Navigation – Plan du site

De la maison de correction à la colonie pénitentiaire. Les enfants délinquants à Amiens sous la Monarchie de Juillet

Christian Carlier

Notes de la rédaction

Cet article a été publié une première fois dans Histoire pénitentiaire, volume 2, Paris, Direction de l’Administration pénitentiaire, collection Travaux & Documents, 2005, p. 52-97.

Texte intégral

  • 1  Archives départementales de la Somme (ADS), 99 Y 40.

1En 18301 à Amiens, existent trois principaux établissements, censés accueillir des mineurs :
- la maison d’arrêt dite des Grands Chapeaux ;
- la maison de justice ou « Conciergerie » ;
- la maison de correction de Bicêtre.

2Sous la Monarchie de Juillet, cependant qu’un petit établissement va fermer – la prison du Beffroi, mais elle subsiste comme chambre de sûreté –, deux autres, réservés aux mineurs, vont ou bien être mis en place – la colonie pénitentiaire d’Allonville – ou bien s’ouvrir à l’accueil des filles délinquantes – le Bon Pasteur.

L’état des prisons d’Amiens dans les années 1830

  • 2  Howard (John), L’État des prisons, des hôpitaux et des maisons de force en Europe au XVIIIe siècle(...)
  • 3  L’affaire de la séquestrée de Poitiers éclata en mai 1901 : une mère séquestra sa fille « indigne  (...)

3Les prisons d’Amiens, au début des années 1830, sont encore, à l’instar des autres prisons départementales françaises (celles de la Seine exceptées), dans l’état où John Howard les avait trouvées au début des années 1780. La ville comptait alors deux prisons : la maison de correction, « pour les Bourgeois et le Libertinage », et la maison de justice, « la Conciergerie2 ». Howard n’est pas plus prolixe, il n’a fait que passer à Amiens et son attention a été distraite par un événement qui faisait alors grand bruit, le procès d’une femme ayant séquestré son fils entre sa seizième et sa trente-deuxième année au point de le rendre fou, l’affaire d’Amiens avant celle de Poitiers3. Par contre, la critique féroce qu’adresse Howard aux geôliers et concierges qui parfois torturent et toujours rançonnent leurs prisonniers vaut toujours pour les prisons amiénoises de 1830, comme on va s’en apercevoir. La Restauration et sa Société royale pour l’amélioration des prisons avaient commencé d’entreprendre, sans beaucoup de résultats, une œuvre tendant à assainir et contrôler les prisons qui va être poursuivie sur au moins ce point particulier : la mise au pas des concierges et autres porte-clés qui ont fait de la prison leur territoire personnel.

4À Amiens, le Code d’instruction criminelle de 1808 reçoit donc, ce qui n’est pas le cas le plus fréquent dans les villes françaises de cette importance, une stricte application : prévenus, accusés et condamnés sont séparés les uns des autres au sein non pas de quartiers mais d’établissements distincts.

5Si la maison d’arrêt et la maison de justice sont de toutes petites prisons, qu’approvisionnent les seules juridictions amiénoises (cour d’assises pour la maison de justice, tribunal correctionnel pour la maison d’arrêt), il n’en va pas de même de la maison de correction. Elle accueille tous les condamnés à l’emprisonnement correctionnel de moins d’un an du département de la Somme, ainsi que les mineurs condamnés ou acquittés comme ayant agi sans discernement (articles 66 et suivants du Code pénal de 1810) de tout le ressort de la cour d’appel d’Amiens (départements de l’Aisne, de l’Oise et de la Somme), sans compter les malades et les « insensés ». Je me contenterai de quelques mots pour décrire les deux premiers établissements, me réservant d’être plus prolixe pour Bicêtre, maison de correction « spécialisée » pour partie dans l’accueil des mineurs.

6Cette différence de taille entre les trois prisons est lourde de conséquences : par exemple, le personnel est réduit à un concierge et un gardien dans les deux premières structures ; un personnel plus nombreux et plus diversifié s’active au contraire dans la maison de correction : directeur, commis, aumônier, instituteur, plus le personnel de garde composé du concierge et d’au moins trois gardiens. La maison de correction fonctionne, à une échelle réduite, sur le modèle des maisons centrales : son personnel est diversifié et surtout, insistance est mise sur le travail auquel sont soumis tous les prisonniers valides.

La maison d’arrêt des Grands Chapeaux

  • 4  Rapport de De Laville du 20 février 1838, AN, F 16 365.
  • 5  Arrêté du préfet du 13 décembre 1820, ADS, 99 Y 40.

7Elle se caractérise au premier coup d’œil par sa vétusté. Pour les inspecteurs généraux De Laville de Miremont et Martin-Deslandes, « cette prison n’est pas sûre, les murs sont peu épais, il serait nécessaire d’y appliquer intérieurement un revêtement en fortes planches4 ». Les prévenus vivent pour la plupart dans des « localités » communes, dortoirs, préaux, chauffoirs et cours de promenade. Ils sont au régime de la paille. Cependant, une partie d’entre eux logent à la pistole. « La pistole se paie 4 F 50 pour un mois, savoir pour 7 jours 1 F 50, pour 15 jours 2 F 50, pour 21 jours 4 F 50 et le mois complet 4 F 50. On calcule 1 F pour chaque semaine et 50 c. pour la paire de draps5. »

8Les uns et les autres vivent dans des bâtiments délabrés, de même que les militaires de passage, dont le quartier jouxte celui des prévenus, ce qui entraîne d’incessantes communications que dénonce inlassablement, pendant toute la Restauration et les premières années de la monarchie parlementaire, l’inspecteur général De Laville de Miremont.

9De nouveaux bâtiments ont été construits au début de la monarchie de Juillet. Une partie d’entre eux accueillent les prisonniers pour dettes, une autre partie les femmes, tant et si bien que les communications ne cessent entre les uns et les autres. La confusion est totale, dans tous les sens du mot, entre ces deux catégories de détenus, mais pas seulement, car les dettiers peuvent recevoir leur famille dans leur chambre, ce qui transforme le nouveau quartier, les jours de visite (jeudis, samedis et dimanches), en un joyeux lupanar. Alors que la commission des prisons réfléchit à un règlement pour la maison d’arrêt d’Amiens, fin 1842, elle dresse du parloir le tableau suivant :

« Le parloir en ce moment existe au rez-de-chaussée et donne dans la cour des hommes, les fenêtres de ce parloir s’ouvrent facilement […] Laisser communiquer avec un détenu, c’est laisser communiquer avec tous […] Il n’y a pas longtemps encore que ce parloir était un véritable cabaret ; d’ailleurs cet inconvénient ne peut exister que difficilement, puisque le règlement général défend la vente par le gardien ou concierge. »

  • 6  Extrait du Règlement du 8 juin 1836, ADS, 99 Y 40.

10Effectivement, les jeudis et samedis, entre 11 heures et midi, les dimanches entre 15 et 16 heures, la prison ouvre ses portes au public, « admis sans permission particulière6 », du moins jusqu’en 1842 quand commencera l’application du règlement de 1841.

11Jusqu’en janvier 1840, les détenus couchent dans les « chambres » à même les briques, ce n’est qu’ensuite que la commission des prisons fait acheter des lits de camp. Les détenus se lèvent, en été à 5 heures et en hiver à 7 heures. Après leur lever, ils ont une demi-heure pour nettoyer, à tour de rôle, leur dortoir. À 8 heures du matin en été, 8 h 30 en hiver, leur est distribuée la ration de pain pour la journée, de 700 ou 750 grammes. Quelques détenus travaillent, ceux qui peuvent continuer en prison leur ancienne profession : ainsi Houdon, détenu pour dettes, est autorisé en 1839 à exercer son métier de tapissier.

12La maison d’arrêt a une capacité théorique de 60 hommes et 20 femmes. Dans la pratique, elle ne peut contenir que 48 prévenus ou accusés, 6 détenus pour dettes et 20 femmes prévenues ou accusées sans qu’il y ait possibilité d’y tenir qui que ce soit au secret. Destinée en priorité à accueillir des prévenus des deux sexes censés n’y faire qu’un très bref séjour, elle accueille aussi, on vient de le voir, des détenus pour dettes, dont les créanciers paient le prix de pension, ainsi que des militaires de passage.

13Fin 1836, la maison d’arrêt accueille 25 hommes et 4 femmes, 32 hommes et 10 femmes un an plus tard. Au 1er janvier 1839, les détenus sont au nombre de 30. Un an plus tard, ils sont 41 : 37 hommes (2 dettiers envers des particuliers, 33 prévenus et 2 condamnés à plus d’un an d’emprisonnement correctionnel, l’un autorisé à subir sa peine à la maison d’arrêt, l’autre en attente de transfert) et 4 femmes prévenues. Au 2 septembre 1846, la population est de 70 personnes : 52 hommes prévenus et 14 femmes, plus 4 dettiers.

14On possède des chiffres fiables pour la période 1830-1842. Il est entré dans la prison chaque année (en moyenne) 499 prisonniers dont 87 femmes (17,5 %). 395 sont des prévenus (79 %). Pour le reste, on trouve des dettiers (6 %), un nombre négligeable de condamnés qui subissent leur peine (1 %), des passagers (10 %), et enfin 15 garçons et 4 filles (4 %). Le maximum de chaque classe de détenus qui se sont trouvés en même temps à la maison d’arrêt depuis 1830 se répartit comme suit, pour un total de 102 détenus : 76 % de prévenus, dont près de la moitié à la pistole – c’est dire si la profession de concierge est rentable. Pour le reste, on retrouve à peu de choses près les proportions définies ci-dessus, un peu plus de dettiers (12 %), un peu moins de passagers (6 %). Les mineurs sont au nombre de 7,5 garçons et 2 filles.

15Les mineurs de moins de 16 ans sont, on le voit, peu nombreux au sein de cette maison, une vingtaine tout au plus : 4 % de la population moyenne de la maison, avec un maximum qui peut atteindre 7 %, les garçons étant en moyenne trois fois plus nombreux que les filles. Il va sans dire que, compte tenu de leur nombre, les enfants ne sont pas séparés des adultes dans la journée, les garçons disposant la nuit d’un petit dortoir commun.

16Gamins et gamines courent partout dans la prison, voire hors de la prison quand le concierge leur confie quelques courses en ville, faute d’avoir sous la main un porte-clefs qui ne soit pas en état d’ébriété. On les voit aussi au premier rang dès lors qu’un « désordre » éclate au sein de l’établissement. J’en donnerai un seul exemple : le matin du 5 mai 1838, un petit nombre de prisonniers, parmi lesquels « deux ou trois petits gueux », se mettent à brailler et tout casser dans la prison. Le motif de la mutinerie est le projet d’un « Règlement sur le service de la cantine qu’on pourrait permettre, mais dans laquelle il serait expressément défendu de vendre du vin, de l’eau-de-vie et d’autres spiritueux ». Un « Tableau » faisant suite au dit règlement indiquerait le prix de chaque objet. Le règlement et le tarif seraient constamment affichés à l’intérieur de la maison d’arrêt, afin que tout le monde en ait connaissance. Le préfet, bien informé par la commission des prisons, se demande, à juste titre semble-t-il, « si le Concierge n’aurait pas provoqué, d’une manière quelconque, le soulèvement, afin de faire révoquer la mesure qui bien certainement blesse les intérêts illicites qu’il s’est créé ». Le 20 mai, à 17 h 15, nouveau désordre. Le concierge Véru, plein de zèle, a refusé une bouteille de bière au détenu adulte Arrisse, qui dissimule sa véritable identité sous celle de Delcourt et est l’un des « meneurs » supposés du désordre du 5. Celui-ci, dit le concierge, « possédé d’une colère qui l’a mis hors de lui-même au refus que je lui ai fait, a cassé de nouveau plusieurs vitres, brisé les trois quarts d’une croisée, et donné un soufflet au nommé Grandin, un enfant de 13 ans aussi détenu ». La gendarmerie se rend sur le champ à la prison et Arrisse est placé en chambre de sûreté. On voit ici la façon dont les enfants pouvaient être instrumentalisés par un concierge d’ailleurs plus rapace que méchant. Cette affaire ne devait se terminer qu’un an plus tard, le 8 mai 1839, quand le maire Lemerchier statue provisoirement (sous la forme d’un courrier adressé au concierge Véru), le préfet entérinant illico les mesures du maire :

« Vous laisserez visiter les détenus tous les jours de midi à 2 h et les samedi de 10 à 2 h. La visite ne pourra durer plus d’un quart d’heure. Il vous est défendu de vendre aux visiteurs aucun aliment ou boisson et d’en laisser introduire par eux, pour leur usage. Comme par le passé vous pourrez vendre aux détenus des aliments, de la bière et du vin en petite quantité (un demi litre par jour par personne). Il vous est défendu de vendre de l’eau-de-vie sous aucun prétexte. Vous ferez placarder la présente dans l’endroit le plus apparent de la prison. »

17Rien sur les « commissions » que les petits détenus de la maison d’arrêt vont continuer de faire pendant longtemps dans la ville, ramenant à la prison les vins et spiritueux interdits, mais dont prisonniers… et porte-clés faisaient une consommation sans limite.

La Conciergerie

18Vieille prison remontant à l’Ancien Régime, la maison de justice ou « Conciergerie » est particulièrement insalubre. L’inspecteur général Martin-Deslandes, qui la visite en 1837, remarque :

« Cette prison, qui aurait pourtant besoin de notables améliorations, n’a reçu aucune modification depuis la précédente inspection. C’est une réunion de cachots presque souterrains, autour d’une cour peu vaste et sous laquelle le soleil ne peut arriver que difficilement, et faute d’air, ces locaux ne doivent pas être salubres. »

La Conciergerie

La Conciergerie

© Archives départementales de la Somme

19La prison est organisée autour de trois principaux espaces :
- un petit bâtiment où se trouvent le greffe et les bureaux, la « geôle » pour les arrivants qui y est attenante, le parloir et un corridor de ronde, ainsi que le logement du concierge qui a vue sur l’ensemble ;
- le bâtiment de détention proprement dit, où se trouve le logement du gardien, « disposé aussi de manière à ce qu’il soit le plus possible rapproché de la Cour et des cellules des condamnés et surtout du cachot où sont renfermés les condamnés à la peine capitale et aux travaux forcés à perpétuité » ; hommes et femmes sont séparés, de même que les accusés des condamnés d’une part, les civils des militaires d’autre part ; se trouvent aussi dans ce bâtiment quatre cachots de punition, les « pistoles » et l’infirmerie ;
- enfin les cours, au nombre de cinq (hommes « prévenus » (en réalité accusés), hommes condamnés, femmes « prévenues », femmes condamnées, militaires, condamnés à la peine capitale ; chaque cour dispose d’un « chauffoir » et de lieux d’aisance.

20Quelques chiffres. Au 1er janvier 1839, la maison de Justice accueille 30 prisonniers, dont 5 à l’infirmerie. Un an plus tard, ils ne sont plus que 13 prisonniers : 3 accusés hommes et autant de femmes ; 3 hommes et 1 femme subissant une peine de plus d’un an ; 2 condamnés aux travaux forcés et un à la réclusion criminelle, tous des hommes, qui sont là en attente de transfert. Sur douze ans, entre le 1er janvier 1830 et le 31 décembre 1841, sont entrés 1 766 hommes et 407 femmes, soit 2 173 personnes, ce qui représente 147 entrées d’hommes et 34 entrées de femmes en moyenne par an. Pour la même période, la Conciergerie accueille en moyenne, en dehors du moment des assises, une vingtaine de détenus, dont un tout petit nombre (quelques unités) de malades dans l’infirmerie commune à la maison d’arrêt et à la maison de Justice ; entre 40 et 50 chaque fin de trimestre, quand siège la cour d’assises.

21On n’en dira pas plus, du moins dans cet article, sur la Conciergerie d’Amiens : les mineurs accusés d’actes criminels n’y mettaient pas les pieds, ils attendaient aux Grands Chapeaux que la justice statue sur leur sort.

Bicêtre7

  • 7  L’appellation de Bicêtre renvoie évidemment au Bicêtre parisien, l’une des principales composantes (...)

22La maison de correction est la principale prison d’Amiens et de tout le département de la Somme. Le Bicêtre amiénois est une institution qui remonte à l’Ancien Régime, à l’instar de tant d’autres maisons de correction sises dans les capitales provinciales ayant été, jusqu’à la Révolution, le siège d’une généralité. Bicêtre a d’abord été dépôt de mendicité, accueillant mendiants et vagabonds à partir du 2 novembre 1785 alors que les travaux de construction n’étaient pas encore achevés. Car, il faut le souligner ici, à la différence de beaucoup de prisons pour peines nichant dans des bâtiments initialement prévus pour un autre usage (abbayes, couvents, châteaux, collèges, etc.), Bicêtre est un établissement qui a été conçu, construit et aménagé comme lieu d’enfermement, d’où peut-être sa pérennité. Les codes de la Révolution et de l’Empire étant passés par là, le dépôt de mendicité a ouvert ses portes, de plus en plus largement, à une « clientèle » de condamnés qui, progressivement, ont pris la place des mendiants. Un arrêté de l’administration centrale du département du 16 frimaire an IV (7 décembre 1795) en fait une maison de correction ouverte donc principalement aux condamnés à des peines correctionnelles de moins d’un an et aux mineurs. La maison de correction devient même, en 1809, une maison centrale de force et de correction qui accueille, pendant quelques mois, des condamnés criminels ; mais Bicêtre recouvre très vite sa vocation de maison de correction, ce qui n’empêche pas qu’elle continue de recevoir, jusque dans les années 1840, des malades et des insensés.

23L’histoire des maisons de correction, institutions hybrides qui ont échappé à toutes les entreprises de classification tant de la part des juristes que des historiens, reste à faire. L’entreprise est délicate, car ce type de structure transcende la soi-disant coupure de la période révolutionnaire et révèle les contradictions, du moins les hésitations, tant des codes que des politiques pénitentiaires. Dans le cas amiénois, l’existence de Bicêtre n’est véritablement bouleversée qu’au tournant des années 1830-1840, quand intervient à notre sens la véritable rupture dans l’histoire pénitentiaire, soit le passage de douces prisons à des prisons qui deviennent « torturantes ». Bicêtre se recroqueville alors en pure et dure maison de correction réservée aux condamnés à de courtes peines. Ce n’est que provisoire, à partir du Second Empire et jusqu’à sa fermeture en 1906, le Bicêtre amiénois va redevenir une prison banale, où se côtoient tous les âges, tous les sexes et toutes les catégories pénales, devenant progressivement maison à la fois d’arrêt, de justice et de correction avant de céder la place à la prison cellulaire qui existe encore aujourd’hui. Faisant fi de tous les bouleversements, en matière politique, en matière pénale, en matière pénitentiaire, Bicêtre aura eu cent vingt ans d’une vie presque sans histoire.

24Revenons à la seule période troublée qu’ait traversée Bicêtre, celle justement de la monarchie de Juillet qui nous intéresse ici. Il n’est, pour se rendre compte de l’état de la maison de correction, que de se reporter au rapport établi par l’inspecteur général Martin-Deslandes suite à sa tournée pour l’année 1837. Le document est du 20 février 1838 :

« Il resterait beaucoup à faire dans cette maison si l’on voulait qu’elle remplit véritablement son but. Étant en même temps prison et hospice, il sera toujours difficile d’y introduire des améliorations éventuelles, attendu qu’en augmentant la population on est forcé de confondre dans les mêmes locaux des individus qu’on devrait au contraire s’efforcer de séparer entièrement. Il est d’abord fâcheux d’avoir dans la même cour, dans les mêmes corridors, des aliénés, des vénériens et des condamnés atteints de maladies de toute autre nature, de renfermer dans la même enceinte des individus punis pour des dettes plus ou moins graves et des malheureux sur le compte desquels il n’y a pas même la plus légère prévention. Mais ensuite il n’est pas sans danger de souffrir des communications directes entre des vénériens et de simples aliénés, qui pourraient être victimes de l’imprudence, peut-être même de la méchanceté de ceux avec lesquels ils sont en contact continuel. Il est important de faire cesser cet état de choses, contraire à la morale et à l’humanité.

« Il n’importe pas moins d’améliorer la position des aliénés qui furieux ou non sont réunis dans le même local. Il en résulte qu’il n’y a jamais un moment de repos pour ces infortunés car pendant que les uns auraient besoin de calme et de tranquillité, les autres par leurs cris, par leurs actes de violence et de fureur s’opposent à ce que les premiers puissent trouver dans le sommeil un moment d’interruption à leurs malheurs.

« Bien que les enfants aient un quartier à part, qui soit entièrement séparé des adultes, les communications entre eux ne sont pas pour cela impossibles. En surplus, il est regrettable que ces enfants soient admis dans les ateliers des hommes, dans le but il est vrai de leur apprendre un état, et qu’on n’ait pas d’autre moyen d’arriver à ce but. S’ils ne reçoivent pas des leçons de corruption, parce qu’il est impossible de leur rien apprendre sur ce point, ils sont toujours des causes de troubles et de désordres.

« J’ai remarqué avec peine que rien n’a été changé, qu’aucune amélioration n’a eu lieu, depuis la précédente inspection, pour ce qui concerne la nourriture, l’habillement et le coucher des détenus. »

25Ce à quoi la commission de surveillance des prisons devait répondre quelques semaines plus tard :

« Il n’y aura de remède à ces graves inconvénients qu’en faisant de nouvelles constructions dans la maison, qui changent sa mauvaise disposition.

« En ce qui concerne l’habillement, les couches et la nourriture des détenus on ne voit pas quel changement il serait possible d’apporter dans cette partie du service. Le mode employé pour la confection des vêtements est très profitable au département par la sévère économie qui est apportée dans l’achat des étoffes, et pour la main-d’œuvre, les vêtements étant confectionnés par les condamnés à des prix bien inférieurs à ceux qui sont exigés par les ouvriers de la ville […] les condamnés sont au surplus convenablement vêtus et on ne pense pas qu’il soit nécessaire de rien ajouter à ce service.

« Le coucher des condamnés valides comme celui des malades ne laisse non plus rien à désirer, les valides couchent sur la paille qui est exactement et rigoureusement renouvelée suivant les termes du règlement de la maison, qui est le même que ceux des maisons de correction en général, chaque condamné a un lit séparé, composé d’une paillasse, d’un traversin de paille, d’une couverture de laine en été et de deux en hiver, les malades ont un ou plusieurs matelas suivant la gravité de leur maladie, les insensés se trouvent dans cette catégorie, ainsi que les vénériens.

« La nourriture pour les condamnés valides est la même que dans toutes les prisons, c’est-à-dire qu’ils ont chaque jour un pain du poids d’une livre et demie, un bouillon de soupe grasse d’un litre, les condamnés travailleurs ont en outre une portion de 2 onces et demie de viande cuite, en raison du plus ou moins de travail qu’ils ont exécuté.

« Les condamnés malades ont un régime alimentaire particulier qui est déterminé comme dans les hôpitaux civils, suivant les feuilles d’infirmerie arrêtées par M. le médecin de la maison ; les insensés, vénériens et galeux se trouvent dans cette catégorie, un seul changement pourrait s’opérer en ce qui concerne la confection de la soupe qui est la même pour tous les individus, valides ou malades, à l’exception cependant de ceux gravement malades qui ont un pot-au-feu particulier ; ce serait de faire deux soupes distinctes, l’une pour les valides, l’autre pour les malades, mais il ne sera possible de réaliser ceci que lorsqu’on aura fait dans la maison de nouvelles divisions et constructions qui permettent d’avoir des chaudières séparées et de régulariser convenablement le service de la cuisine. »

  • 8  ADS, 99 Y 40.

26On n’a pas grand chose à ajouter à cet échange épistolaire. Quelques traits peut-être, parmi les plus caractéristiques, concernant en particulier le personnel. Son organisation est calquée sur celle des dépôts de mendicité d’Ancien Régime. À la tête de la maison de correction est un économe, qui était appelé régisseur sous l’Ancien Régime. Pour la période qui nous intéresse, l’économe Delabie ayant décédé dans l’exercice de ses fonctions, il avait été, le 14 juillet 1838, remplacé provisoirement par un gérant, Léauté, avant que, le 10 novembre de la même année, un arrêté du préfet Saint-Aignan nommât comme économe Martial Roussel, l’archiviste de la préfecture8. Celui-ci est installé le 1er décembre par le maire Charles Gabriel Lemerchier et de Puyraimond, secrétaire de la commission de surveillance. Le 24 août 1841, Martial Roussel perdait son titre d’économe pour gagner celui de directeur, une promotion bien méritée puisque c’est à lui qu’était revenue la gestion de Bicêtre pendant la tourmente. Le titre ne devait être officialisé que le 8 avril 1842, un directeur ne pouvant être nommé qu’à la tête d’un établissement dont la capacité moyenne était de 200 places : c’était devenu celle de l’établissement depuis le 1er janvier 1842.

27L’économe est assisté d’un commis, le sieur Deleplace, qui acquiert le titre de « commis aux écritures » par arrêté du préfet du 6 décembre 1838. Il est payé 600 F par an. Le personnel de garde comprend quant à lui un concierge et trois gardiens. On est, à Amiens comme dans la plupart des prisons départementales, concierge de père en fils. Par contre, les gardiens se recrutent parmi d’anciens militaires. La ronde des gardiens est incessante, compte tenu des grands maux qui les rongent, l’alcoolisme et les trafics. Un aumônier est également rattaché à la maison de correction. Doit être compté aussi dans le personnel permanent un médecin, attaché à la maison, assisté d’un élève de l’école secondaire de médecine d’Amiens. Il existe encore à Bicêtre un commissionnaire, chargé de toutes les commissions qui se rattachent au travail des détenus. À partir de janvier 1839, l’économe Roussel double le traitement fixe du commissionnaire, qui est alors chargé de toutes les commissions de la maison, afin que « les gardiens pussent rester constamment dans le quartier dont la surveillance leur est confiée, et que les courses du dehors fussent confiées à un homme étranger à la garde des condamnés ». Enfin, le dénommé Florimond Bardou, maître perruquier 39 rue Saint-Germain, sévit à la prison depuis 1832 pour une centaine de francs par an. Depuis 1834, il est un peu dépassé, « ayant toujours eu 120 barbes à faire toutes les semaines pour le moins et assez fréquemment à couper les cheveux à près de 40 enfants pour éviter la vermine ».

28Pour le reste, il est fait appel à des détenus de confiance, suivant le vieux système, qui se perd dans la nuit des temps des prisons, dit des prévôts. Dans les textes officiels, il s’agit de contremaîtres, que l’on trouve principalement dans les ateliers et dans les infirmeries. Certains sont même baptisés « gardiens », dès lors qu’ils sont affectés au quartier des aliénés ou à celui des vénériens, un budget de 100 F par an leur étant réservé. Un seul exemple : en juin 1840, les condamnés Dhervilly et Bonnard sont nommés contremaîtres des ateliers de tissage, cependant que la femme Paris est promue contremaîtresse de l’infirmerie des femmes ; tous sont payés 1 F par mois, une somme dérisoire, mais un tel type de responsabilités entraîne d’une part le maintien à l’établissement et d’autre part d’immenses avantages et libertés au sein de la maison.

29L’un de ces « prévôts » remplit les fonctions d’instituteur des enfants. Le 16 avril 1838, cet emploi est confié à Jacques Cantevelle, condamné à un an d’emprisonnement ; il remplace Lessertisseur, qui a été transféré à la maison centrale de Loos. Mais il est déjà question à cette date de faire appel à un instituteur de l’extérieur.

30Quelques mots maintenant de la population pénale. Un rappel peut-être. La maison de correction est théoriquement prévue pour recevoir principalement, et c’est le cas, des condamnés à des peines d’emprisonnement correctionnel de moins d’un an. Mais beaucoup de condamnés à une peine d’une durée supérieure demandent à subir celle-ci à la maison de correction pour des raisons évidentes de non-dépaysement. La plupart du temps, les autorités acquiescent à cette demande dès lors que les familles acceptent (sont en capacité) de payer le prix de pension. En clair, ne demeurent à Amiens pour y subir leur peine que les condamnés « longues peines » issus de familles aisées. C’est le cas de Jean-François Crignier : condamné à deux ans d’emprisonnement, le préfet l’autorise, le 30 décembre 1840, à effectuer toute sa peine à la maison de correction « à la condition que le nommé Crignier pourvoira aux frais de sa nourriture et de son entretien, ainsi qu’il en a pris l’engagement en demandant la faveur qui lui est accordée ». Par contre, il est exceptionnel que des condamnés à des peines de travaux forcés ou de réclusion criminelle terminent leur peine à Bicêtre.

31Pendant toute la Restauration, la population de Bicêtre s’était stabilisée autour d’une centaine de détenus, une vingtaine de plus dans les périodes de crise politique, économique ou sociale, autour de 1817 et après 1829. Un équilibre avait ainsi été trouvé. Pendant les années 1830, et surtout à partir de 1837, la population va doubler, on verra pourquoi un peu plus loin. Dans les années qui nous intéressent, la population de Bicêtre est composée comme suit :
- au 1er janvier 1839, il y a 213 détenus (63 de sexe féminin, 150 de sexe masculin).
Les condamnés à l’emprisonnement correctionnel de moins d’un an sont 122 (93 hommes et 22 femmes), les condamnés à une peine supérieure à un an sont 24 (10 hommes et 14 femmes) ; il faut ajouter à ces chiffres 12 dettiers envers l’État (dont 2 femmes), 16 vénériens (dont une moitié de femmes), 3 nourrissons et enfin, 37 jeunes condamnés, 28 garçons et 9 filles.
- au 1er mars 1839, la population est tombée à 183 détenus. Les valides sont 149, parmi les 34 invalides, figurent 8 vénériennes et 4 nourrissons. Il n’y a plus que 22 jeunes (dont 1 malade).
- dans un dernier inventaire, à la date du 1er janvier 1840, la population s’est envolée à 287 prisonniers, dont 103 femmes. Les invalides ne sont plus que 32, dont 23 femmes. Ce qui frappe est la proportion de détenus condamnés à plus d’un an attendant leur transfert : ils sont 172, dont 39 femmes, 60 % de la population. Il n’y a plus la trace, dans la statistique, des jeunes détenus.

La crise des années 1837-1842 à Bicêtre

  • 9  ADS, 99 Y 95.
  • 10  ADS, 99 7 78.
  • 11  Hubscher (Ronald) [sous la direction de], Histoire d’Amiens, Paris, Privat, 1986, p. 209-214.
  • 12  Id., p. 233.
  • 13  ADS, 99 Y 78.

32Au travers de l’analyse de la crise qui frappe l’établissement autour de 1840, se découvrent bien des aspects de la vie matérielle, morale et intellectuelle des enfants. Pour y voir un peu clair dans les raisons de cette crise, il faut avoir en mémoire que le Bicêtre amiénois, maison de correction, a servi à une certaine époque, même si très provisoirement, de maison centrale de force et de correction ; qu’une proportion non négligeable de détenus condamnés à plus d’un an y ont toujours séjourné, soit qu’ils payaient une pension, soit encore qu’ils s’étaient révélés indispensables au bon fonctionnement de la maison, en particulier des ateliers. La « crise » commence en réalité dès 18299, mais elle prend des proportions extravagantes à partir de 183710. Les causes sont multiples, quelques-unes externes. De 1825 à 1832, le chômage total ou partiel, la réduction des salaires, l’élévation du prix du pain provoquent une spectaculaire poussée de la misère. En 1842, la France compte 4 millions de « mendiants reconnus » et 4 autres d’« indigents non-mendiants », sur 34 millions d’habitants. Irrésistible envolée de la délinquance. Elle est manifeste à Amiens, ville moyenne d’à peine 50 000 habitants dont 40 % de la population active est vouée à l’industrie textile. Plus peut-être à Amiens qu’ailleurs dès lors qu’entre 1833 (quand l’entrepreneur Eugène Cosserat introduit le premier métier Jacquard) et 1846, l’industrie amiénoise, organisée jusque-là autour de la filature et du tissage du coton et de laine, va se trouver concentrée dans des usines qui remplacent les ateliers disséminés dans et hors de la ville11. Quand Amiens reçoit Louis-Philippe, le 24 mai 1831, le roi est accueilli comme l’ « ange tutélaire de la Manufacture en souffrance12 ». Mais l’explication des troubles que connaît Bicêtre, qui sont en fait des troubles d’adaptation, est ailleurs, et beaucoup plus prosaïque. Elle tient aux difficultés de toutes natures que connaissent les maisons centrales pendant les premières années de la monarchie de Juillet : surpopulation, indéniablement ; mais aussi développement d’épidémies (ce phénomène étant la conséquence du premier), moins d’ailleurs le choléra de 1832 que le typhus, qui frappe à moult reprises, dans les années 1837-1840, puis à nouveau en 1844 ; et aussi les travaux d’agrandissement ou d’aménagement qui y sont pratiqués, parfois sur une grande échelle. Les condamnés à de longues peines d’emprisonnement ou de réclusion d’Amiens et de sa région étaient dirigés principalement sur Loos, secondairement sur Gaillon et sur Beaulieu (Caen). Or, dans les années 1830-1840, Loos et Gaillon sont en perpétuel surencombrement cependant que Beaulieu est en plein réaménagement. Pour ne pas asphyxier les microscopiques structures que constituent la maison d’arrêt et la Conciergerie, on transfère « provisoirement » les condamnés destinés aux centrales à Bicêtre. Au cours de l’année 1837 par exemple, est transféré à la maison de correction un nombre impressionnant de condamnés dont les peines varient entre 15 mois et 5 ans, cependant que les « translations » vers des maisons centrales comme Melun et surtout le Mont-Saint-Michel se comptent sur les doigts de la main13.

Bicêtre : la façade principale

Bicêtre : la façade principale

© Archives départementales de la Somme

  • 14  Les insensés avaient commencé d’être évacués de la maison dès le début de l’année 1837, mais les a (...)

33Pour pallier ce surencombrement, les autorités nationales et locales vont prendre une mesure radicale : sortir de Bicêtre des catégories de population dont elles estiment qu’elles n’y ont pas leur place. Le 20 mars 1838, les insensés, 6 femmes et 6 hommes, sont évacués sur les maisons de santé de Clermont (Oise) et d’Armentières (Nord), escortés par la gendarmerie. Ils sont accompagnés du détenu Jean-Baptiste Lescaffette, « qui donnera pendant la route, en qualité d’infirmier, tous les soins qu’exige la position des malades » ; Lescaffette a pris soin d’emporter des « corsets », pour le cas où un malade « piquerait une crise14 ». En 1839, c’est au tour des galeux et des vénériens de passer de la prison à l’hôpital, malgré la résistance de Dubois, le médecin de Bicêtre, lequel selon le préfet « a pris pour une attaque personnelle ce qui ne s’appliquait, dans mon esprit qu’à l’insuffisance et à la mauvaise disposition du local ». Enfin et surtout, cette même année 1839, c’est au tour des jeunes détenus de commencer d’être évacués de Bicêtre. La décision est prise dans les premiers jours de janvier, elle ne concerne que les jeunes de l’Aisne et de l’Oise vu « les mesures projetées pour l’amélioration des distributions intérieures de la maison de correction ».

34Car, on va y venir, l’autre moyen d’atténuer les effets de la « crise » consiste dans le réaménagement de la maison. Pendant les mois de janvier et février 1839, par convois de 8, gamins et gamines vont cheminer à pied, encadrés par des gendarmes, les filles en direction de Clermont dans l’Oise, les garçons vers Compiègne, Beauvais et Vervins.

35Les conséquences de cette recomposition de la population pénale vont être lourdes et variées. On en donnera quelques exemples. Avec le départ des malades et des insensés, des « emplois » occupés jusque-là par des détenus disparaissent. Ceux par exemple de gardiens et gardiennes des aliénés, ceux de contremaître et contremaîtresse des infirmeries. Par ailleurs, la vie matérielle des détenus va s’en trouver affectée. L’économe s’en alarme dans un rapport au préfet de 1838 :

« La soupe des prisonniers, à la maison de correction, a été faite, jusqu’à présent, avec la viande destinée aux malades, aux enfants et aux travailleurs et avec des légumes, dont la quantité est proportionnée au nombre des détenus, et calculée sur le pied de 1 litre et demi par individu. Ces éléments suffisaient pour composer un bouillon assez confortable, lorsque la maison renfermait des insensés, des galeux et un grand nombre de jeunes détenus, qui tous recevaient la viande chaque jour. Mais aujourd’hui les substances formant la composition de la viande sont tout à fait insuffisantes. La maison a perdu successivement les insensés, les galeux puis les enfants, qui de 62 qu’ils étaient au 1er janvier, se trouveront dans quelques jours réduits à 19. Il résulte de là que la viande qui sert à faire la soupe et qui s’élevait autrefois à 50 ou 60 livres, lorsque le nombre des détenus ne s’élevait qu’à 100 ou 120 personnes, se trouve aujourd’hui réduite à 20 et quelques livres, pour faire la soupe à 170 personnes. »

36Tous ces bouleversements entraînent des résistances. Celle, on vient de le dire, de l’économe, feutrée car il doit sa place au préfet. Celle aussi à fleur de peau du docteur Dubois, depuis sept ans dans la maison et qui s’adresse sans détour au préfet le 3 janvier 1839 :

« En me parlant de vos démarches pour faire sortir de Bicêtre tous les malades non détenus, vous avez ajouté qu’on ne les guérissait pas, vu qu’ils sortaient mal guéris pour rentrer bientôt après. D’accord avec vous sur la nécessité d’une séparation que j’ai réclamée près de tous vos prédécesseurs et à chaque session du conseil général, permettez-moi de repousser le motif sur lequel vous fondez cette nécessité, comme outrageant pour moi, et surtout comme contraire à la vérité. »

37Il ne faut pas exagérer l’importance des malades à Bicêtre, dit Dubois, ils n’ont jamais représenté, au grand maximum, que le 1/30e de la population de la maison. Cependant, il est atteint dans son honneur professionnel :

« Beaucoup d’individus, soit par paresse, soit par misère, se donnent volontairement des maladies de peau ; et quant aux maladies vénériennes, il est à peu près impossible de dire s’il y a rechute ou récidive : la classe des malades que je soigne à Bicêtre me porte à croire que dans presque tous les cas il y a plutôt récidive. »

38Enfin, il fait part des améliorations apportées à l’établissement depuis son arrivée en 1830 :

« la séparation à peu près absolue des enfants ; la création de salles de bains, d’un régime alimentaire pour les malades et pour les insensés qui avant 1830 n’avaient que le pain ; la réduction des vivres pour les malades libres qui étaient plus nourris que les détenus valides ; un élève pour les pansements, un infirmier pour soigner ou distribuer les médicaments ou les boissons. »

39Dubois n’a pas été écouté. Car depuis 1837, il est question de réorganiser de fond en comble la maison de correction, et cette initiative est le fait des responsables nationaux, elle s’inscrit dans le grand projet de la monarchie de Juillet de remise en ordre des prisons départementales, projet très largement occulté par le grand débat sur la prison cellulaire.

40La grande affaire, à Amiens comme dans toutes les prisons départementales françaises, va consister dans l’application du règlement du 30 octobre 1841 signé Duchâtel. Sont prises des règles provisoires, en attendant que le régime cellulaire devienne la règle pour l’ensemble des 400 prisons départementales : il s’agit de « soumettre à une police unique toutes les prisons départementales sans exception », en particulier pour ce qui concerne « la nourriture, le coucher, le vestiaire et les autres dépenses personnelles des détenus ». La loi va enfin être appliquée, qui exige que toutes les prisons soient telles « que la santé des prisonniers ne puisse en être aucunement altérée » (article 605 du Code d’instruction criminelle). Ce souci de bonnes conditions de vie matérielles étendues à tous les prisonniers ne doit pas masquer l’essentiel : de strictes règles de discipline imposées à tous.

41Le 16 mars 1842, le nouveau préfet de la Somme est inquiet. Son prédécesseur a adressé le fameux « règlement général » du 30 octobre 1841 aux autorités concernées (membres de la commission des prisons et agents pénitentiaires) dès le mois de novembre, sans que cela ait suscité la moindre réaction de leur part. Deux obstacles s’opposent à son application, la distribution et l’exiguïté des locaux. La commission des prisons finit par répondre au préfet : « Il est indispensable de faire beaucoup de travaux pour exécuter les prescriptions ministérielles. » Cependant, des mesures urgentes peuvent être entreprises à peu de frais, qui permettraient de mettre en place les séparations qui s’imposent, qui n’étaient donc pas réalisées jusque là. Concernant la maison d’arrêt : séparation des jeunes prévenus des deux sexes, les garçons étant affectés au rez-de-chaussée du quartier de la dette et les jeunes filles à celui du quartier des femmes prévenues ; aménagement de préaux dans le jardin du concierge ; placement d’auvents aux fenêtres des femmes prévenues « qui s’y conduisent avec beaucoup d’indécence » ; le juge d’instruction réclame pour sa part deux chambres de secret et deux chambres de sûreté, ces dernières destinées aux personnes arrêtées qui « sont fort mal au beffroi ». Quant à Bicêtre, il est sérieusement question de le réaménager voire de le reconstruire presque entièrement. Le projet, concocté par l’architecte du département et le conseil des prisons, ne prévoit pas moins de 9 quartiers :
1. Deux quartiers, l’un pour les hommes condamnés et l’autre pour les femmes ;
2. Deux quartiers, l’un pour les hommes condamnés pour dettes envers l’État et l’autre pour les femmes ;
3. Deux quartiers, l’un pour les jeunes garçons de moins de 16 ans et l’autre pour les jeunes filles ;
4. Un quartier pour les femmes pour dettes ou en état de faillite ;
5. Deux quartiers, l’un pour les hommes en passage et l’autre pour les femmes.

42Sans compter une chambre pour les femmes à la pistole et deux « chambres de secret », l’une pour les hommes et l’autre pour les femmes.

Plan de Bicêtre

Plan de Bicêtre

© Archives départementales de la Somme

43Ce projet n’aura de suite… qu’au début du XXe siècle. Par contre, la volonté de mise en ordre et au pas des prisons et de leur personnel va produire quelques effets. Et les mineurs en seront les principaux bénéficiaires.

Les mineurs à Bicêtre

44Pour les mineurs, le premier effet provoqué par ce « remue-ménage » va consister dans la nomination d’un instituteur « du dehors ». Le préfet et la commission de surveillance s’en occupent pendant tout le second semestre de 1838. Finalement, le 28 décembre, l’inspecteur des écoles primaires du département propose la candidature de Martial Andrieux, natif de Bourdon, qui sort de l’école normale. Nommé par arrêté du préfet le 7 janvier 1839, il est installé dans ses fonctions le 16. Il bénéficie d’un traitement de 700 F, plus la nourriture et le logement. Ce tout jeune instituteur va accomplir des prodiges au sein de la prison. Davantage un « éducateur » qu’un maître, il ne s’éloignait presque jamais d’une maison où il avait trouvé une raison noble à son existence. Soutenu par la commission de surveillance, donc par le préfet, il faisait l’unanimité tant de la part des autorités que des enfants qu’ils traitaient d’une manière particulièrement bienveillante. Cela faillit lui coûter la santé. Le 2 août 1840, Roussel alerte la commission des prisons :

« La chambre disposée, pour l’instituteur, dans le dortoir des enfants, n’est aérée que par une fenêtre ou lucarne donnant sur le préau des hommes, la réunion d’un grand nombre d’individus dans ce préau, et les émanations qui en sont les conséquences, contribuent à rendre l’air peu salubre, et, depuis quelque temps, les médecins ont cru devoir attribuer au défaut d’air sain, les dérangements qu’a éprouvés la santé de l’instituteur. Cet employé est digne, comme vous le savez, MM., de toute la bienveillance et de toute la sollicitude de l’administration. »

45Décision fut prise de déplacer la chambre à l’autre extrémité du dortoir, où l’instituteur Andrieux put bénéficier d’une lucarne donnant sur le jardin.

46Mais la grande affaire va être celle de l’organisation du travail.

47C’est plus que le moment d’en parler. Sans entrer ici dans le détail des textes, dès le décret de la Constituante des 19-22 juillet 1791, dont le Titre II portait sur les maisons de correction, il était signifié à l’article 5 : « Toute maison de correction sera maison de travail », l’article 6 établissant sur le produit du travail un pécule divisé en trois tiers, l’un pour la maison, le deuxième réservé au détenu pour « se procurer une nourriture meilleure et plus abondante », le troisième lui étant remis lors de sa libération.

48Quand Bicêtre devint maison de correction, l’organisation du travail était déjà en place, dans les ateliers voués presque exclusivement à l’industrie textile (filature surtout de la laine et du lin, ateliers de couture et de tailleurs). Les condamnés prirent la place des mendiants. Il appartint à l’économe puis directeur Roussel de donner au travail une impulsion décisive. Outre les ateliers de fileurs, Roussel fit monter 40 métiers de tisseurs, une table de 15 hommes employés à la couture, tout ce petit monde s’activant entre 8 heures et 17 heures. Un petit monde en réalité de plus en plus nombreux. Comparons ce qui est comparable. Pour 15 821 journées de détenus (168 détenus en moyenne) au 2e trimestre 1838, il y avait 40 travailleurs (moins d’un quart). Au 2e trimestre 1840, le nombre de journées de détenus s’élève il est vrai à 20 417 (soit 225 détenus), mais les travailleurs sont désormais plus d’une centaine, près de la moitié de l’effectif. Le produit du travail croît en conséquence, il n’est pas loin de doubler entre 1838 et 1840.

  • 15  Les préaux sont envahis par les eaux fluviales et Roussel demande à les déverser dans « le petit c (...)

49Début août 1840, alors que Bicêtre est autant envahie par les eaux15 que par les détenus, l’économe Roussel exprime ce rêve vieux comme la prison du plein emploi des détenus : « Ce nombre [de travailleurs] s’augmentera encore si, comme je l’espère, je parviens à nouer avec une maison de Paris à laquelle je me suis adressé, des relations qui permettront de faire travailler les 200 personnes valides qui se trouvent en ce moment à la maison de correction. » Le fait est que Roussel, promu directeur dans l’intervalle, réussira à implanter, mais seulement à la fin de 1841, deux nouveaux ateliers, l’un de fabrication de cols et l’autre de tissage des velours.

50Dans cette nouvelle organisation du travail impulsée par Roussel, les enfants ne sont pas oubliés. La mise au travail des enfants est une préoccupation permanente, tant de la part de la commission des prisons que de celle de l’instituteur. L’économe marche à leur diapason. Le 22 novembre 1839, il soutient un des projets de la commission des prisons :

« Il serait convenable de faire apprendre à ces [jeunes] détenus un métier qui put leur donner les moyens de gagner leur vie honnêtement à l’expiration de leur détention, et à cet effet vous avez proposé de choisir un détenu pour exercer l’emploi de contremaître chargé de leur apprentissage. »

51Le contremaître, dont la candidature fut retenue avec la bénédiction du préfet, fut un maître tailleur nommé Jean-Baptiste Herbold, âgé de 50 ans et condamné à 7 ans de réclusion criminelle pour faux en écritures privées. Les enfants furent donc réunis sous sa conduite dans un atelier chargé de pourvoir à l’entretien et au raccommodage des effets d’habillement, et au besoin, à la confection des habillements neufs à fournir aux condamnés par le département.

52Au début de 1841, Roussel a changé son fusil d’épaule. Il propose à la commission des prisons de nouveaux moyens de faire travailler les enfants :

« Ces moyens consisteraient à confier les jeunes détenus aux industriels de la ville d’Amiens, en conservant le domicile de ces enfants dans l’établissement pénitentiaire où ils continueraient à être l’objet d’une surveillance spéciale. »

53Ce qu’on appellerait aujourd’hui une semi-liberté. Il semble que Roussel entendait étendre cette mesure à certains détenus adultes, avec le soutien d’ailleurs de la commission des prisons. Il ne faudrait surtout pas voir dans l’économe de Bicêtre un formidable novateur : Roussel, indiscutablement, est un bon administrateur, doublé d’un bon pénitentiaire, qui baigne dans un certain contexte et qui est parfaitement informé des projets du ministère de l’Intérieur d’une part, des initiatives prises par certains de ses collègues directeurs de maison centrale d’autre part, ceux en particulier de Clairvaux et de Fontevrault, lesquels expérimentent ou vont bientôt expérimenter une politique de « travaux extérieurs », à l’égard des mineurs mais aussi des détenus adultes. La stricte discipline imposée en 1839 et 1841 dans toutes les prisons requiert des mesures de compensation, en quelque sorte des « sas de décompression », quartiers d’éducation correctionnelle puis colonies agricoles pour les uns, travaux ou chantiers extérieurs pour les autres. Quoi qu’il en soit, le projet de Roussel échoue sur tous les plans, le préfet écrivant aux membres de la commission des prisons le 18 octobre 1841 :

« Je viens de recevoir une demande des nommés Victor et Alexandre Maison, détenus à la maison de correction d’Amiens, à l’effet d’obtenir la permission de travailler chez eux pendant deux ou trois jours de la semaine, sous la condition de retourner à la prison. Ce que sollicitent ces détenus serait une violation de la loi. »

54Cette réponse n’est qu’un exemple, le préfet a reçu un grand nombre de requêtes identiques auxquelles il a toujours opposé la même réponse négative.

55Il faut dire que cette initiative de Roussel intervient à un moment peu opportun. Depuis le mois d’avril 1841, Bicêtre est en ébullition, suite à la dénonciation adressée par le détenu Lebreton au préfet. Une affaire banale, mais qui atteint Roussel dans son honneur d’administrateur intègre. Roussel n’est d’ailleurs pas personnellement visé par la plainte de Lebreton ; celui-ci, pour aller vite, reproche au concierge de vendre à la cantine du pain de qualité supérieure à un prix exorbitant, d’accorder aux détenus des avances sur leur masse de réserve (pécule de libération) dont il se rembourse à leur sortie, de tenir la cantine et de vendre de l’alcool, d’inviter des détenus à sa table moyennant évidemment finances, etc. Rien que de très banal, des pratiques courantes depuis toujours, mais que le ministère entend justement éradiquer. Le concierge reconnaît que tous les griefs qui lui sont adressés sont justifiés, la commission des prisons, qui enquête, minimise les abus, lesquels, estime-t-elle, « tiennent à la nature des choses », osant même mettre en cause la responsabilité du préfet (« Vous avez convenu que la consommation de la maison […] n’était point assez importante pour qu’une cantine puisse être organisée en dehors des fonctions du concierge »), et Roussel va jouer le rôle de « fusible » : les autorités supérieures considèrent plus généralement qu’il ne contrôle pas assez la gestion au quotidien de « sa » prison, laissant la bride sur le cou à son concierge, et s’investissant trop dans le problème qui lui tient le plus à cœur, celui en l’occurrence du « traitement » des mineurs dont il a la charge.

Les mineures hors des prisons amiénoises : le Bon Pasteur

56Il va être surtout question dans les lignes qui suivent de la mise en place à Allonville, un petit village à 6 kilomètres d’Amiens, d’une colonie pénitentiaire agricole privée destinée aux seuls garçons. Quelques mots auparavant sur les filles. Elles ont toujours été très peu nombreuses au sein de la maison de correction (moins d’une dizaine, le plus souvent quelques unités) et leur sort a été réglé dès 1838. En effet, suite à une demande du conseil général de la Somme du 29 septembre 1838 et à des négociations menées le mois suivant entre la supérieure du Bon Pasteur d’Amiens Mère Marie de la Sainte-Angèle et Puyraimond, le 28 décembre de la même année, le préfet prend l’arrêté suivant :

« Vu les lettres écrites les 5 octobre dernier et 14 décembre présent mois par la commission des prisons d’Amiens, et par lesquelles elle indique les conditions auxquelles la maison du Bon Pasteur, ouverte à Amiens, consentirait à recevoir les jeunes détenues actuellement renfermées dans la maison de correction.

« Considérant que les dispositions réglementaires, sur le service des prisons, permettent de placer chez des particuliers qui consentent à les recevoir, les jeunes détenus condamnés en vertu des articles 66 et 67 du code pénal ; que cette mesure est prescrite, dans l’intérêt même des enfants, et dans la vue de les ramener au bien, par l’ascendant de l’exemple et par l’habitude du travail.

« Que jusqu’à ce jour l’administration a échoué, dans les efforts qu’elle a faits, pour obtenir le placement des condamnés de cette catégorie dans des maisons particulières ; mais qu’en dernier lieu elle est parvenue à assurer aux jeunes filles détenues les avantages dont il est parlé plus haut, en proposant à Madame la Supérieure de la maison de refuge, ouverte à Amiens, sous le titre de Bon Pasteur, de les admettre dans cette maison pour y être nourries, entretenues et instruites. »

57Un contrat est passé avec le Bon Pasteur : le prix de journée est fixé à 82 centimes, « l’établissement nourrira, couchera, habillera, chauffera et instruira les enfants ».

58Le Bon Pasteur d’Amiens est sis depuis 1822 au faubourg de Noyon. Le préfet exige, dans l’article 3 de son arrêté : « il sera disposé, dans la Maison, un quartier entièrement séparé », les détenues étant placées sous « surveillance spéciale » et, dans le cas d’une « insubordination prolongée », réintégrées à Bicêtre.

59Sur le Bon Pasteur, c’est la règle, les archives sont rares, ou indisponibles. Une lettre de la nouvelle supérieure, Sœur Marie de Saint-Henri, en date du 24 février 1840, apporte cependant deux éléments d’information : la commission des prisons, toujours en la personne de Puyraimond, contrôlait l’institution ; cependant, les instructions du préfet n’étaient guère respectées. Les petites délinquantes étaient mélangées aux autres pensionnaires, et la supérieure demande à Puyraimond : « Pour notre consolation, veuillez bien avoir la bonté d’arranger cette affaire pour le mieux, en faisant entrevoir à Monsieur le Préfet tous les avantages que ces enfants retirent de se trouver avec les autres », mais prend soin d’ajouter :

« Néanmoins, si M. le préfet exige absolument qu’elles en soient séparées, dès aujourd’hui, nous prendrons les mesures nécessaires pour opérer ce changement, ce que nous ne ferons toutefois qu’avec peine, car nous voyons de jour en jour qu’elles sont beaucoup mieux toutes ensemble ».

  • 16  Suivant la Statistique des établissements pénitentiaires, dont le premier volume, paru en 1854, po (...)

60Ce qui ne fut pas fait ! Le tout petit nombre de gamines l’explique. On a heureusement quelques chiffres pour l’année 1842 et les suivantes. Il y a 7 filles délinquantes pendant l’année 1842, toutes venant de Bicêtre. Un effectif qui demeure stable jusqu’en 1845, quand le nombre des filles passe à 5 puis 4. Les 3 dernières filles sont libérées le 24 février 1846. Toutefois, demeure au Bon Pasteur la petite Becquet, pour laquelle l’État continue de payer un prix de journée jusqu’à la révolution de février 1848, quand l’institution cessa, mais très provisoirement16, d’accueillir des filles délinquantes.

La genèse de la colonie d’Allonville

  • 17  Carlier (Christian), La prison aux champs, Paris, Éd. de l’Atelier, 1994, 735 p.

61J’en arrive à la colonie d’Allonville. Il faut se souvenir que la circulaire d’Argout du 3 décembre 1832 avait inauguré une nouvelle politique en matière de traitement des mineurs délinquants : leur place n’est plus dans une prison qui, dit d’Argout, « ne sera jamais une maison d’éducation », elle est bien plutôt en « milieu ouvert », à condition qu’ils soient dispersés, auprès d’artisans et de cultivateurs. C’est dans cette brèche que vont s’engouffrer, à partir de 1835, un certain nombre de philanthropes, des religieux d’abord (les abbés Rey, Dupuch et Fissiaux), des civils ensuite (Demetz et Courteilles), qui vont créer à Oullins, Bordeaux et Marseille, puis surtout à Mettray en 1839, les premières colonies pénitentiaires agricoles17.

62Les historiens (moi le premier) ont trop négligé jusqu’ici une loi du 16 juillet 1840 qui fait passer, à partir du 1er janvier 1841, les frais d’entretien des jeunes détenus âgés de moins de 16 ans du budget départemental au budget de l’État. Dès lors, le ministère de l’Intérieur va mettre de plus en plus le nez dans la question du « traitement » des mineurs, à une époque où, on l’a rappelé, il reprend aussi la main au sein des prisons départementales. La politique du ministre Duchâtel est toute d’éclectisme : oui au développement des colonies agricoles, qui en 1840 se résument à peu de choses, mais à condition que le placement des mineurs en leur sein soit précédé d’une période d’épreuve subie par les mineurs en milieu fermé, maison centrale ou de correction. Une circulaire du 7 décembre 1840 appelle dans ce sens l’attention de tous les préfets sur les avantages de la toute nouvelle colonie de Mettray, où il serait judicieux, dit le ministre, d’envoyer les enfants après qu’ils eurent subi les « épreuves » de la prison. À la même époque, Demetz et Courteilles – les fondateurs de Mettray – développent, en particulier auprès des préfets et des conseils généraux, une insistante campagne de publicité en faveur de leur établissement.

63Le préfet informe le conseil des prisons et l’économe Roussel de l’intérêt d’envoyer des enfants de Bicêtre à Mettray début janvier 1841. Roussel, en réponse, rédige de concert avec l’instituteur un mémoire qu’il adresse au conseil des prisons le 22 janvier 1841, où il invoque en particulier les conséquences néfastes qui ont résulté du déplacement des enfants trouvés :

« On sait, Messieurs, que dans le département de la Somme, par suite de l’exécution de l’arrêté du 1er juillet 1835 sur le déplacement des enfants trouvés, le nombre de ces enfants a diminué de 727, sur un total de 1 294. Les mères ont préféré subir la honte qui s’attachait à la naissance de leurs enfants, et s’exposer à la misère, plutôt que de consentir à leur éloignement. Que serait-ce donc pour les familles qui n’ont point à rougir de leurs enfants, qui les ont élevés, qui ne s’en sont séparés que par force ? »

64Un grand débat autour de ces questions a lieu à Amiens en avril 1841. Le 2, le préfet écrit à la commission des prisons :

« De notables améliorations ont été apportées dans la position des jeunes détenus de la maison de correction. Ces enfants reçoivent une instruction morale et religieuse aussi complète que celle qu’ils pourraient recevoir ailleurs. On leur apprend des métiers qui les mettent à portée de se procurer des moyens honnêtes d’existence. La commission du conseil général qui a visité cette prison l’année dernière, a reconnu tous ces avantages. Elle n’a pas regardé comme urgent d’envoyer tout ou partie des jeunes détenus à la colonie de Mettray. Toutefois elle n’a pas vu d’inconvénient à ce que, dans le cours de la prochaine session, l’Administration proposât au conseil des dispositions pour tenter un essai. »

65La commission des prisons fait connaître la teneur de cette lettre à Roussel à la mi-avril, lequel répond dans les deux jours qui suivent (le 17 avril) :

« Je ne terminerai pas cette lettre sans appeler de nouveau, MM., votre attention sur quelques-unes des considérations qui ont le plus vivement frappé le conseil général. Ainsi ce conseil s’est demandé : si ce n’est point, en quelque sorte, une aggravation de peine que d’enlever des enfants à leur pays, à leur famille pour les transporter dans des contrées lointaines, dont les habitudes, les mœurs, ne sont pas celles du pays où ils sont nés ? S’il n’est pas à craindre qu’en rompant violemment les liens de parenté des jeunes détenus, on ne les expose pas à devenir, aussitôt leur mise en liberté, des vagabonds, sans patrie, sans famille, et qu’ils augmentent ainsi le nombre, déjà trop considérable, des repris de justice ? »

  • 18  On a retrouvé une note du docteur Dubois concernant cet enfant à la date du 21 août 1840 : « Les s (...)

66Résolument hostile à l’envoi de « ses enfants » à Mettray, Roussel, un très brave homme qui a quelque temps auparavant recueilli chez lui en vue de l’adopter un jeune garçon de 9 ans, entré à Bicêtre comme « atteint du mal vénérien18 », le bon monsieur Roussel donc, ignorant, dit-il, des critères retenus pour envoyer les mineurs à Mettray, joint à sa lettre un état de tous les jeunes garçons détenus à son établissement à la date du 17 avril 1841. Un document particulièrement précieux.

67Bicêtre héberge alors 23 gamins, dont l’âge varie entre 7 et 16 ans. Âge moyen : 12 ans 9 mois. Un enfant est originaire de l’Aisne, un autre de l’Oise, tous les autres (21) sont nés dans le département de la Somme. Parmi ces 21, seulement 3 ont été jugés à Amiens, 8 l’ont été à Abbeville, 3 à Montdidier et autant à Péronne, un dernier à Doullens. Presque tous ces enfants sont des ruraux, nés dans de tout petits villages et appréhendés pour des faits de vols (de bois, de récolte, de pain, de fruits, etc.), de braconnage ou de vagabondage, une des trois infractions n’étant pas exclusive d’une ou des deux autres. Dans un certain nombre de cas (10 %), les enfants étaient complices d’adultes, le plus souvent de leurs parents. La durée de l’enfermement qu’ils ont à subir varie entre 1 et 9 ans : plus le tribunal est crotté, plus la peine est longue. La distinction entre article 66 (acquittés comme ayant agi sans discernement, mais confiés à l’État pour être éduqués) et article 67 (condamnés) est rarement faite. Ces enfants sont en moyenne depuis 2 ans et 3 mois enfermés, l’un d’entre eux l’est depuis 7 ans. Parmi eux, se trouvent un teigneux, un scrofuleux, un sourd et deux débiles. Ce sont, on l’aura compris, les qualificatifs de Roussel. 8 enfants sont considérés comme « faibles », 11 comme « forts » et 3 comme « très forts ». 15 ont une bonne ou une très bonne conduite, les 8 autres en ont une mauvaise ou très mauvaise. Outre les 2 débiles, 6 sont jugés « peu intelligents » mais 6 autres sont « très intelligents » ; les autres sont ou « assez intelligents », ou « intelligents » sans autre qualificatif. Un seul, l’un des trois Amiénois, de l’âge de 15 ans, est arrivé en prison exerçant déjà une profession, celle en l’occurrence de tisserand.

68Le 16 juin 1841 est une journée à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire des prisons d’Amiens. Ce jour-là, Roussel reçoit la décision du préfet d’envoyer quatre jeunes à Mettray aux frais de l’État. Le même jour, le préfet, dans un autre courrier, annonce à l’économe qu’il a décidé de considérer avec bienveillance la proposition que lui a faite un certain monsieur de Rainneville de créer à Allonville un établissement susceptible d’employer les jeunes détenus aux travaux agricoles et industriels.

69D’interminables réunions, discussions et échanges de correspondance ont lieu pendant tout le mois de juillet 1841. Le 3, la commission des prisons fait un premier point avec le préfet. Un éloge appuyé est décerné à l’instituteur, mais, ajoute la commission, « cela ne suffit pas ; et l’apprentissage d’un métier, l’habitude du travail destiné à fournir des moyens d’existence ; voilà une condition importante que nous devons aussi remplir et qui offre les plus grandes difficultés ». La commission rappelle alors la position de Roussel :

« M. l’économe combat la pensée de réunir les jeunes détenus en colonies nombreuses pour les livrer aux travaux de la campagne ; il pense que l’apprentissage d’une profession industrielle est de beaucoup préférable ; et nous devons dire que nous considérons comme exacts les principaux motifs sur lesquels il fonde son opinion. Toutefois, et comme les théories générales doivent se modifier selon les exigences de la pratique ; comme il faut arriver à des moyens positifs d’exécution, nous pensons que le système d’apprentissage proposé par M. l’économe ne peut être considéré que comme exceptionnel. L’envoi d’un jeune détenu en dehors pour employer sa journée chez un artisan peut être proposé comme récompense et s’appliquer à un petit nombre ; mais il faut un régime général de travail pour le plus grand nombre et les travaux de la petite culture ou de la grande horticulture nous paraissent les seuls qui soient à notre disposition. »

70La commission indique ensuite que la proposition « d’un de nos plus honorables concitoyens » (Rainneville) n’est pas unique, « plusieurs personnes dont les propriétés environnent la maison de correction paraissent disposées à nous seconder et nous pensons qu’il serait bien de profiter de ces dispositions ». Prudente, la commission conclut : « Tout ce qui concerne les jeunes détenus est encore à l’état d’essai. »

71Le même jour (3 juillet), Rainneville est reçu par un membre du cabinet du préfet, le doyen du conseil de préfecture Riquier :

« M. de Rainneville m’a dit qu’il était à la disposition de la commission des prisons, et qu’il offrait de prendre tout à fait chez lui, moyennant la même pension qu’ils coûtent à Bicêtre, une escouade de 8 à 10 jeunes détenus. »

72Tant le cabinet que les membres de la commission des prisons (le dossier est confié à Rigollot) sont prudents, exigeant de Rainneville des précisions sur le futur établissement. Rainneville se dérobe quelque peu :

« Je suis aux ordres de la commission, autant que l’état de ma santé le permettra. Je suis trop souffrant pour pouvoir soutenir une longue discussion : mais je lui remettrai des notes écrites qui pourront l’aider à former son opinion. »

73Aussi Riquier prend-il contact avec des agronomes, en vue « d’essais d’ateliers agricoles en faveur des jeunes détenus de la maison de correction d’Amiens ». Le 15 juillet, convoqué à la préfecture, Rainneville expose « la possibilité de former un établissement à la fois agricole et industriel où une vingtaine de jeunes détenus pourraient être occupés et instruits », il fait entrevoir que les frais de premier établissement pourraient être demandés au Gouvernement, au conseil général et à des « personnes bienfaisantes » ; il voudrait qu’on prît autant que possible pour modèle l’établissement de Mettray « qui paraît ce qu’il y a de mieux en ce genre et qu’il ne sait pas possible de surpasser ». Il promet un devis approximatif des dépenses que pourrait occasionner ce premier établissement ; il propose de borner la location à l’entretien et l’amélioration des bâtiments, « quant aux travaux agricoles, M. de Rainneville s’en réserverait la direction et il formerait un cheptel en sorte que les produits de la culture appartiendraient dans une proportion déterminée à l’établissement » ; il promet de fournir un plan détaillé qui permette à la commission de prendre une décision motivée sur ce sujet. On notera la concession faite par Rainneville à Roussel, les ateliers industriels. On remarquera aussi que Rainneville est un habile homme d’affaires, qui s’entoure du maximum de garanties sur le plan financier. On peut difficilement parler dans son cas de philanthropie.

74Le 19 juillet, c’est au tour du conseil d’arrondissement d’Amiens d’entrer dans la danse. Invoquant les précédents, en matière de « maisons spéciales » destinées aux enfants, de Paris (Petite-Roquette et Société de patronage), Lyon (Oullins), Strasbourg (Ostwald), Rouen (atelier-refuge), Bellevaux (Besançon), Toulouse et bien sûr Mettray, et quand bien même l’instituteur de Bicêtre accomplit un travail remarquable, le conseil d’arrondissement applaudit des deux mains à l’initiative de M. de Rainneville, membre du comice agricole de l’arrondissement, « si recommandable par ses découvertes en agriculture », de former des « ateliers agricoles dans l’intérêt des jeunes détenus de la maison de correction ». Il n’exclut pas cependant des rencontres « avec d’autres agronomes de ce pays ».

75Le lendemain, une entrevue a lieu entre le préfet et Rainneville. Il en ressort que ce dernier revendique de « recevoir les meilleurs sujets choisis parmi les jeunes détenus en vertu de l’article 66 », il « offre » (sic) bâtiments et terres, l’effectif envisagé étant compris entre 15 et 25 sujets. Une toute petite colonie, donc, dirigée par « un frère d’un ordre approuvé de l’ordinaire », l’évêque se chargeant de la demande, et dont la surveillance et la conduite des travaux seraient confiées à « quelques militaires, en congés temporaires, renouvelés sur la demande de la commission de surveillance, pendant la durée de leur service », le procureur général ayant accepté de faire des démarches auprès des ministres compétents. Reste à obtenir l’aval du conseil général. Rainneville prend ses précautions : le fonds voté pour frais d’établissement sera versé comme subvention entre les mains du frère directeur, lequel s’occupera aussi du bail de la ferme. Le contrôle de la colonie sera multiple : outre l’administration préfectorale, l’autorité ecclésiastique et le conseil des prisons, sera constituée une commission de surveillance composée de cinq membres au moins, « laquelle se renouvellera elle-même parmi les membres de la conférence de St Vincent de Paul ».

76Le conseil général de la Somme, réuni le 23 août 1841, entend un remarquable rapport du préfet sur les colonies pénitentiaires en général et sur celle dont Amiens pourrait disposer en particulier. Le préfet commente longuement devant les conseillers la circulaire du 7 décembre 1840, laquelle, en vertu de l’article 16 de la loi du 16 juillet 1840, indique qu’à partir du 1er janvier 1841, l’État supportera les frais d’entretien des jeunes détenus de moins de 16 ans dès lors que leur captivité est de plus d’un an.

« Le ministre a pu se convaincre, ajoute le préfet Siméon, qu’on a fait ici tout le bien conciliable avec les localités ; que l’administration du quartier des jeunes détenus ne pourrait être séparée de celle de la maison de correction ; que le local disponible ne permettrait pas d’y recevoir plus de 45 enfants ; de sorte qu’on ne saurait penser à y établir, plus tard, une maison centrale d’éducation correctionnelle. »

  • 19  Bourquin (Jacques), « Le Mettray des origines », dans Leger (Raoul), La colonie agricole et pénite (...)
  • 20  Sur Mettray, voir en particulier la brochure Colonie agricole de Mettray. Assemblée générale des f (...)
  • 21  Sur Appert, on se reportera aux pages lumineuses que Jacques-Guy Petit lui consacre dans Ces peine (...)

77Aussi le ministre a-t-il fait observer au préfet « que dans un tel état de choses, la constitution de l’établissement, pour ce qui concerne les jeunes détenus, ne peut recevoir qu’une organisation essentiellement temporaire, et qu’il faut s’attendre à voir supprimer ultérieurement le quartier affecté maintenant à cette destination ». Le 22 avril 1841, le ministre a décidé qu’il serait payé un prix de journée de 83 centimes pour les jeunes détenus de la maison de correction, et qu’il songeait à les envoyer à Mettray. Le préfet insiste longuement sur la colonie de Mettray, ce qui n’est pas pour étonner l’historien, mais aussi sur celle de Rémelfing, une colonie presque ignorée que je redécouvre grâce à ce document. Sur Mettray, on en sait de plus en plus, grâce en particulier aux travaux de Jacques Bourquin et d’Éric Pierre19. La colonie a été ouverte en 1840. Un an plus tard, les enfants sont entre 140 et 150, un seul enfant étant décédé dans l’intervalle, quinze jours après son arrivée de Clairvaux. Répartis en sections de 20, avec à leur tête un « père » et un « frère aîné », les enfants ont travaillé pendant tout l’hiver 1840-1841 à une carrière, « vêtus de toile grossière, les pieds nus dans leurs sabots ». Mais il est prévu qu’ils cultivent 20 hectares de légumes, tout le reste consistant en céréales. La philosophie de Mettray se résume en une phrase : « On n’enseignera jamais à la colonie les métiers qui se rattachent aux industries des grandes villes. » Pour le reste, et le reste est essentiel, les enfants sont bien traités : la nourriture est « animalisée », alors qu’à la Petite-Roquette on expérimente sur les petits détenus un régime végétarien ; ils couchent dans des hamacs tête-bêche ; ils pratiquent la musique, la natation et la gymnastique ; etc. Mettray, colonie privée, pratique par ailleurs on l’a dit une politique de recrutement des enfants efficace, au moyen d’une publicité sous forme de brochures adressées à toutes les autorités politiques, administratives et religieuses des départements20. Quant à Rémelfing, il s’agit d’une colonie agricole et industrielle « pour les condamnés libérés et les enfants des prisonniers » installée dans un château, près de Sarreguemines en Moselle, dont le fondateur est loin d’être un inconnu, puisqu’il s’agit de Benjamin Appert, membre du Conseil royal des prisons, et secrétaire général de la Société de la morale chrétienne, un grand philanthrope familier du roi et de la reine des Français, qui s’était illustré sous la Restauration dans le développement des écoles d’enseignement mutuel et surtout la visite aux prisonniers21. Infatigable polygraphe, Appert venait de publier, en 1841, De la nécessité de former des colonies agricoles et industrielles pour les condamnés libérés. Il venait tout juste de fonder, avec le soutien de Germeau, le préfet de Moselle, sa colonie où il allait accueillir, à la date du 25 août 1841, les quatre premiers enfants. Appert s’apprêtait à publier un Journal de la colonie agricole et industrielle pour les enfants des prisonniers et les condamnés libérés fondée à Rémelfing (Moselle), où il devait insister sur les aspects originaux de son établissement : séparation absolue des enfants et des libérés adultes ; petits lots de terrain distribués aux colons les plus méritants, sur lesquels ils peuvent construire « de modestes habitations avec leurs économies » ; insistance sur la double vocation, agricole et industrielle, de l’établissement. Vivant au milieu de ses colons, Appert en était encore, en 1841, à quêter des subventions auprès des conseils généraux de tous les départements, avant qu’il ne reçût le soutien financier de Gabriel Simon, un banquier de Metz. Soutien qui devait s’avérer très vite insuffisant.

78En août 1841, donc, le préfet et les conseillers généraux de la Somme sont assaillis de « publicités » sur les colonies déjà fondées et de demandes de subventions insistantes de la part de leurs fondateurs (Demetz et Courteilles, les pères fondateurs de Mettray, envoient correspondance sur correspondance pendant les vingt premiers jours d’août). Il leur est demandé de faire un choix, entre l’envoi des enfants dans l’une ou l’autre de ces colonies, ou la fondation d’une colonie à Allonville sous la houlette de Rainneville. Les propositions de celui-ci ont été précisées pour l’occasion. La colonie qu’il entend ouvrir serait baptisée le Petit Mettray. Elle n’accueillerait que des enfants acquittés (article 66 du Code pénal) des départements de la Somme, de l’Oise, de l’Aisne et du Pas-de-Calais. Une commission de surveillance serait chargée de la rédaction du règlement, de la visite de la colonie, de la direction des travaux agricoles et industriels. Cette commission exercerait par ailleurs son patronage sur les détenus après leur sortie, et elle pourrait s’associer un nombre indéterminé de membres pour l’aider dans cette dernière fonction. La sécurité n’était pas oubliée :

« La gendarmerie qui passe tous les jours à une portée de fusil de la colonie recevra l’ordre de la visiter chaque jour pour recevoir le rapport du directeur et poursuivre les évadés s’il s’en trouve dans ce cas. »

79Lesquels évadés ne seraient pas punis sur place : « Il n’y a point de cachots dans la colonie, les colons qui auront mérité une punition grave seront réintégrés à Bicêtre. » La colonie consisterait en 420 mètres carrés de bâtiments ruraux formant une ferme isolée, au centre d’une exploitation de 80 hectares, dont 60 au moins sont dans un excellent état de culture. Rainneville demande évidemment que ces bâtiments soient appropriés « pour l’usage d’une colonie pénitentiaire » et qu’ils lui soient restitués « en bon état d’entretien » à l’expiration du traité. La dépense à faire pour mettre ces bâtiments en état de recevoir 20 à 25 détenus ou élèves s’élèverait à environ 3 000 F.

80Rainneville demande aussi qu’un bail « à partage des fruits » soit signé, il s’engage en échange à fournir un cheptel en bestiaux, aussi à partage du produit, et un mobilier agricole complet « en bon état, composé des ustensiles les plus parfaits », d’une valeur de plusieurs milliers de francs, dont il assurerait l’entretien, la réparation et le renouvellement. Il se réserve enfin « le droit d’ordonnancer le mode de culture, dans l’intérêt commun », et comme il jouit d’une certaine réputation d’habileté comme agriculteur, son concours régulier dispenserait la colonie de la nécessité de rétribuer un chef des travaux de culture, ainsi que cela a lieu à Mettray.

81Rainneville s’engage par ailleurs à faire l’avance des fonds nécessaires pour l’acquisition des métiers à tisser ou de bonneterie. Il offre de se rembourser sur le produit du travail industriel des colons, en y incluant 5 % du capital en nature pour intérêt et 10 % d’amortissement : « L’intérêt diminuera chaque année en raison de l’amortissement ; et lorsque le capital sera totalement amorti, les métiers appartiendront à l’administration de la colonie. »

82La difficulté est que le projet de budget de 1842 pour le département est déjà « bouclé ». Les conseillers généraux décident alors de supprimer une allocation de 2 000 F pour la construction d’une caserne de gendarmerie à Forest-Montiers et de piocher les 1 000 F manquants dans leur réserve.

83En septembre ou octobre 1841, Rainneville fait le voyage de Mettray. Il entend faire d’Allonville un « Petit Mettray », pour les départements de la Somme, de l’Oise et de l’Aisne, le Pas-de-Calais s’étant désolidarisé du projet. Il dresse de Mettray un tableau idyllique, soulignant « l’excellente direction donnée à l’éducation, à l’enseignement, au régime, à l’hygiène, au travail, à la tenue militaire des colons », à une réserve près : il fait observer « que le principe admis à Mettray pour l’instruction des colons était excellent, qu’il était parfaitement convenable de les former exclusivement au travail agricole, afin de réparer le tort que fait à l’agriculture la désertion trop générale de ses travaux, mais que si ce travail est sagement exclusif à Mettray, et convient tel qu’on l’y enseigne aux provinces du Centre, de l’Ouest et du Midi du royaume, cet enseignement doit être modifié dans les départements du Nord, en raison des habitudes et des usages des habitants ; toutes les populations de ces contrées joignent au travail de la terre, et de la petite culture, celui d’un métier, afin de trouver au moins de l’occupation chez eux dans la saison d’hiver dont la durée est ici de plusieurs mois ».

84Outre le préfet de la Somme, Rainneville s’est fait des alliés de tout ce que le département compte de notabilités et d’institutions puissantes : le premier président de la cour royale d’Amiens, le procureur général près la même cour, le conseil des prisons, le maire de la ville d’Amiens, le conseil général du département de la Somme, le comice agricole d’Amiens, sans oublier « le prélat qui gouverne ce diocèse ». Le comice agricole, dont Rainneville est l’un des piliers, a fait répéter, en présence de plusieurs fonctionnaires publics et d’un grand nombre de personnes de toutes conditions, « un essai d’un mode de culture le plus simple et le plus parfait que l’on puisse imaginer, lequel n’exigeant que l’emploi des plus faibles forces, et des plus faibles intelligences, convient particulièrement aux établissements de la nature de celui des colonies pénitentiaires, et peut servir aussi quand on le voudra sérieusement, à créer des colonies de libérés, de petits dépôts de mendicité, et peut-être un jour des colonies militaires, qui nous permettront d’entretenir à très peu de frais une force défensive immense ». L’évêque, pour sa part, s’est occupé de procurer un frère pour la direction et l’enseignement et un prêtre pour l’aumônerie.

85Seule traîne un peu la réponse du ministre de la Guerre. Car, afin de rester dans les termes d’une rigoureuse économie, et pour assurer le maintien de l’ordre dans la petite colonie et soumettre les élèves à la discipline et à la tenue militaire, Rainneville a demandé au ministre de la Guerre qu’il veuille bien détacher quelques militaires, sous-officiers ou soldats :

« Comme il est très peu de militaires qui conviennent à de telles fonctions, et qui possèdent les qualités nécessaires, comme il est essentiel qu’ils aient exercé avant leur appel sous les drapeaux, les métiers et professions dont ils devront devenir les contremaîtres ; il est indispensable que la désignation de ces militaires soit présentée au ministre par le préfet, sur la proposition de la commission de surveillance qui sait déjà dans quels corps les trouver et qui s’est même assurée d’avance de leur consentement. »

86Effectivement, ont été pressentis des hommes du 50e régiment d’infanterie de ligne : le sergent Guillaume Semler, 4e compagnie, 3e bataillon, de la classe 1836, en tant que contremaître cultivateur ; le fusilier Mathieu Ami, compagnie hors rang, de la classe 1837, comme contremaître cordonnier et enfin le dragon Pernet, du 2e dragons, 2e peloton, hors rang, de la classe 1839, comme contremaître tailleur.

87Dans l’attente et des militaires et de crédits qui ne doivent arriver qu’en 1842, Rainneville ne perd pas de temps. Toujours en cette fin du mois d’août 1841, il demande au préfet qu’un certain nombre de personnes puissent accéder au quartier des jeunes détenus de Bicêtre : « les contremaîtres cordonniers, tailleurs et bonnetiers que le zèle de plusieurs personnes charitables m’a procurés pour commencer l’apprentissage des détenus que j’ai choisis pour la colonie pénitentiaire ». Il demande aussi « de placer un métier à bas que je fournis pour cet usage, me chargeant au nom de la commission provisoire de surveillance, dont vous avez agréé la désignation de pourvoir aux frais que nécessitent les métiers et les leçons ». Il demande enfin « de réitérer à monsieur le directeur l’autorisation donnée l’an dernier, de laisser sortir de la prison, sur ma demande, ceux des jeunes détenus que je désignerai, pour renouveler, en présence du conseil des prisons, des essais d’application à l’agriculture du travail de ces enfants ». Rainneville insiste sur un point particulier : « Il est bien entendu que toutes les précautions seront prises pour prévenir les évasions, dans le cas où il ne s’agirait que d’autoriser la sortie des enfants de la maison, pendant quelques heures seulement. » Le préfet satisfait à l’ensemble de ces revendications par courrier du 25 novembre 1841. Le 1er décembre, c’est au tour du général Corbineau, qui commande à Lille la 16e division militaire, de donner son accord pour la mise à disposition de trois soldats, mis en congé sans solde pour six mois renouvelables, et à condition que le sergent renonçât à son grade.

88Le 16 décembre 1841, Rainneville doit reprendre la plume et exposer en détails son projet au nouveau préfet, Narjot, nommé depuis le 3 novembre et qui allait être installé le 31 décembre 1841 – mais le baron Siméon veille dans l’ombre et va continuer de soutenir son ami Rainneville qui se soucie surtout, alors, du mobilier de la colonie. Il est question en particulier, comme à Mettray, de l’achat de hamacs garnis, de bancs et de tables, de fourneaux et de poêles. Rainneville compte sur la subvention des départements appelés à « fournir » des petits prisonniers, ainsi que sur une subvention du ministère, qu’il fixe à 100 F par tête, la capacité de l’établissement étant de 30 individus. 1 000 F par année pendant 3 ans lui conviendraient, faute de quoi il devrait prendre ces fonds sur les 83 centimes alloués aux enfants. Le chantage est clair, le ministre y cède cependant, car le prix de journée pour les enfants d’Allonville est supérieur de 3 centimes à celui de Mettray. En février 1842, le ministre de l’Intérieur, qu’assiègent le baron Siméon et le préfet de la Somme, accepte même de subventionner le matériel agricole et industriel, dès lors que la colonie sera en activité.

89Les choses se passent plus lentement du côté des autorités militaires. Il faut préciser ici que les exigences de Rainneville sont de plus en plus exorbitantes : il demande, le 9 décembre 1841, par l’intermédiaire du préfet, deux militaires de plus, l’un, Brébent, du 2e dragons, pour être employé comme instituteur et l’autre, Triffer, du 50e de ligne, comme contremaître cordonnier. Puis, le 10 janvier 1842, il exige que le sergent Semler conservât les insignes de son grade dans la colonie, ce qui était exclu au départ. Guillaume Semler, écrit-il au préfet, « refuse absolument de remettre ses galons » et refuse l’emploi. Sur le premier point, les militaires s’en tiennent à trois hommes ; en mars, ils cèdent par contre sur le second, accordant à Semler, toujours sergent, un congé de six mois renouvelable pour se rendre à la colonie.

L’ouverture de la colonie

90Le 29 mars 1842, Rainneville peut écrire au préfet : « J’ai l’honneur de vous prévenir que j’ouvre immédiatement la colonie pénitentiaire d’Allonville. » Il demande en la circonstance les sorties de Bicêtre des trois premiers gamins : Daigny Jean-François, du Quesnel (au nord de Montdidier), Belpomme François, de Nampont (entre la Baie de l’Authie et l’abbaye de Valloires) et Bertrand Ferdinand, un petit vagabond. Il présente au préfet une liste de 15 puis de 16 noms d’enfants qu’il prendra, dit-il, « successivement par escouade de 3 ou 4 à la fois ». Le préfet accède à cette requête le 4 avril 1842.

91Le 26 avril, la commission de surveillance de la colonie est mise en place. On y trouve les noms de Marotte, conseiller de préfecture, de Bissou de la Roque, substitut du procureur du roi, de Sénarmont, membre du conseil des prisons, de Garochon, professeur du collège royal, et de Léger, docteur en médecine. Le 7 mai, de Sénarmont, au nom de la « commission des prisons de la ville d’Amiens », fait un éloge appuyé de la colonie dite Petit Mettray, fondée selon lui « d’après les meilleurs principes » et qui constitue « une tentative intéressante d’un nouveau régime d’amélioration pour les jeunes détenus ».

92Ce n’est que le 10 mai que le préfet envoie au ministre le traité passé avec Rainneville. Alors que la colonie est effectivement ouverte depuis le 29 mars. Le préfet, qui n’a donc pas attendu l’autorisation du ministre, cherche assez benoîtement à mettre celui-ci devant le fait accompli : il n’y a encore que 13 enfants au lieu des 15 initialement prévus, qui ont tous commis leurs infractions avant l’âge de 16 ans ; les métiers qui doivent leur être enseignés en même temps que la culture des terres sont ceux de tisseur, tailleur, cordonnier et sellier (celui de bonnetier n’a pas été retenu), tous en rapport avec la vie de la colonie ou l’agriculture ; chacun des enfants pourra adopter celui des métiers pour lequel il montrera le plus d’aptitude ; enfin, argument suprême, « les offres de M. de Rainneville présentent un avantage d’autant plus grand que l’administration, depuis 1832, époque où le Ministère de l’Intérieur avait conseillé la mise en apprentissage des jeunes détenus, avait constamment échoué dans les efforts qu’elle avait faits pour engager les industriels et artisans à se charger de leur éducation, ce qui avait rendu impossible la régénération morale de ces enfants ». Pour aggraver encore son cas, le préfet indique que « cet établissement est dans une voie prospère », alors que le ministre, je le répète, n’a pas encore décidé de l’ouverture de la colonie.

93Le ministère de l’Intérieur finit par donner son approbation en ce même mois de mai 1842, non sans critiquer le manque de loyauté du préfet et la précipitation qui a présidé au recrutement des enfants. Rancuniers, les services du ministère devaient se souvenir pendant longtemps de cette faute, imputable seulement à la faiblesse insigne du préfet Narjot. Celui-ci ne retient de la lettre du ministre que son approbation, ce dont il informe immédiatement la commission des prisons :

« Aujourd’hui M. de Rainneville est en mesure de recevoir un certain nombre de jeunes détenus qui, après avoir séjourné un an au moins à la maison de correction, y ont été soumis à une épreuve satisfaisante, et paraissent dignes de la faveur d’une mise en apprentissage. Je suis disposé à réaliser un traité avec ce propriétaire. »

94Le préfet demande à la commission de lui adresser une liste de 15 enfants âgés de 11 à 17 ans.

95Rainneville, encore ignorant de la semonce que le ministre a adressée au préfet, envoie à celui-ci, le 25 mai 1842, une lettre qui mérite d’être longuement citée, car elle décrit bien les difficultés auxquelles il se trouve confronté (à l’instar de ses collègues présents et futurs, fondateurs et directeurs de colonies pénitentiaires privées) et les moyens qu’il propose pour les contourner.

« Les commencements de la colonie sont prospères. Les militaires surveillants sont actifs, économes et laborieux. Les jeunes détenus sont soumis, obéissants et se livrent au travail sans difficulté. L’ordre règne dans notre petite colonie, et l’action morale est assez puissante pour que l’un de nos détenus nous ait chargé de faire parvenir la plus forte partie de sa masse à une personne qu’il avait volée, à titre de restitution, en exprimant le plus vif regret de ne pouvoir restituer encore intégralement. Avec de tels procédés, les récidives ne seraient plus à craindre. Mais quelles que soient les garanties de bonne conduite que nous donnent plusieurs de nos jeunes colons, nous ne pouvons vous dissimuler que l’opinion publique repoussera longtemps encore des ouvriers qui ont passé par les prisons. Nous en conservons déjà un qui a fini son temps, qui était sans asile et sans ressource aucune, et que le désespoir aurait pu conduire je ne sais où. Je commence avec lui l’essai d’organisation d’un groupe de jeunes libérés, travaillant pour le compte du commerce ou des entrepreneurs de travaux de terrassement, sous l’autorité et la surveillance d’un de mes contremaîtres militaires. Je ne réclame aucun secours pour cet essai important. Cette fois, les répugnances ont disparu, et le commerce nous seconde avec empressement. Il nous assure du travail et de bons salaires. Je suis en mesure d’attacher de jeunes ouvriers libres à nos colons détenus ; la répulsion qu’avait inspirée dans les premiers jours la présence de nos jeunes prisonniers, grâce à l’exemple de bonne conduite qu’ils donnent, n’existe déjà plus, et nous recevons tous les jours des propositions d’admission dans nos ateliers. Si je repousse tout secours en argent, je sollicite le secours en hommes, et je vous prie de demander au ministre de la guerre de nouveaux contremaîtres. La difficulté de découvrir des sujets propres à cette fonction, de bien connaître leur capacité et leur moralité, et de nous assurer de leur consentement, nous oblige à les présenter un à un […] Nous pouvons arriver à des résultats importants, si nous possédons des contremaîtres de toutes les professions. Des groupes de jeunes travailleurs conduits et surveillés par un soldat seront désormais recherchés partout, nous avons reçu des propositions positives à cet égard. Il convient, selon nous, d’organiser (en prenant un conseil de surveillance de la colonie pour centre) un véritable patronage en faveur des jeunes détenus libérés et d’autres jeunes travailleurs libres. Ce patronage, avec des personnes charitables pour appuis, et des contremaîtres militaires pour agents, rendrait aussi parfait qu’il peut l’être le plan de réforme commencé dans la maison de détention, continué dans notre colonie et conduit à son terme au sein même des manufactures ou des ateliers. C’est peut-être aussi auprès de nous que se fonde et s’organise le meilleur mode d’organisation du travail, que cherchent en vain plusieurs écoles d’économistes. »

96Pendant tout le mois de juin 1842, Rainneville va s’activer dans deux directions : augmenter le nombre de ses militaires, et en trouver qui correspondent à ses critères de sélection (la bonne connaissance d’un métier, une instruction générale suffisante et l’ascendant sur les enfants) ; organiser son patronage pour les libérés.

97Sur le premier point, il va rencontrer d’énormes difficultés. Il y a sa propre prospection dans les casernes proches ; il y a le soutien actif des membres de la commission des prisons ; il y a le bouche-à-oreille ; il y a encore la bonne ou mauvaise volonté du ministre de la Guerre. Il y a enfin un énorme écueil à éviter : la ruse des candidats, qui trouvent là un moyen d’échapper à la caserne et de se rapprocher de chez eux. En juin, il réussit à trouver un soldat, Leclerc, chasseur au 8e régiment, 3e escadron, en garnison à Mézières, susceptible de devenir contremaître maçon. Mais lui manquent encore « quelques nouveaux soldats pour la direction des ateliers extérieurs, où nous placerons nos jeunes libérés ». Burlet, soldat au 18e de ligne, 3e bataillon, 2e compagnie, détaché aux Essarts le Roy près de Rambouillet, lui paraît pouvoir devenir le contremaître tisserand dont il a besoin pour ses libérés. Puis la source se tarit et Rainneville doit requérir le soutien du ministre de l’Intérieur par l’intermédiaire du préfet :

« Les soldats qu’il [Rainneville] a préposés au service de sa colonie ne sont pas seulement chargés d’y maintenir l’ordre et la discipline ; ils sont encore appelés à y diriger les travaux agricoles et à enseigner aux jeunes détenus les diverses professions industrielles qui doivent compléter les moyens d’existence de ces derniers lorsqu’ils rentreront dans le sein de leurs familles. »

98Il lui faut aussi obtenir, tous les six mois, la prolongation des congés. Il lui faut enfin pourvoir au remplacement des soldats qui rentrent dans leurs foyers. Rainneville devait s’épuiser à cette tâche, le ministère de la Guerre tardant infailliblement à lui répondre, quand toutefois il daignait le faire. Le préfet Siméon le soutint dans ses démarches jusqu’à son départ et après. Il écrivait notamment au maréchal Soult, fin 1842 :

« Le régime de cette colonie de jeunes travailleurs présente un côté militaire qu’il me semble important d’étudier. Il peut s’y trouver plus d’une application utile à l’administration de la Guerre, et notamment à la colonisation de l’Algérie. »

99À partir de 1843, les 5 militaires à la disposition de Rainneville se réduisirent à 4 puis bientôt 3, les soldats qu’on lui envoyait « ne réunissant pas les qualités nécessaires à notre service » et n’étant remplacés qu’avec beaucoup de retard.

100Sur le second point, Rainneville va bénéficier par contre du soutien sans faille des autorités ecclésiastiques et judiciaires. Dès le 20 juin, est formée une association charitable qui s’occupe avec zèle du sort des jeunes détenus et des jeunes libérés :

« Mais elle n’a encore ni statuts, ni règlements ; elle procède pratiquement par voie d’essai que couronnent déjà quelques succès, et elle attend les résultats de l’expérience et du temps pour se lier les mains par des articles de règlement qu’il est toujours dangereux de rédiger a priori ; elle est néanmoins fixée sur les bases de son institution. Les voici. L’amélioration de l’état moral des jeunes détenus est soigneusement préparée dans la maison de détention, par un enseignement religieux régulièrement suivi ; par une surveillance assidue sur la conduite de chacun d’eux. Cette surveillance n’est pas seulement exercée par les agents de l’administration, mais elle l’est encore par des personnes charitables qui visitent fréquemment la maison. Le résultat de ces enquêtes est de proposer au ministre d’accorder la liberté provisoire à ceux qui montrent un esprit de soumission et de l’amour pour le travail, en les faisant passer dans la colonie pénitentiaire récemment fondée dans le département. On n’y reçoit que les enfants qui ont encore au moins un an à faire, afin d’avoir le temps de leur apprendre un métier et les pratiques de l’horticulture. À l’expiration de leur détention, l’administration de la colonie les conserve sous son patronage. Elle avise à leur procurer de l’emploi. »

101Le patronage est (censé être) exercé :
1. par la conférence de Saint Vincent de Paul établie à Amiens ;
2. par deux curés dans chaque canton désignés par l’autorité diocésaine ;
3. par les maires et autres fonctionnaires publics ;
4. par les personnes charitables qui portent de l’intérêt pour l’établissement.

102À l’aide de ces moyens préliminaires, le conseil de la colonie s’assure d’avance de la moralité de la famille de chaque enfant, des causes qui ont pu l’entraîner à commettre le délit pour lequel il est détenu, et s’il y a danger à le remettre à ses parents. Je cède la parole à Rainneville :

« Si le jeune détenu retourne dans sa famille, il est placé sous l’autorité de l’un des correspondants de canton, et sa masse d’économie est remise entre les mains de son patron. Celui-ci dispose de cette masse comme il le juge à propos, après avoir soumis le jeune libéré à un temps d’épreuve qui ne doit pas être moindre d’un an. Lorsqu’il y a danger de le renvoyer chez ses parents ou dans le lieu où des connaissances dangereuses peuvent l’attendre, on tâche de le placer ailleurs, et plus spécialement dans un groupe de jeunes travailleurs libres, qui se trouvent sous le patronage d’un membre de la Société St Vincent de Paul, et sous l’autorité d’un chef d’atelier choisi avec un grand soin. Il existe déjà auprès de la colonie un groupe de ce genre. Chaque groupe étant ainsi confié à un seul patron, celui-ci s’y attache bientôt, il visite les travailleurs de temps en temps, il s’interpose comme médiateur entre le maître et les ouvriers, il veille sur leur manière de vivre, de se loger et de se vêtir. Il s’applique à écarter d’eux les occasions de débauche, à leur faire sanctifier le dimanche, à leur assurer pendant ce jour de repos de solides instructions et les moyens de se recréer honnêtement. Ce genre de patronage paraît, déjà, après une expérience de moins d’une année, offrir les plus grands avantages. La Conférence de St Vincent de Paul s’attache à lui donner de nouveaux développements. »

103Et Rainneville de conclure :

« Le point le plus important, celui dont dépend un succès capable de changer fondamentalement le sort d’un grand nombre d’ouvriers, c’est de gagner leur confiance et de les faire consentir de laisser à leur patron la disposition de tout ou partie de leur gain hebdomadaire. Il est facile d’arriver à ce résultat quand ils reconnaissent le caractère d’un dévouement religieux dans ceux qui les commandent. Le patron, par les soins d’un contremaître qu’il surveille et auquel on associe par semaine un ou deux ouvriers du groupe, règle le logement et la nourriture et prélève sur le gain de chaque travailleur la part contributive qu’il doit supporter. On peut y joindre une retenue pour le vestiaire, une pour les cas de maladie et une autre pour l’épargne. De cette manière, il ne reste rien, ou presque rien pour satisfaire les intentions de luxe ou de débauche. Tel est le but final auquel tend l’administration de la colonie pénitentiaire, centre naturel d’un patronage dont l’exercice commence dans la prison, se continue pendant l’apprentissage qui a lieu dans la colonie, et se termine dans l’état de liberté, par une organisation du travail manufacturier et professionnel, qui soumet les jeunes ouvriers à une discipline ferme, mais vraiment paternelle. On remarque déjà que l’éducation de plusieurs d’entre eux se refait assez rapidement, dans le sein de ces charitables institutions. »

104Je reviens à la fureur que l’ouverture « illégale » d’Allonville a provoquée parmi les fonctionnaires du ministère (ceux de la direction de l’administration départementale et communale, à laquelle était rattachée la 4e section, celle des prisons). Fureur d’autant plus justifiée que deux de ces enfants étaient non pas des enfants de l’article 66 (acquittés comme ayant agi sans discernement mais dont l’éducation est confiée à l’État), mais des condamnés de l’article 67. Le préfet avait, dans la circonstance, cédé bien entendu aux sollicitations de Rainneville, qui avait un besoin urgent de main-d’œuvre gratuite pour mettre en état les bâtiments d’Allonville avant l’arrivée officielle des enfants. Un long échange épistolaire s’en était suivi entre le ministère et le préfet, échange qui arrive à son apogée en juillet 1842 et où apparaissent heureusement des considérations plus fondamentales, en matière notamment de critères de choix (ou plutôt de non-choix) devant présider à l’affectation des enfants dans les colonies. Position du ministère : y envoyer des enfants de l’article 66 plutôt que des condamnés. Mais encore :

« Un autre ordre de faits paraît s’opposer fort souvent à l’admission des jeunes détenus dans les colonies ; c’est leur position vis-à-vis de leur famille. Il ne saurait vous échapper, en effet, que ce serait blesser la morale que d’admettre, par exemple, dans un établissement où ils jouissent d’une sorte de liberté, des enfants appartenant à des familles mal famées, lesquelles ont presque toujours à s’imputer la mauvaise conduite de ces enfants, que souvent elles ont elles-mêmes poussés à mendier et à voler. Il y aurait danger à encourager les spéculations immorales des familles, si elles n’avaient pas à redouter une juste sévérité à l’égard de leurs enfants. »

105Position de Rainneville, qui, par l’intermédiaire du préfet, répond au ministre le 18 octobre 1842 :

« Ces observations sont pleines de justesse, mais s’il fallait s’y conformer rigoureusement, il n’y aurait presque jamais lieu à placer les jeunes détenus dans des établissements affectés à leur apprentissage. En effet, sauf à de bien rares exceptions, si de jeunes enfants se livrent à des actes répréhensibles, ils n’agissent jamais, dans l’ordre ordinaire des choses, que d’après les mauvais exemples qu’ils reçoivent de leurs parents. Aussi M. de Rainneville l’a si bien senti, qu’il ne veut pas borner son œuvre à faire donner des soins aux jeunes détenus pendant la durée de leur séjour dans la colonie. Il veut s’attacher encore à les entourer à leur rentrée dans la société, de toute la sollicitude d’un patronage bienveillant, afin de les préserver d’une rechute. Il sera secondé, dans l’exercice de ce patronage, par des personnes recommandables, animées, comme lui, de l’amour du bien, et notamment par des ecclésiastiques. »

  • 22  Les scrofules (les écrouelles, que les rois de France étaient censés guérir d’un simple attoucheme (...)

106Malgré la polémique, le ministère va céder pour une raison qui est tout à son honneur. À la fin de l’été et au début de l’automne de 1842, les scrofules22 font des ravages à Bicêtre. Rainneville trempe sa plume dans une encre très philanthropique pour écrire au préfet :

« Il est de justice de ne pas condamner à une mort probable des enfants qui ont agi sans discernement. Le travail extérieur est le seul et unique palliatif de cette affreuse maladie. Le préfet doit être autorisé à prendre l’état de santé des jeunes détenus en considération, et à pouvoir abréger la durée du séjour, à l’égard des enfants déclarés scrofuleux. Un régime particulier pour eux est suivi dans la colonie. »

107Un traité est finalement passé entre le préfet et Rainneville le 15 octobre 1842. Il stipule notamment :

« M. le Préfet consent à placer, dans la colonie actuellement ouverte, les enfants détenus à la maison de correction d’Amiens en vertu de l’article 66 du code pénal, et qui, après avoir séjourné dans cette prison pendant un an au moins, y auront été soumis à une épreuve suffisante pour obtenir la faveur que veut leur assurer l’administration. M. de Rainneville, second comparant, consent à recevoir ces enfants, dans la colonie formée par lui, et prend l’engagement de les nourrir, entretenir et faire soigner en maladie, comme aussi de leur faire donner l’instruction morale et religieuse. Il s’oblige également à les initier aux travaux agricoles et à leur faire apprendre un métier, suivant que leur aptitude le leur permettra. Il est bien entendu que si, pendant leur séjour dans la colonie, quelques-uns de ces enfants venaient à donner de graves sujets de plainte, M. de Rainneville aurait la faculté de les faire réintégrer à la maison de correction. Il est entendu aussi que le présent traité cessera d’avoir son effet, au-delà du terme fixé par les jugements, pour l’éducation des enfants, ces enfants devant, à partir de cette époque, passer sous l’autorité ou de leurs familles ou de toutes autres personnes à qui la loi aurait conféré leur tutelle. Il est convenu, entre les parties, que pendant la durée du séjour des enfants dans la colonie, l’administration fera verser, entre les mains de M. de Rainneville, pour le rembourser de toutes les dépenses occasionnées par les enfants, le prix de journée de quatre-vingt trois centimes, alloué au département par le Ministère de l’Intérieur, et que cette indemnité tiendra lieu de stipulation de prix d’apprentissage. Le versement du prix de journée ci-dessus stipulé sera effectué tous les trois mois, sur la justification qui sera faite, par M. de Rainneville, de l’état nominatif des enfants qui auront séjourné dans l’établissement pendant la durée du trimestre. Le Préfet croit essentiel de déclarer que l’administration entend conserver son droit de surveillance sur ces enfants, et qu’elle peut, ainsi que l’autorité judiciaire, les faire réintégrer dans les prisons, quand bon lui semble, soit par suite de leur mauvaise conduite, soit pour tout autre motif. »

108Le traité est approuvé par le ministère, qui cependant ne désarme pas. Le préfet doit à nouveau se justifier en octobre 1842 :

  • 23  La principale source pour toute la dernière partie de cet article, sauf précision de notre part, e (...)

« Lorsque j’ai passé, avec M. de Rainneville, un traité pour l’admission de 13 jeunes détenus dans son établissement, toutes les dispositions étaient faites pour les recevoir ; les militaires, appelés à exercer les fonctions de gardiens et de contremaîtres, étaient arrivés à leur poste. Il y avait donc urgence à ce que les jeunes détenus entrassent dans la colonie. » Le préfet a visité le Petit Mettray, accompagné de membres du conseil général, tous en sont ressortis enchantés. Mais si la colonie d’Allonville a bien ouvert ses portes23 en deux temps et plus de trois mouvements, elle n’accueille encore qu’un nombre tout à fait restreint d’enfants, treize comme on l’a dit plus haut. Les treize en question reviennent à Bicêtre pour y faire leur première communion le 8 décembre 1842. Parmi eux, se trouvent cinq enfants dont le terme de la détention expire pendant le premier trimestre de 1843. Le 14 décembre 1842, le ministère de l’Intérieur accepte que Rainneville continue de s’occuper de ces enfants passée la date de leur libération : « En conséquence, si M. de Rainneville trouvait à placer convenablement les jeunes délinquants qui font l’objet de sa lettre, je ne verrais aucun inconvénient à y donner mon approbation. »

109Mais le ministère va se venger à sa façon en n’accordant plus d’enfants à Allonville pendant longtemps, à quelques cas près liés à l’urgence. C’est dire que Bicêtre conserve des mineurs, confinés dans le quartier rebaptisé on l’a dit « quartier d’éducation correctionnelle ». Il a trois fonctions : il permet l’observation et la mise à l’épreuve des enfants avant leur envoi dans une colonie pénitentiaire ; il assure aussi l’éducation des enfants dont les autorités estiment qu’ils ne sont pas aptes à être transférés dans une colonie ; enfin, il « récupère » les enfants dont le placement à Allonville a été un échec. Alors qu’Allonville vient d’être inaugurée, Bicêtre compte 16 enfants. Puis, entre le 1er janvier et le 24 juillet 1843 (période pour laquelle on dispose de beaucoup de détails sur chacun des mineurs), 16 autres mineurs arrivent à la maison de correction, dont 2 filles, qui sont, dès leur arrivée, « placées provisoirement » au Bon Pasteur. Les garçons, nous apprend le directeur Roussel, « doivent, d’un moment à l’autre, partir pour Loos ou pour Beaulieu par les voitures cellulaires ». C’est dire qu’il est hors de question à cette date (été 1843) d’approvisionner à nouveau Allonville. Ce qui n’empêche pas que le sort du quartier d’éducation correctionnelle soit lui aussi en balance. Le préfet a informé le ministre : le quartier d’éducation correctionnelle ne reçoit plus assez de monde « pour qu’il fût possible d’organiser un travail d’apprentissage régulier et permanent » ; aussi faudrait-il y envoyer les enfants des départements voisins, « la maison de correction d’Amiens placée au chef-lieu de la cour royale, semblerait naturellement devoir être le point de centralisation de tous les jeunes condamnés du ressort ». À moins, ajoute le préfet, que le ministre « n’ait décidé que les quartiers correctionnels des jeunes détenus seraient à l’avenir adjoints comme dépendances aux maisons centrales, et qu’il n’en existerait plus dans les maisons départementales ». Effectivement, s’organisent, au cours de la même période, des quartiers d’éducation correctionnelle, séparés des quartiers d’adultes, dans un certain nombre de maisons centrales, en particulier à Loos et Beaulieu (Caen), mais aussi à Clairvaux24. La décision de fermer le quartier d’éducation correctionnelle est finalement prise le 22 juillet 1843, 18 jeunes dont 5 condamnés à moins d’un an partent pour Loos et Beaulieu, le dernier transfert ayant lieu en septembre (l’ordre de transfert est du 18 août), quand sont dirigés sur ces maisons centrales 11 mineurs ayant un plus long reliquat de peine. Certains parents, à l’instar de Louis Boutier, un pauvre manouvrier de Beaufort, se lamentent mais en vain du départ de leurs enfants pour des établissements redoutés et lointains.

Les quelques mois d’existence de la colonie

110Rainneville va tirer profit, mais un très mince profit, de la fermeture annoncée du quartier d’éducation correctionnelle de Bicêtre. Le jour de la fermeture de Bicêtre (22 juillet 1843), et sur l’insistance de la commission des prisons, 5 mineurs sont envoyés à la colonie, les petits Gruelle, Bouton, Delaire, Granger et Brandicourt. On possède quelques informations sur ces gamins, qui ont tous entre 10 et 15 ans, bientôt la pleine force de l’âge.

111Pierre Joseph Bernard Gruelle, dit Lagache, est entré à Bicêtre le 22 mars 1842. Son père travaille dans une fabrique, il a bonne réputation, est probe mais s’adonne à la boisson. La mère se livre à la mendicité et au maraudage. Pierrot dit Lagache faisait partie d’une bande de 17 petits voleurs, qui dans le courant de 1841, guidés par la gourmandise, « explorèrent » les boutiques de pâtissiers et de confiseurs d’Abbeville, avant de faire main basse sur tout ce qui se trouvait à leur portée. Enhardis par l’impunité, ils volèrent même l’argent déposé dans le tronc des prisonniers de la maison d’arrêt d’Abbeville. Ce fut Gruelle qui fournit le ciseau nécessaire à cette effraction, qu’il avait volé chez un menuisier. Le 12 février 1842, Gruelle fut déclaré coupable de 11 vols, dont un avec effraction. Le tribunal correctionnel d’Abbeville le condamna à être enfermé jusqu’à l’âge de 16 ans. Suivant l’avis du parquet, le gamin possède une « nature pervertie » et il « a besoin d’une surveillance active ». Pour le brave directeur de Bicêtre, Lagache, comme tout le monde l’appelle, avait bien « de la raideur dans le caractère et montrait peu de docilité dans les premiers temps », mais depuis son admission, sa conduite est excellente, il a appris à lire et à écrire ainsi qu’un peu de calcul.

112Désiré Bouton est à Bicêtre depuis le 26 janvier 1842. Son père est, selon le parquet, un « honnête homme », mais qui s’est peu préoccupé de l’éducation de son fils ; il a perdu sa femme et s’est remarié cinq ans auparavant avec une veuve ayant trois enfants. Trois autres enfants sont nés de ce couple et le petit Désiré a été, comme l’écrit pudiquement le substitut, « abandonné », malgré le très modeste héritage que lui a laissé sa mère, la moitié des 85, 57 ares de terre qu’elle possédait pour tout bien. Errant et sans asile, Désiré a parcouru les campagnes picardes pendant plusieurs années avant d’être accueilli par charité chez un cultivateur. « Il y avait à peine trois jours que Bouton avait été recueilli dans cette maison, qu’il disparut après avoir soustrait une somme de 35 F au préjudice d’un domestique servant dans la ferme. » Jugé le 23 décembre 1841 par le tribunal correctionnel de Péronne, le parquet général dit de lui : « C’est un enfant qui a été abandonné, il n’a pas de mauvais antécédent, une bonne éducation et un travail raisonné pourraient le ramener au bien. » Roussel, le directeur de Bicêtre, décrit sa faible constitution. Doux et docile, il a un très bon comportement mais n’a eu le temps que d’apprendre à lire.

113Charles Borromée Delaire, entré à Bicêtre le 5 mai 1842, issu d’une famille honnête mais qui vit difficilement, a été lui aussi abandonné par son père après le décès de sa mère. Le maire de sa commune le signalait depuis longtemps comme « un petit vagabond, qu’il était urgent de punir ». Il a été condamné à 20 mois de prison par le tribunal correctionnel de Montdidier le 17 décembre 1841 pour vol avec escalade et effraction d’une maison habitée, un crime passible des Assises. Mineur et jamais condamné jusque-là, il a bénéficié de la clémence des magistrats. Lui aussi de faible constitution, il « apprend difficilement, mais il est très doux, très docile et habituellement triste » (Roussel). Le procureur général estime de son côté : « Si Delaire s’est bien conduit dans la maison de correction, on peut encore espérer qu’il reviendra à de meilleurs sentiments et que le régime d’une colonie agricole, où les soins et l’intelligence président, complètera l’amélioration déjà obtenue. »

114Charles Granger est un enfant des hospices de Paris. Employé après une déjà longue vie d’errance par un commerçant amiénois dans le cours de l’hiver de 1841, il réussit « fort adroitement à s’emparer de la clé de la caisse qu’on avait cru perdue », et y vole, jour après jour, quelques sous pour améliorer son maigre ordinaire. Les patrons postent, en janvier 1842, un employé qui le surprend à voler en flagrant délit. Le préjudice est évalué à quelque 388 F, Granger prétendant pour sa part n’avoir volé que quelques sous. Manque de chance pour lui, on retrouve quelques jours après son interpellation les pièces de 5 F qu’il avait jetées dans le foyer de la cheminée. En prison, il se vante d’avoir caché une partie de l’argent volé, « qu’il saurait le retrouver en sortant ». Condamné par le tribunal correctionnel d’Abbeville, ce gamin à l’intelligence et l’audace précoces est peu apprécié du parquet général, qui le juge « de peu de franchise et de sincérité dans son caractère ». Roussel lui trouve au contraire un « caractère bon, naïf, un peu léger ». À Bicêtre, il a appris à lire et à écrire.

115Pierre Joseph Brandicourt enfin, est né le 1er janvier 1831, à Rainneville, le village voisin d’Allonville auquel monsieur de Rainneville doit son nom. Le petit Pierre n’a pas tout à fait les mêmes origines sociales que le fondateur de la colonie : il est fils d’un couple de mendiants, le père exerçant très accessoirement le métier de journalier. Brandicourt a été « puni sévèrement pour un délit peu grave » par la cour royale d’Amiens, reconnaît le procureur général d’Amiens, en l’occurrence un vol de pommes de terre, commis en plein jour dans les champs. Il a été pris en flagrant délit par le propriétaire du champ, mais, toujours selon le parquet, le père, qui « l’a toujours laissé errer et se livrer au maraudage », n’est pas étranger au vol : « il pourrait avoir donné des instructions à son fils pour le commettre ». « Il paraît utile de le soumettre au travail pour l’enlever à la mendicité », commente le directeur de la maison de correction, pour qui Brandicourt, qui a appris à lire, est « intelligent et [dont la] conduite est bonne ». Son placement à Allonville est cependant discutable : Roussel préconise de restreindre les communications qu’il va immanquablement chercher à établir avec un père qui le visite et qu’il aime.

116On ne possède malheureusement que peu de données, en particulier chiffrées, sur les activités des enfants d’Allonville. On ne connaît par ailleurs de manière précise que les seuls enfants qui passent de Bicêtre à Allonville. Or, comme on va le voir, Rainneville recrutait d’autres enfants pour sa colonie. Pour la période 1842-1843, on a trouvé presque miraculeusement quelques chiffres. S’il y a bien des ateliers de bonneterie, de bourrellerie et de tramage, on ne compte en réalité que 5 enfants occupés au tissage, 2 sont cordonniers et 2 autres tailleurs.

117Un certain nombre d’enfants, dont le temps est expiré ou sur le point d’expirer, ont été placés sous l’autorité de patrons charitables. En janvier et février 1843, par exemple, ont été placés dans une manufacture d’Amiens les petits Mousseaux et Renoulet, libérables l’un en février et l’autre en mai : « J’ai conservé sur eux un droit de patronage et je les ai soumis à une surveillance active », écrit Rainneville, qui conclut ainsi sa lettre au préfet :

« L’expérience me fait penser que les jeunes détenus qui ont passé un an dans la maison de détention et un an à peu près dans la colonie, peuvent être rendus à leur famille ou placés au service de ceux qui les acceptent, lorsque nous pouvons exercer sur eux un patronage charitable, pendant une 3e année […] Ils reçoivent l’instruction élémentaire dans la maison de correction, et l’apprentissage d’une occupation utile dans la colonie. »

118On en apprend un peu plus sur cette période dans la lettre non datée que Rainneville adresse au préfet Narjot, qui vient d’être nommé dans la Somme. On est donc fin 1842 début 1843. Lettre fort intéressante, quant aux motivations de Rainneville, mais aussi à l’état de la colonie :

« Je ne dois pas vous laisser ignorer que dans la fondation d’une colonie pénitentiaire, j’ai eu un but fort important en vue, et vous l’apprendrez comme moi. Il n’est pas un homme de bien et de sens qui ne gémisse de l’état déplorable où est tombée la population manufacturière de la ville d’Amiens – le travail forcé dès l’âge le plus tendre, la débauche et l’ivrognerie la dégradent à un point qui la rend digne de la plus profonde pitié ; des passions haineuses et anarchiques, un esprit d’insubordination agitent ces âmes dégénérées et les poussent au désordre et quelquefois à l’émeute. J’ai voulu tenter l’essai du remède à un mal qui compromet la sûreté du pays, et ce remède le voici.

« Notre jeunesse toute indisciplinée qu’elle se montre, obéit encore à un reste d’instinct militaire qui est particulier à notre nation. Tel qui ne respecte ni le magistrat, ni son père, s’incline devant les galons d’un caporal. J’ai voulu exploiter ce sentiment en donnant des militaires pour contremaîtres à mes prisonniers et à ceux qui ont fini leur temps de détention. Le succès le plus complet couronne mes premiers efforts, et l’épreuve de la liberté provisoire a répondu à mes prévisions, pas une évasion n’a encore eu lieu, et j’en ai qui se sont évadés deux fois des prisons, qui ne manifestent dans la colonie aucune velléité analogue. Un négociant de la ville d’Amiens a organisé dans la colonie un atelier de métiers à la jacquard, il est satisfait du travail de mes jeunes détenus, et je vois déjà qu’il serait prêt à recevoir dans sa manufacture de la ville, un groupe de libérés soit venant de ma colonie, soit venant de la maison de détention, si le même régime et la même discipline que ceux suivis dans la colonie leur étaient appliqués. Or tout repose sur l’ascendant que prennent, un contremaître militaire d’une part, et de l’autre un protecteur désintéressé. Quant aux protecteurs charitables, la cité en possède beaucoup qui accepteront la surveillance de ces escouades de travailleurs, mais pour ce qui est des contremaîtres militaires, on prendra parmi les soldats gradés ou non gradés qui ont déjà servi un ou deux ans.

« Vous savez tous les embarras que donne à l’administration la surveillance des libérés. Son effet préservatif des récidives est à peu près nul, si le moyen que je propose, et qui aura un succès certain plus ou moins grand suivant les soins que l’on portera dans la surveillance, remplace l’action insignifiante de la police, et nous donne de bons ouvriers, honnêtes et rangés, au lieu d’une pépinière de voleurs et de meurtriers. Ces militaires surveillants et contremaîtres de diverses professions auront un état très avantageux après leur libération du service. Une ou deux années passées dans nos établissements, leur serviront d’apprentissage et complèteront leur éducation industrielle. »

Le déclin de la colonie

119Au 1er août 1843, 4 militaires encadrent en tout et pour tout 9 jeunes détenus, tous employés aux travaux agricoles (l’activité industrielle a cessé ; mais Rainneville a trouvé une parade : il a remplacé les attelages animaux par des attelages humains). Car si 25 enfants sont bien passés à la colonie, 5 ont été réintégrés et 11 sont rentrés dans leur famille. De même, 8 petits vagabonds ont été placés au Petit Mettray par mesure de correction paternelle, mais tous ont réintégré leur milieu d’origine.

120Entre 1843 et 1848, les effectifs des « enfants de justice » du département de la Somme, pourtant déjà d’une faiblesse insigne, ne cessèrent de fondre : 9 enfants en moyenne en 1843, 8 en 1844, 5 en 1845, les 3 derniers colons picards étant libérés le 18 février 1846. Rainneville récupéra cependant un gamin en 1847, un autre ayant été libéré en février de la même année. La source se tarit définitivement à la date du 14 mars 1848. Parallèlement, s’ajoutent diverses hémorragies, du fait des libérations, des retours à Bicêtre et des évasions. À défaut de chiffres fiables, qui n’auraient d’ailleurs guère de sens compte tenu de la minceur des effectifs, je donnerai quelques exemples, illustratifs par ailleurs de la vie des enfants à la colonie.

121Des enfants pouvaient quitter la colonie suite à une maladie ou une blessure. Ils réintégraient alors Bicêtre, la colonie ne disposant pas d’infirmerie. Le 1er mars 1843, par exemple, le petit Théophile Mauroy est réintégré, car il souffre d’une plaie au pied. Mais le motif presque unique de retour à Bicêtre était la faute grave, en particulier l’évasion. Le premier événement de cette nature intervient le 4 septembre 1842 : ce jour-là, le petit Belpomme est réintégré à Bicêtre à la suite de deux fautes graves, sur lesquelles on ne sait rien. Commentaire de Rainneville :

« Je n’ai pas eu besoin du secours de la gendarmerie, il s’est soumis à mon ordre de départ immédiat, et s’est rendu à Bicêtre sous la conduite de deux de mes surveillants. Cet acte de sévérité aura un effet salutaire sur nos jeunes détenus. J’espère que nous ne serons pas obligés de le renouveler fréquemment. »

122Il se trompait. Le 7 janvier 1843, il est contraint de faire réintégrer à la maison de correction, cette fois entre deux gendarmes, Ferdinand Bertrand, arrivé à Allonville en avril 1842. Un enfant « un peu idiot », mais qui s’était toujours bien conduit depuis son entrée à Bicêtre le 4 septembre 1833. Mécontent d’être commandé pour un travail qui lui déplaisait, le gamin avait pénétré, en brisant une serrure, dans un magasin où se trouvait un baril d’huile, garni d’un robinet qu’il avait ouvert, laissant ainsi couler l’huile sur le sol. Un « acte de méchanceté inspiré par l’idiotisme », selon Rainneville. Le médecin de Bicêtre n’est pas étonné par cet acte de malveillance, pas plus que Roussel qui « repousse toute idée que cet enfant puisse être dangereux, lorsqu’il sera mis en liberté. J’ai examiné moi-même ce jeune détenu et je partage entièrement l’opinion du médecin. Bertrand m’a non seulement fait l’aveu de sa faute, avec toutes les circonstances, mais il m’a déclaré de plus qu’il avait cédé à un mouvement de colère ; qu’il était très fâché de ce qu’il avait fait, que jamais [plus] pareille chose ne lui arriverait. Il a témoigné un vif désir d’exprimer son repentir à M. de Rainneville et de le prier de l’admettre de nouveau dans la colonie ». Bertrand doit être libéré le 7 février 1843, « il est sans parents, sans ressources d’aucune espèce ». Rainneville avait l’intention de le placer à sa libération à Allonville même, mais il hésite. Le bon directeur allait tout faire pour que Rainneville cèdât. Il céda.

123Quelques exemples d’évasion. Celle d’Asselin, le 14 février 1843 au matin :

« Il résulte du rapport de mes surveillants qu’un petit tronc placé dans la chapelle et qui devait contenir quelque peu de monnaie, a été arraché et vidé. La veille du jour de la disparition d’Asselin, il avait l’air agité. En interrogeant ses camarades, un d’entre eux déclara l’avoir vu remuer une poignée de liards et de sols. Lorsqu’il s’aperçut qu’il était soupçonné, la crainte d’une punition sévère le saisit probablement, il prit quelques effets au vu des détenus et partit. Je sais qu’il était hier chez sa mère […] et il a rendu une paire de gants à la sœur du détenu Quentin, à qui il l’avait prise. Il doit être repris en ce moment. Le brigadier de gendarmerie qui a interrogé les détenus de la colonie, a élevé quelques soupçons sur le nommé Mauroy. Je l’ai scrupuleusement interrogé à part, et à moins d’autres informations, je doute qu’il ait pris une part active à ce délit. »

124Un autre exemple d’évasion, celle réussie le 23 mars 1843 par Augustin Bellier, de Herly (arrondissement de Péronne), âgé de 13 ans, récemment sorti de Bicêtre, avec la complicité de ses deux frères qui vivent de la mendicité. Selon Rainneville, « il a père et mère, et il est très probablement rendu chez eux […] il sera repris très certainement, je m’entendrai avec M. le directeur de Bicêtre pour qu’il lui soit infligé une punition sévère et comme c’est un enfant qui n’annonce pas de bien mauvaises inclinations, s’il se conduit bien dans la prison, je le reprendrai plus tard. L’expérience me prouve que le plus important pour les enfants de cette catégorie, c’est de les soumettre à un travail journalier. Tout le reste est inutile pour leur avenir ». À cette date, Rainneville pratique une politique plus clémente, la colonie souffre d’un manque chronique d’effectifs, on le voit même accepter de reprendre le petit Asselin, lequel, non content de s’évader, a commis un vol avant de partir et d’autres vols pendant sa « fugue ». Il ne se montre guère intraitable, début 1844, qu’avec le « nommé François », qui s’est enfui avec un de ses camarades, pour ne rentrer que deux jours plus tard. Il pardonne au complice, mais pas à François : « Je ne reprends plus ceux qui se sont évadés. François travaillait très bien, il est même des plus instruits, il exerçait une influence sur les autres. »

125Pour les années suivantes, les archives d’Amiens sont pauvres concernant la colonie d’Allonville, dès lors que des enfants du département de la Somme n’y sont plus acheminés. Heureusement, les archives du Nord fournissent quelques informations. Tout commence en 1843. En mai le ministre accepte que Rainneville choisisse des enfants de Loos, en juin il est même d’accord pour qu’il accueille dans sa colonie, et dans une autre qu’il a l’intention de fonder en Bretagne, tous les enfants de Loos de l’article 66, les autres étant destinés à Mettray : si le ministre cède encore à Rainneville c’est qu’il attend l’ouverture de la colonie publique de Saint-Bernard, qui ne devait accueillir des enfants qu’en juin 1844. Le directeur de la maison centrale de Loos, Durand, propose 12 enfants, Rainneville n’en retient que 6 mais se déclare disposé à en prendre 8 autres.

126Rainneville est à Loos le 27 juillet, mais le directeur Durand apprend de sa bouche, ou par une indiscrétion, que l’instituteur surveillant d’Allonville est un nommé Jean-Baptiste Rémont, qui venait d’être libéré de Loos le 30 avril 1843 après avoir subi cinq années de réclusion criminelle pour faux en écriture privée. Durand ne croit pas qu’il soit « convenable de donner à un libéré la mission de moraliser les jeunes détenus » quand bien même il déplorerait « le préjugé qui fait que la société repousse les libérés » En réalité, les « crimes » de Jean-Baptiste Rémont sont « d’avoir eu des relations intimes avec la femme du gardien-chef » et d’avoir préparé, pour la diffuser à sa libération, une « dénonciation calomnieuse […] contre des employés supérieurs de l’établissement mais encore contre un inspecteur général ». L’intérêt de cette histoire, outre le fait que Rainneville ne pourra plus disposer d’aucun enfant de Loos, est l’éclairage qu’elle projette sur le personnel d’Allonville à cette date : faute de militaires pour encadrer les enfants, le grand notable et propriétaire terrien recrutait ses surveillants et contremaîtres soit parmi les libérés des maisons centrales, soit encore parmi ses colons qu’il gardait à la colonie lors de leur libération. Et Rainneville ne s’en cache aucunement. Dans une lettre au préfet du Nord du 20 juillet 1843, Rainneville indique qu’il espère ainsi former un « tiers ordre » qui pourrait servir de « pépinière pour le gouvernement des colonies agricoles et des ateliers ». Il est vrai, à sa décharge, qu’à la même époque ce « tiers ordre » existait dans les établissements pénitentiaires publics, sous la forme de ce qu’il était convenu d’appeler les prévôts.

127J’ai retrouvé Rainneville presque par hasard, alors qu’il venait de participer à un congrès agricole tenu à Saint-Quentin, dans l’Aisne, qui avait réuni, en octobre 1844, plus de 300 agriculteurs. Rainneville rend compte de ce congrès au préfet de la Somme le 25 octobre 1844 :

« Les membres du conseil général de l’Aisne y assistaient en bon nombre, ils m’ont prié d’y développer mes vues sur la mendicité et le résultat de mes expériences sur les colonies agricoles. On m’a écouté avec une grande bienveillance et dans mes conférences particulières avec des membres du conseil général sur la mendicité et le dépôt de Laon qui nous est commun, j’ai pu remarquer que le but de l’institution, dans ces deux départements, est manqué par l’impossibilité quant à présent, de soumettre les mendiants détenus à la maison de Montreuil (je crois que c’est le nom du dépôt de mendicité) à un autre travail que celui du tissage. En effet, c’est l’occupation du tissage qui crée tant de pauvres dans nos départements : ceux qui échappent à la misère sont tisserands et cultivent la terre en même temps ; il ne faut qu’un peu de bon sens pour reconnaître que le temps de leur détention n’améliorera point la position de nos détenus. Le congrès a été unanime pour applaudir à mes plans de réforme de la mendicité, en combinant les moyens préventifs, que nous offre un développement nouveau du travail de la terre, avec les mesures répressives que prennent les deux administrations de l’Aisne et de la Somme. Ma colonie que je peux appeler modèle, est donc une application heureuse de l’idée de réforme que l’on demande à grands cris. J’ai entendu dire à St Quentin qu’il est des fermes dans les environs qui ont donné l’aumône, en un seul jour, à 1 800 mendiants valides ou peu valides. Quel impôt sur des hommes laborieux ! Vous savez que je ne recule pas devant les sacrifices pour constater et démontrer à tous les yeux le bienfait de l’existence, dans [ce] pays, des institutions que j’ai fondées et que je perfectionne tous les jours. Il vient d’arriver dans le faubourg de Noyon qu’une marâtre atroce était sur le point de commettre un crime sur son enfant âgé de 14 ans, qu’elle a déjà failli tuer 50 fois : on l’arracha à ses violences : mais il était sans asile. On me pria de le recevoir provisoirement pendant que la police et le tribunal informent l’affaire. Les magistrats l’enlèveront à ses parents, cela est probable, mais où peuvent-ils l’envoyer ? Dans une prison, c’est leur seule ressource. Or cela est dur pour un petit malheureux qui n’est coupable d’aucun délit. Ma colonie leur paraît préférable, je le crois bien, mais c’est à ma charité que l’on fait appel et je n’hésite pas de rendre ce service à mon pays. Mais en voici d’autres, sinon dans le même cas, du moins dans un état de vagabondage voisin du crime, ou de refus de travail, quelle que soit la volonté des parents, que l’on me supplie de recevoir aussi. Vous comprenez que je ne puis accepter une telle charge et pourtant quel service la société ne réclame-t-elle pas de moi ? »

128Rainneville ne manque pas d’aplomb, quand on sait qu’à cette date sa colonie accueille en tout et pour tout 8 enfants, plus quelques-uns donc de l’assistance publique. Il rend responsable de cet échec qui n’est pas avoué les autorités politiques ou administratives :

« J’ai déjà fait en faveur de la ville d’Amiens un essai dont son administration n’a pas su profiter, auquel elle n’a pas daigné faire attention, et qui ne m’a pas même valu un remerciement de ses magistrats, ce auquel je ne tiens nullement. J’ai recueilli 6 petits mauvais sujets sur le pavé d’Amiens, je les ai soumis au travail de la terre pendant 5 ou 6 mois, puis je les ai rendus à leurs familles. Ils ont été répartis par elles en 5 ou 6 professions diverses ; chose singulière et à laquelle je ne comptais pas, tous se sont trouvés plus aptes qu’auparavant à travailler aux divers métiers auxquels on les a appliqués : c’est un fait d’une importance capitale, dans le choix du mode d’enseignement qui convient aux classes pauvres. À votre retour je vous inviterai à venir interroger les enfants qui restent à ma colonie et à constater leurs progrès intellectuel et moral. Vous ne les trouverez au-dessous d’aucune école primaire, j’en suis très sûr. »

129Et Rainneville de proposer au préfet de la Somme d’examiner « 1° S’il ne conviendrait pas de placer dans ma colonie, quelques jeunes garçons en état de vagabondage, et que leurs parents ne peuvent ni morigéner, ni nourrir, ni soumettre au travail. 2° Si vous ne pouvez prendre sur le fond de mendicité le prix de leur pension. J’en recevrai six, avec modération du prix de journée, à des conditions que nous débattrons ensemble ».

130Il en profite aussi pour revenir sur la question du personnel d’encadrement pour ses colons, le préfet de la Somme étant alors à Paris : « Je désire profiter de votre séjour à Paris pour obtenir du Ministre de la Guerre un congé de 6 mois en faveur d’un sous-officier du génie. » Ne subsistent plus alors à Allonville que deux soldats ; il demande un gradé « pour qu’il y ait une hiérarchie militaire entre mes soldats ». Il propose le nommé Louis Cresson, sergent du 1er régiment du Génie, 2e bataillon, 7e compagnie, en garnison à Arras, lequel est capable d’organiser toutes sortes de travaux de terrassements et constructions, et qui « est pleinement consentant ». Rainneville en est encore à tirer profit de la présence des enfants pour améliorer son domaine à bon compte. Le ministre de la Guerre, pas dupe, refuse d’agréer à cette requête le 6 janvier 1845.

131Deux mois auparavant, le 3 novembre 1844, le ministre de l’Intérieur avait signifié officiellement à Rainneville qu’il ne désignerait plus de nouveaux détenus de la maison centrale de Loos pour sa colonie, lui annonçant néanmoins qu’il laisserait à sa disposition pour le temps de leur jugement et jusqu’à leur libération les jeunes détenus qu’il lui avait précédemment confiés. Les derniers vont être libérés en 1848. En 1845, les deux soldats restants avaient été libérés des obligations militaires.

132Mais la colonie subsiste, grâce à l’appui et aux subventions du conseil général de la Somme, grâce à quelques gamins placés par leur père en correction paternelle, auxquels s’ajoutent des « élèves libres », que Rainneville, d’après ses propres dires, reçoit à ses frais. Il ne désespère pas, depuis son retour de Saint-Quentin, de faire de sa colonie une succursale du dépôt de mendicité de Montreuil-sous-Laon (qui rayonne sur tout le nord de la France) pour les jeunes vagabonds.

133Rainneville s’agite dans toutes les hautes sphères de la philanthropie (il devient en 1845 l’un des premiers adhérents de la Société protectrice des animaux), souvent confondues avec celle des pouvoirs en place. Mais en vain : en 1848, Allonville cesse d’être, définitivement, colonie pénitentiaire. En août 1851, par exemple, 25 délinquants mineurs de la Somme sont envoyés à Mettray, tous les autres vont à Saint-Bernard. Quand Rainneville meurt, le 16 septembre 1874, sa colonie n’existe plus depuis 17 ans : elle s’était donc maintenue, accueillant tout ce qui se présentait, dès lors qu’il était le vecteur de quelque manne administrative, jusqu’en 1857.

Haut de page

Notes

1  Archives départementales de la Somme (ADS), 99 Y 40.

2  Howard (John), L’État des prisons, des hôpitaux et des maisons de force en Europe au XVIIIe siècle, Traduction nouvelle et édition critique par Christian Carlier et Jacques-Guy Petit, Paris, Éditions de l’Atelier, 1994, p. 135.

3  L’affaire de la séquestrée de Poitiers éclata en mai 1901 : une mère séquestra sa fille « indigne », Mélanie Bastian, pendant 25 ans dans une chambre obscure. André Gide écrivit La Séquestrée de Poitiers en 1930, ouvrage qui, vraisemblablement, influença le Michel Foucault de Moi, Pierre Rivière. Ces séquestrations, il va sans dire, ont un rapport direct avec la prison.

4  Rapport de De Laville du 20 février 1838, AN, F 16 365.

5  Arrêté du préfet du 13 décembre 1820, ADS, 99 Y 40.

6  Extrait du Règlement du 8 juin 1836, ADS, 99 Y 40.

7  L’appellation de Bicêtre renvoie évidemment au Bicêtre parisien, l’une des principales composantes, avec la Salpêtrière pour les femmes, de l’hôpital général créé à Paris par le fameux édit du 27 avril 1656. Amiens n’est pas la seule ville à posséder une maison de correction baptisée Bicêtre. Pas très loin, c’est aussi le cas de Rouen.

8  ADS, 99 Y 40.

9  ADS, 99 Y 95.

10  ADS, 99 7 78.

11  Hubscher (Ronald) [sous la direction de], Histoire d’Amiens, Paris, Privat, 1986, p. 209-214.

12  Id., p. 233.

13  ADS, 99 Y 78.

14  Les insensés avaient commencé d’être évacués de la maison dès le début de l’année 1837, mais les asiles d’aliénés d’Armentières et de Clermont répugnaient à les accueillir.

15  Les préaux sont envahis par les eaux fluviales et Roussel demande à les déverser dans « le petit canal qui longe le terrain de la maison de correction et qui le sépare de la Hautoie ». Le problème de l’eau, qui déborde ou dont on manque pour s’abreuver, a toujours été prééminent à la maison de correction, et n’est pas spécifique à cette prison d’Amiens. Le petit canal en question, qui existe encore aujourd’hui alors qu’il y a presque un siècle que Bicêtre a été détruit, servait en particulier, malgré les teintureries qui polluaient ses eaux en amont, à abreuver les femmes détenues, le puits dont elles disposaient dans leur cour ayant dû être fermé à cause des insensées qui tentaient de s’y précipiter. Une pompe avait été installée, hors du quartier des femmes, grâce à quoi les femmes étaient en perpétuel mouvement dans la prison. Avec le départ des insensées, le puits allait être rouvert, et le va et vient incessant des femmes interrompu, ceci, on l’aura compris, à leur grand dam.

16  Suivant la Statistique des établissements pénitentiaires, dont le premier volume, paru en 1854, porte sur l’année 1852, le Bon Pasteur d’Amiens fut rouvert dès 1851 et comptait, au 31 décembre de cette année, 9 filles acquittées comme ayant agi sans discernement de l’article 66 du code pénal.

17  Carlier (Christian), La prison aux champs, Paris, Éd. de l’Atelier, 1994, 735 p.

18  On a retrouvé une note du docteur Dubois concernant cet enfant à la date du 21 août 1840 : « Les symptômes qu’il présente attestent qu’il a été la victime d’une brutalité abominable et que, ce qu’il y a de plus odieux, c’est que l’auteur serait son père. »

19  Bourquin (Jacques), « Le Mettray des origines », dans Leger (Raoul), La colonie agricole et pénitentiaire de Mettray. Souvenirs d’un colon 1922-1927, 1997, p. 113-126 et Bourquin (Jacques), Pierre (Éric), « La colonie pénitentiaire de Mettray », Sociétés et représentations, n° 3, novembre 1996, p. 205-217.

20  Sur Mettray, voir en particulier la brochure Colonie agricole de Mettray. Assemblée générale des fondateurs. Paris, le 20 mai 1841. On y trouve le texte d’un discours de Gasparin, président de la Société paternelle, ainsi que le rapport des directeurs de la colonie, le premier rapport ayant été établi le 7 juin 1840. Le préfet d’Amiens était en possession de ces documents.

21  Sur Appert, on se reportera aux pages lumineuses que Jacques-Guy Petit lui consacre dans Ces peines obscures. La Prison pénale en France. 1780-1875, 1990, 748 p. Appert est ce visiteur de prison dont Stendhal évoque la figure dans Le Rouge et le Noir.

22  Les scrofules (les écrouelles, que les rois de France étaient censés guérir d’un simple attouchement) consistent dans le gonflement des ganglions lymphatiques, en particulier ceux du cou.

23  La principale source pour toute la dernière partie de cet article, sauf précision de notre part, est la liasse ADS 99 Y 101.

24  Sur Loos, je renvoie à La Prison aux Champs. Sur Clairvaux, voir l’article de Jean-Baptiste Peyrat dans la présente publication.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La Conciergerie
Crédits © Archives départementales de la Somme
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1773/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Bicêtre : la façade principale
Crédits © Archives départementales de la Somme
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1773/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Plan de Bicêtre
Crédits © Archives départementales de la Somme
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1773/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Carlier, « De la maison de correction à la colonie pénitentiaire. Les enfants délinquants à Amiens sous la Monarchie de Juillet », Criminocorpus [En ligne], Justice des mineurs, mis en ligne le 14 mai 2012, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://criminocorpus.revues.org/1773 ; DOI : 10.4000/criminocorpus.1773

Haut de page

Auteur

Christian Carlier

Christian Carlier, historien, est directeur d’établissement pénitentiaire et chargé de mission à la Direction de l’administration pénitentiaire. Il est rédacteur en chef de la revue « Histoire pénitentiaire » diffusée par l’Administration pénitentiaire.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page