Navigation – Plan du site
2012

George Sand et la République (entretien avec Michelle Perrot)

Jean-Claude Vimont

Notes de la rédaction

L'engagement des Républicains au XIXe siècle, sous ses différentes formes, mena nombre d'entre eux en prison, en déportation ou en exil. George Sand fut proche d'Armand Barbès et joua un rôle éminent dans l'avènement de la démocratie en France. Cet entretien fut réalisé à l'occasion de la publication des écrits politiques de George Sand. Il a été publié dans le numéro 5 de la revue Trames en 1999.

Notes de l’auteur

Michelle Perrot a consacré ses premières recherches au monde ouvrier à la fin du XIXe siècle (Les Ouvriers en grève, Mouton, 2 volumes, 1974). Elle a impulsé de nombreux travaux en histoire pénale, a coordonné l'ouvrage collectif L'impossible prison (Seuil, 1980) et réédité les Écrits pénitentiaires de Tocqueville (Gallimard, 2 volumes, 1984). Michelle Perrot a dirigé le quatrième volume de l'Histoire de la vie privée, “De la Révolution à la Grande Guerre” (Seuil, 1987), éditée par Philippe Ariès et Georges Duby. Elle a co-dirigé avec ce dernier les cinq tomes de l'Histoire des femmes en Occident de l'Antiquité à nos jours, dont elle coordonna, avec Geneviève Fraisse, le quatrième volume sur le XIXe siècle (Plon, 1991). Elle a réuni, pour la première fois, les écrits politiques de George Sand dans Politique et polémiques (Imprimerie Nationale, 1997). Elle a rassemblé quelques-uns de ses articles sur l'histoire des femmes dans Les femmes ou les silences de l'Histoire (Flammarion, 1998).

Texte intégral

1TRAMES : Vous présentez les figures passées de l’engagement politique, dans un numéro spécial de Vingtième siècle (n° 60), sous le titre « La cause du peuple1 » , éphémère journal de George Sand en avril 1848 et organe maoïste de la Gauche Prolétarienne après mai 1968. Est-ce pour fixer un point de départ, les années 1840, à la généalogie des engagements d’écrivains, d’intellectuels auprès d’un peuple qui est en passe de devenir prolétariat industriel, classe ouvrière ? Y a-t-il une filiation directe de George Sand aux côtés des poètes ouvriers, vers 1840, à Pierre Bourdieu, aux côtés des cheminots grévistes de décembre 1995 ?

2Michelle PERROT : Les années 1835-1840 sont exemplaires à plus d’un titre, un creuset, un laboratoire d’expériences. Sous l’angle politique, la Monarchie de Louis-Philippe a le mérite de déblayer l’hypothèque de la Restauration des Bourbons, de l’Ancien Régime et d’ouvrir la voie aux libertés, même si elles sont rapidement bafouées. Cette monarchie entend renouer avec la Révolution française et se proclame nationale et libérale. Les déceptions que ses palinodies ont provoquées ouvrent la voie aux Républicains. “La question sociale” est à l’ordre du jour et tandis que les enquêtes se multiplient (1836, Parent-Duchâtelet, De la prostitution dans la ville de Paris, 1840, Buret, De la misère des classes laborieuses…, Villermé, Tableau de l’état physique des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et soie…), la réflexion socialiste est intense autour des Saint-Simoniens, de Fourier, Louis Blanc, Cabet et Pierre Leroux. De nombreuses associations ouvrières se créent, des grèves, dans l’artisanat mais aussi la grande industrie textile ou minière, éclatent un peu partout. En 1840, Paris est sillonné de cortèges ouvriers qui revendiquent pour les salaires, mais aussi pour les libertés, protestant contre les fortifications en construction qui rappellent les châteaux forts d’un Moyen Âge honni et demandant l’abolition de la peine de mort.

3C’est dans ce contexte que les écrivains, successeurs des philosophes des Lumières, et ancêtres des “intellectuels”, prennent fait et cause pour le Peuple et son droit à la création. Car la littérature, en ce grand moment du romantisme, est une frontière de lutte pour l’expression . Le trio Hugo-Sue-Sand se bat pour la littérature populaire et les poètes-ouvriers. George Sand est à cet égard particulièrement active. Après la série des romans “féministes” des années 1832-1838, elle publie des romans “socialistes”, mettant en scène des héros ouvriers : ainsi en 1840, Le Compagnon du Tour de France dont le principal protagoniste est Pierre Huguenin, alias Agricol Perdiguier, ouvrier menuisier, restaurateur du Compagnonnage, devenu son ami. Surtout elle encourage une pléiade d’ouvriers, avec lesquels elle correspond activement, à écrire, à porter témoignage sur leur condition et leur culture. Le Peuple – à cette époque surtout le peuple des villes, les travailleurs de l’atelier – était pour ces écrivains la grande force de l’avenir. Il n’est pas certain qu’on puisse comparer avec la conjoncture des années 1995, beaucoup plus défensive.

4TRAMES : Le schéma “haine de la bourgeoisie / haine de soi / sublimation des milieux populaires” peut-il être appliqué à George Sand dont les origines et attaches familiales semblent induire une attitude plus complexe ?

5Michelle PERROT : Aristocrate par son père, Maurice Dupin, rallié à l’Empire dont il fut un brillant général, et mort accidentellement en 1808, George Sand était d’origine populaire par sa mère, Sophie Delaborde, une ouvrière parisienne qui avait suivi son galant aux armées où elle avait rencontré Maurice. Sand est une métisse sociale et elle en est fière. « Je suis la fille d’un patricien et d’une bohémienne […]. Je serai avec l’esclave et avec la bohémienne et non avec les rois et leurs suppôts » , écrit-elle. Sur ce pacte fondamental, elle ne variera pas. Elle a une vive conscience d’une injustice sociale qu’elle a pu constater dans sa propre famille. D’où l’importance qu’elle attache à l’égalité, plus même qu’à la liberté, que pourtant elle ne cessera de revaloriser. Plus que la haine de soi, Sand cherchait l’accomplissement d’elle-même dans une symbiose des deux “côtés” dont elle était issue.

6TRAMES : Vous rappelez dans la présentation des écrits politiques de George Sand que, dès l’été 1830, elle s’affirma républicaine. Dans sa définition de la République idéale, n’y a-t-il pas une préfiguration de conceptions politiques auxquelles elle devait demeurer fidèle toute sa vie ?

7Michelle PERROT : Née de la déception de la révolution de juillet, la conviction républicaine de Sand cimentera toute sa vie. La République, c’est le gouvernement du Peuple, qu’elle idéalise à cette époque comme le principe du bien, la vertu même. Elle fait sienne la devise révolutionnaire “Liberté, Égalité, Fraternité ”, toutefois, elle insiste sur “Égalité” et remplace volontiers fraternité par “Solidarité ”. Certes, il s’agit de convictions plus que d’une réflexion politique approfondie. À cette date, Sand n’a pas d’idées précises sur le mode de gouvernement et l’organisation des institutions. Mais le primat de la République sera pour elle l’essentiel, jusqu’à sa mort (1876).

8TRAMES : George Sand se montra de tous temps hostile aux stratégies républicaines violentes (même si on peut s’étonner de son héroïsation d’Alibaud, régicide, en 1836) et craignait le peuple en armes. Elle détestait Blanqui et reprocha, ultérieurement, à Barbès sa participation à la “funeste journée” du 15 mai 1848. L’origine de cette attitude doit-elle être recherchée en juin 1832 ? George Sand, républicaine, puis républicaine socialiste, mais pas révolutionnaire ?

9Michelle PERROT : Sur la violence, George Sand a évolué. Autour de 1830-1835, elle célèbre Robespierre, le Juste, qu’elle exonère de la Terreur. Mais elle évolue rapidement. Il semble que l’insurrection de 1832, dont elle a été quasiment spectatrice (elle est en juin à Paris) et sa répression brutale, le prix à payer par le Peuple, toujours victime du sang versé, ait modifié sa réflexion. Dès lors, elle se méfie des sectes et des émeutes ; elle réprouve celle de la Société des Saisons en 1839, dont Barbès et Blanqui sont également partie prenante et victimes par un emprisonnement qui allait durer jusqu’en 1848. À quoi bon ? Est-ce la bonne méthode ? Elle prend de plus en plus ses distances avec Blanqui et ses perspectives insurrectionnelles et se rapproche de Barbès, de plus en plus évolutionniste. Elle le rencontrera et l’appréciera en 1848. Il est à ses yeux “le saint républicain”, qu’elle oppose à “l’infâme Blanqui”, des conspirations et des coups de main. Elle n’a pas compris pourquoi Barbès s’était embarqué dans la “funeste journée” du 15 mai 1848 ; cette “insigne folie” lui paraît injustifiable dans son principe et catastrophique dans ses résultats : Barbès et la plupart des socialistes emprisonnés ou en fuite ; la République sociale décapitée. Barbès, en effet, est emprisonné jusqu’en 1854 ; gracié, il prendra le chemin de l’exil jusqu’à sa mort en 1870. Aux yeux de Sand, c’était un incroyable gâchis.

10TRAMES : Le procès des insurgés parisiens et lyonnais d’avril 1834 devant la cour des Pairs, véritable “congrès” du “parti” républicain, ne fut-il pas pour George Sand l’occasion d’un premier engagement collectif concret pour la cause républicaine et l’occasion de nouer des liens durables avec certains “leaders” du parti, Ledru Rollin, Barbès ?

11Michelle PERROT : Le procès des accusés, parisiens et lyonnais, d’avril 1835, “procès monstre” dont les avocats Michel, Garnier-Pagès, Ledru-Rollin et Barbès firent une éclatante manifestation républicaine, a joué un rôle certain dans l’évolution politique de Sand et surtout dans l’établissement de relations directes avec les milieux révolutionnaires. Michel (de Bourges) était son amant, un amant passionnément aimé comme le montreront les lettres brûlantes qu’elle lui adressa lors de leur rupture (octobre 1836) ; il l’initia aux idées jacobines et à un certain radicalisme politique. Elle-même assista, déguisée en homme, aux séances du procès, contribua à écrire la “lettre des défenseurs aux accusés” et organisa une souscription pour les familles des accusés. Elle dévore les livres sur la Révolution française. Elle est désormais convaincue que les artistes doivent agir pour la Cause. Autour du procès d’avril, c’est une grande partie de l’état-major de la Seconde République qui s’est forgé.

12TRAMES : Avant 1848, un autre mode d’engagement semble avoir été sa collaboration à la presse d’opposition parisienne et provinciale. Ses écrits, ses choix éditoriaux ne participent-ils pas de la genèse de la gauche démocratique et sociale de la Seconde République ?

13Michelle PERROT : Sand avait pris conscience du pouvoir grandissant de la presse dans la formation des opinions, et des carences de la presse existante. Elle déplorait la platitude du principal journal d’opposition, {le National}, le conservatisme “juste-milieu” de la Revue des Deux Mondes, où elle publiait pourtant ses romans, et la faiblesse de la presse provinciale, en dépit des efforts d’hommes comme Lamartine, qu’elle respectait beaucoup. Entre 1841 et 1845, avec notamment l’aide de Pierre Leroux, elle fonde une revue, La Revue Indépendante, à laquelle elle donne désormais ses romans, et un journal, Éclaireur de l’Indre, où elle prend fait et cause pour les opprimés. Expérience décisive qu’elle tentera de poursuivre durant la Seconde République, avec la Cause du Peuple.

14TRAMES : Pendant les tous premiers mois du nouveau régime, comme d’autres républicains qui souhaitaient retarder les élections à la Constituante, George Sand a pour souci de populariser l’idée républicaine en province et dans les campagnes. Fut-elle une propagandiste ou une pédagogue de la République fraternelle ?

15Michelle PERROT : Pour les mêmes raisons – conscience de l’importance de l’opinion et de son retard et donc, nécessité d’une pédagogie républicaine – George Sand multiplie les efforts d’explications. Par des articles de journaux, principalement adressés aux classes moyennes qu’il s’agit de convaincre de la nécessité des réformes sociales et même de celle de toucher à la propriété, mais aussi au peuple des campagnes, à ces paysans dont elle mesure, dans son Berry, les craintes et les préjugés. Ils redoutent les “communistes”, ces “partageux” qui toucheront à leurs terres, et la nouvelle fiscalité, cet impôt des 45 centimes si impopulaire. Ils n’aiment pas les ouvriers des villes. Sand rédige à leur intention de petites brochures, Paroles de Blaise Bonnin, où sous forme de lettres ou de dialogues, elle tente de populariser la politique républicaine. Elle agit aussi par le théâtre, convaincue à juste titre que c’est un moyen essentiel de communication de masse. Elle poursuivra dans cette voie sous le Second Empire. Beaucoup d’activités, donc, en peu de temps. De février à juin 1848, il n’y a que trois mois. On oublie trop souvent la brièveté de cette période révolutionnaire, dont on mesure a contrario l’extraordinaire fécondité.

16TRAMES : Vous insistez sur l’intimité de George Sand avec les membres du gouvernement provisoire. N’était-ce pas la première fois qu’une femme écrivain jouait un tel rôle, – polygraphe anonyme de circulaires et de bulletins politiques officiels, pour ne citer que ces deux exemples – au sommet du pouvoir ? Auxiliaire ou femme dont les conseils étaient écoutés ?

17Michelle PERROT : Sand connaissait très bien les membres du gouvernement provisoire. Elle sympathisait surtout avec Louis Blanc, auquel elle avait donné des textes et des romans pour la Réforme, et dont elle partageait les idées socialistes, Étienne Arago et Armand Barbès, libéré par les journées de février. Elle s’était mise à leur disposition et ils lui avaient demandé d’écrire pour eux. C’est ainsi que, non sans hésitation et sous réserve de relecture, elle donna neuf contributions, toutes anonymes, mais parfaitement identifiables par sa correspondance. Certains firent scandale, comme le Bulletin n° 16 où elle préconisait, en cas de mauvais résultats électoraux, d’en suspendre les effets. Cet “appel direct à la révolte”, selon ses adversaires, provoqua un tel tohu-bohu qu’elle décida de cesser sa collaboration. C’est un cas exceptionnel de participation d’une femme à l’action politique, en un temps où les femmes étaient exclues de la citoyenneté. Égérie ? Le mot, galvaudé, ne convient pas. Auxiliaire, écrivaine engagée, plutôt, au service de la République, “la meilleure des familles”, disait-elle.

18TRAMES : L’attitude de George Sand à l’égard de la revendication féministe d’un suffrage véritablement universel peut-elle être résumée par cet extrait du douzième Bulletin de la République qu’elle rédigea au début avril 1848 : « C’est maintenant ou jamais que les femmes instruites, qui prétendent au titre de bons citoyens, doivent oublier leur personnalité ; et si elles veulent prouver leur mérite, c’est en faisant abnégation d’elles-mêmes pour ne s’occuper que des pauvres femmes et des pauvres filles du peuple » ?Quel est l’ordre des priorités pour George Sand entre égalité civile, égalité sociale et égalité politique ?

19Michelle PERROT : George Sand n’a pas fait du suffrage des femmes une priorité, au contraire des “féministes de 1848” – Eugénie Niboyet, Jeanne Deroin, Désirée Gay – avec lesquelles elle fut en conflit. Bien des féministes d’aujourd’hui lui en font grief et cela se comprend. Il importe pourtant de comprendre sa logique, quitte à la discuter. Elle est double. Logique du social d’abord – c’est le sens du texte que vous citez (Bulletin n° 12) – et sur ce point, elle parle comme les socialistes d’alors et de plus tard qui parleront de “féminisme bourgeois” pour l’opposer justement à la cause du peuple. Logique des droits civils ensuite et ceci est plus intéressant. Pour Sand, la priorité était l’émancipation privée des femmes, le droit au divorce, la réforme du mariage et du Code Civil, ce carcan, cette négation de l’autonomie des femmes. À ses yeux, une femme devait accéder au statut d’individue avant d’être reconnue comme citoyenne. Esclaves, elles ne pouvaient ni voter ni représenter librement. Chaque chose en son temps, pensait cette grande réaliste. Mais d’abord et avant tout, l’égalité civile, préalable absolu à l’égalité politique.

20TRAMES : Au désespoir, au traumatisme (quel mot employer dans son cas ? ) provoqué par les journées de juin 1848, succéda un repli sur la création personnelle, avant l’exil intérieur du Second Empire. Fut-elle indifférente aux luttes des montagnards de 1849-1851, aux combats menés en faveur de la République démocratique et sociale, son idéal politique ? Était-elle fatiguée, déçue de la politique ?

21Michelle PERROT : Les journées de juin 1848 ont été pour Sand, comme pour les révolutionnaires et les démocrates de son temps, un véritable drame, un traumatisme dans lequel Dolf Oehler voit à juste titre une rupture dans la conception et la pratique de la littérature et de l’écriture . Elle comprend parfaitement qu’une République qui massacre ses enfants est virtuellement morte. Pourtant, dès le 15 mai, cette journée qu’elle avait si fort désapprouvée, elle avait pris ses distances. De retour à Nohant, elle continue à écrire dans le journal de son ami Théophile Thoré, la Vraie République. Elle y apparaît sinon désenchantée, du moins sur la défensive, défendant ses amis, arrêtés, exilés ou menacés, notamment Louis Blanc, dont elle soutient la politique, et Barbès, emprisonné, incarnation à ses yeux des malheurs – et des erreurs – de la République. Déçue de la politique ? Sans doute, et elle écrit plus souvent le mot en italiques. Mais déçue surtout des hommes politiques, et plus encore des divisions des républicains et des socialistes. L’exil qu’elle détestait rendra les conflits encore plus dramatiques. À bien des égards, il aura raison d’une génération.

22TRAMES : Prit-elle conscience alors de la lenteur du processus démocratique et de la nécessité de “donner du temps au temps” ?

23Michelle PERROT : Les journées de juin, l’élection du Prince Président, la faible résistance urbaine au coup d’État, les résultats du plébiscite, tout cela a profondément modifié et orienté la réflexion politique de Sand dans les années suivantes. Sous le Second Empire, elle tente d’abord de jouer un rôle de médiatrice, pour les exilés et les emprisonnés ; sans grand succès. C’est le temps de l’exil intérieur. Elle s’exprime alors par son œuvre : théâtre et romans, auxquels elle assigne une pédagogie sociale ; plus rarement par quelques brochures, principalement sur la question italienne qui la préoccupait beaucoup. Sa correspondance (extraordinaire document) avec Mazzini, Rodrigues, Hetzel, Barbès etc., permet de suivre la maturation de sa pensée. Le suffrage universel, conquête décisive et à laquelle le peuple est attaché, suppose une éducation et donc du temps. Plus que jamais, elle est opposée à la violence et à une République qui serait imposée par la force et la guerre civile. Elle doit être le fruit d’un processus de changement lié à la conviction, à la volonté des citoyens. Là est le rôle des écrivains, et le sien : persuader par l’imaginaire.

24TRAMES : Aux yeux de Barbès, George Sand incarnait la République, rappeliez-vous lors du colloque de novembre 1998 à Carcassonne consacré à ce combattant valeureux mais quelque peu oublié. Incarnation de la Seconde République et / ou pionnière de l’engagement pour l’historienne ?

25Michelle PERROT : Barbès, dans son exil, voyait en Sand l’incarnation de la République. De la France aussi, d’ailleurs. Il aurait voulu qu’elle écrive une épopée sur Jeanne D’Arc. Ce à quoi elle lui répondit qu’elle préférait écrire “des histoires dans l’Histoire”, non l’inverse. Il faut se défier des incarnations. C’est souvent la contrepartie perverse de l’absence ; voyez la Marianne, incarnation de la République dont les femmes sont exclues en tant que citoyennes. George Sand fut une femme vivante et généreuse, éprise de liberté et de justice, actrice passionnée de son temps et d’elle-même. Elle n’incarne pas : elle existe.

Haut de page

Notes

1  Lire l'article en ligne sur le portail Persée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Vimont, « George Sand et la République (entretien avec Michelle Perrot) », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 11 juin 2012, consulté le 26 novembre 2014. URL : http://criminocorpus.revues.org/1937 ; DOI : 10.4000/criminocorpus.1937

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page