Navigation – Plan du site
2012

Séjour surveillé pour « indésirables français » : Le château du Sablou en 1940

Jacky Tronel

Notes de la rédaction

Cet article a été publié une première fois dans Histoire Pénitentiaire, volume 4, Paris, Direction de l’Administration pénitentiaire, Collection Travaux & Documents, 2005, p. 68-93. Il a été révisé et actualisé par l’auteur pour la mise en ligne.

Notes de l’auteur

Les photographies des groupes de détenus du château du Sablou proviennent de la collection du Musée de la Résistance nationale à Champigny-s/Marne, fonds de l’association du Souvenir du camp du Sablou, don de Madeleine Quéré et Janine Pompier.

Texte intégral

1La politique de répression mise en place par la IIIe République à l’encontre des individus jugés « dangereux pour la défense nationale ou la sécurité publique » se traduit dans les départements par la création de « centres de séjour surveillé pour indésirables français ». En Dordogne, le « Camp du château du Sablou » voit ainsi le jour. Il fonctionne du 17 janvier au 30 décembre 1940, soit une année à peine… suffisamment longtemps pour marquer la mémoire du lieu, ainsi que celle des trois à quatre cents internés, détenus « par mesure administrative ».

Le château du Sablou, côté cour

Le château du Sablou, côté cour

@collection J. Tronel

2Pour bien mesurer toute l’ampleur du dispositif répressif, il est nécessaire de garder en mémoire la chronologie des événements qui se succèdent à compter de la déclaration de guerre de l’Angleterre et de la France à l’Allemagne. Le conflit qui éclate le 3 septembre 1939 conduit le gouvernement Daladier à renforcer la surveillance des milieux politiques considérés comme subversifs et à étendre la procédure d’internement à tout individu, étranger ou non, suspecté de porter atteinte à la défense nationale ou à la sécurité publique. Le décret-loi du 12 novembre 1938 relatif à « la situation et à la police des étrangers » a déjà statué sur le cas de ces « indésirables étrangers » dont il est « indispensable d’assurer l’élimination […] en raison de leur activité dangereuse pour la sécurité nationale ». En vue de leur internement, des « centres spéciaux de rassemblement » sont créés. Le premier d’entre eux voit officiellement le jour le 21 janvier 1939, au lieu-dit « Rieucros », sur la commune de Mende (Lozère). Des dizaines de milliers d’étrangers y sont détenus, Espagnols d’abord puis, sous Vichy, juifs allemands, autrichiens, polonais et français.

3Avec le décret-loi du 18 novembre 1939, une nouvelle étape est franchie dans la répression :

« Les individus dangereux pour la défense nationale ou pour la sécurité publique peuvent, sur décision du préfet, être éloignés par l’autorité militaire des lieux où ils résident et, en cas de nécessité, être astreints à résider dans un centre désigné par décision du ministre de la Défense nationale et de la Guerre et du ministre de l’Intérieur ».

4Cette mesure vise principalement les militants et sympathisants communistes ainsi que les « ressortissants de puissances ennemies ». L’internement administratif accorde aux préfets un pouvoir souverain. Sans qu’aucun délit n’ait été commis, sans qu’aucun jugement ni aucune condamnation n’aient été prononcés, ces derniers peuvent à loisir interner, « à titre préventif ». Le 14 décembre 1939, dans une circulaire qui leur est adressée, Albert Sarraut, ministre de l’Intérieur, fixe les conditions d’application du décret-loi :

  • 1  Baruch (Marc-Olivier), Servir l’État français. L’administration en France de 1940 à 1944, Paris, F (...)

« L’extrémiste qui, par ses conseils et ses tracts, s’efforce de rompre dans les usines le moral robuste des travailleurs, l’alarmiste des cénacles ou des salons qui jette sur ses auditoires les paroles de mensonge ou les prophéties de panique sont, au même titre, les ennemis de la Patrie, et le devoir que vous trace le décret du 18 Novembre est de les déceler en les éloignant, sans délai, des lieux où ils poursuivent une activité d’autant plus nocive qu’elle parvient à se mieux soustraire à l’étreinte de la loi. […] Dès lors, la nécessité s’impose d’être armé non seulement contre le fait délictueux ou criminel, mais aussi contre la volonté notoire de le commettre. […] Ainsi, l’obligation de la précaution préventive apparaît-elle aussi impérieuse que celle de la mesure répressive. […] Ce texte est grave. Il place dans vos mains [celles des préfets] une arme redoutable. Il est exorbitant du droit commun du temps de paix. Mais il est justement ainsi parce que c’est une loi du temps de guerre et destinée à disparaître avec elle, une loi exceptionnelle ». Cette toute-puissance conférée aux préfets par l’Intérieur s’amplifie sous Vichy, conduisant l’historien Marc-Olivier Baruch à écrire : « L’administration territoriale devait revenir au modèle napoléonien des origines : redevenu l’empereur de son département, le préfet n’aurait pas de difficulté à assurer son rôle de représentant unique du pouvoir central1 ».

Le camp du Château du Sablou

  • 2  Lagrange (Jacques), « Des internés politiques en Périgord en 1940 », Bulletin de la Société Histor (...)

5Le château du Sablou a été bâti au XVIIIe siècle, sur une terrasse rocheuse émergeant de la forêt, face au village de Fanlac, village rendu célèbre par Jacquou le Croquant, héros du célèbre roman d’Eugène Le Roy. À la fin du XIXe siècle, le château est la propriété d’Edmond de Floirac et de son épouse, Marthe de La Sablière. Le 4 septembre 1940, sur la commune voisine de Montignac, quatre adolescents partis à la recherche de leur chien fugueur découvrent une grotte qui, en raison de la splendeur de ses ornements, a été baptisée « la Chapelle Sixtine de la préhistoire ». Il s’agit de la grotte de Lascaux. En 1940, le château du Sablou appartient à Henri-René Bardin, négociant parisien. La réquisition du lieu par le préfet s’explique par l’isolement de cette propriété de 130 hectares : « Cachée dans la forêt Barade, c’est un endroit sûr pour parquer des détenus sans éveiller curiosité et soupçons2 ».

  • 3  Hérama (Paul d’), Tournant dangereux : Mémoires d’un déporté politique en Afrique du Nord (1940-19 (...)

6Sous le pseudonyme de Paul d’Hérama, l’instituteur Paul Caillaud relate son arrivée au Sablou3. Au début du mois de juin 1940, lui et ses compagnons d’infortune arrivent en gare de Montignac, en provenance de la citadelle de Saint-Martin-de-Ré :

« Après la traversée de la ville, ce fut l’ascension sur les hauteurs dominant le paysage, par une route en lacet. […] Au bout de quelques kilomètres, au sein d’un massif imposant de hauts arbres, le château du Sablou nous apparut, spacieux bâtiment rectangulaire de deux étages, couvert d’ardoises. Un large espace, transformé en jardin, bordait sa façade, donnant à l’est ; à l’ouest, c’était la cour des internés, avec une citerne au centre, et une aile de dépendances, jadis granges ou écuries, aujourd’hui logements pour surveillés politiques. À l’angle nord des constructions, se dressait une modeste tour reliée à une aile courte de bâtisses, dont les fondations descendaient très bas, formant trois étages en bordure du promontoire où se perchait Le Sablou. Des fils de fer barbelés, cette fois, et non des remparts, nous séparaient du reste du monde. […] Épaisses, hautes, les rangées de barbelés étaient longées par un chemin de ronde où, jour et nuit, cinq sentinelles veillaient, fusil chargé et baïonnette au canon, sans compter le fonctionnaire de garde dans la guérite de l’entrée. Tout proche se tenait le poste de police [poste de garde], occupé par de jeunes militaires de l’active. »

Le château du Sablou et ses jardins

Le château du Sablou et ses jardins
  • 4  Archives départementales de la Dordogne (AD 24), 1 W 1837. Sauf indication contraire, les sources (...)

7La capacité du Sablou est de 225 à 250 internés. « Ce dernier chiffre ne semble pas devoir être dépassé, en raison de l’exiguïté des locaux utiles – explique le commissaire spécial Antz – surtout si l’on tient compte du fait qu’il y a également à loger une trentaine de personnes appartenant aux effectifs d’administration et de surveillance et que certains locaux utilisés pendant l’été ne pourront pas l’être pendant la mauvaise saison4. »

Le commandement

8Par courrier en date du 1er février 1941, Maurice Labarthe, préfet du département de la Dordogne, adresse au ministre de l’Intérieur quelques renseignements « au sujet des camps d’internés civils français et étrangers de [son] département ». On relève que « le camp du Château du Sablou […] a été créé le 17 janvier 1940, par note n° 205/2 du Général commandant la 19e Région ». Du 17 janvier au 20 juin 1940, le commandement est placé sous l’autorité du capitaine Saule. De fin juin à début novembre, le capitaine Daguet assure la direction du camp. Il est remplacé le 5 novembre par le commissaire spécial Antz qui commande le camp jusqu’à sa fermeture, le 30 décembre 1940.

  • 5  Moine (André), La déportation et la Résistance en Afrique du Nord (1939-1944), Paris, Éditions Soc (...)

9Sous le commandement du capitaine Saule, le service de garde est assuré par quatre sous-officiers, quatre brigadiers, quarante hommes – des gardes mobiles ainsi que des tirailleurs sénégalais. Interné au Sablou au mois de mai, Alphonse Martin raconte comment le capitaine Saule, voulant donner des leçons de patriotisme, brime et insulte les détenus. André Moine, « ouvrier métallo » et dirigeant communiste, brosse ce portrait du capitaine Saule : « C’était un ancien officier de carrière, il n’avait rien d’un tortionnaire, mais tout d’une vieille culotte de peau5 ».

10Selon Martin, le capitaine Daguet qui lui succède laisse un meilleur souvenir :

« Il semble ne vouloir tenir aucun compte de l’opinion malveillante de son prédécesseur en ce qui nous concerne. Il s’entretient avec les internés, pose des questions, sur leur métier, leur famille, lit la correspondance. En quelques jours sa conviction est définitivement faite et un changement intervient. Plus d’appel du soir dans les chambres, au garde-à-vous, plus de corvées, hormis celles destinées à la cuisine, au ravitaillement en eau potable et à l’entretien sanitaire des locaux et du camp. Subsiste uniquement la cérémonie des couleurs, sans appel sur les rangs. Sur sa demande, suite à une réclamation des internés qui ne peuvent pas recevoir de colis, il obtient de l’Intendance, repliée à Sarlat, la fourniture de vêtements militaires. Des permissions sont accordées aux internés originaires des régions limitrophes ; un certain nombre de permissionnaires ne rejoindront plus le Sablou sans que leur absence provoque le moindre remous. Les malades dont l’état nécessite des soins sont hospitalisés à Montignac, sur la demande du capitaine Daguet. »

11Le personnel d’administration, d’encadrement et de surveillance dont dispose l’autorité militaire sous le commandement du capitaine Daguet, est ainsi réparti :
1° – Administration : 1 lieutenant-médecin, 1 sous-lieutenant qui a fonction d’adjoint au commandant, 1 adjudant-chef faisant fonction d’officier de détail, 3 sergents-chefs (comptabilité, ravitaillement, vaguemestre) ;
2° – Encadrement et divers : 2 adjudants-chefs, 3 sous-officiers, 1 caporal d’ordinaire, 6 démobilisés (chauffeur, palefreniers, téléphoniste…) ;
3° – Surveillance : un détachement du 41e régiment d’infanterie, composé de 40 hommes (officiers et gradés compris).

12Jusqu’au 31 octobre 1940, la garde du camp est sous contrôle du ministère de la Guerre. Le 30 octobre, le secrétaire d’État à l’Intérieur fait savoir au préfet de la Dordogne que « l’Autorité Militaire ne pouvant plus se charger de la garde des centres de séjour d’indésirables, cette surveillance incombera au Ministère de l’Intérieur (Direction Générale de la Sûreté Nationale) et qu’un Commissaire de Police [sera] détaché », conformément à la loi du 17 novembre 1940 relative à la surveillance des camps. Le commissaire spécial Antz est nommé à ce poste. Le 6 novembre, il s’adresse au ministre de l’Intérieur en ces termes :

« J’ai l’honneur de vous rendre compte qu’arrivé au Centre de Séjour Surveillé du Sablou le 31 octobre 1940, j’en ai pris la direction effective hier, le 5 novembre 1940, à 10 heures, le commandant militaire qui m’a précédé, le capitaine Daguet, ayant rejoint son corps. À l’appel effectué à la dite heure, 243 surveillés étaient présents sur un effectif de 273 internés, dont douze sont actuellement hospitalisés à Périgueux ou dans d’autres établissements et un en permission régulière. Il manque 18 surveillés dont l’évasion se serait produite entre le 20 octobre et hier… »

13Le 8 novembre 1940, deux pelotons de gendarmerie sont envoyés au Sablou pour en assurer la surveillance. Ils sont commandés par le lieutenant Theret et viennent en remplacement du détachement du 41e RI qui assurait la garde jusqu’alors. Les conditions d’installation sont précaires. Le commissaire Antz s’en ouvre au commandant militaire de Périgueux :

« L’installation des gendarmes serait grandement améliorée par la mise à disposition du camp de cinquante lits en fer avec literie militaire normale (matelas) et de quinze nécessaires de toilette pour sous-officiers (table, cuvette, broc et seau). Par ailleurs, je me permets de rappeler qu’il n’y a aucun WC pour les sous-officiers de la Gendarmerie et seulement un WC très rudimentaire pour le personnel d’administration et de direction (la demande d’installation en a été faite il y a quelques jours) et que l’appareil de douches promis au camp n’a toujours pas été installé. »

La population pénitentiaire

  • 6  Archives départementales de la Haute-Vienne (AD 87), 185 W 3/54.
  • 7  Le colonel Blasselle s’est montré très zélé dans sa lutte contre les communistes et les « indésira (...)

14Ce camp est principalement « réservé aux communistes français et aux Alsaciens autonomistes6 », indique le chef d’état-major de la 12e région militaire, à Limoges. Le préfet de la Dordogne précise que sont internés au Sablou « les Indésirables Français des 9e et 12e régions militaires [Poitiers et Limoges] ». Le 4 février 1941, le colonel Blasselle7, commandant militaire à Périgueux, établit la liste nominative des internés par arrêté du préfet de la Dordogne. 33 « indésirables » sont cités. Sur le nombre, il y a 25 communistes (76 %). Parmi eux Maurice Sentuc, dont l’évasion est signalée le 5 novembre 1940. Une note des Renseignements généraux de Périgueux du 29 avril 1943 donne une idée de l’ampleur des mesures de répression qui, en Dordogne, ont touché les communistes :

  • 8  AD 24, 1 W 1830.

« Après la dissolution du parti communiste en septembre 1939, son activité se trouve paralysée à la suite des mesures suivantes : les dirigeants et militants les plus en vue sont internés au centre de séjour surveillé au Château du Sablou (environ 24) ; d’autres sont affectés à des compagnies spéciales, certains militants actifs, employés de la SNCF, sont déplacés8 ».

  • 9  Le Groupe paysan et ouvrier français (GOPF) est créé le 28 septembre 1939 et regroupe les membres (...)
  • 10  AD 24, 3 X 30.

15Pour ce qui est des « Alsaciens autonomistes », un rapport du 16 juillet 1940 émanant des commissaires spéciaux Montabre et Mann, de Périgueux, signale la présence de 21 « réfugiés d’Alsace-Lorraine internés au château du Sablou », qui tous expriment le désir de retourner chez eux et se disent prêts à subir le sort de leur pays. Se trouve parmi eux Émile Fanger, inspecteur des douanes allemandes en retraite, qui « possède la nationalité allemande ». Lothar Kubel, quant à lui, « désire redevenir Allemand ». René Schwob, Charles Walter et Albert Baumgartner souhaitent devenir Allemand. Aloïs Barth « autonomiste […] demande à retourner en Alsace et devenir Allemand plutôt que de rester citoyen français ». Émile Laplume et Pierre Oberweis (71 ans), de nationalité luxembourgeoise, demandent à retourner dans leur pays. Rodolphe Badermann, dentiste du Bas-Rhin, « demande à rester Français et si l’Alsace redevient allemande, à retourner en Amérique ». Alfred Daul, « ex-député du Parti communiste du Bas-Rhin, démissionnaire du Groupe ouvrier et paysan français9 […] demande à rester Français, et dans le cas où l’Alsace redeviendra allemande, il décidera10 ». Un nombre significatif de ces réfugiés est encore présent au Sablou le 9 août 1940. L’un d’eux, Otto Baron, a déjà été jugé et condamné à cinq ans de prison pour « propos anti-français ». Les autres internés le sont en qualité de « suspects au point de vue national », pour avoir tenu des « propos communistes, antinationaux, autonomistes, défaitistes et anti-français », ou encore pour avoir nourri des « sentiments anti-français ».

  • 11  Peschanski (Denis), La France des camps : L’internement, 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002, p. 162 (...)
  • 12  AD 87, 185 W 3/54.

16Parmi les internés du Sablou se trouvent quelques militaires démobilisés issus des « compagnies spéciales de travailleurs militaires ». Dans ces compagnies avaient été versés les radiés d’affectation spéciale, mobilisés à l’arrière pour participer à l’effort de guerre. Dans son étude sur La France des camps, l’historien Denis Peschanski explique que ce sont le plus souvent des militants communistes et syndicalistes qui ont suscité un mouvement de revendication ou qui sont suspectés d’en avoir l’intention. « Démobilisés en juillet 1940, ces hommes furent transférés dans des centres de séjour surveillé. Beaucoup se retrouvèrent à Fort-Barraux [Isère]11. » Concernant la démobilisation de ces compagnies, consécutivement à l’Armistice, le général de corps d’armée Frère rappelle, dans une note de service du 5 août 1940, que les militaires français affectés à ces compagnies « doivent faire l’objet d’un examen de leur situation par un commissaire spécial en accord avec les préfets. Ceux qui à la suite de cet examen seront classés comme suspects ou dangereux seront démobilisés, mais immédiatement dirigés sous escorte sur le camp du Château du Sablou (Dordogne) où ils seront internés comme civils12 ».

  • 13  Vers le 15 avril 1940, Louis Gautrand, instituteur à Aniane (Hérault), voit surgir dans sa classe (...)

17Cinq militaires démobilisés sont concernés par cette mesure : Louis Gautrand, Ernest Coste, Amico, Persicol et Sauveur Sola. Gautrand13, instituteur originaire de l’Hérault, rapporte :

  • 14  Moine (André), op. cit., p. 31.

« Au Sablou, l’arrivée des cinq militaires en uniforme parmi les civils “surveillés” fit sensation. L’armée française était en déroute.… Les pourparlers d’armistice à la veille d’être engagés… On nous prit d’abord pour des déserteurs ! Mais je reconnus plusieurs camarades, notamment Marc Dupuy de la Fédération des Cheminots, Louis Bouet de la Fédération de l’Enseignement, directeur de L’École Émancipée… Il y avait de tout dans ce centre : des anarchistes, des trotskystes, des syndicalistes purs, des socialistes… mais les communistes étaient les plus nombreux14. »

La troupe théâtrale du Sablou avec ses musiciens tziganes

La troupe théâtrale du Sablou avec ses musiciens tziganes

18Au nombre des « indésirables » internés au Sablou, se trouvent cinq Tsiganes. L’article 1er du décret du 6 avril 1940 stipule que « la circulation des nomades est interdite sur l’ensemble du territoire métropolitain pour la durée de la guerre ». Soupçonnés d’espionnage, les Tsiganes d’Alsace-Lorraine sont les premières victimes de l’Occupant qui, dès juillet 1940, les expulse vers la zone libre. Ils sont progressivement internés dans les camps d’Argelès-sur-Mer, Barcarès et Rivesaltes, avant d’être transférés en novembre 1942 sur le camp de Saliers (Bouches-du-Rhône), camp spécialement créé par le gouvernement de Vichy pour l’internement des Tsiganes en zone Sud. En Dordogne, pour l’année 1940, le « Camp de Fanlac » (Château du Sablou) est désigné pour l’internement des Tsiganes, également appelés « Bohémiens ». Les hommes y sont assignés à résidence, sur ordre du préfet, tandis que roulottes, femmes et enfants sont cachés dans la forêt alentour. Au château, ils se rendent utiles aux cuisines, sculptent des cannes, tressent des paniers que, par humanité, des sympathisants communistes s’efforcent de vendre dans les villages voisins afin de leur procurer un moyen de subsistance. Musiciens, leurs violons les accompagnent. Sur une liste dressée le 10 octobre par le capitaine Daguet, on trouve les noms de Joseph Lagrenée, Wilhem Lagrenée et Johan Lagrenée, tous trois signalés comme « musiciens ambulants sans domicile fixe. »

  • 15  Madeleine Quéré a créé, en 1985, une association dont l’objet est d’officialiser la commémoration (...)

19L’absence de registres d’écrou ne facilite pas l’établissement d’une typologie précise de la population carcérale. Selon Madeleine Quéré15, les registres auraient été volontairement brûlés par le capitaine Saule, au mois de juin 1940, peu avant l’arrivée des Allemands, mais surtout afin d’éviter qu’ils ne tombent entre les mains des communistes. Ceux-ci avaient en effet de bonnes raisons d’en vouloir au capitaine Saule dont le commandement avait été d’une grande brutalité et dont le mépris affiché à l’égard des communistes était total.

20Le cas de Paul Kleinert, réfugié alsacien employé à la poudrerie de Bergerac et résidant à Mouleydier (Dordogne), constitue un autre exemple de l’usage qui était fait de l’internement administratif. Le 24 septembre 1940, Paul Kleinert écrit au préfet pour se plaindre de ne pas avoir été, « à ce jour et comme promis », rapatrié sur Strasbourg. Il met également en avant le fait qu’il ne lui est plus possible de vivre avec les dix francs journaliers de l’aide aux réfugiés. Le 7 octobre 1940, le préfet de la Dordogne adresse une lettre au général commandant la 12e région militaire, résumant ainsi la situation :

« Mécontent du retard apporté au rapatriement des Alsaciens réfugiés, Kleinert a adressé une lettre de protestation au sous-préfet de Bergerac dans laquelle il exprime son intention d’organiser à Mouleydier une manifestation placée sous la protection des autorités allemandes. Les intentions menaçantes de Kleinert se trouvent confirmées dans un rapport de gendarmerie où il est en outre indiqué que cet individu, animé d’un très mauvais esprit, est dangereux pour l’ordre public. J’estime dans ces conditions qu’il y a intérêt à le placer dans l’impossibilité de nuire jusqu’à ce que son rapatriement puisse être envisagé. » De fait, par arrêté du 7 octobre 1940, le préfet déclare Kleinert « astreint à résider dans le centre de séjour surveillé du Sablou où il sera immédiatement conduit […] vu le décret du 18 novembre 1939 relatif aux mesures à prendre à l’égard des individus dangereux pour la défense nationale et la sécurité publique. »

Gros plan sur dix-huit « indésirables » périgordins

21Pour mieux saisir le profil des internés ainsi que les raisons qui ont motivé les décisions d’internement administratif, nous allons nous intéresser aux dix-huit « Sablousards » présents sur la photo du « groupe des Périgordins internés au Sablou ». Les renseignements et avis qui suivent émanent d’une note du commissaire spécial de Périgueux du 3 septembre 1940. L’énumération suit l’ordre de positionnement sur la photo : debout puis assis, et de gauche à droite.

Groupe de dix-huit Périgordins internés au Sablou

Groupe de dix-huit Périgordins internés au Sablou

22Henri Lascaux, 45 ans, employé à la SNCF : « Militant communiste et propagandiste depuis de nombreuses années. Était membre de la commission exécutive de la région communiste de la Dordogne. Doit être maintenu au Camp du Sablou. »

23Jean Jolivet, 38 ans, cantonnier municipal : « Était un des principaux membres de la cellule des employés municipaux de Périgueux. Militant communiste qui doit être maintenu au Centre de séjour surveillé du Château du Sablou. »

24André Audinet, 50 ans, menuisier à la SNCF : « Militant communiste et propagandiste depuis de nombreuses années. Trésorier de la cellule communiste de Chamiers où il jouait un rôle très actif. Doit être maintenu au Camp du Sablou. »

25Ferdinand Chanfrau, 67 ans, ouvrier typographe : « Militant communiste et propagandiste très actif, malgré son âge. Était membre de la commission exécutive du Parti communiste de Périgueux. Conseiller municipal communiste déchu. Doit être maintenu au Centre de séjour surveillé du Sablou. »

  • 16  Le carnet B recense Français et étrangers qui représentent, au point de vue national, une menace p (...)

26Edmond Givord, 59 ans, ancien industriel : « Militant communiste et propagandiste des plus actifs et très dangereux pour l’ordre et la tranquillité publics. Est inscrit au Carnet B16. Était secrétaire de la cellule communiste de Saint-Laurent-sur-Manoire où il jouait un rôle prépondérant. Ne doit pas être libéré du Centre de séjour surveillé du Sablou, sous aucun prétexte. »

27André Dazenière, 59 ans, négociant en fruits : « A toujours manifesté des idées communistes et fréquentait les réunions et les manifestations organisées par ce Parti. Fréquentait assidûment les principaux militants de Périgueux, et plus particulièrement le nommé Eyraud, dont il partageait entièrement les opinions politiques. Était inscrit au PC et a été candidat de ce Parti aux élections municipales de 1936. Doit être maintenu au Camp du Sablou. »

28Charles Valade, 49 ans, menuisier aux ateliers de la SNCF : « Communiste et propagandiste des plus actifs. Était membre de la commission exécutive du Parti communiste, région de la Dordogne. Candidat communiste aux élections municipales de 1935. Doit être maintenu au Camp du Sablou. »

29Paul Eyraud, 57 ans, commis principal des PTT : « Militant communiste et propagandiste très actif qui prenait très souvent la parole dans les réunions publiques. Conseiller municipal communiste de Périgueux, déchu. A été candidat des élections législatives en 1932. Avant la dissolution du PC était trésorier de la cellule communiste et secrétaire de la région de la Dordogne. Il doit être considéré comme un individu dangereux pour l’ordre et la tranquillité publics. Il doit être maintenu au Camp du Sablou. »

Groupe d’internés et leurs familles en visite au Sablou

Groupe d’internés et leurs familles en visite au Sablou

30Louis Dauphin, 49 ans, chef d’équipe au service des lignes des PTT : « Militant communiste et propagandiste depuis de nombreuses années. Était secrétaire de la cellule communiste des agents des lignes et membre de la commission exécutive de la région de la Dordogne. Doit être maintenu au Camp du Sablou. »

31Émilien Maurel, 51 ans, chaudronnier aux ateliers de la SNCF : « Membre du Parti communiste depuis de nombreuses années, a toujours été considéré comme un militant et propagandiste très actif. Avant le décret de dissolution, il occupait les fonctions de membre de la commission exécutive de la région de la Dordogne. Le maintien de ce militant au Camp du Sablou s’impose. »

32André Audoux, 43 ans, frappeur à la SNCF : « Secrétaire de la cellule communiste de Chamiers où il jouait un rôle très actif, membre de la commission exécutive de la région de la Dordogne. Était considéré comme un militant et propagandiste particulièrement actif et très dévoué à son Parti. Doit être maintenu au Camp du Sablou. »

33Jean Marmier, 51 ans, employé municipal : « Membre très actif de la cellule communiste des employés municipaux de Périgueux. Avant la dissolution du PC était considéré comme un militant très dévoué à son Parti. Doit encore être maintenu au Camp du Sablou. »

34Charles Debet, 55 ans, directeur des travaux de la ville de Périgueux : « Inscrit au PC depuis 1908, a toujours été considéré comme un militant des plus actifs. A occupé les fonctions de membre de la commission exécutive de la région de la Dordogne. Violent et emporté, il doit être considéré comme un indésirable dangereux ne devant être libéré du Camp du Sablou sous aucun prétexte. »

35Jean Parsat, 51 ans, manutentionnaire à la SNCF : « Militant communiste et propagandiste actif. Membre du Parti communiste depuis 1932. »

36Henri Jouhaud, 43 ans, propriétaire cultivateur : « Militant communiste et antimilitariste des plus convaincus et des plus actifs. Était secrétaire de la cellule communiste d’Angoisse où il jouait un rôle prépondérant. Doit être maintenu au Camp du Sablou. »

37Pierre Murat, dit « Abel », dit « Raspoutine », 56 ans, retraité des chemins de fer PO [Paris-Orléans] : « Militant communiste et propagandiste depuis de très nombreuses années. Se faisait passablement remarquer dans les réunions publiques et les manifestations de rues organisées par le PC. Était membre de la commission exécutive du PC de la Dordogne. Individu violent et sournois, très dangereux pour l’ordre et la tranquillité publics, ne devant être libéré du Camp du Sablou sous aucun prétexte. » Plus sérieusement, le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français de Jean Maitron, indique qu’Abel Murat fut formé par Paul Faure (natif de Périgueux, secrétaire général de la SFIO jusqu’en 1938 et futur conseiller de Laval en 1940), en vue de la propagande à mener par la presse. Il dirigea par la suite l’imprimerie coopérative La Prolétarienne. En 1919, il se consacre en priorité à la lutte syndicale et devient secrétaire adjoint du syndicat des cheminots de Périgueux, puis trésorier de l’Union départementale. Conseiller municipal de Périgueux depuis 1919, il est, en avril 1920, secrétaire du Comité de la IIIe Internationale. Il passe ensuite au communisme sous l’influence de P. Bouthonnier, de même que la majorité du Parti socialiste de la Dordogne. Il est deuxième puis premier adjoint de la municipalité communiste. Emprisonné six jours en 1919 pour « incitation de militaires à la désobéissance dans un but de propagande anarchiste », il est à nouveau mis en cause à l’occasion de la journée de lutte contre la guerre impérialiste du 1er août 1929 et inculpé d’affichage illégal. Il est alors conseiller municipal communiste de Périgueux. Révoqué en 1921, réintégré en 1936, Abel Murat prend sa retraite en 1939. Il sera plus tard commandant FTPF en Limousin.

38René Baptiste, 50 ans, brossier : « Militant communiste et propagandiste des plus actifs. Assistait à toutes les réunions de son Parti et à toutes les manifestations de rues où il se faisait passablement remarquer. A été secrétaire de la cellule communiste du Vieux Périgueux. À maintenir au camp. »

39Alfred Chaumel, 49 ans, chef de train à la SNCF : « Militant communiste et propagandiste depuis de très nombreuses années. S’est toujours fait remarquer par son action combative. Prenait très souvent la parole dans les réunions de la cellule des cheminots ainsi que dans les réunions publiques où il se faisait remarquer par ses violences de langage et ses critiques à l’égard des institutions républicaines. Partisan de l’action directe. Était secrétaire adjoint de la région communiste de la Dordogne. Individu très dangereux pour l’ordre et la tranquillité publics, ne devant être libéré sous aucun prétexte. »

Les filles d’Alfred Chaumel photographiées en compagnie d’un garde sénégalais

Les filles d’Alfred Chaumel photographiées en compagnie d’un garde sénégalais
  • 17  Gillot (Jean-Jacques), Les communistes et le Parti communiste français en Périgord, 1934-1958, thè (...)

40Ces dix-huit « indésirables » périgordins internés au Sablou sont tous militants communistes. La majorité exerce ou a exercé des fonctions au sein du Parti. Abel Murat était premier adjoint et Paul Eyraud, conseiller municipal, à Périgueux. Huit travaillent à la SNCF (44 %), trois sont employés municipaux (17 %), deux aux PTT (11 %). La moyenne d’âge est supérieure à 51 ans. À ces 18 périgordins, il conviendrait d’ajouter les noms suivants, figurant sur la « liste nominative des internés du Sablou par arrêté du Préfet de la Dordogne » : Jean Bonnamy, Julien Fouillou, Armand Gaboreau, Victor Hermann, Alfred Menier, Aerman Nielsen, Romain Rapnouil, Georges Rapp, Louis Schneider, Frédéric Seidel, Maurice Sentuc, Paul Valentin, Paul Kleinert, Adolphe Fischer et Adolphe Lischsi. Certains d’entre eux sont des « repliés » d’Alsace-Lorraine. Nous livrant le fruit de ses recherches, l’historien Jean-Jacques Gillot ajoute à cette liste des internés périgordins du Sablou les noms suivants : René Blanchard (cheminot, Chamiers), Jean Geneste (cheminot, Saint-Astier), Gaston Lalande (coiffeur, Périgueux), Victor Roumanie (cheminot, La Douze) et Marcel Vinsonneau (ex-cheminot, natif de la Dordogne, arrêté à Limoges)17.

L’état d’esprit des internés

  • 18  AD 24, 1573 W 5.

41Les lettres censurées et saisies par la commission de contrôle postal de Périgueux18 permettent de se faire une idée de l’état d’esprit des internés du Sablou. L’un d’eux reconnaît une appartenance au Parti communiste de 1919 à 1937, mais prétend l’avoir abandonné de son plein gré, en octobre 1937. Il croit en la magnanimité du régime de Vichy et déclare, le 11 novembre 1940 :

« Je fais néanmoins confiance au Maréchal Pétain et je pense qu’à l’heure actuelle, les ordres sont donnés pour que notre retour à la liberté soit sous peu un fait accompli. Nous sommes ici dans l’attente de la réalisation sans avoir d’indices nouveaux. »

42Un autre interné regrette de ne pas avoir été jugé par un tribunal militaire car alors il aurait été condamné à une peine « nette et précise ». Exprimant son avis sur la mesure d’internement préfectoral dont il fait l’objet, il dit se trouver « en présence d’une formidable iniquité, en présence du rétablissement de l’ancienne lettre de cachet, permettant de jeter en prison ceux qui, à différents titres, gênaient certains de leurs concitoyens, moyen élégant en usage avant 1789 et qui servait à cette époque à peupler la Bastille, et de nos jours à peupler les camps de concentration, moyen servant à satisfaire les basses vengeances, les rancunes d’êtres immondes rampant dans la boue de l’anonymat ».

43Le changement de direction dans le commandement du camp fait l’objet de commentaires dans les correspondances. Le 20 novembre 1940, le rapporteur de la commission de contrôle postal indique :

« Moral beaucoup moins bon depuis que la direction du camp n’est plus assurée par l’autorité militaire ; cette mesure paraît avoir été très péniblement ressentie par tous les surveillés. “On regrette ce pauvre M. Daguet, capitaine du Camp, ainsi que tous ces gentils officiers et s/officiers ; plus de permissions, c’est des gendarmes qui nous gardent.” L’inaction paraît surtout peser aux internés et la suppression des permissions les amène à critiquer d’une façon assez violente le gouvernement […] L’espoir d’une libération prochaine paraît calmer beaucoup la mauvaise humeur. Néanmoins nous trouvons de nombreux commentaires au sujet des arrestations qui auraient été faites abusivement, étant donné qu’avant 1939, aucune loi n’interdisait l’action syndicale. Souhaits que le Chef de l’État nouveau signera la libération générale en se réservant le droit de remettre en prison tous ceux qui se livreront, par la suite, à une propagande interdite ».

Internés politiques et leurs familles photographiés devant la chapelle du château du Sablou

Internés politiques et leurs familles photographiés devant la chapelle du château du Sablou

44À la fin du mois de novembre, la détention semble de plus en plus mal supportée par les internés. La politique de fermeté mise en place par le commissaire spécial Antz est mal vécue :

« Notre régime se resserre de plus en plus. Le peu de bien-être que nous avions, on nous l’enlève peu à peu, pour nous appliquer un règlement inique, inhumain, je dirai même sauvage. On a plus d’égard pour un voleur ou un assassin que pour d’honnêtes travailleurs qui n’ont fait que de travailler toute leur vie pour assurer leur existence et celle des leurs. Quant à une libération possible, il n’en est plus question. Donc depuis le mois de juillet on a fait que de nous mentir, comme l’on ment au peuple. Car on n’a pas encore dit au pays pourquoi nous sommes ainsi traités depuis huit mois. Que nous reproche-t-on enfin ? Quel délit avons-nous commis ? Les malfaiteurs ont toute la jurisprudence pour se défendre, mais nous rien. Ainsi tout tient dans les mains d’un seul homme. Dans un tel régime de délation, nul n’est en sécurité. Combien de temps cela durera et jusqu’où ira cet abus de pouvoir ? Nous sommes là comme otages et nous avons tout à redouter, même le pire, car ils sont capables de toutes les cruautés. Et il paraîtrait qu’une nouvelle France naît. Est-ce que ce serait sur la torture de milliers d’hommes ? »

45Dans le même registre, l’auteur de la lettre du 16 décembre 1940 saisie par la censure écrit ceci :

« Mais on nous a dit (nous sommes 250) que si nous nous sauvions c’était une balle dans la peau ou cinq ans de prison. Belle perspective. Mais pendant ce temps-là les fripouilles, les voleurs sont en liberté et des gens honnêtes sont derrière des barbelés sous la menace des revolvers. La nourriture est insuffisante et la qualité laisse beaucoup à désirer ».

Conditions sanitaires et ravitaillement

46On ne peut parler de la présence massive des internés communistes du Sablou sans évoquer l’aide mise en place, très tôt, par la section communiste de Montignac. Alors que les premiers « indésirables » arrivent par petits convois, en camion, et passent quasi inaperçus, ceux qui suivent et arrivent par le train doivent, de la gare de Montignac, traverser le village à pied, encadrés par des gendarmes mobiles. Certains les regardent étonnés, tandis que d’autres les saluent avec émotion, tel Jean Gatinel qui lève son béret sur leur passage. Dans l’Humanité du 18 avril 1990, Jean-Pierre Ravery relate :

« Devant la boulangerie paternelle, à l’angle de la rue de la Liberté, une petite fille de douze ans prénommée Madeleine n’est pas la dernière à être intriguée par ce spectacle insolite. Du fait de sa profession, son père, Jean Gatinel a échappé à la mobilisation et a été prié de continuer de fabriquer du pain en qualité “d’affecté spécial”. Lui et Louis Ravidat, le patron de “La Buvette Populaire”, quai Mérilhou, sont les piliers du PCF à Montignac […] “Staline va battre Hitler”, ne cessait de répéter le père de Madeleine Quéré à tous ceux qu’avait déconcerté ou choqué la signature en août 39 du traité germano-soviétique ».

47Par curiosité, quelques militants montignacois décident de suivre ces gens. Ils découvrent qu’ils sont emmenés au château du Sablou et apprennent que ce sont, pour la plupart, des « camarades ». La solidarité s’organise. Madeleine Quéré poursuit :

  • 19  De sensibilité communiste, le docteur Raymond entre dans la Résistance. Lui et sa femme connaissen (...)

« C’est l’honneur de cette poignée de communistes d’avoir, toujours par instinct de classe, agi tout de suite. Il fallait améliorer l’organisation matérielle des internés par la collecte de fourchettes, d’assiettes, de vêtements, de couvertures, de médicaments ; recevoir les familles et les héberger chez des paysans sympathisants ou tout simplement patriotes ; faire soigner les malades… et le docteur Raymond19 assurait gratuitement des consultations et faisait accepter les plus atteints à l’hospice. Tout un travail souterrain a été mis en place et tout un réseau d’aide et de soutien matériel et moral a été solidement assuré. »

L’équipe des “cuistots” du centre de séjour surveillé du château du Sablou

L’équipe des “cuistots” du centre de séjour surveillé du château du Sablou

48En janvier 1940, au château du Sablou, rien n’a été prévu pour recevoir tous ces hommes âgés, malades, chargés de famille, plongés brutalement dans des conditions morales très dures, originaires des quatre coins de France, coupés de leurs attaches familiales. C’est la période la plus difficile, et en outre il fait très froid cet hiver là. Une « roulante » de l’armée doit assurer la cuisson de la nourriture. Les « bouteillons » sont apportés par des soldats ; pas de table ; pas de chaises ; pas de châlits, de la paille et des fagots. Il n’y a pas d’eau courante au Sablou. Il n’existe qu’une source située dans la forêt voisine où les détenus se rendent, sous bonne escorte, pour aller chercher l’eau nécessaire à la cuisine. Le manque d’hygiène favorise l’apparition de la vermine, des poux, des puces, de la dysenterie et fera craindre le développement d’une épidémie de typhus.

49André Moine rapporte qu’il a gardé du Sablou « deux souvenirs particulièrement pénibles. D’abord, parmi les nouveaux arrivants, la moitié peut-être n’avait aucun ustensile pour manger : ni gamelle, ni fourchette, ni cuiller. La soupe et le rata, servis dans des grands plats, devaient être saisis avec les doigts et chacun s’efforçait de récupérer une vieille boîte de conserve, un bois pointu, un instrument quelconque : donc réduction à l’animalité matérielle. Ensuite, le capitaine exigeait, avec une rigueur toute militaire, que chacun travaille. Mais, pour la masse des nouveaux venus, quoi faire ? Il ne voulait pas le savoir : pas d’inoccupé. Il fallait se cacher ou avoir l’air de faire quelque chose : le détenu n’était même pas libre dans sa cage. On lui enlevait l’ultime refuge du prisonnier, sa liberté d’esprit. »

50Les conditions d’hygiène relatives au couchage font l’objet d’une demande du commissaire Antz. S’adressant à l’intendant départemental de Périgueux, le 20 novembre, Antz signale que les 550 sacs de couchages dont il dispose n’ont « jamais été désinfectés depuis au moins 6 mois » et qu’ils ne peuvent pas, « faute de savon et d’installation appropriée, être lavés et désinfectés par les moyens du Centre ». De ce fait, Antz demande que l’on procède à un échange de sacs, les sales contre des propres.

51Dans un rapport du 10 novembre 1940 adressé au ministre de l’Intérieur, le commissaire spécial Antz révèle que le ravitaillement est assuré une ou deux fois par semaine par la Gestion des subsistances militaires de Sarlat, en ce qui concerne notamment le vin et les légumes secs, ainsi que l’essence à raison de 150 litres par mois. L’intendance de Périgueux fournit le tabac. La viande est achetée à des fournisseurs de Sarlat, tandis que le pain provient de Montignac. Antz poursuit :

« Je rappelle notamment que le camp du Sablou se trouve isolé, que tout le ravitaillement doit être cherché journellement à Montignac (15 kilomètres aller et retour), une ou deux fois Sarlat, à 37 kilomètres d’ici, chez des fermiers de la région dans un rayon quelquefois très étendu, que l’eau doit être prise également à une certaine distance d’ici, que les surveillés ne peuvent laver leur linge sur place mais dans une rivière des environs ». Le camp dispose de trois chevaux, d’une voiture hippomobile destinée au transport du ravitaillement et d’une voiture de tourisme utilisée aux besoins de liaison.Le 1er février 1941, le préfet estimait le montant des dépenses engagées depuis la création du centre jusqu’au 31 novembre 1940, à 458 831,63 francs, « imputés sur le budget de la Guerre ».

Relations avec l’extérieur

52Une partie de la population du camp fournit la main-d’œuvre nécessaire aux travaux agricoles et forestiers des communes environnantes : moissons, vendanges, ramassage des noix et châtaignes, coupe de bois.

53Parfois, les relations entre les internés politiques et les agriculteurs qui les emploient sont tendues, à en croire cette note de la direction générale de la Sûreté nationale (direction de la police du territoire et des étrangers), datée du 21 octobre 1940 et adressée au préfet :

  • 20  Député radical socialiste de mai 1924 à 1940. Il occupe différents ministères de 1925 à 1950. Séna (...)

« Les équipes embauchées n’ont pas tardé à manifester, selon la formule du Front Populaire : grèves, sabotages, propos séditieux, etc. Lorsque les officiers du Camp ont été alertés et que la nécessité de venir en aide aux agriculteurs pour sauvegarder leurs récoltes leur a été rappelée, ceux-ci ont répondu qu’ils n’y pouvaient rien et qu’il était préférable de ne pas insister. Ils ont donc été incapables de faire respecter la discipline et de faire preuve d’autorité comme d’ailleurs le maire de la commune d’Auriac-du-Périgord qui serait l’un des électeurs de M. Yvon Delbos20 et dont les capacités autant que les sentiments sont tout à fait sujets à caution. Ces “prisonniers politiques” circulent librement, découchent et se réunissent au village chez un sympathisant où ils annonçaient l’intervention imminente de Staline – sans être aucunement gênés. »

Internés politiques et leurs familles en visite au Sablou

Internés politiques et leurs familles en visite au Sablou

54La population environnante, majoritairement sensible à la propagande du Maréchal, supporte difficilement la présence de tous ces communistes internés au château du Sablou ainsi que la relative liberté dont ils jouissent. Quelques plaintes parviennent au commissariat spécial de Périgueux et à la préfecture, dont voici un exemple :

« Une information de source paraissant sûre signale que les communistes internés dans un château des environs – le Sablou près Montignac – viennent dans les campagnes pérorer dans les cafés, faire de la propagande, racoler la jeunesse, objet de la sollicitude du Maréchal. Voilà ce qu’en pensent les paysans : “Trimer pour donner à manger à ces c…”, voilà ce qu’on entend. Chose plus grave, certains de ces individus se rendent dans une petite localité (Fanlac) faire danser la jeunesse au son d’une [sic] harmonica ; on y vient de 20 km à la ronde. Que fait la Préfecture, la Gendarmerie ? »

55Une enquête est diligentée par l’inspecteur principal de police spéciale Bourgoin. Dans son rapport du 2 novembre, ce dernier tente de relativiser les faits :

« Des renseignements recueillis il résulte que la majeure partie des employeurs sont très satisfaits du personnel ainsi mis à leur disposition par le directeur du camp du Sablou […] Aucune plainte n’a été portée jusqu’à ce jour à la Gendarmerie de Montignac au sujet de soi-disant dommages commis au préjudice des cultivateurs par les internés du Sablou […] Il résulte que tous les internés circulant librement ne se sont livrés à aucun moment à aucune propagande communiste quelconque. Bien au contraire, ils observent une attitude correcte et évitent d’entamer la question politique au cours de leur conversation, soit au café, soit au cours de leur travail. » Toutefois, en conclusion de son rapport, l’inspecteur Bourgoin « estime qu’il y aurait lieu, afin d’éviter toutes critiques, d’inviter M. Antz, Commissaire Spécial, à ne plus tolérer comme son prédécesseur M. le Capitaine Daguet, que les surveillés placés sous son contrôle puissent quitter le camp du Sablou aussi librement ».

56Trois jours plus tard, contredisant son précédent rapport, ce même inspecteur signale qu’il vient d’apprendre par un informateur que plusieurs internés profiteraient de leurs sorties dans les localités voisines pour faire de la propagande communiste :

« Ils agiraient avec beaucoup de prudence et après avoir acquis la certitude qu’ils sont en présence de personnes sûres. D’après les indications qui m’ont été fournies, il ressort que beaucoup d’internés restent fermement attachés aux doctrines de l’ex-parti communiste, ils comptent que la Russie participera bientôt aux conflits et que grâce à son intervention, ils seront libérés. »

57Bourgoin conclut en suggérant que les autorisations de sortie soient supprimées.

Groupe d’internés politiques et leurs familles au Sablou

Groupe d’internés politiques et leurs familles au Sablou

58Ces consignes et recommandations sont suivies à la lettre par le commissaire spécial Antz. Dans une lettre au préfet du 7 novembre, le commissaire s’explique :

« J’ai fait supprimer jusqu’à nouvel ordre les sorties de cette sorte et n’autorise provisoirement que le travail de certains, soit dans des fermes, soit dans les bois, que par groupes de deux ou plus accompagnés chacun d’un garde. Cet état de choses ne semble pas de nature à porter préjudice aux principes de surveillance et de discipline mais permet au contraire de remédier au manque de travail et d’arracher certains à une oisiveté fâcheuse. »

59Il ressort de cette affaire que, tout au moins jusqu’au début du mois de novembre, les conditions de vie au Sablou ne sont pas si draconiennes que les détenus veulent bien le dire ou l’écrivent. Les visites des familles sont permises, comme en attestent les nombreuses photos reproduites ici. De même, les contacts avec l’extérieur semblent ne poser aucun problème. Pendant toute la période de commandement du camp par l’autorité militaire, les permissions sont accordées sans trop de difficultés et les évasions sont très faciles à réaliser pour qui veut bien les tenter. Le durcissement du régime de détention imposé par le commissaire Antz compliquera singulièrement les choses.

Visite de la commission allemande Kundt

60Le 31 juillet 1940, le directeur général de la Sûreté nationale, Didkowski, informe les préfets que « les autorités militaires ont reçu l’ordre de remettre aux autorités allemandes les Alsaciens qui en ont formulé la demande ». Début août, un commissaire de la Sûreté allemande est envoyé en mission en Dordogne. Celui-ci, du nom de Steiner, rencontre le préfet et lui demande de « libérer sans retard tous les Alsaciens-Lorrains en vue de leur rapatriement dans leur pays d’origine ». Le 5 août, le préfet signale la présence « d’une vingtaine d’Alsaciens et Lorrains internés au camp du Sablou et qui ont demandé à recouvrer immédiatement la nationalité allemande ». Il cite également « une trentaine d’autres […] anciens Allemands, qui veulent être rapatriés dans leur pays d’origine ».

  • 21  Grynberg (Anne), Les camps de la honte : les internés juifs des camps français, 1939-1944, Paris, (...)

61Le 25 août 1940, de 16 à 17 heures, une commission allemande de contrôle inspecte le camp du Sablou. Elle porte le nom de « commission Kundt », du nom du docteur Ernst Kundt, haut fonctionnaire au ministère allemand des Affaires étrangères, membre de la commission d’armistice de Wiesbaden (Waffenstillstandskommission)21. Sa mission consiste à vérifier les conditions d’internement dans les prisons et les camps français, à identifier tous les internés allemands et alsaciens-lorrains, à faciliter le rapatriement de ceux d’entre eux qui en feraient la demande, et enfin à s’assurer que les dispositions de l’article 19 de la convention d’armistice sont respectées :

« Tous les prisonniers de guerre et prisonniers civils allemands, y compris les prévenus et condamnés qui ont été arrêtés et condamnés pour des actes commis en faveur du Reich allemand, doivent être remis aux troupes allemandes ».

62Les membres de la commission allemande qui se rendent au Sablou ont pour noms : Eric Finmann (secrétaire de légation) ; Heinrich Kistner (Oberscharffuehrer) et Karl-Heins Muller (Scharffuehrer), représentants la Gestapo, ainsi que Ludwig Jubitz. La délégation française est représentée par le capitaine de Bruce ; la 12e région militaire, par le commandant Gaigneron.

63Le rapport de la délégation française est très laconique :

  • 22  Archives nationales (AN), AJ/41/507.

« Le camp a été aménagé dans un ancien château ; les internés paraissent assez bien installés et les arbres ombragent les bâtiments et les cours du Sablou […] 300 internés de nationalité française, pour la plupart communistes ; parmi eux 52 Alsaciens-Lorrains avaient demandé à voir la Commission allemande, 47 optent pour le Reich et demandent leur rapatriement en Alsace22 ».

64Le contrôleur général à la Sûreté nationale Ducloux, dans son rapport du 31 août 1940, précise les objectifs que poursuit la commission Kundt :

  • 23  Ibidem.

« La recherche sur le territoire non occupé de tous les internés ou prestataires de nationalité ou de race allemande, en vue de leur faciliter le retour dans le Reich, sous la condition toutefois qu’ils satisfassent aux exigences des lois raciales hitlériennes […] La Commission allemande ne s’est préoccupée que des prestataires aryens ; l’installation et l’organisation des camps de prestataires n’a pas retenu son attention. Au cours de chacune de ces visites, la Commission Kundt s’adressait d’abord aux ressortissants de nationalité allemande (Reichsdeutsche) en particulier à ceux de nationalité polonaise ou tchèque. En ce qui concerne les Allemands Lorrains, la thèse allemande est que ceux-ci appartiennent à la communauté germanique (Volksdeutsche), et à ce titre ils ont été interrogés dans les mêmes conditions que les autres étrangers de race allemande […] Les Allemands paraissaient avoir une liste d’individus qu’ils soupçonnaient d’avoir travaillé contre eux et qu’ils ont sans doute l’intention de se faire livrer conformément aux clauses de l’Armistice. La Gestapo recherchait visiblement certains hommes politiques des partis social-démocrate et communiste, qu’elle paraissait très désappointée de n’avoir pas trouvés dans les camps de prestataires. On peut penser enfin que la Commission a cherché à établir les premières bases d’une organisation allemande de renseignements en France, comme le régime nazi a su en créer dans presque tous les pays du monde. Cette organisation, sous des apparences inoffensives au début, deviendrait ultérieurement un vaste réseau d’agents de renseignements chargés d’informer le Gouvernement de Berlin sur tous les événements de France tant au point de vue politique que militaire23. »

65Le 14 octobre 1940, le capitaine Daguet annonce qu’« il n’existe plus actuellement aucun Alsacien-Lorrain dans le Centre de séjour surveillé du Château du Sablou » et précise :
- 4 se sont évadés, entre le 5 et le 22 août, soit avant le passage de la commission Kundt ;
- 1 a été libéré par la commission et autorisé à rentrer en Lorraine avec sa famille ;
- 8 ont quitté Le Sablou le 7 septembre pour être remis aux autorités allemandes ;
- 17 ne sont pas rentrés au camp à l’expiration de leur permission accordée en accord avec la commission Kundt ;
- 1 s’est évadé de l’hôpital de Périgueux où il était en traitement ;
- 20 ont été remis aux autorités allemandes le 14 octobre, dont un venait de l’hôpital de Lanmary (proche de Périgueux).

Mise en place progressive de « mesures de bienveillance »

66Le 24 août 1940, un rapport du commissaire spécial de la surveillance du territoire de la 12e région classe les internés du Sablou en quatre catégories : 1° – Internés atteints de maladie ; 2° – Internés âgés de 50 ans et plus ; 3° – Internés n’ayant jamais appartenu au Parti communiste ; 4° – Internés membres du Parti communiste. Seuls les « internés âgés de 50 ans et plus », ou « n’ayant jamais appartenu au Parti communiste », sont susceptibles de bénéficier d’une mesure de clémence après vérification de leur situation, à la seule condition que les préfets ayant prescrit l’internement estiment une telle décision opportune.

67Concernant la « révision de certains dossiers d’indésirables français », des instructions plus précises émanant du ministre de la Guerre parviennent aux préfets, par courrier en date du 4 octobre 1940. L’autorité de ces derniers se trouve confirmée, voire même amplifiée :

« Vous aurez donc désormais tout pouvoir pour maintenir les internements prononcés, ou lever, après un examen sévère et scrupuleux des dossiers, de concert avec l’autorité militaire, la mesure prise à l’encontre des internés […] Il importe en raison des circonstances actuelles de poursuivre l’application du décret-loi du 18 novembre [1939] et de maintenir la majorité des internements prononcés. Pourront néanmoins faire l’objet d’une mesure de libération : 1° – Les individus qui ne présentent pas un réel danger pour la défense nationale ou la sécurité publique ; 2° – Les individus victimes d’erreurs ou de dénonciations calomnieuses ; 3° – Les individus qui sont particulièrement dignes d’intérêt de par leur mauvaise santé ou leur situation de famille. J’ajoute que dans certains cas complexes (par exemple : libération d’un député communiste), vous pourrez me consulter sur la mesure à adopter, en m’adressant vos propositions. Il conviendra d’examiner, en premier lieu, les situations les plus dignes d’intérêt, étant entendu que les mesures de libération devront présenter un caractère rigoureusement exceptionnel [souligné dans le texte]. »

68L’autorité militaire semble faire preuve de quelque humanité, quand, s’adressant au préfet, elle lui demande d’examiner sans tarder la liste des « indésirables français » internés au Sablou, susceptibles de bénéficier d’une mesure de libération. Le 31 octobre 1940, le général de division Jeannel, commandant la 12e région, interpelle le préfet de la Dordogne en ces termes :

« Étant donné les conditions défavorables de la température, il y aurait le plus grand intérêt à appliquer au plus tôt les prescriptions de la D.M. [directive ministérielle] en question, d’autant plus que la libération de quelques internés permettrait d’améliorer l’installation matérielle de ceux qui seraient maintenus au Camp. En conséquence, je vous serais obligé de bien vouloir provoquer de la part des Préfets intéressés une décision rapide pour les indésirables qui vous semblent mériter une mesure de bienveillance. »

69Le nombre de bénéficiaires de ces mesures de bienveillance semble compris entre 25 et 50, soit de 9 à 18 % de l’effectif total. C’est le rapport n° 663 du 4 novembre 1940 qu’adresse le commissaire spécial Antz à Vichy qui permet de tirer cette conclusion :

« Le centre du Sablou héberge actuellement près de 275 surveillés. Un certain nombre d’entre eux seront proposés ce jour, par le chef actuel du centre, le capitaine Daguet, à la commission de criblage, pour le renvoi dans leur foyer, les uns en raison de leur bonne conduite depuis leur arrivée ici ou de leur âge, d’autres pour des raisons de santé ou de famille. Le nombre des surveillés après le départ de ceux qui auront obtenu leur libération variera donc vraisemblablement entre 225 et 250. »

Fermeture du camp et transfert des internés

70Une note sur la situation et l’organisation des camps, émanant de la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), signale le regroupement de seize camps pour « indésirables français » administrés jusqu’alors par le ministère de la Guerre :

  • 24  AN, F/7/15087.

« Dans les huit premiers jours de janvier 1941, les camps de Thiers et de Mons (Puy-de-Dôme), du Sablou (Dordogne) et de Saint-Angeau (Cantal) ont été supprimés, les effectifs de ces camps ayant été dirigés ainsi que 79 internés français du camp de Gurs (Basses-Pyrénées) sur les camps de Saint-Paul et de Nexon (Haute-Vienne)24 ».

71Un télégramme du ministère de l’Intérieur, en date du 28 décembre, parvient au préfet : « Opérer dans la journée du 30 décembre transfert sur Camp de Saint-Paul (Haute-Vienne) des internés du Camp du Sablou… » Le colonel Blasselle dirige les opérations :

« Le mouvement aura lieu dans les conditions suivantes : transport des détenus en autobus du Camp du Sablou au Lardin (gare). Le Lardin – Saint-Paul par voie ferrée via Limoges (départ du Lardin à 7 h. 15). Le capitaine commandant la Compagnie de la Dordogne prévoira le personnel de conduite et de surveillance (effectif des internés : 231), règlera le mouvement des autobus en accord avec la maison Gonthier de Périgueux (qui a reçu des ordres de la Préfecture de la Dordogne) ».

Télégramme du 28 décembre 1940

Télégramme du 28 décembre 1940

@ADD, cote 1 W 1837

72Par un courrier du 31 décembre, posté de Saint-Paul-d’Eyjeaux, le commissaire spécial Antz rend compte de sa mission au préfet :

« J’ai l’honneur de vous rendre compte que le transfert de mon centre sur le camp de St-Paul d’Eyjeaux dans la journée d’hier, s’est effectué sans incident. 228 (deux cent vingt-huit) surveillés ont été remis entre les mains du chef du camp de St-Paul d’Eyjeaux, M. Humbert, qui vous en transmettra prochainement la liste nominative. »

73Le 11 janvier 1941, Antz adresse un dernier rapport au préfet de la Dordogne :

« Après mon départ et celui de M. Richaud […], il ne restera donc plus ici, à partir du 17 janvier et jusqu’à nouvel ordre, que M. Lefebvre, secrétaire gestionnaire et M. Wolfram, secrétaire au ravitaillement, qui achèvent de mettre à jour la régularisation des comptes avec le trésorier du 26e R.I. et l’inventaire du matériel tant cédé au camp de St-Paul d’Eyjeaux que resté sur place […] M. Lefebvre gèrera le camp après mon départ. »

74Le 30 décembre 1940, jour du transfert des 228 « Sablousards », dix-huit internés se trouvant hospitalisés à Périgueux ne peuvent rejoindre Saint-Paul. Neuf d’entre eux sont toujours à l’hôpital Lanmary au 31 janvier 1941 ; un se trouve à l’hôpital mixte de Périgueux ; Auguste Lecaque est déclaré décédé à cet hôpital, le 20 janvier 1941 ; Gaston Henry rejoint Saint-Paul après guérison, le 9 janvier ; les six derniers sont considérés comme évadés.

Devenir du Sablou et de ses « indésirables »

  • 25  Centre d’archives contemporaines de Fontainebleau, 19890151/6.

75L’aventure des « indésirables » du Sablou ne se termine pas en Haute-Vienne. Saint-Paul d’Eyjeaux n’est qu’une étape, la dernière sur le sol français. Le 1er mars 1941, à 5 heures du matin, 155 d’entre eux quittent le camp de Saint-Paul, montent dans des cars qui les conduisent à Pierre-Buffière, situé à 20 kilomètres de Limoges. Là, un train spécial les attend. Aux 155 de Saint-Paul, se joignent 90 internés du camp de Nexon, puis 21 détenus du camp de Saint-Germain-les-Belles, « soit au total un départ, de la Haute-Vienne, de 266 internés politiques25 ».

76Arrivés à Port-Vendres, ces hommes sont embarqués dans les cales d’un cargo du nom de Djebel-Nador. Ce dernier lève l’ancre de nuit et met le cap sur l’Afrique du Nord. Son étrange cargaison est débarquée sur les quais du port d’Alger. De là, en train, à raison de vingt-deux hommes et deux gardes par wagon, les « indésirables » voyagent jusqu’à Djelfa. Le Fort Cafarelli constitue le terme de leur exode pénitentiaire. Dans leur ouvrage Le siècle des camps, Joël Kotek et Pierre Rigoulot décrivent les conditions d’internement :

  • 26  Kotek (Joël) et Rigoulot (Pierre), Le siècle des camps, Paris, JC Lattès, 2000, p. 284.

« Les camps nord-africains, sous le contrôle de l’armée française, dans les conditions climatiques qu’on imagine, dans le grand sud algérien ou marocain, sont certainement parmi les plus durs que la France ait mis sur pied. Les conditions d’hygiène sont lamentables (mouches, poux, puces). Le typhus fait des ravages. Les détenus travaillent (travaux agricoles, forge, menuiserie, fabrique de tuiles et de briques). La discipline est sévère. Les peines de prison dans le fort de Cafarelli (quinze jours dans une cellule de 2,5 m sur 1,25 avec trois quarts de litre d’eau par jour et deux rations de soupe) font peur26 ».

77Au lendemain de la Libération, l’ampleur de l’Épuration rend nécessaire l’ouverture de nouveaux camps et prisons. Le 24 octobre 1944, l’inspecteur Gaston Monteil répond à une demande du commissaire divisionnaire de la Dordogne l’interrogeant sur les possibilités de création de camps d’internement en Dordogne. Deux camps sont cités, Mauzac et Le Sablou. À propos du second, l’inspecteur déclare :

78« Le camp de Sablou est désaffecté depuis septembre 1940 [en réalité depuis fin décembre] et son état actuel ne permet pas de l’utiliser immédiatement. Il ne possède aucun système de fermeture. Sa capacité totale est d’environ 4 à 500 personnes [?] ».

  • 27  AD 24, 6 W 3.

79Le 3 novembre 1944, le préfet demande au commissaire spécial, chef du service des RG, d’envoyer au Sablou un inspecteur « qui se rendra compte de l’état des lieux et qui sera chargé de faire un relevé des travaux qu’il y aurait lieu d’effectuer, en vue de sa réaffectation27 ». En fait, le projet ne verra jamais le jour. Le château du Sablou est transformé en centre pour colonies de vacances, propriété de la commune d’Alfortville (Val-de-Marne). Il fonctionne ainsi pendant vingt-cinq ans, jusqu’au début des années quatre-vingt dix. Aujourd’hui propriété privée, il a vocation de centre d’hébergement et de gîte d’étape pour touristes.

Polémique autour d’une plaque commémorative

80Le 22 avril 1990 au matin, en présence d’André Moine, Raymond Bouquet et André Marcillaud, anciens « Sablousards », de Gaston Plissonnier, membre du bureau politique du PC, de Madeleine Quéré, fille aînée de Jean Gatinel, boulanger communiste de Montignac, de Denise Peyramaure, fille d’Alfred Chaumel, et d’une nombreuse assistance, une stèle commémorative érigée non loin du Sablou est inaugurée. Madeleine Quéré est à l’origine de cette initiative, relatée par le détail dans l’édition du 18 avril 1990 du journal L’Humanité, sous le titre : « L’oubli vaincu ».

81Le monument commémoratif en question est dressé à l’angle des routes de Biars et de Fanlac, au pied du château du Sablou. Sur la plaque gravée, on peut lire ceci :

« L’année 1940 au camp du Sablou. Il y a 50 ans, du 17 janvier au 31 décembre 1940, au château du Sablou est ouvert un camp d’internement surveillé où 320 communistes syndicalistes militants qualifiés “indésirables et dangereux” sont internés par les gouvernements français puis de Vichy. La plupart seront déportés en Afrique du Nord. Comme Jacquou, ils résistaient à l’asservissement et défendaient notre honneur et notre liberté. N’oublions jamais. Demeurons vigilants. Monument érigé le 22 avril par les témoins, les familles et les amis ».

Stèle commémorative du camp du Sablou

Stèle commémorative du camp du Sablou
  • 28  Le statut de déporté et interné politique a été institué par la loi n° 48-1404 du 9 septembre 1948 (...)

82Le texte de cette stèle a fait l’objet d’une vive polémique, portant sur trois points. La première pierre d’achoppement relève de la querelle sémantique. La qualité de « déportés politiques » est contestée aux internés du Sablou au motif que l’expression désigne – selon les termes du statut de déportés politiques institué par la loi de 194828 – les personnes « transférées et internées par l’ennemi dans des prisons ou camps de concentration hors du territoire national […] dans tous autres territoires exclusivement administrés par l’ennemi […] ou emmenées par l’ennemi vers une prison ou un camp de concentration, décédées ou évadées au cours du trajet ». Or, le Centre de séjour surveillé du Sablou se trouve en France, en zone libre ; et le camp de Djelfa, en Algérie française… Et c’est l’État français qui décida de la « transportation » en Afrique du Nord.

83La deuxième remarque tient au fait que seuls les « communistes syndicalistes militants » sont mentionnés. Or, nous l’avons vu, des dizaines d’autonomistes alsaciens et lorrains, bas-rhinois et luxembourgeois sont, eux aussi, assignés au Sablou. En effet, on peut estimer à environ 20 % le nombre des internés issus du Nord-Est de la France et du Luxembourg. Tous ne sont pas communistes. Quant aux Tsiganes, bien que très minoritaires au Sablou, eux aussi méritent d’être cités. Rappelons à ce propos qu’au procès de Nuremberg, aucune mention des victimes tsiganes n’a été faite, alors que 260 000 d’entre elles – sur les quelques 750 000 vivant en Europe en 1939 – ont été exterminés par les nazis et leurs alliés.

  • 29  Siméon (Anne-Marie), "Sur un monument méconnu", in Les cahiers de Vésone, n° 2, Périgueux, Édition (...)

84La troisième et dernière objection tient à l’emploi du verbe « résister » et au statut autoproclamé de résistant qu’il sous-tend. En 1997, la journaliste et écrivain Anne-Marie Siméon, sous le pseudonyme de « Jacquou », signait un article dans lequel elle avançait le fait que « les hommes internés au Sablou ne l’ont pas été pour faits de résistance – comment cela aurait-il été possible en janvier 1940 ? – mais tout simplement parce qu’ils appartenaient de près ou de loin au Parti communiste français qui soutenait Staline. Et n’est-ce pas d’ailleurs suffisant pour s’en offusquer au nom de la liberté d’opinion et de pensée ? Pourquoi en rajouter, pourquoi tenter l’amalgame entre militantisme communiste et résistance ? Si une plaque de marbre ne peut être aussi complète qu’un livre d’histoire, elle est en revanche plus accessible, plantée là, au bord d’une route, lisible par tous aujourd’hui et demain. Il est donc préférable d’en peser les mots en évitant de jouer avec29. » La remarque est pertinente. Si la qualité de « résistants » ne peut être contestée aux communistes, elle ne vaut pas pour 1940 mais pour la suite des événements au cours desquels les communistes ont eu une part décisive dans l’engagement contre l’occupant nazi. Reste que, sauf exceptions et signes annonciateurs au printemps 1941, on ne peut pas parler d’entrée en « résistance » du PCF contre l’occupant nazi, entrée en résistance qui fut explicitement revendiquée après le 22 juin 1941, date de l’agression allemande contre l’Union soviétique. De plus, à l’échelle décisive, celle de l’organisation et de la coordination des réseaux, les choses ne se firent que très progressivement : c’est principalement après l’invasion de la zone Sud (novembre 1942) et plus précisément à partir du 16 février 1943 que s’affirme le refus du STO (Service du travail obligatoire) grâce auquel ces réseaux, puis les maquis, seront alimentés en hommes jeunes et déterminés. Les forces de la Résistance FTPF (Francs-tireurs et partisans français), et dans une moindre mesure celles de l’AS (Armée secrète) et de l’ORA (Organisation de la résistance de l’armée), voient ainsi leurs effectifs décupler : dès lors, on peut tout à fait légitimement parler de « résistance à l’asservissement » et de « défense de notre honneur et notre liberté ».

85Quoi qu’il en soit, les « indésirables français » du centre de séjour surveillé du château du Sablou et des camps d’Afrique du Nord, communistes et syndicalistes – mais aussi Alsaciens, Lorrains, Luxembourgeois et Tsiganes – ont tout à fait leur place aux côtés d’autres « oubliés de l’Histoire » (Polonais, homosexuels, témoins de Jéhovah…). Tous méritent le respect, au-delà de toute récupération partisane et de tout procès d’intention.

Situation du Parti communiste français en septembre 1939

  • 30  Bourgeois (Guillaume), Communistes et anticommunistes pendant la drôle de guerre, thèse de 3e cycl (...)

86L’évolution de la politique du Parti communiste français au cours du mois de septembre 1939 appelle quelques précisions qui aideront à mieux comprendre les raisons et la nature de l’internement des communistes du camp du Sablou. Au début du mois de septembre, les parlementaires communistes adhèrent à la politique de défense nationale. Ils votent les crédits de guerre, montrant ainsi leur volonté de poursuivre leur engagement antifasciste et leur refus de tout compromis avec Hitler. Cette opposition s’était déjà manifestée lors des accords de Munich, signés dans la nuit du 28 au 29 septembre 1938 par Hitler, Mussolini, Daladier et Chamberlain. Le 23 août 1939, Hitler et Staline concluent un accord déconcertant, véritable partage de l’Europe orientale entre les deux dictatures. Signé à Moscou par Ribbentrop et Molotov, le pacte germano-soviétique place les militants communistes dans une position pour le moins ambiguë, tiraillés qu’ils se trouvent entre leur fidélité à Moscou et leurs exigences antifascistes. Le 20 septembre, les directives de l’Internationale communiste parviennent à Paris. Maurice Thorez est sommé de rejoindre l’URSS. Il déserte et quitte le pays le 4 octobre 1939. La direction du Parti communiste français fait définitivement allégeance à Moscou en s’engageant dans une propagande contre la « guerre impérialiste » propre à semer la confusion. En conséquence, Édouard Daladier – alors président du Conseil, ministre de la Défense nationale et de la Guerre et ministre des Affaires étrangères – décrète la dissolution du Parti communiste le 26 septembre 1939. Les raisons de cette dissolution tiennent essentiellement à l’appartenance du PCF à la IIIe Internationale, organisation d’émanation soviétique, agissant en intelligence avec l’ennemi allemand. Le reproche implicite qui est fait aux communistes français, c’est donc de saper l’effort de guerre contre Hitler. Parmi les premiers élus communistes à manifester leur désaccord avec la direction du Parti sur la question du pacte, se trouvent deux députés de la Dordogne : Gustave Saussot et Paul Loubradou. Ce dernier, dans l’édition du 9 septembre 1939 du Journal de Bergerac, fait publier une lettre ouverte intitulée : « Pourquoi j’ai démissionné du Parti communiste français ». Si, dans la presse communiste clandestine, l’insubordination des deux députés à la ligne du Parti leur vaut les qualificatifs de « traîtres et renégats », ils seront ensuite rejoints par le tiers du groupe parlementaire communiste30.

Haut de page

Notes

1  Baruch (Marc-Olivier), Servir l’État français. L’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997, p. 225.

2  Lagrange (Jacques), « Des internés politiques en Périgord en 1940 », Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord, Tome CXVII, 1990, p. 69.

3  Hérama (Paul d’), Tournant dangereux : Mémoires d’un déporté politique en Afrique du Nord (1940-1945), La Rochelle, Imprimerie Jean Foucher & Cie, 1957. Paul Caillaud, alias Paul d’Hérama, est arrêté au mois de mai 1940, en tant que « Président du Comité cantonal de Surgères contre le fascisme et la guerre ». Interné politique au Sablou, il est transféré dans l’un des camps français d’Afrique du Nord. Il y reste détenu jusqu’en octobre 1942. La fin de son exil et son retour en métropole se situent en mars 1945. Exclu du parti communiste peu après, il conclut ainsi son récit : « Aussi, la conscience en paix – et sans haine – je fus soulagé de sentir mon esprit vraiment libéré et de retrouver, enfin, mon libre arbitre… »

4  Archives départementales de la Dordogne (AD 24), 1 W 1837. Sauf indication contraire, les sources citées sont toutes issues de cette cote d’archive.

5  Moine (André), La déportation et la Résistance en Afrique du Nord (1939-1944), Paris, Éditions Sociales, 1972. André Moine, responsable des Jeunesses communistes puis secrétaire régional du PC dans les Basses-Pyrénées, participe à la création de comités de soutien aux républicains espagnols. Arrêté le 29 août 1939 pour propagande communiste, il est transféré de camps en prisons avant d’être déporté et interné en Algérie, d’où il sera libéré le 1er juin 1943.

6  Archives départementales de la Haute-Vienne (AD 87), 185 W 3/54.

7  Le colonel Blasselle s’est montré très zélé dans sa lutte contre les communistes et les « indésirables étrangers », principalement Juifs. Par exemple, en juin 1941, il proposait au préfet la création d’un « ghetto rural » à leur intention. Voir l’excellente étude de Reviriego (Bernard), Les Juifs en Dordogne, 1939-1944 : de l’accueil à la persécution, Périgueux, Éditions Fanlac, 2003.

8  AD 24, 1 W 1830.

9  Le Groupe paysan et ouvrier français (GOPF) est créé le 28 septembre 1939 et regroupe les membres de l’ex-Parti communiste français, dissous par décret le 26 septembre 1939.

10  AD 24, 3 X 30.

11  Peschanski (Denis), La France des camps : L’internement, 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002, p. 162-163.

12  AD 87, 185 W 3/54.

13  Vers le 15 avril 1940, Louis Gautrand, instituteur à Aniane (Hérault), voit surgir dans sa classe un gendarme porteur d’un ordre de mobilisation pour une compagnie spéciale du camp de Larzac (Aveyron). Du Larzac, lui et sa compagnie sont conduits au château de Mongey (Tarn), puis, sur ordre du préfet de l’Hérault, transférés au centre de séjour surveillé du Château du Sablou.

14  Moine (André), op. cit., p. 31.

15  Madeleine Quéré a créé, en 1985, une association dont l’objet est d’officialiser la commémoration du cinquantenaire de l’ouverture du camp du Sablou et d’en matérialiser le souvenir par l’érection d’un monument qui a été inauguré le 22 avril 1990. À ses côtés, Mesdames Janine Pompier et Henriette Jan, Marcel Peyramaure et sa femme, Denise, qui n’est autre que la fille du « Sablousard » Alfred Chaumel, et Yves Bancon. Sincères remerciements à Madeleine Quéré pour son témoignage, ainsi que pour le prêt d’une partie de l’iconographie.

16  Le carnet B recense Français et étrangers qui représentent, au point de vue national, une menace pour l’ordre intérieur, Il s’agit de suspects, principalement des militants pacifistes et anarchistes. C’est le ministère de l’Intérieur (Sûreté nationale) qui gère ce fichier, sur la base de l’instruction du 1er novembre 1912.

17  Gillot (Jean-Jacques), Les communistes et le Parti communiste français en Périgord, 1934-1958, thèse de doctorat, Bordeaux III, 2007.

18  AD 24, 1573 W 5.

19  De sensibilité communiste, le docteur Raymond entre dans la Résistance. Lui et sa femme connaissent la déportation. Eugène Raymond devient conseiller général de Montignac de 1945 à 1948 et de 1973 à 1979.

20  Député radical socialiste de mai 1924 à 1940. Il occupe différents ministères de 1925 à 1950. Sénateur de Dordogne jusqu’en 1956, il est candidat à la Présidence de la République en 1953.

21  Grynberg (Anne), Les camps de la honte : les internés juifs des camps français, 1939-1944, Paris, La Découverte /Poche, 1999, p. 136-141.

22  Archives nationales (AN), AJ/41/507.

23  Ibidem.

24  AN, F/7/15087.

25  Centre d’archives contemporaines de Fontainebleau, 19890151/6.

26  Kotek (Joël) et Rigoulot (Pierre), Le siècle des camps, Paris, JC Lattès, 2000, p. 284.

27  AD 24, 6 W 3.

28  Le statut de déporté et interné politique a été institué par la loi n° 48-1404 du 9 septembre 1948 et le décret n° 50-325 du 1er mars 1950.

29  Siméon (Anne-Marie), "Sur un monument méconnu", in Les cahiers de Vésone, n° 2, Périgueux, Éditions Pierre Fanlac, 1997, p. 78-82.

30  Bourgeois (Guillaume), Communistes et anticommunistes pendant la drôle de guerre, thèse de 3e cycle, Paris X Nanterre, 1983.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le château du Sablou, côté cour
Crédits @collection J. Tronel
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1781/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Le château du Sablou et ses jardins
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1781/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre La troupe théâtrale du Sablou avec ses musiciens tziganes
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1781/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Groupe de dix-huit Périgordins internés au Sablou
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1781/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Groupe d’internés et leurs familles en visite au Sablou
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1781/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Les filles d’Alfred Chaumel photographiées en compagnie d’un garde sénégalais
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1781/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Internés politiques et leurs familles photographiés devant la chapelle du château du Sablou
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1781/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre L’équipe des “cuistots” du centre de séjour surveillé du château du Sablou
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1781/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Internés politiques et leurs familles en visite au Sablou
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1781/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Groupe d’internés politiques et leurs familles au Sablou
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1781/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Télégramme du 28 décembre 1940
Crédits @ADD, cote 1 W 1837
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1781/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Stèle commémorative du camp du Sablou
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1781/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacky Tronel, « Séjour surveillé pour « indésirables français » : Le château du Sablou en 1940 », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 31 mars 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/1781

Haut de page

Auteur

Jacky Tronel

Diplômé de l’EHESS, attaché de recherche à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, coordinateur de rédaction de la revue d’Histoire Arkheia et membre du comité scientifique de la revue Histoire pénitentiaire.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page