Navigation – Plan du site

« Ils sortiront des hommes ». Les enfants du pénitencier de l’Ilet à Guillaume (île de la Réunion) 1864-1879

Bruno Maillard

Notes de la rédaction

Cet article a été publié une première fois dans Histoire pénitentiaire, volume 2, Paris, Direction de l’Administration pénitentiaire, Collection Travaux & Documents, 2005, p. 6-27.

Texte intégral

  • 1  Grenier (Victor), « L’Ilet à Guillaume », l’Enfant terrible, Saint-Denis, 1er juin 1872, p. 1.

« Le bâtiment qui contient la chapelle, les classes et le dortoir est un véritable monument. À droite, encore une autre construction presque aussi remarquable et plus loin derrière une basse-cour, l’étable, la porcherie, une installation gigantesque en un mot. D’un autre côté des terrasses immenses pour le jardinage, une conduite d’eau considérable, une scierie puis toute la montagne cultivée, couverte de grands arbres et plantée de café. Tout cela s’est fait et se continuait par l’activité et la persévérance des pères du Saint-Esprit. On leur avait confié la direction du pénitencier. Les enfants sortaient de leurs mains après avoir été parfaitement traités au point de vue matériel, au point de vue moral, ils recevaient l’éducation religieuse et professionnelle que tout le monde peut encore apprécier et qui vaut, certes, celle qu’on aurait pu leur offrir dans les bagnes de la geôle1. »

1Victor Grenier se distingue comme un habile conteur. Le rédacteur en chef de L’enfant terrible, éphémère mais redoutable hebdomadaire réunionnais, ne tarit pas d’éloges quand il plaide la cause de la congrégation du Saint-Esprit dans la prise en charge des « enfants détournés du droit chemin ». Souhaite-t-il dès lors inscrire l’œuvre des missionnaires dans le marbre de l’histoire officielle ?

  • 2  Carlier (Christian), La prison aux champs, Paris, Éd. de l’Atelier, 1994, 734 p.

2Certes, le pamphlétaire ne s’exprime pas au passé sans raison. En 1872, l’établissement modèle des ecclésiastiques est déjà sur la sellette. Pour tout dire, la durée même d’existence du pénitencier de l’Ilet à Guillaume, pâle allégorie d’une colonie pénitentiaire métropolitaine, appelle à s’interroger. Fondé officiellement le 8 mars 1869, par un arrêté du gouverneur Jules Dupré, il ferme dix ans plus tard, dans la plus grande confusion, quelques semaines après le « débarquement » de son successeur Pierre-Étienne Cuinier. Même la très contestée colonie agricole de Guermanez (Nord), étudiée par Christian Carlier, a fonctionné douze ans (entre 1855 et 1867)2. On s’en doute, pareil destin fait forcément débat.

  • 3  Rublon (E.), « Le Pénitencier de l’Ilet à Guillaume, chronique d’une désillusion », Le Quotidien d (...)

3La polémique est relancée 130 ans plus tard, par le Quotidien de la Réunion et de l’Océan Indien, l’un des deux quotidiens de référence de la grande sœur des Mascareignes, qui publie un synthétique article sur le pénitencier de l’Ilet à Guillaume3. Mais plus que le texte, une photo résume à elle seule le désastre de l’entreprise. Une dizaine de petits bonshommes de 6 à 14 ans, d’origine africaine ou indienne, chétifs et vêtus de guenilles, aux regards livides et désespérés, entourent un frère du Saint-Esprit, la main sur le cœur mais surveillant de près son « troupeau de brebis galeuses ».

4Assurément le pénitencier de l’Ilet à Guillaume jalonne une période particulièrement mouvementée de l’île de la Réunion. À l’issue de la seconde abolition de l’esclavage, décrétée le 27 avril 1848 à Paris sous l’impulsion du nouveau secrétaire d’État aux Colonies Victor Schoelcher, et promulguée le 20 décembre 1848 à Saint-Denis par le commissaire général de la République Joseph Sarda-Garriga, les colons réunionnais, pourtant grassement indemnisés pour la perte de ce lamentable cheptel, et les agents de l’administration locale, immuables et attentistes, constatent amèrement la désertion des nouveaux affranchis. Nombre d’entre eux refusent désormais de travailler sous l’autorité des anciens maîtres, qui les ont exploités sous la plus barbare des servitudes, dans les gigantesques plantations sucrières, agricoles et industrielles, qui s’étendent sur les planèzes de l’Est et du Sud de l’île. D’aucuns s’installent aux lisières des villes ou dans les cirques intérieurs dans l’espoir de regagner leurs droits naturels et de retrouver leur dignité.

Chemin de Saint-Denis à l’Ilet à Guillaume

Chemin de Saint-Denis à l’Ilet à Guillaume
  • 4  Centre des archives Outre-mer (CAOM), SOM, Maillard (Louis), Notes sur l’Ile de la Réunion, Paris, (...)
  • 5  Bibliothèque Nationale de France (BNF), 8-LC12-11, ministère de la Marine et des Colonies, « Notic (...)
  • 6  BNF, 8-LC12-11, ministère de la Marine et des Colonies, « Exposé général de la situation de la Réu (...)

5Pour compenser la perte de cette main-d’œuvre indispensable, l’aristocratie coloniale se décide rapidement à faire appel à de nouveaux travailleurs immigrés. En quelques années, Tamouls de la côte de Coromandel, Chinois des provinces de Guanddong ou du Fujian mais aussi et encore Betsimisarakas de Madagascar et Macouas d’Afrique de l’Est sont drainés à un rythme infernal vers la colonie dans le cadre d’une nouvelle forme d’exploitation capitaliste : « l’engagisme ». Au 1er janvier 1848, l’ingénieur Louis Maillard estime la population réunionnaise à 110 300 habitants4. Au 1er janvier 1860, le ministère de la Marine et des Colonies recense 166 558 personnes5. Au 1er janvier 1875, l’île compte 183 529 âmes, dont 66 260 sont considérées comme « travailleurs étrangers6 ».

6Il n’empêche que l’euphorie est de courte durée. L’accroissement de la production et de la consommation de betteraves en Europe et la baisse du prix de la canne à sucre troublent le fragile système économique réunionnais. La « plantocratie » s’essouffle, dès le milieu des années 1860, occasionnant chômage et paupérisme. En outre, et faute de dispositions efficaces lors de l’introduction des nouveaux immigrés, l’île est frappée en quelques années par plusieurs épidémies (variole, choléra, paludisme) qui fauchent à chaque fois des centaines d’habitants. Malnutrition chronique et vols d’aliments, ruptures familiales et vagabondage, alcoolisme récurrent et violences physiques deviennent le lot quotidien des populations les plus fragiles, immigrées et affranchies. Le portrait de ces derniers, brossé en 1859 par Georges Azéma, journaliste et membre de la Société des Sciences et des Arts de l’île de la Réunion, constitue un morceau d’anthologie :

  • 7  BNF, LK11-8, Azéma (Georges), Histoire de l’Ile Bourbon, Paris, 1859, p. 142.

« L’anatomie a démontré que la teinte foncée du nègre provient, non de l’action continue des rayons solaires, mais du pigment noir qui se décompose en couches dans le tissu muqueux placé sous l’épiderme, dans lequel pénètrent ses humeurs, ses chairs, son cerveau, ses cheveux [...] tandis que l’habitant de l’Afrique croupit de temps immémorial dans l’état de barbarie, et n’en sortira pas tant que sa peau noire ne subira point le frottement de la peau blanche7. »

  • 8  Ruscio (Alain), Le credo de l’homme blanc, Paris, Éd. Complexe, 1995, p. 32.

7Modeste essayiste (le considérer comme historien serait une infamie) dont la réputation ne semble pas avoir dépassé l’archipel des Mascareignes, la pensée de Georges Azéma reflète néanmoins les préjugés d’une grande partie des Réunionnais à l’égard des populations extra-européennes. 1859 est aussi l’année où l’on publie au Royaume-Uni On the origins of species de Charles Darwin. Un essai qui alimentera les élucubrations des colonialistes de tous bords quand il s’agira pour eux de justifier la supériorité des Occidentaux sur le reste de l’humanité. 1859, encore, et hélas, le médecin Paul Broca, fondateur de la célèbre Société d’Anthropologie de Paris, procède à une expérience inédite : il compare le poids du cerveau d’un cadavre de Blanc et le poids de celui d’un Noir, en déduisant la supériorité du premier sur le second8.

  • 9  Eve (Prosper), Ile à peur. La peur redoutée ou récupérée à la Réunion des origines à nos jours, Sa (...)

8Le racisme pseudo-scientifique, inspiré par ces théories éclectiques, qui acquiert peu à peu ses lettres de noblesse en métropole, ne peut faire que ses choux gras dans les colonies post-esclavagistes. Sous le tropique du Capricorne, la « peur du péril noir », pour reprendre la terrible expression de Prosper Eve9, donne régulièrement du grain à moudre à la presse conservatrice et ébranle un peu plus encore l’opinion publique insulaire.

  • 10  Laval (Jean-Claude), La justice à la Réunion de 1848 à 1870, Saint-André, Océan Éditions, 1999, 35 (...)
  • 11  Bulletin officiel de l’Ile de la Réunion, Saint-Denis, 1848-1882, t. XXI, p. 656-664.

9Si, en théorie, l’esclavage des « nègres » s’affiche désormais aux rayons des contes et légendes, et si l’engagisme des « races inférieures » s’érige désormais comme un nouveau palladium, en pratique les préjugés de couleur de l’aristocratie coloniale s’imposent à l’administration et à la justice locales. La chose est d’autant plus aisée avec le maintien d’une partie du personnel de la monarchie de Juillet qui a largement cautionné l’ère de la tyrannie esclavagiste. L’enfermement des moins disciplinés ou des plus vulnérables reste toujours parodié à dessein lors des séances du conseil privé du gouverneur ou des audiences des tribunaux correctionnels de l’île de la Réunion. Le code noir bourbonnais et la justice féodale des planteurs étant tombés en désuétude, en quelques années, la superstructure pénale de l’île, déjà ubiquitaire et despotique, se renforce pour lutter activement contre la recrudescence des « illégalismes populaires10 ». Les ateliers de discipline, constitués trois jours après l’application du décret sur l’abolition de l’esclavage, à l’attention des affranchis et des immigrés, se dressent désormais comme ses plus beaux fleurons11.

  • 12  Goffman (Erving), Asile, Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Éd. de Minuit (...)

10En 1856, la création d’un premier pénitencier précisément à l’attention des mineurs, à la Providence, quartier sud de Saint-Denis, confié aux frères du Saint-Esprit et du Cœur de Marie, s’inscrit en filigrane de cette nouvelle économie répressive. Avec l’avènement du Second Empire, les congrégations, à l’instar des Frères de la Doctrine Chrétienne, ont désormais le vent en poupe et pullulent dans les colonies. Elles font promptement main basse sur l’ensemble des institutions scolaires et sociales de l’île de la Réunion. Structure contiguë du monastère et de la prison, la congrégation ne peut que s’épanouir dans la gestion de la colonie pénitentiaire12.

11L’histoire aurait pu s’arrêter là mais c’était sans compter les sombres projets des missionnaires. En 1863, quatre d’entre eux acquièrent, par l’intermédiaire d’un avoué, un modeste terrain dans le nord de Saint-Denis : L’Ilet à Guillaume. Le domaine se situe sur un plateau d’une quinzaine d’hectares, délimité à l’est par la rivière Saint-Denis et à l’ouest par le bras de Guillaume. Elle surplombe au sud la vaste plaine d’Affouche. L’isolement du lieu en faisait un refuge parfait pour les esclaves marrons avant 1848. Le plus célèbre d’entre eux, appelé Guillaume, lui a d’ailleurs laissé son nom. Très vite, les religieux investissent le domaine en utilisant les jeunes détenus du pénitencier de la Providence pour construire une chapelle et un premier bâtiment d’hébergement. En 1864, une énième épidémie de typhus frappe l’île, foudroyant plus particulièrement les reclus de la Providence. Les frères du Saint-Esprit évacuent une partie des effectifs vers l’Ilet à Guillaume. Si la cause semble entendue pour la congrégation, ce transfert expéditif laisse perplexe. Le pénitencier est né illégalement, de surcroît dans le chaos absolu.

12Singulier terreau géo-socio-économique, aux racines agrippantes et aux fruits écrasants, dans lequel les enfants de l’Ilet à Guillaume, nouveaux « lumpens » de la perle de l’océan Indien, ont laissé des empreintes longtemps négligées, estompées, voire occultées mais néanmoins indélébiles. En d’autres termes, il semble aujourd’hui indispensable de les étudier dans les règles de l’art des sciences historiques.

« Ca zozeau là, lé petit, mai li vol bien va » (il est petit mais il vole bien)

  • 13  Bulletin officiel de l’Ile de la Réunion, op. cit., t. XLIII, p. 63-64.
  • 14  Id., t. XXXI, p. 397-402.

13Le « grand renfermement » des petits Réunionnais sous le Second Empire et les débuts de la Troisième République bat incontestablement son plein dans la plus grande confusion, pour ne pas dire dans la fiction juridique. En effet, l’arrêté du 8 mars 1869, portant création du pénitencier de l’Ilet à Guillaume, ne donne aucune précision sur les catégories de mineurs que l’établissement peut accueillir13. À cet égard, le silence de l’arrêté du 20 octobre 1858, qui avait érigé la première colonie pénitentiaire pour mineurs à la Providence, déconcerte tout autant l’exégète14. La méthode peut surprendre quand on compare, en métropole lors de la même période, la rigueur des textes du ministère de l’Intérieur chargé de l’habilitation des colonies pénitentiaires privées. Doit-on y voir déjà la volonté de l’administration locale d’élargir le champ d’intervention de la congrégation du Saint-Esprit ou une négligence de rédaction à l’égard d’une population qui ne soulève guère de controverse à l’île de la Réunion ? En 1847, une commission de réforme sur les prisons de la colonie, instaurée sous l’impulsion du gouverneur Joseph Graeb et composée de quelques grands notables bourbonnais, émettait encore des propositions peu novatrices concernant les jeunes détenus :

  • 15  CAOM, H76, Rapport fait par la commission chargée de préparer un projet d’arrêté réglementaire sur (...)

« Ils seraient retenus dans les prisons de Saint-Denis ou de Saint-Paul avec les prévenus et les accusés adultes selon la localité habitée par les parents, familles ou les maîtres à l’exception des enfants de sexe féminin qui ne pourront être placées que dans la prison des femmes de Saint-Denis15. »

  • 16  CAOM, SOM, Delabarre de Nanteuil (Auguste), Législation de l’Ile de la Réunion, Paris, 1861, t. I, (...)
  • 17  Ibid.
  • 18  BNF, F-18427, Code des Isles de France et de la Réunion, Port Nord-Ouest, 1803-1809,

14On devine néanmoins la « marmaille », selon l’expression locale, qui peut être théoriquement écrouée au pénitencier de l’Ilet à Guillaume. Conformément aux articles 67 et 69 de l’ordonnance du 30 décembre 1827, portant application du code pénal à l’île Bourbon, les mineurs de moins de 16 ans condamnés pour un crime ou un délit doivent être enfermés dans une maison de correction16. On réserve le même type d’établissement pour les mineurs reconnus, au titre de l’article 66, comme ayant « agi sans discernement » et acquittés mais non remis à leurs parents et internés sur décision judiciaire jusqu’à l’âge de 20 ans17. Par ailleurs, les articles 376 à 383 du code civil enregistré sur l’île le 1er brumaire an XIV - 23 octobre 1805, offrent au père de famille la faculté d’enfermer son (ou ses) enfant(s) mineur(s) de moins de 21 ans, faisant l’objet d’un « mécontentement très grave sur sa conduite », pendant une durée maximum de six mois18. Ce thésaurus législatif ne doit pourtant pas être considéré comme une panacée. Loin des théories métropolitaines sur la séparation indispensable des mineurs et des majeurs dans les établissements pénitentiaires, le code pénal cultive l’ambiguïté en réservant ces mêmes maisons de correction pour les majeurs condamnés à une peine d’emprisonnement.

15À cet effet, l’arrêté local du 10 avril 1848, qui cherche tant bien que mal à réorganiser les établissements pénitentiaires de la colonie, fait toujours preuve d’un véritable laxisme à l’égard des jeunes détenus :

  • 19  Bulletin officiel de l’Ile Bourbon, Saint-Denis, 1815-1848, t. XXI, p. 140.

« Ils seront autant que faire se peut, séparés des adultes et surtout isolés les uns des autres pendant la nuit19. »

  • 20  BNF, 8-F-6163, Code des prisons, par M. Moreau-Christophe (L.), Paris, 1845-1876, t. I, p. 157-161
  • 21  Maillard (Bruno), « Carcer sous les tropiques... », Histoire Pénitentiaire, volume 1, Paris, 2004, (...)

16Le texte, empreint de valeurs esclavagistes iniques et cruelles, permettait pourtant à l’administration locale de placer les mineurs les plus motivés en apprentissage dans des « établissements spéciaux ». On subodore ici l’influence de la circulaire du 3 décembre 1832 d’Antoine d’Argout, ministre du Commerce et des Travaux publics et accessoirement chargé de la direction des prisons20. Un texte précurseur sur la prise en charge éducative des jeunes délinquants mais qui n’a pourtant jamais été enregistré officiellement dans les colonies. Le manque d’intérêt de l’aristocratie coloniale et l’incurie de l’administration locale ont maintenu en pratique les mineurs incarcérés en compagnie des adultes, prévenus ou condamnés, dans les misérables « geôles » de l’île de la Réunion21. Quelques mois après son arrivée, le nouveau gouverneur Louis Henry Hubert-Delisle reconnaît, dans un courrier adressé au ministre de la Marine et des Colonies, l’ampleur de la tâche à accomplir :

  • 22  CAOM, REU458, Deslisle (Hubert), Lettre au ministre de la Marine et des Colonies, Saint-Denis, 185 (...)

« Il nous manque un pénitencier pour les enfants qui abusent de la faiblesse de leurs parents pour aller vagabonder, voler dans les boutiques, et se livrer à des actes d’immoralité et débauche. Déjà votre excellence a encouragé mes vues sur une création qui, à l’exemple des pénitenciers de France, doit mettre la société à l’abri d’une génération abandonnée à des désordres précoces22. »

  • 23  Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements et avis du conseil d’État, par Duve (...)
  • 24 Id., t. LII, p. 117-129.
  • 25 Id., t. LIV, p. 227-229.

17La situation est d’autant urgente que la loi du 5 août 1850, sur l’éducation et le patronage des jeunes détenus, qui clarifie l’exécution des peines pour les mineurs, n’est pas non plus appliquée à l’île de la Réunion23. Comme la Convention montagnarde, la Révolution de 1848 a été intense mais brève. La politique coloniale d’assimilation prônée par certains députés de l’assemblée nationale constituante, tel Victor Schoelcher, est balayée dès le mois de mai 1848 par le bloc conservateur. Sous le joug des publicistes bonapartistes, et dans la pure tradition coloniale du Premier Empire ou de la monarchie de Juillet, la constitution du 14 janvier 1852 soumet les territoires ultra-marins à des normes juridiques particulières24. Le sénatus-consulte du 3-7 mai 1854 achève le nouvel édifice juridique et répartit l’élaboration de la législation pénale dans les colonies et de la réglementation pénitentiaire entre l’empereur et le Sénat25.

  • 26  BNF, 8-F-6163, Code des prisons, op. cit., t. IV, p. 467-491.

18En ce sens, le ministère de l’Intérieur, qui gardera autorité sur les établissements pénitentiaires jusqu’au 13 mars 1911, ne dispose d’aucune prérogative dans les colonies. Ainsi, la circulaire De Fourcade, du 10 avril 1869, qui réglemente rigoureusement l’organisation des colonies pénitentiaires (discipline, hygiène, enseignement...) n’est pas appliquée à l’île de la Réunion26. À l’exception de l’Algérie, le ministère de la Marine et des Colonies a la main mise sur l’ensemble des territoires d’outre-mer. Le personnel de la rue Oudinot se souciant comme d’une guigne du problème de l’exécution des sanctions pénales dans les colonies, qui plus est à l’attention des mineurs, les autorités locales se doivent de redoubler d’initiative en la matière.

  • 27  Bulletin officiel de l’Ile de la Réunion, op. cit., t. L, p. 367-396.

19Et c’est sans doute déjà ici que le bât blesse. L’île de la Réunion ne se dote d’une réglementation sur l’incarcération des mineurs que le... 7 août 1876, soit 26 ans après la loi sur l’éducation et le patronage des jeunes détenus et surtout 7 ans après la création du pénitencier de l’Ilet à Guillaume27 ! Une fois encore, l’aristocratie coloniale profite d’une réforme globale des établissements pénitentiaires de l’île pour se pencher sur le problème des enfants condamnés. Il est vrai que l’affaire est devenue presque incommodante pour le nouveau gouverneur Pierre Aristide Faron. L’administration locale sous le Second Empire et les premières années de la Troisième République s’est reposée sur la réglementation pénitentiaire esclavagiste de la monarchie de Juillet, à l’image de l’arrêté local du 10 avril 1848, ignorant ni plus ni moins le décret du 27 avril 1848.

  • 28  Ibid., p. 389-390.

20Pour l’heure, les articles 135 à 140 du nouvel arrêté confirment les spécificités de la législation pénale et civile prescrite pour les mineurs et énoncent scrupuleusement les différentes catégories de détenus qui doivent être écroués auprès d’un « pénitencier spécialement affecté28 ». Au passage, on constate que l’administration locale n’abonde pas dans le sens des rapports métropolitains les plus récents et les plus pertinents comme celui de Hyacinte Corne (1848) ou de Félix Voisin (1874). Elle poursuit sa singulière politique carcérale en regroupant pêle-mêle tous les jeunes de moins de 20 ans, quel que soit le type de correction, dans le même établissement pénitentiaire.

Enfants réunionnais

Enfants réunionnais

Dessin de Mettois d’après une photographie de M. Bévan. Extrait de Louis Simonin, Voyage à l’île de la Réunion, Paris, 1861.

  • 29  Archives départementales de la Réunion (ADR), N118, Procès-verbaux du Conseil général, Saint-Denis (...)
  • 30  Rastoul (A.), « La Providence », La Malle, Saint-Denis, 17 mai 1868, p. 1.

21Certes, le nom de l’Ilet à Guillaume ne figure pas dans le chapitre de l’arrêté consacré aux « jeunes détenus ». À cette date, la congrégation bataille à fleurets mouchetés contre la colonie devant les tribunaux administratifs de l’île puis de la métropole. En bref, les frères du Saint-Esprit n’acceptent pas que le pouvoir colonial leur supprime la gestion de l’hospice des vieillards et infirmes de la Providence et surtout réduise le nombre de mineurs pris en charge au pénitencier de l’Ilet à Guillaume. La rédemption des « fils de Caïn » se confond maintenant avec une affaire de gros sous. Dans cette atmosphère délétère, le 23 juillet 1871, les conseillers généraux de l’île de la Réunion votent à brûle-pourpoint la fermeture de la colonie pénitentiaire29. L’administration locale, encore partisane de l’ordre clérical, essaye de désamorcer le conflit et repousse sine die sa décision finale. Mais l’avenir de la « splendide acquisition » qui devait être « au moins aussi avantageuse pour la colonie que pour les pères du Saint-Esprit » selon le journaliste Albert Rastoul, semble déjà largement compromis30.

  • 31  BNF, 8-F-606, Recueil des arrêts du Conseil d’État, par Panhard (N.) et Hallay-Dabot (A.), Paris, (...)
  • 32  ADR, N654, Procès-verbaux du Conseil général, Saint-Denis, 1879, p. 7.
  • 33  Gaillac (Henri), Les maisons de correction. 1830-1845, Paris, Cujas, 1971, p. 356.

22À l’issue d’une longue procédure et d’un arrêt du Conseil d’État, le 13 juin 1879, la colonie est condamnée à indemniser la congrégation du Saint-Esprit du préjudice que lui ont causé la suppression de l’hospice des vieillards et infirmes et les modifications apportées au régime du pénitencier avant l’expiration des vingt-cinq années pour lesquelles elle s’était engagée à lui laisser la direction de ces services31. Une somme importante, que le directeur de l’Intérieur estime à 304 400 francs sans compter les intérêts32. Mais, le vent politique a tourné en métropole. Depuis février 1879, suite à la démission d’Edme Mac-Mahon, fer de lance des monarchistes et bourreau des communards et à l’élection de Jules Grévy, les radicaux-opportunistes ont conquis la totalité des pouvoirs de la République. Dans un ouvrage de référence, Henri Gaillac met en exergue les réserves soulevées par cette nouvelle majorité à l’égard des prérogatives éducatives octroyées aux congrégations33. Le 10 octobre 1879, quelques semaines après son arrivée sur l’île, le nouveau gouverneur, Pierre Étienne Cuinier, décide de fermer le pénitencier l’Ilet à Guillaume, de licencier les frères du Saint-Esprit et de transférer les détenus à... la Providence. Hier portés aux nues, les missionnaires sont maintenant voués aux gémonies.

« Ca zozeau là, lé petit, mai li vol bien va [...] Ce n’est pas dans le langage prétentieux, dans le boursouflage sans règles des petits créoles, ni dans le baragouin des cafres, qu’il faut chercher le patois de Bourbon.

  • 34  BNF, Z-28752, Focard (Volzy), « Du patois créole », Bulletin de la société des sciences et des art (...)

Il est chez les noirs indigènes, surtout chez les négresses. C’est là qu’il se trouve dans toute sa verdeur et sa vivacité. Et encore a-t-il changé quelque peu depuis l’émancipation des esclaves qui a fait changer également à leur désavantage, il faut bien l’avouer, les mœurs, les habitudes et le caractère de ces mêmes esclaves34. »

23Volzy Focard a beau arguer qu’il s’inspire d’aphorismes africains pour développer sa conférence sur le patois créole, son récit ne cache pas moins une troublante nostalgie de la période esclavagiste. Greffier en chef de la cour impériale puis de la cour d’appel de Saint-Denis et membre lui aussi de la très influente Société des sciences et des arts de l’île de la Réunion, il participe de près ou de loin à la féroce répression qui s’abat au même moment sur les mineurs de la colonie. Le choix de son proverbe ne tient sans doute pas au hasard et ne doit surtout pas être interprété seulement pour sa portée universelle. Représen­tation d’une chose ou d’une personne dans le cadre d’une période donnée, il évoque les stigmates véhiculés par l’honorable société réunionnaise sur les enfants immigrés ou affranchis. Plus que la réglementation réunionnaise, il pourrait même refléter la réalité humaine de la colonie pénitentiaire.

  • 35  CAOM, H763, Registre d’écrou/Pénitencier, 1877, 61 p.
  • 36  CAOM, REU458.

24En la circonstance, l’unique registre d’écrou de pénitencier de l’Ilet à Guillaume, disponible au Centre des archives d’outre-mer d’Aix-en-Provence35, doit être étudié avec précaution. Le père Duboin, omnipotent et incontournable directeur du pénitencier, semble avoir fait preuve de certaines négligences dans la tenue du greffe. En 1873, dans un rapport confidentiel adressé au gouverneur de l’île de la Réunion, le directeur de l’intérieur dresse un troublant inventaire des irrégularités et falsifications commises par les missionnaires36. Ce faisant, le document fournit des informations non négligeables sur les jeunes détenus : âge, infraction, profession, durée de la peine. Au 31 décembre 1869, un an après sa création officielle (quoique l’établissement fonctionne depuis déjà cinq ans) et surtout quelques mois avant le changement de régime, le pénitencier de l’Ilet à Guillaume compte 96 détenus.

  • 37  Ducret (P.), « Un héritage du passé », Cahiers de notre histoire, Saint-Denis, 1990, n° 15, p. 1-2 (...)
  • 38  BNF, 8-F-606, Recueil des arrêts du Conseil d’État, op. cit., p. 477.
  • 39  ADR, N118, Procès-verbaux du Conseil général, Saint-Denis, 1871, p. 265.
  • 40  ADR, X7, Duboin, Lettre adressée au directeur de l’intérieur, 29 janvier 1872, p. 3.
  • 41  CAOM, H763, op. cit.

25Le chiffre diffère quelque peu des estimations présentées dans les précédentes études sur la question. À titre d’exemple, Patrick Ducret donne une fourchette qui oscille entre 13 et 250 détenus mais ne précise pas s’il s’agit de stocks ou de flux37. Quant aux sources disponibles, elles restent tout aussi confuses. Un arrêt du Conseil d’État estime que le nombre de détenus n’a jamais été supérieur à 20038. Au 1er mars 1871, la commission du budget du conseil général estime à 158 le nombre de mineurs incarcérés39. Le père Duboin dit avoir 33 mineurs incarcérés dans son pénitencier au 29 janvier 187240. Enfin, un autre sondage du registre d’écrou, au 31 décembre 1874, ne fait plus état que de 14 détenus41. Le nombre d’enfants emprisonnés à l’Ilet à Guillaume semble donc avoir considérablement fluctué entre 1864 et 1879. Quoique sans doute approximatif, le chiffre de 96 détenus apparaît néanmoins tout à fait plausible au 31 décembre 1869.

  • 42  Ce sur quoi Christian Carlier a particulièrement insisté dans La prison aux champs pour les coloni (...)

26En ce qui concerne la répartition judiciaire des enfants, 8 sont détenus au titre de l’article 66 du code pénal de 1810. Tous ont d’ailleurs été inculpés puis embastillés pour vol simple ou aggravé. Comme en métropole, la chose tourne au grotesque. Ces enfants se voient donc potentiellement incarcérés jusqu’à leur vingtième année, dans le cadre d’une procédure extraordinaire, pour des infractions dont la sanction ne dépasse pas parfois six mois d’emprisonnement42 ! Par ailleurs, 7 enfants sont enfermés pour un délit (3 pour atteintes aux propriétés et 4 pour atteintes aux personnes) et 2 pour un crime. L’un des deux... criminels, Mardé Périanin, petit oiseau de 12 ans, a ainsi été condamné à sept ans de réclusion pour vol de riz. Enfin, 1 petit bonhomme est placé en détention provisoire au pénitencier, en toute illégalité bien sûr. L’intéressé aurait dû être écroué légalement à la prison centrale de Saint-Denis qui, à cette date, fait toujours office de maison d’arrêt et de justice mais aussi de maison de force pour les condamnés aux travaux forcés en attente de transfert dans les bagnes de Guyane ou de Nouvelle-Calédonie.

  • 43  Bulletin officiel de l’Ile de la Réunion, op. cit., t. XXII, p. 140-142.
  • 44  Id., t. XXVII, p. 307-309.

27Pour quels faits et par quelles juridictions ont été jugés les 78 autres détenus ? Force est de constater que ces enfants ont été condamnés au titre de l’arrêté local du 17 février 184943. Un texte extrêmement sévère qui avait été adopté par le commissaire de la République, Sarda Garigua, quelques semaines après l’abolition de l’esclavage, sous la pression de l’aristocratie coloniale. Natif de l’île et nostalgique de la société esclavagiste, le gouverneur Louis Henry Hubert-Delisle lui emboîte le pas et consolide l’arrêté le 22 août 185344. En cas de refus de travail ou d’indisciplines diverses sur son « habitation », l’engagé, étranger ou affranchi, encourt désormais une amende ou jusqu’à cent jours d’ateliers de discipline s’il n’est pas solvable. Ce dispositif est d’ailleurs complété, le 13 février 1852, par un décret du ministre de la Marine et des Colonies, promulgué dans l’ensemble du domaine ultra-marin. Cette réglementation pénale, au service des intérêts privés de la plantocratie, est d’autant plus illégitime qu’elle s’appuie sur une procédure expéditive et arbitraire confiée aux juges de paix, le cas échéant aux maires, dans les petites communes dépourvues de magistrats !

  • 45  CAOM, REU458, Circulaire aux maires et aux communes de la colonie, 1859, 3 p.

28Consciente de l’accroissement des détenus à prendre en charge et soucieuse, une fois n’est pas coutume, du sort réservé aux plus jeunes condamnés, l’administration locale ne ménage pas ses efforts. Le 13 août 1859, le directeur de l’Intérieur diffuse une circulaire encourageant la répression contre les mineurs et assurant une large publicité au pénitencier de la Providence puis de l’Ilet à Guillaume45. Un texte sans doute illégal, appliqué jusqu’en 1871, mais qui fait incontestablement florès auprès des juges de paix et des maires. Comme en métropole, les enfants de plus de 6 ans sont autorisés à travailler sur les exploitations agricoles ou dans les ateliers artisanaux. Immatures et indociles par excellence, les jeunes ouvriers sont projetés dans la ligne de mire des régisseurs d’exploitations et des propriétaires terriens et par effet de ricochet de l’autorité judiciaire.

29L’incarcération de ces enfants, pour des actes qui n’ont jamais été considérés comme des infractions, éveille néanmoins la contestation de la presse anticléricale, à l’instar du Journal du commerce, ou de certains conseillers généraux, surtout après l’avènement de la Troisième République et la constitution d’une première assemblée locale élue au suffrage universel. Le 26 juillet 1871, Théodore Drouet se scandalise publiquement de cette situation :

  • 46  ADR, N118, Procès-verbaux du Conseil général, Saint-Denis, 1871, p. 271.

« Le pénitencier, comme l’école professionnelle, a été détourné de sa vraie destination : créé pour recevoir les jeunes sujets atteints par la justice répressive, il est bientôt devenu un asile ouvert à toute espèce d’enfants, dont la plupart n’ont encouru aucune condamnation régulière. Ainsi, sur les 158 détenus, effectif au 1er mars dernier, il n’y en avait que 15 dont la situation fut parfaitement justifiée : 3 condamnés par les assises et 12 par les tribunaux correctionnels46. »

  • 47  BNF, 4-2F132-44, Jaillant (Jules), Statistique des prisons et des établissements pénitentiaires po (...)

30En effet, ces 78 mystérieux détenus sont tous enregistrés comme engagés, immigrés ou affranchis, sur une exploitation locale. 42 ont été condamnés pour « insubordination » au travail, c’est-à-dire 44 % de l’effectif total du pénitencier de l’Ilet à Guillaume ! Ces chiffres diffèrent incontestablement de ceux de la métropole. Au 31 décembre 1869, Jules Jaillant, le directeur de l’administration pénitentiaire, estime que sur les 8 515 jeunes détenus écroués dans un établissement d’éducation correctionnelle public ou privé (prison départementale, colonie correctionnelle, maison centrale, colonie pénitentiaire), 5 439 ont été condamnés pour une atteinte aux propriétés (vols qualifiés ou simples, escroqueries...) soit 64 % des effectifs47. Au regard de ces pourcentages, la justice coloniale offre un spectacle dantesque où les populations extra-européennes et leurs enfants font figure de piètres délinquants, à la merci de la plantocratie, refusant ici et là de porter un seau d’eau, de ne pas respecter la durée des pauses quotidiennes ou de travailler le dimanche. La présence de 9 condamnés pour vagabondage laisse d’ailleurs tout autant perplexe. Au titre de l’article 271 du code pénal, l’enfant de moins de 12 ans jugé pour vagabondage doit être condamné à une peine de surveillance de police pendant un délai maximum de cinq ans. Que dire de ces 27 enfants pour qui les motifs exacts de leur condamnation n’apparaissent même pas dans le registre d’écrou du pénitencier !

31L’affaire fait déjà grand bruit à l’époque. Le père Duboin est soupçonné d’avoir maintenu certains jeunes reclus dans le pénitencier au-delà de la durée de leur peine.

32Pis encore, on l’accuse de confondre les orphelins de l’ancienne école professionnelle, transférés à l’Ilet à Guillaume après 1869, avec les mineurs condamnés. Dans l’œil du cyclone, le missionnaire se sent dès lors dans l’obligation de se justifier :

  • 48  ADR, X7, Duboin, Lettre adressée au directeur de l’intérieur, Saint-Denis, 19 juin 1871, p. 3.

« Les juges de paix avaient-ils le droit d’envoyer les enfants au pénitencier ? C’est là monsieur le directeur une question qu’il ne nous appartient pas de résoudre. Mais ce qu’il y a de certain c’est qu’aucune autorité, jusqu’à présent, ne leur avait contesté ce droit48. »

33Quant à l’administration locale, elle minimise invariablement l’ampleur de l’affaire en s’appuyant sur les rapports lénifiants relatifs au pénitencier rédigés par ses meilleurs agents. En ce sens, le directeur de l’Intérieur cultive la vulgate de l’aristocratie coloniale à la perfection :

  • 49  ADR, N118, Procès-verbaux du Conseil général, Saint-Denis, 1871, p. 271.

« On doit faire la part, et on fait la part chaque jour, des habitudes, des mœurs et de l’infériorité morale de la classe appelée à servir dans les maisons et dans les habitations. Bien des délits caractérisés, par suite d’une indulgence facile à comprendre, n’arrivent pas jusqu’aux tribunaux correctionnels ; on se contente de les faire juger par des juges de paix. Sans cela, on peut s’en convaincre par le tableau que j’ai sous les yeux, la juridiction correctionnelle serait complètement débordée49. »

34Manifestement, cette politique pénale coloniale, raciste et arbitraire, reste couverte par les sommets de l’État. En 1867, dans son rapport introductif sur les comptes généraux de l’administration de la justice dans les colonies, le ministre de la Marine et des Colonies, Rigault de Genouilly, montre officiellement son aversion pour les populations immigrées ou affranchies des colonies françaises et soutient les mesures d’exception :

  • 50  CAOM, AOM, ministère de la Marine et des Colonies, Compte général de l’Administration de la Justic (...)

« En présence des modifications profondes apportées dans l’état social de nos populations coloniales, d’abord par l’émancipation de 1848, ensuite par l’introduction successive, à partir de 1853, des travailleurs immigrants appartenant à diverses nations, on comprend que l’autorité coloniale ait dû s’armer de moyens exceptionnels pour maintenir l’ordre au milieu d’éléments si disparates, et contenir des justiciables qui ont, pour la plupart, des notions fort imparfaites de ce qu’exige la sécurité d’une société régulièrement organisée50. »

  • 51  BNF, 4-2F132-44, Jaillant (Jules), op. cit., p. 99.

35Détention illégale donc, et pour plusieurs mois, pour des adolescents voire de très jeunes enfants. Comme en métropole, l’île de la Réunion attendra la loi du 22 juillet 1912 pour reconnaître l’irresponsabilité pénale des mineurs de moins de 13 ans et prohiber leur incarcération. Si au 31 décembre 1869, on dénombre 36 jeunes adultes de plus de 16 ans et 42 adolescents entre 13 et 15, on compte encore 18 enfants de moins 13 ans (20 % de l’effectif total). Un chiffre largement supérieur à celui de la métropole. À la même date, la direction de l’administration pénitentiaire ne compte que 6 % d’enfants de moins de onze ans dans ses effectifs51. Face à l’irresponsabilité et au laxisme supposé de leurs parents, l’aristocratie coloniale veille à l’éducation des « jeunes disciplinaires » de l’île de la Réunion, surtout les plus petits et les plus « basanés ». Les frères du Saint-Esprit se sont-ils montrés à la hauteur de cette noble mission historique ?

« Travailler, c’est encore prier »

  • 52  Rastoul (A.), « Distribution des prix chez les frères », La Malle, Saint-Denis, 1er septembre 1864 (...)

« Le travail n’a pas dans la colonie la considération qu’il devrait avoir ; les affranchis ont contre lui de grands préjugés. C’est à ces dispositions qu’il faut attribuer le manque de bras dont on se plaint dans un pays plus peuplé que la France. Il faut donc remettre en honneur le travail ; il faut qu’il jouisse de la juste considération qui lui est due52. »

36En ce jour de fête, où les frères du Saint-Esprit invitent le sérail réunionnais à visiter leur établissement modèle et découvrir entre autres leur stratégie « d’éducation religieuse, morale et professionnelle » des jeunes apprentis et des mineurs délinquants, Albert Rastoul, chroniqueur à La Malle, périodique royaliste et ultramontain, ne cesse pourtant de ronger son frein. Pour l’aristocratie coloniale, l’affranchi, c’est-à-dire l’Africain, cristallise tous les maux de la société réunionnaise. Mais, les chants militaro-catholiques des missionnaires, qu’il cite mot pour mot, lui redonnent sans doute quelque peu espoir :

« Enfant debout ! le jour se lève !

Au travail, avant d’aller tous

Que votre cœur au ciel s’élève

Priez Dieu de veiller sur vous

Et vous appelle à l’atelier

Partez sans murmures

  • 53  Ibid., p. 1.

Travailler, c’est encore prier53. »

  • 54  Foucault (Michel), Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, p. 300.

37Le philosophe Michel Foucault voyait dans la colonie pénitentiaire de Mettray (Indre-et-Loire) la quintessence de toutes les technologies coercitives du comportement des déviants : « Il y a là du cloître, de la prison, du collège, du régiment54. »

38À bien des égards, les fondateurs de l’Ilet à Guillaume ont essayé de mettre leurs institutions au diapason de l’établissement fondé par le magistrat Frédéric Demetz. Au vrai, le pénitencier tient plus de la caserne d’infanterie de marine que d’une école primaire municipale. En dessous du père Duboin, directeur du pénitencier, la colonie se subdivise en escouades de cinquante enfants dirigées par un frère chef de famille. Chaque escouade se fractionne en cellules de vingt-cinq enfants sous la responsabilité d’un frère chef de division. à peine écroué, le jeune reclus intègre immédiatement sa « nouvelle famille » et doit se plier à sa rigoureuse organisation et à sa sévère discipline.

  • 55  CAOM, REU458.

39Comme ses homologues métropolitains, la colonie pénitentiaire réunionnaise repose avant tout sur un emploi du temps drastique et réglé à la minute55. Levés à 5 h 30 l’hiver et 4 h 30 l’été, les enfants débutent invariablement la journée par leurs devoirs religieux et l’entretien de leurs locaux d’hébergement. Après un rapide déjeuner, ils travaillent de 7 heures à 11 h 30 puis ils reprennent leur activité à 13 heures jusqu’à 17 h 30. Dans leur grande sagesse, les frères du Saint-Esprit leur octroient une heure et demie pour dîner et même une petite récréation. Les enfants bénéficient d’une demi-heure d’enseignement élémentaire, entre 18 heures et 18 h 30, soupent à 19 heures et après une ultime prière, se couchent à 19 h 30.

  • 56  Carlier (Christian), op. cit., p. 352-354.

40Les trois repas quotidiens des jeunes détenus s’insèrent dans l’austérité de cet emploi du temps. Chaque reclus doit se satisfaire quotidiennement de 800 grammes de riz, 125 grammes de légumes secs, 15 grammes de sel et 8 grammes de graisse. Ce régime alimentaire correspond, à quelques grains de riz près, à celui des détenus majeurs des prisons de Saint-Denis ou de Saint-Pierre. Il ressemble en tous points à celui des engagés dans les « habitations ». À titre de comparaison, pendant la même période, les jeunes condamnés de la colonie correctionnelle de Saint-Bernard (Nord) bénéficient d’au moins 1 kilogramme de pain, 1 litre de soupe par jour et surtout de deux distributions de lait et de viande par semaine56. L’alimentation de l’Ilet à Guillaume n’est donc pas assez variée et, surtout, insuffisante pour des enfants ou des adolescents en pleine croissance, à qui l’on impose de surcroît des travaux de forçats.

41Sous le feu des critiques, la congrégation se défend en invoquant les faibles subsides que lui verse l’administration coloniale. Selon l’arrêté du 8 mars 1869, l’autorité locale lui attribue pourtant 50 centimes par jour et par enfant incarcéré. L’allocation suffit-elle pour nourrir convenablement les jeunes détenus ? À ce sujet, l’un des plus célèbres détracteurs de l’Ilet à Guillaume, le journaliste Jean Grezas, ne ménage pas les religieux :

  • 57  Grezas (Jean), « L’Ilet à Guillaume », Journal du commerce, Saint-Denis, 3 décembre 1871, p. 1.

« Enfin, qui persuadera-t-on que le transport à l’Ilet à Guillaume des vivres ait jamais pu s’élever à 0, 25 centimes par jour et par enfant. Oh ! pour le coup, nous faisons nos sincères compliments à l’heureux mortel qui a une entreprise aussi fructueuse que celle-là57. »

42Il semble bien en effet que les missionnaires n’ont pas toujours utilisé l’argent des contribuables réunionnais à bon escient. La malnutrition des jeunes détenus reste d’autant plus contestable que le père Duboin se targue de la forte production maraîchère du domaine pénitentiaire et des surplus qu’il n’arrive pas toujours à écouler sur les marchés de l’île. Au reste, lors des visites du directeur de l’Intérieur ou du procureur de la République, les enfants se plaignent immanquablement de la qualité de la nourriture. Certains n’hésitent pas à feindre des maladies ou à se blesser volontairement pour être hospitalisés pendant quelques jours à l’infirmerie du pénitencier, où l’alimentation est améliorée, tout en profitant d’un hébergement un peu plus confortable.

  • 58  Bibliothèque départementale de la Réunion (BDR), Roussin (A.), Album de l’Ile de la Réunion, Saint (...)
  • 59  CAOM, REU458, Duboin, Mémoire en réponse..., Saint-Denis, 7 janvier 1875, p. 9.

43En effet, les mémorables lithographies d’Alfred Roussin sur le pénitencier illustrent plus que toute autre source la misère matérielle dans laquelle sont logés « les enfants de Canaan58 ». Cinq bâtiments construits en bois de natte, pour la plupart par les jeunes reclus eux-mêmes, composent la colonie pénitentiaire59. Un premier édifice comprend la chambre et le bureau du directeur, quelques salles de classe, l’infirmerie et, à l’étage, un dortoir de 50 lits. La deuxième construction regroupe la chapelle, les salles de catéchisme, la cuisine et le réfectoire. L’étage accueille aussi un dortoir de 100 lits. Un troisième bâtiment fait office de lingerie et de réserve. Enfin deux autres blocs sont réservés à l’hébergement des reclus, avant d’être abandonnés avec le recul puis la chute des effectifs. Construit dans la précipitation, avec peu de moyens et par ailleurs sans véritable réflexion préalable, le pénitencier échappe aux modèles d’architecture carcérale métropolitains et se distingue rapidement par sa fragilité et son insalubrité. La situation attire occasionnellement, en particulier après une vague d’épidémies, l’attention de l’administration locale mais ne provoque aucune réaction officielle à la mesure du problème.

  • 60  CAOM, REU458, Rapport de la commission nommée par le gouverneur pour étudier les questions relativ (...)

44Face à l’inadaptation des locaux de détention, la formation professionnelle, clef de voûte du programme de rééducation des détenus selon les missionnaires, suscite dès lors intérêt et réserves aux yeux des Réunionnais. Les frères du Saint-Esprit restent d’ailleurs sur un échec patent. L’école professionnelle que l’administration locale leur avait confiée, en même temps que l’hospice et le pénitencier, ferme définitivement en 1869. À cet égard, la commission de réflexion constituée par le gouverneur Jules Dupré émet de nombreuses critiques sur les capacités des ecclésiastiques à organiser une formation professionnelle pour des enfants ou des adolescents60. La concurrence déloyale qu’entretiennent en outre les missionnaires, exonérés de certaines charges, soulève l’indignation des petits artisans. La responsabilité de la congrégation n’est-elle pas évoquée par Jules Simon, l’auteur de L’ouvrier de 8 ans, devant le corps législatif du Second Empire, après la dramatique insurrection des Dionysiens de décembre 1868 ?

  • 61  CAOM, REU458.

45À y regarder de plus près, les travaux confiés aux jeunes détenus par les petits pères du Saint-Esprit relèvent souvent plus des corvées imposées dans les futurs camps de concentration staliniens et hitlériens du XXe siècle que dans les utopiques phalanstères de Charles Fourrier. On l’a vu, dès 1864, et sans attendre l’autorisation de l’administration locale, des enfants et des adolescents de la Providence sont transférés à l’Ilet à Guillaume pour y construire la chapelle et le premier bâtiment d’hébergement61. La litanie des accidents de travail des jeunes reclus ne va cesser désormais d’alimenter les éditoriaux de la presse anticléricale et les discours de conseillers généraux républicains.

46En la circonstance, les travaux de construction de la route de Saint-Denis à l’Ilet à Guillaume se montrent particulièrement dangereux, qui plus est pour de jeunes enfants parmi lesquels certains n’ont pas 8 ans. Très vite les accidents se multiplient, occasionnant dans le meilleur des cas quelques contusions ou fractures et, au pire, le décès des détenus. Le 1er décembre 1867, Joseph Lespoir se noie dans un bras de la rivière Saint-Denis. Le 15 février 1869, Sian Valita se blesse mortellement après une chute dans un ravin. Le point culminant est atteint en juin 1871 avec le décès du jeune Louis Victor. Suite aux charges accablantes qui pèsent sur le personnel de la congrégation et à la visite du procureur de la république près le tribunal de première instance de Saint-Denis, le père Duboin essaye de circonscrire l’incendie en écrivant directement au gouverneur Émile de Lormel :

  • 62  ADR, X7, Duboin, Lettre au gouverneur de l’Ile de la Réunion, Saint-Denis, 30 juin 1871, p. 2.

« L’administration n’a jamais ignoré que les enfants étaient appliqués à ce travail de routes. Dans mes comptes rendus annuels, il était constamment question de ce travail et des moyens employés pour l’exécution. Monsieur Dupré, votre prédécesseur, monsieur le Directeur de l’intérieur ont visité le chemin. Ils ont pu constater par eux-mêmes l’emploi des jeunes détenus. Dans les accidents qui avaient précédé celui-ci, il n’a jamais été question de contester ce droit62. »

47À défaut d’humanité, l’intéressé joue régulièrement de l’intimidation et de la séduction pour préserver son pré carré. Quand l’administration fait la sourde oreille, l’homme saisit alors son supérieur à Paris. Ce dernier, usant de ses réseaux, s’adresse directement au ministre de la Marine et des Colonies afin d’obtenir gain de cause. Pour autant, l’affaire ne peut être étouffée par l’administration locale et se trouve évoquée devant le conseil général. Théodore Drouet rompt enfin l’omerta :

  • 63  ADR, N118, Procès-verbaux du Conseil général, Saint-Denis, 1871, p. 271.

« Au sujet des accidents survenus à l’Ilet à Guillaume et qui ont à si juste titre ému le Conseil, je dirai que, selon moi, les pères du Saint Esprit n’avaient pas le droit d’exposer les enfants qui leur étaient confiés comme ils l’ont fait. Ils pouvaient les employer à des travaux en rapport avec leur âge et sans danger pour leur vie. Est-ce bien ce qui a eu lieu ? Les tristes faits que je rappelle suffiraient à justifier le retour à Saint-Denis des enfants du pénitencier63. »

48Les accidents ont été d’autant plus inutiles que la route de l’Ilet à Guillaume reste dans l’ensemble peu praticable, surtout pendant la période cyclonique. Par ailleurs, la municipalité de Saint-Denis se plaint régulièrement auprès du directeur de l’Intérieur de la négligence des missionnaires dans les travaux qu’ils dirigent. Après enquête, il se trouve que ces derniers rejettent leurs déblais dans la rivière Saint-Denis en obturant quelque peu son flux et en altérant ses eaux. Avec sa condescendance coutumière et sa passion pour les chicanes juridiques, le père Duboin engage une procédure contre la municipalité de Saint-Denis, se mettant à dos l’administration municipale.

49L’échec de la congrégation ne se réduit pas à la construction de la route de Saint-Denis. Les ecclésiastiques avaient beaucoup misé sur l’exploitation agricole de leur propriété. Avant 1864, une partie des terres était déjà cultivée par plusieurs familles réunion­naises que les religieux ont expulsées illico presto pour réserver la place au pénitencier. Toutefois, les cultures de tabac, de café, et même de vanille, très en vogue sur l’île, engagées successivement sous l’impulsion du père Duboin, se terminent systématiquement par un fiasco. Quant au domaine forestier, qui a attisé moult affabulations, son exploitation s’avère trop difficile pour des enfants ou des adolescents.

50Seules les cultures vivrières semblent avoir donné quelques résultats. Les ecclésiastiques se félicitent de l’auto-alimentation de leur établissement modèle. Mais le satisfecit ne dépasse pas les murs du pénitencier. Une fois encore le problème de la route de Saint-Denis rattrape la congrégation. Le commerce de fruits et légumes ne peut être rentable, compte tenu de la distance avec le marché dionysien et du coût supplémentaire que leur transport occasionne.

51Piètres maîtres d’apprentissage, les frères du Saint-Esprit se distinguent aussi comme de pitoyables pédagogues. Comme sous la période esclavagiste, l’aristocratie coloniale manifeste toujours de nombreuses réserves à dispenser un enseignement trop élaboré à l’égard des populations affranchies et immigrées, auxquelles il faut imposer un régime discriminatoire et partial. L’article 20 de l’arrêté du 20 octobre 1858 stipule cependant quelques exigences en la matière :

  • 64  Bulletin officiel de l’Ile de la Réunion, op. cit., t. XXXI, p. 400.

« Il y aura des heures désignées pour les leçons de lecture, d’écriture, de calcul et d’instruction religieuse64. »

52Mais plus encore, les missionnaires doivent composer avec une population issue d’une immigration récente que l’on considère souvent bien hâtivement comme illettrée. En définitive, ils ne réservent qu’une demi-heure d’enseignement par jour aux jeunes détenus. Le père Duboin refuse en outre le recrutement d’un instituteur, procédure assez courante dans les colonies agricoles métropolitaines, pour pallier les déficiences de son personnel. Il ne s’agit pas ici de transmettre un savoir aux futurs polytechniciens de l’Empire ou de la République mais de prodiguer une instruction élémentaire largement suffisante pour ces futurs ouvriers agricoles ou ces manœuvres de l’industrie, « d’honnêtes et d’utiles citoyens » pour reprendre la subtile expression du Moniteur de l’Ile de la Réunion, périodique républicain mais néanmoins conservateur.

Le pénitencier de l’Ilet à Guillaume

Le pénitencier de l’Ilet à Guillaume

53Compte tenu du niveau de formation et d’enseignement offert par la congrégation, on peut dès lors douter du devenir réel des anciens reclus. Si elle reconnaît (parfois) et couvre (souvent) les lacunes des missionnaires, l’administration locale s’est par ailleurs peu investie financièrement et humainement dans le projet. Pas de comité de patronage et encore moins d’aide financière pour préparer les jeunes reclus à leur prochaine libération. Pour les petits affranchis et immigrés de l’île de la Réunion, le pénitencier se profile non pas comme l’anti-chambre de la république du genre humain, mais comme  le vestibule de la ré-privée de l’aristocratie coloniale.

54Aux yeux des missionnaires, l’éducation religieuse suffit pour cette « marmaille juste bonne à casser du macadam ». Le principal point d’achoppement reste incontestablement la conversion des non-catholiques. Hindouisme et Islam se développent massivement dans l’île avec les récentes vagues d’immigration. Qu’à cela ne tienne, les prières quotidiennes, la messe hebdomadaire et les fêtes annuelles emblématiques scandent la vie de l’ensemble des jeunes reclus. Quelques années avant Victor Grenier, Joseph de Villèle, riche planteur sucrier et neveu du président du conseil général de l’île de la Réunion Charles Desbassayns, effectue son pèlerinage pénitentiaire. Dans une lettre adressée à un ami, il vante les mérites de l’enseignement congréganiste :

  • 65  CAOM, REU458, Villèle (Joseph de), Lettre adressée à monsieur Colin, Saint-Denis, 1867, p. 4.

« J’étais saisi du contraste que m’offrait ce spectacle qui m’allait au cœur opposé aux scènes navrantes dont mes souvenirs me retraçaient l’affreux tableau de la révolte du pénitencier des Iles d’Hyères. Ah, me disais-je, ces hommes aveugles ou ignorants qui ne veulent pas d’ordres religieux et qui méconnaissent leur influence pour la moralisation d’une société. S’ils étaient ici, ils pourraient voir ces enfants, admirer leurs sentiments renouvelés par la foi et la religion65. »

  • 66  Lebrun (Jacques), « Cloîtrer et guérir. La colonie pénitentiaire de la Trappe. 1854-1880 », in  Pe (...)

55Le pénitencier cultive néanmoins toute sa démesure dans l’exercice de son régime disciplinaire. Dans son étude sur la colonie pénitentiaire de la Grande-Trappe, Jean Lebrun attire justement l’attention sur le système de récompense-punition élaboré par les trappistes pour maintenir la cohésion de leur établissement66. Au sein même de ces lieux de réclusion, la masturbation est rigoureusement sanctionnée ! Cousins germains des trappistes, les frères du Saint-Esprit ne dérogent pas à cette logique totalitaire. Le personnel de l’Ilet à Guillaume semble avoir pourtant fondu comme peau de chagrin avec le temps. Dans les premières années de son existence, à la Providence, le pénitencier compte 10 employés : un sous-directeur (3 000 francs), 3 chefs de famille (1 500 francs chacun) et 6 chefs de division (1 200 francs chacun). En 1879, on ne dénombre plus que trois frères pour assurer la surveillance et la prise en charge des mineurs. Certes, les conseillers généraux plafonnent depuis plusieurs années la capacité de l’établissement à 30 détenus et ne cessent de réduire les subsides à destination des missionnaires. La congrégation du Saint-Esprit a donc peu à peu redéployé ses effectifs sur d’autres structures et en d’autres lieux.

  • 67  BNF, 8-F-6163, Code des prisons, op. cit., t. IV, p. 467-491.
  • 68  Eve (Prosper), op. cit., p. 56-61.
  • 69  Laval (Jean-Claude), op. cit., p. 92.

56Malgré la pénurie de surveillants, l’ordre carcéral doit régner à tout instant. Les mineurs récalcitrants ou indisciplinés encourent des châtiments multiples et variés : riz sec, piquet, cachot, coups de fouet ou de bâton. En métropole, les peines corporelles contre les jeunes détenus ont pourtant été rigoureusement prohibées par la circulaire De Fourcade67. Plus que son régime juridique particulier, la société réunionnaise garde encore les stigmates de la période esclavagiste. Après 1848, selon Prosper Eve, de nombreux propriétaires ou leurs régisseurs usent encore du « chabouc » pour corriger leurs engagés sur les plantations68. À en croire leurs plus féroces contempteurs, les frères du Saint-Esprit ont d’ailleurs toujours eu la main leste à l’égard des jeunes reclus. Les punitions sont d’autant plus sévères que leurs motifs restent souvent assez troubles. À titre d’exemple, en 1868, deux enfants, dénoncés par un autre détenu pour avoir plaisanté sur le frère Amable, sont condamnés à quinze jours de cachot. L’horreur atteint son paroxysme l’année suivante. Un missionnaire est inculpé pour le meurtre du petit Agénor Houareau, 13 ans. L’enfant, soupçonné d’avoir volé quelques mangues, est battu à mort avec un bâton69. Dans le doute, le missionnaire est acquitté par la cour d’assises de Saint-Denis. Ce crime suscite déjà une vive polémique mais elle est rapidement étouffée sous la pression de l’aristocratie coloniale. Rien ne doit transparaître en surface : la vie du pénitencier continue et les affaires aussi.

57Cette sévère discipline à l’encontre d’une population encore tendre se double d’un isolement affectif et familial. La correspondance des jeunes détenus est rigoureusement contrôlée par les religieux et peut être suspendue en cas d’indiscipline. Quant aux visites, elles sont à la discrétion du père Duboin qui s’attelle bien sûr avec zèle à cette besogne. L’Ilet à Guillaume ne demeure guère facile d’accès et nécessite plusieurs heures de marche depuis Saint-Denis. À l’exception des Dionysiens, le déplacement jusqu’au pénitencier engendre en outre des dépenses que les familles les plus modestes ne peuvent supporter. Dans les faits, la majorité des enfants n’ont plus aucun contact avec leurs parents pendant plusieurs mois, voire plusieurs années.

  • 70  CAOM, H763.

58Les inévitables lacunes de ce régime carcéral permettent heureusement aux jeunes reclus de se créer quelques espaces de liberté. Ils reconstituent rapidement entre eux des groupes de sociabilité et développent inévitablement des stratégies de résistance. Contrairement à certaines colonies pénitentiaires métropolitaines, le pénitencier l’Ilet à Guillaume ne connaît aucune révolte, ce qui donne à penser que les missionnaires ont dirigé l’établissement d’une main de fer. Contestations, insubordinations et évasions ponctuent néanmoins le quotidien du pénitencier. Le père Duboin ne comptabilise pas moins de 14 évasions pour la seule année 186970. Certes, beaucoup parmi ces évadés sont retrouvés quelques mois plus tard et réincarcérés au pénitencier dans des conditions que l’on peut imaginer. L’aventure prend parfois aussi une dimension dramatique. En novembre 1871, le jeune Louis Marie « se fait la malle » pour éviter une sévère punition. Le fugitif décide de ne pas suivre la route et descend par le bois qui longe les remparts de la rivière Saint-Denis. Il chute dans un ravin et se blesse grièvement. Retrouvé le lendemain par une patrouille du pénitencier, il est ramené à l’Ilet à Guillaume sur ordre du père Duboin et décède trois jours plus tard de ses blessures.

59Il convient de rappeler que, contrairement à la prison centrale de Saint-Denis, le pénitencier n’a pas de médecin attitré pour visiter les détenus. Les enfants doivent se contenter des soins prodigués par un missionnaire qui fait aussi office d’infirmier et le cas échéant de… légiste.

60Si le pénitencier se métamorphose en cimetière pour quelques jeunes reclus, l’aristocratie coloniale, raciste et paternaliste, s’acharne dans sa défense, source inépuisable d’envolées lyriques sur le travail « socio-éducatif » des missionnaires. En émule de Joseph de Villèle, Thomy Lahuppe, fils du plus puissant imprimeur de la colonie et secrétaire de la Société des sciences et des arts de l’île de la Réunion, effectue le voyage à l’Ilet à Guillaume et profite de l’occasion pour écrire un article dans le périodique familial. Le journaliste n’épargne pas ses lecteurs et leur fait boire le calice jusqu’à la lie :

  • 71  Lahuppe (Thomy), « Une excursion à l’Ilette à Guillaume », Le Moniteur de la Réunion, Saint-Denis, (...)

« Quelque prévenu que l’on soit contre les pères du Saint-Esprit, quand on arrive à l’Ilette, on emporte malgré soi une douce impression : on y a vu l’enfance déshéritée, frappée par la loi, se régénérer dans de féconds labeurs, au sein d’une nature qui transforme et sous la sainte égide de la religion qui purifie. Ah ! Sans doute, c’est un bonheur pour ces enfants de subir cette détention, pendant laquelle ils peuvent s’instruire à la morale, s’habituer au travail, et d’où ils sortiront des hommes71. »

Épilogue

  • 72  Hervé (Édouard), « L’Ile de la Réunion et la question coloniale », Revue des Deux Mondes, 1er févr (...)

61Lors de la fermeture de l’Ilet à Guillaume, le 10 octobre 1879, il n’y eut guère que quelques périodiques réunionnais pour regretter la congrégation du Saint-Esprit. « L’injustice même de l’opinion publique n’est pas la preuve la plus claire de l’imprudence qu’on a commise en confiant à une communauté religieuse la direction d’un établissement de ce genre », remarque amèrement le journaliste Édouard Hervé dès 186972. La presse métropolitaine, plus critique et surtout plus libre, n’a sans doute pas eu le même impact que les périodiques locaux auprès de l’opinion publique insulaire mais pose avec acuité le nœud du problème.

62Les missionnaires ont non seulement échoué dans leur mission, c’est-à-dire la garde et « l’éducation religieuse, morale et professionnelle » des jeunes reclus, mais ils ont surtout abusé de leur position pour exploiter et asservir des adolescents et des enfants. Ils se sont par ailleurs fourvoyés dans un procès interminable contre la colonie en se discréditant auprès de l’aristocratie coloniale, hier impérialiste et cléricale, mais désormais républicaine et laïque.

  • 73  Rivière (A.), « La colonie pénitentiaire de Saint-Ilan », Revue Pénitentiaire, Paris, 1903, t. XXV (...)

63Manifestement, les ecclésiastiques sont coutumiers du fait. L’évincement de la congrégation du Saint-Esprit dans la prise en charge des mineurs s’inscrit dans un cadre plus vaste qui dépasse la petite île de l’océan Indien. Dès la fin des années 1870, sous l’impulsion de la majorité radicale-opportuniste, la République connaît ses premières poussées anti-cléricales qui aboutiront à la loi sur la séparation de l’Église et de l’État de 1905. Les capes noires sont désormais persona non grata au sein de la République. Pour s’en tenir à un seul exemple, Saint-Ilan (Morbihan), autre colonie pénitentiaire en péril de la congrégation du Saint-Esprit, fermera en 190373.

64Dans son mémorable ouvrage, Christian Carlier souligne en substance les enjeux des fondateurs des colonies agricoles au XIXe siècle :

  • 74  Carlier (Christian), op. cit., p. 13.

« Ceux-ci, grands notables ou religieux, trouvèrent là une source d’enrichissements multiples : enrichissement financier, grâce au double pactole de la manne de l’État (la fameuse “indemnité” prévue par le texte signé par d’Argout, c’est-à-dire le prix de journée) et du travail de bête de somme des enfants ; enrichissement en terme de prestige, les colonies leur assurant une extraordinaire aura en France, comme à l’étranger ; enrichissement grâce au pouvoir sans partage exercé par eux, au nom du père (mort ou défaillant), sur des dizaines de milliers de petits êtres, embarqués évidemment contre leur gré dans l’aventure indicible d’un conditionnement à ce monde hors-du-monde, du fait de la volonté de puissance (toujours) et des fantasmes (quelquefois) de ces nouveaux démiurges74. »

65À la veille du premier centenaire de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, le rêve de voir s’établir à l’île de la Réunion une ère nouvelle fondée sur le respect des droits naturels et de la dignité humaine paraît encore lointain. Inspirée par l’expérience métropolitaine, l’œuvre des missionnaires s’enchevêtre dans la violence et le racisme d’une société coloniale bouleversée par un capitalisme en transition. Derrière les fastes d’une « élite coloniale » insouciante, qui jouit égoïstement des progrès et des richesses produites, et les fantaisies sémantiques de la presse locale sur le pénitencier de l’Ilet à Guillaume, la répression s’abat impitoyablement contre les plus vulnérables ou les plus contestataires. Sous les auspices de la congrégation du Saint-Esprit, la première génération de petits Réunionnais, enfants d’affranchis ou d’immigrés, épargnés juridiquement de l’enfer de la société esclavagiste, a néanmoins subi une des plus féroces répressions de l’histoire de l’humanité.

Haut de page

Notes

1  Grenier (Victor), « L’Ilet à Guillaume », l’Enfant terrible, Saint-Denis, 1er juin 1872, p. 1.

2  Carlier (Christian), La prison aux champs, Paris, Éd. de l’Atelier, 1994, 734 p.

3  Rublon (E.), « Le Pénitencier de l’Ilet à Guillaume, chronique d’une désillusion », Le Quotidien de la Réunion et de l’Océan Indien, Saint-Denis, 23 septembre 2002, p. 14-15.

4  Centre des archives Outre-mer (CAOM), SOM, Maillard (Louis), Notes sur l’Ile de la Réunion, Paris, 1862, p. 295.

5  Bibliothèque Nationale de France (BNF), 8-LC12-11, ministère de la Marine et des Colonies, « Notice statistique sur l’Ile de la Réunion », Revue Maritime et Coloniale, Paris, t. 7, mars 1863, p. 365.

6  BNF, 8-LC12-11, ministère de la Marine et des Colonies, « Exposé général de la situation de la Réunion », Revue Maritime et Coloniale, Paris, t. 50, août 1876, p. 486.

7  BNF, LK11-8, Azéma (Georges), Histoire de l’Ile Bourbon, Paris, 1859, p. 142.

8  Ruscio (Alain), Le credo de l’homme blanc, Paris, Éd. Complexe, 1995, p. 32.

9  Eve (Prosper), Ile à peur. La peur redoutée ou récupérée à la Réunion des origines à nos jours, Saint-André, Océan Éditions, 1992, 431 p.

10  Laval (Jean-Claude), La justice à la Réunion de 1848 à 1870, Saint-André, Océan Éditions, 1999, 356 p.

11  Bulletin officiel de l’Ile de la Réunion, Saint-Denis, 1848-1882, t. XXI, p. 656-664.

12  Goffman (Erving), Asile, Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Éd. de Minuit, 1990 (1re éd. 1968), 447 p.

13  Bulletin officiel de l’Ile de la Réunion, op. cit., t. XLIII, p. 63-64.

14  Id., t. XXXI, p. 397-402.

15  CAOM, H76, Rapport fait par la commission chargée de préparer un projet d’arrêté réglementaire sur les prisons à Bourbon, Saint-Denis, 1847, p. 8.

16  CAOM, SOM, Delabarre de Nanteuil (Auguste), Législation de l’Ile de la Réunion, Paris, 1861, t. I, p. 425.

17  Ibid.

18  BNF, F-18427, Code des Isles de France et de la Réunion, Port Nord-Ouest, 1803-1809,

p. 93-106.

19  Bulletin officiel de l’Ile Bourbon, Saint-Denis, 1815-1848, t. XXI, p. 140.

20  BNF, 8-F-6163, Code des prisons, par M. Moreau-Christophe (L.), Paris, 1845-1876, t. I, p. 157-161.

21  Maillard (Bruno), « Carcer sous les tropiques... », Histoire Pénitentiaire, volume 1, Paris, 2004, ministère de la Justice, Coll. Travaux et Documents, p. 34-69.

22  CAOM, REU458, Deslisle (Hubert), Lettre au ministre de la Marine et des Colonies, Saint-Denis, 1854, p. 2.

23  Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements et avis du conseil d’État, par Duvergier (Jean-Baptiste), Paris, 1834-1949, t. L, p. 380-382.

24 Id., t. LII, p. 117-129.

25 Id., t. LIV, p. 227-229.

26  BNF, 8-F-6163, Code des prisons, op. cit., t. IV, p. 467-491.

27  Bulletin officiel de l’Ile de la Réunion, op. cit., t. L, p. 367-396.

28  Ibid., p. 389-390.

29  Archives départementales de la Réunion (ADR), N118, Procès-verbaux du Conseil général, Saint-Denis, 1871, p. 263-275.

30  Rastoul (A.), « La Providence », La Malle, Saint-Denis, 17 mai 1868, p. 1.

31  BNF, 8-F-606, Recueil des arrêts du Conseil d’État, par Panhard (N.) et Hallay-Dabot (A.), Paris, 1880, p. 474 et 478.

32  ADR, N654, Procès-verbaux du Conseil général, Saint-Denis, 1879, p. 7.

33  Gaillac (Henri), Les maisons de correction. 1830-1845, Paris, Cujas, 1971, p. 356.

34  BNF, Z-28752, Focard (Volzy), « Du patois créole », Bulletin de la société des sciences et des arts de l’Ile de la Réunion, Saint-Denis, 1874, p. 189.

35  CAOM, H763, Registre d’écrou/Pénitencier, 1877, 61 p.

36  CAOM, REU458.

37  Ducret (P.), « Un héritage du passé », Cahiers de notre histoire, Saint-Denis, 1990, n° 15, p. 1-27.

38  BNF, 8-F-606, Recueil des arrêts du Conseil d’État, op. cit., p. 477.

39  ADR, N118, Procès-verbaux du Conseil général, Saint-Denis, 1871, p. 265.

40  ADR, X7, Duboin, Lettre adressée au directeur de l’intérieur, 29 janvier 1872, p. 3.

41  CAOM, H763, op. cit.

42  Ce sur quoi Christian Carlier a particulièrement insisté dans La prison aux champs pour les colonies métropolitaines.

43  Bulletin officiel de l’Ile de la Réunion, op. cit., t. XXII, p. 140-142.

44  Id., t. XXVII, p. 307-309.

45  CAOM, REU458, Circulaire aux maires et aux communes de la colonie, 1859, 3 p.

46  ADR, N118, Procès-verbaux du Conseil général, Saint-Denis, 1871, p. 271.

47  BNF, 4-2F132-44, Jaillant (Jules), Statistique des prisons et des établissements pénitentiaires pour l’année 1869, Paris, 1872, p. 155.

48  ADR, X7, Duboin, Lettre adressée au directeur de l’intérieur, Saint-Denis, 19 juin 1871, p. 3.

49  ADR, N118, Procès-verbaux du Conseil général, Saint-Denis, 1871, p. 271.

50  CAOM, AOM, ministère de la Marine et des Colonies, Compte général de l’Administration de la Justice dans les Colonies Françaises, Paris, 1867, p. 41.

51  BNF, 4-2F132-44, Jaillant (Jules), op. cit., p. 99.

52  Rastoul (A.), « Distribution des prix chez les frères », La Malle, Saint-Denis, 1er septembre 1864, p. 3.

53  Ibid., p. 1.

54  Foucault (Michel), Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, p. 300.

55  CAOM, REU458.

56  Carlier (Christian), op. cit., p. 352-354.

57  Grezas (Jean), « L’Ilet à Guillaume », Journal du commerce, Saint-Denis, 3 décembre 1871, p. 1.

58  Bibliothèque départementale de la Réunion (BDR), Roussin (A.), Album de l’Ile de la Réunion, Saint-Denis, 1868, t. V.

59  CAOM, REU458, Duboin, Mémoire en réponse..., Saint-Denis, 7 janvier 1875, p. 9.

60  CAOM, REU458, Rapport de la commission nommée par le gouverneur pour étudier les questions relatives à l’école professionnelle de la Providence, Saint-Denis, 1868, 14 p.

61  CAOM, REU458.

62  ADR, X7, Duboin, Lettre au gouverneur de l’Ile de la Réunion, Saint-Denis, 30 juin 1871, p. 2.

63  ADR, N118, Procès-verbaux du Conseil général, Saint-Denis, 1871, p. 271.

64  Bulletin officiel de l’Ile de la Réunion, op. cit., t. XXXI, p. 400.

65  CAOM, REU458, Villèle (Joseph de), Lettre adressée à monsieur Colin, Saint-Denis, 1867, p. 4.

66  Lebrun (Jacques), « Cloîtrer et guérir. La colonie pénitentiaire de la Trappe. 1854-1880 », in  Perrot (Michelle), L’impossible prison, Paris, Éd. du Seuil, 1980, p. 236-276.

67  BNF, 8-F-6163, Code des prisons, op. cit., t. IV, p. 467-491.

68  Eve (Prosper), op. cit., p. 56-61.

69  Laval (Jean-Claude), op. cit., p. 92.

70  CAOM, H763.

71  Lahuppe (Thomy), « Une excursion à l’Ilette à Guillaume », Le Moniteur de la Réunion, Saint-Denis, 3 juillet 1867, p. 2.

72  Hervé (Édouard), « L’Ile de la Réunion et la question coloniale », Revue des Deux Mondes, 1er février 1869, t. LXXIX, p. 757.

73  Rivière (A.), « La colonie pénitentiaire de Saint-Ilan », Revue Pénitentiaire, Paris, 1903, t. XXVII, p. 1398-1417.

74  Carlier (Christian), op. cit., p. 13.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Chemin de Saint-Denis à l’Ilet à Guillaume
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1770/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Enfants réunionnais
Légende Dessin de Mettois d’après une photographie de M. Bévan. Extrait de Louis Simonin, Voyage à l’île de la Réunion, Paris, 1861.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1770/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Le pénitencier de l’Ilet à Guillaume
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1770/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Maillard, « « Ils sortiront des hommes ». Les enfants du pénitencier de l’Ilet à Guillaume (île de la Réunion) 1864-1879 », Criminocorpus [En ligne], Justice des mineurs, mis en ligne le 26 mars 2012, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/1770

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page