Navigation – Plan du site
Articles

Les « bagnes » des Indochinois en Guyane (1931-1963)

Danielle Donet-Vincent

Entrées d’index

Mots-clés :

histoire du bagne

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

1L’histoire des peines coloniales, déportation, transportation et relégation, improprement confondues sous le terme populaire et générique de bagne, relève tout à la fois de l’histoire des peines judiciaires et de l’histoire coloniale de la France. Le temps de gestation puis de fondation des « bagnes » de Guyane en reste une des illustrations, répétée par la mise en place des « bagnes » de Nouvelle-Calédonie [ Barbançon Louis-José, cf. bibliographie]. Cependant, c’est sans doute la création de « bagnes  » spécifiques pour les Indochinois, au début des années 1930, qui met le plus en relief l’intrication profonde, l’emboîtement serait-on tenté d’écrire, des politiques pénale et coloniale françaises.

Les vestiges du camp de Crique Anguille (mars 2006)

Les vestiges du camp de Crique Anguille (mars 2006)

Mars 2006 : Les vestiges du camp de Crique Anguille, affecté aux détenus indochinois, sont aujourd’hui perdus au cœur de la forêt guyanaise. On distingue sur ce cliché des cellules de réclusion, bâties sur le modèle des cellules de l’île Saint-Joseph.

Crédit photo : Thomas Sagnimorte www.sagnimorte.info

En Indochine, l’indépendance en marche

2Des condamnés issus des colonies françaises d’Extrême Orient avaient été envoyés en Guyane dès la fin du XIXe siècle : 997 hommes avaient été extraits d’Indochine de 1885 à 1922, pour être envoyés dans notre colonie sud-américaine. Ces hommes étaient-ils des condamnés de droit commun ou des condamnés politiques ? A notre connaissance, aucune étude spécifique n’a été faite sur ce sujet. A peine conservait-on, en Guyane, le souvenir de l’origine de ces condamnés en nommant « village chinois » le secteur de Saint-Laurent où un grand nombre d’entre eux, libérés astreints à résidence, survivaient du produit de leur lopin de terre.
Nous savons, par ailleurs, que l’opposition à la présence française en Extrême-Orient avait conduit l’autorité coloniale à prendre des mesures particulières. Un arrêté du 10 janvier 1913, complété par un arrêté du 11 janvier 1915, avait décidé que les « indigènes » dont le transfert hors de l’Indochine n’était pas décidé, purgeraient leur peine de déportation au pénitencier de Poulo-Condor. La déportation, il faut le rappeler, était la sanction appliquée aux condamnés d’opinion. Poulo-Condor, pour sa part, est une île située à environ cent kilomètres à l’est de la Cochinchine, au sud de Saïgon (aujourd’hui Côn-Dao, rattaché au Viêt-Nam du Sud), où un pénitencier avait été créé. Le régime général des détenus y fut fixé essentiellement par un texte de 1916 dont la sévérité, jointe aux abus et trafics du personnel, engendra des révoltes violentes, suivies de répressions plus violentes encore, à l’issue desquelles 437 condamnés avaient été extraits de ce camp et envoyés en Guyane en 1922.

3La crise économique mondiale des années 1925 vivifia le mouvement d’indépendance de l’Indochine et augmenta la population pénale dans les camps et prisons de la Colonie. Les autorités locales redoutaient, dans les établissements pénitentiaires, la cohabitation des condamnés d’opinion et des « droit commun » ; elles demandèrent à Paris de trouver un moyen afin de « débarrasser le territoire indochinois d’individus susceptibles de prendre part, sous l’action de meneurs [les condamnés d’opinion] à des rébellions ».

4De son côté, la Guyane réclamait sans cesse de nouveaux bras pour « développer » le territoire colonial. Cet objectif, autrefois mis en avant par les fondateurs des « bagnes » guyanais, avait gardé toute son actualité dans le discours politique : « L’Arabe et l’Asiatique résistent au climat (...). Pour le développement de la Guyane, l’Asiatique et le Malgache sont plus intéressants que l’Arabe ; ils sont plus résistants au climat, plus travailleurs, plus sobres ; c’est donc cet élément qu’il serait souhaitable de voir importer » écrivait le Gouverneur Siadous en 1929. L’idée, en termes tout à fait similaires, avait été exprimée par son prédécesseur Chanel, « l’homme lige de Paris », selon l’expression de Rodolphe Alexandre, spécialiste de l’histoire politique de la Guyane du XXe siècle. Varenne, en charge de l’Indochine à la même époque, s’était dit favorable à la reprise des convois vers le continent Sud-Américain à condition que la Guyane en finançât le coût. La démarche générale, comme le lexique employé, nous éclaire grandement sur le regard que les autorités d’alors portaient sur les peuples colonisés et sur les condamnés.

5Sur la pression conjointe de Cayenne et de Saïgon, Paris dépêcha, en janvier 1930, une commission d’inspection en Indochine afin de voir quels condamnés pouvaient être transférés en Guyane. De nouveaux « incidents » éclatèrent au pénitencier de Lao-Bao, sensiblement au même moment et précipitèrent les conclusions de cette commission ; l’envoi des condamnés asiatiques en Guyane, ou en Afrique Equatoriale Française, fut déclaré mesure « humanitaire » en raison de la surpopulation pénale, et nécessaire sur le plan politique afin d’éviter la propagation des idées d’indépendance. Pour sa part, le Gouverneur général de l’Indochine demandait le transport d’urgence des condamnés politiques vers les Iles du Salut.

6L’ensemble de ces interventions se déroulait sur fond de vive et durable campagne publique contre le « bagne » de Guyane. Le reportage d’Albert Londres, paru en 1923, avait fait grand bruit ; il avait demandé une refonte de l’institution avec la suppression du doublage (obligation à résidence un temps égal à celui de la peine, celle-ci achevée) et une humanisation des pratiques ; l’Armée du Salut, de son côté, après une enquête effectuée en 1928, faisait campagne pour l’abolition pure et simple du système, soutenue par de grands noms de la Justice, dont Paul Matter, premier président de la Cour de Cassation, et un jeune avocat guyanais, Gaston Monnerville. Sous la pression de l’opinion publique, la classe politique restait sur le qui-vive et ne ménageait pas les déclarations, se disant favorable à une amélioration avant, à long terme, une éventuelle disparition de ce que chacun appelait le « bagne ».

7Avec la question des condamnés asiatiques, cette campagne trouva un renfort du côté des parlementaires et de la Ligue des Droits de l’Homme.

8Le 22 mai 1930, une importante manifestation d’Indochinois et de membres de la Ligue se déroula à Paris, en protestation contre les moyens de coercition mis en œuvre en Indochine, où des villages avaient été bombardés. Par ailleurs, le 6 juin, le territoire de l’Inini était créé en Guyane. Cet espace administratif nouveau visait à soustraire une large part de la Guyane à l’influence de l’Administration pénitentiaire, et surtout à celle des élus Guyanais, pour la placer sous la seule direction de Paris, par l’intermédiaire du Gouverneur. Le Ministère des Colonies déclara immédiatement vouloir mettre en place, sur ces terres qu’il souhaitait mettre en valeur, des camps destinés aux seuls Indochinois : ce processus, écrivait-il à Cayenne, « facilitera opportunément [la] tâche à entreprendre dans [le] territoire autonome [de l’] Inini que [je] viens [de] créer pour assurer [le] développement [de l’]hinterland [de] Guyane : [les] indochinois fourniront [une] utile main d’œuvre pour [l’] équipement [du] pays [...] [j’] envisage [la] création [d’un] établissement pénitentiaire spécial pour [les] indochinois dans l’Inini ». Le 13 juin, le vote du budget des colonies à la Chambre vit l’intervention remarquée de la gauche qui s’éleva contre la répression générale menée en Indochine, contre la transportation prévue des Indochinois en Guyane et, plus spécifiquement, contre l’emploi de condamnés politiques à des travaux de colonisation. Ces controverses replaçaient la question du « bagne » au cœur du débat sur la politique coloniale, domaine dans lequel la Ligue des Droits de l’Homme était très active.

9Devant ces mouvements, le Ministère des Colonies sembla reculer et refusa à Saïgon la déportation de ses politiques aux îles du Salut. Cependant, indiquait Paris, « les individus condamnés [ à une] peine [de] droit commun, c’est à dire mort, travaux forcés, réclusion, dégradation civique [devaient] être considérés comme [des] détenus de droit commun », quel que soit le motif de la condamnation. Les listes de prisonniers répondant à ces critères, et qui furent envoyés en Guyane, montrent que nombre d’entre eux avaient bien été condamnés pour « complot contre l’Etat », c’est à dire pour des faits politiques. Afin d’éviter de plus amples manifestations de la gauche, et d’apaiser la Ligue toujours attentive, Paris sut rappeler les textes de loi autorisant l’envoi hors de leurs pays d’origine des condamnés du Cambodge, de l’Annam, du Tonkin. Est-il utile de dire que les textes en question avaient été élaborés par la France colonisatrice, dès 1890, et avaient déjà servi de base à l’envoi de ressortissants asiatiques en Guyane ? De plus, par une mesure d’exception à souligner, Paris décida que les hommes ayant participé aux mouvements nationalistes de Yan-Bay, en février 1930, seraient également envoyés en Guyane. « Il est donc possible, écrivait le Ministre des Colonies au responsable de L’Indochine, en vertu de [ces] textes, de créer dans l’Inini des établissements spéciaux aux condamnés d’origine annamite, complètement indépendants de l’Administration pénitentiaire ».

10Comme lors de la mise en place de la transportation, en 1852, le développement de la Guyane était présenté comme l’objectif essentiel. Le percement de routes et pistes nouvelles, l’aménagement de centres de colonisation sur les terres hautes par ces nouveaux condamnés étaient annoncés. L’éducation « morale »des hommes était également inscrite au programme, l’objectif étant, selon les Colonies, de les conduire, leur peine achevée, à demeurer en Guyane et à mener « une vie normale ». Les pouvoirs publics des années 1930 tenaient le même discours que les autorités des années 1852/1854.

11Le 27 octobre 1930, le Gouverneur général de l’Indochine pouvait annoncer les conclusions de cette gestation politico-pénale à l’ensemble des responsables territoriaux : « Les condamnés dont l’éloignement de l’Indochine s’impose, seront envoyés dans ces pénitenciers de l’hinterland guyanais », qu’ils soient condamnés aux travaux forcés par des tribunaux français ou indigènes.

12Le texte fondateur de ces camps spéciaux fut signé le 22 janvier 1931 [parution au Journal Officiel, Lois et Décrets, le 31 janvier ]. Paris, redoutant de nouvelles agitations parlementaires, insistait auprès de Saïgon afin que les politiques, c’est à dire les hommes condamnés à la déportation, soient écartés du processus. Pourtant, personne n’était dupe. Le Général de division Billotte, commandant supérieur des troupes en Indochine, lui-même, écrivait à propos du personnel de surveillance désigné pour l’encadrement du convoi : «  il [le personnel] sera chargé d’assurer le maintien et le bon ordre à bord du vapeur La Martinière qui transportera un convoi de condamnés politiques de Poulo-Condor à Cayenne (...) ».

13Saïgon et Paris souhaitaient le transport de plus de 1 400 condamnés. Malgré la diligence déployée, et en raison de la vigilance de la gauche parlementaire, les autorités locales ne purent rassembler que 535 individus répondant aux critères imposés par Paris. Les Colonies, tout au projet de développement de l’Inini, insistaient : « Le Ministre [...] insiste, écrivait le Gouverneurgénéral de l’Indochine aux responsables locaux, [...] afin que [le] premier convoi nécessaire pour expérience [dans] l’Inini, soit complété à 700 [...]. Vous prie faire tous efforts possible pour donner satisfaction [au] Département. Pourriez-vous rechercher [dans] toutes [les] prisons tous [les] condamnés susceptibles [de] transportation ». [lettre du 27 avril 1931]. Cependant, les 700 hommes ne furent pas trouvés.

14L’Indochine et la Guyane se disputèrent longuement pour savoir laquelle des deux colonies devait assumer les dépenses de l’opération. Le transport et l’entretien des hommes incombèrent finalement à l’Indochine.

15En raison des manifestations nationalistes récurrentes et de l’évidente structuration du mouvement d’indépendance, Paris et Saïgon redoutaient un attentat visant à empêcher le départ du La Martinière, bâtiment chargé du transport vers la Guyane. Les mesures entourant l’embarquement furent très sévères, le personnel surveillé, la prise de clichés interdite, l’accès au navire restreint. Le premier et seul convoi pour l’Inini quitta Saïgon le 17 mai 1931, sans incident.

16Quelques aménagements alimentaires exceptés, les conditions de vie à bord furent celles connues par tous les individus transportés en Guyane. Trois hommes moururent pendant le voyage.

17Le nombre de condamnés étant inférieur à ce que le contrat avait prévu, la Compagnie Nantaise, propriétaire du La Martinière, menaça d’un procès le ministère des Colonies. Elle empocha finalement le paiement initialement prévu pour deux convois de 700 hommes chacun, si bien que le Gouverneur général de l’Indochine, non sans amertume, pouvait constater que l’opération ainsi réalisée était « excessivement onéreuse pour les finances [de la Colonie] et (avait perdu) tout intérêt pour l’Indochine », les condamnés à la déportation ayant été exclus.

Punir ou coloniser ?

18Le convoi parvint à Cayenne le 30 juin 1931.

19Les hommes furent conduits par camion jusqu’au dépôt central, tenus à l’écart des condamnés venus de France et d’Afrique du Nord. En juillet, une partie du groupe fut dirigé vers Saint-Laurent du Maroni ; les Indochinois y furent séparés du reste de la population pénale.

20Trente cas d’oreillon se déclarèrent dès l’arrivée du convoi. Bientôt apparurent des troubles pulmonaires et intestinaux graves nécessitant l’hospitalisation de 137 des hommes ; six d’entre eux en moururent.

21Mais ce qui caractérisa l’ensemble des Asiatiques ainsi exilés en Guyane fut leur capacité à s’organiser pour résister aux pressions diverses des autorités françaises.

22A Cayenne, en juillet, les hommes demandèrent une augmentation des rations de viande et de riz, exigeant que les vivres soient fournis en quantité égale à celle donnée en Indochine. Devant le refus du Gouverneur, un mouvement de grève de la faim apparut, aussitôt maté par une sévère répression : quelques hommes semblent avoir été nourris de force.

23Cette rébellion à peine maîtrisée, une bagarre éclata à l’hôpital entre un malade et un infirmier, lui-même condamné asiatique. Le malade fut envoyé dans les locaux disciplinaires ce qui déclencha immédiatement une nouvelle grève de la faim dans le camp. Le Gouverneur usa de nouveau de la force face à ce qu’il considérait comme des manifestations d’indépendance provoquées par les « meneurs [présents] (...) dans ce contingent très spécial ».

24Un peu plus tard, les Indochinois se trouvant dans les camps spéciaux créés à leur intention, des troupes sénégalaises furent affectées à leur surveillance. Les prisonniers manifestèrent immédiatement une vive « répugnance vis à vis des tirailleurs sénégalais qu’ils jugent inférieurs à eux et la stricte surveillance maintenue par les premiers paraît aux asiatiques d’autant plus lourde que ce sont des noirs qui l’exercent » constatait le Gouverneur. Les condamnés voyaient un signe de mépris dans ce choix des autorités et exigèrent des surveillants blancs. Les tirailleurs sénégalais firent également preuve de « répugnance » à l’égard des prisonniers. Le Gouverneur, devant ce « mouvement d’excitation collective », demanda à Paris, de toute urgence, « des sous-officiers européens blancs [...] pour assurer la direction rationnelle et sans heurts de cette main d’œuvre spéciale ». Racisme ordinaire et réalités de la politique coloniale se dévoilaient sous prétexte de Justice.

25Les années passées en Guyane, dans des conditions sensiblement aussi pénibles que celles connues par le reste de la population pénale, n’entamèrent en rien la cohésion et la combativité du groupe des Indochinois. En novembre 1937, au camp de Crique Anguille, les 152 condamnés présents refusèrent le travail et entamèrent une grève de la faim. 42 d’entre eux furent conduits à Cayenne et nourris de force, sur ordre du corps médical. Ce mouvement avait été provoqué par l’annonce de la libération, avec rapatriement, de quelques-uns des condamnés pour « faits politiques ou connexes à la politique »et non la totalité d’entre eux. Ces hommes se considéraient tous comme des condamnés d’opinion et ils regardaient la mesure partielle de libération comme une injustice.

26Le tribunal de Première Instance de Cayenne, en janvier 1938, condamna 97 de ces Indochinois protestataires à 6 mois de prison, 1 à 1 an de prison, 1 à 1 an de réclusion cellulaire, 24 à 18 mois de réclusion cellulaire. Aucun ne voulut dénoncer « les meneurs » de cette véritable révolte. L’enquête prouva que ces condamnés s’étaient regroupés en une « section », parfaitement structurée, qu’ils avaient des contacts avec la presse et les milieux politiques de métropole, en un mot, qu’ils étaient bien, malgré les dénégations officielles, des militants politiques, opposés à la présence française en Indochine. Un rapport d’inspection, ignoré des autorités, établi en août 1933, n’avait pas manqué de signaler ce que les événements de 1937 et 1938 confirmèrent : ces hommes étaient, dans leur majorité, « des lettrés (ex instituteurs, ex employés de banque, ex élèves de l’Ecole des Arts appliqués d’Hanoï) tous anciens membres de la cellule des sicaires (ce terme, en usage chez les autorités coloniales, traduisait de façon péjorative et impropre  »garde rouge« ) du Parti Communiste indochinois ». Le rapport soulignait également leur aisance de parole et leur influence sur leurs codétenus. Il signalait, enfin, l’existence d’une correspondance clandestine régulière entre eux et le Secours Rouge International

27L’organisation administrative des Etablissements Pénitentiaires Spéciaux s’inspira des structures de l’Administration pénitentiaire ; elle comprenait un bureau à Cayenne et deux camps : Crique-Anguille, mis en place à partir d’août 1931, et La Forestière, créé à partir de septembre de la même année mais remplacé par Saut-Tigre, en octobre 1934, car jugé trop proche des camps de l’Administration pénitentiaire au Maroni.

28Crique-Anguille fut déclaré chef lieu de « la circonscription du centre » par arrêté du 19 septembre 1931. Les 3/5 des Indochinois y furent envoyés. Ils devaient assurer le percement des pistes vers les placers d’or. En septembre 1936, cependant, aucune piste n’avait été créée.

29Un service médical spécial fut mis en place. Les médecins ne purent que constater les méfaits provoqués par la nourriture fournie : les légumes secs, chez ces condamnés accoutumés à la consommation de riz, provoquèrent des « coliques » sérieuses ; il fallut des mois d’hésitations pour que les condamnés fussent autorisés à pêcher, le poisson étant la base de leur alimentation et nécessaire à la fabrication du nuoc-mam ; le riz rouge venu d’Indochine s’étant avarié, il fallut en acheter au Surinam. Sur ce fond de malnutrition, se greffèrent les maladies endémiques locales : paludisme, tuberculose. De 1934 à 1936, vingt hommes moururent de « fièvre bilieuse hémoglobinurique ». Plusieurs condamnés se suicidèrent.

30Malgré cela, en 1936, le Gouverneur affirmait l’essai concluant : il avait permis, selon lui, d’ouvrir l’Inini à la colonisation et au progrès. De plus, il déclarait les conditions de vie imposées aux condamnés supérieures à celles du paysan moyen de l’Indochine. La déportation, sous sa plume, prenait des airs de bienfait.

31En octobre 1933, 518 condamnés Indochinois se trouvaient sur le territoire de l’Inini. Le Gouverneur de la Guyane demandait alors avec insistance la reprise des convois d’Indochinois, car, déclarait-il, « Il faut peupler à tout prix d’une façon stable ces colonies qui se meurent lentement ». En 1934, l’attribution de concessions fut envisagée et une somme de 50.000 francs fut inscrite au budget, dans le but de couvrir les frais de voyage des familles asiatiques qui désireraient rejoindre un condamné. Ceci pouvant « être l’amorce d’une immigration dirigée dont il ne fait aucun doute, écrivait le Gouverneur, que les Indochinois, avec leur qualité de travail et d’intelligence, seraient des auxiliaires précieux pour la mise en valeur de l’Inini ».

32Les qualités de ces Indochinois étaient si goûtées du Gouverneur qu’il en employait lui-même 11 dans son palais, sans qu’il lui en coûtât un sou. Paris finit par trouver le procédé abusif, ces hommes devant consacrer leurs forces, selon le Ministre, à la construction des pistes et non à l’entretien des planchers de la résidence officielle et au service de table de la famille.

33En 1937, 7 concessionnaires Indochinois étaient installés à Crique Anguille, 4 à Saut Tigre ; un Indochinois travaillait sur les chantiers aurifères de la Société Nouvelle de Saint-Élie et 4 autres étaient employés dans des exploitations d’agriculture et de pêche. Ces hommes, comme tous les libérés présents en Guyane, étaient soumis à des limitations de circulation qui entravaient leurs possibilités d’approvisionnement et, surtout, avaient un effet moral particulièrement négatif.

La longue route ou l’incertain retour

34L’élection du Front Populaire, en 1936, déboucha sur une relative clémence des autorités à l’égard des condamnés toujours présents en Indochine. Le Gouverneur Général de cette colonie, devant un mouvement de grâce qu’il jugeait trop généreux, crut devoir rappeler à Paris le danger présenté par ces libérations anticipées, les libérés retournant à leurs activités politiques subversives dès le seuil des camps et prisons franchis.

35Les condamnés transportés en Guyane, pour leur part, fondèrent de grands espoirs sur le nouveau gouvernement et se montrèrent déçus en apprenant que seuls 19 d’entre eux, déclarés subitement officiellement « condamnés politiques », étaient graciés et autorisés au retour [Décret du 29 septembre 1936].

36Finalement, ce fut un groupe de 15 hommes, les autres ayant disparu, morts ou évadés, qui transita par Saint-Nazaire et Marseille en route pour l’Indochine. Une surveillance attentive fut mise en place autour d’eux en métropole. Cette véritable escorte avait pour mission de « les accompagner, [...] les guider et les conseiller » ; dans les faits, elle surveilla et entrava la libre circulation des Indochinois. Cependant, à peine parvenus en métropole, où ils furent pris en charge par le Comité de Rassemblement des Indochinois de France, ces libérés demandèrent la libération de leurs compagnons restés en Guyane. Parallèlement, ils demandaient que des instructions fussent données en Indochine afin de n’avoir pas à subir de mesures contraignantes dans leur pays d’origine.

37En 1938, les Cambodgiens furent à leur tour rapatriés : le Ministère découvrait, tardivement, que l’obligation à résidence ne pouvait légalement leur être opposée.

38La France, malgré des remises de peine et des mesures de grâce faites sous la pression de l’opinion publique et l’intervention de la Ligue des Droits de l’Homme, n’avait pas renoncé pour autant à son projet initial de colonisation par ces condamnés d’Extrême-Orient : un arrêté du 18 septembre 1936 fixait la surface et les conditions d’attribution des concessions aux Indochinois de l’Inini ; le 11 avril 1938, le Gouverneur revenait sur le sujet, ce qui tendrait à prouver que le rapatriement des condamnés issus de notre colonie d’Asie n’était pas inscrit à l’ordre du jour, ceci contre l’attente d’une partie de la classe politique française et des intéressés eux-mêmes.

39En Guyane, la seconde guerre mondiale fut assortie de restrictions alimentaires drastiques et la population pénale, toutes origines confondues, fut la première à en souffrir. Le ralliement à la France Libre, le 16 mars 1943, apporta un personnel administratif nouveau et engendra des modifications dans la gestion de l’ensemble de l’élément pénal.

40« Dans le cadre général de simplification et de réorganisation du bagne » en attendant sa « liquidation », ordonnée par Alger le 4 mai 1944, les condamnés des camps spéciaux de l’Inini furent regroupés dans les camps généraux de l’Administration pénitentiaire [décision du 6 décembre 1944] c’est à dire dans les camps du « bagne ». Comme cela avait toujours été le cas, les autorités veillèrent cependant à ce que ces condamnés ne soient pas mêlés au reste des détenus.

41Les anciens transportés de droit commun, issus du « bagne » colonial général, quittèrent la Guyane à partir de juillet 1946. Les derniers hommes en cours de peine, avec les services de l’Administration pénitentiaire, regagnèrent la France en août 1953. Le « bagne » colonial avait vécu.

42Le rapatriement des anciens condamnés de l’Inini, pour sa part, ne commença qu’en 1954 et se termina en 1963. L’Indochine était indépendante depuis 1954.

43Au début de l’année 2000, il restait en Guyane française au moins un ancien condamné arrivé dans la Colonie avec le convoi de 1931. Il avait fondé une famille, et, malgré son grand âge, témoignait encore sur cette page déshonorante de l’histoire de la France colonisatrice. Il rappelait les violences de son arrestation puis de sa condamnation en Indochine ; il disait sa désespérance de la déportation et du travail forcé ; il soulignait la présence de condamnés de droit commun parmi les politiques ; il décrivait son labeur harassant sur les placers, sa libération venue, puis ses attaches avec la Guyane, devenue son pays.

44En Guyane, aujourd’hui encore, les méthodes de pèche introduites par les condamnés d’Indochine sont toujours utilisées. Peut-on pour autant conclure, comme le faisait un des responsables de la Guyane en 1938, que « l’expérience » de l’Inini, avec le déracinement de condamnés politiques, a été « positive » ? Nous pouvons, quoi qu’il en soit, affirmer que ce point spécifique de l’histoire du « bagne » de Guyane constitue, à double titre, un moment de l’histoire coloniale de la France.

Haut de page

Bibliographie

Archives

Centre des Archives d’Outre-Mer (Aix-en-Provence)
Série H

Bibliographie

Barbançon Louis-José : L’Archipel des forçats, histoire du bagne de Nouvelle-Calédonie, Lille, Presse Universitaires du Septentrion, 2003.

Donet-Vincent Danielle : « les bagnes des Indochinois en Guyane », Outre-Mer, Revue d’Histoire, Paris, Société Française d’Histoire d’Outre-Mer, 2001, p. 209-223. (Article repris dans : De soleil et de silences : histoire des bagnes de Guyane, Paris, La Boutique de l’Histoire Eds., 2003)

Photographies

Remerciements à Thomas Sagnimorte pour l’illustration de cet article. On trouvera quelques photos supplémentaires sur Crique Anguille sur son site personnel :
http://www.sagnimorte.info/photo_nature.php#carnet_photo3

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les vestiges du camp de Crique Anguille (mars 2006)
Légende Mars 2006 : Les vestiges du camp de Crique Anguille, affecté aux détenus indochinois, sont aujourd’hui perdus au cœur de la forêt guyanaise. On distingue sur ce cliché des cellules de réclusion, bâties sur le modèle des cellules de l’île Saint-Joseph.
Crédits Crédit photo : Thomas Sagnimorte www.sagnimorte.info
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/182/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danielle Donet-Vincent, « Les « bagnes » des Indochinois en Guyane (1931-1963) », Criminocorpus [En ligne], Les bagnes coloniaux, Articles, mis en ligne le 01 janvier 2006, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/182

Haut de page

Auteur

Danielle Donet-Vincent

Danielle Donet-Vincent, docteure en Histoire, est spécialiste de l’histoire de la transportation coloniale. Elle a été membre du groupe de recherche sur l’histoire des prisons de la troisième République, dans le cadre du séminaire dirigé par Robert Badinter et Michelle Perrot à l’EHESS. Elle a notamment publié La fin du bagne 1923-1953 (Rennes, Ouest-France, 1992) et De soleil et de silences : histoire des bagnes de Guyane (Paris, la Boutique de l’histoire, 2003).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page