Navigation – Plan du site
2012

Les camps d’internement de 14-18

Jean-Claude Farcy

Entrées d’index

Mots-clés :

camp d’internement
Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été publié dans le premier numéro de la revue Trames en 1996.

Texte intégral

1Lors de la préparation de son Guide des archives judiciaires et pénitentiaires 1800-1958 (Paris, CNRS Éditions, 1992, 1175 p.), instrument désormais incontournable de tous les historiens du pénal, Jean-Claude Farcy a découvert les importants fonds d’archives départementales sur les internements de civils étrangers pendant le premier conflit mondial. Son rapport de recherche fut publié, sous forme dactylographiée, par le centre de recherches nanterrois en septembre 1994. Jacques-Guy Petit, professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers, a accueilli ce travail novateur dans la collection Historiques qu’il dirige aux éditions Anthropos-Economica. Le livre Les camps de concentration français de la Première Guerre mondiale (1914-1920) fut disponible dès février 1995.

2TRAMES : Jusqu’à la publication de votre ouvrage, les camps d’internement de civils étrangers et de suspects pendant le premier conflit mondial étaient presque totalement ignorés. Quelques monographies locales y faisaient brièvement allusion non sans véhiculer des stéréotypes hostiles aux internés. Comment expliquez-vous le silence des historiens français sur cet aspect du conflit ? Silence des spécialistes de la Grande Guerre mais aussi mutisme des historiens du pénal et de l’immigration ?

3Jean-Claude FARCY : Il est difficile de donner une réponse simple à ce « mutisme » des historiens. On peut seulement avancer quelques hypothèses. Les spécialistes de la Première Guerre mondiale sont devant un champ historique immense qu’ils ont d’abord exploré sur le plan militaire, avant d’en venir plus tard aux aspects économiques, sociaux et à l’étude des mentalités. L’analyse des « résistances » à la guerre, bien connue pour ce qui est des mouvements syndicalistes et socialistes, est à peine abordée, les dossiers de justice militaire ne donnant que depuis peu des études novatrices. Au sein des élites et dans la mémoire collective cette guerre a été pendant longtemps justifiée comme étant celle du droit, ce qui n’incitait pas précisément à traiter cette question des camps de concentration.
Les historiens du pénal en restent à ce qui est strictement « judiciaire » : les peines, alors que l’internement est une décision purement administrative. Les archives elles-mêmes ne sont pas toujours rangées directement dans les « fonds pénitentiaires ». Elles sont d’autre part accessibles sous certaines réserves quand il s’agit des dossiers individuels des internés (délai de 100 ans). Il n’y avait aucune vue d’ensemble de ces fonds particuliers avant notre enquête sur les archives judiciaires (cf. notre Guide des archives judiciaires et pénitentiaires 1800-1958, Paris, CNRS Éditions, 1992). Quant aux spécialistes de l’immigration, ils mettent naturellement en valeur les mouvements migratoires sur le long terme tout en portant intérêt aux périodes de crise témoignant de rapports conflictuels. Le silence n’est pas cependant tout à fait complet puisque Gérard Noiriel a contribué à la réalisation d’une émission de télévision de la série « Résistances » consacrée à l’un de ces dépôts d’internés. On peut ajouter que, à l’époque, l’internement a été dans l’ensemble largement accepté par l’opinion (quand il visait des étrangers de nationalité ennemie et les repris de justice) et n’a jamais été à la source d’incidents, de révoltes ayant une ampleur nationale. L’absence d’études reflète aussi... le silence des victimes.

4TRAMES : Quels sont les matériaux disponibles pour étudier ces camps ? Ne rencontre-t-on pas de difficultés pour appréhender le quotidien des internés compte tenu de la censure et des entraves administratives ?

5Jean-Claude FARCY : Les sources utilisées pour l’étude de ces camps de la Première Guerre mondiale sont principalement conservées dans les archives départementales. Elles sont généralement composées de deux éléments : rapports administratifs (des directeurs de dépôts, sous-préfets et préfets en ayant la tutelle), et dossiers individuels des internés contenant leur « notice individuelle » et toutes les pièces relatives à leur motif d’arrestation ou aux incidents divers lors de leur passage dans les camps. On trouve aussi des statistiques diverses (notamment sur le mouvement des effectifs), parfois des collections de « rapports journaliers » qui nous font suivre les effectifs ainsi que tous les événements du dépôt au jour le jour. La première catégorie de documents permet d’avoir une vue rapide de l’histoire d’un camp, de sa création jusqu’à sa liquidation. Les principaux problèmes (ravitaillement, règlements, état d’esprit des internés) sont évoqués.
Les dossiers individuels sont très intéressants justement à cause de la censure, car on y trouve parfois les correspondances censurées ou clandestines (quand elles ont été saisies) : ce sont elles seules qui nous donnent réellement l’opinion des internés. Mais du fait que les camps sont sous « contrôle international » (visite des délégués de pays neutres, menaces de représailles des pays ennemis qui ont leurs camps d’internés français), l’intérêt des administrateurs, en particulier des préfets, est d’être attentifs aux sentiments réels des internés. C’est un impératif pour eux s’ils veulent éviter des incidents. De ce fait, notre sentiment est que les rapports administratifs paraissent assez proches de la réalité. Dans l’ensemble la documentation sur le quotidien de la vie des internés est ce qui abonde le plus dans ces fonds d’archives... Ajoutons, au plan des sources, qu’il faut déplorer l’absence des fonds nationaux de la Sûreté générale et de l’Inspection Générale des Services Administratifs qui avaient le contrôle de ces camps. Les articles évoquant les récents fonds rapatriés de Moscou pour la Sûreté Générale paraissent laisser peu d’espoir de retrouver une documentation qui seule aurait permis de donner un tableau d’ensemble des camps pendant cette période.

6TRAMES : Des préoccupations militaires semblent à l’origine des mesures d’évacuation puis de concentration des civils suspects. Dans quel contexte s’effectuèrent ces déplacements de populations pendant l’été 1914 ?

7Jean-Claude FARCY : La mobilisation et les premières défaites influent sur ces déplacements. Deux aspects nous ont particulièrement frappés. D’une part l’anarchie des transports telle qu’elle est ressentie par les intéressés. Étant théoriquement libres de quitter la France au seul premier jour de la mobilisation, les étrangers ne peuvent généralement le faire par manque de trains, ceux-ci étant utilisés par l’armée ou pris d’assaut par les civils voulant retourner dans leurs familles. D’autre part, les premiers déplacements d’étrangers vers ce qu’on appelle alors – selon les plans de mobilisation élaborés en 1913 – les « centre de refuge » se font dans le contexte xénophobe bien connu et qui se manifeste aussi bien à Paris qu’en province. Il arrive que les autorités soient obligées de protéger les étrangers de la vindicte populaire, au point que l’on a des internés qui témoignent dans leur correspondance d’un certain soulagement à l’arrivée dans le camp de concentration : au moins se sentent-ils à l’abri des injures et des violences de la population hostile à tous ceux qui paraissent rappeler l’ennemi.

8TRAMES : L’État-Major français était soucieux d’empêcher des étrangers mobilisables de rejoindre leur patrie. Comment donc pouvait-on expliquer les internements de femmes et d’enfants ? Quelle fut leur destinée ?

9Jean-Claude FARCY : L’hostilité de la population qui vient d’être évoquée est une des raisons à l’évacuation vers l’intérieur de tous les étrangers ennemis, femmes et enfants comme hommes mobilisables. D’autre part il y a le désir dans un premier temps de ne pas séparer les familles, ce qui expliquera d’ailleurs plus tard la création de camps spécifiques aux familles. Il est possible également que dans le contexte des revers de l’armée française, les civils austro allemands soient un peu considérés comme des « otages », une monnaie d’échange – on retrouvera tout au long de la guerre cet aspect dans l’internement des civils – ce qui impliquait de ne pas se limiter aux hommes. Ajoutons que si ces évacuations se font souvent dans l’improvisation, si elle donnent alors – en septembre-octobre 1914 – les effectifs d’internés les plus élevés de toute la guerre, elles n’aboutissent pas encore à de véritables camps dont le régime « carcéral » ne s’imposera qu’à la fin de l’année et au début de 1915. En outre, à partir de la fin octobre 1914, suite à un accord de réciprocité entre les belligérants, s’opère le rapatriement des femmes, enfants et vieillards. À la fin de 1914, les femmes qui restent dans les camps sont celles qui ont refusé la séparation d’avec leur mari interné. Dans la suite de la guerre il faudra y ajouter les « suspectes » évacuées par l’armée ou expulsées de la capitale.

10TRAMES : Quel fut le sort des ressortissants des minorités opprimées de l’empire austro-hongrois ?

11Jean-Claude FARCY : Internés au début comme les Autrichiens, les ressortissants des minorités de l’Empire austro-hongrois bénéficient assez vite d’un régime de faveur sous réserve que leurs sentiments « francophiles » soient au préalable vérifiés, ce qui explique le séjour des Polonais, Tchèques et autres Slaves au moins pendant plusieurs mois dans les camps. Des permis de séjour leur sont accordés quand ils offrent les garanties nécessaires pour avoir du travail. Ceux qui ne peuvent en obtenir ou restent soupçonnés d’être hostiles à la France restent dans les camps mais sont progressivement séparés des Allemands et Autrichiens et mis dans des dépôts dits de « faveur », réservés justement aux « francophiles ».

12TRAMES : La présence d’internés Ottomans suscita une abondante correspondance administrative concernant l’opportunité de leur arrestation et leurs sentiments à l’égard de l’Allemagne. La France eut-elle une ou plusieurs lignes de conduite à leur égard ?

13Jean-Claude FARCY : Les Ottomans donnent l’exemple d’une divergence manifeste d’appréciation entre le ministère des Affaires étrangères et l’Intérieur. Le second, sensible aux pressions de l’opinion – et en particulier des milieux commerciaux hostiles à la concurrence des marchands venus d’Orient – est vite partisan de l’internement à l’égal des ressortissants appartenant aux autres pays ennemis. Par contre le premier, qui a, il faut le dire, une bien meilleure connaissance des pays en question, doit prendre en considération les intérêts diplomatiques de la France : se rallier les populations sous la sujétion de l’Empire turc, traditionnellement amies de la France, éviter de donner l’impression d’une France faisant la guerre aux musulmans, maintenir en conséquence la cohésion de l’Empire colonial, particulièrement en Afrique du Nord. Jusqu’à la fin de 1915, le ministère des Affaires étrangères réussit à faire prévaloir son point de vue et très peu d’Ottomans sont alors internés, l’expulsion du territoire étant préférée pour les condamnés de droit commun par exemple. Mais à partir de novembre 1915, c’est la politique de rigueur qui l’emporte au sein du gouvernement et désormais les Ottomans sont envoyés dans les camps.

14TRAMES : Sur quels textes législatifs le gouvernement s’appuyait-il pour justifier ces internements de civils ?

15Jean-Claude FARCY : L’internement des civils – étrangers ou Français – pendant la guerre a toujours mis en difficulté les autorités quand il s’est agi d’en donner une justification légale. À plusieurs reprises le ministère de la Justice tient d’ailleurs à dégager toute sa responsabilité en la matière et l’on voit des procureurs refuser de poursuivre des évadés de camps arguant du fait qu’ils n’étaient pas détenus en vertu d’un mandat légal. Seules les circulaires de l’Intérieur parlent nettement de l’internement en prescrivant ses modalités. Pour les civils étrangers, on peut certes évoquer l’état de siège (généralisé à tout le pays dès le début du conflit), mais les articles 7 et 8 de la loi du 3 décembre 1849 n’envisagent comme mesure de police que la seule expulsion du territoire pour les étrangers résidents. Quant au décret du 2 août 1914 - relatif aux étrangers - il n’évoque aucunement l’internement et se contente d’interdictions de résidence éventuelles. Finalement le Conseil d’État « légalisera » la pratique : elle relève de l’exercice du pouvoir gouvernemental qui, ayant charge de veiller à la sécurité du territoire et d’assurer la défense nationale, peut prendre en temps de guerre toutes les mesures de police utiles à cet effet. Quant aux indésirables évacués de l’arrière du front ou de la capitale beaucoup sont des repris de justice. Pour eux l’article 9 de la loi du 9 août 1849 prévoit que l’autorité militaire a le droit de les éloigner des lieux soumis à l’état de siège, la mesure pouvant être étendue à tous ceux qui n’y ont pas leur domicile. Si l’armée - ou l’autorité civile dans les départements de l’intérieur - applique ces articles dans la légalité, rien n’indique que les intéressés doivent aller dans un camp... Et l’on verra périodiquement le ministère de l’Intérieur justifier cette politique en affirmant qu’en période de guerre devant l’impossibilité matérielle d’expulser un repris de justice de nationalité étrangère à l’issue de sa peine, la solution reste de le mettre dans un camp en attendant la fin du conflit. Il n’y a donc pas de base légale à l’internement et comment imaginer - dans le contexte de la République démocratique, de la France terre des libertés... pour reprendre les expressions des internés protestataires qui se font fort d’avoir quelques notions d’histoire et de droit...- que des dispositions législatives aient pu être adoptées en la matière ?

16TRAMES : L’un des paradoxes de ces internements conduisit des civils Alsaciens Lorrains dans des camps d’internement. Des parlementaires et des journalistes s’en émurent. Quel sort leur fut réservé ?

17Jean-Claude FARCY : On peut en partie comparer le sort des Alsaciens Lorrains à celui des ressortissants des minorités de l’Empire autrichien. Ceux qui n’avaient pas opté pour la France en 1871 et qui se trouvent sur le territoire français - soit qu’ils y séjournaient avant guerre, soit qu’ils aient été « libérés » lors des premières offensives en Alsace et « évacués » de leurs domiciles sous le prétexte d’éviter d’éventuelles représailles en cas de reconquête allemande - sont dans les premiers mois de la guerre internés, dans l’attente de vérifier leurs « sentiments nationaux ». Il s’agit évidemment d’écarter toute possibilité d’espionnage et d’isoler parmi eux les « immigrants allemands » installés récemment en Alsace et supposés a priori dangereux. Cela concerne aussi bien les femmes que les hommes. La grande majorité, après avoir donné des garanties de domicile et de travail, est pourvue d’une « carte tricolore » qui assure une liberté complète. Une minorité reconnue allemande va dans les camps de mobilisables allemands. Une autre minorité, constituée d’Alsaciens ayant tenu des propos hostiles à la France ou ayant un casier judiciaire chargé, est considérée comme suspecte et placée dans des camps d’Alsaciens Lorrains, l’intention étant de pouvoir à terme les rallier à la cause de la France en les séparant des autres nationalités, ce qui d’ailleurs sera un échec, ces dépôts finissant par être, au début de 1917, assimilés aux dépôts d’Austro allemands. Enfin, certains Alsaciens, indigents ou n’arrivant pas à trouver du travail, ont accès à des « dépôts libres » (ou maisons de refuge) qui, s’ils ont un règlement et des sanctions qui peuvent conduire dans un camp, ne relèvent pas vraiment de l’internement.

18TRAMES : Cet épisode eut-il des conséquences sur la vie politique de ces provinces entre les deux guerres ?

19Jean-Claude FARCY : Il est probable – c’est l’hypothèse que nous avons formulée – que cet internement, au moins temporaire pour la majorité, de quelques 8000 Alsaciens a laissé des traces dans l’opinion de cette province et a pu donner des arguments au mouvement autonomiste qui se développe entre les deux guerres. Ce n’est pas pour rien que le gouvernement français met sur pied en 1927 une politique d’indemnisation, reconnaissant ainsi les torts de la France pendant la guerre. Mais il reste à vérifier concrètement – dans la littérature autonomiste notamment – cette hypothèse.

20TRAMES : Autre paradoxe, les camps hébergèrent des civils français considérés comme suspects ou indésirables dans la zone des armées. Qui étaient-ils ?

21Jean-Claude FARCY : Les Français internés le sont officiellement jusqu’en mai 1916. À cette date devant la pression parlementaire on décide la libération immédiate de tous ceux qui se trouvaient dans les camps. En fait peu avaient été placés dans les camps de concentration proprement dits : l’immense majorité était passée dans un camp de triage et au bout de quelques semaines était envoyée en résidence (surveillée ou non) dans l’intérieur. Et cela continue après... mai 1916 pour ceux qui sont évacués de la zone du front par l’armée : elle les juge indésirables ou suspects pour des motifs très variés. Pour les hommes, il s’agit souvent de débitants récalcitrants, de personnes n’ayant pas de papiers en règle, de contrevenants aux nombreux règlements militaires. On demande au camp de triage d’établir la réalité de la suspicion « nationale », mais en fait on considère que c’est un bon moyen de débarrasser la zone des armées des « indésirables » qui gênent d’une manière ou d’une autre la conduite des opérations. C’est surtout la justification donnée aux femmes évacuées de ce secteur : la plupart sont des prostituées (en majeure part « clandestines ») reconnues atteintes de maladies vénériennes. Il importe de préserver la santé, et accessoirement la discipline des soldats. Quant aux évacuations de la capitale ordonnées par la Préfecture de Police de Paris qui alimente aussi un autre courant de Français vers les camps elles visent en priorité des vagabonds, mendiants et repris de justice. Mais à partir de mai 1916 ces Français de la capitale ne sont plus envoyés dans les camps de triage : ils sont placés directement en résidence surveillée dans l’intérieur.

22TRAMES : Vous écrivez dans votre conclusion : « Tout ce qui entrave la défense nationale devient indésirable et suspect ». Les prostituées internées puis placées dans des maisons closes, les vagabonds et les grévistes ne témoignent-ils pas d’une utilisation des internements à des fins de maintien de l’ordre éloignées des préoccupations militaires ?

23Jean-Claude FARCY : On peut le penser et c’est assurément un point intéressant dans l’étude de la postérité de ces camps établis pour la première fois à cette échelle dans notre pays. Cela ressort en particulier des évacuations de la capitale : on peut considérer, d’une certaine manière, que l’envoi dans le camp sert de substitut à la relégation pour « purger » Paris d’une population marginale. Mais le lien est étroit avec la finalité militaire, si l’on veut bien prendre cette notion au sens large : tout ce qui est susceptible d’entraver la défense nationale peut être sanctionné de cette façon. On comprend aisément que les propos alarmistes, les grèves relèvent du maintien de l’ordre, mais on est toujours dans le cadre de l’effort de guerre. Beaucoup vont dans un camp à la suite de poursuites en conseil de guerre conclues par un non-lieu. Par contre les manifestants d’après guerre – on peut citer le cas de quelques étrangers envoyés dans un camp de triage à cette occasion – les socialistes Russes sont internés nettement pour des motifs plus directement politiques. Il y a en germe, dans les camps de la première guerre, une forme de répression politique, mais dans l’ensemble, leur finalité est quand même d’ordre militaire.

24TRAMES : Les chiffres officiels fournis par le ministre de l’Intérieur Malvy fluctuèrent au cours de la guerre. Peut-on avancer une évaluation globale du nombre de camps et du nombre d’internés ?

25Jean-Claude FARCY : Le nombre de camps a varié, certains n’ont existé qu’en 1914. À défaut de données issues d’archives centrales, on ne peut utiliser que des listes datées de la fin 1915 ou du début 1917. En ne tenant pas compte des « dépôts libres » d’Alsaciens Lorrains, on peut estimer à entre 60 et 70 le nombre de dépôts d’internés ayant existé sur le territoire français, Algérie comprise. Le nombre total d’internés est encore plus délicat à mesurer. En termes de flux, puisqu’il y a des entrées tout au long de la guerre, mais aussi des libérations nombreuses, il est plausible d’avancer une fourchette de 60 000 à 70 000 personnes ayant à un moment ou à un autre de la guerre fait connaissance avec les camps français. En termes d’effectifs, le maximum est naturellement atteint à l’automne 1914. Au début de 1918, il n’y aurait plus que 12 000 civils Austro Allemands internés en France, chiffre sensiblement égal à celui des Français internés dans les camps d’Allemagne.

26TRAMES : Peut-on parler d’improvisation dans le choix des lieux de séjour et dans leur mode d’organisation ?

27Jean-Claude FARCY : La notion d’improvisation est justifiée si l’on considère surtout l’organisation concrète des camps. Cependant le choix des sites répond à des critères attendus : éloignement de la zone des combats, isolement des lieux habités, capacité d’accueil suffisante, facilité de surveillance offerte par une enceinte existante. Anciens séminaires et couvents, forts désaffectés de l’ouest de la France, et du sud-est secondairement, seront utilisés à cette fin. Il n’y a qu’un seul camp de grande dimension, créé ex-nihilo, celui de l’Île Longue, et encore l’a-t-il été par l’autorité militaire pour des prisonniers civils. Dans la mesure où l’on utilise des bâtiments existants, on peut parler d’une certaine improvisation, impression renforcée quand on constate que bien souvent les premiers internés doivent prendre en charge les travaux d’aménagement. Ce choix restera un handicap : pendant longtemps les internés se plaindront à juste titre de l’encombrement et de l’exiguïté des locaux.

28TRAMES : Au-delà des premiers temps, les camps se spécialisèrent ? Quelles furent les principales catégories ? Peut-on noter de sensibles différences entre les régimes d’internement ?

29Jean-Claude FARCY : La spécialisation des camps vise plusieurs objectifs : éviter l’encombrement, répondre aux pressions internationales, assurer la cohérence interne du régime concentrationnaire dans l’objectif qui lui est assigné. Nationalité, état matrimonial, nature sociale ou particulière de la population internée (notables, repris de justice) permettent de distinguer plusieurs types de camps. Ceux réservés aux Austro Allemands sont les plus nombreux. Ce sont soit des camps de familles quand les femmes restées en France sont encore suffisamment nombreuses (jusqu’au milieu de 1916), soit des camps de mobilisables, donc d’hommes adultes, de loin les plus nombreux. Il y a aussi quelques camps de notables (comme à l’hôtel de Carnac) où les riches internés payent eux-mêmes leur « séjour » dans cette « prison dorée » : ce sont le plus souvent des otages susceptibles de bénéficier d’une libération par échange. Des camps de faveur sont constitués à l’origine pour les anciens légionnaires austro allemands ayant servi la France (mais détestés à ce titre par leurs coreligionnaires) et accueillant toutes les nationalités francophiles. Leur régime est moins dur, plus grande liberté des sorties, travail autorisé à l’extérieur. Sur tous les internés plane la menace d’être conduits, en cas de « mauvaise attitude », dans un camp disciplinaire au régime sévère (pas de travail, peu de sorties) : ils s’y retrouvent avec les condamnés de droit commun. On a déjà noté que les Alsaciens Lorrains ont leurs propres camps au moins jusqu’en 1917 : dépôts surveillés pour les « suspects », dépôts libres pour les indigents. Français, neutres ou alliés peuplent les « camps de suspects » dont le régime est à l’écart des autres car du fait de la nationalité des internés, ils n’ont pas de « comité de secours » les représentant et ne sont jamais visités par les délégués des pays neutres. De ce fait l’arbitraire de l’internement y est encore plus mal vécu. Enfin depuis le printemps de 1915, pour régulariser les évacuations opérées par l’armée, sont créés des camps de triage où les évacués de l’armée et de la capitale restent de quelques semaines à quelques mois avant le passage d’une Commission qui viendra statuer sur leur sort : libération pure et simple, envoi dans un camp (cf. la liste précédente selon le cas de l’intéressé) ou l’envoi dans l’intérieur avec résidence surveillée ou non. Comme les camps de suspects, ils sont mixtes, accueillant hommes et femmes, et les dortoirs séparés ne suffisent pas à régler les problèmes spécifiques de discipline qu’ils posent.

30TRAMES : Jean-Paul Bertaud qualifiait les geôles de la Terreur de « refuges de l’inégalité ». En fut-il de même dans les camps d’internement du premier conflit mondial ?

31Jean-Claude FARCY : Effectivement ce qui frappe c’est le problème posé par les différences de classe parmi les internés. Alors qu’on attendrait de la part de ces victimes, une certaine solidarité, on a parfois l’impression d’une société en réduction, avec ses riches et ses pauvres. Les premiers s’ils n’accèdent pas au « camp de notables », s’arrangent toujours pour ne pas faire les corvées, payant au besoin les seconds pour cela. Les uns n’ont pas besoin de travailler, reçoivent des colis abondants, s’aménagent des lits « luxueux », ont toujours de quoi acheter à la cantine. Les autres doivent compter sur les secours mensuels en argent envoyés par leurs gouvernements et distribués sous l’égide de « comité de secours » bien souvent constitués de notables.

32TRAMES : On remarque des dissensions au sein des populations internées. Quelles furent les principales lignes de fracture ?

33Jean-Claude FARCY : À cette première ligne de fracture qui recoupe des oppositions de classe, s’ajoute la division entre nationalités. Le nationalisme est important d’autant que les internés le sont pour la très grande majorité en raison justement de leur nationalité réputée « suspecte ». Il y a des tensions entre Allemands et Autrichiens, les premiers rappelant quand ils le jugent bon leur supériorité dans la conduite de la guerre. Les internés suspects de francophilie, quand ils ne sont pas dans les camps de faveur, sont souvent brimés : on leur dispute le droit de recevoir des secours du gouvernement autrichien par exemple. Parmi les « Ottomans » s’opposent vivement les nationalistes « Jeunes Turcs » et les Arméniens, Grecs, Juifs et Syriens favorables à la France.

34TRAMES : Les camps furent-ils les universités des nationalismes et de la révolution sociale comme le furent, par le passé, certaines prisons politiques ?

35Jean-Claude FARCY : Dire que l’on a des « universités du nationalisme », c’est peut-être aller trop loin. Il vaudrait la peine de voir si dans les mouvements nationalistes allemands d’après guerre il y a eu un recrutement de prédilection parmi ces anciens internés. Toutefois on constate que les nationalistes ne se manifestent pas seulement en parole : il y a des incidents parfois violents, et les Allemands cherchent à empêcher le travail de leurs co-internés avec l’objectif d’affaiblir la puissance économique de la France. Les directeurs de camp soulignent souvent la cohésion nationale de leur population. Et de fait, à la liquidation des camps, très peu nombreux sont ceux qui désirent rester en France, alors que beaucoup y vivaient depuis longtemps avant guerre... Quant à une école de la révolution sociale... il faut être encore plus prudent. Les socialistes internés, particulièrement ceux d’origine russe, font une active propagande (notamment au camp de Précigné dans la Sarthe, où séjourne entre autres Victor Serge), mais celle-ci ne semble pas s’étendre beaucoup hors des lieux où sont regroupés ces internés déjà militants auparavant. Il reste qu’à partir de 1917, les incidents ou mutineries voient apparaître le chant de l’Internationale, et après l’armistice surtout, le drapeau rouge. C’est en 1919 que la tonalité « révolutionnaire » des esprits se fait la plus nette, quand les camps continuent d’exister alors que plus rien ne les justifie...

36TRAMES : Quelles furent les représentations et les comportements des populations françaises en contact avec les internés ?

37Jean-Claude FARCY : C’est seulement en 1919 qu’une partie de la presse française met en question l’existence des camps. Sinon, auparavant, le principe n’a jamais été contesté, sauf quand il s’appliquait aux Français, neutres et alliés. On en a signalé le reflet dans une protestation parlementaire au début de 1916. Quant à la population locale elle a tendance à considérer les camps comme des « paradis pour les Boches », tout en profitant des avantages économiques de leur présence... Mais quand les difficultés de ravitaillement se font jour en 1917, quand le moral de l’arrière diminue, il est facile de voir dans ces étrangers des « espions » et des « affameurs ». Cela dit, les patrons qui ont utilisé la main d’œuvre des internés, l’ont appréciée et les cultivateurs leur ont accordé une « liberté » plus grande que celle autorisée par le règlement. Toutefois la majeure partie de la population est dans l’ignorance des conditions de vie des internés : les camps sont justement établis à l’écart et toute visite est interdite sauf aux fournisseurs et aux familles. On voit seulement que la garde militaire, le personnel administratif sont des repaires d’« embusqués »...

38TRAMES : Y a-t-il une mémoire locale des camps ?

39Jean-Claude FARCY : Ce qui vient d’être dit, le fait que les internés aient été des étrangers sans lien avec le pays où ils vivaient enfermés pendant la guerre, tout cela explique l’absence de trace des camps hormis dans les archives. À ma connaissance il n’y a pas de mémoire locale des camps... à en juger par l’absence d’articles (sauf à l’époque) dans la presse, ou les périodiques locaux ensuite.

40TRAMES : Le titre de votre ouvrage, les « camps de concentration », reprend la dénomination en vigueur à l’époque. Peut-on toutefois parler de système concentrationnaire à propos de cette politique d’internement ? Faut-il considérer les camps de 14-18 comme les prodromes des camps d’internement de la IIIe République en 1939, puis du gouvernement de Vichy ?

41Jean-Claude FARCY : Au terme de système il serait peut-être préférable de substituer celui de régime ou de phénomène concentrationnaire, comme on parle de régime pénitentiaire pour désigner les prisons. Quand l’internement administratif prend de telles dimensions que les contemporains eux-mêmes parlent de « camps de concentration » cela interroge sur les mots à utiliser. Évidemment la connotation de l’expression est fortement marquée par les camps de la Seconde Guerre et surtout les camps nazis. Les finalités sont différentes. Reste que l’on a éprouvé le besoin en 1914 comme lors de la Seconde Guerre mondiale de « concentrer » des hommes en grand nombre dans des « dépôts » ou « camps », par pure décision administrative (sans aucune garantie judiciaire, et l’on est donc à l’opposé du pénal) avec tout l’arbitraire possible que cela implique. La mise à l’écart, la concentration, l’isolement et l’enfermement administratif dans les périodes de fortes tensions nationales (guerres entre pays ou guerres civiles) de civils n’ayant commis d’autre « crime » que d’être de telle nationalité, d’avoir telle opinion politique ou d’être « suspect » ou jugé « indésirable » en tel lieu, marque quand même beaucoup notre XXe siècle. À tout le moins il y a en 1914-1920 les prodromes des camps de la Seconde Guerre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Farcy, « Les camps d’internement de 14-18 », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 20 juin 2012, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://criminocorpus.revues.org/1878 ; DOI : 10.4000/criminocorpus.1878

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Farcy

Ancien chargé de recherche au CNRS, il a travaillé sur l’histoire rurale et l’histoire de la justice de la France des XIXe et XXe siècles. Jean-Claude Farcy est membre du comité de rédaction de Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page