Navigation – Plan du site
2012

La prison d’Arras sous l’Occupation : des prisonniers témoignent

Jean-Claude Fichaux

Notes de la rédaction

Cet article a été publié une première fois dans Histoire Pénitentiaire, volume 4, Paris, Direction de l’Administration pénitentiaire, Collection Travaux & Documents, 2005, p. 6-37. Il est tiré pour une large part de l’ouvrage de Jean-Claude Fichaux, Les prisons d’Arras et les hommes, paru en décembre 2010.

Texte intégral

1Sise dans la rue Saint-Nicaise (devenue aujourd’hui rue des Carabiniers d’Artois), la maison d’arrêt d’Arras, construite à partir de 1863 sur les plans de l’architecte Eppelet, accueillit son premier détenu le 30 octobre 1866. Elle succédait à la prison des Dominicains, inaugurée sous la Terreur et devenue trop vétuste. Elle fut bâtie sur l’emplacement du jardin de l’ancien couvent de la Paix de Jésus, dont subsiste encore une partie de l’enclos. La chapelle Notre Dame de Lorette, qui s’élevait à l’une de ses extrémités, fut en revanche détruite pour l’occasion. Prison d’arrondissement, la prison de Saint-Nicaise contenait en temps normal de 8 à 10 femmes et de 50 à 80 hommes. On pouvait toutefois y loger décemment 50 femmes et près de 180 hommes. Bombardée au cours de la Première Guerre mondiale, elle avait été évacuée du 26 août 1915 au 16 mai 1919.

La maison d’arrêt d’Arras de nos jours

La maison d’arrêt d’Arras de nos jours

photo Jean-Claude Fichaux

  • 1  Dr Georges Paris, « La prison d’Arras de 1940 à 1945 », Mémoires de l’académie d’Arras, 5e série, (...)

2Au début de l’année 1940, l’établissement était dépourvu de tout confort : pas d’eau courante, aucune commodité dans les cellules ou chambrées chauffées par des poêles Godin. Les locaux se composaient de six grands ateliers et de quatre plus petits, reliés à autant de dortoirs, ainsi que d’une quarantaine de cellules individuelles. Le personnel d’avant-guerre comprenait un surveillant-chef, un greffier et quatre à six surveillants, sans compter deux religieuses du Bon Pasteur chargées du quartier des femmes. Un médecin, le docteur Georges Paris1, venait à la prison deux ou trois fois par mois pour soigner les détenus malades et un aumônier catholique, le père Roy, y exerçait son ministère.

3Lors de l’invasion de mai 1940, à l’instar d’autres établissements pénitentiaires de la région, la prison d’Arras fut évacuée. Le 18 mai, étaient arrivés à Saint-Nicaise trois détenus de Cambrai accompagnés de deux surveillants, Jules Debouzy et Armand Bart, et 22 prisonniers (dont 5 femmes) d’Avesnes, escortés par deux surveillants et une surveillante. Le 20 mai à 10 h 30, tout ce petit monde, Arrageois, Cambrésiens et Avesnois, surveillants et détenus (78, dont 18 femmes, plus un aviateur allemand), encadrés de cinq sous-officiers, se dirige sur Saint-Lô dans la Manche, lieu de repli prescrit. Le même jour, les deux surveillants de Cambrai devaient périr sous les balles allemandes à Avesnes-le-Comte. Les autres agents revinrent au bercail le 29 mai, les 40 détenus qu’ils encadraient ayant été libérés par les Allemands. Parmi ceux-ci figuraient 2 Allemands, 1 Autrichien, 1 Italien et 3 Russes.

4Aussi le fonctionnement de la prison d’Arras ne fut-il interrompu que pendant un court laps de temps. Les registres d’écrou de la maison d’arrêt et de la maison de correction en attestent. Ils enregistrent :
- pour le mois de mai 1940, 34 entrées dont 5 femmes et 7 libérations ;
- pour le mois de juin 1940, 3 entrées et 7 libérations ;
- pour le mois de juillet 1940, 33 entrées dont 8 femmes et 9 libérations.

Une prison divisée en deux

5Dans la matinée du 10 mai 1940, Arras est réveillée par le fracas des bombes allemandes. Le 24, la ville est occupée, l’administration militaire allemande est en place début juin. Dès les premiers jours de l’occupation, les Allemands réquisitionnent plusieurs bâtiments : la caserne Levis, le collège de jeunes filles, les écoles normales d’instituteurs et d’institutrices (rue du Temple), la caserne des gardes mobiles, la Citadelle, l’Institut des sourds et muets, le centre d’hébergement de la rue des Fours, etc.

6Une partie de la prison Saint-Nicaise est elle aussi réquisitionnée. La maison d’arrêt est désormais divisée en deux sections : l’ancien quartier des hommes devient la section allemande, celui des femmes la section française, chacune d’elles étant mixte. Ces deux sections vivent entièrement séparées, un point de contact les unissant toutefois : les douches utilisées par les Allemands pour les soins corporels et dont profitaient les Français pour faire leur lessive.

La section française

7Installée dans l’ancien quartier des femmes, la section française fut divisée en deux parties, l’une réservée aux hommes et l’autre aux femmes. Les catégories de détenus étaient celles d’avant-guerre : prévenus, condamnés pour dettes par le tribunal de simple police et condamnés à plus d’un an, certains étant destinés à la maison centrale de Loos et les autres demeurant à la maison de correction.

  • 2  Archives départementales du Pas-de-Calais (AD 62), Y 25.

8Le règlement qui continuait d’être appliqué avait été élaboré au début des années 1930. En voici les principales prescriptions :
- les détenus ne peuvent écrire qu’à leurs proches parents et tuteurs seulement 2 fois par mois, à moins de circonstances exceptionnelles ;
- ils peuvent être temporairement privés de correspondance ;
- ils ne doivent parler que de leurs affaires de famille et de leurs intérêts privés. Il leur est interdit de demander ou de recevoir des aliments ou des timbres postes ;
- la correspondance est lue, tant au départ qu’à l’arrivée, par l’administration qui a le droit de retenir les lettres ;
- les familles peuvent adresser leurs lettres au directeur sous enveloppe affranchie et ne doivent recourir à aucun autre intermédiaire ;
- ils ne peuvent envoyer ou recevoir de secours que sur autorisation expresse du directeur. Les secours en argent ne doivent être adressés qu’en billets de banque par lettres chargées ou en mandats postes au nom du greffier comptable ;
- les secours en nature ne peuvent consister qu’en menus objets de corps comme gilet de flanelle, tricot et chaussettes et à la condition que ces objets soient de couleur blanche, cachou ou gris clair ;
- les visites ont lieu au parloir 2 fois par mois les 2e et 4e lundis ;
- les visiteurs doivent être munis d’une pièce d’identité constatant leur parenté ;
- les timbres, cartes postales illustrées et images seront rigoureusement refusés2.

  • 3  André Coillot, Mai 1940. Un mois pas comme les autres, Arras, Imprimerie ACK, 1980.

9La section française est victime de la surpopulation. Dans les dortoirs, les prisonniers s’entassent sur des paillasses alignées côte à côte, les femmes étant presque aussi nombreuses que les hommes (détenues pour pillages, vols plus quelques affaires d’infanticide ou d’adultère). Jules Mathon note, dans ses carnets d’occupation, qu’il y avait au 19 août 1941, 103 détenus du côté français. Très vite ce nombre augmenta pour atteindre 124 détenus fin 1941, 173 fin 1942 et 270 fin 1943. Les autorités administratives françaises tentèrent mais en vain de remédier à cette situation insupportable, qui caractérisait d’ailleurs toutes les prisons du département. À la date (tardive) du 23 mars 1944, le ministre de l’Intérieur en était encore à demander au préfet de lui faire parvenir rapidement les plans de tous les étages des prisons de Saint-Nicaise, Béthune, Boulogne, Saint-Omer, ainsi que ceux des prisons désaffectées susceptibles d’être rouvertes, lesquels plans devaient indiquer l’état actuel des locaux et mentionner l’emplacement des services publics à proximité, principalement police et gendarmerie3.

10Le régime alimentaire dans la prison française était celui de l’avant-guerre, mais très largement amputé du fait des restrictions. À défaut de cantines, les colis auparavant interdits étaient devenus une nécessité.

11Le 9 mars 1944, le préfet, alerté par un rapport de la Croix-Rouge française, prenait conscience des mauvaises conditions d’hygiène de la prison Saint-Nicaise. Il confia alors à l’architecte départemental une enquête sur les possibilités d’installer une infirmerie dans le quartier des femmes. Celui-ci lui répondit le 13 mars qu’il lui paraissait impossible, dans un établissement aussi surpeuplé, d’installer une infirmerie dont la place aurait été prise au détriment des locaux existants. Il reformula l’idée (avancée quelques années auparavant) d’envoyer les femmes malades au Bon Pasteur afin de les isoler. Il y avait, à cette date-là, plusieurs femmes et une fillette malades.

12Une tentative d’évasion se produisit dans la section française. Elle est relatée par le Grand écho de janvier 1941. Émile C. et Julien R., condamnés à plusieurs mois de prison, tentèrent de s’évader au moyen d’une corde confectionnée avec du linge et d’un crochet fabriqué avec la lyre d’éclairage. Ils firent sauter la serrure avec un tisonnier rougi dans le poêle et parvinrent à franchir le premier mur avant d’être arrêtés par une sentinelle qui se trouvait au pied du second. Les candidats à l’évasion furent remis aux surveillants avant d’être condamnés à 10 mois de prison supplémentaires.

  • 4  Georges Paris, op. cit.

13La cour d’assises de Saint-Omer choisit la prison d’Arras comme maison d’exécution de ses condamnés à mort. La guillotine ayant été « mise en miettes » lors d’un bombardement sur Paris, les condamnés durent attendre de longs mois avant leur exécution4. Ainsi, Bernard Varlet, né en 1925, ouvrier agricole, transféré de Saint-Omer après avoir été condamné à mort le 24 février 1944 pour avoir assassiné un nouveau-né et une jeune femme, attendit jusqu’au 29 juillet 1944 : il fut conduit au petit matin, en fourgon, accompagné d’une escorte et du révérend père Roy, aumônier de l’ordre des Camilliers, jusqu’au stand des carabiniers d’Artois où l’attendait un peloton d’exécution de douze gendarmes commandés par le maréchal des logis Lepagnol. à 5 h 35, Varlet tomba sous les balles et son décès fut constaté par le docteur Paris, médecin de la prison (Le Courrier du Pas de Calais).

La section allemande

14La section allemande était constituée pour les hommes de sept dortoirs au rez-de-chaussée et d’autant au premier étage. Quatre dortoirs étaient réservés aux femmes : prévus pour environ quinze personnes, près de quarante devaient y être détenues. Aux dortoirs s’ajoutaient trente cellules individuelles, dont dix au sous-sol qui permettaient la mise au secret. C’est dans le couloir du cachot qu’eurent lieu d’horribles tortures : les cris des suppliciés pouvaient être entendus des prisonniers, ceci afin de les inciter à parler.

15Lorsqu’on pénétrait dans la maison d’arrêt, on trouvait, dans le hall d’entrée, une porte à droite qui conduisait à une pièce dans laquelle avaient lieu les parloirs. Un grillage la séparait en deux parties, une première où se trouvait le prisonnier surveillé par une sentinelle, une seconde où se tenaient le ou les membres de la famille. En face, à gauche, une autre porte menait au greffe, que se partageaient, dans les premiers temps, Français et Allemands.

16Les Allemands n’assuraient que la garde de la porte et pénétraient rarement en détention. Les premiers détenus de la section allemande furent des ressortissants anglais employés au service de l’Impérial War Graves Commission, arrêtés comme prisonniers de guerre civils. Ainsi James Peet, arrêté à Saint-Laurent-Blangy le 13 juillet 1940, fut conduit à Saint-Nicaise avant d’être déporté dans un camp d’internement en Pologne.

17En juillet 1940, fut créé un registre d’écrou tenu par les autorités allemandes, où figuraient les personnes arrêtées pour avoir mené des activités contre les forces d’occupation. La première entrée enregistrée est celle d’une femme, auteur d’un sabotage, qui fut condamnée à sept mois d’emprisonnement.

18Pendant les premiers mois de l’occupation, les deux surveillants venus de Valenciennes, Ehret et Wasson, étaient seuls à assurer l’entretien, l’hygiène, la nourriture et le coucher des détenus. Ehret, Alsacien d’origine et qui comprenait l’allemand, essaya de tirer le maximum de l’occupant. Il put par exemple obtenir de la municipalité qu’une voiture amène chaque jour à la maison d’arrêt les deux religieuses du Bon Pasteur qui étaient responsables des détenues femmes.

19Le règlement type de la prison française fut renforcé par des dispositions propres à l’autorité militaire allemande :

« - il est interdit de jeter quoi que ce soit par la fenêtre ;
- il est interdit de s’appuyer aux murs, portes et fenêtres, de salir les murs ou d’y afficher ;
- il est interdit de faire du bruit ;
- il est interdit de parler avec d’autres prisonniers ou de leur remettre quoi que ce soit ;
- la cellule doit toujours être en bon état ;
- à l’appel du fonctionnaire supérieur ou du surveillant de la prison, le détenu se place sous la fenêtre et dit son nom ;
- il est interdit de s’adresser au gardien ;
- le détenu peut prendre un bain toutes les 2 ou 3 semaines ;
- les repas sont assurés par l’administration judiciaire française ;
- les détenus qui veulent écrire sollicitent l’autorisation de correspondre à celui chargé de l’instruction ;
- les détenus peuvent écrire une lettre tous les 15 jours ;
- les lettres adressées à des services ou autorités peuvent être écrites à tout moment ;
- toutes les lettres sont à remettre au gardien et seront censurées ;
- les détenus pourront recevoir une visite toutes les 2 semaines. Pour cela, ils doivent solliciter une autorisation de visite au fonctionnaire supérieur.

Toute infraction à tout règlement d’ordre intérieur sera punie disciplinairement.

  • 5  Document communiqué par Mme Jacquié-Mabilais.

GEZ. DR. REITMEYER
MAJOR UND KOMMANDANT5 »

20Au sein de la section allemande, la surpopulation sévit au moins autant sinon plus que dans le quartier français. À certains moments, des dortoirs prévus pour vingt prisonniers en recevaient jusqu’à soixante. Il arrivait que douze détenus s’entassent dans une cellule ayant un seul lit. D’après le registre d’écrou allemand de Saint-Nicaise, on peut reconstituer un effectif journalier et constater que, le 6 octobre 1941, il y a 356 détenus à la section allemande, 369 le 26 novembre 1941, 374 le 11 décembre, 399 le 10 janvier 1942.

  • 6  AD 62, 2 Z 380.

21La nourriture des détenus, y compris ceux de la section allemande, était assurée par les autorités administratives françaises. À Saint-Nicaise, la cuisine, située au rez-de-chaussée, était tenue par un Français qui confectionnait les repas à l’extérieur de la prison. Une note du 12 décembre 19406 du secrétaire d’État au ravitaillement, adressée au préfet, précise que les rations alimentaires des détenus ont été fixées sur les bases suivantes :
- pain : 400 g par jour ;
- viande (pour les détenus en cellule) : 300 g 2 fois par semaine ;
- graisse : 70 g par semaine ;
- pommes de terre : 600 g 2 fois par semaine ;
- légumes secs : 480 g 4 fois par semaine ;
- riz : 240 g 1 fois par semaine et 50 g les jours gras :
- légumes frais : 850 g tous les jours.

22Puis furent établis des menus de rationnement, tel en janvier 1941 :
- pain : 300 g par jour ;
- viande : 300 g 2 fois par semaine ;
- graisse : 58 g par semaine ;
- pommes de terre : 400 g ou 100 g de riz ou de légumes secs ;
- légumes secs : 1,250 kg 5 fois par semaine ;
- légumes frais : 820 g tous les jours.

Le témoignage des prisonniers : la vie « ordinaire »

L’arrivée

23Raymond Brissy, arrêté le 14 avril 1944 pour actes de résistance, passa par les prisons de Béthune et Cuincy avant d’arriver à Saint-Nicaise dans le courant du mois de juillet.

« Les abords de la prison étaient semblables à ceux de nos jours avec une longue allée d’arbres sur le côté gauche. La porte était gardée par des Français et des soldats allemands qui me prirent aussitôt en charge pour me conduire au greffe qui se trouvait derrière la première porte à gauche, en entrant dans le hall. Après avoir été écroué par un Allemand, je fus fouillé et débarrassé de la moitié de mes bagages, ne devant conserver que le strict nécessaire. On me conduisit ensuite vers une rotonde, au milieu de laquelle se trouvait une table. J’apprendrai plus tard que c’est sur celle-ci que furent écrites les dernières lettres des condamnés à mort lors des grandes exécutions. »

24Madeleine Guillemant arriva à la prison d’Arras vers la fin avril 1941 et fut remise aux Allemands, escortée par deux policiers qui étaient venus la chercher à Loos, où elle se trouvait depuis le 23 février 1941. Elle était accusée d’avoir aidé des aviateurs britanniques.

« J’avais subi à la prison de Loos des interrogatoires, non musclés mais très injurieux pour avoir hébergé des soldats anglais. J’étais prête à comparaître devant le tribunal de guerre. C’est donc en ennemie que je fus reçue par les Allemands et placée dans la cellule 43 ou 46. Elle se situait au premier étage et on y accédait par un couloir assez sombre. À droite, se trouvait une autre cellule dans les numéros 40 également, et à gauche une toute petite suivie d’une plus grande dans laquelle se trouvait déjà ma mère. Par la fenêtre, on dominait une cour dans laquelle sortaient des prisonniers allemands qui avaient été arrêtés pour ivresse, bagarres, luxure… Juste après, il y avait une autre cour et au-delà de l’enceinte extérieure, on voyait les murs des anciennes fortifications boisées, où des gens venaient nous faire des signes d’amitié. À proximité de la rotonde, se trouvait une petite cour où on allait vider les tinettes et où se trouvait un robinet qui nous servait à remplir nos seaux et nos brocs. Quand nous étions dans notre cour de promenade, nous pouvions voir en haut des cellules des hommes avec lesquels il nous était difficile d’échanger quelques mots. Mon père était dans l’une d’elles, mais je n’ai jamais pu savoir laquelle. »

25Pierre Verdel retrace son arrivée à Saint-Nicaise :

« Dès notre entrée dans la cour de la prison, d’autres soldats me prirent en charge, mais je ne comprenais rien à leur langage. Je les suivis et fus introduit dans une salle. Il y avait là une femme jeune, qui dans un français impeccable, m’interrogea sur mon identité. Je dus lui remettre tous les objets plus ou moins hétéroclites qui se trouvaient dans mes poches, puis vint un autre soldat qui m’engagea à le suivre. Nous franchîmes une énorme porte munie de barreaux, puis par un long couloir éclairé, j’arrivai à une rotonde d’où partaient d’autres couloirs. Il me fit monter devant lui par un escalier qui ceinturait l’étage. Nous pénétrâmes dans un second bureau, entièrement clos. Un sous-officier me posa à nouveaux quelques questions et je le vis inscrire mon nom sur un tableau comportant le mot POLITIC, marqué de petites croix rouges. Puis, par la même passerelle, je fus poussé vers une petite porte basse dont les clés grincèrent dans la serrure avec un bruit sourd. Je débouchai brusquement dans une salle longue et étroite qui ressemblait à un campement de romanichels. Les hommes étaient au garde à vous. C’était une obligation quand la porte s’ouvrait. Or, elle se referma lourdement derrière moi. »

26Jean Fournier vient d’être arrêté.

« Mon frère et moi étions dans une traction avant, menottes aux poignets, en route pour la prison Saint-Nicaise. Il y avait deux gardes à l’avant de la voiture dont le chauffeur et deux à l’arrière, nous encadrant comme de dangereux individus que nous devions être à leurs yeux. C’était la première fois que j’entrais dans une prison. Les grilles qui s’ouvrent et qui se referment, de longs couloirs, puis une cellule, la 44, dans laquelle nous fûmes propulsés. La porte qui se referme et qui claque deux fois puis le bruit des bottes qui s’éloigne. Enfin le grand silence, lugubre. Le lendemain, je fus conduit dans une chambre, la 49, occupée par 7 autres prisonniers. Elle était réservée aux arrivants avant leur premier interrogatoire. »

La surpopulation

27Madeleine Guillemant témoigne :

« Parfois, il y avait une surpopulation suite à des rafles et arrestations collectives, surtout fin mai 1941, avec l’arrivée des femmes de mineurs arrêtées à cinq heures du matin devant les puits de mine pour empêcher les hommes de descendre au fond et pareillement côté des hommes. »

28Émile Fournier faisait partie d’un groupe de quatre résistants formés à Mareuil dès les premiers jours de l’occupation. Inscriptions patriotiques sur les murs, impression et distribution de tracts étaient leurs premières actions anti-allemandes. Soupçonné par la police française, il rentre dans la clandestinité en 1943 pour éviter le Service du travail obligatoire (STO). Mis en contact avec Jean Bodel, membre de l’OCM (Organisation civile et militaire), il va de cachette en cachette, l’inactivité lui pesant. Il finit par être accueilli dans une famille de mineurs, les Ducatel, d’Avion. C’était un lieu de rendez-vous où se réunissait souvent l’état-major des FTP du Pas-de-Calais. Participant aux distributions de tracts et aux sabotages, il fut recherché activement et finit par être arrêté le 9 juillet 1943. D’abord mené à la prison de Loos, il fut ensuite conduit à celle d’Arras, le 3 août, et placé dans la chambre 25.

« Il y avait toutefois quelques personnages dans cette cellule collective dont je me souviens et que j’ai retrouvés après la guerre, ainsi que quelques droits communs dont j’ai oublié le nom. Nous étions au moins vingt dans cette chambrée, disposant d’un lit individuel avec une couverture et un sac à viande pour s’enfiler à l’intérieur. Pour les besoins naturels, nous disposions d’un tonneau entouré par une cloison à hauteur d’homme, permettant de voir la tête et les épaules de celui qui l’occupait. »

Plan de la cellule n° 25 (dortoir de 15 m sur 5) de la section allemande, quartier des hommes

Plan de la cellule n° 25 (dortoir de 15 m sur 5) de la section allemande, quartier des hommes

D’après un croquis communiqué par Émile Fournier-Élipot

29L’absence d’hygiène frappe tous les détenus : invasion de poux, de morpions, gale et prolifération de rats. Esther Brun note toutefois, en novembre 1943, que c’était un peu moins sale à Arras qu’à Béthune.

30Raymond Lefebvre, de Boulogne, fut arrêté le 9 janvier 1941 et transféré à Saint-Nicaise le 27.

« Nous étions trente dans une pièce de 12 mètres sur 4. Un bidon vide ayant contenu du fuel servait de WC. Pour me laver, je possédais une boîte de conserve vide que je remplissais lorsque je pouvais avoir de l’eau. Cela n’a pas changé durant 6 mois. »

31Témoignage confirmé par celui de Pierre Verdel.

« Chaque matin, chacun ayant sa semaine, deux par deux, nous faisions la corvée des tinettes. C’était un genre de tonneau d’une cinquantaine de litres environ et dans la journée, lorsqu’un besoin naturel exigeait de le satisfaire, il était navrant de voir des hommes réduits à l’état de bêtes. Tous, nous détournions la tête, mais hélas, il était difficile de ne rien entendre et l’odeur qui se dégageait était écœurante. Ce tonneau, nous le transportions pour le vider, par des passerelles, escaliers et couloirs jusqu’à l’égout central qui se trouvait dans une cour donnant vers le quartier des hommes. Un jour, nous dûmes nous rendre à l’évidence. Nous avions des poux. Le chef de chambre prévint notre sous-officier qui de ce fait nous injuria copieusement. On nous conduisit dans une pièce, genre dépendance au rez-de-chaussée. Là, nous fûmes complètement déshabillés. Nos vêtements furent mis dans des sacs et on nous laissa là, à notre triste sort, après avoir dû s’enduire le corps d’un produit visqueux et gras, sous les yeux d’un soldat. Ainsi, durant toute cette journée, nous restâmes une vingtaine dans la tenue d’Adam. Le soir, on nous rendit nos vêtements tout fripés par leur passage dans l’autoclave. »

L’alimentation

32Sur ce point aussi, les témoignages sont nombreux, on n’en retiendra que quelques-uns.

« À huit heures, on nous apportait le jus et notre boule de pain pour la journée. Quand c’était l’heure de la soupe, un bruit assourdi de pas s’approchait de la passerelle et deux solides cuistots pénétraient avec une immense marmite, accompagnés d’un soldat. À la queue leu leu, chacun recevait une large ration d’eau légèrement colorée, dans laquelle surnageaient quelques mouches de viande hachée. »

« À onze heures, c’était le repas, servi par d’autres prisonniers, accompagnés d’un gardien. On avait tous les jours un jus de rutabagas avec quelques feuilles de choux. À dix-sept heures, nous avions le même repas. Il nous arrivait parfois d’avoir une soupe bavaroise, provenant du trop-plein de garnison. Elle était sûre, immangeable et on la jetait par la fenêtre dans la cour des Allemands afin de nourrir les rats qui pullulaient et qui parfois montaient jusque dans nos cellules. »

33Heureusement, il y avait les colis, à l’exception près, et elle n’est pas mince, des prisonniers gardés au secret, pour lesquels aucun contact avec l’extérieur n’était autorisé. Jean Fournier, arrêté le 7 mai 1944 et accusé d’appartenir à un groupe de résistants, se souvient :

« La nourriture, acceptable, était agrémentée par les colis que nous recevions, colis méticuleusement vérifiés par nos geôliers. En effet, ma mère, une fois par semaine, se présentait à la prison en espérant me voir. Elle m’apportait quelques gâteries, des cigarettes et du linge propre. »

Au jour le jour

34Sur la vie quotidienne, on commencera par le témoignage de Pierre Verdel :

« Notre vie était comme dans une pension, strictement minutée. Le matin, à 6 heures, un bruit de bottes s’approchait et, dans la porte, quelques gros coups sourds accompagnés d’un ACHTUNG ! pour nous réveiller. À ce signal, nous rangions notre paillasse, pliions notre couverture et c’était à nouveau l’attente. À partir de ce moment, il nous était interdit de nous recoucher ou de s’approcher des fenêtres. Puis c’était l’inspection. Deux Allemands pénétraient, l’un armé, l’autre un sous-officier qui passait entre les rangs des détenus au garde à vous. Ses yeux scrutaient notre allure, notre paillasse et notre paquetage. Il examinait la propreté du local et du petit endroit. S’il décidait que la chambre était sale, il nous traitait de SCHWEINE ! (porc). Il fallait alors faire la corvée d’eau avec des seaux jusqu’au rez-de-chaussée, entasser les paillasses dans un coin et laver à grande eau. Venait ensuite la corvée des tinettes. Pour la promenade, c’était seulement une demi-heure, une ou deux fois par semaine. Nous tournions dans une cour, sous la surveillance de soldats allemands. Pour ceux qui n’étaient pas condamnés à mort, c’était l’attente, l’ennui et aussi l’espoir d’être libre. Nous avions la possibilité de lire le Courrier du Pas-de-Calais avec sa propagande allemande poussée à l’extrême, mais c’est la lecture des lettres que nous recevions qui absorbait nos journées. Nous les apprenions par cœur. Tout ce qui représentait un soupçon de liberté recevait à nos yeux une valeur inestimable. Nous devinions, nous jouions aux cartes, des histoires étaient maintes fois répétées et souvent le soir, des chants emplissaient nos cellules. »

35Autre moyen de rompre avec le confinement, les parloirs. Écoutons encore Pierre Verdel qui fut convoqué le 15 juillet 1942 au siège de la Gestapo, place de la Préfecture, et conduit immédiatement à Saint-Nicaise. Ce jeune de 18 ans, originaire de Bapaume, manifestait ses sentiments patriotiques au travers de correspondances adressées à des camarades restés dans la région toulousaine.

36« Un jour, un de nos gardes chiourmes vint me chercher… Je le suivis. Je pénétrai dans une petite salle près des bureaux de l’entrée. Je restai pétrifié, mon père était là, devant moi. L’interprète allemand, resté dans un coin, nous prévint que nous n’avions que deux minutes pour cette entrevue. »

37À noter que certains parloirs avaient lieu à la rotonde, plus éloignée de l’entrée, par mesure de sécurité.

38Le silence et l’interdiction de communiquer entre certains détenus étaient de rigueur. André Lemaire avait 19 ans quand il fut condamné à 8 mois de prison par le tribunal militaire allemand.

« J’avais demandé à aller dans le dortoir des travailleurs. Le matin, on devait se lever les premiers pour faire la distribution du café et de la boule de pain. Et le midi, c’était pour servir la soupe, mais il était interdit de parler ! Tous les vendredis, on lavait une partie des couloirs à l’eau froide, sous la surveillance d’un gardien allemand. »

39Arrêté le 19 mai 1943, Gustave Dupuis fut placé au quartier cellulaire, à l’isolement. Isolement si l’on veut.

« J’avais pour voisin, un Wallon, E. P., de Lens, détenu pour vol et libérable à bref délai. Je suis arrivé à communiquer avec lui pendant les relèves et les repas des gardiens. »

« En août 1944, il y eut un événement inattendu. » C’est ainsi que Marie-Louise Wiart commence sa narration. « Je fus arrêtée le 20 juillet 1944 par les Feldgendarmes à Vitry-en-Artois avec ma jeune sœur Émilienne et mon fiancé Henri Babilot. Pendant qu’on le torturait à la Kommandantur, nous étions interrogées à l’école du village. Nous fûmes ensuite conduits à Arras, lui directement à Saint-Nicaise, nous à l’hôpital Saint-Jean, pour y passer une visite médicale. Peu de temps après, nous allâmes à la prison, où après un interrogatoire au greffe, on nous plaça séparément au quartier des femmes, moi seule dans une cellule au secret dans laquelle je demeurai près de vingt jours. Nous avions pour gardienne une Allemande et une Belge, Frau Schultz. Nous fûmes condamnés le 10 août 1944 par le tribunal militaire à l’Hôtel de Ville d’Arras ; ma sœur à 1 an de prison, moi à 2 ans, mon fiancé à la peine de mort. Notre mère ayant pu avoir connaissance de notre présence à Saint-Nicaise par la Kommandantur de Vitry puis d’Arras, put venir nous rendre visite deux ou trois fois. Ayant appris lors de sa première venue que j’étais enceinte, elle entreprit de faire les formalités nécessaires à la célébration de mon mariage. L’autorisation des autorités allemandes lui fut donnée compte tenu que mon fiancé était condamné à mort. La cérémonie eut lieu le 22 août 1944, d’abord à la chapelle de la prison, puis à la rotonde en présence d’un officier de l’état civil d’Arras dépêché pour la circonstance, sous la surveillance de soldats allemands. Une fois [la cérémonie] terminée, je perdis de vue mon mari jusqu’à l’évacuation de la section allemande sur Loos. »

40Le mari de Marie-Louise devait être déporté en Allemagne d’où il n’est jamais revenu.

Le témoignage des prisonniers : la vie fragile

41Le régime de la prison devint plus sévère à partir de la prise de fonction du capitaine Jardan, début 1941. Celui-ci commença par empêcher les colis de la Croix-Rouge de pénétrer dans la prison, ce qui fit croire aux détenus que le monde extérieur se désintéressait d’eux. Une rumeur concernant Jardan arriva jusqu’à la prison. En effet, il parlait très bien le français, comprenait le patois qu’il aurait appris alors qu’il était ingénieur aux engrais d’Auby à Rœux ou Feuchy. Sous ses ordres, s’activait une garde d’Allemands, composée de territoriaux à l’aspect et au comportement débonnaires. À partir du second trimestre 1941, l’accès de la prison fut interdit au docteur Paris ainsi qu’aux deux religieuses du Bon Pasteur. Une gardienne belge devint responsable du quartier des femmes. Les surveillants français chargés du ravitaillement n’eurent plus aucun contact avec les prisonniers de la section allemande. Ils durent quitter la prison à partir de 20 heures, les Allemands veillant eux-mêmes sur la porte extérieure. Le père Roy, aumônier, continua d’assister les condamnés à mort jusqu’au 5 février 1943. À partir de cette date, il n’y eut plus de religieux catholiques français pour s’entretenir avec les détenus.

L’afflux des résistants

42Les journées étaient marquées par la noria incessante de nouveaux arrivants, et surtout de ceux qui partaient vers la prison de Loos et la déportation ou vers la Citadelle pour y être fusillés. Parmi les nouveaux prisonniers, on se méfiait d’éventuels « moutons » infiltrés par la Gestapo : il était risqué de se laisser aller à des confidences. L’Organisation civile et militaire fut victime, à la fin de 1943, d’une terrible vague d’arrestations dans le Pas-de-Calais. À l’origine, la trahison de l’un des chefs nationaux de l’organisation, Roland Farjon, né à Boulogne-sur-mer en 1910, fils de l’ancien sénateur Roger Farjon. Capitaine de cavalerie, fait prisonnier en 1940, il rentra dans l’OCM et devint agent de liaison entre les bureaux de Paris et la Zone interdite. Arrêté en septembre 1943 dans un restaurant parisien par la Gestapo, il accepta, par lâcheté, de « collaborer ». Au lieu de le fusiller, la Gestapo le fit transférer à la prison de Loos puis à celle d’Arras. Le plan des nazis était simple, il s’agissait de le mettre en contact avec ses camarades pour qu’il gagne leur confiance et provoque leurs confidences. Placé dans la même cellule que Jean Tison, chef de l’OCM pour l’arrondissement d’Arras, celui-ci devait payer de sa vie la confiance qu’il accorda à Farjon. Il lui avait confié tout ce qu’il savait et donné des noms. S’ensuivirent plusieurs arrestations. Abel Guidet, maire de Bapaume, fut arrêté le 27 novembre 1943 avec bon nombre de membres de l’OCM. Après avoir été interrogé par la Gestapo, il fut transféré dans un premier temps à Cuincy (maison d’arrêt de Douai) où il  resta 95 jours à l’isolement. Ramené à Saint-Nicaise début mars 1944, il écrivait à un ami :

« La prison où je suis actuellement est pour moi un paradis en comparant avec Douai. Le traitement est humain, la nourriture copieuse et presque mangeable et avec les colis passés en fraude, nous ne nous plaignons pas. Promenade quotidienne où je commande la leçon d’éducation physique, gêné quand même par ma sciatique qui ne me quitte plus. Enfin moral excellent, confiance parfaite, Français jusqu’au fond de l’âme et Bapalmois du plus profond de mon cœur ! Les copains venant de Douai, tous zébrés par les coups de nerfs de bœuf, me chargent de te dire qu’ils veulent faire un banquet ensemble et qu’ils demandent de [le] préparer à Bapaume. »

43Extrait en avril 1944, Abel Guidet fut conduit à la prison de Saint-Gilles à Bruxelles puis déporté en Allemagne où il mourut le 27 novembre 1944, un an et un jour après son arrestation.

Résister en prison

44La correspondance était soumise à la censure, tant au départ qu’à l’arrivée, voire  interdite. Cependant, des lettres clandestines réussissaient à pénétrer ou sortir de Saint-Nicaise par l’intermédiaire de personnes pouvant y accéder pour diverses raisons.

45Ce fut le cas pour les “billets” d’Henri Gouillard. Instituteur formé à l’école normale d’Arras, il avait 20 ans lorsqu’il fut arrêté, le 10 juin 1942, à Wingles. Depuis un an, il avait participé, avec l’équipe de Charles Debarge, à plusieurs sabotages. Cerné à Hulluch par les gendarmes, blessé et à bout de munitions, il fut capturé et conduit à Saint-Nicaise où il fut placé au secret dans la cellule 14 jusqu’au 27 juillet. Condamné à mort le 6 octobre 1942, il fut fusillé à la Citadelle le 27. C’est par l’intermédiaire du coiffeur de la prison, qui venait de l’extérieur et qu’il avait connu avant la guerre alors que celui-ci coupait les cheveux des pensionnaires de l’école normale, qu’il put échanger une correspondance clandestine avec sa famille.

Ce que pouvait apercevoir Henri Gouillart de la cellule 14

Ce que pouvait apercevoir Henri Gouillart de la cellule 14

46Georges Fourdrinoy fut arrêté le 6 mars 1944 à Vitz-sur-Authie. Membre de l’OCM, il avait participé à la réception d’un parachutage de sept containers d’armes le 15 juillet 1943 au Ponchel. Amené par la Gestapo à la Kommandantur d’Hesdin pour y être interrogé, il partit ensuite pour la maison d’arrêt d’Arras. Il resta vingt jours enfermé dans la cellule 21. Par la fenêtre, il pouvait apercevoir son père dans la cour de promenade située en contrebas. Placé ensuite dans la cellule 31, ce fut par l’intermédiaire d’Augustin Gaillard, qui habitait alors rue des Onze-Milles-Vierges à Arras, que son internement fut connu de sa famille. Augustin Gaillard était maçon et travaillait pour l’armée allemande à la réfection des trottoirs dans les cours de la prison. Gaillard et son collègue Victor Lebrun, natif d’Ervillers, sortirent aussi du courrier clandestin pour le compte d’André Velut, interné depuis le 7 mars 1944.

47Les rares parloirs furent aussi pour certains l’occasion de faire sortir quelques écrits. Ainsi Georges Lobbedez, arrêté le 20 juillet 1943, remit discrètement à un membre de sa famille le journal qu’il avait tenu durant son internement, profitant d’un moment d’inattention du surveillant.

48La messe, même si célébrée par un aumônier militaire allemand, permit à certains résistants de se retrouver et de rester en contact. Georges Lobbedez, par exemple, put revoir son père ainsi que les docteurs Cuallaci, Artisson et Duflot, responsables de l’OCM, le 22 septembre 1943. Un plan d’évasion fut alors élaboré en vue de faire sortir les responsables de l’OCM emprisonnés, dont Pierre Cuallaci, pionnier de ce mouvement sur Frévent, Auxi et Avesnes. Cuallaci avait été arrêté à son domicile le 20 juillet 1943. Il fut interné à  Saint-Nicaise pour que la Gestapo d’Arras l’ait sous la main pour lui faire subir de nombreux interrogatoires. D’après son épouse, il aurait réussi, en décembre 1943, à obtenir le concours d’un ou deux « gardiens de prison » français qu’il mit en relation avec l’équipe OCM-BOA (bureau des opérations aériennes) du docteur Poiteau, arrêté depuis le 8 octobre 1943. Au fur et à mesure que l’effectif de la prison s’enflait de résistants de mieux en mieux organisés, les surveillants français, qui faisaient montre d’une bienveillante neutralité au départ, aidèrent de plus en plus activement les détenus, assurant des liaisons avec les familles, voire avec les organisations clandestines. Jean Janssens, résistant interné à Saint-Nicaise du 20 juillet 1943 au début de juin 1944, témoigne sur ce projet d’évasion :

« Profitant d’une fenêtre de WC qui venait d’être percée dans le mur et dont le scellement des barreaux était encore frais, quatre prisonniers, le docteur Cualacci, Robert Drecourt, l’un des frères Duquesnoy et un autre dont j’ai oublié le nom, réussirent à sortir de leur chambrée et à atteindre le toit. De là, ils pénétrèrent par une lucarne dans les combles dans l’espoir d’en ressortir sous l’autre versant et ainsi redescendre au moyen d’un cordage confectionné avec des draps. Il ne restait plus qu’à franchir le mur d’enceinte et fuir vers les jardins de la préfecture. C’était au moment de Noël et les rondes étaient plus espacées. Tout se passa bien jusqu’au moment où le docteur Cualacci seul parvenu sur le faîte du mur fut aperçu par la patrouille qui l’arrêta aussitôt. Les autres étaient restés dans les combles où ils furent récupérés plus tard. Dans la même période, une seconde tentative eut lieu dans une chambrée du rez-de-chaussée où un début de galerie fut creusé sous un lit. Ce fut un nouvel échec lorsque le tunnel vint buter contre les fondations de la bâtisse. »

49Au printemps 1944, des rescapés du bombardement de l’opération Jéricho sur la prison d’Amiens arrivèrent à Saint-Nicaise et racontèrent la manière dont cette opération était censée s’être déroulée. L’idée que la prison d’Arras pouvait être à son tour bombardée, facilitant une évasion collective, germa dans l’esprit de certains qui restèrent suspendus aux barreaux de leur fenêtre avec l’espoir de profiter de la moindre occasion si celle-ci venait à se présenter. Lors des bombardements d’Arras, plusieurs bombes tombèrent à proximité de la prison mais sans jamais l’atteindre.

Interrogatoires et crimes maquillés

50Certaines cellules accueillaient, malgré le surencombrement, un hôte unique, placé là au secret par les Allemands. Raymonde Brissy fut ainsi isolée.

« On me conduisit au sous-sol, là où se trouvent les cachots gardés par un soldat. J’y passais la nuit sur une simple paillasse posée sur le sol humide. La lumière était éteinte en permanence et une petite lucarne me fournissait un peu d’air. Sur les murs, il y avait des inscriptions gravées ; je me souviens de celle de Raymond Delfosse, Adieu maman, vive la France ! »

La descente de l’escalier menant aux cachots du sous-sol

La descente de l’escalier menant aux cachots du sous-sol

51Henri Gouillard, placé au secret et devenu presque aveugle à cause des tortures qu’il avait subies, écrivait le 22 juin 1941 :

« 13 h 30, enfin de quoi écrire ! Cellule 14. Je suis seul. Silence sur toute la ligne. Moral très bon, seul un bruit de pas trouble le silence. C’est Georges, le soldat anglais qui occupe la cellule voisine et qui marche pour tuer le temps. Tout le temps, voilà le problème. C’est bigrement long, douze jours pendant lesquels je n’ai vu que deux fois par jour la figure de gardiens allemands. Maintenant, je commence à trouver mon équilibre. Avec ma tête rasée, je dois avoir l’air d’un vrai bagnard… Espoir ! Encore combien de jours ? Je pense… un coin de ciel et un arbre ; cela me rappelle Verlaine. Lui aussi avait été en taule ! »

Les cachots dans le sous-sol de la prison, où se trouvaient dix cellules et le couloir où les résistants étaient torturés

Les cachots dans le sous-sol de la prison, où se trouvaient dix cellules et le couloir où les résistants étaient torturés

52Jean Fournier avait subi un premier interrogatoire musclé, le 14 mai 1944, dans les bureaux de la Gestapo d’Arras. Enfermé dans la cellule 49, il passe au secret dans une cellule au fond d’une cave, la cellule numéro 1.

Porte du cachot n° 1

Porte du cachot n° 1

« Cette cave comportait dix cellules, cinq de chaque côté dans un couloir. J’étais donc au secret, dans le noir absolu, nuit et jour, la lumière ne m’était donnée que quelques minutes pour manger et faire ma toilette et pour s’assurer de ma personne. Il y avait bien un soupirail, mais il était fermé par des planches. J’ai eu à subir deux autres interrogatoires, beaucoup plus musclés que le premier. Ce dont j’ai souffert le plus, ce ne fut pas les coups mais d’entendre les cris, les supplications, les hurlements, les râles des prisonniers qu’on interrogeait dans le couloir de la cave, entre les cellules. Au bout de trois semaines, je fus conduit à la cellule 13 où je trouvais enfin la lumière du jour. »

Intérieur du cachot n° 1

Intérieur du cachot n° 1

53André Dumoulin, arrêté le 12 mai 1944, raconte dans une lettre (il sera fusillé à la citadelle le 17 juillet 1944) :

« J’entrais en prison, brisé, ne sachant de quel côté m’appuyer, ni me soutenir, aucune partie de mon corps n’avait été épargnée et le sang coulait le long de mes jambes et dans le dos, sous les morsures des nerfs de bœuf. Tout mon corps était noir, bleu, vert des coups de matraque de la nuit d’avant et [de] ceux de la journée. Je me trouvais dans une cellule n’ayant qu’un peu d’air par une trappe tout en haut du mur. J’apercevais un bouquet d’arbres à travers les solides barreaux, un tout petit coin de ciel, et c’est tout. Cette cellule faisait 4 mètres sur 2 et il y avait une paillasse, deux couvertures, un tabouret, un broc d’eau et une tinette. J’y passais une nuit terrible, car il faisait un grand froid et de plus on m’avait dépouillé pour la nuit de mon veston, pull-over, pantalon et chaussettes. »

54Il y eut à Saint-Nicaise pas moins de 10 morts, suite aux tortures infligées par la Gestapo.

55Charles Debarge, natif de Harnes, était activement recherché pour des actes multiples de résistance. Pris dans un accrochage avec les policiers allemands alors qu’il se rendait à un rendez-vous à Ronchin, il fut grièvement blessé et resta sur le sol où il fut frappé violemment à coups de bottes. Celui qui était tant recherché n’était plus qu’un pauvre corps ensanglanté. Il fut conduit inanimé à la prison d’Arras, afin de permettre sa confrontation avec d’autres résistants. Il y mourut le 23 septembre 1942, dans la nuit, sans avoir parlé. Sa dépouille fut ensuite portée dans le fossé de la Citadelle.

56Émile Théry, natif de Bourecq, membre du groupe Amédée Suchet (3K), fut atrocement torturé. Il se pendit dans sa cellule le 17 novembre 1942. La Gestapo donna l’ordre de l’enterrer d’urgence et sans cérémonie au cimetière de la ville d’Arras, carré X.

57Stanislas Mazur, mineur à Estevelles, mourut lui aussi à Saint-Nicaise, le 29 septembre 1942. Son corps fut conduit au cimetière d’Arras et enterré dans le carré X (tombe 562).

58Georges Desfrançois, cressonnier de Duisans, qui avait aidé des Russes évadés, fut arrêté et incarcéré. Il se pendit dans sa cellule le 2 juillet 1943.

59Jean Lefebvre, mineur à Beuvry, fut blessé le 28 juillet 1943 dans le café de la gare à Rœux. Après deux jours d’agonie à Saint-Nicaise, sa dépouille fut amenée le 30 juillet dans un garage de l’Hôtel de Commerce puis remise aux pompes funèbres d’Arras qui le conduisirent au cimetière, où il fut inhumé dans le carré L.

60Robert Clipet, architecte à Arras, fut arrêté le 2 août 1943 par les inspecteurs de police Philippe et Carniaux qu’accompagnait un agent de la Gestapo. Amené à Saint-Nicaise, il se pendit dans sa cellule aussitôt son arrivée. Il fut enterré à 16 h 30 dans le fossé de la Citadelle, après constat du décès par le délégué du tribunal militaire allemand de Lille.

61Henri Quéval, directeur d’usine à Calais, mourut à la prison d’Arras le 6 août 1943. Son corps fut remis aux services de la ville d’Arras et inhumé dans le caveau provisoire.

Charles Debarge, Armand Pilard et Georges Louchet qui a hébergé Pilard et sera fusillé le 1er novembre 1943

Charles Debarge, Armand Pilard et Georges Louchet qui a hébergé Pilard et sera fusillé le 1er novembre 1943

62Armand Pilard, FTP de Liévin, fut arrêté à Anzin Saint-Aubin le 17 août 1943 en compagnie de Georges Louchet chez qui, avec sa femme et leur fils de 16 ans, il avait trouvé refuge. Après avoir subi trois jours d’horribles supplices, des détenus l’entendirent hurler puis gémir toute la nuit de son retour en cellule. Conduit à l’hôpital, un œil pendant hors de son orbite, il y décéda peu de temps après. Marie-Louise Coquidé, religieuse à l’hôpital, découvrit son corps qui reposait à la morgue. Elle devait déclarer à l’homme qui l’accompagnait : « Je crois que le Bon Dieu lui a infligé un rude calvaire. » L’avis 563/43 de la Gestapo d’Arras du 24 août 1943, signé du commandant Wünsche, mentionnait que le nommé Pilard Armand venait d’être retrouvé pendu dans sa cellule. Son corps fut enterré le soir même sur ordre de la Gestapo dans le cimetière d’Arras, carré L.

Portrait d’Aimé Mabilais

Portrait d’Aimé Mabilais

63Aimé Mabilais, de retour de captivité en Allemagne, était secrétaire de mairie à Haute Avesnes. Il réalisait de faux papiers pour les résistants recherchés ou pour les jeunes réfractaires au STO. Il transportait aussi des armes parachutées et possédait un poste émetteur permettant de transmettre des renseignements à Londres. Il fut arrêté dans la nuit du 15 au 16 février 1944, ainsi que sa femme qui fut enfermée dans la cellule 58. Placé au secret dans un cachot, il se donna la mort le 20 février 1944 pour ne pas parler sous la torture, après avoir griffonné une dernière lettre sur un morceau du règlement de la prison affiché sur la porte de sa cellule. Son corps, amené à la morgue de l’hôpital Saint-Jean, fut identifié le lendemain par le frère Camille, religieux aux Louez-Dieu, qui ne put que constater les horribles tortures dont il avait été l’objet. Le frère Camille se rendit plusieurs fois à la prison pour s’y entretenir avec madame Berthe Mabilais. Il y emmenait parfois la fille du couple martyr, réussissant à sortir du courrier clandestin.

Dernière lettre d’Aimé Mabilais

Dernière lettre d’Aimé Mabilais

64Pierre Verdel, condamné à 4 mois de prison par le tribunal militaire, avait été placé dans la cellule des travailleurs.

« Un soir, un soldat vint chercher précipitamment quelques prisonniers que l’on amena à l’entrée du bâtiment où venait de se garer une ambulance. Tous les officiers de la prison étaient rassemblés autour du véhicule. Les portes furent ouvertes et on nous obligea à saisir deux brancards sur lesquels reposaient deux hommes aux visages affreusement mutilés. Leurs yeux disparaissaient sous d’épaisses paupières noircies. Ils geignaient doucement. Nous les transportâmes dans une dépendance du Lazaret [infirmerie] où les Allemands nous congédièrent en laissant la place aux infirmiers militaires. »

65Un soir d’interrogatoire mouvementé, le docteur Duflot, l’un des responsables de l’OCM, incarcéré depuis le 20 juillet 1943, put entrevoir par une fente dans la porte de sa cellule un détenu que l’on ramenait en le tirant par les pieds. Le lendemain, les surveillants lui dirent : « Un de vos camarades s’est pendu… gros malheur ! »

66Notre martyrologe est loin d’être complet. Beaucoup de celles et ceux qui auraient permis de le compléter ne sont, hélas, plus de ce monde.

La déportation et la mort

Déportations

  • 7  André Coilliot, 1940-1944, 4 longues années d’occupation, Arras, 3, 1986, p. 106.
  • 8  AD 62, fonds du colonel Lhermitte, 513.
  • 9  André Coilliot, op. cit.

67Pour certains, Saint-Nicaise fut le point de départ pour la Belgique, puis l’Allemagne. Le 14 mars 1944, 40 prisonniers quittèrent la prison d’Arras sous bonne garde pour se rendre à la gare où les attendait un train qui les amena à la prison Saint-Gilles à Bruxelles7. En juin 1944, le préfet écrivait au ministre de l’Intérieur à Paris : « La police allemande a procédé à 300 arrestations en avril et mai, la plupart pour activité politique. Un certain nombre de réfractaires au STO ont été arrêtés et dirigés en Allemagne. La plupart des détenus politiques de la section allemande de Saint-Nicaise ont été transférés en Allemagne ou Belgique avant d’avoir comparu devant un tribunal. Il existe de grosses difficultés pour le transport des internés administratifs qui doivent attendre dans les maisons d’arrêt les réparations des voies ferrées qui sont complètement désorganisées par les bombardements8. » Le 1er mai, 200 prisonniers étaient sortis de Saint-Nicaise avec des pelles et des pioches pour effectuer des travaux de réparation sur ces voies ferrées9.

  • 10  Ibid.

68Début juillet 1944, un autre groupe de 90 prisonniers fut amené en camions depuis la prison jusqu’à la gare d’Arras détruite. Les Allemands les entassèrent dans des wagons de marchandises et ce ne fut que le lendemain, vers 16 heures, que le convoi fut accroché à un train de passage. Le soir, les wagons furent placés sur une voie de garage à Tourcoing. Le lendemain, après un arrêt à Mons, ils furent acheminés en Allemagne10.

69Ces déportations avaient pour objectif de désencombrer des prisons pleines à craquer du fait des arrestations massives dont le Pas-de-Calais était le théâtre. Au printemps de 1942, 88 furent pratiquées par la police française et 181 par son homologue allemande. Sans compter l’internement de 2 600 otages.

  • 11  Jean-Marie Fossier, Zone interdite. Nord-Pas-de-Calais, Paris, Éditions sociales, 1977, p. 447.

70Le registre d’écrou clandestin allemand permet de dénombrer, entre le 23 juillet 1940 et le 8 avril 1942, 392 hommes et 64 femmes, soit un total de 456 personnes en instance de transfert à Loos-lès-Lille, prison étape avant un passage par la Belgique puis la déportation. Le passage par Loos et la Belgique n’était pas systématique : entre le 23 juillet 1940 et le 8 avril 1942 par exemple, si 22 hommes et 1 femme partirent vers la Belgique, 31 hommes et 15 femmes furent déportés directement en Allemagne. En Belgique, les déportés étaient regroupés principalement à la prison Saint-Gilles à Bruxelles, énorme bâtiment et véritable « plaque tournante » où les séjours étaient relativement brefs. Les conditions de détention y étaient sévères (4 prisonniers par cellule de 4 m sur 2 m 50, nourriture infecte et insuffisante) mais sans aucune mesure avec celles qui attendaient la grande majorité des prisonniers. En comparaison, l’ancien dépôt de mendicité de Merxplas, dans la province d’Anvers, gardé par des Belges sous autorité allemande, faisait presque figure de paradis. Autre antichambre de la déportation en Allemagne, la forteresse de Huy, pour laquelle subsiste un registre d’écrou, déposé au service des victimes de la guerre, au ministère de la Santé à Bruxelles : on y découvre qu’un convoi comprenant 16 prisonniers de Saint-Nicaise fut acheminé jusque là11. Autre « gîte d’étape », le fort de Breendonck, l’enfer belge, un véritable camp de concentration implanté le long de l’ancienne route d’Anvers à Willebroek. Sans compter les centres d’internement dont les Allemands avaient été prodigues : Bruges, Gand, Anvers, Beverloo, Courtrai, Liège, Tournai..., « lieux d’étape » avant le grand voyage vers les camps de la mort, via Cologne ou Mulsheim.

71Les statistiques établies par le colonel Lhermitte dénombrent, pour le Pas-de-Calais, 3 020 départs pour l’Allemagne, dont 176 de ressortissants étrangers. Entre 1940 et 1944, 2 005 personnes furent transférées de la prison de Loos vers la même destination.

Exécutions

72Le lieu du dernier supplice était situé dans les douves asséchées qui entourent la citadelle d’Arras et où on ne pouvait accéder que par une grande porte creusée dans le mur d’enceinte. Construite par Vauban sur la demande de Louis XIV, la Citadelle renfermait un petit nombre de souterrains dont on s’aperçut qu’ils étaient trop humides pour y conserver la poudre. En 1716, quelques-uns avaient été aménagés en prison pour les soldats. Réquisitionnée pour l’hébergement des troupes dès le début de l’Occupation, la Citadelle pouvait abriter 1 800 hommes et 180 véhicules. Elle ne fut utilisée que par une garnison de 240 soldats et put ainsi servir de lieu de détention. L’accès au site, protégé par l’ensemble des terrains militaires du polygone, était strictement interdit. À la Citadelle, les jours d’exécutions, les ouvriers employés par les entreprises au service de l’armée allemande devaient quitter les lieux vers 16 heures. Vers 16 h 15, arrivait en chantant, venant de la caserne Levis, un groupe de 50 à 60 soldats. Une dizaine d’entre eux allait former le peloton d’exécution. Les condamnés étaient généralement amenés dans une petite camionnette Citroën qui entrait dans le quartier dès lors que le groupe spécial était en place et que tous les civils avaient été évacués. Les condamnés étaient parqués dans une casemate. Vers 17 heures, ils étaient amenés par 5 ou 6 ou individuellement jusqu'à l’enclos en empruntant un couloir souterrain. Ils débouchaient alors dans cette sinistre enceinte et étaient attachés à des poteaux. Une fois la sentence lue, ils étaient fusillés et leurs corps jetés dans de simples cercueils pour être inhumés à quelques pas de là. Une simple planchette numérotée indiquait leurs tombes. Le lendemain, les autorités allemandes remettaient à la mairie d’Arras la liste des exécutés qui mentionnait les âges et les professions ainsi que le grade et le nom du médecin chargé de constater les décès.

Hommage aux fusillés de la Citadelle, le 27 septembre 1977

Hommage aux fusillés de la Citadelle, le 27 septembre 1977

photo La Voix du Nord

73La prison Saint-Nicaise fut le lieu où plus de 200 de ces martyrs vécurent leurs dernières heures. Les souvenirs les plus tenaces de beaucoup de détenus survivants (pour certains, très provisoirement) sont faits de ces départs de leurs compagnons vers la Citadelle voisine, vers ces fossés où sont aujourd’hui scellés autant de plaques portant leurs noms. Beaucoup de ces malheureux couchaient sur le papier un dernier cri, une dernière impression.

74Henri Gouillard écrivait ainsi, avant d’être fusillé le 27 octobre 1942 :

« Dans notre chambre, un copain vient d’arriver. Il est condamné à mort depuis 15 jours et lui aussi, il attend. Eh bien, vous savez, ça fait quelque chose chaque fois qu’on entend un bruit dans le couloir, nous croyons que c’est lui qu’on vient chercher et une sensation désagréable nous étreint pour lui. »

75André Lefebvre prenait le soin de noter, le 8 septembre 1941 vers 7 heures du matin :

« Il y a une heure que l’on est venu nous réveiller en nous annonçant que notre recours en grâce était rejeté. Nous sommes à présent tous les trois [Alfred Delattre et Marcel Delfly] dans le parloir de la prison. Monsieur l’aumônier nous assiste, ce sera lui d’ailleurs qui nous fera parvenir cette lettre ainsi que celle que j’ai encore la haut. »

76Marcel Delval, fusillé le 24 juillet 1942, écrivait lui aussi pour la dernière fois :

« Je suis à mes dernières heures sur cette terre, le jugement a été sans pitié devant notre recours en grâce. À 15 h 30, on est venu me chercher pour me mettre en cellule et un interprète allemand est venu me dire que nous serions exécutés à 20 heures, ce soir. »

77Les jours de grandes exécutions, les condamnés attendaient dans le couloir central de la prison. Pour leur faire passer le temps, le capitaine Jardan leur disait combien il était regrettable qu’ils n’eussent pas apprécié la Grande Allemagne et les bienfaits de l’occupation. Pour la plupart, les exécutions avaient lieu environ trois semaines après la condamnation. En attendant, les condamnés étaient menottés et il n’en était pas un qui ne sut ce que signifiait les mots Zum Tode (à mort). Avant le jour prévu, la Kommandantur prévenait les services de la mairie d’Arras qu’ils devaient fournir un certain nombre de cercueils et les déposer dans la cour du palais Saint-Vaast.

78Les condamnations à mort étaient prononcées par un tribunal militaire allemand siégeant dans la salle du conseil municipal de l’hôtel de ville. Joseph Delobel, jeune mineur de Noyelles-Godault, âgé de 21 ans, relate le déroulement de cette parodie de justice dans une lettre du 16 juillet 1942 sortie clandestinement :

« La vie continuait et chacun de nous savait ce à quoi il fallait nous attendre. Ainsi, un mardi soir vers 20 heures, la porte de la cellule s’ouvrit et un gardien nous annonça que nous irions au tribunal le 8 juillet. Lorsque ce jour arriva, nous étions 26 camarades réunis à la rotonde et nous fûmes enchaînés puis embarqués dans des camions, suivis d’autres voitures. À 9 heures, commençait la séance qui devait être tragique. Ce furent d’abord les interrogatoires d’identité puis les interrogatoires individuels. Tout se fait et se dit en allemand, l’interprète traduisant les questions et les réponses. Après les interrogatoires, le procureur prononça son réquisitoire et l’interprète nous annonça qu’il réclamait des condamnations à mort pour 25 d’entre nous. Un avocat déguisé en caporal allemand prit la défense des condamnés à mort. Ce qu’il a dit, nous n’en savions rien. Après une brève délibération le tribunal nous donna la décision ; celle-ci sans appel. Il avait réduit à 22 le nombre de peines de mort. »

79Autre témoignage, celui de Jean Fournier :

« 15 août 1944 : ce matin de ce jour de fête, on nous fit partir pour une destination non précise. Cette fois, chose extraordinaire, c’était à pied, non pas encadrés par des SS ou des soldats allemands, mais des Français, oui, je dis bien des Français, des miliciens, mitraillettes sous le bras. Nous étions une quarantaine, liés deux par deux par une paire de menottes, à partir en direction du centre ville d’Arras. Avant le départ, nos gardiens nous avertissent qu’ils “ descendraient ” ceux qui tenteraient de se sauver et je suis sûr qu’ils l’auraient fait. Ou allions-nous ? Trois quarts d’heure plus tard, nous avons débouché sur cette magnifique place que possède Arras, dominée par son beffroi, transformé en tribunal militaire. »

80La première condamnation à mort fut prononcée le 17 septembre 1940, contre une femme, Blanche Paugham, surprise en train de couper des câbles téléphoniques. Elle fut arrêtée et conduite à Saint-Nicaise. Les nazis cherchaient à l’époque la voie de la collaboration avec Pétain, il leur sembla sans doute « contre-productif » d’exécuter une femme. Aussi sa peine fut-elle commuée en travaux forcés à perpétuité. Elle quitta Saint-Nicaise le 31 janvier 1941 pour être déportée à Bergen-Belsen où elle devait décéder peu avant la libération du camp.

Avis annonçant la sentence rendue le 17 septembre 1940 de Blanche Paugan

Avis annonçant la sentence rendue le 17 septembre 1940 de Blanche Paugan
  • 12  Rapport Renseignements généraux 2537 du 20 novembre 1943.
  • 13  AD 62, Y 23.

81Une seule exécution ensanglanta Saint-Nicaise, le 21 août 1941. Ce premier et unique fusillé était Albert Bekaert. Né à Verquin le 28 décembre 1919, il résidait à Avion où il était ouvrier du bâtiment. Membre du parti communiste français clandestin, il participa, le 21 juillet 1941, à l’une des premières tentatives de sabotage ferroviaire dans la région. Elle eut lieu au point kilométrique 205850, sur la voie ferrée Lens-Arras. Albert Bekaert et son camarade Marcel Dandre avaient placé une charge d’explosifs et s’étaient mis à l’abri. L’explosion se faisant attendre, Dandre alla voir. Il fut blessé mortellement par la déflagration. Bekaert partit prévenir les parents de son camarade qui avisèrent un médecin et informèrent la police. Se sachant recherché, Albert Bekaert partit habiter chez sa sœur à Liévin où il fut arrêté. Torturé par la Gestapo, il livra alors les noms des membres de son équipe (selon le témoignage de Roger Bucquet, cheminot, que recueillit le colonel Lhermitte), équipe formée de Jules Hapiot, Legrand, Kunda, Pletko et Filipec. Cet interrogatoire devait entraîner aussi les arrestations de Désiré Durut, Achille Thumerelle, André Willerval et Louis Maniez, tous membres du parti communiste12. Albert Bekaert fut écroué à Saint-Nicaise où il fut enregistré sur le registre d’écrou allemand sous le numéro 61713. Il comparut devant le tribunal de guerre d’Arras et fut condamné à mort le 1er août 1941.

Portrait d’Albert Bekaert et affiche de l’OFK, « à placarder obligatoirement dans la nuit du 1er au 2 août », annonçant sa condamnation à mort

82Madeleine Guillemant se souvient de lui :

« Nous lui parlions tous les jours à l’heure de la tinette et il nous avait dit qu’il était condamné à mort. Nous lui disions qu’ils n’oseraient pas et qu’il partirait en Allemagne (nous pensions alors que la guerre était bientôt finie !). Et puis ce mardi 21 août 1941, un gardien alsacien, Monsieur Ehret, est venu dans notre cellule pour nous dire qu’Albert Bekaert serait fusillé le soir même dans la cour à 7 heures. 7 heures ! Je ne puis m’en souvenir sans une profonde émotion. Nous avons entendu les balles qui éteignirent à jamais la voix qui nous parlait chaque matin. Ma mère, qui se trouvait deux cellules plus loin, tomba en syncope au bruit de la fusillade et fit une hémorragie. Sa vue en fut presque éteinte et c’est complètement aveugle qu’elle finit ses jours quelques années plus tard. »

Plan du quartier des femmes

Plan du quartier des femmes

Lieu d’exécution d’Albert Bekaert

Lieu d’exécution d’Albert Bekaert

D’après un croquis réalisé par Madeleine Guillemant

83Albert Bekaert avait écrit avant de mourir une lettre d’adieu à ses parents et à son parti :

  • 14  Jean-Marie Fossier, op. cit.

84« Ce sont le capitaine de la brigade d’Arras, le commissaire d’Avion et sa bande de crapules qui sont responsables de ma mort, pour m’avoir arrêté et livré aux boches. Quand tous ceux-là seront supprimés, ma mort sera vengée et c’est là ma dernière volonté14. »

85Albert Bekaert repose dans le cimetière d’Avion.

86Au cours de cette même année 1941, furent exécutés à la Citadelle : Marcel Delfly, André Lefebvre, Alfred Delattre, originaires de Harnes. Emprisonnés le 6 août 1941 pour sabotage, ils furent fusillés le 8 septembre 1941.

87214 autres suivront. Au total, 218 résistants furent exécutés par les nazis d’août 1941 à juillet 1944. Ils étaient originaires de différents départements ou pays. Trois prisonniers de guerre russes tombèrent sous les balles allemandes. Le plus jeune avait 16 ans et demi et le plus vieux 69 ans. Tous avaient été détenus à Saint-Nicaise avant d’être conduits à la Citadelle.

Avis de la condamnation à mort d’Alfred Delattre, Marcel Delfly et André Lefebvre

Avis de la condamnation à mort d’Alfred Delattre, Marcel Delfly et André Lefebvre

Portraits d’Alfred Delattre, Marcel Delfly et André Lefebvre, les premiers fusillés de la Citadelle

Portraits d’Alfred Delattre, Marcel Delfly et André Lefebvre, les premiers fusillés de la Citadelle

Musée d’Harnes, Pas-de-Calais

La Libération et la fin de la section allemande

886 juin 1944. Le jour tant attendu était enfin arrivé. Jean Fournier devait s’en souvenir toute sa vie :

« Arras avait été bombardé et plusieurs bombes étaient tombées près de la prison, malheureusement sans dommages pour les murs d’enceinte. À chaque alerte, les gardiens fuyaient dans les abris situés sous la prison tandis que nous restions enfermés, espérant un miracle. Nous étions morts de peur entre nos quatre murs, ne pouvant rien faire, sinon attendre, recroquevillés dans un coin. »

89Les nazis entendaient faire des prisonniers des otages pouvant leur servir de précieuse monnaie d’échange lors d’une hypothétique transaction avec les alliés. Aussi procédèrent-ils à de multiples transferts d’Arras, mais aussi de Douai, de Béthune ou de Valenciennes, à destination de Loos.

90La vie de Jean Fournier fut ainsi préservée.

« Le soir du mercredi 30 août 1944, ce fut le branle-bas de combat dans la prison. Les portes s’ouvraient et tout le monde fut mis dehors en quelques minutes. La prison était évacuée. Embarqués dans des camions deux par deux, liés par des menottes, nous arrivâmes dans ce qui restait de la gare détruite et nous fûmes rapidement chargés dans des wagons à bestiaux. Il était 23 heures. Ce transport fut relativement confortable, une trentaine de prisonniers par wagon avec une des deux portes ouvertes, surveillée par deux gardiens mitraillette au poing. Il y avait des soldats allemands dans d’autres wagons et même sur la locomotive. Cela ressemblait à une fuite organisée. Le train roula depuis le mercredi soir 23 heures jusqu’au vendredi matin 31 août. À 2 heures, les portes de la prison de Loos se refermèrent sur nous. »

91Raymond Brissy raconte :

« Dans la nuit du 29 au 30 août, environ 200 prisonniers dont une dizaine de femmes, soit presque la totalité de la section allemande, furent rassemblés dans le couloir central de Saint-Nicaise, vers 22 heures. Après avoir été menottés deux par deux, ils furent conduits à pied à la gare d’Arras pour être embarqués dans 5 ou 6 wagons à bestiaux. Tous les Allemands assurant la garde de la prison les accompagnaient. Ce train arriva vers 16 heures 30 en gare de Tourcoing et les prisonniers rejoignirent Loos en camion. »

92Récit que confirme Arie Van Der Waal, sujet hollandais arrêté le 5 juin 1944 :

« Le soir du 29 août 1944, un gardien allemand vint dans notre chambrée chercher des prisonniers. Pierre et moi restions seuls, pensant que c’était pour une corvée. Nous entendions beaucoup de bruit jusque tard dans la nuit puis ce fut le silence. Le jour se levait, toujours aucun bruit. Puis voulant mettre l’oreille contre la porte pour écouter ; à sa grande surprise il vit celle-ci s’ouvrir. Elle n’avait pas été refermée ! Après quelques instants, nous nous risquâmes dans le couloir. La cage vitrée de la rotonde où se trouvait toujours un Allemand était vide. Nous nous dirigeâmes vers l’entrée, là où était le local de la garde. Personne ! Les Allemands avaient évacué la prison précipitamment, abandonnant leurs affaires. »

93Le 1er septembre 1944, dans la soirée, un train quitta la gare de Tourcoing. Il arriva six ou sept jours plus tard au camp de Sachsenhausen. Environ 850 détenus venant de la prison de Loos y étaient entassés. Le « Train de Loos » fut le dernier train de la déportation.

  • 15  Témoignage d’Arie Van Der Waal.

94À Saint-Nicaise, les prisonniers que les Allemands n’avaient pas emmenés furent libérés par les surveillants français : « Le 30 août, toutes les cellules furent ouvertes et il y fut découvert une qui renfermait un certain nombre de femmes, restées à attendre15. » Des femmes, et un homme, un résistant, que sauva son invalidité : touché au genou dans une embuscade en mars 1944, il avait été amputé du bas de la jambe.

95Le 1er septembre 1944, profitant du départ des gardiens allemands, une quinzaine de prisonniers de droit commun jugèrent que, pour eux aussi, l’heure de la libération avait sonné. À 11 h 15, profitant d’une sortie dans les couloirs, l’un d’eux attaqua un surveillant. Une bagarre s’ensuivit entre détenus et surveillants appelés à la rescousse. Mais l’ordre fut vite rétabli.

96Le soir même, la prison, vidée de ses prisonniers politiques, accueillait les Allemands capturés dans la région d’Arras. Le 2 septembre 1944, on enfermait à tout va. Le temps de l’épuration était arrivé.

Le bilan de la répression

97Le surveillant Ehret a tenu, clandestinement, un double du registre d’écrou allemand, pour les incarcérations intervenues entre le 23 juillet 1940 et le 8 août 1942. On dispose ainsi des noms de 1 692 internés, de la durée de leur détention et de ce que fut leur sort. En avril 1967, le surveillant-chef de Saint-Nicaise retrouva dans les archives de la prison le registre en question. Il est aujourd’hui conservé aux archives départementales du Pas-de-Calais sous la cote Y 23.
Du 23 juillet 1940 au 31 décembre 1941 : 1 395 noms.
Du 1er janvier 1942 au 8 août 1942 : 297 noms.

  • 16  AD 62, fonds du colonel Lhermitte, 51 J 4.

98Les fiches établies par le colonel Lhermitte16 permettent de dénombrer, entre juin 1942 et juillet 1944, 264 détenus supplémentaires.

99Les listes reconstituées par les témoins apportent 138 noms nouveaux.

  • 17  André Coilliot, op. cit.

100Les arrestations du 9 août 1941 de jeunes gens du bassin minier amenèrent à Saint-Nicaise 170 prisonniers de plus17.

101Les 80 otages pour un vol de 80 kg de dynamite dans la région minière se retrouvèrent tous à Saint-Nicaise.

  • 18  AD 62, Jules Mathon, Journal d’occupation.

102Les grèves des mineurs du 16 octobre 1941 entraînèrent 503 arrestations. Une centaine de mineurs prirent le chemin de Saint-Nicaise18.

103Le rapport PV567/44 du 12 juin 1944 établi par les renseignements généraux d’Arras et adressé aux renseignements généraux de Vichy indique le nombre de suspects arrêtés dans la région lors de déplacements de FTP vers le secteur des Ardennes pour être emprisonnés à Saint-Nicaise : il s’élevait à 84 individus.

Photo découverte chez un photographe d’Arras et qui avait été prise le 18 septembre 1941 par un soldat allemand. Georges Fournier, un habitant d’Arras, en fit une copie qu’il put transmettre à des responsables de la Résistance. Après des recherches, l’identité des condamnés fut connue.

Le même emplacement en 2002

Le même emplacement en 2002

photo Jean-Claude Fichaux

104Les faits de résistance valant motif d’arrestation les plus fréquents étaient :
- hébergement de patriotes recherchés ;
- appartenance à un maquis armé ;
- sabotages ;
- personnes effectuant le rôle d’agents de liaison entre résistants ;
- propagande anti-allemande ;
- détention d’armes ;
- attentats.

105L’internement des politiques pouvait procéder aussi de leur statut :
- appartenance au parti communiste ;
- otages ;
- rafles ;
- faits de grève ;
- réfractaires au service du travail obligatoire.

106Certains faits étaient considérés de droit commun :
- vols aux allemands ;
- braconnage ;
- trafic d’essence, de pneus ;
- ivresse, rixe avec les Allemands ;
- fabrication de faux papiers ;
- accidents de la route avec les Allemands ;
- affaires de mœurs.

107D’après ces sources, on est en mesure d’affirmer qu’au moins 2 528 personnes ont été détenues à Saint-Nicaise durant l’occupation allemande pour des motifs politiques.

Haut de page

Notes

1  Dr Georges Paris, « La prison d’Arras de 1940 à 1945 », Mémoires de l’académie d’Arras, 5e série, n° 1, 1956, p. 101-112.

2  Archives départementales du Pas-de-Calais (AD 62), Y 25.

3  André Coillot, Mai 1940. Un mois pas comme les autres, Arras, Imprimerie ACK, 1980.

4  Georges Paris, op. cit.

5  Document communiqué par Mme Jacquié-Mabilais.

6  AD 62, 2 Z 380.

7  André Coilliot, 1940-1944, 4 longues années d’occupation, Arras, 3, 1986, p. 106.

8  AD 62, fonds du colonel Lhermitte, 513.

9  André Coilliot, op. cit.

10  Ibid.

11  Jean-Marie Fossier, Zone interdite. Nord-Pas-de-Calais, Paris, Éditions sociales, 1977, p. 447.

12  Rapport Renseignements généraux 2537 du 20 novembre 1943.

13  AD 62, Y 23.

14  Jean-Marie Fossier, op. cit.

15  Témoignage d’Arie Van Der Waal.

16  AD 62, fonds du colonel Lhermitte, 51 J 4.

17  André Coilliot, op. cit.

18  AD 62, Jules Mathon, Journal d’occupation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La maison d’arrêt d’Arras de nos jours
Crédits photo Jean-Claude Fichaux
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1834/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Plan de la cellule n° 25 (dortoir de 15 m sur 5) de la section allemande, quartier des hommes
Légende D’après un croquis communiqué par Émile Fournier-Élipot
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1834/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Ce que pouvait apercevoir Henri Gouillart de la cellule 14
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1834/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre La descente de l’escalier menant aux cachots du sous-sol
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1834/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Les cachots dans le sous-sol de la prison, où se trouvaient dix cellules et le couloir où les résistants étaient torturés
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1834/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Porte du cachot n° 1
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1834/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Intérieur du cachot n° 1
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1834/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Charles Debarge, Armand Pilard et Georges Louchet qui a hébergé Pilard et sera fusillé le 1er novembre 1943
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1834/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Portrait d’Aimé Mabilais
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1834/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Dernière lettre d’Aimé Mabilais
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1834/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Hommage aux fusillés de la Citadelle, le 27 septembre 1977
Légende photo La Voix du Nord
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1834/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Avis annonçant la sentence rendue le 17 septembre 1940 de Blanche Paugan
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1834/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1834/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Plan du quartier des femmes
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1834/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Lieu d’exécution d’Albert Bekaert
Légende D’après un croquis réalisé par Madeleine Guillemant
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1834/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Avis de la condamnation à mort d’Alfred Delattre, Marcel Delfly et André Lefebvre
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1834/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Portraits d’Alfred Delattre, Marcel Delfly et André Lefebvre, les premiers fusillés de la Citadelle
Crédits Musée d’Harnes, Pas-de-Calais
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1834/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Photo découverte chez un photographe d’Arras et qui avait été prise le 18 septembre 1941 par un soldat allemand. Georges Fournier, un habitant d’Arras, en fit une copie qu’il put transmettre à des responsables de la Résistance. Après des recherches, l’identité des condamnés fut connue.
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1834/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Le même emplacement en 2002
Crédits photo Jean-Claude Fichaux
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/1834/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Fichaux, « La prison d’Arras sous l’Occupation : des prisonniers témoignent », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 30 mai 2012, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://criminocorpus.revues.org/1834 ; DOI : 10.4000/criminocorpus.1834

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Fichaux

Surveillant pénitentiaire à la retraite

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page