Navigation – Plan du site
2012

Garaison, un camp de familles internées dans les Hautes-Pyrénées (1914-1919)

Jean-Claude Vimont

Notes de la rédaction

Cet article a été publié dans le premier numéro de la revue Trames en 1996.

Texte intégral

  • 1  Farcy (Jean-Claude), Les camps de concentration français de la Première Guerre mondiale (1914-1920 (...)

1Pendant le premier conflit mondial, la France interna des civils dans une soixantaine de camps ; des hommes, des femmes et aussi des enfants. Ils étaient dans leur grande majorité ressortissants des nations ennemies de notre pays. Allemands, Autrichiens, Ottomans voisinaient avec des Alsaciens-Lorrains, des Polonais, des Tchèques mais aussi avec des Français considérés comme suspects, des vagabonds et des grévistes, des repris de justice et des prostituées. Ces internements sont désormais mieux connus grâce à la recherche de Jean-Claude Farcy1. Il a dressé une carte de ces dépôts et les a classés en camps de triage, camps de faveur, camps de familles et camps disciplinaires. Des établissements spécifiques hébergèrent progressivement Alsaciens-Lorrains, Français suspects et prostituées.

Article de Gustave Hervé dans La Guerre sociale du 25 décembre 1914

Article de Gustave Hervé dans La Guerre sociale du 25 décembre 1914
  • 2  Aux côtés des camps de Sarzeau, de Vire et de Kerlois.
  • 3  Il quitta le camp en février 1918 pour Saint-Rémy de Provence.
  • 4  J’ai étudié en détail la population de ce camp dans un article à paraître ultérieurement par les s (...)

2Au sein de cette typologie, le camp de Garaison par Monléon-Magnoac dans les Hautes-Pyrénées, figure parmi les camps austro-allemands réservés aux familles2. Jean-Claude Farcy a privilégié l’étude des camps de l’Ouest ; les établissements du Sud-Est seront analysés dans le cadre d’une thèse sur la surveillance des étrangers pendant la Première Guerre mondiale, thèse dirigée par J.-P. Brunet. Le camp de Garaison demeure encore méconnu. Il reçut pourtant, courant novembre 1917, le docteur Albert Schweitzer et son épouse, en provenance de Lambaréné au Gabon3. Nous nous proposons d’en présenter le régime intérieur puisque l’étude de sa population – 2250 internés de septembre 1914 à décembre 1919 ; ce qui le range parmi les dépôts les plus importants – a fait l’objet d’une précédente communication4.

3La préfecture des Hautes-Pyrénées qualifia Garaison de camp de concentration. Elle fit confectionner des formulaires avec cet en-tête. Sur un tampon de la direction du camp, cette mention ceinturait l’allégorie de la République. Ce ne fut pas le seul titre de Garaison ; tantôt « colonie d’internés », « colonie d’évacués » tantôt « camp d’otages », « dépôt d’Austro-Allemands », selon les sources, officielles ou officieuses. Ces variations terminologiques sont autant de signaux préalables à toute analyse. Elles incitent à s’interroger sur la nature du régime d’internement et à se méfier de tout anachronisme. L’étude du fonctionnement de l’un des plus importants camps français peut aider à cerner les spécificités de ce mode de répression administratif de 1914 à 1919. Annette Wieworka rappelait récemment que l’expression « camp de concentration » était apparue en 1901 lors de la guerre des Boers. Elle mettait en garde contre les amalgames entre camps d’époques et de circonstances différentes, contre les abus de l’expression « système concentrationnaire » :

  • 5  Wieviorka (Annette), « Le XXe siècle, d’un camp à l’autre », Libération, 14 juin 1995.

« Pour les historiens, qui se sont encore peu penchés sur l’histoire des camps et qui ne l’ont pas encore abordée de façon comparatiste, l’expression “camp de concentration” est trop réductrice pour permettre d’appréhender des phénomènes différents. La volonté de faire cadrer dans une définition préconçue des événements de nature différente, obéissant à des logiques différentes, risque d’interdire au bout du compte leur intelligence5 ».

4Toutefois, les influences des uns sur les autres – pour ne pas parler de modèles – méritent attention. Le colloque organisé par le C.N.R.S, l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et la Fondation des Sciences Politiques, à la Sorbonne les 15,16 et 17 juin 1995, devrait répondre à une interrogation qui sous-tend cet article : dans quelle mesure les incarcérations arbitraires de 14-18 inspirèrent-elles les pratiques carcérales de la IIIe République à l’aube du second conflit mondial puis, un an plus tard, celles du gouvernement de Vichy ?

5Les sources disponibles incitent à la prudence. Les règlements et les rapports périodiques du commissaire spécial du camp, les comptes-rendus d’inspections doivent être confrontés aux témoignages des internés afin d’éviter un tableau administratif trop éloigné des réalités concrètes de la vie dans le camp. Les récits des victimes peuvent également induire en erreur et ne peuvent être pris au pied de la lettre. Ils n’étaient pas exempts de préjugés lorsqu’ils émanaient de notables choqués d’être confondus avec des travailleurs. Les plaintes auprès des puissances neutres n’étaient pas dénuées d’exagérations. La sincérité de certaines professions de foi francophiles pouvait être mise en doute quand elles étaient susceptibles de faciliter un transfert ou une libération. Les écrits témoignent certes des rapports de force entre les internés et l’administration, des lignes de fracture parmi les internés, mais ils sont également une arme dans ces affrontements. Dénonciations anonymes ou signées, pétitions et protestations, plaidoyers ou mémoires en défense aboutissaient à l’octroi de faveurs, dispenses de corvées, chambres particulières, ordinaire amélioré, ou à des punitions, de la consigne à l’emprisonnement, car l’arbitraire administratif atténuait ou aggravait le règlement du dépôt.

  • 6  Reproduit dans « La vie à Garaison il y a cinquante ans », Garaison, Bulletin de l’amicale des anc (...)

6Un religieux, Frère Guillaume, publia en juillet 1930 un bref récit intitulé Les souffrances de Garaison6. Il faisait partie d’un petit groupe de frères âgés, autorisés à demeurer dans l’ex-séminaire Notre-Dame de Garaison, devenu bien départemental après l’expulsion de leur congrégation, et avant d’être transformé, pour cinq années, en camp d’internement. Ce témoignage doit être utilisé avec précautions. C’est le point de vue d’un « résistant » religieux en lutte contre les empiétements des trois directeurs successifs du camp. Il se montre fort hostile envers la population étrangère internée ; une population qui tentait tant bien que mal de survivre dans une maison peu appropriée pour l’accueillir et qui déplorait le peu de charité chrétienne de moines soucieux de préserver leur confort.

Les internés

72250 personnes, hommes, femmes et enfants, séjournèrent de 1914 à 1919 à Garaison. Les rapatriements par la Suisse des femmes, des vieillards, des malades et des enfants provoquèrent une décrue de la population : 885 internés en octobre 1914, 481 en décembre 1914. Mais la progressive spécialisation des camps et la fermeture des établissements d’Afrique du Nord eurent l’effet inverse : 794 internés en janvier 1916 ; 1159 en juin 1916.

  • 7  Charle (Christophe), Histoire sociale de la France au X1Xe siècle, Paris, Seuil, 1991, p. 287.

8Malgré ces fluctuations, stabilité et longueur des internements furent deux traits essentiels de ce camp principalement destiné aux hommes en âge d’être mobilisés, de nationalités allemande et autrichienne, accompagnés de leurs femmes et de leurs enfants. Une fraction notable de ces derniers ne souhaitèrent pas bénéficier de rapatriements et choisirent de demeurer auprès de leurs époux et pères. Ce fut en particulier le cas des femmes d’origine française. Nombre d’internés étaient des travailleurs immigrés, arrivés en France depuis de nombreuses années. L’ancienneté de leur installation explique le choix de leurs épouses. Un foyer avait été fondé, des enfants avaient grandi en France, quelques-uns avaient acquis la nationalité du pays hôte. Certains combattaient même sous les couleurs françaises. Poilus de l’infanterie, comme leurs compagnons d’infortune, cauchois et bigoudens, kabyles et sénégalais, mais dont les pères séjournaient dans des camps dits de « concentration ». Les ouvriers qualifiés représentaient en 1917 un quart de l’effectif masculin. Ils étaient avant guerre principalement employés dans la métallurgie ou dans l’automobile, mais aussi dans l’industrie textile et le bâtiment. Un autre quart était composé d’artisans. Tailleurs et fourreurs austro-hongrois, juifs pour la plupart, originaires de Galicie et de Bukovine, représentaient la moitié des artisans. Les autres travailleurs indépendants appartenaient au secteur du cuir, avec une proportion non négligeable de cordonniers juifs, et au secteur du bois. 15 % des internés étaient des employés de l’hôtellerie, de la restauration et du commerce. Enfin un tiers de l’effectif était composé de commerçants et de membres de professions libérales. La comparaison entre la structure socioprofessionnelle de cette population immigrée et celle de la population française pendant la Belle Époque, décrite par Christophe Charle7, est frappante. Indice d’intégration ? Les nouveaux secteurs de l’industrie française, ceux de la seconde Révolution industrielle, avaient fait appel à une main d’œuvre étrangère qualifiée, à des spécialistes allemands notamment, mécaniciens, métallurgistes, chimistes etc. Le savoir-faire des artisans juifs autrichiens contribuait au maintien du secteur du travail indépendant, si complémentaire et si caractéristique de la société française, trop oublié par nombre d’historiens. L’intégration était en marche ; ils étaient sur la voie de cette assimilation qui fut tant souhaitée par les classes moyennes des années trente, au point de franciser les patronymes, d’oublier les généalogies et de gommer les particularismes. L’essor et la diversification des services au sein de la société française expliquaient les contingents d’internés autrefois employés, commerçants, artistes et musiciens. Ils étaient là ; pour le service mais aussi pour le plaisir, parce que l’économie exigeait les échanges et parce que les arts ignoraient les frontières ; ils eurent une journée pour quitter la France. Mais tous les trains étaient alors réquisitionnés pour les troupes !

9Ces grands ensembles masquent toutefois des niveaux de fortune fort divers : l’administration classait parmi les négociants le colporteur à la nationalité indéterminée et le commerçant ayant pignon sur rue ; le premier guettant la distribution de secours, le second soucieux de négocier des billets à ordre en sa possession. L’inégalité des ressources personnelles disponibles au sein du camp modifiait les hiérarchies traditionnelles. Elle incite tout chercheur à la méfiance envers les classifications d’internés en fonction des professions exercées avant guerre. Un internement de quatre années, parfois plus, ruinait bien des positions, bien des rentes ou des situations acquises. Que devenaient le représentant - leur effectif était important - le peintre de Montparnasse et le fondé d’un pouvoir qui n’existait plus ? Une analyse stricte des listes d’allocataires de secours – quand elles existent et avec toute l’ambiguïté des inscriptions sur ces listes –, une étude de la comptabilité des secours familiaux permettraient peut-être de saisir une authentique hiérarchie au sein d’un univers que bien des signes présentent comme inégalitaire. Mais la tâche est ardue car les statuts, avec toute la réserve accolée à ce mot, étaient fort distincts.

10Figuraient dans l’effectif des ecclésiastiques et des artistes peintres, un jockey, un pope et une colporteuse tzigane, des marins et des musiciens, le docteur Albert Schweitzer et le consul Von Bary, d’anciens légionnaires et des coloniaux originaires de Tahiti ou de Madagascar, un cafetier juif de nationalité ottomane, installé depuis des années à Rouen, et un souteneur turc, arrêté au Maroc. Le brassage des nationalités et la diversité des origines géographiques surprirent les contemporains ; peut-être parce que la fermeture des camps coloniaux provoqua des flux d’internés « exotiques ». Quelques photographies – cartes postales ? – privilégièrent ce « melting-pot ».

11La direction du camp contribuait à la hiérarchisation par ses représentations et ses préjugés : le cafetier juif rouennais ottoman incitait à la confiance car marié à une Française ; son coreligionnaire souteneur passait pour un espion puisqu’il s’était employé – avec le rang d’eunuque, disait-on – dans quelques harems coloniaux ; prêtres et pasteurs partagèrent la table des vieux religieux de Garaison ; une religieuse allemande eut droit à une permission pour se rendre en pèlerinage à Lourdes ; on fit tout pour garder le docteur Schweitzer car il était seul capable de guérir les maladies tropicales chez les internés ; mais on se débarrassa, dès 1916, des légionnaires allemands, vers des camps de faveur ou des camps disciplinaires, car leur éthylisme était facteur de trouble.

12Les internés, petits et grands, riches, appauvris et pauvres, vivaient au rythme des distributions de secours et des évacuations. Ils espéraient une hypothétique libération ou un rapatriement. Nombre de témoignages révèlent la détresse de ceux qui avaient cru trouver en France une terre d’asile ou de travail. Quelques-uns, installés en métropole depuis des dizaines d’années, n’avaient plus aucun lien avec leur pays d’origine. Jeanne Balzer, 46 ans, et sa mère, 71 ans, avaient obtenu une assignation à résidence dans un hôtel de Tarbes après un séjour d’un mois à Garnison. Elles écrivirent en février 1915 au ministre de l’Intérieur afin d’obtenir des passeports pour la Suisse pour s’y soigner librement et à leurs frais. Elles indiquaient vouloir revenir en France à l’issue de la guerre :

  • 8  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 479, dossiers des internés ayant quitté la colonie, lettre du 14 fév (...)

« Car malgré le titre d’Allemandes que portent nos papiers et cela par négligence et insouciance de femmes, ma mère et moi n’avons qu’une patrie qui est la France et que nous avons choisie pour toujours ! C’est pourquoi nous avons refusé le rapatriement, n’ayant rien de commun avec l’Allemagne où je n’ai, moi, jamais séjourné, ayant été élevée à Paris. Ma mère a quitté Wiesbaden bien avant 1870 pour venir habiter Paris dès 1871 et depuis ne l’a jamais quitté8. »

13La majorité des Allemands quitta le camp en août et septembre 1918 à la suite des accords de Berne du 26 avril 1818. Les Autrichiens durent attendre juin 1919. Les plus malchanceux, Ottomans, veuves d’Allemands en attente d’une réintégration dans la nationalité française, ressortissants des Balkans, attendirent leur libération jusqu’en décembre 1919.

Un ancien séminaire aménagé par les internés

  • 9  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 483, rapport d’inspection du 27 décembre 1914.

14Notre-Dame de Garaison était un ancien séminaire où séjournaient encore quelques vieux religieux sous la férule de l’abbé Plagnet, chanoine honoraire. De vastes bâtiments de 4 400 mètres carrés entouraient 12 000 mètres carrés de cours et promenades. On avait envisagé en 1911 d’aménager un asile d’aliénés dans cette propriété du département des Hautes-Pyrénées. L’inspection générale de l’administration estimait que l’établissement pouvait recevoir 1 500 personnes9.

15Les internés furent logés dans des dortoirs. Une séparation par sexes fut établie. Quelques familles privilégiées eurent l’autorisation de se regrouper dans des chambres. C’était également une récompense octroyée à quelques internés pour services rendus. Un grand réfectoire servait de chauffoir durant la journée. Certaines familles construisirent dans la cour des cabanes où elles prenaient leurs repas. Les cabanes étaient pourvues de fours, de bancs et de tables bricolés par les internés. Les cellules familiales s’y reconstituaient à l’occasion des repas. Abel Weinstein, interné français victime d’une dénonciation xénophobe, a décrit ces aménagements de fortune :

  • 10  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 478, dossiers individuels, mémoire d’Abel Weinstein.

« C’est curieux de voir tous ces fours les uns à côté des autres qui marchent et où cela sent très bon. [...] à midi on se croirait réuni au parc de Saint-Cloud avec les grands arbres. 11 n’y manquerait plus que de la musique10. ». Le frère Guillaume qualifia cette occupation de la cour principale de « bidonville ». Des photographies conservées dans les dossiers montrent des joueurs de cartes attablés sous des cabanons et des familles affairées auprès des fourneaux. L’improvisation régna lors des premières arrivées d’internés. Le frère Guillaume a relaté « l’invasion » : « Des gardes territoriaux tenaient en respect, la baïonnette au canon, tous les arrivants jusqu’au soir. Plusieurs très fatigués sont couchés ça et là. Une demoiselle est tombée en syncope et on la porte dans une civière, une chaleur suffocante fait souffrir tout le monde. On se précipite à la cuisine de M. Plagnet (supérieur de la congrégation) qui doit céder tout le bouillon du soir et du lendemain pour les fatigués, les malades et les enfants. À chaque instant des convois nouveaux qui arrivent, se dirigent vers la cuisine de la pauvre Sœur Lucie, qui a dû mettre la plus grande marmite et qui cependant n’a pu faire souper son personnel. “Ce soir je n’ai rien trouvé à vous donner, tout a été ‘englouti’ par les Allemands”, nous dit-elle. [...] ».

16Un agriculteur fournit des charrois de paille. Chaque interné ou presque en reçut une brassée qu’il se chargea de convoyer dans son dortoir. Les quantités insuffisantes provoquèrent les premières récriminations, les premiers cris, les premiers affrontements. Frère Guillaume a décrit à sa manière la journée du 9 septembre 1914 :

« Le tumulte et la fougue d’hier continuent ce matin avec un train incroyable. Les installations de marmites ne sont faites que ce soir, en attendant, on se rue comme la veille à la cuisine de M. Plagnet, on a fini par y mettre un soldat de garde : tout ce pauvre peuple était insupportable. Puis de nouveaux convois qui n’en finissent plus jamais ! Enfin on s’installe ; on cherche des chambres ; chacun veut la plus commode ; on s’y bat à coups de poings et à coups de pieds. On arrache les tables du grand réfectoire, on démolit tout se qui se trouve dans les classes ; ici, ce sont des armoires qu’on démolit, là ce sont des portes qui sautent, plus loin, c’est un autel de Saint-Jean. C’est un bruit comparable à un ouragan qui renverse tout et qui détruit tout. Vers le soir on voit un immense hangar au milieu de la grande cour, appuyé sur un but de pelote. Là de grands fourneaux commencent à fumer, là pendant plusieurs mois on fera la cuisine. »

17Malgré ses préventions, le religieux pointait, à juste titre, les désordres de l’installation. La communauté prétendait être envahie mais elle sut très vite profiter de la situation. Les religieuses vendaient dans leur cuisine du café et du chocolat, des portions à consommer sur place ou à emporter. Elles faisaient la cuisine pour quelques internés. Le directeur se plaignit au préfet de cette cantine illégale ne payant pas de patente comme les autres marchands installés dans le camp :

  • 11  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 494, lettre du directeur au préfet le 8 septembre 1915.

« Elles reçoivent n’importe qui dans leur office, même le nommé Kauffmann qui sert de rabbin à ses coreligionnaires ; tout leur est bon pour battre monnaie ; elles se font donner ou échangent les croûtes de pain. Avec les jardins, les recettes de la chapelle, la vente du lait et des animaux de basse cour, cela doit faire un assez joli revenu en fin d’année. J’ignore pour le compte de qui11. »

18Le préfet interdit peu après tout commerce des religieux avec les internés.
La situation se compliqua lorsque l’effectif des internés dépassa le millier en juin 1916. Un malade, Willy Baeumer, se plaignit à l’ambassade des États-Unis de l’exiguïté des locaux, deux mètres carrés et demi de plancher par interné dans les dortoirs, une allée de 150 mètres de long et de 4 mètres de large pour la promenade. Il mentionnait la difficulté pour les poitrinaires, les paralysés, les individus atteints de varices de parcourir les 92 marches qui séparaient les dortoirs des cours et cela plusieurs fois par jour pour les appels, les corvées et les besoins personnels. La nourriture était d’après lui insuffisante. Il ajoutait :

  • 12  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 479, lettre du 18 juin 1916 à l’Ambassade des États-Unis à Paris.

« Un supplément par nos propres moyens n’est pas possible parce que la plupart d’entre nous se trouvent sans argent par suite du voyage et par l’interruption des communications avec les parents12 ».

19Frère Guillaume décrivait aussi l’encombrement :

« Sauf la cave, le réfectoire et l’écurie, tout est pris. Les chambres des religieux, toutes chaudes de l’Esprit-Saint, sont profanées par des concerts éhontés. [...]. Le couvent des Sœurs de Saint-Joseph de Cantalous a été transformé en hôpital et leur chapelle en dortoir. L’ancien abattoir devient la cuisine militaire. La maison est totalement bourrée et on entend un bruit comme dans une grande cité ».

  • 13  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 496, Emploi du temps des écoles.

20À partir de 1917, les pénuries alimentaires incitèrent le directeur à organiser une grande porcherie, à l’aide des contre-vents du séminaire. Elle fut confiée à des internés autrichiens. Un vaste jardin, sur une terre louée à un voisin, mobilisa une brigade de quarante internés. Un cours d’eau fut détourné pour répondre aux besoins de la population. Deux écoles pour les garçons et les filles furent très tôt organisées. Il y avait 113 jeunes de moins de 16 ans en octobre 1914, 240 en mars 1915, 127 en juin 1916, encore 38 en décembre 1918. Mme Isabelle Borkelob avait en charge les trois divisions de filles : cours moyen et élémentaire, section enfantine et école maternelle. L’enseignement avait lieu en français. Deux religieux autrichiens, un prêtre allemand et trois lazaristes de Dax s’occupaient des garçons de moins de quinze ans. Le stock de plumes, de papier et de livres du séminaire fut mis à contribution13. À partir de 1916, des spectacles de music-hall tentèrent d’atténuer la monotonie de la détention. Ils avaient lieu le dimanche dans la grande salle dite de récréation. Le préfet visait le programme qui devait être rédigé en français. Il autorisa la location d’instruments de musique. Se succédèrent spectacles d’équilibriste, pièces dramatiques ou comiques, tours de chant, jeux d’ombres...

Inégalités et tensions

21Chaque jour avaient lieu deux appels au son du clairon : à 8 ou 9 heures du matin selon les saisons et à 14 heures. Les hommes se rangeaient d’un côté de la cour devant le garage de l’établissement, les femmes de l’autre. Un adjudant passait devant les chefs de chambre, lisait les numéros et demandait s’il y avait des manquants ou des malades. Le courrier était distribué. On y annonçait les départs pour la Suisse. Le soir, les chefs de chambrées devaient vérifier la présence des internés et se rendaient ensuite sous le porche d’entrée auprès de l’adjudant de la garde militaire pour un contrôle de l’effectif. Entre les appels, les internés avaient la faculté de sortir de Garaison, deux heures le matin et deux heures l’après midi, dans un périmètre limité à un kilomètre autour du camp. Ils devaient se promener sur les chemins avec l’interdiction de s’aventurer dans les propriétés.

22Des barbelés et des tessons de bouteilles garnissaient les hauts murs de l’enceinte. Trente-six soldats commandés par un adjudant-chef et un sergent montaient la garde aux diverses issues. Des rondes avaient lieu la nuit. Ce qui compliquait les tentatives d’évasion mais ne les interdisait pas :

  • 14  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 481, interrogatoire du 9 octobre 1915.

« Pour me sauver, [témoigna Albert Rozsa, évadé hongrois repris], j’avais caché dans le cimetière, vers neuf heures, c’est-à-dire aussitôt après l’appel du soir, le portillon en bois servant de clôture au jardin pour m’aider à escalader le mur, puis ma couverture que j’ai placée sur les tessons de bouteilles qui garnissent la crête du mur de clôture. Je me suis dissimulé ensuite derrière la chapelle du cimetière. Pendant ces préparatifs, la sentinelle n’était pas encore là. J’ai attendu qu’il n’y ait personne qui puisse me voir pour franchir le mur et je suis allé directement sur la route de Lannemezan14 ».

  • 15  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 478, lettre saisie du Hongrois Wolfner ; saisie lors d’un convoi de (...)

23Les sorties alentours n’étaient qu’un ersatz de liberté. Leur rayon d’action était plus vaste que celui d’une cour de prison. Mais, au fil des années, la ronde des internés ne différait guère de celle de prisonniers. Comme pour ces derniers leur quotidien était rythmé par des règlements disciplinaires, comme eux, ils étaient privés de l’essentiel, la liberté. Les correspondances étaient limitées, une lettre de 32 lignes par semaine, et censurées par un soldat du poste militaire. Elles devaient être écrites en allemand ou en français. Les Hongrois se plaignaient de ne pouvoir correspondre, ni de ne pouvoir recevoir de lettres, dans leur langue15. Mais les internés avaient bien des moyens de faire parvenir du courrier avec l’aide des ecclésiastiques français, des rapatriés vers la Suisse ou lors de leurs promenades. Ce fut la hantise des directeurs successifs du camp.

24Comme dans les autres camps décrits par Jean-Claude Farcy, les inégalités entre les internés divisaient cette population. Lorsque les étrangers arrivaient à la gare de Lannemezan, les plus aisés pouvaient se payer une voiture pour effectuer les quinze derniers kilomètres ; les autres devaient se contenter d’un train. Pour le couchage, certains se contentaient de la paille (sous toile de paillasse) renouvelée périodiquement, d’autres se payaient un lit avec matelas et couvertures. Pailleux et pistoliers en quelque sorte. Les Alsaciens-Lorrains présents pendant les premiers mois reçurent des sommiers provenant du séminaire et furent isolés des autres internés. La situation du consul Von Bary fut exemplaire des privilèges qui pouvaient être octroyés. Consul général allemand en Tunisie, il avait été arrêté lors de vacances en Corse le 31 août 1914 et séjourna 6 mois à Garaison de juillet 1915 à Janvier 1916. Âgé de 71 ans, il bénéficia ensuite d’un rapatriement. De retour dans son pays, il adressa une protestation à l’ambassade des États-Unis qui avait en charge les internés civils allemands. Elle fut transmise au directeur du camp qui y répondit. C’est l’occasion de confronter deux représentations des internements, celle d’un notable et celle d’un administrateur. Von Bary décrivait le « terrible accueil » qui lui fut réservé à Garaison :

« Je fus de force séparé de ma femme et chacun de nous deux fut logé dans un espace obscur où des paillasses étaient étendues sur le sol les unes contre les autres. Je me trouvais réuni avec environ huit hommes âgés, pour la plupart ouvriers et ma femme était également en compagnie de 8 ou 9 vieilles femmes appartenant à la plus basse classe. [...] Pas d’oreillers, ni de draps, une couverture malpropre seulement, mais, par contre un nid de puces qui pénétrait à travers les vêtements jusque dans le linge de corps. Pas de chaise, pas d’ustensiles de toilette, pas d’eau, seulement un récipient en terre, ouvert qui se trouvait au pied de chaque paillasse et servait aux besoins personnels pendant la nuit. » Il évoquait les odeurs de cette chambrée, une première nuit « d’enfer » ponctuée de « suffocations » et de « crises cardiaques », des journées monotones dans une cantine « infestée de vermine » où il devait payer des repas « aussi mauvais que chers ». Ce calvaire ne dura que 18 jours : « Enfin, le 9 juillet 1915, nous avons obtenu une petite chambre qui nous fut destinée, mais cette chambre était complètement vide, sans aucun meuble. Nous dûmes louer deux lits de soldat pour 30 francs par mois et les draps de ces deux lits pour 6 francs par mois. Il nous fallait acheter aux prix les plus élevés tout ce qui, en dehors de cela nous était indispensable pour nos besoins personnels. Quelques jours plus tard nous fut affectée une chambre plus grande, plus confortable et bien située. À dater de ce jour, notre existence, au point de vue matériel, ne cessa de s’améliorer et pendant les cinq derniers mois nous fûmes traités avec plus d’égards. »

25En juin 1916 le directeur du camp regretta de « constater que chez le réclamant la mentalité était la même que chez tous ses compatriotes. » Il réfuta les accusations du consul, des allégations non fondées, à ses yeux :

  • 16  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 464, dossiers individuels.

« Dès leur arrivée et en raison de leur âge, je les fis placer à l’infirmerie, chacun avec ceux de son sexe. Les locaux où ils habitaient, situés au rez-de-chaussée, n’étaient séparés, l’un de l’autre que par un jardin d’agrément mesurant 15 mètres de large au plus, c’est-à-dire qu’ils pouvaient être constamment ensemble pendant la journée. L’espace obscur où il dit avoir été placé est une ancienne chapelle planchéiée, prenant le jour sur le jardin par deux fenêtres et où se trouvaient alors 7 à 8 vieillards -le local peut en contenir le double. Chacun d’eux avait comme couchage un sommier et une paillasse. La chambre des dames était encore mieux comme éclairage. Le couchage était identique. Si les compagnons qui furent donnés aux époux Von Bary n’étaient que des ouvriers, ou de la basse classe, ce n’est certes pas de notre faute, mais, ce que nous pouvons affirmer, c’est que tous et toutes étaient et sont de très braves gens, fort tranquilles et excessivement propres. ». Les puces dont se plaint le réclamant ne devaient exister que dans son imagination car, si cela avait été le cas, ses compagnons de chambre en auraient parlé et, comme la pharmacie est en face, j’aurais fait donner immédiatement le grésil nécessaire pour se débarrasser de ces parasites. S’il n’y avait pas de chaises, il s’y trouvait une table et des bancs. Par contre, il n’y avait et il n’y a pas encore d’ustensile de toilette, pas plus que de récipient en terre dont il parle et qui ne pouvaient être que la propriété d’un des occupants. Si les fenêtres n’étaient pas ouvertes la nuit, cela tient à ce que les autres occupants ne le voulaient pas ; obligatoirement, elles l’étaient et le sont encore pendant toute la journée. Cette salle mesurant 7 mètres et demi de long, 6 mètres de large et 7 mètres et demi de haut, nous doutons fort qu’au bout de quelques heures, avec 8 occupants, l’atmosphère y fût devenue aussi irrespirable que le réclamant veut dire. Les époux Von Bary n’étaient pas tenus de rester tout le jour à la cantine car, ainsi que tous les internés d’ailleurs, ils pouvaient sortir au dehors, 2 heures le matin et 2 heures le soir ; de plus les cours sont assez vastes pour pouvoir s’y promener, et enfin ils pouvaient aussi aller manger ailleurs qu’à la cantine dont ils se plaignent sans raison en ce qui concerne la propreté. [...] Au cours de son séjour à Garaison nous avons toujours accordé à M. Von Bary plus que ne le comportait le règlement, lui faisant faire, sur sa demande, une seconde table pour sa chambre, lui accordant l’éclairage au pétrole, lui donnant, ainsi qu’à sa dame, une carte de sortie permanente, valable même pendant la consigne de la colonie, lui tolérant le chauffage car sa chambre avait une cheminée16. »

26Le consul fut considéré comme un otage et non comme un interné ordinaire. Les égards nombreux qui lui furent accordés et qu’il reconnaissait sont une parfaite illustration des possibilités d’entorses au régime commun. Ils témoignent également de l’ampleur des pouvoirs d’un directeur malgré tout soucieux de la surveillance internationale exercée sur le camp.

27En 1914, trois distributions de nourriture avaient lieu : le midi, une soupe aux légumes avec de la viande quatre fois par semaine et du poisson une fois par semaine ; le soir, à 6 heures, une seconde soupe et le matin, à 10 heures, une distribution de pain (600 grammes par jour et par interné) avec du café. Mais très tôt, deux cantines furent organisées. En décembre 1916, par mesure de rétorsion après des torpillages de bateaux, les rations de sucre et de café furent diminuées. En 1917 les rations journalières de pain furent réduites de 600 à 500 grammes par jour et les rations hebdomadaires de viande de 800 à 600 grammes. Les compléments alimentaires, grâce aux ressources personnelles des internés et grâce aux caisses de secours, n’autorisaient plus seulement le superflu mais l’indispensable. Les internés ayant installé des fours dans la cour, s’approvisionnaient auprès des paysans du hameau voisin. Ces derniers venaient au camp vendre leurs produits. Dans un premier temps, cela se déroulait pendant l’appel transformé en véritable marché. Les religieux ne se privaient pas d’écouler les légumes de leur potager. Des agriculteurs proposaient porcelets, volailles et litres de lait. Le premier directeur exigea une patente de ces commerçants improvisés. Les étals devinrent permanents. Ils se nichèrent dans les recoins de la maison. Un maquignon installa une boucherie sous les arcades de la maison pendant toute la durée de la guerre et, selon Frère Guillaume, y fit fortune. Dans un réfectoire, une dame aménagea un débit de tabac, café, saboterie, épicerie. Une seconde épicerie, un second bureau de tabac, une marchande de primeurs, un fournisseur de choux et navets, un vendeur de pommes de terre trouvèrent place sous le portail des voitures. Sous un autre hangar : pâtisseries, beurre et fromage, quincaillerie et draperie. Des marchands ambulants avaient l’autorisation de séjourner quelques heures dans l’enceinte du camp. À proximité, un boucher fit construire une villa qui servait d’hôtel et de restaurant, et était fréquenté lors des heures de sorties.

28L’argent était donc indispensable : secours distribués par les pays d’origine, par l’Ambassade des États-Unis, par le Bureau International Féministe de Lausanne, sommes déposées au greffe dès l’incarcération, produit du travail dans les ateliers du camp ou dans les chantiers extérieurs. Pour éviter les trafics et les évasions, l’administration mit en place, à partir d’octobre 1916, une monnaie du camp, avec sa banque et ses bureaux. Un atelier de maintenance regroupant charpentiers, forgerons, ferblantiers, serruriers et sabotiers s’efforçait de répondre aux besoins du dépôt. La direction ne disposant que d’un budget restreint, elle tenta d’atteindre l’autosuffisance. L’équilibre fut surtout difficile à partir de 1917 car l’inflation augmenta le coût journalier de la nourriture des internés (81 centimes en 1917, 1 franc 34 centimes en avril 1918). Le bricolage palliait l’absence de grosses réparations, en particulier sur les toitures. La direction limita l’espace réservé aux vieux religieux et pensa même à les expulser afin de récupérer du matériel qu’ils étaient accusés de dissimuler malgré la loi de 1905. Le directeur souhaitait même un inventaire. Il est difficile de faire la part entre le souci d’économie dans un contexte de pénurie et les petits trafics au profit de l’administration du camp. Rappelons que le premier directeur fut remplacé à la suite de la révélation d’abus, réels ou exagérés, par des rapatriés qui s’adressèrent aux Ambassades neutres et aux organisations internationales. La France craignait les mesures de rétorsion à l’égard de ressortissants internés en Allemagne ; d’où les nombreux efforts pour garantir le secret sur ce qui se déroulait dans les camps. Le directeur interdit les lits de bois que les internés s’étaient fait construire afin de ne plus payer 25 centimes quotidiens pour la location de lits de fer. Il les destina aux femmes et prétendit que les revenus de la location aidaient aux réparations du camp et bénéficiaient à la caisse de bienfaisance. À partir de 1917, de nombreux internés parmi les plus démunis louèrent leurs bras aux agriculteurs des environs. Cinquante furent employés par les chemins de fer d’Orléans dans un cantonnement situé à Périgueux.

29L’Inspection Générale des services administratifs encourageait cette participation indirecte à l’effort de guerre. Ce qui ne pouvait manquer de susciter le mécontentement des patriotes allemands et autrichiens. Mais après plus de deux années d’internement, les économies s’étaient évanouies, les secours étaient insuffisants et les rations gratuites diminuées. La question du travail provoqua une opposition très vive entre patriotes allemands et francophiles de toutes nationalités. Les premiers exerçaient des pressions sur les seconds pour les inciter au refus du travail volontaire. Le directeur du camp, en janvier 1918, mentionnait l’incarcération, lors de son retour en Allemagne, d’une ancienne déléguée des femmes allemandes de Garaison, rapatriée en 1916 et accusée d’avoir collaboré avec la direction du camp. La menace de représailles contre des membres des familles demeurés sur le territoire du Reich incitait des internés comme Albert Schweitzer à refuser les faveurs. Le directeur indiquait au préfet :

  • 17  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 476 bis, dossiers individuel d’Albert Schweitzer. Correspondances en (...)

« Vous connaissez d’ailleurs l’état d’esprit particulier qui règne dans le camp de Garaison où les internés qui travaillent, traités par leurs camarades patriotiquement oisifs de “francophiles” sont l’objet d’un dédain particulier - pour ne pas dire davantage - et sont déjà couchés sur des listes noires pour être signalés à qui de droit à leur retour en Allemagne17 ».

  • 18  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 478, pétition des tailleurs à l’Ambassade des États-Unis, 24 août 19 (...)

30L’atelier des tailleurs organisé dès février 1915 dans l’enceinte du camp n’employa jamais plus d’une cinquantaine d’internés, principalement des fourreurs et tailleurs juifs. Ils travaillaient pour l’intendance militaire française. Ils confectionnaient capotes et calots. Lors d’un appel, le directeur affirma que les vêtements confectionnés étaient destinés aux prisonniers allemands. De nombreux pères de familles acceptèrent un salaire de 2 à 3 francs par jour qui assurait un complément. Les secours autrichiens ne s’élevaient à l’époque qu’à 5 francs par mois, et les secours allemands à 10 francs. Très vite les internés apprirent que les destinataires des vêtements étaient en fait les soldats français. La lecture d’un journal français, L’Homme enchaîné, qui signalait que les Allemands puniraient le travail pour la France d’une dizaine d’années de travaux forcés incita plusieurs Hongrois à quitter l’atelier18. Le directeur les menaça d’un transfert dans un camp disciplinaire en Corse. Six refusèrent de retourner au travail. Ils furent frappés de huit jours de prison et astreints à la corvée de cailloux, « des travaux forcés comme des assassins », se plaignit l’un des Hongrois à l’Ambassade des États-Unis. Cette interprétation du travail « volontaire » provoqua une mise en garde de l’Inspection Générale des services administratifs qui finit pas être avertie.

  • 19  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 479, dossiers des internés ayant quitté Garaison. Plainte de l’inter (...)

31Le travail ne fut pas la seule source de litiges. Des pouvoirs avaient été accordés à des représentants des internés. Une administration intérieure de délégués avec sa propre hiérarchie jouait un rôle non négligeable dans l’organisation quotidienne du camp. Elle palliait l’insuffisance de personnel français mis à la disposition du directeur. Le préfet nommait un délégué des hommes et une déléguée des femmes mais des sous-délégués étaient élus par groupes de cinquante internés et par chambrée. Toutes les nationalités étaient représentées. Ils étaient chargés d’organiser les corvées de feuillées. Ils pouvaient également se plaindre de certains de leurs mandants au directeur qui infligeait alors une sanction : des corvées supplémentaires, la consigne au camp, la consigne à la chambre, des séjours de huit ou quinze jours en local disciplinaire. Ils facilitaient les appels comme nous l’avons mentionné plus haut. Les internés étant considérés comme des prisonniers politiques, ils n’avaient pas à subir de travail forcé à l’exception des corvées d’entretien. Ainsi les chambres devaient-elles être balayées trois fois par jour. Le chef de chambre devait organiser une juste répartition des tâches. Ce pouvoir n’était pas mince car à Garaison les corvées s’apparentaient au travail forcé. Elles suscitèrent de nombreuses protestations. Les internés durent casser des pierres pour entretenir les chemins et empierrer la cour, arracher les racines des arbres abattus. Le directeur prétextait que ces tâches permettaient de diminuer les dépenses de l’ordinaire. L’Inspection Générale des services administratifs, en juin 1916, dénonçait ces travaux qui ne pouvaient être assimilés à des corvées puisque les internés y étaient astreints « cinq heures par jour19 ! ».

32Les internés se méfiaient des délégués généraux choisis pour leurs sentiments francophiles. L’Autrichien Murati, délégué général pendant six mois, fit punir des compatriotes qui protestaient contre la mauvaise qualité de la soupe. « Un vrai apache », selon les mots du Hongrois Wolfner qui s’en plaignait à l’Ambassade des États-Unis. L’interné hongrois ajoutait que tous ses compatriotes lui tournaient le dos et qu’ils s’étaient presque révoltés contre lui. Le délégué général suivant, d’origine croate, était pareillement détesté. Il avait tenté de s’engager dans la Légion étrangère et prétendait ne connaître que la langue française. L’organisation des tours de douche, deux fois par mois peut servir à illustrer l’importance de cette sous-administration par les internés :

  • 20  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 483, rapport d’inspection du 30 décembre 1914.

« Les évacués s’y rendront, sans interruption, par séries de six personnes, aux jours et heures fixés, sous la direction de leur chef de chambre et la surveillance d’un délégué ou d’une déléguée. Ils devront se munir de savon et d’une serviette. Ils ne pourront occuper la cabine plus d’un quart d’heure. Afin d’éviter les pertes de temps les chambres désignées pour les douches se rendront en groupes dans le grand réfectoire d’où leur chef les dirigera par groupes de six et tous les quarts d’heure, sur les cabines du rez-de-chaussée. Les délégués de service fourniront un rapport journalier au directeur en lui signalant les infractions commises, les dégâts s’il y a lieu, les personnes de chaque chambre qui ont pris leur douche, les manquants seront toujours signalés nominativement avec indication du motif invoqué20. »

  • 21  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 471, dossiers personnels.

33Ces postes administratifs étaient donc convoités. Les sentiments patriotiques des titulaires étaient surveillés, parfois dénoncés par les membres d’une faction. Les lettres de Joseph Kiss illustrent les affrontements pour la conquête du pouvoir au sein de la communauté internée. Charles Joseph Kiss, gérant d’un café parisien, d’origine hongroise, était insoumis au regard de la loi militaire d’Autriche-Hongrie. Il demeura trois années à Garaison avant d’être acheminé, en mars 1918, vers un dépôt de faveur. Ostensiblement francophile, il ornait ses correspondances de slogans tels que « Vive la France, vive les alliés » et concluait ses lettres par son « dévouement dans l’amour de la France éternelle ». Il fit des dons aux soldats français tuberculeux ou aveugles. Il refusait les secours monétaires autrichiens. Il accepta de rejoindre l’atelier des tailleurs et rédigea plusieurs rapports au directeur du camp. Il dénonçait les délégués allemands qui organisaient la célébration de l’anniversaire du Kaiser. Il se plaignait des avantages dont ils bénéficiaient : chambres individuelles, liberté de déplacement, organisation des corvées. À ses yeux, quatre d’entre eux étaient les agitateurs qui établissaient des listes noires et qui tentaient de désorganiser l’atelier des tailleurs. Propagandistes pangermanistes, ils auraient été également responsables du renvoi du premier directeur. Des femmes rapatriées auraient été payées par leurs soins afin de dénoncer les abus dans le régime de Garaison et des indélicatesses de son administration21. Faut-il voir dans ces rapports les œuvres d’un mouchard, d’un membre d’une « police secrète » au service de la direction du camp comme en témoignait Frère Guillaume ? Ou, plus simplement, l’expression sincère d’un réfugié politique que le directeur disait « un peu détraqué, mystique mais très francophile » ? Assurément des internés travaillaient pour la direction du camp. Alfred Lévy était employé à la surveillance des correspondances en langue étrangère. Francophile, il avait demandé à s’engager dans la Légion. Sa femme et son fils étaient français ; ses beaux-parents étaient alsaciens. Pour prix de ses services, il obtint une permission de séjour provisoire dans la capitale. Ce qui émut ses voisins parisiens d’après un article de La Petite Gironde. Le 12 mars 1915, le quotidien écrivait :

« Un ingénieur allemand du nom d’Alfred Lévy fut arrêté à Biarritz le 15 octobre dernier, dans la villa de ses beaux-parents, des Alsaciens, où il se trouvait avec sa femme qui est Française. Il fut immédiatement interné dans un camp de concentration près de Bayonne. Depuis cet incident, les beaux-parents de l’ingénieur allemand, M. et Mme Hans, étaient revenus à Paris avec leur fille et s’étaient installés chez eux, rue du Bouloi, 4 bis. Or, vendredi, grande fut la surprise du concierge de la rue du Bouloi lorsqu’il vit arriver l’ingénieur allemand Lévy, qui lui apprit que muni d’une autorisation régulière, il avait quitté le camp de concentration pour venir passer dix jours avec sa femme et ses beaux-parents. L’arrivée de l’Allemand, qui se trouvait si favorisé fut vite connue dans le quartier, et hier les habitants de la rue se groupèrent devant le 4 bis et commencèrent à pousser des cris hostiles. Les groupes grossirent. Bientôt on parla de prendre la maison d’assaut pour en sortir le Boche, et la foule devint tellement menaçante qu’on fut obligé d’établir un service d’ordre qu’on dut maintenir toute la journée. Mais dans la soirée les manifestants furent si nombreux qu’ils réussirent à envahir l’escalier de l’immeuble, et ce ne fut pas sans peine que les gardiens de la Paix purent en venir à bout. On apprit bientôt que l’Allemand avait été invité à regagner sans délai son camp de concentration. Quand à onze heures un taxi vint se placer devant la porte, ce fut le signal d’une émeute organisée par des voisines dont les maris sont sur le front. Les agents réussirent pourtant à protéger la retraite du Boche, et le taxi s’éloigna tandis que dans la rue du Bouloi les femmes exaspérées criaient leur colère ».

  • 22  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 480, dossiers sur les internés ayant quitté Garaison.
  • 23  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 494, dossiers sur les évadés.

34Réintégré à Garaison, il fut ensuite transféré dans un dépôt de faveur22.
L’administration du camp disposait de plusieurs moyens pour faire régner une discipline que plusieurs internés décrivirent comme trop rigoureuse, trop militarisée pour un camp de civils. Cracher par terre coûtait huit jours de prison. La consigne à l’intérieur de l’établissement et les corvées supplémentaires sanctionnaient des fautes anodines comme un retard à l’appel. Le camp disposait aussi d’une prison. Il s’agissait d’un ancien magasin de chapelets. Les punis en avaient brisé les vitres à plusieurs reprises et elles ne furent plus remplacées. Des sentinelles se relayaient sous les fenêtres prononçant tous les quarts d’heure « Sentinelle, prenez garde à vous. » Une liste d’évacués vers le camp disciplinaire de Noirmoutier en juillet 1916 nous renseigne sur les désordres les plus graves commis dans le camp. Il y a bien sûr les tentatives d’évasion sanctionnées de séjours au local disciplinaire de la colonie. En juin 1918, le directeur dénombrait 40 tentatives d’évasions depuis la création du dépôt23 ; 11 avaient été couronnées de succès. L’ivresse, les insultes et les disputes entre co-internés reviennent fréquemment. La mauvaise volonté à effectuer les corvées entraînait également des punitions. Résister à la direction, être soupçonné d’agitation pangermaniste était gravement sanctionné. Joseph Landau, commerçant autrichien originaire de Galicie, arrêté à Alger, fut couché sur cette liste au motif suivant :

  • 24  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 482, Liste établie par le directeur le 10 juillet 1916.

« Est le promoteur et l’instigateur de toutes les réclamations provenant de ses co-internés, prône ouvertement la désobéissance. Phraseur, se croyant transcendant, n’en arrive pas moins à fomenter l’effervescence parmi les mauvaises têtes où il est écouté. Très dangereux et à surveiller de près24. »

  • 25  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 494, registre des punitions.

35Le registre des punitions du camp confirme la répression de toutes les tentatives d’insubordination. Des récriminations lors de l’appel, une attitude incorrecte ou insolente envers le vaguemestre, les soldats ou les sous-officiers du camp entraînaient des sanctions. Le délégué des Autrichiens, démissionnaire de ses fonctions et du secrétariat du bureau de bienfaisance qui accordait des secours aux internés classés indigents, fut emprisonné pour avoir cherché à monter la tête de ses camarades ; un chef de chambrée pour avoir laissé faire du désordre et du tapage nocturne. Les punitions révélaient d’autres aspects de la vie quotidienne du camp. Une altercation entre un détenu portant une cocarde tricolore et d’autres internés confirme l’existence de factions patriotiques. Quelques altercations sanctionnées résultaient de tensions antisémites. Les familles juives s’étaient regroupées – ce que le directeur n’appréciait guère à lire ses réflexions sur les « prétentions de ces personnages peu intéressants ». Elles subissaient injures, « sales youpins », et querelles. Un interné fut sanctionné pour avoir composé une pièce en vers injurieuse envers cette minorité. Les punitions les plus fréquentes réprimaient les correspondances clandestines, les vols de pommes de terre, les ventes clandestines de produits du jardin ou de tabac. Il y avait également ceux qui profitaient des promenades hors du camp pour s’enivrer dans des débits de boisson voisins. Un interné passa une nuit entière à boire dans une ferme des environs25.

36L’essentiel du maintien de l’ordre ne résidait pas dans ce registre de punitions. Le destin des internés était entre les mains du directeur. Il donnait un avis personnel sur chaque interné lorsqu’il fallait dresser une liste pour un futur convoi vers la Suisse, vers un camp de faveur ou vers un camp disciplinaire. Les enquêtes de moralité préalables à une libération ou à une assignation à résidence lui étaient confiées. Cet arbitraire préserva ce camp de tout mouvement collectif d’insubordination de grande ampleur.

37Ce camp de familles pyrénéen n’était donc pas un camp de faveur. Une discipline stricte régissait la vie quotidienne de ces centaines de civils. Au fil des années, les pénuries, l’oisiveté, l’inflation et l’épuisement des ressources contribuèrent à la détérioration du climat au sein de la population internée. Des tensions ne pouvaient manquer d’apparaître ; tensions nées de l’attente, de la promiscuité et des choix individuels pour mieux supporter ces années de privation de liberté. La comparaison entre le fonctionnement de ce dépôt et le régime des camps français d’internement du second conflit mondial est hasardeuse. Cependant bien des traits sont communs : la discipline militaire et les sanctions, les appels quotidiens et la séparation des sexes, l’improvisation administrative et la piètre qualité des conditions d’hébergement, le système des corvées et celui des délégués d’internés. Et surtout, l’arbitraire administratif qui confia la destinée de civils malchanceux à des fonctionnaires de police pourvus de pouvoirs exorbitants. Ces traits communs ne sont que des jalons pour l’établissement de catégories au sein de méthodologies comparatistes.

38L’ancien séminaire de Garaison est aujourd’hui un établissement d’enseignement privé. Le Bulletin des anciens élèves mentionne, de temps à autres, le camp de la Première Guerre mondiale. Mais à notre connaissance, aucune stèle ne commémore ce souvenir. Les mémoires familiales des habitants des environs recèlent probablement des récits de cet épisode puisque, dit-on, plusieurs enfants naquirent de l’union d’internés et de villageoises. On naquit à Garaison, on y mourut également. Les archives demeurent bien sûr muettes sur ces aspects intimes des internements, se contentant de mentionner heureux événements et certificats de décès de personnes âgées ou malades. Reste l’enquête orale auprès des descendants... mais il s’agit d’une autre entreprise.

Haut de page

Notes

1  Farcy (Jean-Claude), Les camps de concentration français de la Première Guerre mondiale (1914-1920), Paris, Anthropos-Economica, 1995, chap. 6, L’organisation des camps, p. 133-195. Une carte figurait également dans son article « Les camps de concentration de la Première Guerre (1914-1918) », Les cahiers de la sécurité intérieure, n° 17, 3e trimestre 1994, p. 54-64.

2  Aux côtés des camps de Sarzeau, de Vire et de Kerlois.

3  Il quitta le camp en février 1918 pour Saint-Rémy de Provence.

4  J’ai étudié en détail la population de ce camp dans un article à paraître ultérieurement par les soins du C.T.H.S. Je ne présente ici sommairement que les principales caractéristiques de la population internée. Communication au 119e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Amiens, 24-28 octobre 1994, Section d’histoire moderne et contemporaine, Les malheurs de la guerre, « La population du camp d’internement de Garaison (Hautes-Pyrénées), 1914-1919 », le vendredi 28 octobre 1994, séance présidée par Mme Bonarzi et consacrée aux prisonniers et camps d’internement. Corvisier (André) et Jacquart (Jean) (dir.), Les malheurs de la guerre, Tome II, De la guerre réglée à la guerre totale, Paris, Éditions du CTHS, 1997, p. 93-108.

5  Wieviorka (Annette), « Le XXe siècle, d’un camp à l’autre », Libération, 14 juin 1995.

6  Reproduit dans « La vie à Garaison il y a cinquante ans », Garaison, Bulletin de l’amicale des anciens élèves de Garaison, Janvier 1969, n° 131, p. 15-39.

7  Charle (Christophe), Histoire sociale de la France au X1Xe siècle, Paris, Seuil, 1991, p. 287.

8  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 479, dossiers des internés ayant quitté la colonie, lettre du 14 février 1915.

9  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 483, rapport d’inspection du 27 décembre 1914.

10  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 478, dossiers individuels, mémoire d’Abel Weinstein.

11  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 494, lettre du directeur au préfet le 8 septembre 1915.

12  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 479, lettre du 18 juin 1916 à l’Ambassade des États-Unis à Paris.

13  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 496, Emploi du temps des écoles.

14  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 481, interrogatoire du 9 octobre 1915.

15  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 478, lettre saisie du Hongrois Wolfner ; saisie lors d’un convoi de rapatriés vers la Suisse.

16  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 464, dossiers individuels.

17  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 476 bis, dossiers individuel d’Albert Schweitzer. Correspondances entre le directeur de Garaison, le préfet des Hautes-Pyrénées et le ministère de l’Intérieur en décembre 1917 et janvier 1918.

18  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 478, pétition des tailleurs à l’Ambassade des États-Unis, 24 août 1915.

19  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 479, dossiers des internés ayant quitté Garaison. Plainte de l’interné allemand Bode à l’ambassade des États-Unis, fin 1914.

20  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 483, rapport d’inspection du 30 décembre 1914.

21  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 471, dossiers personnels.

22  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 480, dossiers sur les internés ayant quitté Garaison.

23  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 494, dossiers sur les évadés.

24  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 482, Liste établie par le directeur le 10 juillet 1916.

25  Arch. Dép. Hautes-Pyrénées, R 494, registre des punitions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Vimont, « Garaison, un camp de familles internées dans les Hautes-Pyrénées (1914-1919) », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/1876

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Vimont

Maître de conférences d’histoire contemporaine à l’université de Rouen (GRHis). Jean-Claude Vimont est membre du comité de rédaction de Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page