Navigation – Plan du site
4. L’anthropologie criminelle en Europe

L'homme criminel de Cesare Lombroso : entre science et littérature

Lucia Rodler
Traduction(s) :
L'Uomo delinquente di Cesare Lombroso: tra scienza e letteratura

Résumé

Cet article traite du rapport entre Cesare Lombroso et la littérature en s’appuyant notamment sur l’analyse de la première édition de L’homme criminel (1876). L'article cherche à préciser la structure de L’homme criminel, la rhétorique de la description physiognomonique (fondée sur l'hypotypose et non pas sur l'hyperbole) et la bibliothèque des livres conseillés (Dante et Manzoni en premier lieu, relus avec succès même par la critique littéraire de la fin du XIXe siècle italien) et celle des livres interdits (parmi lesquels sont compris Ovide, Petrone, Apulée, la littérature picaresque, le roman français du XIXe siècle).

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cf. Bloom (Harold), The Western Canon. The Books and the School of the Ages, New York, Harcourt Br (...)
  • 2  Lombroso (Cesare), Criminal Man, Gibson (Mary), Hahn Rafter (Nicole)(dir.), Durham and London, Duk (...)
  • 3  Cf les contributions rassemblées in Mucchielli (Laurent) (dir.), Histoire de la criminologie franç (...)
  • 4  Cabanès (Jean-Louis), « Nordau lecteur de Lombroso : une filiation encombrante », in Marquer (Bert (...)
  • 5  Frigessi (Delia), Giacanelli (Ferruccio), Mangoni (Luisa) (dir.), Cesare Lombroso, Delitto, genio, (...)
  • 6  Montaldo (Silvano), Tappero (Paolo) (dir.), Cesare Lombroso cento anni dopo, Torino, UTET, 2009 ; (...)
  • 7  Rondini (Andrea), Cose da pazzi. Cesare Lombroso e la letteratura, Pisa-Roma, IEPI, 2001 ; Rondini (...)
  • 8  Frigessi (Delia), « Scienza e letteratura : Cesare Lombroso e alcuni scrittori di fine secolo », i (...)
  • 9  Gaudio (Alessandro), Lavorare con gli attrezzi del vicino. La fisiognomica scientifica al vaglio d (...)
  • 10  Gibson (Mary), « La criminologia prima e dopo Lombroso », in Montaldo (Silvano) (dir.), Cesare Lom (...)

1 
Au cours des dernières années du XXe siècle, le critique littéraire Harold Bloom a proposé une nouvelle approche du concept de « canon » alors que les hommes de lettres italiens renouvelaient l’étude des textes classiques de la tradition nationale. Comme le suggérait en 1981 Italo Calvino, le statut de « classiques » est réservé aux ouvrages qui exercent une influente particulière, lorsqu’ils s'imposent en tant qu'œuvres inoubliables, « lorsqu'ils se cachent dans les replis de la mémoire en se camouflant en inconscient collectif ou individuel1 ». Selon Calvino, un texte influent peut échapper aux normes de la culture officielle jusqu'au moment où, lu avec une attention renouvelée, il entre à juste titre dans un canon évoluant au fil du temps. Il semble que cela soit arrivé à Cesare Lombroso, qui a été redécouvert surtout au cours des dix dernières années en Italie, ainsi qu’à l’étranger. Mary Gibson et Nicole Hahn Rafter ont ainsi proposé une synthèse des cinq exemplaires de L’homme criminel (en anglais) et une réédition de La femme criminelle (disponible même en italien)2. En France, l’oeuvre de Lombroso a été remplacée dans le contexte de l’anthropologie savante et de la criminologie naissante3. Jean-Louis Cabanès a analysé le caractère rhétorique du positivisme lombrosien, tout en précisant son importance dans le domaine de l'anthropologie et de la culture littéraire européenne de la fin du XIXe et du début du XXe siècle4. De même, en Italie, où a dominé pendant plusieurs dizaines d'années le jugement négatif de Benedetto Croce sur le positivisme, plusieurs initiatives doivent être signalées ; parmi les plus importantes, on compte un recueil thématique des écrits lombrosiens, entrepris au milieu du siècle dernier par Delia Frigessi, Ferruccio Giacanelli, Luisa Mangoni5, mais également les études récentes sur le rôle international du savant italien, proposées par Silvano Montaldo, qui dirige le Musée d'anthropologie criminelle « Cesare Lombroso » de Turin6. Parallèlement, la réception des principales oeuvres de Lombroso – L'homme criminel et L'homme de génie – a fait l’objet d’études. Lors du colloque qui a eu lieu à l'Université de Gênes en septembre 2004, Andrea Rondini a proposé une réflexion sur la notion lombrosienne d’homme de génie et sa réutilisation créative chez De Amicis, Dossi, Pirandello, Gadda, Arbasino et Cavazzoni7 ; Delia Frigessi a travaillé surtout sur la réception des œuvres de maturité de Lombroso (chez Dossi, Capuana, Scarfoglio) ; Colette Becker a précisé les liens entre Lombroso et Zola ; Jacques Noiray a suivi le débat au sujet de Lombroso dans la « Revue des Deux Mondes » (le comte d'Haussonville, Brunetière, Desjardins, Tarde)8. Alessandro Gaudio a analysé la distance entre les théories physiognomoniques du XIXe siècle et les personnages présentés dans les romans (chez Hugo, Stevenson, Musil, Zola, Campanile)9. Comme l'a récemment rappelé Mary Gibson10, il reste encore beaucoup de travail à faire pour comprendre le rapport complexe que Lombroso a entretenu avec la littérature. Nous nous proposons de contribuer ici à cette démarche, en mettant au jour les éléments littéraire de la rhétorique de L’homme criminel.

2Rappelons brièvement que Lombroso rédige L'homme criminel pour décrire la réalité du nouvel État italien, dont la population comprend des individus aux corps déformés et aux comportements déviants. Voici, par exemple, le portrait d'un voleur : crâne petit, front fuyant, yeux mobiles, souvent gris bleutés, sourcils touffus et rapprochés, nez important, barbe et cheveux rares, oreilles décollées ; petite taille, silhouette mince et nerveuse avec la poitrine et les bras marqués de tatouages et de cicatrices ; le voleur est faiblement musclé ; il est inadapté aux travaux prolongés ; son insensibilité à la douleur lui permet de supporter toutes sortes de tortures. Vaniteux, habillé avec soin (surtout le gilet et la cravate) ; menteur et fanfaron, il se vante de crimes plus nombreux et plus atroces qu'il n'en accomplit dans la réalité, en se confiant avec superficialité au premier venu ; ignorant et incapable de rester seul ; alcoolique, joueur, glouton (pâtes, viande, fruits, gâteaux) ; habitué des bistrots et des maisons de prostitution, où il dépense le produit de ses vols ; récidiviste et convaincu d'agir en faveur de la justice en privant de leurs biens ceux qui en possèdent trop ; actif surtout en hiver lorsque la faim, le froid, la misère se font sentir ; il compte souvent un bohémien parmi ses ancêtres ; il a été élevé dans la rue, à partir de trois ans, quand il se déclarait orphelin et demandait l'aumône ; il est destiné au brigandage, à la camorra ou à la mafia.

  • 11  Pour connaître les vicissitudes de Lombroso cf. Frigessi (Delia), Cesare Lombroso, Torino, Einaudi (...)
  • 12  Ces auteurs sont mentionnés par Lombroso (Cesare), Osservazioni sul mondo esterno e sull’io. Diari (...)

3Ce type de voleur pourrait être un personnage de roman, mais Lombroso souligne avec insistance la nature scientifique du texte, fondé sur l’analyse d'un certain nombre d'individus (rencontrés à partir des années 1860, lorsqu'il était médecin militaire dans le sud de l'Italie11) et non pas sur des typologies abstraites ou très générales (semblables à celles des personnages littéraires). Son texte entend produire un effet d'évidence et non d'exagération, suivant une distinction élaborée par Lombroso au cours de sa jeunesse à la lecture des classiques grecs, latins (Hérodote, Cicéron, Lucrèce, Horace, Virgile, Ovide, Plutarque, Tacite, Suétone, Dion Cassius), italiens et européens (Dante, Pétrarque, Boccace, Machiavel, Arioste, Cardan, Tasse, Vigo, Goethe, Schiller, Foscolo, Leopardi, Pellico, Dumas)12.

  • 13  Cf. Ginzburg (Carlo), Spie. Radici di un paradigma indiziario, dans son Miti, emblemi, spie. Morfo (...)

4Le style de la recherche de Lombroso est marqué par sa formation humaniste. Lombroso a appris, très jeune, de son ami Paolo Marzolo à raisonner en remontant dans le temps à la recherche des éléments archaïques, selon la méthode indiciaire, analysée par Carlo Ginsburg à propos de la physiognomonie 13, que Marzolo applique à la linguistique et que Lombroso étend à l'anthropologie. Dès l'âge de 15 ans, Lombroso faisait l'éloge de la méthode de Marzolo, en produisant sur le « Collettore dell'Adige » le compte-rendu de la première partie des Monuments historiques révélés par l'analyse de la parole (1847) :

  • 14  Lombroso (Cesare), Filologia, Il collettore dell’Adige, 1851, n° 1, p. 402 (la traduction du texte (...)

 « Ayant trouvé le type idéal de chaque langue, indiqué par l'âme divinatrice de Vico à la postérité incrédule, les vocables de toutes les langues anciennes et modernes devenaient pour lui les médailles par lesquelles un géologue classe les minéraux, un numismate les monnaies, qui lui offraient en vain l'histoire universelle et psychologique de l'homme ; une oeuvre merveilleuse, où il nous révéle les mystères de l'écriture ancienne, avec ceux de la parole... Lorsque manquent les traditions écrites et orales et qu'au cours des siècles d'obscurité n'apparaît aucun vestige des oeuvres, il découvre des monuments lumineux dans les cris éphémères que les premiers sauvages émettaient à travers les forêts14. »

  • 15  Lombroso (Cesare), L’uomo bianco e l’uomo di colore. Letture sull’origine e le varietà delle razze (...)
  • 16  Gibson (Mary), Nati per il crimine. Cesare Lombroso e le origini della criminalità biologica, trad (...)

5La référence à Giambattista Vico est importante car elle suggère que la compréhension de l'homme doit partir de ses origines, des cris primitifs des sauvages, afin de pouvoir rechercher, par la suite, dans la parole et dans l'écriture, les traces de l'histoire de l'homme en transformation. Le mérite de Marzolo serait d'être le premier à avoir classé les modes d'expression caractéristiques dans chaque phase de leur évolution, dans les années où même la linguistique germanique soutenait la correspondance entre les typologies de la grammaire et de la syntaxe et les différences culturelles entre les différents peuples. C'est pourquoi Marzolo est présenté dans la dédicace de la première édition de L'homme blanc et l'homme de couleur. Lectures sur l'origine et la variété des races humaines (1871) comme le « Darwin de l'anthropologie italienne »15 : pour Lombroso le savant anglais dont il lit les oeuvres à l'avance sur les traductions italiennes - On the origin of species (1859) et The descent of man (1871) – et le linguiste italien partageraient la même tendance à vouloir classifier les vivants selon leurs typologies, sur une échelle continue qui place les hommes primitifs (la langue isolante et l'écriture hyéroglyphique) à une extrémité et les blancs (la langue synthétique et l'écriture alphabétique) à l’autre extrémité. Par cette méthode de simplification linéaire, Lombroso s'intéresse à l'histoire (à son origine et son évolution) et à la géographie (variétés) des populations, en tenant un certain nombre de conférences à l’Université de Pavie (1865) qu'il perfectionne dans le volume qui a été rappelé plus haut. Ce fait est important pour trois raisons au moins : tout d'abord parce qu'il permet de reconstruire la bibliothèque du jeune savant italien qui lit, outre Marzolo et le linguiste Isaia Graziadio Ascoli (une source importante même dans le domaine des études sur le jargon criminel de L’homme criminel), Pre-historic Times (1865) du biologiste darwinien John Lubbock, mais également les nombreux ouvrages polygénistes de Paul-Pierre Broca et encore la Psychologie naturelle (1868) du médecin français Prosper Despine et les considérations linguistiques et anthropologiques proposées par Friedrich Müller dans son Reise der österreichischen Fregatte Novara (1867-68). Sur la base de ces informations (et d'autres encore obtenues à travers les revues spécialisées de son temps (Bulletins et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, The Anthropological Review, Memoirs of the Anthropological Society of London, Journal of the Ethnological Society), Lombroso décrit l'homme de couleur – en particulier celui dont la peau présente une couleur « sombre » – de la façon suivante : chevelure frisée et laineuse, résolument abondante ; squelette simiesque (surtout les mains et les pieds) ; cerveau peu développé ; dents formant un angle ; sang qui se coagule rapidement ; odeur particulière ; il est immunisé contre la fièvre jaune ; précoce dans son développement seulement jusqu'à la puberté, âge où il devient adulte, tout en restant à un état enfantin. Quant au comportement, l'homme noir concentre en soi selon Lombroso les tendances négatives parmi lesquelles dominent l'anthropophagie et la prostitution (s'il s'agit d'une femme), tout en devenant un primitif par antonomase : superstitieux et fétichiste, insensible à la douleur et instable du point de vue émotif, il orne son corps de bagues et de tatouages, il est cruel envers les enfants, les femmes, les vieillards et les malades, il aime le vin plus que sa famille, il défend sa tribu par des armes en pierre, il habite dans des grottes ou des cabanes.
Pour souligner l'évidence immédiate de sa description, Lombroso met l’accent sur des similitudes évolutionnistes : l’adulte noir est comme un enfant blanc ou comme un adulte arriéré, c'est-à-dire comme un idiot qui s'exprime d'une façon simple et concrète ; il est également comme un singe, animal cosmopolite que l'on trouve partout depuis très longtemps16.

  • 17  Frigessi (Delia), « La scienza della devianza », in Frigessi (Delia), Giacanelli (Ferruccio), Mang (...)

6C'est en élaborant de telles images que Lombroso formule son hypothèse atavique (voilà une autre raison pour dire que L'homme blanc et l'homme de couleur est un texte important) : un certain type d'homme manifeste des caractères somatiques et comportementaux primitifs qui appartiennent à un stade de développement arriéré par rapport au stade actuel. Une étude morphologique précise de la population apparaît donc d'une grande importance pour définir son degré d'évolution : mesures du crâne, d'après la tradition physiognomonique et craniométrique (cf. Peter Camper et Franz Joseph Gall), mesures du corps fixées au XIXe siècle par l'anthropologue français Paul Broca, le langage (dans la tradition de Vico et Marzolo), la sensibilité physique et morale et le comportement montrent que les êtres vivants sont en transformation continuelle. Contrairement à Darwin, Lombroso souligne la linéarité de l'évolution : d'une part il décrit les régressions, c'est-à-dire les cas d’arrêt du développement physique et psychique qu'il définit comme ataviques ; de l'autre, il observe les métamorphoses positives relatives aux juifs et aux américains à peau blanche. L'attention se fixe sur les stades ancestraux qui sont interprétés sur la base de la récapitulation, une théorie définie au cours de ces années par le biologiste allemand Ernst Haeckel qui affirmait que l'ontogenèse (le développement de l'individu) reproduit les phases de la phylogenèse (le développement des espèces) 17. Lombroso écrit :

  • 18  Lombroso (Cesare), L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 52, 213-4.

 « Chaque peuple, même le plus grand, avant d'arriver au sommet de la civilisation, a parcouru plus ou moins lentement les différents stades où se sont arrêtés, l'un après l'autre, les peuples inférieurs ; il en a partagé les erreurs, les préjugés, le langage, les formes : de la même façon le pachyderme gigantesque qui fait trembler la terre sous le poids de ses membres, a imité, à un moment donné de sa vie fœtale, le plus humble des reptiles et des mollusques.
Dans l'homme moral, ainsi que dans son anatomie, les analogies et les gradations existent de façon suffisante pour nous faire comprendre l'unité du type, mais elles sont assez variées et nous font voir qu'elles ne dérivent pas toujours d'une origine matérielle, historique, mais d'un développement analogue successif : les races se ressemblent les unes aux autres dans le temps et dans l'espace, comme dans l'embryologie le fœtus humain ressemble au mammifère infernal, et ce dernier au poisson et au mollusque18. »

7Tout en étant différents entre eux, les êtres vivants partagent ainsi un « parcours » identique, un « développement » qui se déroule dans l'espace et le temps avec des arrêts et des progressions. Cela vaut également pour la catégorie des blancs qui semblent être restés en arrière par rapport à leurs semblables et que Lombroso a rencontrés dans les prisons et dans certaines vallées étroites et arriérées de l'Italie :

 « Et puis nous devons comparer le pauvre orang-outan non pas avec l'homme blanc dans toute la grandeur de sa civilisation, mais plutôt avec les races qui, tout en étant humaines, montrent par leur infériorité qu'elles sont proches du type primitif, qui nous est révélé en partie par les crânes et les instruments de l'âge de la pierre. Prenons l'exemple du nègre bechouan et austral... et si nous voulons enfin trouver quelques points de contact entre la brute et l'homme blanc, il faut que nous allions dans les prisons. »

8 Et quelques pages plus loin :

  • 19  Ibidem, p. 166 et p. 171-2.

 « L'homme primitif devait ressembler au nègre ; et s'il est vrai que les espèces zoologiques supérieures se forment à la suite du perfectionnement des races inférieures, du nègre ont dû dériver le jaune et le blanc. Une preuve indirecte de ces origines-là et des transformations successives pourrait nous être donnée en remarquant que le type nègre et mongolien se reproduisent spontanément chez certains individus de race blanche. Dans les prisons il est fréquent de trouver le type mongolien aux yeux obliques, les pommettes saillantes, peu de barbe, le front fuyant, d' énormes sinus frontaux, le coloris jaune ou terreux des mongoliens... nombreux aliénés, lorsque surgit ou s'aggrave leur triste infirmité, deviennent plus foncés et leur peau plus bronzée ; d'ailleurs j'ai vu dans nos vallées des idiots qui, d'après la longueur de leur crâne, la saillie de leur museau, la grosseur de leurs lèvres et même le bronzage de leur peau, semblaient des nègres blanchis de façon maladroite19. »

  • 20  Lombroso (Gina), Cesare Lombroso, op. cit., p. 130.
  • 21  Au sujet de l’analyse du crâne de Villella cf. Guarnieri (Luigi), L’atlante criminale. Vita scrite (...)
  • 22  Ce sont là les sources citées le plus souvent dans L’homme criminel (1876).

9Chez les délinquants, les aliénés et les idiots, la régression est donc un phénomène « spontané », qui peut même « s'aggraver ». Sur la base d'une telle expérience, Lombroso formule l'hypothèse d'une connexion entre atavisme et délinquance. L'anomalie physique, qui rapproche l'homme du sauvage et du primitif, apparaît alors comme la cause du comportement déviant. La fille de Lombroso, Gina, témoigne de la pensée de son père en affirmant que les recherches accomplies au sujet de L'homme blanc et l'homme de couleur « lui ont suggéré – le 1er janvier 1870 – l'idée de faire une comparaison entre les délinquants, les aliénés, les sauvages et les hommes préhistoriques. Ce qui lui a fourni immédiatement des résultats inespérés20 ». Lombroso aussi souligne l'importance de cette année : en effet c'est en décembre 1870 qu'il trouve une série d'anomalies, parmi lesquelles une fossette occipitale semblable à celle des vertébrés inférieurs, dans le crâne d'un brigand calabrais, un certain Villella, mort depuis un certain nombre d'années21. Et lorsqu'en décembre 1871, Lombroso devient le directeur de l'asile d'aliénés de Pesaro, il cherche de nouvelles preuves de son hypothèse sur la déviance atavique : d'un côté existe l'homme « normal », qui est blanc, honnête, travailleur, de l'autre une humanité négative représentée par les civilisations archaïques, les aliénés et encore les délinquants et les prostituées, que Lombroso rencontre personnellement et examine grâce à de nouvelles lectures scientifiques et sociologiques : les statistiques (formulées par André-Michel Guerry, Angelo Messedaglia, Giorgio Curcio, Alexander von Oettingen), les comptes-rendus sur les prisons (proposés par Martino Beltrani Scalia), les enquêtes sur les modes de vie urbains (Antoine Frégier, Henry Mayhew, Alexandre-Jean-Baptiste Parent-Duchâtelet) et sur les habitudes régressives (le tatouage par exemple, présenté par Auguste Amboise Tardieu)22.

10Ainsi, au milieu des années soixante-dix, après avoir rassemblé expériences, lectures, contributions déjà publiées, surtout dans la « Revue des disciplines des prisons » et dans les « Comptes-rendus de l'Institut lombard des sciences et des lettres », Lombroso met au point son inventio atavique dans L’homme criminel analysé par rapport à l'anthropologie, la médecine légale et les disciplines relatives aux prisons : son oeuvre ne présente aucune hypothèse nouvelle du point de vue scientifique, mais « invente » dans le sens classique, c'est-à-dire produit une façon originale de présenter le phénomène de la régression, analysé de près. Lombroso a l'intention de procéder avec ordre : du corps au comportement, de l'individu au groupe, de l'observation aux stratégies nécessaires pour les soins. En outre il entend décrire un atavisme compréhensible à ceux qui vivent et agissent dans l'Italie de son époque, au risque de sacrifier la précision au profit de l'efficacité de la communication. D'ailleurs à propos de Marzolo, mais certainement en pensant à sa propre personne, Lombroso écrit que « tous les travaux des grands novateurs » sont pleins d'« erreurs » de détail :

  • 23  Lombroso (Cesare), L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 210.

 « Vico le prouve avec ses étymologies extravagantes ; Darwin avec ses renseignements erronés ; Christophe Colomb qui se croyait en Asie, même après avoir découvert le nouveau monde. Tous ces génies ne savent pas se contrôler dans l'accumulation, en faveur de leurs découvertes, de tous les faits qui leur tombent sous les yeux, même les moins sûrs ; mais qui ne cessent pas pour autant d'être vrais : Cellini, de peur que son Persée ne fonde, y introduisit toutes les assiettes et les bols de sa cuisine ; et cela n'empêche pas au Persée, malgré ce mélange ignoble et impétueux, d'être un chef-d'oeuvre23. »

  • 24  Cabanès (Jean-Louis), « Nordau lecteur de Lombroso : une filiation encombrante », in Marquer (Bert (...)

11Dans cette sorte de déclaration précoce de sa poétique, tirée de L'homme blanc et l'homme de couleur et définie comme « une explosion du coeur », Lombroso précise que l'accumulation et la cohérence, même si elles sont forcées (lorsque les faits moins sûrs sont pris en considération) caractérisent les oeuvres des génies (rappelons encore Marzolo, Vico et Darwin, mais aussi l'explorateur Christophe Colomb et l'artiste et homme de lettres Benvenuto Cellini) et deviennent les principes d'une anthropologie de la « découverte » où « tout se tient » de façon convaincante. De nos jours, Jean-Louis Cabanès rappelle que c'est là une limite du système lombrosien24 ; c'est peut-être là aussi une des raisons de son succès : Lombroso a vraiment découvert une humanité marginale, qu'il a essayé de décrire avec une clarté d'ensemble et de détail inédite pour son époque.

  • 25  Lombroso (Cesare), L’uomo delinquente, op. cit., p. 101.
  • 26  Ibid., p. 44.
  • 27  Ibid., p. 78.
  • 28  Cf. Lombroso (Gina), Cesare Lombroso, op. cit., p. 432-3.
  • 29  Lombroso (Cesare), L’uomo delinquente, op. cit., p. 89.
  • 30  Voir Rodler (Lucia), Leggere il corpo. Dalla fisiognomica alle neuroscienze, Bologna, Archetipolib (...)

12Il est maintenant nécessaire de vérifier ce qui a été dit, en cherchant à comprendre l'ordre d'ensemble (la dispositio) et le style descriptif (elocutio) du premier texte célèbre de Lombroso, c'est-à-dire de la première édition de L’homme criminel. L’ouvrage se compose de 14 chapitres, mais on ne considérera ici que les neufs premiers, en soulignant justement leur ordre et leur cohérence. Les chapitres I, II, III, décrivent le corps (crâne, corps, tatouage) en renouvelant la tradition physiognomonique de la description psychosomatique au moins sous quatre points de vue :
a) la statistique anthropométrique (Lombroso affirme ce qui suit : « une inévitable nécessité scientifique m'a obligé à m'exprimer par un gaspillagede chiffres arides25 ») ;
b) une casuistique régionale (due à son expérience en tant que médecin militaire en Calabre, mais également à ses enquêtes, menées en plusieurs régions « Piémont, Lombardie, région de Naples, Sicile, Sardaigne, Gênes, Vénétie, Rome, Toscane, Ombrie, Émilie26 ») ;
c) un regard attentif posé sur chaque corps (« une analyse sur chaque délinquant dont les mesures sont comparées – où cela est possible – à celles qu'il a pu recueillir dans les hôpitaux psychiatriques régionaux et chez les sujets en bonne santé27 »).
Tout cela confirme ce qui a été dit plus haut : l'homme criminel n'est pas un type, mais un individu, en accord avec la tradition physiognomonique postérieure à Lavater. Gina Lombroso nous dit que son père aimait observer les individus, toujours et partout ; les données qu'il rassemblait lui révélaient tout à coup une idée (l'atavisme par exemple) ; puis, sur la base de l'hypothèse en question, Lombroso observait d'autres individus, à la recherche des preuves, des arrangements, rarement des démentis28. Enfin, comme on peut le lire dans L'homme criminel, Lombroso fixait certaines typologies de la déviance qui, ayant puisé leur origine dans le réel, se révélaient très différentes des descriptions physiognomoniques proposées par les « mauvais romanciers » (une catégorie littéraire qui revient plusieurs fois dans le texte) : chez Lombroso les voleurs, agresseurs, homosexuels, auteurs d’homicides, incendiaires, faux-monnayeurs, sont décrits avec beaucoup de relief (par hypotypose du point de vue technique), en les rapprochant de certains bustes ou statues, mais sans exagération (ou hyperbole), ainsi que l'indique sa référence constante à l'objectivité des mesures : « l'anthropologie exige des chiffres et non pas des descriptions isolées, générales ; surtout lorsqu'elle doit s'appliquer à la médecine légale29 ».
d) la quatrième nouveauté par rapport à la tradition physiognomonique est justement son application juridique : c’est-à-dire, du point de vue de la rhétorique, l'actio textuelle (à laquelle Lombroso consacre les 2 derniers chapitres – XIII et XIV –, à propos desquels nous avons souligné la nouvelle fonction sociale d'une physiognomonie qui enseigne aux médecins, juristes et hommes politiques à observer le réel)30.

  • 31  Voir Foucault (Michel), Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, et Foucault (Michel), « La vi (...)
  • 32  Lombroso (Cesare), L’uomo delinquente, op. cit., p. 127, 134, 142, 174.
  • 33  Voir Sue (Eugène), Les mystères de Paris, Paris, Administration de librairie, 1851, II, p. 197 : d (...)
  • 34  Lombroso (Cesare), L’uomo delinquente, op. cit., p. 162, 288 (pour la citation successive). Lombro (...)

13Les trois chapitres suivants (IV, V, VI) concernent le comportement des délinquants, analysés dans des situations juridiques exemplaires, parfois rencontrés personnellement, ou connus à travers les récits des médecins ou des gardiens de prisons, que Lombroso écoute parler bien avant Michel Foucault31. Lombroso procède « par adjonction », puisqu'il veut confirmer l'hypothèse d'insensibilité à la douleur physique et morale d'une catégorie d'individus « impétueux » comme des enfants. Cependant là aussi, Lombroso entend distinguer son propos des exagérations des « mauvais romanciers » et des « charlatans » ignorants (insistons à nouveau sur la référence littéraire) qui s'imaginent le délinquant comme un être totalement dépourvu de sentiments et de religiosité, mais capable de se repentir. Il préfère affirmer le contraire, c'est-à-dire que les sentiments et les passions (comme l'orgueil, la vanité, la vengeance) prennent toujours chez le délinquant « un ton morbide, excessif et instable », tout en confirmant « plusieurs traits de férocité, communs aux peuples anciens et sauvages, mais rares et monstrueux chez nous » (il s'agit donc de l'atavisme)32. Cela apparaît avec évidence lorsqu'il s'agit de passions partagées – « l'alcoolisme, le jeu, la gourmandise, le bal, la luxure » – considérées en tant que métonymies d'une « vie de débauche, bruyante, bagarreuse et sensuelle, toujours impétueuse et violente, pour la réalisation de laquelle toute prévoyance, toute attention sur le futur sont supprimées ». « Sales » dans le corps et le comportement, ces individus-là ne sont pas capables de se repentir, même lorsqu'ils comprennent qu'ils agissent mal – c'est la situation des prostituées, qui refusent de lire les « livres obscènes » et des prisonniers qui détestent les « récits d'actions injustes ou infâmes » (la référence concerne ici Les mystères de Paris d'Eugène Sue33) ; ou encore lorsqu'ils éprouvent de la honte, mais restent récidivistes par habitude, si bien qu'il est impossible « d'obtenir une amélioration du coupable »34

14Pour avoir une idée du caractère narratif du style de Lombroso, il est utile de lire le témoignage ci-dessous qui appartient à un voleur alcoolique :

 « Je sais bien qu'on me présente comme un voleur expert, mais je ne suis qu'un voleur désespéré, auquel il manque le courage de se tuer. En 1861, j'ai commencé par escroquer, puis j'ai continué. Au fur et à mesure que ma condamnation augmentait, j'avais toujours plus de mal de trouver du travail. Alors j'ai commencé à boire et à me soûler. En buvant, je me sentais soulagé et je ne pensais plus à mes malheurs. Je marchais à l'aventure, en regardant à droite et à gauche, et lorsque quelque chose arrivait à ma portée, je m'en emparais sans précaution, car je voulais être arrêté. Et cela est arrivé. Autrement j'aurais continué à voler et je volerais encore, si j'étais libre. Tandis que j'accomplis un vol, j'éprouve en effet un grand plaisir, mais un plaisir qui s'en va vite pour être remplacé par une vive agitation. Je manque d'appétit, je ne dors plus, alors je commence à boire et me voilà prêt pour un autre vol. Je sens qu'en ce moment je serais incapable de quitter ce vice maudit ; je crois que si j'étais riche et si je buvais, en certaines occasions, plus qu'il n'est nécessaire, de toute façon je volerais ; dans ce cas-là cependant je restituerais à ma victime ce que je lui ai soustrait. Je crois désormais que la justice m'accorderait la grâce, en me laissant pour toujours dans la prison où je me trouve et en m'attribuant une occupation quelconque. N'ayant plus d'honneur, je me trouve mieux en prison qu'au milieu de la société. La nourriture qu'on m'offre est peu abondante, mais je la trouve très appétissante ; mes deux couvertures et mon sac de couchage en paille me permettent de dormir d'un sommeil tranquille ; j'aime la solitude ; mon coeur étant sourd aux sentiments, je ne désire que le repos. »

  • 35  Ibid., p. 193.

15Ce passage est intéressant parce qu'il montre – d'après les catégories lombrosiennes qu'on vient de rappeler – un individu (et non pas un type) qui ne travaille pas, qui vit à la journée, qui déclare son insensibilité (je n'ai plus d'honneur, mon coeur est sourd aux sentiments) et qui montre sa difficulté d'affronter le remords. Cet homme « désespéré » essaie d'exprimer une condition que Lombroso décrit avec mesure, sans en arriver à la caricature. Selon Lombroso ce genre d'écriture semble apte à développer une fonction utile pour orienter les comportements et apparaît comme contraire à la mode de son temps. Le fait est confirmé dans les trois chapitres suivants (VII,VIII,IX), où Lombroso aborde l'intelligence, l'instruction, l'argot et la littérature des criminels. Lombroso n'a aucun doute : le délinquant est moins intelligent que l'homme normal, ainsi que le prouvent son crâne aux dimensions réduites (1er chapitre), son absence d'envie de travailler – en d'autres termes sa paresse (caractéristique surtout chez les bohémiens et les prostituées), qui s'ajoute à une « grande superficialité et mobilité de l'esprit » (voir le témoignage du voleur vagabond). Concernant l'instruction, Lombroso soutient que l'analphabète n'est pas plus délinquant que celui qui sait lire et écrire comme le démontre l'effet délétère des « romans criminels », dont les délinquants sont « très avides ». En Angleterre, par exemple, un tiers d'entre eux a lu Jack Sheppard, c'est-à-dire les aventures d'un délinquant anglais du XVIIIe siècle, romancées par William Harrison Ainsworth, mais aussi le Calendrier de Newgate, une oeuvre populaire qui raconte la vie des prisonniers du bagne londonien, en déclarant que « de ces lectures-là leur venait leur première impulsion à une vie déréglée35 ».

  • 36  Voir Camporesi (Piero) (dir.), Il libro dei vagabondi, Milano, Garzanti, 2003.
  • 37  Lombroso (Cesare), L’uomo delinquente, op. cit., p. 213, 221.
  • 38  Ibid., p. 227.
  • 39  Ces romanciers commettent une erreur en héroïsant les délinquants (Vautrin chez Balzac, Valjean ch (...)
  • 40  Lombroso (Cesare), L’uomo delinquente, op. cit., p. 193, 259, 324. Dans la section consacrée à La (...)

16Nous abordons ici un aspect inattendu dans l'oeuvre qui fonde l'anthropologie criminelle italienne. Dans L'homme criminel, Lombroso réfléchit sur le rôle de la littérature qui, à son avis, oriente l'action, en se révélant utile ou nuisible, mais jamais exclusivement divertissante. En Italie une fonction négative est exercée par les livres obscènes d'Ovide, Pétrone et Apulée, par la tradition picaresque, à partir du Liber vagatorum au XVIe siècle jusqu'au Traité des Bianti au XVIIe siècle (analysés par Piero Camporesi36) et enfin par la littérature judiciaire contemporaine : ce sont là des textes très connus et par là très dangereux. Les délinquants, et en particulier les détenus, sont également des écrivains : durant leurs heures d'oisiveté, lorsque leurs passions sont « mal réprimées », certains se mettent à composer avec une « force et une éloquence extraordinaire », surtout sous forme poétique (qui correspond mieux « au bouillonnement de leurs passions ») et sur des sujets autobiographiques : vengeance, imprécations, mais également regrets, amours37. Il suffit de lire les recueils populaires préparés par Giuseppe Pitrè sur la Sicile et de Niccolò Tommaseo sur la Corse ou les Mémoires d’un criminel de Pierre-François Lacenaire et d'Eugène-François Vidocq. Lombroso introduit une nette frontière entre cette « littérature criminelle » (écrite et lue par les délinquants) et l'art véritable qui « de tout temps a aimé s'établir dans des espaces purs et sereins, d'autant plus quand les atmosphères environnantes le sont moins38 ». Le canon littéraire de Lombroso est incompatible avec une production que nous pouvons désigner comme réaliste, dans laquelle le savant rassemble de manière expéditive les romans français de Balzac, Hugo, Dumas père, Sue et Gaboriau 39. Pour Lombroso, les grands auteurs ont su prendre les distances du réel (dans l'édition considérée il signale Dante, cité plusieurs fois en tant que moraliste, Cervantès rappelé par son Don Quichotte et par une de ses Nouvelles exemplaires qui raconte les aventures de Rinconete et de Cortadillo, deux jeunes affiliés à une association proche de la camorra, et encore Manzoni, en particulier en ce qui concerne la description de l'orgueil du jeune Gervaso qui identifie les attitudes criminelles aux © preuves de virilité »40).

  • 41  Lombroso (Cesare), L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 67.

17Considérons maintenant l'elocutio, c'est-à-dire la manière dont Lombroso a écrit L'homme criminel. En règle générale, le langage du narrateur (Lombroso écrit à la première personne) est ordinaire, presque terne ; il procède par coordination, en employant des structures syntaxiques brèves et simples, en évitant – comme il dit dans Génie et folie – « les tropes de la rhétorique, dont se glorifie le pédant » qui « sont les expressions de la pauvreté et non de la richesse de l'intellect » et « qu'on trouve souvent dans le langage des idiots », selon la conception du philosophe italien Vico au sujet du primitivisme du langage figuré41. Son écriture dénote un choix lucide qui correspond à une logique rigoureuse qui procède par définitions et par descriptions ; les premières sont surtout somatiques et typologiques, les secondes comportementales et individuelles. Les définitions prévalent, c'est-à-dire la présentation des données physiognomoniques essentielles, nécessaires et suffisantes pour circonscrire un type prédominant, en le détachant du contexte d'où il provient. Il y a aussi les descriptions, c'est-à-dire les cas concrets, individuels, qui valent toutefois comme exemples généraux. Ainsi, la définition suivante – qui devient commune dans le discours anthropologique de l'époque où l'adjectif « commun » est dépourvu d'une valeur négative et signifie « général », « valable universellement » – concerne le stéréotype du voleur mentionné au début de l’article :

  • 42  Lombroso (Cesare), L’uomo delinquente, op. cit., p. 86.

« En général les voleurs possèdent une grande mobilité du visage et des mains ; l'œil petit, errant, mobile, souvent oblique ; les sourcils touffus et rapprochés ; le nez tordu ou camus, peu de barbe, une chevelure peu abondante, un front presque toujours fuyant. Les voleurs ainsi que ceux qui commettent des viols ont souvent les oreilles décollées, qui viennent s'ajouter à leur tête, presque comme une anse42. »

18Il s'agit là d'une synecdoque qui amène à une généralisation, en assumant presque la valeur d'une maxime. Remarquons également le choix des épithètes : les uns indiquent une quantité – petit, touffu, peu abondant ; les autres une caractéristique physique, la déformation – oblique, rapproché, tordu, camus ; d'autres encore, bien plus importants, soulignent une qualité morale, l'instabilité – errant, très mobile, fuyant. Le choix des épithètes est particulièrement important, parce qu'il souligne les critères de relief qui modèlent le discours : Lombroso accumule les éléments physiognomoniques – physiques et moraux – en soumettant au jugement du lecteur les identités d'une Europe instable et corrompue.
À côté des typologies physiognomoniques, il y a les existences malheureuses, les cas particuliers présentés pour soutenir la thèse de l'atavisme : ce sont des exemples faciles à reconnaître et à mémoriser pour le lecteur. Chaque histoire est présentée comme un comportement conforme à la vérité, qui présente en même temps une réalité scandée avec régularité, à partir d'une famille marquée par l'hérédité. On pourrait parler d'une description génétique, dans le sens étymologique du terme genus, qui signifie en même temps race, descendance, famille, en définitive d'un type :

  • 43  Ibid., p. 348.

 « Chrétien avait deux enfants : le premier, Pierre, était mort en prison, après avoir commis un meurtre ; l'autre, Thomas, était le père de trois enfants, tous les trois condamnés pour meurtre. Chacun d'eux eut une mauvaise progéniture. Le premier devint l'oncle du tristement célèbre Lemaire ; le troisième eut sept enfants qui se vouèrent au vol et au brigandage. Ils étaient nés du mariage avec une certaine Toure, dont les parents étaient des brigands43. »

19Dans ces cas-là, les noms sont mentionnés (et dans son édition de 1878 Lombroso ajoute également l'arbre généalogique de cette famille malheureuse), mais souvent il n'est pas important d'identifier les délinquants en tant que personnes en chair et en os, car ils valent en tant que synecdoque. On pourrait s’étonner ici que Lombroso utilise la forme persuasive de l'exemplum magister vitae qui transforme le temps linéaire en temps circulaire. Mais pour Lombroso – comme nous l’avons déjà signalé – l'ontogénie répète la philogénie et les exemples servent aussi pour affirmer l'inertie de l'histoire et, en fin de compte, l'hérédité des types physiognomoniques. Voici par exemple deux modèles de voleurs, le premier génial, le second affecté d'une manie compulsive :

  • 44  Ibid., p. 186-187. Selon la médecine de l’époque un métal appliqué sur la front ou sur le dos d’un (...)

 « Iossas méditait ses entreprises pendant de longues années, en prenant les empreintes des serrures par des expédients surprenants. Par exemple, il persuade un caissier, qui ne s'est jamais laissé convaincre de lui montrer sa clé, de faire une promenade avec lui à la campagne. À mi-chemin, ils rencontrent sur la route une femme enceinte [qui est la complice de Iossas], mourante à cause d'une grave hémorragie du nez, qui demande qu'on l'aide. Il faut une clé. Chacun offre la sienne et, comme les autres, le caissier applique la sienne sur les épaules de la malade, sur le dos de laquelle avait été appliquée de la pâte à modeler ; ainsi, quelques jours plus tard, le caissier fut la victime d'un vol44.

  • 45  Ibid., p. 291.

Fitz-Gerard, le secrétaire de Lord Peel, dès son jeune âge, aimait les livres rares, tout en évitant de se montrer ridicule ; il le devint à la suite des malheurs qui lui furent provoqués par sa femme : "Je ne trouvai aucune explication de ce qui m'arriva. C'était une volonté plus forte que la mienne ; je voulais des livres, j'en achetais, j'en voulais encore ; 12, 20, 30 volumes en un seul jour ne suffisaient pas à me satisfaire ; qu'ils eussent ou non une valeur, cela n'avait aucune importance. Rentré chez moi, après les avoir rangés, je ne pensais qu'à en reprendre d'autres et j'en achetais pour un montant de 12 mille livres sterling". Mais il en vola plusieurs à un libraire de Londres, et fut condamné à deux ans d'emprisonnement45. »

20Dans le premier cas la description concerne les circonstances « extraordinaires » conçues par un « inventeur du mal » qui ressemble au protagoniste d'une nouvelle ; dans le second cas la description a un caractère plus psychologique, presque romanesque ; pour les deux, à notre avis, on peut parler d'hypotypose, c'est-à-dire de portraits vivants, mais pas d'hyperbole dans le sens d'une caricature. À côté de ces exemples, Lombroso énumère d'autres cas, même sans les approfondir, en procédant par adjonction, comme s'il voulait frapper l'imaginaire du lecteur par la quantité, outre la qualité de ses arguments (le portrait du faux-monnayeur ainsi que celui du bookalcholic se trouvent dans une liste de cas similaires plus ou moins détaillés).

21On le voit à travers ces exemples, l’oeuvre anthropologique de Lombroso est aussi une oeuvre littéraire, qui accorde de l'attention aux qualités surtout logiques du message. Le narrateur Lombroso expose une théorie du crime marquée par l'atavisme, en définissant et en décrivant un ensemble d'individus, qui sont également des types (selon la tradition de la physiognomonie post-lavatérienne). Son langage est simple mais non dépourvu de rigueur, fondé sur les exemples et les lieux communs. Son but est de contribuer à la formation d'une identité italienne saine dans le corps et l'esprit. Il s’agit donc d’un objectif social, qui donne un sens nouveau à la pensée physiognomonique. Pour ce faire, Lombroso s'occupe également d'éducation pour ainsi dire humaniste, c'est-à-dire d'argot, de littérature, de tatouage en tant qu'écriture et même de la bibliothèque du délinquant, de sa mémoire culturelle, envers laquelle Lombroso exprime à plusieurs reprises sa désapprobation.

  • 46  Ibid., p. 388.
  • 47  Ibid., p. 84, 212, 226.

22En parlant de mémoire, rappelons pour conclure que Lombroso soutient une éducation poursuivie « par l'action plutôt que par la parole, par une morale appliquée, plutôt que par la doctrine théorique46 ». C'est pourquoi il refuse la littérature qui décrit un type abstrait de délinquant, à travers une hyperbole qui le transforme en un héros. Ceux qu'il définit comme de mauvais romanciers imaginent « des hommes à l'aspect effrayant, barbus jusqu'aux yeux, le regard étincelant et féroce, le nez aquilin », complètement dépourvus de « sentiments », entourés du « triste miasme du bagne et de la prostitution ». C'est ce que nous proposent les romans français de Balzac, Hugo, Dumas, Sue et Gaboriau. Ces « idées erronées » plaisent cependant aux délinquants qui sont excessifs à leur tour, soit en tant qu'écrivains, qu'en lecteurs « très avides » – comme nous l’avons déjà évoqué – de livres obscènes, de récits picaresques, d'almanachs populaires, de romans criminels et de chroniques judiciaires. « Il n'existe aucun procès, aucun grave délit, qui n'en fasse surgir d'autres exemplaires47 » observe Lombroso avec amertume, qui rejette ainsi ce type de littérature pour deux raisons au moins :
a) elle ne décrit pas, parce qu'elle reste distante d'une réalité qu'elle reproduit sous les formes les plus difformes, et par là même les plus abstraites ;
b) elle n'enseigne rien car, en exaltant des comportements excessifs, elle nuit à la morale instable – enfantine et mimétique – d'un bon nombre d'Italiens qui, tout en ne sachant pas lire, écoutent l'opinion des autres.
Lombroso déclare ainsi à ce sujet :

  • 48  Ibid., p. 161. Zola non plus, auquel Lombroso reconnaît « la sobriété de l’historien », ne réussit (...)

« Une lecture suivie des procès criminels et des journaux les persuade [les voleurs] qu'il y a des fripons même dans la haute société ; étant pauvres d'intelligence, les voleurs confondent la règle avec l'exception et en déduisent qu'un acte ne peut être considéré comme pervers si, lorsqu'il est commis par les riches, il n'est pas puni48 ».

  • 49  Lombroso (Cesare), L’uomo delinquente, op. cit., p. 194; voir Alighieri (Dante), Inferno, XXXI, 55 (...)

23Attentif au contenu des oeuvres littéraires, Lombroso trouve une preuve du danger que constituent les hyperboles narratives dans le comportement – déjà signalé – des prostituées qui évitent les livres obscènes et des forçats qui s'indignent du récit d'actions infâmes, parce qu'ils reconnaissent le mal, dont toutefois ils sont incapables de se repentir. Il semble donc que la nature l'emporte sur la culture, c'est-à-dire que l'atavisme a le dessus sur l'éducation. Naturellement cela correspond bien à la pensée de Lombroso, qui cite Dante à ce propos (avec Manzoni, Dante constitue une des autorités les plus appréciées en tant qu'écrivain non-hyperbolique, attentif aux nuances psychologiques des personnages) : « je vais donc m'appuyer ici sur l'opinion de Dante : là où l'arme de la raison s'ajoute à la volonté de faire du mal et à la force physique, personne ne peut porter remède (Enfer, XXXI)49 ».

  • 50  Ferri (Enrico), I delinquenti nell’arte, Genova, Libreria moderna, 1901, p. 9-10, 39, 69, 85, 104, (...)

24C'est contre une représentation hyperbolique de l'homme criminel que Lombroso compose son oeuvre, qui raconte la déviance avec l'évidence de l'hypotypose. Cette opération n'est pas facile et Lombroso lui-même se sert parfois du mécanisme figuratif de l'hyperbole qu'il critique lorsqu'il s'agit de la tradition. À la fin cependant sa recherche d'une mesure physiognomonique modèle une génération originale de critiques de la littérature italienne. Rappelons en seulement trois qui, naturellement, ne doivent pas être jugés à la lumière des compétences du XXIe siècle : le « psychologue criminaliste » Enrico Ferri (1856-1929), qui est l'auteur d'une étude sur les Délinquants dans l'art (1896), en particulier dans les romans et les drames de son siècle. Vingt ans après Lombroso, Ferri précise bien le rapport existant entre la littérature et l'anthropologie : la première fournit une « expression conventionnelle », par exemple à travers les personnages « de manière » d'Hugo et de Gaboriau, que l'anthropologie doit « corriger ». Zola également « surcharge les couleurs du vrai », même si ses oeuvres restent plus proportionnées et moins « extravagantes » que celles de ses prédécesseurs. À tel point que Jacques Lantier rappelle le « tristement célèbre » Vincenzo Verzeni, l'un des délinquants décrits par Lombroso. Parmi les exceptions il faut naturellement citer Manzoni, « un artiste pourvu d'une extraordinaire finesse psychologique » surtout en ce qui concerne les comportements collectifs, et Dante qui cependant s'occupe davantage des délits que des coupables50.

  • 51  Niceforo (Alfredo), Criminali e degenerati nell’“Inferno dantesco”, Torino, Baglione, 1897, p. 38.

25Et le destin de ces deux auteurs, que Lombroso aimait, continue avec succès chez les lombrosiens : Alfredo Niceforo (1876-1960) fait une analyse enthousiaste des Criminels et dégénérés dans l'« Enfer » dantesque, dans la conviction que Dante anticipe de façon géniale la théorie de Lombroso. C'est ainsi que Dante aurait présenté Francesca comme une délinquante par passion, douée toutefois d'un sens moral, très éloignée, même du point de vue physique, de Cléopâtre et de Sémiramis, toutes les deux « corrompues sous l'aspect organique dès leur enfance51 » ; Filippo Argenti, un épileptoïde violent et impulsif ; Vanni Fucci, le voleur atavique et bestial qui n'éprouve aucun remords. Dante aurait aperçu dans la bestiale compagnie des démons, une véritable association de délinquants ; enfin Nicolas III et Mastro Adamo seraient deux individus corrompus à cause du milieu où ils vivent.

  • 52  Leggiardi Laura (Cesare), Il delinquente nei “Promessi Sposi”, Torino, Bocca, 1899.
  • 53  Antonini (Giuseppe), I precursori di C. Lombroso, Torino, Bocca, 1900, p. 3, 78.
  • 54  Calvino (Italo), Perché leggere i classici, op. cit., p. 9.

26Une profonde intuition psychologique est également reconnue à Manzoni par le médecin lombrosien Cesare Leggiardi-Laura dans son étude sur Le délinquant des “Fiancés" (1899)52 : Griso et Don Rodrigo seraient des criminels-nés, l'Innominato un criminel à l'occasion, influencé par le milieu social, mais tourmenté par le remords ; le Père Christophe, un hypersensible, délinquant pas passion ; Azzeccagarbugli un escroc. Il existe aussi des couples criminels – le comte Attilio et Don Rodrigo ; Egidio et la Religieuse de Monza – et toute une foule délinquante et ignorante, déjà analysée par Scipio Sighele (1868-1913). Tout cela se produit sans aucune trace d'hyperbole, mais avec une évidence nuancée et détaillée, qui place cette littérature à la base des idées scientifiques : dans le texte I precursori di Lombroso (1900) le médecin Giuseppe Antonini précisait que la littérature perçoit par intuition, la physiognomonie définit, les sciences anthropologiques précisent et expliquent par la force des données objectives. D'un côté, c'est-à-dire à travers les mesures, les statistiques, les études médico-expérimentales sur l'atavisme, Lombroso allait conduire « dans le domaine des sciences » la physiognomonie aristotélicienne, delaportienne et lavatérienne, suivie au XIXe siècle de la phrénologie de Gall et de la psychiatrie française de Morel, toutes dépouvues de « bases scientifiques et de critères sûrs » ; d'un autre côté la nouvelle anthropologie lombrosienne allait finir par confirmer la physiognomonie de l'homme criminel, déjà décrite dans les « proverbes, les chants, les oeuvres anciennes53 » ; par exemple chez Shakespeare où Macbeth serait un délinquant-né, Hamlet un délinquant-fou, Otello un délinquant par passion (comme l'avait affirmé avant lui Enrico Ferri, un illustre disciple de Lombroso). Entre science et littérature il existe donc une collaboration réciproque. Il n'est pas étonnant que l'œuvre de l'anthropologue Lombroso soit considérée aujourd'hui comme un classique de la culture, c'est-à-dire, comme disait Calvino, un ensemble de textes « qu'on croit connaître par ouï dire, mais qui nous apparaissent nouveaux, inattendus, inédits à une lecture réelle54 ».

Haut de page

Bibliographie

Antonini (Giuseppe), I precursori di C. Lombroso, Torino, Bocca, 1900, 172 p.

Baima Bellone (Pierluigi), Cesare Lombroso e la scoperta dell’uomo delinquente, Torino, Priuli e Verlucca, 2009, 367 p.

Becker (Colette), « Zola et Lombroso. À propos de La bête humaine », in Marquer (Bertrand) (dir.), Cesare Lombroso e la fine del secolo : la verità dei corpi, Publif@rum, 2004, n° 2, p. 1-14. [En ligne]. URL : http://www.farum.it/publifarumv/n/01/becker.php.

Bloom (Harold), The Western Canon. The Books and the School of the Ages, New York, Harcourt Brace, 1994, 578 p.

Cabanès (Jean-Louis), « Nordau lecteur de Lombroso : une filiation encombrante », in Marquer (Bertrand) (dir.), Cesare Lombroso e la fine del secolo : la verità dei corpi, Publif@rum, 2004, n° 2, p. 1-16. [En ligne]. URL : http://www.farum.it/publifarumv/n/01/cabanes.php.

Calvino (Italo), Perché leggere i classici, Milano, Mondadori, coll. Oscar, 1995, p. 291.

Camporesi (Piero) (dir), Il libro dei vagabondi, Torino, Einaudi, 1973, 608 p. ; 2e éd., Torino, Einaudi, 1980, 608 p. ; 3e éd., Milano, Garzanti, 2003, 574 p.

Ferri (Enrico), I delinquenti nell’arte, Genova, Libreria editrice ligure, 1896, 186 p ; 3e éd., Genova, Libreria moderna, 1901, 186 p.

Frigessi (Delia), « La scienza della devianza », in Frigessi (Delia), Giacanelli (Ferruccio), Mangoni (Luisa) (dir.), Cesare Lombroso, Delitto, genio, follia. Scritti scelti, Torino, Bollati Boringhieri, 1995, p. 333-373.

- Cesare Lombroso, Torino, Einaudi, 2003, 426 p.

- « Scienza e letteratura : Cesare Lombroso e alcuni scrittori di fine secolo », in Marquer (Bertrand) (dir.), Cesare Lombroso e la fine del secolo : la verità dei corpi, Publif@rum, 2004, n° 2, p. 1-11. [En ligne]. URL : http://www.farum.it/publifarumv/n/01/frigessi.php.

Foucault (Michel), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, 318 p. ; trad. it., Sorvegliare e punire. Nascita della prigione, Milano, Einaudi, 1976, 340 p.

- « La vie des hommes infâmes », in Defert (Daniel), Ewald (François) (dir.), Michel Foucault, Dits et écrits, 3 : 1954-1988, Paris, Gallimard, 1994, 835 p.

Gaudio (Alessandro), Lavorare con gli attrezzi del vicino. La fisiognomica scientifica al vaglio della letteratura, Pisa, Edizioni ETS, 2011, 97 p.

Gibson (Mary), Born to Crime. Cesare Lombroso and the Origins of Biological Criminology, Westport, CT, London, Prager, 2002, 272 p., trad. it. Nati per il crimine. Cesare Lombroso e le origini della criminalità biologica, Milano, B. Mondadori, 2004, 389 p.

- « La criminologia prima e dopo Lombroso », in Montaldo (Silvano) (dir.), Cesare Lombroso. Gli scienziati e la nuova Italia, Bologna, il Mulino, 2011, p. 15-32.

Ginzburg (Carlo), Miti, emblemi, spie. Morfologia e storia, Torino, Einaudi, 1986, 251 p ; 2e éd., Torino, Einaudi, 1992, 251 p ; 3e éd., Torino, Einaudi, 2000, 251 p.

Guarnieri (Luigi), L’atlante criminale. Vita scriteriata di Cesare Lombroso, Milano, Mondadori, 2000, 273 p.

Leggiardi Laura (Cesare), Il delinquente nei “Promessi Sposi”, Torino, Bocca, 1899, 80 p.

Lombroso (Cesare), Filologia, Il collettore dell’Adige, 1851, n° 1, p. 402-404.

- L’uomo bianco e l’uomo di colore. Letture sull’origine e le varietà delle razze umane, Padova, Sacchetto, 1871, 223 p.

- Palimsesti del carcere, Torino, Bocca, 1888, 328 p. ; 2e éd., Torino, Bocca, 1891, 328 p. ; trad. fr. Les palimpsestes des prisons, Lyon-Paris, Storck-Masson, 1894, 404 p.

- Les applications de l’anthropologie criminelle, Paris, Alcan, 1892, I, 224 p.

- Osservazioni sul mondo esterno e sull’io. Diario giovanile (1854-57), Torino, Bocca, 1932, 39 p.

- Delitto, genio, follia. Scritti scelti, Frigessi (Delia), Giacanelli (Ferruccio), Mangoni (Luisa) (dir.). Torino, Bollati Boringhieri, 1995, 973 p. ; 2e éd., Torino, Bollati Boringhieri, 2000, 973 p.

- Criminal Man, Gibson (Mary), Hahn Rafter (Nicole) (dir.), Durham and London, Duke U.P., 2006, 424 p.

- L’uomo delinquente studiato in rapporto all’antropologia, alla medicina legale ed alle discipline carcerarie, Rodler (Lucia) (dir.), Bologna, il Mulino, 2011, 437 p.

Lombroso (Cesare), Ferrero (Guglielmo), La donna delinquente, la prostituta e la donna normale, Milano, et al./edizioni, 2009, 624 p.

Lombroso (Gina), Cesare Lombroso. Storia della vita e delle opere, Torino, Bocca, 1915, 508 p ; 2e éd., Bologna, Zanichelli, 1921, 476 p.

Marquer (Bertrand) (dir.), « Cesare Lombroso e la fine del secolo : la verità dei corpi. Atti del convegno di Genova », 24-25 settembre 2004, Publif@rum, 2004, n° 2, [En ligne] : URL : http://www.publifarum.farum.it/n01.php.

Montaldo (Silvano), Tappero (Paolo) (dir.), Cesare Lombroso cento anni dopo, Torino, UTET, 2009, 410 p.

Montaldo (Silvano) (dir.), Cesare Lombroso. Gli scienziati e la nuova Italia, Bologna, il Mulino, 2011, 294 p.

Mucchielli (Laurent) (dir.), Histoire de la criminologie française, Paris, L’Harmattan, 1994, 535 p.

Niceforo (Alfredo), Criminali e degenerati nell’”Inferno” dantesco, Torino, Baglione, 1897, 142 p.

Noiray (Jacques), « La réception de L’homme criminel dans la “Revue des Deux Mondes” », in Marquer (Bertrand) (dir.), Cesare Lombroso e la fine del secolo : la verità dei corpi, Publif@rum, 2 (2004), p. 1-11, [En ligne]. http://www.farum.it/publifarumv/n/01/noiray.php.

Rafter (Nicole), « Cesare Lombroso and the Origins of Criminology : Rethinking Criminological Theory », in Marquer (Bertrand) (dir.), Cesare Lombroso e la fine del secolo : la verità dei corpi, Publif@rum , 2 (2004), p. 1-11, [En ligne]. URL : http://www.farum.it/publifarumv/n/01/rafter.php.

Renneville (Marc), « Rationalité contextuelle et présupposé cognitif. Réflexion épistémologique sur le cas Lombroso ». Revue de Synthèse, 4e série, n° 4, oct.-déc. 1997, p. 497-528.

Rodler (Lucia), Leggere il corpo. Dalla fisiognomica alle neuroscienze, Bologna, Archetipolibri, 2009, 224 p.

Rondini (Andrea), Cose da pazzi. Cesare Lombroso e la letteratura, Pisa-Roma, IEPI, 2001, 212 p.

- « La ricezione letteraria di Cesare Lombroso nell’ottocento », in Marquer (Bertrand) (dir.), Cesare Lombroso e la fine del secolo : la verità dei corpi, Publif@rum, 2004, n° 2, p. 1-13. [En ligne]. URL : http://www.farum.it/publifarumv/n/01/rondini.php.

Sue (Eugène), Les mystères de Paris, Paris, Administration de librairie, 1851, 407 p.

Haut de page

Notes

1  Cf. Bloom (Harold), The Western Canon. The Books and the School of the Ages, New York, Harcourt Brace, 1994 ; Calvino (Italo), Perché leggere i classici, Milano, Mondadori, coll. Oscar, 1995, p. 7 (traduction personnelle).

2  Lombroso (Cesare), Criminal Man, Gibson (Mary), Hahn Rafter (Nicole)(dir.), Durham and London, Duke U.P., 2006 ; Lombroso (Cesare), G. Ferrero (Guglielmo), La donna delinquente, la prostituta e la donna normale, Milano, et al./edizioni, 2009 ; cf. Rafter (Nicole), « Cesare Lombroso and the Origins of Criminology : Rethinking Criminological Theory », in Marquer (Bertrand) (dir.), Cesare Lombroso e la fine del secolo : la verità dei corpi, in Publif@rum, 2 (2004), p. 1-11. [En ligne]. URL : http://www.farum.it/publifarumv/n/01/rafter.php.

3  Cf les contributions rassemblées in Mucchielli (Laurent) (dir.), Histoire de la criminologie française, Paris, L’Harmattan, 1994 et Renneville (Marc), « Rationalité contextuelle et présupposé cognitif. Réflexion épistémologique sur le cas Lombroso », Revue de Synthèse, 4e série, n° 4, oct.-déc. 1997, p. 497-528.

4  Cabanès (Jean-Louis), « Nordau lecteur de Lombroso : une filiation encombrante », in Marquer (Bertrand) (dir.), Cesare Lombroso, op. cit., p. 1-16, [En ligne]. URL : http ://www.farum.it/publifarumv/n/01/cabanes.php ;

5  Frigessi (Delia), Giacanelli (Ferruccio), Mangoni (Luisa) (dir.), Cesare Lombroso, Delitto, genio, follia. Scritti scelti, Torino, Bollati Boringhieri, 1995 : un texte précieux et indispensable où, dans leurs introductions, les critiques présentent les différents domaines de la recherche lombrosienne, outre une variété de textes sous la forme d'une anthologie.

6  Montaldo (Silvano), Tappero (Paolo) (dir.), Cesare Lombroso cento anni dopo, Torino, UTET, 2009 ; Montaldo (Silvano) (dir.), Cesare Lombroso. Gli scienziati e la nuova Italia, Bologna, il Mulino, 2011. À partir de 2009 le musée est accessible dans le Palais des Instituts d’Anatomie de l’Université de Turin.

7  Rondini (Andrea), Cose da pazzi. Cesare Lombroso e la letteratura, Pisa-Roma, IEPI, 2001 ; Rondini (Andrea), « La ricezione letteraria di Cesare Lombroso nell’ottocento », in Marquer (Bertrand) (dir.), Cesare Lombroso, op. cit., p. 1-13, [En ligne]. URL : http ://www.farum.it/publifarumv/n/01/rondini.php.

8  Frigessi (Delia), « Scienza e letteratura : Cesare Lombroso e alcuni scrittori di fine secolo », in Marquer (Bertrand) (dir.), Cesare Lombroso, op. cit., p. 1-11, [En ligne]. URL : http ://www.farum.it/publifarumv/n/01/frigessi.php; Becker (Colette), « Zola et Lombroso. À propos de La bête humaine », in Marquer (Bertrand) (dir.), « Cesare Lombroso, op. cit., p. 1-14, [En ligne]. URL : http ://www.farum.it/publifarumv/n/01/becker.php ; Noiray (Jacques), « La réception de L’homme criminel dans la “Revue des Deux Mondes” », in Marquer (Bertrand) (dir.), Cesare Lombroso, op. cit., p. 1-14, [En ligne]. URL : http ://www.farum.it/publifarumv/n/01/noiray.php.

9  Gaudio (Alessandro), Lavorare con gli attrezzi del vicino. La fisiognomica scientifica al vaglio della letteratura, Pisa, Edizioni ETS, 2011.

10  Gibson (Mary), « La criminologia prima e dopo Lombroso », in Montaldo (Silvano) (dir.), Cesare Lombroso, op. cit., p. 31.

11  Pour connaître les vicissitudes de Lombroso cf. Frigessi (Delia), Cesare Lombroso, Torino, Einaudi, 2003 ; Baima Bellone (Pierluigi), Cesare Lombroso e la scoperta dell’uomo delinquente, Torino, Priuli e Verlucca, 2009.

12  Ces auteurs sont mentionnés par Lombroso (Cesare), Osservazioni sul mondo esterno e sull’io. Diario giovanile (1854-57), Torino, Bocca, 1932, p. 9, 10, 13, 36, 39, et par Lombroso (Gina), Cesare Lombroso. Storia della vita e delle opere, Bologna, Zanichelli, 1921, p. 11, 14, 17, 39, 55, 57, 58, 64.

13  Cf. Ginzburg (Carlo), Spie. Radici di un paradigma indiziario, dans son Miti, emblemi, spie. Morfologia e storia, Torino, Einaudi, 1986, p. 158-209.

14  Lombroso (Cesare), Filologia, Il collettore dell’Adige, 1851, n° 1, p. 402 (la traduction du texte de Lombroso est un travail personnel).

15  Lombroso (Cesare), L’uomo bianco e l’uomo di colore. Letture sull’origine e le varietà delle razze umane, Padova, Sacchetto, 1871, p. 3.

16  Gibson (Mary), Nati per il crimine. Cesare Lombroso e le origini della criminalità biologica, trad.it. Milano, B. Mondadori, 2004, p. 139 : il est nécessaire de rappeler que la stigmatisation des peuples primitifs de la part de Lombroso n'est ni définitive, ni identitaire : d'une part il insiste sur l’évolution progressive des populations en question, de l'autre il reconnaît les caractères d'autres « races » sur le corps de certains italiens. Malgré cela, ses descriptions furent utilisées par l'idéologie raciste.

17  Frigessi (Delia), « La scienza della devianza », in Frigessi (Delia), Giacanelli (Ferruccio), Mangoni (Luisa) (dir.), Cesare Lombroso, op. cit., p. 347-8.

18  Lombroso (Cesare), L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 52, 213-4.

19  Ibidem, p. 166 et p. 171-2.

20  Lombroso (Gina), Cesare Lombroso, op. cit., p. 130.

21  Au sujet de l’analyse du crâne de Villella cf. Guarnieri (Luigi), L’atlante criminale. Vita scriteriata di Cesare Lombroso, Milano, Mondadori, 2000, p. 9-12.

22  Ce sont là les sources citées le plus souvent dans L’homme criminel (1876).

23  Lombroso (Cesare), L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 210.

24  Cabanès (Jean-Louis), « Nordau lecteur de Lombroso : une filiation encombrante », in Marquer (Bertrand) (dir.), Cesare Lombroso, op. cit., p. 7.

25  Lombroso (Cesare), L’uomo delinquente, op. cit., p. 101.

26  Ibid., p. 44.

27  Ibid., p. 78.

28  Cf. Lombroso (Gina), Cesare Lombroso, op. cit., p. 432-3.

29  Lombroso (Cesare), L’uomo delinquente, op. cit., p. 89.

30  Voir Rodler (Lucia), Leggere il corpo. Dalla fisiognomica alle neuroscienze, Bologna, Archetipolibri, 2009, p. 39-47. Par rapport aux neuf premiers, les cinq derniers chapitres sont écrits à la hâte : le chapitre 10 illustre les nombreuses causes du crime (naturelles, ethniques, sociales, biologiques, sexuelles, culturelles). Lombroso y complète son analyse par des données statistiques qu’il considère insuffisantes. Le chapitre 11 analyse la folie par rapport au crime. Le chapitre 12 est consacré aux associations de malfaiteurs (brigandage, mafia, camorra). Le chapitre 13 aborde le sujet de la responsabilité individuelle et des fontions de la peine (vengeance, correction, exemple et défense sociale). Le chapitre 14 propose une « thérapeutique du crime » qui s’individualise tout en devenant efficace pour toute la société.

31  Voir Foucault (Michel), Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, et Foucault (Michel), « La vie des hommes infâmes », in Defert (Daniel), Ewald (François) (dir.), Michel Foucault, Dits et écrits, 3 : 1954-1988, Paris, Gallimard, 1994.

32  Lombroso (Cesare), L’uomo delinquente, op. cit., p. 127, 134, 142, 174.

33  Voir Sue (Eugène), Les mystères de Paris, Paris, Administration de librairie, 1851, II, p. 197 : dans le chapitre qui s’intitule Pique-Vinaigre on trouve que les prisonniers et les prostituées corrompus jusqu’à la moelle ont besoin de fictions émouvantes, qui présentent des sentiments généreux, héroïques, bons, innocents, tendres ; c’est pourquoi ils refusent les histoires de violence et d’obscénité.

34  Lombroso (Cesare), L’uomo delinquente, op. cit., p. 162, 288 (pour la citation successive). Lombroso précise sa pensée en affirmant qu’il faut prendre le coupable « par la passion et l’obstination plutôt que par la raion ; par l’émotion et la stratégie des sentiments plutôt que par une gymnastique intellectuelle ou une catéchisation pédantesque, comme on a l’habitude de faire (en gaspillant temps et argent) dans les prisons » : c’est-à-dire par la rhétorique en tant que stratégie communicative des passions (cf. ibid., p. 162).

35  Ibid., p. 193.

36  Voir Camporesi (Piero) (dir.), Il libro dei vagabondi, Milano, Garzanti, 2003.

37  Lombroso (Cesare), L’uomo delinquente, op. cit., p. 213, 221.

38  Ibid., p. 227.

39  Ces romanciers commettent une erreur en héroïsant les délinquants (Vautrin chez Balzac, Valjean chez Hugo, Rodolphe de Sombreuil chez Sue) et les agents de police (Jackal chez Dumas, Monsieur Lecoq chez Gaboriau), en faisant apparaître souhaitable une vie en marge de la société.

40  Lombroso (Cesare), L’uomo delinquente, op. cit., p. 193, 259, 324. Dans la section consacrée à La lecture dans les prisons dans l’édition française des Palimpsestes des prisons, Lyon-Paris, Storck-Masson, 1894, p. 387, Lombroso conseille des lectures « non ascétiques, mais de morale appliquée » comme Les vies de Plutarque, les romans historiques du patriote et homme politique Massimo d’Azeglio e Cuore d’Edmondo De Amicis, un auteur classique de la littérature italienne pour la jeunesse.

41  Lombroso (Cesare), L’uomo bianco e l’uomo di colore, op. cit., p. 67.

42  Lombroso (Cesare), L’uomo delinquente, op. cit., p. 86.

43  Ibid., p. 348.

44  Ibid., p. 186-187. Selon la médecine de l’époque un métal appliqué sur la front ou sur le dos d’une personne qui souffre d’épistaxis est un remède efficace contre cet inconvénient.

45  Ibid., p. 291.

46  Ibid., p. 388.

47  Ibid., p. 84, 212, 226.

48  Ibid., p. 161. Zola non plus, auquel Lombroso reconnaît « la sobriété de l’historien », ne réussit pas à satisfaire « l’amour de la vérité » en décrivant ses délinquants, répresentés grâce aux « vieux trucs des romantiques » : « ses criminels ont l’air indécis et faux de certaines photographies prises d’après des portraits et non d’après nature »; cf. Lombroso (Cesare), Les applications de l’anthropologie criminelle, Paris, Alcan, 1892, p. 172-187.

49  Lombroso (Cesare), L’uomo delinquente, op. cit., p. 194; voir Alighieri (Dante), Inferno, XXXI, 55-7 : « dove l’arma della ragione si somma alla volontà di fare il male e alla forza fisica, nessuno può opporre un rimedio ».

50  Ferri (Enrico), I delinquenti nell’arte, Genova, Libreria moderna, 1901, p. 9-10, 39, 69, 85, 104, 114, 119.

51  Niceforo (Alfredo), Criminali e degenerati nell’“Inferno dantesco”, Torino, Baglione, 1897, p. 38.

52  Leggiardi Laura (Cesare), Il delinquente nei “Promessi Sposi”, Torino, Bocca, 1899.

53  Antonini (Giuseppe), I precursori di C. Lombroso, Torino, Bocca, 1900, p. 3, 78.

54  Calvino (Italo), Perché leggere i classici, op. cit., p. 9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucia Rodler, « L'homme criminel de Cesare Lombroso : entre science et littérature », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la criminologie, 4. L’anthropologie criminelle en Europe, mis en ligne le 24 mai 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/1893

Haut de page

Auteur

Lucia Rodler

Professeur de littérature comparée à l'Université IULM de Milan (Italie).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page