Navigation – Plan du site
2012

L’impossible musée ? 1989-2005, le musée national des Prisons

Catherine Prade

Notes de la rédaction

Cet article a été publié une première fois dans Histoire pénitentiaire, volume 3, Paris, Direction de l’Administration pénitentiaire, Collection Travaux & Documents, 2005, p. 6-27.

Notes de l’auteur

N.B. : le musée national des Prisons est ouvert au public, sur rendez-vous. Renseignements auprès de l’office de tourisme de Fontainebleau au 01 60 74 99 99 ou sur http://www.fontainebleau-tourisme.com

Pour les personnels du ministère de la Justice, des visites individuelles ou groupées peuvent être organisées les mercredis. Contacter le musée par tél./fax : 01 64 22 26 53, ou par mail : musee.Dap-Sceri@justice.gouv.fr

Texte intégral

  • 1  Izard (Valérie), Le musée des prisons, l’impossible musée ?, mémoire de maîtrise, université de Pa (...)
  • 2  L’impossible prison, recherches sur le système pénitentiaire au XIXe siècle réunies par Michelle P (...)

1En 1996, une jeune étudiante de l’université Paris VIII présentait à un groupe de conservateurs son mémoire de maîtrise scientifique et technique de médiation culturelle, mémoire qu’elle avait intitulé Le musée des prisons, l’impossible musée1 ? en claire référence à L’impossible prison, ouvrage publié en 1980 après le fameux débat organisé par Michelle Perrot entre Michel Foucault et Jacques Léonard, le philosophe et l’historien2

2Impossible musée… dont la genèse et l’accomplissement reposent sur la bonne volonté et l’entregent de quelques personnalités, tels, au XXe siècle, le conseiller d’état Louis Herbette, directeur des prisons au ministère de l’Intérieur ; plus près de nous, dans les années 1980, les magistrats Jean Talbert, Jean-Pierre Dintilhac et Martine Barbarin et l’historien Christian Carlier ; dans les années 1990 enfin, le ministre de la Justice Jacques Toubon. Aujourd’hui, l’institution se hâte avec lenteur, et depuis quelques années, avec l’aide de l’office de tourisme du Pays de Fontainebleau, le musée national des Prisons s’ouvre à un large public qui n’est plus simplement composé de pénitentiaires ou de gens de justice, mais aussi de touristes et de scolaires.

3Impossible musée… car comment montrer que la prison est le lieu de tous les équilibres, fragile espace clos dans lequel des hommes doivent garder d’autres hommes ? Comment démontrer que la prison, tout en étant un lieu irréductible à tout autre, lieu ô combien composite, est de fait un lieu singulier, mais sans que rien ne lui soit réellement propre ! La vraie singularité est celle des murs (et encore ?). Comment le musée peut-il être un outil de déconstruction de l’image lisse et unifiée de la prison comme « généralité », image habitée par « l’indifférencié » qui laisse la place à tous les fantasmes ? Comme a pu l’écrire dans ses Carnets le photographe Jean Gaumy :

  • 3  Gaumy (Jean), Lardeau (Yann), Écrit sur l’image. Les incarcérés. L’utopie pénitentiaire, Paris, Éd (...)

« La réalité des prisons ne se réfléchit pas, ne s’imprime pas, elle n’est pas montrable, elle échappe à l'objectivité de la caméra. Ici manquent des notions aussi essentielles que l’œuvre destructrice du temps, l'usure, la répétition, la monotonie et l'ennui, la révolte et la haine salvatrice, préservant la conscience de soi, de l'oubli, d'une vie qui fuit un peu plus chaque jour sans qu'il soit possible d'arrêter cet écoulement, de juguler cette hémorragie. Non pas que les images seraient fausses, mais elles resteraient incomplètes, partielles, illusoires, donnant le sentiment de toujours devoir être décalées et dérisoires3. »

4Impossible musée… où le petit bâtiment est la première pièce de la collection et où la cellule est l’élément important du discours. Déclinée à Fontainebleau en quarante-cinq exemplaires, ouvrant sur deux étages de coursives plongeant sur le vide de la nef de détention, cette disposition contraignante sert de base pour le classement des collections et les premières propositions d’élaboration d’un parcours muséographique cohérent.

5Le musée offre dès l’entrée la visite d’un « monument » pénitentiaire, une prison  d’aujourd’hui – dans laquelle la grande majorité du public entre pour la première fois. Il est essentiel d’y donner des jalons et des éléments de compréhension de l’évolution des systèmes pénitentiaires, fondements, mutations, chronologie.

6Il existe, indéniablement, un extraordinaire intérêt à montrer une prison cellulaire, construite dans le premier effort de normalisation architecturale de la monarchie de Juillet. Mais on aurait pu tout aussi bien imaginer de faire le musée ailleurs, pour mettre plus facilement en scène l’histoire et les thématiques sociétales (la vie quotidienne, la santé, la sécurité, la discipline, le dedans et le dehors, la religion, le travail, la réinsertion, l’univers des personnels). Simplement, l’administration a fait le choix d’installer « son » musée dans ce bâtiment : il faut faire avec, et c’est d’ailleurs un challenge passionnant que de faire coïncider des collections encombrantes dans cet espace contraint et restreint, choisi pour sa banalité par contraste avec d’autres établissements, vedettes ou atypiques.

Du musée pénitentiaire au musée national des Prisons (MNP) : la résistible ascension4

  • 4  Bertolt Brecht, La résistible ascension d’Arturo Ui, 1957.

7Le 5 juin 1875, est promulguée une loi capitale pour l’histoire de l’institution pénitentiaire :

« Les inculpés, prévenus et accusés seront à l’avenir individuellement séparés pendant le jour et la nuit. Seront soumis à l’emprisonnement individuel les condamnés à un emprisonnement d’un an et un jour et au dessous. Ils subiront leur peine dans les maisons de correction départementales. Le régime des prisons départementales devra être modifié par des appropriations ou des reconstructions dirigées en vue d’être adapté au système de la séparation individuelle. »

8Pourquoi la cellule ? Parce que la séparation des détenus est la seule méthode pour éviter la promiscuité, qui crée la récidive.

  • 5  Intervention de Georges Clemenceau, chambre des députés, débats parlementaires, 29 avril 1883, JO (...)

« Qu’est-ce qu’un récidiviste ? Un homme qui est insuffisamment amendé, un délinquant que la prison a corrompu, parce que nos prisons sont une école de démoralisation au lieu d’être une école de réformation, une école du vice dont on sort pire qu’on y était entré… » Ou encore : « Aggravant le supplice de l’homme qui conserve encore certains sentiments de délicatesse, de retenue, d’honnêteté, la prison en commun devient le lieu d’enseignement mutuel du vice, l’école d’application des procédés pervers, le foyer d’où partira, au jour de la libération, le rayonnement des dangereuses et criminelles associations5. »

9Pour la mise en œuvre de la loi de 1875, deux institutions sont créées : l’une par l’État, le Conseil supérieur des prisons, mis en place par le décret du 3 novembre 1875, l’autre par la société civile, la Société générale des prisons, association de lobbying comme nous dirions aujourd’hui, créée par arrêté du préfet de police le 22 mai 1877.

Cour intérieure et entrée du musée à Fontainebleau

Cour intérieure et entrée du musée à Fontainebleau

photo L. Lesueur/ministère de la Justice

10La participation active de ces deux organismes à l’exposition universelle de Paris de 1878 procède de la volonté de présenter l’histoire illustrée du dispositif carcéral, et en particulier de la cellule, élément essentiel de ce dispositif. Une cellule type est construite de toutes pièces, avec son agencement intérieur, par Borne, architecte contrôleur attaché au service pénitentiaire. Elle est en planches recouvertes d’une toile peinte figurant le mur de la prison.

11Des plans des prisons cellulaires sont également présentés par les architectes Alfred Normand et Émile Vaudremer, qui en 1868 achevait la construction de la prison de la Santé à Paris. De la même manière est présentée une alvéole de chapelle cellulaire :

  • 6  « Documents officiels relatifs à l’application de la loi du 5 juin 1875 sur l’emprisonnement indiv (...)

« La chapelle doit être entièrement indépendante des autres services de la prison. L’espace affecté aux détenus sera divisé en stalles individuelles. Ces stalles ou cages seront établies en menuiserie. Elles auront au minimum 2 mètres de haut sur 60 centimètres de large et 80 centimètres de profondeur. On les disposera de façon que les détenus puissent porter leur regard sur l’autel sans se voir entre eux6. »

Portes de cellules au musée des Prisons

Portes de cellules au musée des Prisons

ministère de la Justice, collections du musée des Prisons

12Le succès est grand auprès du public :

  • 7  Bulletin de la Société générale des prisons, 1878, p. 983 sq.

« Il a fallu tendre une chaîne devant la porte pour qu’elle ne se transformât pas en une souricière où s’étoufferaient les curieux qui n’en pourraient sortir […] Elle sera pour le public le commentaire vivant et la justification de la loi du 5 juin 18757. »

13Le reste de l’exposition pénitentiaire aura un succès relatif, comme le rapporte Fernand Desportes au Conseil supérieur des prisons à la session de juin 1878.

« Ce que vous n’avez pas obtenu cette année, l’avenir vous l’accordera ; c’est là mon espérance. L’exposition du ministère de l’Intérieur aura du moins cet avantage de marquer votre place dans les expositions futures. Votre place, elle est au milieu de ces écoles qui répandent sur nos enfants les inappréciables bienfaits de l’instruction ; ne les appelez-vous pas, ces bienfaits de l’instruction, sur tous les petits abandonnés, sur tous les pauvres déshérités que vous arrachez à la misère, au vice, au crime pour les élever à la vertu ? Votre place, elle est à côté de cette grande industrie qui dirige, à travers tant d’obstacles et tant de victoires, la puissante armée du travail ; ne cherchez-vous pas à lui rendre les milliers d’êtres malfaisants que la paresse et l’ignorance lui enlèvent, et dont vos efforts tendent à faire d’honnêtes, d’utiles ouvriers ? Votre place, elle est à côté de ceux qui soignent les malades dans les hôpitaux, à côté de ceux qui recueillent les blessés sur les champs de bataille : les blessures que vous guérissez, ce sont les blessures de l’âme ! Toutes les sciences qui sont réunies au Champ de Mars s’accordent pour mettre en œuvre, pour multiplier, pour féconder les forces vives de la civilisation : votre science à vous, la science pénitentiaire, n’en considère que les forces mortes et parvient à les vivifier ; vous obéissez à la parole divine qu’une grande société pénitentiaire d’outre-Manche a prise pour devise : vous vous donnez pour tâche et vous avez pour ambition de « chercher et de sauver ce qui était perdu. »

  • 8  Herbette (Louis), L’œuvre pénitentiaire. études présentées à l’occasion de l’organisation du Musée (...)

14Moins dithyrambique, moins utopiste, plus pragmatique et très soucieux de sa réputation personnelle était le conseiller d’état Louis Herbette, directeur de l’administration pénitentiaire de 1884 à 1893. En 1889, Herbette, « dont l’éloquence diarrhéique et vide emplissait tous les congrès » selon l’un de ses détracteurs, désireux de montrer la réalité pénitentiaire, d’en exposer les évolutions et les progrès, « de faire deviner et comprendre les questions si complexes qui se posent par une muette leçon de choses, une sorte d’enseignement par l’aspect8 », organisa au Champ de Mars une exposition de grande envergure. Cette exposition se voulait ouvertement œuvre de propagande pour l’administration pénitentiaire, dans une époque où le public, la presse et par conséquent les politiques ne s’attardaient plus guère sur les questions pénitentiaires.

  • 9  Schroeder-Gudehus (Brigitte), Les fastes du progrès : le guide des expositions universelles 1851-1 (...)

15Pour Herbette, il ne faisait aucun doute que le vaste public présent à l’Exposition universelle (trente-six millions de visiteurs à Paris)9 ferait bon accueil à l’exposition pénitentiaire. Le niveau de celle-ci devait d’ailleurs être rehaussé par la présence des scientifiques réunis en congrès à Paris, du 10 au 17 août 1889, pour discuter de la définition de l’anthropologie criminelle : la querelle bat alors son plein entre les partisans de l’école italienne de Cesare Lombroso et ceux de l’école lyonnaise du docteur Alexandre Lacassagne.

Gravure de page de garde de L’œuvre pénitentiaire de Louis Herbette

Gravure de page de garde de L’œuvre pénitentiaire de Louis Herbette

ministère de la Justice, collections du musée des Prisons

  • 10  Herbette (Louis), op. cit.

16Herbette voulait présenter « au grand public, à la foule des honnêtes gens l’œuvre pénitentiaire sous la forme d’une exposition, qui n’avait pas pour vocation de  s’adresser uniquement aux hommes de métier, administrateurs et magistrats, criminalistes et pénitentiaires, car la masse même du public ne peut se désintéresser des moyens de prévenir ou de réprimer les crimes et les délits, d’autant, ajoutait-il, que le mal pas plus que le bien n’est le privilège d’aucune catégorie sociale. Lorsqu’on a le devoir douloureux de suivre du regard et de la main ceux qui dans la vie, ont dévié de la voie droite, on vient à cette pensée plus florissante peut-être qu’attristante, que nul n’est assuré de ne voir jamais le mal frapper près de lui. De même que nul n’a le droit de vouer sans essai de relèvement à la chute irrémédiable le pire des malheureux10 ».

17Et Herbette d’ajouter :

« On ne saurait oublier que la curiosité banale n’est pas ce qu’on doit satisfaire en montrant la vie d’épreuves et de peines à laquelle sont soumis les détenus. Le spectacle que l’on aurait préparé risquerait d’être pénible, blessant pour la dignité de l’administration comme pour les sentiments du public, si cette curiosité seule était servie. C’est une sorte d’enseignement, je le répète, dont il s’agit de recueillir et de grouper les éléments, et l’exposition ne doit être que la représentation matérielle des idées, des institutions et des faits que l’on soumettra à l’examen du public. Les notices et monographies seront rédigées sans longs développements, avec précision et clarté… des vues, des dessins, divers modes de figuration, accompagnés d’explications, d’états et de statistiques, retiendront utilement toutes les personnes que l’amusement des yeux n’aura pas seules attirées. »

18Les personnels et les détenus des maisons centrales de Melun, Clairvaux, Loos, Embrun furent mis à contribution pour fabriquer dans les ateliers de menuiserie et de tôlerie du mobilier d’exposition, des vitrines, des maquettes, des présentoirs de photographies. Autre sujet de fierté pour Herbette :

« Tout a été fait avec la plus stricte économie, nulle bonne volonté n’a été écartée, nombre de détenus ont spontanément offert d’employer leur temps libre des dimanches et fêtes pour façonner ces menus objets qui constituent surtout des travaux de patience, et leur concours a été le plus souvent accepté. »

  • 11  Congrès pénitentiaire de Saint-Pétersbourg, 1992. Album de photographies (musée national des Priso (...)

19L’exposition pénitentiaire du Champ de Mars dura six mois, puis les collections furent transportées à Saint-Pétersbourg à l’occasion du Congrès pénitentiaire international de 189111.

  • 12  Plans des établissements pénitentiaires de France, dressés par ordre du ministère de l’Intérieur. (...)

20Herbette, dès ce moment, imagina de créer un musée du service public pénitentiaire, et de conserver les collections à la vieille maison centrale de Melun, où fonctionnait, depuis 1892, l’imprimerie administrative encore en activité aujourd’hui12.

  • 13  Bertillon (Alphonse), Instructions signalétiques, identification et classification anthropométriqu (...)
  • 14  Code des prisons. Circulaire du 13 novembre 1885 : « Application d’un nouveau système de signaleme (...)

21C’est aussi Louis Herbette qui organisa dans les prisons les services d’identification anthropométrique basés sur les méthodes d’Alphonse Bertillon (1853-1914)13. Un matériel approprié à l’établissement des fiches de détenus et des registres d’écrou (chaises, table de prise d’empreintes, compas, toises, tableau des iris de l’œil, et autres tableaux signalétiques) fut envoyé dans chaque prison départementale et les gardiens-chefs en formation à l’école pénitentiaire ouverte en 1885 à la prison de La Santé, reçurent un enseignement spécialisé dans le laboratoire de Bertillon à la préfecture de police de Paris14.

22Les éléments de mobilier anthropométrique figurent parmi les objets phares du musée. Ils préfigurent les appareils de biométrie (prise d’empreintes digitales…) expérimentés en 2003 à l’entrée des visiteurs de la Santé, pour éviter les falsifications et les fausses identités.

  • 15  Cette maquette est conservée dans les locaux de la direction de l’administration pénitentiaire.
  • 16  Musset (Alfred de) (1810-1857), Poésies nouvelles (1850) : Le mie prigioni (Mes prisons), 20 septe (...)

23Outre ce mobilier anthropométrique, de ces premiers rassemblements d’objets subsistent au musée des Prisons certaines très belles pièces, en particulier une machine à tresser la corde pour fabriquer les espadrilles, provenant de la maison centrale de Nîmes, une machine à incendie de la même époque, une machine à carder les matelas provenant de la maison centrale de Loos, une maquette de bateau brise-glace fabriquée par les détenus de la maison centrale de Belle-Ile-en-Mer15 et de nombreuses pièces de mobilier pénitentiaire, telles ces portes de cellule ou de cachot dont Alfred de Musset disait : « On dit triste comme la porte d’une prison, et je crois, le diable m’emporte, qu’on a raison16. »

Machine à tresser la corde

Machine à tresser la corde

ministère de la Justice, collections du musée des Prisons

24Après la fermeture, en 1907, du musée éphémère à la gloire de l’institution, et celle de l’école pénitentiaire de la Santé, en raison de l’abandon d’une politique volontariste et de la désaffection progressive de l’opinion publique pour la question des prisons, il faut attendre l’année 1967 pour que soit réalisée une jolie exposition consacrée au travail pénal. Cette exposition accompagnait l’ouverture de la nouvelle école d’administration pénitentiaire sur le domaine de Plessis-le-Comte, et surtout l’ouverture de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, la plus grande prison d’Europe, construite de 1965 à 1968 par l’architecte Guillaume Gillet et prévue pour accueillir plus de quatre mille hommes, femmes et jeunes détenus.

  • 17  Artières (Philippe), Quero (Laurent), Le groupe d’information sur les prisons, GIP, IMEC, 2004.
  • 18  Foucault (Michel), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.
  • 19  Circulaires des 15 et 26 mai 1975 : « Aménagements généraux aux régimes de détention et diversific (...)

25Dans le même temps, les intellectuels réunis autour de Michel Foucault portaient un intérêt particulier à « l’état des prisons » et créaient le GIP, groupe d’information sur les prisons, dont l’historien Philippe Artières a publié les articles et les discours17. Nous rappelons que Surveiller et Punir parut en 197518, année de la réforme du garde des Sceaux Jean Lecanuet, réforme qui apporta quelques améliorations à l’insupportable régime carcéral des prisons françaises19.

26Impossible musée…
C’est ce second rassemblement d’objets à Fleury-Mérogis qui est à la véritable origine des collections présentées à Fontainebleau. Dans les années 1980, l’administration prend conscience de l’évaporation de son patrimoine et une collecte est organisée dans toutes les prisons de France et d’outre-mer, pour créer enfin à l’École nationale d’administration pénitentiaire le musée pénitentiaire. La réalisation de ce petit musée est confiée dans un premier temps à deux agents pénitentiaires, un surveillant et un éducateur pré-retraité.

  • 20  Badinter (Robert), La prison républicaine, 1871-1914, Paris, Fayard, 1992.

27Vers 1986-1991, tandis qu’autour de Michelle Perrot et de Robert Badinter20 se multiplient séminaires et travaux universitaires et que se développe la recherche historique, le service des études à la direction de l’administration pénitentiaire recrute un conservateur pour inventorier les collections, faire le tour des prisons et rechercher un lieu d’exposition permanente adéquat. Les sites de La Conciergerie, Clairvaux, Fontevrault, Lisieux, Aix-en-Provence sont évoqués, jusqu’à ce qu’en 1990 soit fermée la maison d’arrêt de Fontainebleau et que l’administration pénitentiaire décide de garder cet établissement pour y installer le musée. Le 17 septembre 1995, à l’occasion des journées européennes du Patrimoine, le garde des Sceaux Jacques Toubon signe l’arrêté qui crée officiellement le musée national des Prisons dans l’ancienne maison d’arrêt de Fontainebleau. Le choix de ce bâtiment pour abriter le musée a été motivé par la nécessité – pour ne pas dire la volonté de l’administration – de garder un témoignage spectaculaire de l’architecture cellulaire, typique des constructions du XIXe siècle. De nombreuses prisons inscrites dans cette typologie architecturale sont soit encore en activité, donc inaccessibles au public, soit fermées et vouées à la démolition ou tout au moins à un changement de destination. Nous redisons ici tout l’intérêt de montrer au public une prison cellulaire, en fonction de 1856 à 1990.

Le musée, lieu d’exposition de l’exclusion

  • 21  Riquetti de Mirabeau (Honoré), Des lettres de cachet et des prisons d’état, Hambourg, 1782.

28Un bâtiment pénitentiaire, quel qu’il soit, est un lieu d’exclusion : de la rue, « cette prison forteresse, qui doit contenir garder, et empêcher les évasions, » comme disait déjà Mirabeau en 1782, « cette prison à l’architecture terrible, qui contribue à annoncer dès le dehors le désordre de la vie des hommes détenus dans l’intérieur et tout ensemble la férocité nécessaire à ceux préposés pour les tenir aux fers21 », cette prison, donc, est matérialisée pour le passant de Fontainebleau par un portail théâtral à la Ledoux, des murs d’enceinte, des grillages barbelés qui répondent au doux nom de concertina.

29À l’intérieur du bâtiment, la représentation de l’exclusion est totale : une fois franchies les grilles de détention, on visite les parloirs, les cours de promenade « en camembert » au sol de terre battue, les cellules, la cellule disciplinaire, la cellule d’isolement. La cellule, lieu d’exclusion au sein de l’exclusion !

  • 22  Lucas(Claude), Suerte, L'exclusion volontaire, Paris, Plon, collection Terre humaine, 1995.

« La prison la première fois est une épreuve étrange, en vérité : c'est l'épreuve même de l'étrangeté […]. L'emprisonnement est une aventure aride et solitaire qui fait brutalement découvrir qu'on n'est rien, c'est-à-dire, étant un être humain de qui est niée l'humanité, moins que rien fondamentalement. La monstruosité de la prison ne tient pas, sauf cas extrêmes de dictature ou du tiers monde, à ses conditions matérielles, fussent-elles scandaleuses comme elles l'étaient en France avant les révoltes de 1974 ; elle tient au fait qu'elle met le prisonnier en face de son propre néant22. »

30Dans une étude restée inédite sur les origines intellectuelles de la prison pour peine, l’historien Christian Carlier décrit l’institution pénitentiaire comme un écosystème défini par trois cercles, le carcéral, le pénal et le pénitentiaire.

  • 23  Appert (Benjamin), Voyage en Belgique dédié au roi, et conférences sur les divers systèmes d’empri (...)

31Le premier cercle, le carcéral, met au cœur de la détention le détenu face à son geôlier et concerne d’une part ceux qu’au XVIIIe siècle on appelait les « pailleux », les prisonniers les plus pauvres regroupés dans un quartier ou une salle dit le commun ou la paille, ceux qui n’étaient pas assistés par leur famille et qui étaient alimentés par la charité chrétienne puis nourris au « pain du roi » à la fin du XVIIIe siècle. Après la Révolution, les prisons sont dans l’état lamentable qui nous est décrit dans les ouvrages de Benjamin Appert23, ce bon monsieur de Paris dont parle Stendhal dans Le Rouge et le Noir : il faut remplacer la paille des cachots par des hamacs, puis par des lits, créer des infirmeries, nourrir les détenus avec autre chose que du pain et de l’eau, faire circuler l’air purifié, remplacer les portes de bois par des grilles, tout aussi efficaces contre l’évasion.

32Observé par Alexis de Tocqueville et Gustave de Beaumont en 1831 lors de leur voyage aux États-Unis d’Amérique, le système de la prison de Cherry-Hill à Philadelphie avait été mis au point par les Quakers : le prisonnier, à l’isolement total, jour et nuit, dans une cellule, devait trouver dans la solitude, le travail et la religion, la force de s’amender, et surtout reprendre à sa sortie de prison, une vie laborieuse et honnête.

  • 24  Demetz (Frédéric Auguste) et  Blouet (Guillaume-Abel), Rapports sur les pénitenciers des États-Uni (...)

« Les murs sont la punition du crime, la cellule met le détenu en face de lui-même, il est forcé d’entendre sa conscience […]. Le travail que ses mains n’avaient peut-être jamais connu s’offre à lui moins redoutable ; c’est un ennemi dont il va se servir pour en combattre un autre qui lui semble plus à craindre. Le gardien pénètre dans la cellule, sa présence est un soulagement, elle lui laisse un doux souvenir et des armes pour se défendre des remords et de l’ennui. Les murs sont terribles, l’homme est bon24. »

Nef du musée de Fontainebleau

Nef du musée de Fontainebleau

photo Pierrette Nivet/ministère de la Justice

  • 25  Le musée possède l’affiche de la pose de la première pierre par le roi Charles X.

33Dans toute l’Europe, pendant la première moitié du XIXe siècle, le système cellulaire parut apte à moraliser les classes pauvres et maintenir l’ordre. Suivant son ministre de l’Intérieur Gasparin, qui prétendait en 1838 que ce système « pouvait changer le cœur des criminels endurcis et au moins préserver ceux qui n’étaient pas totalement corrompus de la contagion de l’exemple », le roi Louis-Philippe imposa la construction de maisons d’arrêt et de justice sur le modèle cellulaire. « Nos prisons n’intimident point, car nous avons un nombre toujours croissant de condamnés. Elles ne réforment pas, car le nombre des récidives augmente sans cesse, elles abrègent d’une manière affligeante, la vie des détenus, car la mortalité annuelle y est en moyenne d’un individu sur vingt-et-un. Le régime de Philadelphie offre plus de chance d’intimidation et de réforme. » Le système philadelphien fut tout d’abord expérimenté à Paris, à la Maison des jeunes détenus, rue de la Roquette, construite par l’architecte Hippolyte Lebas de 1826 à 183425.

Entraves de bagnards, XIXe siècle

Entraves de bagnards, XIXe siècle

photo MNP/ministère de la Justice

  • 26  Comte Tanneguy Duchatel (Charles), Blouet (Abel), Harou-Romain (Nicolas Philippe), Horeau (Hector) (...)

34Application pour les prisons départementales : les architectes Blouet, Harou-Romain et Horeau publièrent, en 1843, un projet de prison cellulaire pour 585 condamnés accompagné d’un Atlas de plans qui inspirèrent toutes les constructions pénitentiaires pendant une dizaine d’années26. Sont construites sur ce type autour de Paris la prison de Fontainebleau, qui nous intéresse particulièrement, mais celles aussi de Melun, Corbeil, Meaux, Provins, Coulommiers, et en province, celles d’Angers, Tours, Bordeaux... À Fontainebleau, la nef centrale bordée de coursives sur lesquelles ouvrent les cellules, orientée vers la chapelle,  reste le symbole de ces constructions anciennes.

35Après les drames de la guerre de 1870, la chute de l’Empire et les événements de la Commune, plus de 62 000 détenus sont incarcérés dans les prisons françaises, maisons d’arrêt, maisons centrales, colonies pour mineurs. Une commission d’enquête parlementaire présidée par le vicomte d’Haussonville (petit-fils de Mme de Staël) est alors mise en place et rend son rapport sur l’état des prisons à la fin de l’année 1874. Comme celles de l’an 2000, cette enquête parlementaire, qui avait soulevé de grands espoirs d’une vraie réforme de l’institution pénitentiaire, accouche d’un texte certes important mais qui, s’appliquant aux seules maisons d’arrêt, ne prend pas en compte les maisons centrales, ces prisons qui accueillent les condamnés à plus d’un an d’emprisonnement ou de réclusion, véritables manufactures carcérales où sévissent faim, fatigue et peur.

  • 27  Le droguet est une étoffe de laine de bas prix dont le nom est devenu le terme générique utilisé p (...)

36Dès la promulgation de la loi de 1875, la « folie cellulaire », selon l’expression du médecin personnel de Napoléon III, reprit de plus belle. Un certain nombre de mesures prises par la monarchie de Juillet furent réactivées, incluant à l’intérieur des maisons d’arrêt le port de la cagoule par les détenus hors de leur cellule, l’aménagement de chapelles en alvéoles pour éviter la promiscuité, l’imposition du silence total. Les condamnés étaient astreints au port de la tenue pénale, droguets27, sabots, chemises, bérets, cheveux coupés à ras tous les mois, systématiquement stigmatisés.

37De 1876 à 1910, 72 maisons d'arrêt comme celle du Puy, de Fresnes, de Béthune, etc. furent construites sur le type cellulaire. Certaines prisons furent réaménagées, les espaces communs cloisonnés comme le montrent les centaines de plans et calques de toutes les prisons de France conservés au musée, centre de ressources qui devraient s’avérer indispensables à tout architecte contemporain intéressé par la construction de nouveaux établissements.

  • 28  Carlier (Christian), Wasserman (Françoise), Comme dans un tombeau. Lettres et journaux de prisonni (...)

38Le parangon des vertus cellulaires est la prison de Fresnes, prison-palace, prison quatre étoiles, où imaginez ! le tout à l’égout est installé et où le supplice le plus terrible de la prison est la recherche de propreté, comme le raconte l’anarchiste répondant au beau pseudonyme de Libertad, qui, en 1900, suppliait qu’on le dispense de cirer le plancher de sa cellule au cul de bouteille28

Brique du bagne de Guyane fabriquée par les bagnards

Brique du bagne de Guyane fabriquée par les bagnards

photo MNP/ministère de la Justice

  • 29  O’Brien (Patricia), Correction ou châtiment, Histoire des prisons en France au XIXe siècle, Paris, (...)
  • 30  Perrier (Dr Charles), La grande envergure et ses rapports avec la taille chez les criminels. Avec (...)
  • 31  Catalogue de l’exposition « Le médecin et le criminel, Alexandre Lacassagne (1843-1924) », Lyon, b (...)

39Le musée des prisons est un lieu où l’on souhaite donner la parole aux exclus, « ces prisonniers qui ont disparu de leur propre histoire », comme l’écrit Michelle Perrot, un lieu où l’on a rassemblé des traces de cette contre-culture (chants, graffiti, tatouages) dont parle l’historienne américaine Patricia O’Brien29. Dessins, graffiti et tatouages. Que reste-t-il en effet au prisonnier dans sa cellule, coupé du monde et sans possibilité de parole ? Les murs…et les corps. « Je suis à moi-même mon papier, ma toile et ma peinture. Mon corps écrit parle pour moi. » Et l’on y retrouve les travaux du docteur Charles Perrier à la prison de Nîmes30, ou ceux d’Alexandre Lacassagne à la prison Saint-Paul de Lyon31.

40Ainsi, les collections d’ethnographie conservées au musée des prisons retracent-elles cent ans de vie quotidienne des prisonniers et de leurs geôliers. En rappelant avec Karl Marx (et plus récemment l’ancien garde des Sceaux Robert Badinter) que « la loi d’airain qui veut que la condition pénitentiaire soit toujours plus rigoureuse que la condition des hommes libres même misérables », sont présentés des objets de pauvres et de pauvres objets trouvés en détention : du mobilier carcéral, châlits de bois, lourdes portes cloutées de fer équipées d’énormes serrures. Plus les « cages à poules » : pendant le Second Empire, dans les grandes maisons centrales, des dortoirs cellulaires furent aménagés à l’aide de cloisons en bois à claire-voie. Les cellules ainsi délimitées sur un espace de 1,5 mètre sur 2 mètres furent appelées « cages à poules ».

Cages à poules à Clermont-sur-Oise, 1930

Cages à poules à Clermont-sur-Oise, 1930

photo Henri Manuel

  • 32  Circulaire du 26 mai 1975, paragraphe 243.1 : « à la notion de “costume pénal”, est substituée cel (...)

41Le mobilier de la cellule se composait d’un lit en métal ou en bois, d’un matelas et de deux couvertures, d’une tinette et d’un broc à eau. Ce système de cellules préfabriquées a été particulièrement utilisé dans les maisons d’éducation surveillée (Aniane, Saint-Maurice, Cadillac). Il était encore en usage dans les maisons centrales de Clairvaux, Eysses, Melun et Poissy au début des années 1970. Les premières « cages à poules » ont été installées dans le quartier administratif de la prison Saint-Lazare à Paris, dit « la Ménagerie », pour accueillir les femmes prostituées (les poules). On expose aussi des tenues pénales32 composées de sabots de bois mal équarris, des costumes de droguet, de rêches robes de bure, des gamelles en tôle émaillée, des tinettes sordides…

  • 33  Catalogue de l’exposition, Éditions Alternative, novembre 2002.

42Pauvres objets fabriqués, dans lesquels « il ne faut voir que lueurs de jubilation dans une nuit de chagrin sans fin » selon Philippe Starck, maquette en allumettes et boîtes de camembert du château de Louis II à Neuschwanstein en Bavière, dont la construction occupa pendant 486 heures un détenu de la maison centrale de Melun en 1986, cadres de photos en allumettes, tour Eiffel ou église, maquettes de bateau, maquette de prison en carton, peintures : la Joconde, la Vierge de Lourdes ou le Christ jaune de Gauguin, bricoles… photographiées par Catherine Réchard, dans l’exposition Système P, Bricolage, invention et récupération en prison33.

  • 34  Dossier de l’exposition, musée national des Arts et Traditions populaires, Paris, 2002.

« Dans cet univers pénitentiaire où les prisonniers sont démunis des objets usuels les plus élémentaires, la créativité et l’ingéniosité sont perpétuellement requises pour pallier le manque et inventer, à partir de tous les matériaux possibles – y compris des objets existants détournés de leur fonction initiale – tout ce qui est nécessaire à la vie quotidienne et est devenu inaccessible. S’adaptant aux contraintes du milieu, la communauté des détenus a ainsi développé un réseau parallèle fait de trucs, de trouvailles et de combines, véritable art populaire de résistance. Création d’objets spécifiques à la prison et sans autre destin possible, à moins de voir le jour, ailleurs, dans des conditions analogues d’extrême privation. Comme une œuvre d’art trahit la personnalité d’un artiste, ces objets – tant par les désirs qu’ils renferment que par la façon dont ils ont été pensés et conçus – racontent chacun une histoire personnelle, renvoient à une humanité singulière34. »

43Mais aussi objets interdits saisis au cours des fouilles, couteaux, cordes à nœud ou échelles, pipes à haschich, morceaux de verre avalés par les détenus pour s’automutiler ou se suicider…

Paroles…

44« Nous voulons que les détenus ne puissent s’entendre parler, mais nous ne prétendons pas qu’ils ne puissent s’entendre crier », écrivait l’inspecteur des prisons Charles Lucas en 1836.

  • 35  Paroles de détenus, avec le concours de Radio France, Paris, Éditions des Arènes, coll. Librio, 20 (...)
  • 36  Carlier (Christian), (Françoise) Wasserman, op. cit.

45Ces paroles de détenus, comme le rapporte Jean-Pierre Guéno à France-Bleu en 200035, paroles si longtemps confisquées pour ces cohortes d’anonymes, « parole des prisonniers, qui quand elle n’est pas accaparée par les “ dominants ” ou les “ spécialistes ”, l’est par des “ porte-parole ” qui presque toujours, occupent au sein de la prison une position tout à fait particulière, en raison soit de leur statut de grand criminel (quand les prisons sont encombrées de “ voleurs de poule ”), soit de l’incommensurable énergie qui alimente leur révolte (alors que la prison plie quand elle ne la rompt pas ce qui reste de volonté à ses malheureux pensionnaires), soit enfin de leurs qualités littéraires (Sade ou Genêt, pour ne parler que des plus grands), quand bien même le pourcentage d’analphabètes et d’illettrés serait dans la prison infiniment élevé36… »

46Dans cet esprit, nous gardons précieusement les collections de fanzines, journaux de détenus ou lettres comme celle de Raymond, de Tournai :

« La captivité est un hiver sans fin, un esclavage qui ne comporte que la faculté de se mouvoir dans un rectangle de terre pelée. L’existence d’un prisonnier est faite d’immenses intervalles séparant des riens, des mornes méditations d’un esprit asphyxié dans une atmosphère de prison, de tristes sentiments refoulés dans un cœur saturé de rancune, de colères subites et nerveuses maintenues sous pression dans un corps flétri par un état miséreux. Cette vie ne se raconte pas, elle est vide, elle est creuse. C’est une tranche de quelques années à rayer, à supprimer brutalement. Le corps sort de cette aventure vieilli et las, mais il n’a pas vécu. »

  • 37  Les voleurs. Physiologie de leurs mœurs et de leur langage, ouvrage qui dévoile les ruses de tous (...)
  • 38  Le dernier jour d’un condamné, première édition, Paris, Gosselin et Bossange.

47Le musée possède aussi des trésors de la littérature, quelques documents exceptionnels, parmi lesquels nous pouvons citer l’œuvre de François Villon éditée par Clément Marot en 1513, une lettre manuscrite envoyée en 1775 par le marquis de Sade à Gaufridy, notaire à Apt, une lettre manuscrite de Mirabeau à son beau-père le marquis de Marignane, les œuvres complètes de Vidocq Les voleurs et Monsieur Coco écrits en 182837, l’édition originale du Dernier jour d’un condamné de Victor Hugo, publié sans nom d’auteur en 182938, et la seconde édition publiée en 1832, une lettre manuscrite de Louise Michel et une édition originale de La Misère (1882), le manuscrit des Captives texte écrit en 1936 par Robert Brasillach, un exemplaire parmi les seize manuscrits de La galère, superbe poème de Jean Genêt qui répondait en 1936 à un questionnaire sur la culture, quatre pages à l’encre violette : L’avenir est à Freud, avant d’écrire en 1942 Le condamné à mort dans sa cellule de Fresnes. Le même Jean Genêt qui alla jusqu’à dire que la prison fut le lieu de sa suprême liberté.

Mémoire des hommes…

48Dans la cellule disciplinaire – le mitard où la tuberculose faisant des ravages plus qu’ailleurs, le condamné avait « les éponges mitées » –, sont déposés les entraves, menottes, chaînes de bagnards, boulets et autres fers de contention, qui illustrent aussi bien la sécurité que la discipline, le surveiller et le punir. Des photos des années 1930 évoquent d’autres salles de discipline, ainsi l’on voit à la maison centrale de Nîmes vingt-cinq hommes punis, assis sur des plots de ciment, avant de reprendre la longue marche qui leur fera faire cinquante fois dans la journée le tour de la salle glacée en hiver et brûlante en été, sabots aux pieds et pieds en sang, sous l’œil à demi-fermé d’un gardien fatigué. Car, dans ce premier cercle du carcéral, on rencontre aussi le concierge, le porte-clef, le gaffe, le maton, le gardien, le surveillant (ainsi appelé depuis 1919), ces cohortes de gardiens de prison qui pendant des décennies ont été englobés par la société dans le même opprobre que le délinquant qu’ils gardaient… souvent sans avoir choisi un métier longtemps réservé à d’anciens militaires, dont beaucoup étaient analphabètes et ivrognes.

Camisole de force

Camisole de force

photo D. Piot/ministère de la Justice

  • 39  Gaumy (Jean), op. cit.

49Un espace important est ainsi consacré au travail quotidien des personnels pénitentiaires, à leurs uniformes, leurs outils de travail… Sur les photographies, celles d’Henri Manuel en 1930 et celles de Jean Gaumy en 1980, « les gardiens portent la marque de la souffrance, de la peine et de la tristesse de la prison. Ils en incarnent l’interdit de plaisir. L’uniforme sombre, la raideur de la coupe, le rêche du tissu, la méticulosité et la maniaquerie des décorations – des insignes strictement fonctionnels – l’allure sévère et austère des scribes, sont des motifs du thème des scribes. C’est le maton qui fait la prison et non le prisonnier39… »

  • 40  Foucault (Michel), Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1961, rééd. 1972.
  • 41  Boulevard de l’Hôpital, dans le 13e arrondissement de Paris.

50Le second cercle concerne l’approvisionnement de la prison : qui enferme-t-on et pourquoi, qui sont les prisonniers, comment classer et enfermer la population pénale ? Depuis l’origine, qu’elle soit simple lieu de sûreté, dépôt de mendicité, quartier de force au sein de l’hôpital général ou lieu d’exécution de la peine privative de liberté, la prison est le lieu d’enfermement du pauvre, de ce bon pauvre qui, pendant une grande partie du Moyen Age, est le visage du Christ sur terre, auquel chaque famille chrétienne doit laisser une place à sa table, et qui dès le milieu du XIVe siècle (1351), sous la pression des guerres, des famines, de la peste, est devenu ce mendiant, ce vagabond, ce cayman ou cette caymandresse, coupable, forcément coupable parce que pauvre. Dès le règne de François Ier, il avait été répertorié avec moult précisions dans les ordonnances royales, mis au travail forcé dans les « petites maisons » dont existaient des modèles en Hollande et en Angleterre… et souvent envoyé ramer sur les galères royales. Au XVIIe siècle, pour tous ces pauvres, tous ces aventuriers, vagabonds, « gens de guerre débandés, qui couraient les champs en commettant toutes sortes d’exactions », mais aussi ces malades, ces fous… hommes, femmes, enfants, jeunes, vieux, commence « le grand renfermement », selon l’expression reprise par Michel Foucault40. L’édit du 27 avril 1656 fonde l’hôpital général de Paris : regroupant les bâtiments de la Salpêtrière, ceux de Bicêtre et de l’hôtel Scipion autour de la Pitié41, il mêle assistance et répression. Le 25 juillet 1700, par ordre du roi, les « pauvres mendians valides seront obligés d’aller travailler à la campagne ». Peu à peu, tous vont être enfermés derrière des murs, dans des maisons de sûreté, des prisons d’état, des forteresses, dans des bâtisses où l’on ne fait pas la différence entre l’asile et l’hôpital. Il faut attendre la fin des années 1830 pour que tous les aliénés soient séparés des prisonniers dans des établissements spéciaux. Aujourd’hui, les prisons sont à nouveau peuplées de délinquants sexuels et de « psychopathes ».

… des femmes

  • 42  Perrot (Michelle), Les femmes, ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998.

51Musée de l’exclusion : la catégorie des exclus parmi les plus importantes est celle des femmes incarcérées… À Paris, à la veille de la Révolution, ce sont près de 7 000 femmes enfermées à la Salpêtrière, orphelines, vieilles, folles, prostituées enfermées dans le « commun », libertines et rebelles dans le quartier de correction et dans les petits cachots, les criminelles condamnées aux travaux forcés – parfois pour un vol d’épingles – mais trop faibles pour être envoyées au bagne. Lieu où l’on raconte l’histoire des femmes, elles qui « au théâtre de la mémoire sont ombres légères », comme dit joliment Michelle Perrot, « océan de silence, un silence qui convient à leur position seconde et subordonnée, et qui résulte des injonctions à la soumission, réitérées à travers les siècles, par les religions, les systèmes politiques et les manuels de savoir-vivre42 ».

  • 43  Saint Vincent de Paul et les galériens de Marseille, Vincent Riss, 1841, huile sur toile anciennem (...)

52Le musée conserve ainsi précieusement parmi les photos d’Henri Manuel, en 1930, celles du quartier des nourrices de Fresnes, où des femmes cousent, lavent, prient, sous l’œil attentif des religieuses qui les gardent en silence, dans la blancheur des draps et des linges, mais aussi dans les maux de ventre et le désir de revoir leurs enfants… enfants photographiés dans les bras de leur mère qui peut les garder – aujourd’hui encore – jusqu’à l’âge de 18 mois, d’où la présence émouvante de berceaux et d’une table d’accouchement. La prison Saint-Lazare, l’influence de saint Vincent de Paul43, la prostitution et l’infanticide sont évoqués au musée par les tableaux, les pots à pharmacie, les vêtements (blouses, bonnets, tabliers), les carnets de santé… Pour parler des femmes, j’aime évoquer Le Sas, superbe texte écrit en 1986 par Michel Azama après avoir animé un atelier de théâtre avec les détenues de la maison centrale de Rennes, mais aussi le jardin de l’aumônier de cette même prison de femmes, où la réalisatrice Sylvaine Dampierre promena sa caméra en toute liberté… et encore Sous la cagoule à Fresnes, titre de l’ouvrage de Jeanne Humbert paru d’abord dans Police Magazine en 1932, illustré de photographies d’Henri Manuel qui nous montre une impressionnante litanie de femmes dissimulées sous le capuchon belge dans le long couloir de Fresnes.

Infirmerie de Saint-Lazare, 1930

Infirmerie de Saint-Lazare, 1930

photo Henri Manuel

Régimes et règlements

  • 44  Foucault (Michel), op. cit., note 9.

53Le troisième cercle, c’est le pénitentiaire, qui, comme l’écrit Michel Foucault, « n’est pas simplement un projet qui cherche sa caution dans l’humanité ou ses fondements dans une science, mais une technique qui s’apprend, se transmet et obéit à des normes générales44. » C’est le lieu de toutes les réflexions sur les régimes de détention, sur l’application des peines, sur la politique et le social, l’espace où foisonnent les statistiques et les codes, les enquêtes et les rapports en tous genres, le lieu de l’élaboration des règlements et des circulaires qui normalisent. Faut-il appliquer le système philadelphien ou le système auburnien, et pourquoi pas le système irlandais (le régime progressif), faut-il réfléchir à l’individualisation de la peine, comment passer du dortoir à la cellule, de la pédérastie à l’onanisme… écoutons encore Christian Carlier :

  • 45  Carlier (Christian), Histoire de Fresnes, prison moderne de la genèse aux premières années, Paris, (...)

« Avec la cellule, nous assistons à la fondation d’un univers de standardisation, de gommage des conditions et des traits individuels, chaque détenu n’étant plus qu’un numéro qui vit la même vie d’une cellule à une autre cellule, vie de solitude, vie arrêtée par les quatre murs de la prison. La prison cellulaire n’est pas tombeau, puisqu’elle ne s’applique qu’à des détenus y subissant de brefs séjours, elle est mutilation provisoire mais irrémédiable des sens (de la vue qui se brise sur l’obstacle des murs, de l’odorat, les déjections humaines ne faisant que passer, de l’ouïe, les bruits étant sinon absents, au moins réglés à l’identique dans les scansions de la journée de détention, etc.), des relations sociales, des relations sexuelles… Logique des doctrinaires qui inventent là, seulement à ce moment de l’histoire, un univers dévastateur des identités des corps et des âmes, un univers de souffrances infligées non plus de la main de l’homme, mais au moyen de procédés mécaniques, neutres, bienveillants presque, imperceptibles en tous cas à qui n’en subit pas les effets . Un univers totalitaire45. »

Musée d’histoire… de la société

54Impossible musée… Musée de société, musée d’histoire… Nous avons pensé dans un premier temps limiter à la seule peine privative de liberté l’exposition permanente. Les points forts de la collection offrent par ailleurs la possibilité de diversifier les grandes thématiques historiques : la prison pendant la guerre, les bagnes, la peine de mort. La trame du parcours général pourrait être la chronologie, l’histoire des ruptures dans la pratique et le discours. Depuis deux siècles, la société oscille entre une volonté d’intégrer la prison et celle de la rejeter en totalité… L’histoire des prisons est l’histoire de l’impossible conjonction d'une rhétorique et d'une pratique, de ce mouvement de balancier entre le discours, l'utopie, la volonté de réforme et la réalité quotidienne, le long balancement aussi entre souci sécuritaire et volonté d'amendement et de réinsertion.

55Le musée des prisons est le seul endroit où l’on raconte cette histoire qui s’enracine dans le présent, parce que la prison est héritière de toutes ces influences.

56« Codifier le droit de punir au siècle des Lumières » : la thématique est illustrée par l’édition originale de L’esprit des loix de Montesquieu (1748), l’édition originale avec des mentions manuscrites au crayon de l’ouvrage Des Délits et des peines de Beccaria (1764), l’œuvre peu connue de Voltaire, Concours pour la justice et l’humanité, 1774, la gravure de Carmontelle représentant la Malheureuse famille Calas, et, datées de 1788, Les observations d’un voyageur anglais sur la maison de force appelée Bicêtre, avec une lettre de M. Benjamin Franklin, de Mirabeau, qui, comme on le sait, a été enfermé aux îles de Lérins, dans la forteresse de Saint-Martin-de-Ré et plus tard au château de Vincennes.

57Le Code pénal étant pris comme fil rouge de l’exposition, il faudra évoquer Le Pelletier de Saint-Fargeau ou Adrien Duport, tous les promoteurs du nouveau système pénal, qui souhaitaient donner aux « mauvais pauvres », voleurs d’occasion ou par paresse, l’occasion de refaire leur vie par une punition qui leur inculque l’habitude du travail.

  • 46  Merle (Roger), La pénitence et la peine, Théologie, droit canonique, droit pénal, éthique et Socié (...)

58La prison laïque est aussi héritière de la civilisation chrétienne. Les influences monastiques ont largement inspiré les systèmes pénitentiaires de détention. Dans un bel ouvrage paru en 1985, Roger Merle parle de la peine à la pénitence46, toutes ces réflexions qui ont influencé la sémantique, les mots « pénitentiaire », « réhabilitation », « amendement », « insertion ». Nous pouvons ici souligner à nouveau l’influence de la religion dans l’architecture de la prison de Fontainebleau et évoquer la superbe collection de tableaux provenant des chapelles de prisons, calvaires, résurrections, madones, saints protecteurs des prisonniers (saint Vincent de Paul, saint Pierre, saint Léonard), toiles datées du XVIe au XXe siècle, de grande valeur picturale et pécuniaire, de l’orfèvrerie religieuse ou des ornements sacerdotaux utilisés par des aumôniers qui ont joué et jouent encore aujourd’hui un grand rôle moral et social vis-à-vis des détenus.

  • 47  Voir Howard (John), L’état des prisons, des hôpitaux et des maisons de force en Europe au XVIIIe s (...)

59Concernant l’histoire des philanthropes qui s’intéressaient à la prison, le musée possède les œuvres de Howard47, des manuscrits de La Rochefoucault-Liancourt, le rapport au roi de 1819 du duc Decazes membre de la Société royale pour l’amélioration des prisons, mais aussi des documents sur la réforme de Paul Amor qui, en décembre 1944, inscrivait dans le marbre que la peine privative de liberté ne doit pas attenter aux droits de l’homme détenu…

60Impossible musée… Musée de société… où sont entassés les bois de justice. Le musée est détenteur de deux guillotines, l’une provenant de l’île de la Réunion, l’autre de la Guadeloupe. Malgré le désir de ne pas dépouiller ces départements d’outre-mer de leur patrimoine historique, l’administration a récemment rapatrié à grands frais ces dispositifs, qui sont présentés, accompagnés des textes fondamentaux, le code pénal de 1791 : « Tout condamné à mort aura la tête tranchée » et en contrepoint la loi du 9 octobre 1981 : « La peine de mort est abolie en France »… à titre d’anecdote, nous rappellerons ici que l’un des prisonniers de droit commun les plus notoires incarcérés à la maison d’arrêt de Fontainebleau a été Georges Rapin, dit Monsieur Bill, jeune bourgeois parisien dévoyé, coupable d’un double meurtre, et guillotiné en 1960.

Maison centrale de Melun, poste de réfection des crachoirs hygiéniques (1908)

Maison centrale de Melun, poste de réfection des crachoirs hygiéniques (1908)

ministère de la Justice, collections du musée des Prisons

61Les traces de l’histoire des bagnes sont nombreuses au musée des Prisons, ouvrages anciens, photographies des lieux de la transportation et de la relégation, caricature de Papillon (Henri Charrière condamné en 1932, multirécidiviste de l’évasion, auteur d’un best-seller vendu à plusieurs millions d’exemplaires), autoportrait de Flag (François Lagrange, célèbre faussaire peintre à fresque sur l’Ile Royale), briques de latérite gravées du trèfle de Bonnot et de Raymond la Science, lettre manuscrite de l’anarchiste Roussenq datée du 12 février 1911 : « Y-a-t-il un moyen de manger du pain potable ? D’avoir une plume et de l’encre autres que ces saletés qu’on me donne ? espèce d’affameurs que vous êtes ! », et encore cette petite carte de vœux datée de Noël 1925 : « Bon souvenir du Diable ! »…

62Musée d’histoire, lieu de mémoire… La petite prison de Fontainebleau, qui a accueilli pendant 150 ans des détenus anonymes de droit commun, a été de septembre 1942 au 18 août 1944 prison allemande, lieu d’enfermement de plus d’une centaine de résistants qui y ont été torturés, fusillés et déportés par les nazis. Une plaque apposée sur le mur extérieur de la prison et une exposition permanente rappellent ces tragiques événements.

Haut de page

Notes

1  Izard (Valérie), Le musée des prisons, l’impossible musée ?, mémoire de maîtrise, université de Paris, 1996.

2  L’impossible prison, recherches sur le système pénitentiaire au XIXe siècle réunies par Michelle Perrot, débat avec Michel Foucault, Paris, Éditions du  Seuil, 1980.

3  Gaumy (Jean), Lardeau (Yann), Écrit sur l’image. Les incarcérés. L’utopie pénitentiaire, Paris, Éditions de l’Étoile, 1983.

4  Bertolt Brecht, La résistible ascension d’Arturo Ui, 1957.

5  Intervention de Georges Clemenceau, chambre des députés, débats parlementaires, 29 avril 1883, JO 1883, p. 773-799.

6  « Documents officiels relatifs à l’application de la loi du 5 juin 1875 sur l’emprisonnement individuel. Programme pour la construction et l’appropriation des prisons départementales en vue de la mise en pratique du système de la séparation individuelle (mis en vigueur par arrêté ministériel en date du 27 juillet 1877) ».

7  Bulletin de la Société générale des prisons, 1878, p. 983 sq.

8  Herbette (Louis), L’œuvre pénitentiaire. études présentées à l’occasion de l’organisation du Musée spécial et des expositions de l’administration française, par L. Herbette, conseiller d’état, directeur de cette administration, président de la commission pénitentiaire internationale, Melun, Imprimerie administrative, 1891.

9  Schroeder-Gudehus (Brigitte), Les fastes du progrès : le guide des expositions universelles 1851-1992, Paris, Flammarion, 1992.

10  Herbette (Louis), op. cit.

11  Congrès pénitentiaire de Saint-Pétersbourg, 1992. Album de photographies (musée national des Prisons).

12  Plans des établissements pénitentiaires de France, dressés par ordre du ministère de l’Intérieur. M. Leygues, ministre de l’Intérieur, M. F. Duflos, directeur de l’administration pénitentiaire, Melun, Imprimerie administrative, 1895.

13  Bertillon (Alphonse), Instructions signalétiques, identification et classification anthropométrique, Melun, 1885.

14  Code des prisons. Circulaire du 13 novembre 1885 : « Application d’un nouveau système de signalement - Envoi d’une brochure explicative ». Circulaire du 28 août 1888 : « Dispositions à prendre pour la complète mise en pratique du système des signalements anthropométriques ».

15  Cette maquette est conservée dans les locaux de la direction de l’administration pénitentiaire.

16  Musset (Alfred de) (1810-1857), Poésies nouvelles (1850) : Le mie prigioni (Mes prisons), 20 septembre 1842 :

On dit : « Triste comme la porte

D’une prison. »

Et je crois, le diable m’emporte !

Qu’on a raison.

D’abord, pour ce qui me regarde,

Mon sentiment

Est qu’il vaut mieux monter sa garde,

Décidément.

Je suis, depuis une semaine,

Dans un cachot,

Et je m’aperçois avec peine

Qu’il fait très chaud…

17  Artières (Philippe), Quero (Laurent), Le groupe d’information sur les prisons, GIP, IMEC, 2004.

18  Foucault (Michel), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

19  Circulaires des 15 et 26 mai 1975 : « Aménagements généraux aux régimes de détention et diversification des régimes d’exécution des peines ».

20  Badinter (Robert), La prison républicaine, 1871-1914, Paris, Fayard, 1992.

21  Riquetti de Mirabeau (Honoré), Des lettres de cachet et des prisons d’état, Hambourg, 1782.

22  Lucas(Claude), Suerte, L'exclusion volontaire, Paris, Plon, collection Terre humaine, 1995.

23  Appert (Benjamin), Voyage en Belgique dédié au roi, et conférences sur les divers systèmes d’emprisonnement dédiés à la reine, Bruxelles, 1848. Ce philosophe protestant (1797-1873) visita très jeune les prisons, et y dénonça « l’emprisonnement cellulaire, punition indigne de notre siècle et de l’humanité ».

24  Demetz (Frédéric Auguste) et  Blouet (Guillaume-Abel), Rapports sur les pénitenciers des États-Unis, Paris, Imprimerie royale, 1837.

25  Le musée possède l’affiche de la pose de la première pierre par le roi Charles X.

26  Comte Tanneguy Duchatel (Charles), Blouet (Abel), Harou-Romain (Nicolas Philippe), Horeau (Hector), Instruction et programme pour la construction des maisons d'arrêt. Atlas de plans de prisons cellulaires, Paris, 1841, in folio, 65 p., 25 plans dépliants.

27  Le droguet est une étoffe de laine de bas prix dont le nom est devenu le terme générique utilisé pour désigner le costume pénal.

28  Carlier (Christian), Wasserman (Françoise), Comme dans un tombeau. Lettres et journaux de prisonniers : la Belle époque à Fresnes, écomusée de Fresnes, collection Histoire et témoignages, 1992.

29  O’Brien (Patricia), Correction ou châtiment, Histoire des prisons en France au XIXe siècle, Paris, PUF, 1988.

30  Perrier (Dr Charles), La grande envergure et ses rapports avec la taille chez les criminels. Avec vingt portraits à la plume et huit autographes. Proportions des diverses catégories d'envergure au point de vue de l'ensemble des condamnés, détenus dans la maison centrale de Nîmes, extrait des Archives d'anthropologie criminelle et de médecine légale, n° 188-189, août-septembre 1909, Lyon, 1909.

31  Catalogue de l’exposition « Le médecin et le criminel, Alexandre Lacassagne (1843-1924) », Lyon, bibliothèque municipale de Lyon-la Part-Dieu, (27 janvier-15 mai 2004).

32  Circulaire du 26 mai 1975, paragraphe 243.1 : « à la notion de “costume pénal”, est substituée celle de “costume fourni par l’administration” pour marquer que le port d’un vêtement uniforme par les condamnés n’a pas un caractère afflictif lié à l’exécution de la peine, mais constitue une règle d’ordre et de bonne organisation de la collectivité carcérale. »

33  Catalogue de l’exposition, Éditions Alternative, novembre 2002.

34  Dossier de l’exposition, musée national des Arts et Traditions populaires, Paris, 2002.

35  Paroles de détenus, avec le concours de Radio France, Paris, Éditions des Arènes, coll. Librio, 2000.

36  Carlier (Christian), (Françoise) Wasserman, op. cit.

37  Les voleurs. Physiologie de leurs mœurs et de leur langage, ouvrage qui dévoile les ruses de tous les fripons et destiné à devenir le vade-mecum de tous les honnêtes gens, Paris, Tenon, 1828.

38  Le dernier jour d’un condamné, première édition, Paris, Gosselin et Bossange.

39  Gaumy (Jean), op. cit.

40  Foucault (Michel), Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1961, rééd. 1972.

41  Boulevard de l’Hôpital, dans le 13e arrondissement de Paris.

42  Perrot (Michelle), Les femmes, ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998.

43  Saint Vincent de Paul et les galériens de Marseille, Vincent Riss, 1841, huile sur toile anciennement conservée à la maison centrale de Haguenau, entrée au musée national des Prisons en 1988.

44  Foucault (Michel), op. cit., note 9.

45  Carlier (Christian), Histoire de Fresnes, prison moderne de la genèse aux premières années, Paris, Les Éditions de La Découverte-Syros, centenaire de la prison de Fresnes, 1998.

46  Merle (Roger), La pénitence et la peine, Théologie, droit canonique, droit pénal, éthique et Société, Cerf/Cujas, 1985.

47  Voir Howard (John), L’état des prisons, des hôpitaux et des maisons de force en Europe au XVIIIe siècle, nouvelle traduction par Christian Carlier et Jacques-Guy Petit, Paris, Éditions de l’Atelier, 1994.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Cour intérieure et entrée du musée à Fontainebleau
Crédits photo L. Lesueur/ministère de la Justice
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1774/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Portes de cellules au musée des Prisons
Crédits ministère de la Justice, collections du musée des Prisons
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1774/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Gravure de page de garde de L’œuvre pénitentiaire de Louis Herbette
Crédits ministère de la Justice, collections du musée des Prisons
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1774/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Machine à tresser la corde
Crédits ministère de la Justice, collections du musée des Prisons
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1774/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Nef du musée de Fontainebleau
Crédits photo Pierrette Nivet/ministère de la Justice
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1774/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Entraves de bagnards, XIXe siècle
Crédits photo MNP/ministère de la Justice
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1774/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Brique du bagne de Guyane fabriquée par les bagnards
Crédits photo MNP/ministère de la Justice
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1774/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Cages à poules à Clermont-sur-Oise, 1930
Crédits photo Henri Manuel
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1774/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Camisole de force
Crédits photo D. Piot/ministère de la Justice
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1774/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Infirmerie de Saint-Lazare, 1930
Crédits photo Henri Manuel
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1774/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Maison centrale de Melun, poste de réfection des crachoirs hygiéniques (1908)
Crédits ministère de la Justice, collections du musée des Prisons
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1774/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Prade, « L’impossible musée ? 1989-2005, le musée national des Prisons », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 18 mai 2012, consulté le 23 novembre 2014. URL : http://criminocorpus.revues.org/1774 ; DOI : 10.4000/criminocorpus.1774

Haut de page

Auteur

Catherine Prade

Catherine Prade a été de 1991 à 2008 Conservateur du musée national des Prisons (direction de l’administration pénitentiaire, ministère de la Justice).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page