Navigation – Plan du site
2012

Le musée national des prisons à Fontainebleau, entretien avec Catherine Prade

Catherine Prade

Notes de la rédaction

Cet entretien mené par Jean-Claude Vimont a été publié dans le numéro 2 de la revue Trames en 1997.

Texte intégral

1TRAMES : Pouvez-vous retracer la genèse du musée national des prisons ? Sauvetage d’un patrimoine ? Les premières collections, les premiers regroupements ? Qui eut l’idée du musée ? Les premières décisions administratives de créer un musée ?

2Catherine PRADE : L’idée de créer un musée pénitentiaire est une idée séculaire, puisque dès l’Exposition universelle de 1889, le directeur des prisons au Ministère de l’Intérieur de l’époque, Louis Herbette, conseiller d’État, voulut montrer au « grand public » ce qu’il avait appelé dans un ouvrage très complet L’œuvre pénitentiaire. Désireux de célébrer le centenaire de la naissance de la prison pour peine (Code pénal de 1791), Herbette organisa au Champ de Mars une exposition de grande envergure. Les personnels et les détenus de la maison centrale de Melun furent mis à contribution pour fabriquer dans les ateliers de menuiserie et de tôlerie du mobilier d’exposition, des maquettes, des présentoirs etc. L’exposition pénitentiaire dura six mois, puis les collections rassemblées, après un long séjour à Saint-Pétersbourg à l’occasion du Congrès pénitentiaire international de 1891, furent (probablement) déposées dans un local prévu à cet effet au premier étage de la prison de Melun – où était déjà installée l’Imprimerie administrative. De ce premier rassemblement d’objets, subsistent aujourd’hui au musée, certaines très belles pièces (en particulier une machine à tresser la corde pour fabriquer les espadrilles, provenant de la maison centrale de Nîmes) et dans le bureau du directeur de l’administration pénitentiaire au ministère de la Justice une maquette de bateau brise-glace en cuivre et bois appelée le « Herbette » fabriquée en 1888 par un détenu de la maison centrale de Belle-Île-en-Mer. Des albums de photographies d’établissements ou de fac-similés de manuscrits et de documents illustrant l’histoire des « Pénalités anciennes » témoignent encore aujourd’hui de la qualité de ce que nous appellerions une opération de communication et de promotion de l’esprit pénitentiaire. Il avait ainsi été constitué à ce moment un « musée d’entreprise » à la gloire de l’institution. Parallèlement, une école avait été ouverte à la prison de la Santé où les personnels gradés (recrutés dans l’armée) pouvaient apprendre plus que des rudiments de dictée, calcul et écriture afin de tenir des registres et acquérir une petite formation scolaire.
Le musée pénitentiaire ainsi que l’école perdurèrent jusqu’en 1907, année où les crédits de fonctionnement furent supprimés.
La protection du patrimoine ne fut cependant pas la préoccupation majeure des acteurs de l’histoire pénitentiaire pendant les décennies qui suivirent. Il fallut attendre l’année 1967 pour qu’un jeune magistrat, responsable du bureau du travail pénal à l’administration centrale, organise une exposition consacrée au travail dans les locaux de la toute nouvelle École d’administration pénitentiaire installée à proximité de la plus grande prison d’Europe construite par l’architecte Guillaume Gilet à Fleury-Mérogis dans l’Essonne. Les machines citées plus haut, des photographies des ateliers pénitentiaires de Melun, Poissy, Saint-Martin-de-Ré, Nîmes, Basse-Terre, etc., des présentoirs des fabrications diverses dans les prisons (chaussures, filets, tables de jardin, écailles de tortues, lampadaires, ballons, etc.) à la date de 1967, constituèrent le noyau de collections plus importantes rassemblées dans les locaux de l’ENAP quelques années plus tard.
À l’instigation du même magistrat, M. Talbert, une collecte d’objets pouvant intéresser un futur musée pénitentiaire fut menée dans tous les établissements de France et d’outre-mer en 1975 et relancée en 1981 et 1982. Une préfiguration du musée fut alors proposée à l’administration par deux membres du personnel, un éducateur basé à Bordeaux et un ancien surveillant du bagne de Guyane rapatrié en métropole après 1953.
En 1986, la direction des Musées de France fut sollicitée pour détacher un conservateur au musée pénitentiaire, à charge pour elle (Mme C. Parpoil) de faire les inventaires, d’effectuer des missions dans toutes les prisons pour augmenter les collections, et de trouver un site d’accueil pour le futur grand musée que l’administration souhaitait créer, en approfondissant le dossier. La décision de conserver la maison d’arrêt de Fontainebleau pour y installer le musée date des débuts de l’année 1990, les collections furent déménagées en décembre 1992, et présentées en réserves visitables dans les cellules de l’ancienne prison. La direction des Musées de France et la sous-direction des affaires administratives de l’administration pénitentiaire établirent un projet de statut et le 17 septembre 1995, le garde des Sceaux Jacques Toubon signait l’arrêté créant le Musée national des Prisons. Le changement de vocabulaire, de musée pénitentiaire à musée national des prisons, reflète l’évolution de l’administration par rapport à ce projet culturel.

3TRAMES : Le musée est installé dans l’ancienne maison d’arrêt de Fontainebleau, et il n’est, pour l’instant, qu’entrouvert. Quelle est la situation actuelle ? Quelles sont les perspectives ?

4Catherine PRADE : Composé du musée proprement dit, c’est-à-dire des collections d’ethnographie installées en réserves dans l’ancienne prison et d’un centre de documentation historique renfermant des ouvrages anciens, des archives, des plans, des photographies anciennes des établissements pénitentiaires, le musée occupe actuellement la plus grande partie du bâtiment ancien. Dans l’attente d’un programme muséographique cohérent, l’administration a choisi dans un premier temps de ne réaliser que les travaux de première nécessité de peinture et d’éclairage de la nef de détention dont tous les éléments « carcéraux » avaient d’ailleurs été retirés lors de la fermeture de l’établissement en 1990.
Trois axes de travail peuvent être dégagés aujourd’hui :
- la conservation
L’installation sommaire des collections permet leur étude progressive, la rédaction des inventaires et d’un futur catalogue, par la constitution de « dossiers-collection ».
Un programme de restauration des oeuvres conservées (essentiellement des tableaux et documents graphiques)a été mis en oeuvre.
- le public
Le musée est actuellement ouvert à un public interne, constitué de personnels pénitentiaires en formation, de magistrats, et d’acteurs du monde judiciaire, de même que de chercheurs, étudiants, universitaires, et aussi de documentaristes, cinéastes ou architectes soucieux de trouver de la documentation ou de l’iconographie.
Le musée est centre de ressources pour des expositions extérieures, établissements pénitentiaires (centenaire de la prison cellulaire de Béthune), cours d’appel ou tribunaux (exposition Sadi Carnot à Lyon en 1995).
À trois reprises en 1995 et 1996, le musée a participé par des journées « portes ouvertes » à des opérations nationales du ministère de la Culture : Journées du patrimoine, Invitation au musée, Journées de la Justice. La présence de milliers de personnes a amplement démontré l’intérêt de la société civile pour ce projet.
- le programme muséographique
La maîtrise d’ouvrage du projet d’aménagement du musée, (adaptation du bâtiment ancien et construction d’une extension) a été confiée par la direction de l’administration pénitentiaire au bureau des opérations de la direction de l’administration générale et de l’équipement du ministère de la Justice. La DDE de Seine-et-Marne est saisie également du projet.
Des groupes de travail réunissant pénitentiaires, architectes, historiens, conservateurs et étudiants permettront d’approfondir les objectifs et les missions du musée et d’aider à la décision de l’administration. Après une première étude de faisabilité commandée à un cabinet d’architectes parisiens, qui chiffrait à 20 millions de francs le coût de l’opération, un document-programme à l’usage des concepteurs du projet devrait être élaboré dans les dernières semaines de l’automne 1996, pour permettre le lancement d’un concours au premier semestre de 1997. Si le calendrier prévisionnel est maintenu, on peut raisonnablement imaginer une ouverture du musée au grand public dans les toutes premières années 2000.

5TRAMES : L’administration pénitentiaire constitua vraisemblablement un groupe mémoire de première importance pour la préservation du patrimoine carcéral. Son histoire est méconnue, et est l’objet de représentations stéréotypées, malgré les travaux de C. Carlier. Quels documents permettent de mieux saisir le fonctionnement hiérarchisé de cette administration, et son évolution ?

6Catherine PRADE : Depuis quelques années, les questions historiques et patrimoniales se rapportant à l’institution pénitentiaire sont traitées au SCERI, service de la communication, des études et des relations internationales, service transversal rattaché au cabinet du directeur. Deux personnes assurent cette fonction. D’une part, Christian Carlier, directeur des établissements pénitentiaires et docteur en histoire, est responsable des études historiques au sens large. Il anime le CEDHAP (Centre de documentation historique de l’administration pénitentiaire) à Fontainebleau et est chargé de l’enseignement de l’histoire de la prison à toutes les catégories de personnels en formation à l’ENAP (École nationale d’administration pénitentiaire). Auteur de nombreux ouvrages (La balance et la clef, 1987 ; L’administration pénitentiaire et son personnel dans la France de l’Entre-deux-guerres, 1989 ; Fresnes-la-prison en collaboration avec l’équipe de l’écomusée de Fresnes, 1990 ; La prison aux champs, 1994 ; Les surveillants au parloir, 1996), Christian Carlier dirige la collection « Champs pénitentiaires » aux Éditions de l’Atelier. D’autre part, travaillant en binôme avec lui, Catherine Prade, archiviste-paléographe, est chargée à l’administration centrale de ce que nous pouvons appeler le pôle-patrimoine, comprenant la direction du musée rattaché administrativement au SCERI, tout le secteur de la communication à caractère culturel ou historique, l’interface avec les autres directions du ministère de la Justice (service des archives ou département histoire de la direction de la protection judiciaire de la Jeunesse) ou encore avec le ministère de la Culture (essentiellement les directions des musées de France et des archives de France) etc. Indépendamment des travaux de l’administration pénitentiaire au ministère de la Justice, l’historiographie carcérale s’est beaucoup développée ces vingt dernières années, dans la mouvance de Michel Foucault, Michelle Perrot, Jacques-Guy Petit, Alain Corbin, Jean-Claude Vimont pour ne citer que ces universitaires de renom.
La production de nombreuses monographies sur des établissements pénitentiaires (La Roquette, Fresnes, Caen Beaulieu, Embrun, etc.) ou sur les colonies pénitentiaires d’enfants (si bien décrites par Christian Carlier dans La prison aux champs) a été facilitée par l’accès autorisé aux archives pénitentiaires dont la communication est soumise à dérogation de par la loi sur les archives de janvier 1979. C’est ainsi que petit à petit, par la recherche en archives, les publications des travaux divers, les conférences et autres communications, l’accueil des publics diversifiés, la connaissance historique de la prison d’hier et d’aujourd’hui se diffuse et suscite des curiosités et des interrogations qui seront à terme globalisées dans le musée, lieu de conservation, d’étude et de délectation.

7TRAMES : Pourquoi le choix de l’ancienne maison d’arrêt de Fontainebleau ? L’architecture de cette prison et son histoire présentent-ils un intérêt ?

8Catherine PRADE : À l’exception de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis construite en 1967, la plupart des 180 établissements pénitentiaires français étaient à la fin des années 80 dans un état de vétusté et d’insalubrité tel que des mesures urgentes de reconstruction s’imposaient. En 1987, Albin Chalandon, garde des Sceaux du gouvernement de cohabitation de Jacques Chirac, engagea l’administration dans un vaste mouvement de rénovation du parc carcéral, en confiant au secteur privé la conception et la construction de 15 000 places de prison – chiffre que les socialistes revenus au pouvoir en 1988 réduisirent à 13 000. 25 prisons « privées » furent construites dans les neuf directions régionales des services pénitentiaires de métropole.
La mise en place du « Programme 13 000 » entraîna par ailleurs la fermeture de 25 prisons, essentiellement des maisons d’arrêt construites au XIXe siècle au coeur des villes, telles Pontoise (démolie), Saint-Quentin (mise en vente aux enchères publiques), Soissons, Saint-Omer, Saverne (transformée en hôtel), Sainte-Marguerite de Strasbourg (qui abrite l’École nationale d’administration), Grasse, Bastia, la maison centrale de Nîmes devenue l’Université, ou encore la petite prison de Fontainebleau qui fut donc choisie par l’administration pour abriter le futur musée pénitentiaire.
Le bon état relatif du bâtiment, sa situation à proximité du tribunal, au coeur de la ville de Fontainebleau par ailleurs cité à haut caractère touristique, la proximité de l’administration centrale parisienne et celle de l’École nationale d’administration pénitentiaire installée à Fleury-Mérogis, furent autant de raisons pour motiver le choix de ce site d’accueil pour les collections. La principale raison aux yeux des responsables du projet à cette époque, l’historien Christian Carlier et le magistrat chef du service des études Martine Barbarin, fut en réalité la nécessité – ou la chance ? – pour l’institution pénitentiaire de garder au moins un témoin de l’architecture cellulaire panoptique, typique des constructions du XIXe siècle. Toutes les prisons inscrites dans cette typologie architecturale sont soit encore en activité, donc inaccessibles au public, soit fermées et vouées à la démolition ou remises à l’administration des Domaines – ce qui revient au même pour l’accès des visiteurs potentiels. En dépit donc, ou en raison même de son caractère banal, la maison d’arrêt de Fontainebleau est devenue ainsi le principal attrait du musée. Construite en 1845 sur un terrain donné par un citoyen de la ville, comme l’atteste la plaque de fondation encore en place dans l’escalier d’accès aux combles, la prison a été en activité jusqu’en janvier 1990. Le ministère de la Culture a récemment procédé au classement du bâtiment au titre des monuments historiques.

9TRAMES : Cette prison cellulaire – trois niveaux de cellules autour d’une nef, sans compter le sous-sol avec les cellules du mitard – permet au visiteur d’avoir une idée précise sur ce que sont les bâtiments de détention des maisons d’arrêt construites sous le Second Empire, et sous la IIIe République. (exemple de la prison Bonne-Nouvelle à Rouen) . Ce dispositif ne pose-t-il pas des problèmes pour la présentation des collections, et l’accrochage des documents ?

10Catherine PRADE : Ce petit bâtiment, au caractère religieux fortement accentué (on peut se croire dans la nef d’une église) présente effectivement un certain nombre de problèmes dont la solution impose au maître d’ouvrage de rédiger un programme muséographique très strict et au concepteur de mettre en place une scénographie soumise à de multiples contraintes. D’emblée, le visiteur qui entrera dans la prison ancienne, devra être averti que le bâtiment transformé en musée a été volontairement détourné de son sens, et n’est plus une prison. Les surfaces actuellement disponibles sont restreintes, environ 1 600 m2. La disposition des 40 cellules de petite dimension (9 m2) ouvrant sur des coursives en surplomb sur la nef de détention ne facilitera pas la déambulation du visiteur.
L’idée forte exprimée par le groupe pilote du projet est de protéger au maximum le bâtiment ancien. La maison d’arrêt de Fontainebleau présente un aspect de l’institution pénitentiaire à un moment donné de son histoire. On a construit pendant tout le XIXe siècle des prisons en forme de nef d’église, inspirés des systèmes des prisons des couvents : toute la détention était orientée vers la chapelle ou l’autel, la prière et l’assistance aux offices faisant partie intégrante de la peine régénératrice de l’homme coupable. D’autre part, le système architectural panoptique encore visible dans l’observatoire en rotonde où se tenait le surveillant au dessus des « cours camembert », sont des éléments à préserver impérativement pour la mémoire de la prison XIXe.
Cependant, tous les aspects de la prison française ne sont pas représentés par ce type d’établissement. Louis XIV avait enfermé les « pôvres » dans l’hôpital général, Louis XV a créé les dépôts de mendicité pour mettre au travail les mendiants, vagabonds et autres exclus coupables de misère à partir de 1764, Napoléon a choisi de créer les maisons centrales pour résoudre la crise de chômage de ses grognards en voie de clochardisation. Les anciennes abbayes de Fontevrault, Clairvaux, Caen-Beaulieu, Loos, Poissy, Melun, les anciennes citadelles comme Nîmes ou Saint-Martin-de-Ré accueillirent dès 1804 des milliers de condamnés, enfermés pour quelques années dans ces immenses manufactures carcérales, astreints au travail et au silence forcé après 1842.
Parmi les sites nommés ci-dessus, la maison centrale de Fontevrault a été fermée il y a une trentaine d’années, Nîmes en 1991. Maisons centrales ou centres de détention, les autres établissements sont encore en activité. Les prisons du Programme 13 000 évoqué plus haut n’ont de même rien à voir avec la petite prison de Fontainebleau. En schématisant, on peut dire que le seul point commun à toutes ces prisons est la cellule.
Pour illustrer tous ces aspects de l’institution, par des objets, des documents, des moyens audiovisuels, le bâtiment ancien est trop petit. Proposition sera donc faite à l’administration de construire un bâtiment annexe, où l’on pourra éventuellement reconstituer un mirador, ou un lieu de vie (couloir, pièces communes) tels qu’on le voit dans les prisons modernes construites depuis 10 ans.

11TRAMES : Le concept de musée-prison ne pose-t-il pas de problèmes ? Comme tout musée, il doit attirer le public et répondre à ses attentes. En même temps, il peut et doit être l’occasion d’une initiation à des problèmes peu familiers au visiteur. Comment concilier ces deux aspects ? Faut-il simuler les bruits de clef et le volume sonore (qui ne devait pas être négligeable dans un tel espace) pour accroître l’effet de réalité de l’enfermement ou établir une distance permettant une prise de conscience à partir des indicateurs de concepts et des étiquettes des pièces de collection ?

12Catherine PRADE : Plusieurs options ont été envisagées dans la conduite de ce projet culturel. On pouvait faire un musée d’atmosphère et de reconstitution, avec le risque de tomber dans le style « Musée Grévin » ou « salle des tortures de la Tour de Londres », qui effectivement attirera du public, mais ne sera en aucun cas l’outil pédagogique et de communication, ni l’école de civisme que souhaite créer l’administration.
La fonction médiatrice première du musée des prisons sera de faire connaître et de montrer la réalité du monde carcéral. Si par définition la prison doit rester fermée, son fonctionnement peut et doit être connu. Le musée sera aussi le lieu où l’on pourra casser les stéréotypes et les clichés véhiculés par l’opinion publique et les médias. Les publics potentiels préfigurés par les visiteurs des Journées portes ouvertes posent tous la même question : « La prison, comment cela marche aujourd’hui ? », et non pas « Comment cela marchait-il autrefois ? ». Paradoxalement, les questions historiques des visiteurs reposent plus sur l’histoire des bagnes ou de la guillotine que sur l’histoire de l’enfermement autrefois. Nous ne pourrons donc pas nous contenter d’une simple mise en scène de l’histoire des prisons, mais prendre comme point de départ du parcours proposé la prison d’aujourd’hui. Il nous faudra donc utiliser au maximum les documents audiovisuels, enregistrements de sons, de paroles, films documentaires sur la prison, de même que les documents graphiques, images, photos, coupures de presse, etc. pour compléter les collections actuelles qui sont datées historiquement de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe.

13TRAMES : La richesse des collections et les dispositions actuelles permettent d’identifier des thèmes majeurs (le travail pénal, les uniformes, la chapelle, la pharmacie, l’anthropométrie, etc.). Parallèlement, chaque thème a une histoire, une chronologie qui lui est propre. Comment envisager un ou plusieurs cheminements, avec quels types de haltes ? Chronologiques, thématiques, ou mêlant les deux aspects ?

14Catherine PRADE : Il est prématuré de poser cette question qui relève à la fois du programme scientifique et de la muséographie. Il est certain maintenant dans l’état du dossier, que le musée des prisons se rapprochera plus d’un musée de société, type écomusée, que d’un musée d’histoire pure. Des espaces-thèmes pourront être présentés au public, dans lesquels seront traités les principaux aspects de la réalité quotidienne du monde carcéral. Vivre en prison constitue le thème majeur de l’exposition: on y déclinera de nombreux sous-thèmes, la cellule, la discipline et le règlement, le travail, les activités socio-éducatives, la santé, les métiers de la prison, les moyens de communication des détenus avec le monde extérieur, parloirs, journaux, télévision, etc. L’amont de la prison sera évoqué, la justice et la chaîne pénale, de même que l’après-prison : milieu ouvert, libération conditionnelle, semi-liberté, grâces, etc.

15TRAMES : L’impossible réforme des prisons, depuis la Révolution jusqu’à aujourd’hui, fut à l’origine d’utopies carcérales et d’expérimentations. Le musée conserve-t-il des traces de la « fureur cellulaire » du siècle passé ?

16Catherine PRADE : La « fureur cellulaire » selon l’expression de Jacques-Guy Petit est omniprésente au musée, puisque le bâtiment a été construit par le Conseil général de la Seine-et-Marne en 1845, après plusieurs années de réflexion et en application d’une circulaire de 1836, exigeant que les prisons départementales soient construites à l’avenir sur le modèle cellulaire proposé par exemple par l’architecte Blouet pour la maison d’arrêt d’Angers en 1842. L’un des deux grands hommes des prisons françaises à cette époque, l’inspecteur général Charles Lucas, préconisait l’application du système auburnien en vigueur à la prison de New York, isolement en cellule la nuit, mais travail en commun le jour en atelier. L’autre grand personnage, Alexis de Tocqueville dès 1840 choisissait le tout cellulaire du système pennsylvanien mis au point par les quakers de Philadelphie: isolement total de jour comme de nuit, pour l’amendement par la solitude, la religion et la réflexion personnelle. La prison de Fontainebleau a été conçue par l’architecte départemental sur ce modèle: la nef de détention est limitée au premier étage par une sorte de niche en boiserie devant laquelle est placé une table d’autel. Un dispositif permettait d’entrebâiller les portes des cellules afin que les détenus puissent assister aux offices religieux sans sortir de leur cellule mais sans être vus par leurs co-détenus.
Abandonnée sous le Second Empire essentiellement pour des raisons économiques, la mode du cellulaire resurgit après l’enquête parlementaire du vicomte d’Haussonville en 1872. Le constat d’échec du système carcéral, la constatation de la récidive due essentiellement à la promiscuité dans les prisons déboucha sur la promulgation de la loi sur l’emprisonnement cellulaire du 3 juin 1875. L’isolement total en cellule était imposé aux prévenus et aux condamnés à moins d’un an d’emprisonnement, en contrepartie d’une remise de peine. Les détenus dans les maisons d’arrêt furent enfermés seuls, en silence, et astreints au port d’une cagoule pendant leurs déplacements à l’extérieur de la cellule. Des photographies de Henri Manuel à Fresnes en 1930 montrent des détenus avançant en rang, dans le grand couloir de la prison, portant ce fameux capuchon. Un autre témoin de cette mode du cellulaire au musée est une sorte de caisson de bois provenant de la chapelle de la maison d’arrêt de Béthune (Pas-de-Calais) inaugurée en 1895. Le détenu enfermé dans cette boîte ne voyait que l’autel où officiait le célébrant, sans pouvoir communiquer avec ses co-détenus.

17TRAMES : Comment peut-on appréhender le quotidien des détenus ? (lits de cellule, costume pénal, travail, objets de contention)

18Catherine PRADE : Parmi les réformes apportées au « confort » des détenus depuis une quinzaine d’années, la plus spectaculaire et sans doute la plus significative est l’introduction de la télévision dans les cellules, à l’occasion de la coupe du monde de football de 1986. Les détentions se sont apaisées, le travail des surveillants a été amélioré, la quantité de médicaments distribués a diminué.
Dans le même temps, le port du costume pénal des condamnés (le fameux droguet gris ou marron) n’a plus été obligatoire, remplacé qu’il est aujourd’hui par les jeans ou le survêtement tout aussi uniformes! L’une des composantes essentielles de l’incarcération qui était le travail obligatoire a également été modifiée dans les mêmes années par le garde des Sceaux Robert Badinter. Le travail en prison est devenu un gage de réinsertion. Il reste au musée des pièces de collection témoins de ce travail forcé dans les ateliers carcéraux (ateliers de ballons, chaussures, tapis, travail du bois, tôlerie, etc.).

19TRAMES : Un panneau « cantine accidentelle » intrigue. Pouvez-vous apporter quelques précisions ?

20Catherine PRADE : En prison plus que partout ailleurs, « il vaut mieux être riche et en bonne santé que pauvre et malade ». Les détenus ne gardent pas d’argent sur eux, leurs ressources sont gérées par l’administration. S’ils travaillent, leurs gains sont répartis entre un pécule de réserve en vue de leur libération, une quote-part destinée à l’indemnisation des victimes, et une part disponible qui leur permet de cantiner, c’est-à-dire d’acheter pour améliorer leur ordinaire divers objets ou denrées en supplément de ceux qui leur sont octroyés par l’administration.
Selon le règlement, les prix pratiqués à la cantine doivent être portés à la connaissance du détenu, l’administration prélevant une somme forfaitaire de 5 % sur chaque article vendu sauf le tabac et les timbres. Sensibilisée aux problèmes de la « pauvreté en prison », thème de recherche récurrent pour les sociologues et chercheurs associés du ministère de la Justice, l’administration depuis quelques années surveille les prix en détention par le biais de deux enquêtes annuelles menées dans tous les établissements pénitentiaires de France. Le « panier du détenu » comporte ainsi les 20 articles les plus consommés, du café-chicorée au shampooing, en passant par la confiserie, les fruits, la presse ou les cigarettes. Suivant les prisons, la valeur du panier varie de 110 frs à 160 frs. Le journal l’Alsace du 22 mai 1996 a réalisé un sondage fort intéressant sur ce thème à partir des réponses données par la maison d’arrêt de l’Elsau à Strasbourg.
Chaque jour, chaque détenu reçoit un bon de commande où il peut cocher les articles désirés. Si certains produits commandés ne figurent pas sur la liste traditionnelle, ils sont rangés sous la rubrique « cantine accidentelle ».
D’autre part, il est utile de signaler que les détenus cantinent pour payer la location de leur téléviseur ou leur abonnement à Canal Plus.
L’existence de la cantine fut renforcée par les décrets de 1791 qui créèrent la prison pour peine. Ces décrets bornaient l’obligation de la « maison » de gêne, de détention, de correction, à fournir le pain, l’eau et le coucher du prisonnier. N’ayant plus la ressource officielle de l’assistance au « pôvre prisonnier » par la vertu de charité des pieuses personnes, les Constituants pensèrent à faire participer le condamné à son entretien par le biais de la cantine. Le décret du 19 juillet 1791 stipule : « sur le produit du travail du détenu, un tiers sera appliqué à la dépense commune de la maison, sur une partie des deux autres tiers, il sera permis au condamné de se procurer une nourriture meilleure et plus abondante. »
Sous l’Empire, le travail pénal étant devenu une partie de la peine n’avait donc pas à être récompensé par un quelconque pécule. L’accès à la cantine ne devint possible qu’en fonction des mérites du prisonnier (article 41 du Code pénal de 1810).
Les philanthropes de la Restauration redonnèrent au travail pénal son sens certes utopique d’outil d’amendement et de resocialisation, et l’accès à la cantine redevint libre. Mais dès la Monarchie de Juillet, l’institution répressive se mit en place, le travail fut organisé dans toutes les maisons centrales de force et de détention. Le système de l’entreprise générale mis en place dès 1830 – il perdurera jusqu’en 1927 – permit aux entrepreneurs de « faire de l’argent » dans les prisons en augmentant la quantité des produits de cantine mis en vente mais aussi leur prix !

21TRAMES : Les révoltes des détenus, leurs actes d’insubordination et leurs tentatives d’évasion ont laissé des témoignages. Lesquels ? (ingéniosité des couteaux et des lames, graffiti, etc.)

22Catherine PRADE : Une partie importante des collections est en effet consacrée aux objets interdits, saisis par les surveillants pendant les fouilles quotidiennes des cellules. Ces objets peuvent des couteaux, lames de rasoirs, fourchettes édentées, semelles à clous, destinés à nuire et à agresser les membres du personnel ou les autres détenus. D’autres objets sont des postes à galène ou transistors bricolés dans des boîtes de cigares ou de peinture, des résistances électriques, des appareils de tatouage, interdits par le règlement mais ne procédant pas de la part du détenu d’une volonté de nuire. Il existe encore au musée des échelles de corde, des cordes à noeuds en drap tressé, typique de la représentation populaire pour les évasions. Aussi spectaculaires et significatifs de l’expression de la souffrance sont les objets avalés. Trombones, lames de rasoir, fourchettes, boulons, aimants et autres pièces métalliques ont été déposés au musée par l’hôpital pénitentiaire de Fresnes où les détenus sont opérés.

23TRAMES : Des briques pourvues des initiales de l’administration pénitentiaire proviennent des bagnes. L’univers des travaux forcés en France et Outre-mer est-il également évoqué dans le musée ?

24Catherine PRADE : Ne pouvant à Fontainebleau, faute de place, évoquer tous les thèmes historiques, et manquant par ailleurs d’objets provenant des bagnes coloniaux de Guyane et de Nouvelle-Calédonie, nous avons choisi dans un premier temps de les évoquer en insistant sur l’histoire de la maison centrale de Saint-Martin-de-Ré, d’où partirent de 1852 à 1953 environ 100 000 hommes et femmes condamnés aux travaux forcés ou à la relégation. Des photos, des archives, une vingtaine de briques permettront cette évocation.

25TRAMES : L’art religieux qui ornait les chapelles des prisons a été fréquemment abandonné par les évêchés dans les greniers des établissements. C’est le cas à Bonne-Nouvelle à Rouen. Possédez-vous quelques toiles ? Peut-on parler d’une sélection de scènes adaptées à l’univers carcéral ?

26Catherine PRADE : Le musée possède une cinquantaine de tableaux datés de la fin du XVIe siècle au milieu du XIXe, en général de très grandes dimensions, provenant des chapelles des anciens établissements pénitentiaires. Une campagne de restauration a été engagée depuis deux ans pour la restauration de ces toiles.
Les tableaux conservés dans les anciennes chapelles de prison proviennent de plusieurs sources, plus ou moins officielles. Ainsi une toile de grande dimension par Savignac, datée de 1852, copie de la Cène de Philippe de Champaigne du musée du Louvre, porte-t-elle l’inscription « Donné par l’Empereur ». Ce tableau était conservé à la maison d’arrêt de Chateauroux.
Une autre grande toile, représentant la Délivrance de Saint Pierre, avait été offerte par une dame Gueyde à la maison d’arrêt d’Avignon en 1842. D’autres thèmes traités sont Saint Vincent de Paul aux galères (M.A. de Carcassonne, Maison centrale de Haguenau), Sainte Madeleine repentante (M.C. de Haguenau) Sainte Marguerite (M.A. de Strasbourg), des Crucifixions, une Guérison du paralytique, etc. Les thèmes traités sont effectivement en rapport avec les notions de pénitence ou de rachat corollaires de l’enfermement dans l’idée des philanthropes et des théoriciens de la Restauration ou de la Monarchie de Juillet.

27TRAMES : Le musée dispose également d’une bibliothèque et d’un certain nombre de manuscrits. Je pense, pour n’en citer qu’un, à un manuscrit jamais publié, rédigé pendant la Terreur à Sainte-Pélagie. Pouvez-vous présenter ce fonds et les pièces les plus précieuses ?

28Catherine PRADE : Depuis une dizaine d’années, au rythme des acquisitions chez des libraires spécialisés, plusieurs milliers de volumes ont été rassemblés au musée des prisons. Ces fonds bibliographiques sont complétés par des collections de plans originaux des architectes travaillant pour l’administration pénitentiaire au XIXe siècle (en particulier Alfred Normand, qui construisit la maison centrale de femmes de Rennes entre 1862 et 1868). Les collections de photographies sur les prisons datant des années 1930 par Henri Manuel, photographe officiel de 1920 à 1935, sont également à mentionner dans le fonds d’iconographie documentaire. Les manuscrits les plus précieux du fonds d’archives anciennes sont des lettres autographes du marquis de Sade, de Louise Michel et Lefrançois, un rapport manuscrit de La Rochefoucault-Liancourt sur la prison Saint-Lazare en 1814, un cahier manuscrit sur la maison centrale d’Embrun en 1822, un cahier manuscrit d’un bagnard anonyme relatant son départ et sa vie au bagne de Cayenne entre 1898 et 1912, et enfin quatre pages autographes de Jean Genet répondant à un questionnaire sur la culture en 1936. Les universitaires, chercheurs, étudiants, sont dès maintenant admis sur rendez-vous pour travailler sur ces fonds historiques en cours de classement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Prade, « Le musée national des prisons à Fontainebleau, entretien avec Catherine Prade », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 24 juin 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/1906

Haut de page

Auteur

Catherine Prade

Catherine Prade a été de 1991 à 2008 Conservateur du musée national des Prisons (direction de l’administration pénitentiaire, ministère de la Justice).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page