Navigation – Plan du site

La colonie pénitentiaire d’Orgeville

Pascale Quincy-Lefebvre

Notes de la rédaction

Cet article a été publié dans le numéro 2 de la revue Trames en 1997.

Texte intégral

  • 1  Dans ce contexte : expression utilisée par les juristes et philanthropes au XIXe siècle pour désig (...)

1La colonie pénitentiaire d’Orgeville se situe dans le département de l’Eure et a été fondée par un magistrat parisien, Georges Bonjean (1848-1918), originaire de Normandie. Elle prend la place d’un petit orphelinat ouvert en 1874 par le même homme avec son épouse. En 1877, elle accueille 12 délinquants venant de la colonie publique des Douaires et figure parmi les colonies pénitentiaires privées habilitées à recevoir des mineurs confiés par l’administration pénitentiaire, après un passage en justice. Vers 1880, ils sont moins d’une centaine à être dirigés vers l’agriculture ou vers des activités artisanales. Dès 1883, l’essentiel du public est placé par la Société générale de protection pour l’enfance abandonnée ou coupable, société de patronage fondée à Paris par Georges Bonjean. Y sont admis des enfants présentés comme moralement abandonnés, insoumis1 difficiles, placés par des œuvres, les familles ou les départements. Les quatre derniers jeunes détenus quittent la colonie en 1887.

2Dans sa définition la plus large, l’expérience pénitentiaire n’a duré que 10 ans. Cette brièveté explique qu’il est difficile de retrouver la trace d’un “patrimoine pénitentiaire” à Orgeville. La propriété où, pendant plus de 100 ans, se sont succédées diverses œuvres de secours, a davantage sa place dans une histoire patrimoniale de l’assistance que dans une histoire des prisons. Le site actuel occupé par l’association des papillons blancs, un centre d’aide au travail, est parsemé de ces divers bâtiments qui, au début du XXe siècle, ont abrité jusqu’à 400 pensionnaires. Certains ont été construits à la charnière du siècle, d’autres pendant et après la guerre de 14-18, lorsqu’un hôpital militaire est ouvert ou lorsque le diocèse d’Évreux installe un petit séminaire et que la fille du fondateur revient fonder de nouvelles œuvres après qu’en 1909, des scandales aient obligé le magistrat à fermer son “école professionnelle”.

  • 2  C’est le 5 août 1850 qu’une loi vient consacrer officiellement l’expérience des colonies agricoles (...)
  • 3  A.D. Eure 40J71 : 17ème Ass. générale de la Société Générale, 1897.
  • 4  À l’origine de l’expérience, Aubin Lascaux, engagé comme surveillant et qui est devenu tailleur à (...)

3Lorsqu’elle est créée, la colonie pénitentiaire est organisée autour de la ferme du château, récemment vendue à un agriculteur du village. Les mineurs exploitent les terres de la propriété ou sont loués à des exploitants. L’idée de fonder une colonie agricole n’est pas originale. La grande loi de 1850 sur l’éducation correctionnelle des jeunes détenus2 encourage ce modèle. Dans un esprit comparable, les discours et écrits de Georges Bonjean sont des hymnes à la ruralité. Le travail industriel, la ville sont accusés de débiliter l’organisme et de démoraliser la population. Dans la lignée de certains de ses prédécesseurs, le philanthrope estime que seul le travail des champs peut assurer aux enfants une « nourriture saine et abondante », « une liberté près de laquelle celle des villes n’est qu’esclavage » alors que la campagne apporte « la délivrance et le bonheur3 ». La colonie fait naître des espérances, entre autres celle de repeupler les campagnes et de développer les richesses agricoles de la France. Sa logique lui fait voir là une solution possible à la question sociale qui menace le pays. Si de nombreuses colonies agricoles étaient fondées, elles permettraient l’afflux d’une main-d’œuvre bon marché dans les campagnes et, par les gains réalisés, pourraient entraîner dans les villes la chute du prix du pain et le retour à la concorde sociale. Les réalisations s’écartent des discours : des colons sont employés dans des ateliers construits sur le domaine. L’expérience la plus originale a été l’ouverture d’un atelier de fabrication de casquettes vers 1880 sur l’emplacement de ce qui devint, par la suite, les salles d’études du petit séminaire4.

  • 5  Les rapports d’inspection mettent en cause des négligences dans la scolarité des enfants, de longu (...)
  • 6  Procès dans lesquels sont mises en cause les œuvres d’Orgeville et de Fontgombaud (Indre), toutes (...)

4Pour cette période, peu de renseignements ont été retrouvés sur les locaux d’habitation. L’orphelinat est aménagé dans une maison et les enfants dorment dans un dortoir. Lorsque l’établissement est une colonie pénitentiaire, des documents continuent à parler de dortoirs mais également de cellules. Existent alors deux quartiers : “le grand quartier” pour des mineurs âgés de 14 à 18 ans occupés aux travaux agricoles et le “petit quartier” pour les enfants de 9 à 13 ans. Par la suite, fin XIXe, d’autres bâtiments sont créés avec chacun des dortoirs, et, pour certains, des salles de classes, réfectoires, infirmeries : l’école professionnelle pour les plus de 15 ans, Sainte Eugénie pour les 11-15 ans, Saint Maurice pour les 5-11 ans, l’asile Saint Charles ouvert en 1898 pour de très jeunes enfants par Françoise Bonjean. Dès 1880, et à certaines périodes, existe un bâtiment particulier pour les enfants infirmes que la société de patronage du magistrat, à la différence d’œuvres comparables, accueille. Le manque de soins5 dans lequel sont laissés ces enfants est dénoncé lors des procès faits au magistrat en 1909-19106.

5L’installation de la colonie sur les terres de la famille du philanthrope n’est pas le fruit du hasard. L’association avec le château et la chapelle est forte et a un poids symbolique considérable. L’histoire de l’œuvre d’Orgeville a été celle d’une famille. C’est en 1842 que Louis-Bernard Bonjean épouse Adélaïde de Malherbe. Elle apporte le château et ses terres acquis par sa famille, originaire de la région de Caen, en 1824. Le domaine devient la demeure familiale lorsque le père, sénateur et président de la Chambre des Requêtes à la Cour de Cassation, ne réside pas à Paris. C’est à Orgeville, en mai 1871, que l’épouse et ses trois fils apprennent son exécution par les communards après son arrestation et sa détention au dépôt de la Préfecture de police, à Mazas puis à la Roquette. Pour toute la famille, le traumatisme est profond, et c’est sur le souvenir laissé par le père que se construit désormais l’avenir de la famille Bonjean, que se forme la conscience d’une mission particulière.

6Le testament spirituel du fusillé devait largement influencer la vie de ses descendants. Dans les années qui suivent, son père ayant présenté sa mort comme un sacrifice offert à son pays, à son Dieu, et comme leçon expiatoire des erreurs de son temps, son fils, Georges, décide d’offrir sa vie à essayer de les réparer. Afin que jamais plus il n’y eût en France d’événements semblables à ceux de la Commune, que la paix sociale triomphe, l’idée s’impose à lui qu’il faut éduquer, réformer et moraliser la jeunesse déchristianisée, abandonnée et corrompue des villes. Dans une première étape, il accueille de jeunes orphelins, présentés comme les enfants des communards, puis de jeunes délinquants dans un établissement devant devenir un modèle.

7Le patrimoine de l’œuvre témoigne de cette histoire. Dans un esprit comparable à celui qui anime la construction du Sacré-Cœur, la colonie est présentée comme l’œuvre du pardon. Dans la chapelle est dressé un monument dédié au martyre paternel sur lequel on peut lire cette épitaphe :

« Ce monument expiatoire recouvre la terre ensanglantée recueillie sur le lieu où mourut le président Bonjean tombé victime de son dévouement stoïque au devoir le 24 mai 1871, avec les saints compagnons de son martyre ; Mgr Darboy, archevêque de Paris, l’abbé Deguerry, curé de la Madeleine, les R.P. Allard, Clerc, et Ducoudray ».

8Un article du journal Le temps daté du 19 juin 1883 signale que, sur l’un des bas-côtés, a été dressée une représentation de la cellule de Mazas, avec une table, un lit identiques à ceux utilisés par le Président lors de son incarcération, véritables “reliques” pour la famille et leurs hôtes. Le souvenir n’est pas perdu et encore aujourd’hui existe sur le domaine un petit bâtiment connu par le personnel des papillons blancs sous le nom de “la prison Bonjean”.

  • 7  A.D. Eure 5Y2 : visite d’un inspecteur le 14 avril 1881. Il critique le mélange avec des jeunes fi (...)

9Orgeville n’a pas été la seule réalisation de Georges Bonjean dans le domaine pénitentiaire. À quelques kilomètres, un établissement a eu une existence éphémère. La maison des Préaux à Saint Aquilin a, en particulier, abrité des jeunes délinquantes. Vers 1880, lorsque l’expérience débute, elle fait grand bruit car elle est dirigée par des laïques ce qui, pour une œuvre ouverte à des filles, est exceptionnel. Le projet de Georges Bonjean est de faire de cet établissement qui, en 1881, accueille une quinzaine de jeunes détenues, une école rurale. En l’installant à proximité de la colonie de garçons, le magistrat ambitionne la constitution de foyers ruraux une fois l’œuvre de relèvement faite. Après divers incidents comme l’évasion d’une délinquante pour suivre une troupe de saltimbanques, des incidents avec les jeunes détenus de la colonie voisine, un rapport d’inspection peu favorable7, le ministre de l’Intérieur ordonne la fermeture de l’établissement en février 1882. Les 9 pensionnaires encore dans les murs sont dirigées vers l’Atelier-Refuge de Darnétal (près de Rouen, institution privée, dirigé par une religieuse).

10L’installation des filles s’est faite dans un établissement construit par Georges Bonjean. La simplicité a été recherchée. Comme pour Orgeville, le philanthrope suit le conseil donné par sa mère dans une lettre qu’elle lui adresse en 1877 :

« Il n’est point nécessaire en effet qu’une bonne œuvre soit totalement onéreuse à celui qui l’entreprend pour être méritoire, et la science de la charité consiste à faire le bien avec le plus d’économie possible afin d’en pouvoir faire davantage ».

  • 8  A.D. de l’Eure, 5Y3. Après avoir été engagé comme instituteur à la colonie d’Orgeville, il a été s (...)

11Dans un document polémique, un ancien instituteur employé par Georges Bonjean parle d’une maison en torchis avec piliers en bois comportant un dortoir cellulaire, d’une écurie, et compare ces constructions à “des baraques de foire8”. Avec la fondation en 1879-1880 de la Société générale de protection pour l’enfance abandonnée ou coupable, Georges Bonjean donne une autre dimension à ses desseins. Le succès est manifeste dans les années 1880. La société de patronage parisienne sert de modèle à des réalisations appelées à un grand avenir. La création n’est pas sans conséquence sur l’œuvre d’Orgeville, qui, à côté des fondations de la société de patronage, conserve une place particulière. Progressivement, ce sont des enfants patronnés par cette institution, confiés par les familles, les services d’assistance, qui remplacent les jeunes délinquants. La renommée de l’œuvre parisienne braque, un temps, les regards sur Orgeville où sont conviés les grands noms de la philanthropie. Elle apporte des ressources considérables, par quelques legs importants. Une partie de cet argent est investi à Orgeville, rendant possible, à la fin du siècle, la construction de nouveaux bâtiments et l’accueil d’un nombre croissant d’enfants.

  • 9  C’était Françoise qui avait fondé l’asile Saint Charles pour très jeunes enfants. Par la suite, el (...)

12Avec la fermeture de la colonie pénitentiaire, la vocation disciplinaire ne disparaît pas à Orgeville. Jusqu’en 1909, des familles continuent à confier leurs “insoumis”, et les services d’assistance leurs pupilles “difficiles ou vicieux”. Fortement atteint par les attaques portées alors contre ses réalisations, Georges Bonjean préfère, pendant un temps, diriger son énergie vers le monde ouvrier. Quelques réalisations éphémères ont lieu comme l’installation de coopératives de production. De nombreux projets capotent. Alors que son fils Louis meurt à la guerre, c’est à sa fille Françoise que Georges confie l’avenir de ses œuvres9.

13Prenant ses distances avec les grands desseins de son père, elle rétablit dans la gestion des œuvres familiales une direction plus conforme à celle de nombreuses œuvres catholiques de l’époque. Poursuivant par d’autres voies l’engagement de son père auprès de l’enfance malheureuse, elle exalte le souvenir du président Louis-Bernard Bonjean comme le fondateur des œuvres d’Orgeville, choisissant d’occulter le rôle de Georges, trop contesté alors tant pour son œuvre que pour sa personnalité. Dans les années trente, pour recevoir les dons, elle crée “l’association des amis d’Orgeville”. Cette association a officiellement pour objet de perpétuer le souvenir de son grand-père, d’entretenir et d’honorer sa sépulture et de pérenniser les œuvres fondées en sa mémoire par la famille Bonjean. L’histoire continue.

Haut de page

Bibliographie

Bonjean (Georges), Enfants révoltés et parents coupables. Étude sur la désorganisation de la famille et ses conséquences sociales, Paris, A. Colin, 1895, 407 p.

Carlier (Christian), La prison aux champs. Les colonies d’enfants délinquants du nord de la France au XIXe siècle, Paris, les éd. de l’Atelier, 1994, 734 p.

Costa-Lascoux (Jacqueline), La délinquance des jeunes en France, 1825-1968, t.4, Textes législatifs et règlementaires, Paris, Cujas, 1978, 230 p.

Dupont-Bouchat (Marie-Sylvie), Petit (Jacques-Guy), Pierre (Eric), Schnapper (Bernard), Tétard (Françoise), Dekker (Jeroen), Fecteau (Jean-Marie), Trepanier (Jean), Enfants corrigés, enfants protégés. Genèse de la protection de l’enfance en Belgique, en France, aux Pays-Bas et au Québec (1820-1914), rapport pour le Ministère de la justice, 1995, 311 p., dact.

Gaillac (Henri), Les maisons de correction 1830-1945, Paris, Cujas, nvelle éd. 1991, 463 p.

Kaluszynski (Martine), Tétard (Françoise), Un objet : l’enfance en danger moral. Une expérience : La société de patronage, Vaucresson, 1988, 101 p.

Quincy-Lefebvre (Pascale), Une histoire de la déviance. Parents et enfants difficiles : les chemins de la correction 1880-fin des années trente, Paris, Economica, 1997, à paraître.

Archives

Aux Archives départementales de l’Eure, ont été en particulier utilisés des dossiers de la série Y (série pénitentiaire), de la série U (justice), des dossiers (documents manuscrits, publications, photographies) classés sous la cote 40 J (fonds privé déposé par Mlle Lanquetin, ancienne directrice à Orgeville au nom de la famille Bonjean).

Haut de page

Notes

1  Dans ce contexte : expression utilisée par les juristes et philanthropes au XIXe siècle pour désigner les enfants bravant l’autorité paternelle et confiés à des établissements disciplinaires.

2  C’est le 5 août 1850 qu’une loi vient consacrer officiellement l’expérience des colonies agricoles. À côté des établissements publics à créer, la loi reconnaît l’existence d’établissements privés fondés et dirigés par des particuliers avec l’autorisation de l’État. La loi de 1850 précise que les jeunes détenus "sont élevés en commun, sous une discipline sévère, et appliqués aux travaux de l’agriculture, ainsi qu’aux principales industries qui s’y rattachent". Mettray est l’une de ces colonies. Ces établissements garderont ce nom officiellement jusqu’en 1927, année à partir de laquelle ils prendront le nom de maisons d’éducation surveillée. Pour plus de renseignements, voir l’ouvrage de Henri Gaillac, Les maisons de correction 1830-1945, Paris, Cujas, nouvelle éd. 1991, 463 p.

3  A.D. Eure 40J71 : 17ème Ass. générale de la Société Générale, 1897.

4  À l’origine de l’expérience, Aubin Lascaux, engagé comme surveillant et qui est devenu tailleur à Pacy-sur-Eure. "Texte établi en 1971 par Charles Lascaux (1882-1974) sur son père Aubin Lascaux (1857-1944)". Aimablement communiqué par Jean-Charles Lascaux, aujourd’hui décédé.

5  Les rapports d’inspection mettent en cause des négligences dans la scolarité des enfants, de longues journées de travail leur sont imposées.

6  Procès dans lesquels sont mises en cause les œuvres d’Orgeville et de Fontgombaud (Indre), toutes les deux propriétés de la famille Bonjean

7  A.D. Eure 5Y2 : visite d’un inspecteur le 14 avril 1881. Il critique le mélange avec des jeunes filles non délinquantes, le défaut d’enseignement professionnel : la principale activité des filles est alors le cannage des chaises.

8  A.D. de l’Eure, 5Y3. Après avoir été engagé comme instituteur à la colonie d’Orgeville, il a été surveillant à la colonie des Douaires, gardien à la petite Roquette (célèbre prison pour jeunes détenus installée à Paris).

9  C’était Françoise qui avait fondé l’asile Saint Charles pour très jeunes enfants. Par la suite, elle prit ses distances avec l’activité philanthropique de son père, pour créer ses propres œuvres (à Poissy, à Tours...). L’institut séculier qu’elle fonde devient en 1914, la congrégation des sœurs réparatrices du Sacré-Cœur et fournit le personnel de ses fondations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Quincy-Lefebvre, « La colonie pénitentiaire d’Orgeville », Criminocorpus [En ligne], Justice des mineurs, mis en ligne le 21 juin 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/1880

Haut de page

Auteur

Pascale Quincy-Lefebvre

Maître de conférences en histoire contemporaine (université d'Angers).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page