ce « pelé », ce « galeux » a été écarté et remplacé par un homme sûr, c’est-à-dire à la botte du directeur. Heureusement aussi, le nouvel aumônier, Taffin, jeune homme « plein de tolérance, d’amour et de charité », a réussi à se faire aimer des prisonniers : « Si la religion, cette ancre suprême de la régénération morale du prisonnier ne trouve plus au milieu de nous d’imprudents blasphémateurs, comme j’ai eu la douleur d’y en compter [l’inspecteur Roubaud et ses affidés], notre maison pourra devenir désormais un modèle d’ordre et de résignation. » Ce qui n’empêchera pas les récidives, dont les causes sont hors les murs : « La majeure partie des libérés se réfugient à Lille […]. La classe ouvrière y est plongée dans une profonde et presque incurable immoralité. » Si l’ennemi intérieur (Roubaud) est parti, d’autres ennemis sont venus, en cercles concentriques, assaillir le directeur : le capitaine de la compagnie de vétérans en station à Loos, monsieur Paradis (sic), qui affirme n’avoir d’ordre à recevoir que de l’autorité militaire et, plus grave encore, que le directeur, hors les murs de ronde, perd toute légitimité de donner un ordre à quiconque, en particulier à la portière principale de l’entrée de l’établissement ; l’autorité judiciaire, qui « cherche par tous les moyens à s’immiscer dans la surveillance, et voire même dans l’administration intérieure des prisons ».

677 janvier 1834 Ouverture du quartier de punition ou « quartier fort ». Marquet-Vasselot critique son organisation : « À Loos, les cachots sont mitoyens et les détenus peuvent se parler, ce qui est très fâcheux. On leur met les fers, soit aux pieds, soit aux mains, quand ils ont commis de graves délits. Cette punition est sans contredit celle qu’ils redoutent le plus, en ce que, outre la gêne, elle les humilie davantage. Les quartiers de punition devraient être disposés en cellules. »

6824 février 1834 Longue lettre de Roubaud, l’ancien inspecteur « subversif » de la maison centrale, au préfet Méchin. Sont dénoncées toutes les petites « magouilles » auxquelles se livrent le directeur et l’entrepreneur : fraude sur les vivres des valides ; fraude sur les vivres des malades ; fraude sur les vêtements de rechange ; retenues illégales sur les pécules des détenus ; fraude sur le chauffage et l’éclairage ; utilisation par le directeur, pour son service personnel, d’une main-d’œuvre de détenus payés sans tarif ni retenue pour la masse de réserve ; non-paiement aux détenus des indemnités de chômage ; prolongation intempestive de la durée des apprentissages ; utilisation par le directeur de gardiens pour son usage personnel ; vente pour le compte du directeur des produits du jardin et de la basse-cour attachés à son logement de fonction ; vente par l’entrepreneur à des prix exorbitants de vêtements aux détenus en instance d’être libérés ; tolérance du directeur pour les relations coupables qu’entretiennent ses domestiques détenus hommes et femmes et pour celles auxquelles se livrent un domestique détenu et la portière ; etc.Roubaud appuie ses dires d’un incroyable appareil de preuves. Le préfet prend bonne note… et quelques mesures : par exemple, la portière est remplacée par un portier ; les détenus pourront, pour leur sortie, se fournir en vêtements achetés en dehors de l’entreprise. C’est à peu près tout.

69Mai à juin 1835 Le directeur Marquet-Vasselot est l’objet d’attaques répétées de la part de détenus de Loos se déclarant « républicains », dont les critiques sont reprises par la presse d’opposition, en particulier L’Écho du Nord : on lui reproche ses multiples malversations.

Loos, les années de fer (1839-1851)

7010 mai 1839 Règlement draconien, appliqué à toutes les maisons centrales, en conséquence du grand débat pénitentiaire initié vers 1830 autour de la séparation des détenus entre eux, la promiscuité qui est leur lot dans toutes les prisons étant censée engendrer l’épidémie, l’homosexualité et la récidive. Dans les maisons d’arrêt, la séparation sera acquise par la cellule. Dans les maisons centrales, on a recours au silence. Mais le règlement de 1839 est aussi une litanie de proscriptions (de l’alcool, du tabac, de la circulation de l’argent, etc.) ou de restrictions (de la liberté de correspondre, de recevoir des visites, de cantiner, etc.). Le préfet du Nord alerte les autorités militaires sur les risques d’une mutinerie : « Ces dispositions imposant des privations qui seront dures pour la plupart des détenus, il est nécessaire de prendre les mesures de sûreté propres à déjouer les complots que pourraient former entre eux les condamnés mécontents. » Le préfet se fait rassurant auprès du ministre de l’Intérieur : « Monsieur le directeur s’efforce par ses instructions journalières et Monsieur l’inspecteur par sa présence au milieu des condamnés de disposer leur esprit à la résignation au Règlement affiché. »

7127 janvier 1842 Le directeur Durand informe le préfet du fonctionnement de la justice disciplinaire à la maison centrale de Loos. Le directeur tient une « audience […] chaque jour sans exception » à 10 h 30 dans une salle située « au centre de la maison » et précédée d’un corridor où « les détenus attendent leur tour, gardés à vue ». La « salle d’audience », « plus longue que large », est « percée d’une porte et d’une croisée » et dispose d’un bureau derrière lequel le directeur est assis ; sur le côté, un banc « sur lequel vont s’asseoir les détenus auxquels est infligé le cachot ». Le gardien-chef rend compte des motifs de la comparution, le directeur distribue les sanctions : « le cachot toujours isolément », « la salle de police en commun et toujours assis ». Le directeur n’admet de débat que pour les cas les plus graves : vols, voies de fait, atteintes aux mœurs, etc., « les débats entre les gardiens et les détenus sont trop souvent au désavantage des gardiens, ceux-ci étant pour la plupart très peu habiles à discuter et les détenus trop adroits et trop exercés en pareille matière ».

728 juin 1842 Arrêté ministériel sur l’organisation de la justice disciplinaire dans les maisons centrales. Il s’inspire très largement de la pratique du directeur de Loos, à quelques « détails » près : l’inspecteur, l’aumônier et l’entrepreneur général doivent assister au « prétoire ».

738 juillet 1842 Suite à un rapport du directeur se plaignant de l’insuffisance du nombre de cachots (10 pour les hommes et 2 pour les femmes), le ministre de l’Intérieur énumère les punitions de substitution possibles : « Tels sont, outre le piton, le piquet pendant les repas ou sur les préaux ; la séquestration le dimanche, pendant les heures de récréation ; la privation de la soupe pendant un ou plusieurs jours, outre la privation de cantine ; la corvée des baquets ; et pour les femmes la mise à genoux et la coiffe de punition. » « Outre le piton » : il y a piton et piton. Dans les maisons centrales de Fontevrault et de Nîmes, le piton consiste « uniquement à attacher, debout, le condamné, au moyen de sangles passées dans des pitons scellés au mur, et qui le retiennent par les pieds et les bras, mais sans lui imposer aucune torture. » À Loos, « la punition du piton consiste à mettre en croix les bras du patient, au moyen de cordes attachées à deux anneaux de fer scellés dans un mur ; les jambes sont fixées de la même manière, mais moins écartées ». L’inspecteur général Martin-Deslandes et le ministre de l’Intérieur critiquent ce qu’ils appellent « le crucifiement ». Le directeur Durand n’en finit pas, dans sa correspondance avec le préfet, de faire l’éloge du piton : « Dans la lutte que je soutiens avec persévérance contre l’esprit de désordre, depuis mon arrivée à Loos, j’ai eu des jours bien pénibles, mon cœur a éprouvé bien des angoisses […]. Il faut que la voix du devoir parle bien haut, pour que la main ne se lasse pas de frapper […]. J’ai besoin de latitude dans le choix des moyens de répression, et je vous prie de m’autoriser à infliger la punition du piton. »

74Août-septembre 1842 Au cours de divers procès de détenus de Loos devant la cour d’assises de Douai, les débats ont révélé – c’est le procureur général qui écrit – « un genre de punition nouvellement introduit dans la maison centrale de Loos qui a produit sur le public et le jury la plus fâcheuse impression. Je veux parler du crucifiement [souligné par le magistrat], qui consiste à attacher avec des cordes les bras en croix et les jambes du patient à des anneaux de fer et à le laisser ainsi plus ou moins longtemps. Un témoin a dit qu’il avait subi soixante heures cette torture, que lorsqu’on le détacha il avait les mains toutes bleues et que ce supplice exalte au dernier point l’esprit de ceux qui le souffrent. C’est une punition de ce genre, a-t-on dit, qui a fait concevoir à Druon [l’un des accusés] des projets de vengeance et c’est au moment de la subir encore qu’il a commis son crime. »

75Août 1842 Rapport « spécial » de l’inspecteur général Duguet sur la maison de Loos, après une visite médicale de quatre jours pratiquée auprès de 1 014 détenus. Parmi les 858 adultes, 156 sont « sodomisés », dont 51 sont « vénériens ». Parmi les 156 jeunes garçons, 16 sont « sodomisés ». « Cent soixante-douze sodomisés supposent cent soixante-douze sodomisateurs », déduit Duguet, avant de conclure : « Si l’on songe que le nombre des incubes est toujours supérieur à celui des succubes et que la fidélité conjugale ne doit pas être fort bien gardée dans ces odieux mariages, on peut sans craindre de se tromper assurer que les deux cinquièmes de la population se livrent à la pédérastie. »

76Octobre et novembre 1842 Avec la complicité de certains journaux, le préfet et le directeur s’organisent pour nier l’existence du crucifiement, qu’ils reconnaissent pourtant, voire qu’ils revendiquent dans leur correspondance. « Je puis vous assurer que jamais les détenus n’ont été traités avec plus d’humanité et de justice que sous l’administration du directeur actuel », ose écrire le préfet au procureur général le 24 novembre.

7718 octobre 1842 Le ministre de l’Intérieur recommande au préfet du Nord l’organisation d’un nouveau mode de punition, la salle de police : « Ce mode de punition consiste à renfermer les détenus dans une salle de grandeur suffisante. Ils y sont surveillés par un gardien choisi parmi ceux dont le caractère est le plus ferme et le plus énergique. La salle doit être disposée d’une manière particulière. Des tabourets fixés au sol la garnissent tout entière, sauf l’espace réservé pour une estrade d’une ou deux marches, et sur laquelle se tient constamment le gardien surveillant. Les tabourets, d’une hauteur convenable, sont simplement formés d’un pied adhérant au sol et d’une planche carrée ou arrondie placée dessus isolément. Ils doivent être placés à un mètre environ l’un de l’autre, sur des lignes parallèles traversant la salle en diagonale, et se coupant soit à angle droit, soit de manière à former des losanges peu allongés. Les détenus restent constamment à leur place, immobiles et dans le silence le plus absolu. »

786 novembre 1843 Le préfet rend compte à son ministre des punitions infligées pendant le dernier trimestre, la population moyenne étant de 1 240 détenus : 1 136 punitions du piquet ; 1 066 punitions du piton ; 46 privations de correspondance ; 23 privations de cantine ; 12 punitions de cachot.

7925 novembre 1843 Un incendie survient au « quartier fort » (le quartier disciplinaire). Les gardiens de service, curieusement, étaient occupés ailleurs, « pendant longtemps éloignés de leur poste ». L’incendie, vite maîtrisé, provoque peu de dégâts. Trois détenus, Friedlander, Colin et Druon, vont être poursuivis pour tentative d’incendie. Fort revendicatifs et au lourd passé de rebelles, Druon et Friedlander avaient été jugés par la cour d’assises de Douai pendant l’été de 1842 pour tentative d’assassinat sur des codétenus utilisés comme « balances » par l’administration. Ce sont eux et leurs avocats qui avaient dénoncé le « crucifiement » pratiqué à titre de punition à la maison centrale. Druon avait été condamné à dix ans de travaux forcés et Friedlander aux travaux forcés à perpétuité. L’arrêt de la cour d’assises était intervenu peu de temps après que fut mise en application l’instruction du ministre de l’Intérieur (Duchatel) « sur l’organisation des prétoires de justice disciplinaire dans les maisons centrales ». Le texte est du 8 juin 1842. Le ministre y recommandait que les condamnés « ayant commis de nouveaux crimes dans les maisons centrales » fussent « réintégrés dans les maisons mêmes où les crimes avaient été commis, pour y subir la peine des travaux forcés, avec ordre de les appliquer aux travaux les plus pénibles et de les tenir enchaînés ». D’où la présence d’au moins deux des trois lascars au « quartier fort ». Le troisième, Colin, est un « débile », plusieurs fois condamné pour incendies volontaires, dont un allumé dans un atelier de la centrale, ce qui lui a valu son placement au « quartier fort ». Curieuse coïncidence.

806 février 1844 La cour d’assises de Douai condamne les trois accusés à la peine de mort. Les débats ont été houleux. Les avocats ont de nouveau fait le procès du régime disciplinaire tel que pratiqué à Loos, en particulier du crucifiement, plus que jamais en usage. Mais pas seulement : ils ont aussi dénoncé les cachots obscurs et glaciaux. Le préfet avait pourtant cru bon de prendre les devants, dans un courrier adressé au procureur général : « Précédemment, les détenus condamnés à l’isolement par mesure disciplinaire étaient renfermés dans des cachots où le jour pénétrait difficilement. Aujourd’hui, les cachots sont plus rarement employés. Des cellules placées à l’étage, très bien éclairées et chauffées par des bouches de chaleur les remplacent. » L’argumentaire est spécieux, le préfet fait allusion ici aux « salles de police », telles que le ministre avait recommandé de les mettre en place.

818 février 1844 Détenus à la maison de justice de Douai, les trois condamnés demandent à pouvoir utiliser leur masse de réserve – la part de leur pécule prévue pour le moment de leur libération – pour cantiner en attendant leur exécution. Ils essuient un refus. Le directeur de Loos se réjouit de la triple condamnation : « Ce résultat produira sur la population de la maison centrale une impression salutaire. »

8219 février 1844 Les trois condamnés à mort sont transférés à la maison centrale de Loos « par mesure de sûreté et aussi par humanité » (sic). Ils y arrivent à midi, escortés par sept gendarmes. Après avoir insulté le gardien-chef, ils sont placés dans les cellules du premier étage du quartier fort. Un gardien et un employé sont de planton nuit et jour dans le corridor qui longe les trois cellules. Les bouches de chaleur du calorifère ont été tamponnées, afin de rendre toute communication entre eux impossible. Colin est calme, résigné ; Druon s’agite ; Friedlander présente « l’image du tigre altéré de sang, et ne pouvant assouvir sa soif ».

8322 février 1844 Le directeur consent à ôter aux trois condamnés leur camisole de force pour la remplacer par des menottes.

8424 février 1844 Deux magistrats de la cour d’appel de Douai viennent rendre visite aux trois condamnés. Il leur apparaît que la complicité de Druon est douteuse et que Friedlander, quoiqu’informé de la tentative d’incendie, n’y a pris aucune part. Le directeur est furieux : « C’est pour un pareil monstre que le cœur de ces messieurs s’ouvre à la pitié ! » Il craint une grâce royale : « Le jour où le Roi accordera des lettres de grâce à l’un de ces condamnés, il signera l’arrêt de mort de l’un des agents de la maison centrale de Loos ! » Le préfet, qui a accompagné les deux magistrats, a dû prendre quelques mesures urgentes : faire cesser la « double peine » du cachot et du piton ; ne plus laisser procéder au cachot à la privation des effets de literie et à la diminution de la pitance qu’un jour sur deux, etc.

8520 avril 1844 À 8 h 20 du matin, les trois condamnés sont exécutés sur l’esplanade de la maison centrale. Le maire de Loos s’est montré jusqu’au bout hostile à une exécution sur la place principale du village, comme pourtant le stipulait l’arrêt de la cour d’assises. Le ministre et le préfet ont longtemps hésité : les détenus devaient-ils ou non assister à l’exécution ? Tel n’a pas été finalement le cas, pour des raisons de sécurité. Pendant que les détenus étaient réunis à la chapelle pour réciter les prières des agonisants, une foule considérable (2 000 personnes) se pressait sur les lieux du triple supplice, difficilement contenue par une compagnie de soldats d’élite et un détachement de vingt cuirassiers. On craignait des noyades, il n’y eut de victimes que les trois condamnés. Seul Druon a embrassé le bourreau et ses deux aides. Les deux autres sont morts avec la plus grande résignation. À 8 h 25, tout était consommé.

8621 avril 1844 Rendant compte au ministre de l’Intérieur, le préfet du Nord écrit : « Le châtiment des crimes commis par Friedlander, Druon et Colin exercera, sur l’esprit des détenus, une terreur salutaire, dont la discipline ressentira sans doute les bons effets. » Je m’autorise une remarque : aucun des trois suppliciés – l’un coupable, l’autre innocent, j’hésite sur le degré de culpabilité du troisième – n’avait jamais tué personne.

8724 mars 1848 Un décret du gouvernement provisoire de la IIe République suspend le travail dans les maisons centrales. À Loos, les altercations se multiplient entre les gardiens et les détenus.

885 septembre 1848 Une mutinerie éclate. Les détenus « se refusent à obéir aux ordres qui leur sont donnés ; ils poussent des cris furieux, chantent la Marseillaise et réclament du tabac et la liberté ; d’autres, moins exigeants, demandent le retour de l’ancien directeur, Monsieur Durand ». Durand, directeur de Loos depuis le 10 novembre 1842, a pris sa retraite en juin 1848. Il vient d’être remplacé, le 23 juillet, par Dosquet. Celui-ci, ancien conseiller de préfecture, a fait toute sa carrière pénitentiaire à Loos, comme inspecteur, puis comme sous-directeur. Le préfet porte sur lui un jugement sans appel : « [Il] est resté pour ainsi dire étranger à tout ce qui s’est fait dans l’établissement […]. [Il] a toujours considéré ses fonctions dans les maisons centrales comme étant au-dessous de lui. » Dosquet a laissé la bride sur le cou aux gardiens, certains d’entre eux se sont livrés à des voies de fait sur les détenus les plus « fragiles ». Devant l’ampleur de la mutinerie, le préfet, qui a envoyé des émissaires, promet que « la sédition n’aura pas de suite et que trois gardiens seront renvoyés » : la mutinerie repart de plus belle. La nuit venue, la troupe intervient et les détenus remontent en rechignant dans les dortoirs. Ils brisent leurs lits, veulent démolir le mur les séparant des femmes, certains grimpent sur les toits. Le préfet requiert les sapeurs-pompiers et les gardes nationaux de Loos, Haubourdin et Lille. Ceux-ci tirent sur les mutins, deux d’entre eux sont grièvement blessés et les autres finissent par se rendre. Des militaires armés occupent les corridors, la garnison chargée de la garde extérieure est renforcée de 25 soldats supplémentaires, les détenus sont séparés par groupes de 30. 50 mutins sont placés au cachot. La Gazette de Flandre et d’Artois du 10 septembre 1848 commente : « C’est une révolte morale sans autre voie de fait que le refus de se plier à la discipline réglementaire comme par exemple de garder le silence ou de se tenir en rang. Ils annoncent d’ailleurs que tout n’est pas fini et menacent de se révolter à la première occasion. »

8914 février 1850 Les autorités préparent le transfert des femmes détenues de Loos pour la maison centrale de femmes de Haguenau. Le transfert se fait en avril, les Flamandes sont affectées à la maison centrale de femmes de Clermont (Oise).

906 avril 1852 Le soir, au réfectoire, les détenus trouvent la soupe mauvaise quand le gardien-chef la trouve bonne. Les écuelles lui volent à la tête, il doit se sauver. Un détachement de soldats intervient, dont les baïonnettes blessent grièvement plusieurs détenus. Le lendemain, le préfet et le procureur adressent une sévère admonestation à la population pénale assemblée. L’Écho du Nord s’étonne de « la répugnance extraordinaire » manifestée par les détenus pour cette prison et demande le contrôle de l’autorité judiciaire ainsi que des enquêtes publiques. La Gazette de Flandre et d’Artois loue au contraire « le zèle, l’intelligence et l’humanité » de l’administration de la prison. Les mutineries sont le fait, selon le journal, de la « perversité des détenus » et non des « vices du système pénitentiaire ».

911er août 1852 La maison centrale de force et de correction de Loos est mise en régie. Elle devait revenir au système de l’entreprise privée dix années plus tard.

Les colonies agricoles, Saint-Bernard et Guermanez

9230 septembre 1841 Le préfet du Nord demande à l’abbé Rey, fondateur de la Société Saint-Joseph, de lui envoyer cinq frères qui seraient chargés du quartier des jeunes détenus, fort de quelque 150 pensionnaires. Les frères arrivent à Loos le 7 mars 1842, sous la houlette d’un supérieur.

93Février 1842 Le ministre de l’Intérieur apprend l’existence d’une ferme dépendant de la maison centrale, où les jeunes détenus pourraient être employés aux travaux agricoles. Le préfet est réticent, le directeur (Dumont) enthousiaste.

9410 septembre 1842 L’entrepreneur général Casse se dit prêt à gérer la ferme et à y aménager des locaux pour 30 à 40 enfants moyennant un prix de journée (exorbitant) de 70 centimes. Contre-feu du sous-directeur Durand : louer une trentaine d’hectares aux abords immédiats de la maison centrale (dont 22 à Reynart, l’héritier des Virnot – le monde est petit – et l’ami sinon le complice de Durand), pour y installer une colonie pénitentiaire en régie susceptible d’accueillir 160 enfants.

954 juin 1844 30 jeunes détenus sont extraits de la maison centrale sous la conduite de deux frères afin de préparer la colonie. Il y a urgence, le « quartier d’éducation correctionnelle » est surencombré : 200 enfants pour 150 places.

9619 février 1845 Approbation par le ministre de l’Intérieur du projet d’aménagement de la colonie.

97Janvier 1846 Les travaux ne sont pas achevés, mais les deux dortoirs accueillent une centaine d’enfants, la typhoïde exerçant des ravages dans la maison centrale.

98Septembre 1846 Fin des travaux. Les enfants de Loos se répartissent comme suit :

120 à la colonie ; 200 au quartier d’éducation correctionnelle.

99Août 1847 Un instituteur gérant est nommé à la tête de la colonie, mais celle-ci continue de dépendre administrativement de la maison centrale.

10030 mars 1849 Les frères sont remplacés par des gardiens. L’encadrement « technique » est confié à un maître des labours et à des contremaîtres civils qui dirigent les ateliers (menuiserie, forge et serrurerie).

1015 août 1850 Loi consacrant officiellement les colonies pénitentiaires agricoles. La loi privilégie les colonies privées, les colonies publiques n’étant maintenues qu’à titre complémentaire et comme éléments de comparaison.

102Été 1854 Les enfants sont plus de 500 à Loos, dont toujours 120 à la colonie. L’infirmerie de la maison centrale est littéralement envahie d’enfants.

1031er février 1855 Le docteur Faucher, médecin de la maison centrale de Loos, entre en jouissance du château et des dépendances de Guermanez, sur la commune d’Emmerin.

1043 juin 1855 Arrivée de 50 enfants de la maison centrale de Loos à la colonie de Guermanez, qu’il a fallu ouvrir dans l’urgence et dans une totale improvisation.

1051856 La colonie de Guermanez accueille 150 enfants. Faucher, son directeur-fondateur, en espère bientôt 300. Les locaux sont insalubres, les vêtements des enfants insuffisants, leur nourriture « de mauvaise qualité », le manque de personnel est chronique. Les enfants travaillent onze heures par jour et ne bénéficient que d’une heure de classe. Un certain nombre d’enfants travaillent en dehors de la colonie, chez un industriel de Seclin. Les évasions sont nombreuses, les plus fréquentes consistent dans la mort des enfants (en 1856, 8 décès pour 180 enfants à la colonie de Loos, 6 pour 140 à Guermanez).

1061858-1859 La colonie de Loos s’agrandit. Elle s’étend sur plus de 80 hectares et de nouveaux bâtiments sont aménagés. Sa capacité est de 400 enfants.

1071er janvier 1860 Tous les enfants de la maison centrale sont transférés à la colonie.

1081861 La colonie de Guermanez est passée de 20 hectares en 1856 à plus de 100 hectares. On y pratique la grande culture de céréales et d’oléagineux, mais aussi l’horticulture. Faucher vante, à coup de « publicité », son « Institut agricole », devenu florissant après « quelques années de tâtonnement et d’étude ». De l’avis de quelques mauvais esprits, Guermanez est un mouroir.

1091er mai 1862 La colonie pénitentiaire agricole de Loos est officiellement baptisée « colonie agricole de Saint-Bernard ». Ses services administratifs et sa comptabilité deviennent distincts de ceux de la maison centrale.

11025 septembre 1865 Arrêté nommant un directeur (Lambezat) à la tête de la colonie de Saint-Bernard.

11127 août 1867 L’impératrice Eugénie, arrivée la veille au soir à Lille en compagnie de son auguste époux, décide de visiter les colonies de Saint-Bernard et de Guermanez. « Sa Majesté a été extrêmement satisfaite de la tenue et de l’ensemble de la maison de Saint-Bernard […]. Sa Majesté a été, au contraire, péniblement impressionnée de sa visite à Guermanez. »

112Fin janvier 1868 Guermanez est définitivement fermée, sur l’insistance de l’impératrice. Le 1er avril, Faucher reprend son poste de médecin à la maison centrale.

1131872-1875 Réunion d’une grande commission d’enquête parlementaire sur le régime pénitentiaire. Elle conclut à la fermeture de la colonie de Saint-Bernard, compte tenu surtout de sa proximité avec la maison centrale.

1141879 et les années suivantes La colonie de Saint-Bernard n’a pas été fermée, mais elle s’est améliorée. Bon en 1879, l’état sanitaire y est jugé excellent en 1880. L’intention, affichée par les autorités, est de faire des colons de petits soldats. Gymnastique, fanfare, exercices militaires remplacent peu à peu les activités cultuelles. L’industrie (ateliers de tailleurs, de cordonniers et de bourreliers) prend de l’extension, mais la vocation de Saint-Bernard demeure agricole. On n’y cultive plus seulement le blé et les betteraves ; l’élevage d’animaux sélectionnés est devenu, avec l’horticulture, une source importante de revenus et de récompenses lors des concours agricoles.

11510 avril 1888 Fermeture (provisoire) de la colonie de Saint-Bernard.

1166 avril 1894 Décision d’aménager les locaux de l’ancienne colonie pour en faire une « maison de correction » pour courtes peines, afin de désencombrer la maison d’arrêt de Lille qui accueille 600 détenus pour 300 places.

1171909 L’ancienne colonie de Saint-Bernard est aménagée en « maison de correction cellulaire » d’une capacité de 400 jeunes détenus.

11814 mars 1910 Arrivée des premiers jeunes détenus. Saint-Bernard devient une « colonie industrielle ». « L’éducation professionnelle » des gamins prime sur toute autre considération et l’emporte sur « la production industrielle », considérée comme accessoire.

11914 octobre 1921 Décret fermant définitivement Saint-Bernard.

L’ouverture de la maison d’arrêt de Loos

1201875 Suivant la Statistique pénitentiaire, l’année 1875 est marquée par « un fait considérable ». Le lecteur a déjà compris que ce « fait » consiste dans le vote, le 5 juin, de la loi sur l’emprisonnement individuel, aboutissement de quarante années de luttes initiées par les doctrinaires sous la monarchie de Juillet et concrétisation des travaux de la grande commission d’enquête parlementaire de 1872. L’emprisonnement individuel devient la règle dans les maisons d’arrêt, mais la faculté existe de l’appliquer aux détenus condamnés à de longues peines. Les peines subies sous ce régime sont amputées d’un quart de leur durée. Il existe 382 prisons départementales en 1875. À Paris, seuls sont cellulaires Mazas et un quartier de la prison de la Santé. En province, 59 établissements sont dits cellulaires, mais aucun n’est en état. Seulement 7 prisons en commun sont susceptibles d’être aménagées. Or, la loi n’exige ni la reconstruction des maisons d’arrêt ni même l’aménagement de cellules en leur sein. Et si elle est financièrement incitatrice à faire l’un ou l’autre, la décision finale revient aux conseils généraux. Seul celui du riche département de la Marne, sous l’aiguillon du préfet, va réagir instantanément et profiter de la manne ministérielle pour reconstruire toutes ses maisons d’arrêt : la prison de Sainte-Ménehould, consacrée à l’emprisonnement individuel, ouvre ses portes dès 1878. Dans les autres départements, la loi est appliquée avec beaucoup plus de parcimonie et sans excessive célérité. En 1880, le cas de Paris et de la Marne mis à part, sont devenues cellulaires les prisons de Tours, Étampes, Versailles et Dijon ; en 1888, se sont ajoutées celles d’Angers, Pontoise, Corbeil, Besançon, Bourges, Sarlat, Chaumont et Bayonne : 3 000 cellules, dont la moitié à Paris, pour accueillir environ 25 000 détenus de maison d’arrêt (prévenus, accusés et condamnés à moins d’un an d’emprisonnement).

La prison de Loos : « les nouvelles prisons cellulaires »

La prison de Loos : « les nouvelles prisons cellulaires »

1211879 Dans le département du Nord, des fonds sont attribués quasiment aussitôt le vote de la loi pour que soit édifiée une prison nouvelle à Cambrai, mais ce projet de reconstruction était antérieur à la loi de 1875. Par contre, en 1879, au cours de sa dernière session, le conseil général décide l’édification entre Lille et Douai (siège de la cour d’appel), d’une maison de correction départementale (réservée donc aux condamnés à de courtes peines, ce qui va être aussi le cas de Fresnes) de 650 cellules. Projet, nul pénitentiaire ne l’ignore, qui n’aboutira pas. Pas question donc à cette date de « toucher » aux institutions pénitentiaires existantes de la grande métropole nordiste. En quoi consistent-elles ? En trois structures fort disparates : l’un des fleurons de l’administration pénitentiaire, la maison centrale de Loos voisine avec la colonie pénitentiaire de Saint-Bernard, cependant qu’à Lille intra muros subsiste une maison d’arrêt vétuste et surencombrée dont la capacité est de 300 places et qui ne contient pas moins, dans les années 1870-1880, de 450 à 600 prisonniers.

1221888 La fermeture de la colonie Saint-Bernard n’a pas été sans conséquence sur la prise de conscience, par les conseillers généraux, de la nécessité sinon de l’urgence de construire une nouvelle maison d’arrêt. Il faut ici évoquer la figure d’un des grands patrons lillois, Auguste Scrive, allié aux illustres lignées d’entrepreneurs textiles (les Crespel, Descamps, Wallaert), conseiller municipal, membre de la Société des Sciences et Arts de Lille, etc., qui était devenu l’un des principaux animateurs de la commission de surveillance des prisons de Lille à la fin du Second Empire. À partir de 1881 et jusqu’à sa mort en 1893, en tant que président du comité central de patronage des jeunes libérés, il dénonce inlassablement les conditions de vie lamentables à la maison d’arrêt, en particulier celles des enfants, mélangés aux adultes et dont le nombre va s’envoler à partir de la fermeture de Saint-Bernard (de 20 à plus de 100). Le conseil général réagit en votant, en août 1884, un crédit destiné à aménager au sein de la vieille prison lilloise des cellules hygiéniques pour les seuls mineurs. Au début des années 1890, la population de la maison d’arrêt de Lille, dont la capacité est passée de 300 à 350 places, continue de croître irrésistiblement, jusqu’à atteindre 650 détenus (alors que les gardiens sont au nombre de… 8). Scrive plaide inlassablement en faveur de l’édification d’une prison cellulaire, mais le coût apparaît exorbitant à la majorité des conseillers généraux : pas moins de 2 millions de francs, le prix de chaque cellule étant estimé à 3 500 francs. Il propose, peu de temps avant sa mort, d’approprier les bâtiments de l’ancienne colonie Saint-Bernard en vue d’y accueillir 600 prisonniers condamnés à de petites peines.

123Août 1894 Le conseil général abandonne définitivement son projet d’un établissement entre Lille et Douai et son regard se pose avec insistance sur le site de Loos. Cette fois, il y a urgence, car, en 1893, le typhus a frappé cruellement et sans crier gare les pensionnaires de la vieille maison d’arrêt. L’inspecteur général Puirabaud fait le voyage de Lille et conclut qu’il faut construire non pas une maison de correction supplémentaire mais remplacer carrément l’ancienne maison d’arrêt par une nouvelle. Le ministre de l’Intérieur, Raynal, préfère pour sa part temporiser « en attendant la construction de nouvelles prisons cellulaires » : des salles de désencombrement de la maison d’arrêt sont aménagées dans les locaux de la colonie Saint-Bernard. Finalement, dans sa session d’août 1894, le conseil général du Nord finit par décider de la construction, sur le site de Loos, d’une nouvelle prison cellulaire.

1241901 Les gros œuvres de la nouvelle maison d’arrêt de Loos sont achevés. Malheureusement, sur les 600 cellules prévues initialement, seulement 350 ont été mises en adjudication pour des raisons d’« économies budgétaires ».

1251er septembre 1906 La maison d’arrêt cellulaire de Loos ouvre officiellement ses portes. Elle comprend cinq ailes de deux étages chacune, offre une capacité de 350 places, insuffisante pour absorber la population pénale de l’agglomération lilloise. Aussi l’ancienne maison d’arrêt est-elle maintenue en activité.

12612 avril 1907 Le conseil général du Nord est saisi d’un vœu formulé par le conseil supérieur des prisons « tendant à la transformation dans le plus bref délai possible, de la maison d’arrêt de Lille en prison cellulaire, et de la construction de nouvelles ailes dans la prison cellulaire de Loos ». La dépense supplémentaire prévue est de près de 500 000 F. Les terrains occupés par la vieille prison lilloise suscitant bien des convoitises, une solution alternative est trouvée, qui permit d’en accélérer la fermeture : les locaux de l’ancienne colonie Saint-Bernard deviennent, suivant les vœux de feu Auguste Scrive, appropriés pour en faire une maison de correction cellulaire pouvant accueillir jusqu’à 400 détenus.

La prison de Loos : coupole

La prison de Loos : coupole

Collection B. Papillon

1274 mars 1910 Les travaux sont définitivement achevés à la maison d’arrêt cellulaire de Loos, la colonie Saint-Bernard rouvre ses portes, sous la forme d’une colonie industrielle. Le site de Loos connaît alors ses plus grandes heures pénitentiaires : la monumentale et, prestigieuse maison centrale y voisine avec une maison d’arrêt cellulaire dernier cri et une colonie industrielle aux méthodes pédagogiques révolutionnaires.

128Guerre de 1914-1918 Les enfants sont transférés à la nouvelle maison d’arrêt. Puis la colonie industrielle rouvre ses portes pendant quelques mois de 1921 avant d’être définitivement fermée par décret du 14 octobre de cette année-là. Le site de Loos, formé du complexe unique en France maison centrale – maison d’arrêt cellulaire, ne devait plus beaucoup varier jusqu’à aujourd’hui, exceptions faites des avanies entraînées par la seconde guerre mondiale et de la transformation, dans le cadre de la réforme Lecanuet de 1975, de l’antique maison centrale en centre de détention. Exceptions faites aussi d’une surpopulation pénale et d’une vétusté chroniques qui marquent la vie de la maison d’arrêt depuis quasiment 1945.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lille : le palais de Justice, les prisons au quai de la Basse-Deûle
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1769/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre La porte de l’abbaye de Loos et la Deûle
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1769/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre La prison de Loos, côté colonie
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1769/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre La prison de Loos : « les nouvelles prisons cellulaires »
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1769/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre La prison de Loos : coupole
Crédits Collection B. Papillon
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1769/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Carlier, « Les prisons du Nord au XIXe siècle », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 22 mars 2012, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://criminocorpus.revues.org/1769 ; DOI : 10.4000/criminocorpus.1769

Haut de page

Auteur

Christian Carlier

Christian Carlier, historien, est directeur d’établissement pénitentiaire et chargé de mission à la Direction de l’administration pénitentiaire. Il est rédacteur en chef de la revue « Histoire pénitentiaire » diffusée par l’Administration pénitentiaire.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page