Navigation – Plan du site

Le docteur Vingtrinier et les mineurs de justice

Jean-Claude Vimont

Notes de la rédaction

Cet article a été publié dans le numéro 3 de la revue Trames en 1998.

Texte intégral

« Des enfants, qui sont presque toujours ceux du pauvre, sont évidemment plus malheureux que coupables, et l’on peut invoquer en leur faveur plus d’une circonstance atténuante »

A. B. Vingtrinier, Des enfants dans les prisons et devant la justice, Rouen, 1855, p. 8.

  • 1  Carlier (Christian), La prison aux champs, Paris, Éditions de l'Atelier, 1994, p. 195-196.

1 Le docteur Arthus Barthélémy Vingtrinier (1796-1872), médecin-chef des prisons à Rouen, écrivait en 1840 : « Le gouvernement ferait bien de créer, plutôt que des prisons […] des ateliers […]. Mais l’opinion est aujourd’hui qu’il faut détruire la cause des crimes dans les prisons plutôt qu’ailleurs, plutôt que là où elle est réellement ». Ce philanthrope, connu des spécialistes de l’histoire pénale, ne partageait pas l’enthousiasme de ses contemporains pour les emprisonnements cellulaires de mineurs dans la prison de La Petite Roquette. Il exprima de vives réticences à l’égard des colonies pénitentiaires d’enfants et devint « l’ardent défenseur » des placements en apprentissage de jeunes délinquants, en lieu et place de leur incarcération. Ce dispositif de dépénalisation avait été inauguré par une circulaire du Comte d’Argout, ministre du Commerce et des Travaux publics, en date du 3 décembre 1832. Les arguments du « bon docteur », comme le surnomme Christian Carlier1, méritent attention. Ils doivent être analysés, en tenant compte des pratiques et expérimentations carcérales qu’il eut à connaître, et parfois à combattre, à Rouen.

Vingtrinier dans « le grand débat2 » pénal de la première moitié du XIXe siècle

  • 2  L’expression et les guillemets proviennent du décapant article de Christian Carlier, « Prison à en (...)

2Il ne peut être question ici de résumer toute l’activité de ce philanthrope, ses rapports aux autorités civiles et judiciaires, ses nombreuses communications et comptes rendus dans les recueils des sociétés savantes rouennaises. Cette œuvre peut être répartie en quatre ensembles principaux. En premier lieu, les écrits et communications sur les épidémies en Normandie (fièvres muqueuses, fièvres intermittentes pernicieuses, choléra de 1832, grippe de 1837, variole en 1853 et 1854), et sur la vaccine. En deuxième lieu, les études sur l’aliénation mentale et sur les détenus aliénés (les monomanies homicides et les suicides en 1838, les causes physiques ou morales de la folie en 1844, les folies instantanées en 1852, les aliénés dans les prisons et devant la justice en 1852). En troisième lieu, les écrits sur les sociétés de secours mutuels (tableau des sociétés de secours mutuels existantes à Rouen en 1843, tableau de ces sociétés en 1848, appel à la fondation de la société de secours mutuels L’Alliance en 1849, rapports sur cette société). Enfin, études et livres sur les matières pénales.

3Ce dernier volet mérite attention, car il permet de situer « le bon docteur » dans les débats du temps. Les historiens du pénal, – Michelle Perrot, Patricia O’Brien, Jacques-Guy Petit, Christian Carlier... –, ont déjà évoqué ses engagements en faveur du patronage des mineurs de justice, de la création d’ateliers pour les mendiants et les libérés, son opposition au système cellulaire philadelphien d’isolement continu et ses réticences à l’égard des colonies pénitentiaires. En 1826, dans sa Notice sur les prisons de Rouen, il proposait une meilleure classification des détenus et le placement en asile des détenus aliénés. Ses réflexions furent suivies d’effet puisque l’administration créa un asile d’aliénés à Saint-Yon et un quartier pour les détenus mineurs dans la prison de Bicêtre. En 1828, il consacra son discours de réception à l’Académie de Rouen aux réformes nécessaires à apporter aux lois pénales : la suppression des châtiments tels que la marque et le carcan, l’adoucissement de l’échelle des peines. Vingtrinier déplorait le recours trop fréquent aux exécutions capitales et, en 1831, il contribua à la grâce d’un braconnier condamné à la peine suprême. La réforme du Code pénal de 1832 exaucera plusieurs de ses vœux. Il y voyait un retour à la philosophie beccarienne et aux principes des Lumières.

4En 1836, il rédigea une note pour la Société de patronage rouennaise sur le danger des contacts entre jeunes détenus et aliénés au sein de Bicêtre. Trois ans plus tard, il exprimera devant la Commission de surveillance des prisons sa crainte de voir disparaître le système mis en place en 1832 par le Comte d’Argout, les sociétés de patronage et les placements en apprentissage de jeunes détenus. Il prônait un développement parallèle des sociétés de patronage et des colonies pénitentiaires, qui ne trouvèrent jamais grâce à ses yeux, et refusait la substitution des secondes aux premières. Les projets rouennais des philanthropes Lecointe et Duhamel, sur lesquels nous reviendrons, lui faisaient craindre, à juste raison, un tel processus. L’ouvrage le plus connu de Vingtrinier, Des prisons et des prisonniers fut publié l’année suivante, en 1840. Le livre fut honoré d’une médaille d’or par la Société de la Morale Chrétienne, l’importante association philanthropique fondée en 1821 et présidée pendant des décennies par des membres de la famille La Rochefoucauld-Liancourt. Vingtrinier fut probablement récompensé pour avoir résisté à la fièvre philadelphienne du tout cellulaire et à l’engouement qui accompagnait les premières expérimentations de colonies pénitentiaires. Préserver les enfants dans la prison et de la prison, préserver les enfants dans les colonies et des colonies, tel fut le leitmotiv de plusieurs de ses écrits. Ainsi, pendant la session de 1842 de l’Association normande, il répondit à une question sur la meilleure règle à établir dans un pénitencier d’enfants en proposant un moyen qui leur éviterait d’y séjourner. Les parents des enfants acquittés comme ayant agi sans discernement devraient être convoqués lors de l’instruction et lors du jugement afin qu’ils réclament leurs enfants et ne les laissent pas sous la main de la justice jusqu’à leur majorité. En 1847, il offrit une contribution à l’important Congrès pénitentiaire de Bruxelles sur le régime correctionnel à imposer aux jeunes détenus. Il consacra une brochure de quatre-vingts pages à ce thème en 1855, Des enfants dans les prisons et devant la justice. Nous insisterons, plus loin, sur sa fidélité au choix de l’apprentissage comme alternative à la prison.

5À la fin de la Monarchie de Juillet et au début du Second Empire, il analysa les comptes de la justice criminelle et les statistiques des maisons de répression. Il se posa en défenseur des circonstances atténuantes introduites dans le code en 1832, accusées par les parquetiers « d’avoir énervé » la justice. À ses yeux, cette réforme du 8 avril 1832 devait être regardée comme un bienfait, car elle avait provoqué une diminution notable des acquittements dangereux et infligé des peines mieux proportionnées aux crimes et délits. Ses analyses des statistiques pénales contredisaient celles des hérauts du tout cellulaire. Le nombre des repris de justice, des libérés et des récidivistes n’augmentait pas mais demeurait proportionnel à l’accroissement de la population. La criminalité n’augmentait pas mais les poursuites étaient plus efficaces. Le bon sens de ses interprétations des statistiques contredisait les discours à l’emporte pièce sur l’emballement de l’insécurité et de la criminalité.

6Adversaire résolu du système d’isolement continu, il demeura un partisan de la déportation des « incorrigibles », des multirécidivistes, comme avant lui les Constituants de 1791. En 1848, il publia De l’utilité de la déportation dans le système pénitentiaire. Il espérait l’amendement des plus criminels d’entre eux en les éloignant « des excitations au mal » et en leur offrant une nouvelle vie qui récompenserait leur travail outre-mer. Le Second Empire, avec la loi sur la transportation de 1854, puis la IIIe République, avec celle sur la relégation de 1885, ne partageaient pas les espérances des promoteurs de cette solution. On se débarrassa, à moindres frais, pensait-on, des populations dangereuses et délinquantes afin d’éloigner les fauteurs de troubles politiques et sociaux, les responsables de l’insécurité et de la criminalité. L’utopie de l’amendement par le travail dans des territoires coloniaux fut un leurre mortifère dans les bagnes de Guyane, cette terre de la grande punition. Les polémiques du temps sur les voies à emprunter pour « moraliser » les délinquants conduisirent Vingtrinier à défendre des solutions qui, aujourd’hui, extraites de leur contexte, peuvent heurter puisqu’il fut partisan des déportations, des flagellations de mineurs récalcitrants, de l’introduction dans les prisons des congrégations religieuses. Les prises de position du docteur Vingtrinier doivent être rapprochées de celles de Gaétan de La Rochefoucauld-Liancourt qui, comme lui, sut s’élever contre les dérives sécuritaires de ses contemporains, chercha à introduire de l’humanité dans les espaces de punition et à améliorer le sort des plus défavorisés en demeurant fidèle à l’idéal philanthropique. Nous nous efforcerons d’élucider ces apparentes contradictions en rappelant les liens oubliés entre ses écrits et les enjeux punitifs locaux.

Vingtrinier et le scandale rouennais de « la boîte à horloge »

7Le 8 et le 11 mai 1841, le marquis Gaétan de La Rochefoucauld-Liancourt révéla aux députés les scandaleuses punitions qui avaient été infligées à de jeunes détenus dans le quartier qui leur était réservé, depuis 1826, dans la prison de Bicêtre :

« On les met dans une boîte à horloge où ils ne peuvent se tenir que debout, les coudes même pressés, et ne respirant que par une étroite ouverture. On y a enfermé des enfants de 8 à 9 ans pendant plusieurs jours, et d’autres de 12 ans pendant plusieurs semaines, et en leur permettant d’en sortir qu’une seule des douze heures de la journée, un jeune détenu, nommé Monnier, qui était âgé de 12 ans, y a été détenu 15 jours, et il en est mort. J’ai la certitude de l’attestation de ce fait par les trois premiers médecins de Rouen, les docteurs Blanche, Avenel et Vingtrinier. »

  • 3  Duprat (Catherine), Le temps des philanthropes. La philanthropie parisienne des Lumières à la Mona (...)

8C’était un biais pour condamner les régimes d’isolement cellulaire que l’on se proposait d’introduire dans les prisons et qui allaient générer de vifs débats entre auburniens et philadelphiens jusqu’en 1844. Le marquis publia à la fin de 1841 Conséquences du système pénitentiaire dans lequel il reproduisait le débat de mai 1841 accompagné de documents pour démontrer la véracité de ses accusations ; parmi eux de nombreuses pièces signées de la main de Vingtrinier. Les décès d’enfants punis à Rouen furent de nouveau évoqués à la tribune de la Chambre, le 30 avril 1844, lors du grand débat sur la réforme des prisons. La Rochefoucauld-Liancourt, « l’un des adversaires les plus éloquents du système pénitentiaire et du cellulaire » selon Catherine Duprat3, fit de ce système le responsable des abus et des tortures physiques infligées aux enfants, des maladies occasionnées par le scorbut et le froid lors des sanctions. Il fut soutenu par le député La Rochejaquelein qui mit en cause le préfet du département : « Il a fallu plusieurs mois de souffrances, il avait fallu l’agonie et la mort de plusieurs prisonniers pour que le préfet d’un département connut ce qui se passait dans la prison du chef-lieu ». Le ministre de l’Intérieur, Duchâtel, dut reconnaître le bien-fondé des dénonciations du député du Cher. Il dut convenir ainsi que la limite avait été quelquefois dépassée en matière de punitions dans les prisons. « C’est ce qui me parait impossible de nier », conclut le ministre.

  • 4  Sur la colonie de Petit-Quevilly et sur les maçons rouennais qui lui apportèrent leur soutien, on (...)

9Le marquis de La Rochefoucauld-Liancourt avait été averti par Vingtrinier qui déplorait le régime en vigueur dans la prison de Bicêtre et les projets de colonie pénitentiaire de deux philanthropes francs-maçons, Lecointe et Duhamel, qui, depuis plusieurs années, s’efforçaient d’améliorer le sort des enfants enfermés. En 1833, ils avaient introduit l’enseignement mutuel dans le quartier des jeunes détenus et consacraient, chaque semaine, plusieurs de leurs heures aux enfants. Membres de la commission de surveillance de Bicêtre, ils avaient participé, en février 1835, à la fondation de la Société de patronage de Rouen. Très vite, dès 1836 ils avaient songé à une alternative aux placements en apprentissage organisés par le Comte d’Argout en préconisant la création d’une « maison pénitentiaire centrale d’enfants » dans la propriété que possédait Lecointe à Petit-Quevilly, dans l’actuel parc des Chartreux. Le chapitre consacré aux jeunes dans le livre Des prisons et des prisonniers, publié en 1840, ne peut être compris qu’en se référant aux rivalités entre bienfaisances catholiques, protestantes et maçonniques dans la ville de Rouen4.

10Vingtrinier y déplorait une décadence du système de patronage. D’éminents philanthropes l’abandonnaient « pour se jeter dans les illusions de nouveaux essais » : système auburnien, système philadelphien et colonisation agricole. Il attribuait certains échecs des placements en apprentissage aux règlements en vigueur dans les prisons qui accueillaient les jeunes. Il dénonça la méthode d’enseignement lancasterienne à Bicêtre et les travaux qui ne préparaient pas à l’exercice d’un métier. Le tableau des punitions provoquait désordres et maladies chez les enfants, car il organisait des confinements solitaires dans des cachots et des guérites de punition. Le régime de Bicêtre manquait « d’esprit religieux » parce que les enfants n’étaient pas confiés à une congrégation de frères, comme dans le pénitencier de Lyon dont il vantait les mérites. Il consacra de longues pages à la reproduction d’un rapport de la commission des prisons de Lyon qui engageait le gouvernement à introduire les congrégations religieuses dans les prisons, ce que le pouvoir ne manqua pas de faire peu après. Il regrettait également la quasi absence de relations entre la commission de surveillance des prisons et la société de patronage. Il préconisait la subordination de la société de patronage à la commission des prisons. Lecointe et Duhamel dirigeaient la société de patronage et vers 1840 conservaient en caisse de grosses sommes, faute, disaient-ils, de pouvoir organiser des placements efficaces. Vingtrinier les accusait de tiédeur et d’avoir volontairement « ralenti la marche des placements » parce qu’ils avaient en tête leur projet de pénitencier. L’appréciation de Vingtrinier était cinglante :

  • 5  Vingtrinier (Arthus Barthélémy), Des prisons et des prisonniers, Versailles, 1840, p. 162.

« Quoi de plus contraire à l’esprit de patronage et de placement au-dehors, que ce nouveau projet ! N’exigerait-il un séjour, le plus long possible, dans le pénitencier central, soit pour couvrir les frais immenses qu’il nécessiterait, soit pour faire apprendre des métiers aux jeunes détenus, soit enfin pour donner de l’importance à l’établissement ? Ne tuerait-il, ipso facto, le patronage, puisqu’il ne serait plus besoin de surveiller, une fois libre, un jeune homme de vingt ans qui posséderait un état ; le recrutement de l’armée en enlèverait d’ailleurs une grande partie ? Avec ces pénitenciers centraux se confond la pensée d’une colonie agricole, d’une nouvelle Arcadie, où, si les rêves des utopistes ne pouvaient jamais se réaliser, on verrait renaître l’âge d’or, et peut-être avec lui les trop tendres bergers de Virgile5. »

11La satire de cette utopie carcérale s’accompagnait d’allusions à l’arrière-plan financier de l’opération. Vingtrinier achevait la reproduction du plaidoyer lyonnais en faveur des congrégations religieuses sur ces mots :

« Ce qui donne, pour de pareilles œuvres, un immense avantage aux corporations religieuses, c’est qu’elles ont su se placer dans cette admirable situation, que l’argent n’a point de prise sur leurs membres ; et l’on sait que l’argent est la cause et la source de tous les abus. Cela tient moins aux hommes qu’à l’institution ! mais les résultats n’en sont pas moins précieux ».

12La colonie de Petit-Quevilly, qui fonctionna de 1843 à 1865, fut à plusieurs reprises accusée de n’être qu’une opération de spéculation au profit de la famille Lecointe dont les terres, les carrières, furent mises en valeur par les centaines de petits vagabonds, mendiants, voleurs dont la métropole normande se débarrassa à peu de frais. Vingtrinier était conscient, dès 1840, de ces possibles dévoiements de l’idéal philanthropique et il eut des phrases prémonitoires :

  • 6  Ibid., p. 166.

« Ces prisons-modèles […] ne finiraient-elles pas, tôt ou tard, par être abandonnées à la merci d’un entrepreneur, ainsi que le gouvernement a été obligé de le faire pour les maisons centrales de détention, d’un entrepreneur qui, pour couvrir ses frais et pour s’assurer des bénéfices, loin d’effectuer des placements, aurait le plus grand intérêt à voir s’accroître et se maintenir à un chiffre élevé le nombre de ses jeunes prisonniers, qui, enfin, ne voyant en eux que des machines à gagner de l’argent, se bornerait à faire travailler ses machines ? Qu’il y a loin de ces pensées rapaces, aux généreuses inspirations sous l’influence desquelles s’est fondée la règle du pénitencier de Lyon6 ! »

13Lorsque Vingtrinier publia Des prisons et des prisonniers, le gouvernement prit une mesure qui donna une impulsion décisive aux expérimentations de colonies agricoles. Par la circulaire du 7 décembre 1840, l’État décida de prendre en charge l’entretien des détenus mineurs à compter du 1er janvier 1841 et de verser un prix de journée aux départements qui conservaient des mineurs dans les prisons départementales et aux particuliers qui recevaient des jeunes dans leurs établissements privés ! Lecointe comprit tout l’intérêt de cette mesure. Il ne cessa de parcourir les départements voisins de la Seine-Maritime afin de maintenir l’effectif de sa colonie à son plus haut niveau.

14La rupture entre Vingtrinier et les deux dirigeants de la société de patronage rouennaise entraîna de nombreuses polémiques, des affrontements au sein des sociétés savantes et ces débats à la Chambre que nous évoquions plus haut. Dès le 2 décembre 1839, Vingtrinier se fit l’avocat des flagellations disciplinaires dans le quartier des jeunes de Bicêtre pour mieux contester le nouveau régime disciplinaire, mis en place par Lecointe et Duhamel, qui y, substituait le vêtement de punition en toile et le cachot. La cellule produisait des accidents graves pour la santé des enfants. Il signalait déjà à cette époque des enfants aux pieds gelés. La justesse de ses considérations sur l’évolution de la philanthropie incite à les reproduire :

  • 7  Ibid., p. 191-192.

« Vraiment, c’est parfois une plaisante chose que la philanthropie : il y a quelques années, elle était dirigée et concentrée en faveur des prisonniers ; il n’était d’égards dont ils ne dussent être l’objet ; la société exerçait toujours de la tyrannie ; les procureurs généraux étaient des vampires ; s’il y avait des crimes et des criminels, c’était alors la faute de la société. Aujourd’hui tout est changé : la philanthropie armée de statistiques accusatrices, va frapper contre ceux qu’elle défendait naguère ; avec deux mots magiques : l’intimidation, la moralisation, elle va tout perfectionner. La société est faible, compatissante, les lois sont sans rigueur, les procureurs généraux sont des agneaux, et les pauvres prisonniers, devenus tous, sans exception, des loups ravissants, seront bien obligés de s’intimider et de se moraliser. En ne prenant plus de tabac... Est-ce chose bien sérieuse ? En cessant toute communication avec leurs familles... En vivant dans la solitude... En travaillant quinze heures par jour, en thésaurisant la portion du produit de leur labeur qui leur revient chaque semaine, au lieu de se procurer, pour se fortifier, autre chose que du beurre et du fromage, pendant cinq ou dix années ; cette mort lente n’est-elle pas la plus épouvantable flagellation ! Et, remarquez-le bien, elle frappe aveuglement sur les bons comme sur les mauvais prisonniers. En vérité, où trouvera-t-on de la sagesse, de la modération, si la philanthropie ne se rappelle plus la devise du sage : in medio stat virtus7 ? »

15Dans la dernière partie de ce texte qui moquait le règlement disciplinaire de Lecointe et Duhamel, il y avait une attaque très explicite du nouveau régime mis en place par le gouvernement dans les maisons centrales en 1839 ; régime qui provoqua de nombreuses mutineries, et que dénonça, à la tribune de la Chambre, Gaétan de La Rochefoucauld-Liancourt, le 16 juillet 1839.
Encore une fois, les avertissements de Vingtrinier furent prémonitoires puisque le scandale des punitions éclata dans l’enceinte de la Chambre deux ans plus tard. En tant que médecin-chef des prisons, il visitait les enfants du quartier de punition. Ses notations sur le registre de visite étaient autant d’avertissements sur la cruauté des punitions :

  • 8  Extraits du registre de visite de 1840 publiés par La Rochefoucauld-Liancourt, Conséquences du rég (...)

« (6 septembre 1840) 13 enfants sont en cellules de punition et 7 au cachot, au pain sec et à l’eau, sans soupe. S’ils devaient y rester longtemps, je demanderais que la soupe fût accordée, car je crains que ce régime ne cause une seconde fois du scorbut. Nous avons eu au mois de mai 25 scorbutiques et sur ce nombre 24 venaient du quartier de punition. Ceci est remarquable. (15 octobre 1840) Le petit Michel Noël, âgé de 9 ans, a les pieds bien malades par suite du froid qu’il a pris pendant son séjour au cachot. Il y est resté plusieurs jours sans sabots. En leur retirant les sabots, on devrait au moins leur donner des chaussons. (26 octobre 1840) Le petit Monnier, âgé de 12 ans, a passé 15 jours en cellule et 15 autres jours en guérite ; il est resté au pain et à l’eau depuis plus longtemps encore. Cet enfant est très faible ; il se plaint de souffrir et je crois qu’il dit vrai. Ne pourrait-on pas lui donner de la soupe ! (4 novembre 1840) Le nommé Mousson est au cachot depuis 51 jours, dans une des cellules les plus humides du rez-de-chaussée. Ne pourrait-on pas le placer dans une cellule d’en-haut ? Il se plaint de douleurs et d’engourdissement dans les genoux. Ses gencives sont injectées de tâches rouge brun, que je regarde comme scorbutiques. L’usage de maintenir les enfants plus de huit jours au cachot aura de l’inconvénient pour la santé, si on les laisse au rez-de-chaussée sur la planche, sans paillasse, sans couverture et sans sabots8. »

  • 9  L’organe de presse orléaniste, Le Mémorial de Rouen, qui lui était dévoué, déclara que l’école de (...)
  • 10  Sur cette loge de la rive gauche de Rouen, Bibliothèque Nationale, manuscrits, FM (2) 390.

16Les élites rouennaises, le préfet Dupont-Delporte, le député-maire Henri Barbet9, les libéraux du Journal de Rouen dont le rédacteur en chef , le franc-maçon Visinet, était membre de la commission de surveillance et de la société de patronage, les orléanistes du Mémorial de Rouen, les philanthropes maçons de la loge La Vérité10,qui reçut ses constitutions en 1835 et dans laquelle Lecointe était officier, tous partisans du projet de Lecointe et Duhamel, ne pardonnèrent pas à Vingtrinier d’avoir révélé un tel scandale. Vingtrinier n’avait été soutenu, localement, que par l’aumônier de Bicêtre, Podevin, qui devait ultérieurement jouer un rôle essentiel dans la création du refuge de sœur Marie Ernestine à Darnétal, colonie pénitentiaire pour jeunes filles, qui bénéficia toujours de la bienveillance de Vingtrinier. Les élites rouennaises, presque unanimes parvinrent à étouffer le scandale en invoquant, providentiellement et fallacieusement, une épidémie de scorbut.

17Une tache initiale était toutefois apposée sur les fondateurs de la colonie. Duhamel abandonna la partie. En 1841, des religieux remplacèrent les deux francs-maçons dans le quartier des jeunes de Bicêtre. Lecointe perdit le soutient du département et l’État ne s’engagea pas à ses côtés. Il se résolut, en 1843, à ouvrir son établissement avec seulement 10 jeunes détenus, confiés à son patronage en vertu de la circulaire d’Argout de 1832. Ce fut donc par un dévoiement de ce texte généreux, grâce au « détournement » des fonds de la société de patronage que naquit la colonie horticole de Petit-Quevilly. En 1842, la société de patronage avait lancé une souscription en faveur d’une colonie agricole publique où Lecointe travaillerait bénévolement, affirmait-on. Elle bénéficia du soutien de tous les « partis », du Journal de Rouen et du Mémorial de Rouen car la peur sociale étreignait l’ensemble de la bourgeoisie capacitaire. L’heure était à l’intimidation et le projet local bénéficiait de l’engouement généré par la colonie de Mettray. Vingtrinier exprima ses ultimes réticences au Congrès de l’Association Normande, en juillet 1842, où une joute verbale l’opposa à Lecointe. On lui promit que le nouvel établissement préparerait à l’apprentissage et, de guerre lasse, il s’y rallia et figura même sur une liste de souscripteurs.

18Vingtrinier avait été berné. Les 999 souscripteurs qui versèrent 22 000 francs en 1842 pour la création d’une colonie publique, le furent également. Lecointe ouvrit une colonie privée en 1843 avec l’encaisse de la société de patronage. En 1843, les souscripteurs l’abandonnèrent et ne versèrent que 1 680 francs. Il continua d’être soutenu par le Journal de Rouen d’opinion libérale et par l’éphémère organe maçonnique La Fraternité. Le gouvernement augmenta chaque année l’effectif maximum d’enfants que la colonie pouvait accueillir. En 1849, il était fixé à 160. La colonie fonctionna jusqu’en 1865, malgré des rapports d’inspection défavorables, des « notes officieuses de son aumônier » dénonçant les mauvais traitements infligés aux pensionnaires par le fils Lecointe, les évasions nombreuses et même une tentative d’incendie.
Vingtrinier se résigna, mais ne devint pas pour autant un chaud partisan des colonies pénitentiaires. En 1846, il écrivait :

  • 11  Vingtrinier (Arthus Barthélémy), Examen des comptes..., Rouen, 1846, p. 13. Un autre témoignage de (...)

« Il est vrai qu’ils profiteront maintenant des bienfaits des nouvelles créations de colonies agricoles et industrielles, qui rendent incontestablement de grands services. Malgré cela, nous avons toujours pensé que rien ne pouvait arriver de plus malheureux à un enfant que d’avoir besoin d’un tel bienfait ; les colonies agricoles, les maisons pénitentiaires, les refuges, sont, sans fiction, de véritables prisons ; en sortant de là, les enfants n’auront pas une aussi bonne recommandation aux yeux des maîtres vers lesquels ils se présenteront, que ceux qui ont été mis en apprentissage, et dont le point de départ aura été, depuis longtemps, oublié. Il vaudra toujours mieux, pour eux, cacher d’où ils sortent11. »

19En 1855, il déplora l’inflation des effectifs de mineurs accueillis dans des colonies pénitentiaires, elles-mêmes de plus en plus nombreuses depuis la loi de 1850, et l’extinction des sociétés de patronage. Incapable de faire disparaître les colonies puisque ses concitoyens, soucieux d’ordre social et politique, y étaient attachés, il mena le combat sur un autre front : la réforme des pénalités applicables aux mineurs et la mise en cause de la responsabilité des parents de mineurs délinquants.

Les options de Vingtrinier en faveur des mineurs de justice

La fidélité au patronage

20Toute sa vie, Vingtrinier demeura un partisan des placements en apprentissage par le biais du patronage ; ceci, même lorsqu’il dut accepter, non sans réticences, l’existence des colonies pénitentiaires. Citons-le une dernière fois sur ce sujet :

  • 12  Vingtrinier (Arthus Barthélémy), Des prisons et des prisonniers, op. cit., p. 166-167.

« Sauver les enfants de la vie commune, de cette vie de prisons, que l’on chercherait en vain à appeler d’un autre nom; pourvoir à leur éducation religieuse, morale et élémentaire, sans aller jamais plus loin que ce qui est utile à un artisan ; leur procurer enfin un métier, qui leur assure à jamais des moyens honnêtes d’existence : voilà le but qu’on doit se proposer. Or, en imposant aux enfants un séjour aussi court que possible dans le pénitencier, mais suffisant pour leur inculquer de bons principes et leur donner la portion d’éducation qui leur est nécessaire, et en les plaçant ensuite chez un honnête artisan, c’est-à-dire, en leur créant une famille avec ses douceurs et sa surveillance paternelle, où il puisse apprendre un métier, on aura rempli sa tâche12. »

  • 13  Vingtrinier (Arthus Barthélémy), De la création des ateliers libres pour recevoir les libérés sans (...)

21Un an avant sa mort, il livra une dernière contribution sur ce thème : De la création des ateliers libres pour recevoir les libérés sans travail et de la réorganisation des sociétés de patronage13.

Des enfants victimes

  • 14  Archives départementales de l’Eure, 2 Y 29.

22Vingtrinier élargit sa réflexion à l’ensemble des dispositifs pénaux applicables aux mineurs. À plusieurs reprises, il contesta les dispositions du code. Il lui semblait aberrant, et ça l’était, qu’un enfant reconnu comme ayant agi sans discernement de la faute ou du délit qu’il était en train de commettre demeurât incarcéré plus longtemps, souvent jusqu’à sa majorité, que celui qui avait agi avec discernement dont la peine était atténuée par rapport à celles encourues par des adultes. Le premier, acquitté, était maintenu en détention parce que le juge estimait ne pas pouvoir le rendre à sa famille ou parce que la famille n’avait pas les ressources pour le récupérer et l’entretenir. Le second, condamné, bénéficiait du système d’atténuation de l’échelle des peines envisagé dès le code de 1791. Pour un même vol, l’enfermement d’un enfant, pouvait durer 13 ans (article 66 du code) ou 3 ans (article 67) ! Les statistiques judiciaires montrent que la grande majorité des mineurs étaient frappés par l’article 66. Ainsi, dans la maison centrale de Gaillon14, en 1857, sur 853 détenus mineurs, 816 étaient condamnés en vertu de l’article 66 et seulement 37 en vertu de l’article 67. « Anomalie épouvantable », écrivait-il en 1840, puisque l’on aliénait la liberté d’un enfant acquitté.
Vingtrinier pensait, en 1840, que tous les mineurs de moins de 16 ans devaient être systématiquement considérés comme ayant agi sans discernement, à l’exception des récidivistes qui demeureraient soumis à l’article 67 et seraient envoyés en centrale si leur conduite était trop mauvaise. Il ne s’agissait pas d’un appel à une rigueur plus grande mais de pouvoir leur faire bénéficier de la circulaire d’Argout de 1832 qui excluait de l’apprentissage et du patronage les enfants frappés de l’article 67. L’article 67 ne remplissait pas, à ses yeux, le but de la loi, corriger et punir :

  • 15  Vingtrinier (Arthus Barthélémy), Des prisons et des prisonniers, op. cit., p. 124.

« Il n’entraîne qu’un court séjour dans la prison, ou dans le pénitencier, et rend impossible, par suite, la moralisation qu’on a en vue. Il suffit, pour que les enfants s’inoculent les mauvais principes de la prison. Il ne suffit pas pour qu’ils se pénètrent des bons. Il est la cause de ces liaisons de prisons, de cette camaraderie dangereuse auxquelles on doit les complots et les vols de complicité, liaisons dont, bien souvent, la pudeur a autant à rougir que la morale15. »

23La généralisation de l’acquittement ne signifiait pas la liberté pour tous. Il préconisait de les retenir brièvement dans une maison spéciale ou pénitentiaire, avant de les placer en apprentissage sous la surveillance d’une société de patronage.
En 1855, notable évolution, il avança l’idée qu’un enfant âgé de moins de douze ans et demi ne pouvait être déféré devant la justice correctionnelle. Il devait être jugé par un juge de paix et l’on devait avoir recours au système de la correction paternelle, au besoin en aidant les familles puisqu’elles avaient à charge l’entretien de leurs enfants dans les établissements qui les accueillaient. Il souhaitait une décorrectionnalisation des délits de mendicité et de vagabondage. En transformant ces délits en de simples contraventions, il pensait que cela contribuerait à une décrue des effectifs de mineurs incarcérés. Il n’avait pas tort, au regard des statistiques des causes d’incarcération. Il préconisait désormais des maisons de préservation pour les plus jeunes, « les enfants du premier âge », et des maisons correctionnelles pour les « enfants du deuxième âge », envisageant même des placements dans des colonies de Corse ou d’Algérie pour les « plus vicieux ». Mais, fidèle à son engagement en faveur du patronage, il réclamait des libérations provisoires avant le terme de la peine afin d’effectuer des placements en apprentissage.

Des parents responsables

  • 16  Vingtrinier (Arthus Barthélémy), Examen des comptes..., op. cit., p. 12.

24Michelle Perrot, dans ses commentaires aux Écrits pénitentiaires de Tocqueville, faisait référence à Vingtrinier pour montrer qu’au milieu du XIXe siècle, agents de la force publique et magistrats s’enquéraient de plus en plus fréquemment de la moralité des parents des enfants délinquants. En 1845, Eugène Nyon, publia dans une collection d’édification de la jeunesse Le colon de Mettray. Le portrait des parents du jeune héros, incarcéré pour un vol de choux dans la colonie, illustre parfaitement cette évolution des sensibilités grâce à l’élaboration d’un stéréotype de « famille coupable » : un père alcoolique plus ou moins désœuvré, veuf, remarié à une femme qui déteste le fils né du premier lit ; misère familiale ; la mère incitant le fils à voler pour améliorer l’ordinaire et par crainte des coups du mari. Dès 1846, Vingtrinier insistait sur la responsabilité des parents qui laissaient leurs enfants dans l’ignorance : « Ce fait si grave ne pourrait-il pas engager nos législateurs à rendre obligatoire, de la part des parents, l’éducation des enfants, c’est-à-dire qu’il faudrait, par une sanction pénale, forcer à l’exécution de l’article 203 du Code civil, qui oblige les parents à élever leurs enfants16. » Il indiquait également que c’était la misère et la désunion des familles qui provoquaient le recours à la mendicité, l’une des principales causes d’arrestations de mineurs avec les vols simples. Dans la centrale de Gaillon, en 1857, sur 816 enfants incarcérés en vertu de l’article 66 du Code Pénal, 223 l’étaient pour vagabondage, 62 pour mendicité, 421 pour vols simples. Il reprit cette idée en 1855 et envisagea des mesures de déchéance paternelle, donc bien avant la loi de 1889 étudiée par Denis Darya Vassigh :

  • 17  Vingtrinier (Arthus Barthélémy), Des enfants dans les prisons et devant la justice, op. cit., p. 8 (...)

« La misère qui vient fatalement frapper de bons parents, la mauvaise conduite de certains autres, deviennent la cause d’un abandon qui force les enfants à se livrer à la mendicité, pour vivre d’un peu de pain, et qui les conduit dans la voie du mal, soit par l’obéissance forcée à de coupables commandements, soit par l’épreuve des mauvais traitements, soit par l’habitude prise du vagabondage. Ceux qui fréquentent les prisons et observent savent cela ; ces enfants, qui sont presque toujours ceux du pauvre, sont évidemment plus malheureux que coupables, et l’on peut invoquer en leur faveur plus d’une circonstance atténuante17. »

  • 18  O’Brien (Patricia), Correction ou châtiment, Paris, PUF, 1988, p. 157.

25Patricia O’Brien a montré que le point de vue de Vingtrinier ne fut pas isolé car, au milieu du siècle, les études sur la délinquance juvénile insistaient presque toutes sur l’instabilité familiale et sur la moralité des parents; le paupérisme n’apparaissant plus comme le facteur unique d’explication18.

26Tous les ressorts des rivalités entre les philanthropies rouennaises ne nous sont pas connus. Les préférences de Vingtrinier pour les congrégations religieuses, pour le refuge de Darnétal, ses liens avec la Société de la Morale Chrétienne et avec Gaétan de La Rochefoucauld-Liancourt le rangent dans un camp dont les contours demeurent flous. Les microcosmes de la Société de Patronage rouennaise et de la Commission de surveillance de Bicêtre ne nous ont pas livré tous les tenants et aboutissants de leurs affrontements intimes. Nous pensons cependant que les engagements du docteur furent en partie déterminés par des contingences locales. Nous nous efforcerons dans des travaux ultérieurs de préciser certains aspects méconnus de la pensée de ce généreux médecin qui sut, à partir d’une expérience concrète, grâce à de nombreux écrits, avancer des propositions réformatrices marquées au coin du bon sens. Ses prises de position à contre-courant de l’opinion commune reflétaient un indéniable courage, même si son attachement à l’apprentissage par le patronage pouvait sembler anachronique dans une société en cours d’industrialisation. Il y avait probablement dans cette référence obsessionnelle une part d’utopie et de nostalgie d’une époque préindustrielle. Là réside certainement l’une des causes de l’échec des dispositifs de patronage que Vingtrinier ne semble pas avoir perçue.
Vingtrinier ne figure pas dans le panthéon de la métropole normande. Homme d’ordre, conservateur, il fut l’un des derniers philanthropes et tenta par tous les moyens à sa disposition d’éviter la prison aux enfants, qu’elle porte ce nom ou qu’elle se travestisse sous l’appellation de colonie agricole. Ses enseignements passés et ses résistances aux modes répressives peuvent nous éviter de succomber aux séductions des sirènes sécuritaires de l’heure présente.

Haut de page

Notes

1  Carlier (Christian), La prison aux champs, Paris, Éditions de l'Atelier, 1994, p. 195-196.

2  L’expression et les guillemets proviennent du décapant article de Christian Carlier, « Prison à encadrer, mode d’emploi », Le Journal des Psychologues, n° 151, octobre 1997, p. 23-28.

3  Duprat (Catherine), Le temps des philanthropes. La philanthropie parisienne des Lumières à la Monarchie de Juillet, pensée et action, Paris, 1991, thèse de doctorat d’État (dact.), p. 1725.

4  Sur la colonie de Petit-Quevilly et sur les maçons rouennais qui lui apportèrent leur soutien, on peut se reporter à mon article, « La franc-maçonnerie rouennaise et la colonie pénitentiaire de Petit-Quevilly (1843-1865) » dans l’ouvrage collectif dirigé par Plongeron (Bernard) et Guillaume (Pierre), De la charité à l’action sociale, religion et société, Paris, Éditions du CTHS, 1995, p. 209-223.

5  Vingtrinier (Arthus Barthélémy), Des prisons et des prisonniers, Versailles, 1840, p. 162.

6  Ibid., p. 166.

7  Ibid., p. 191-192.

8  Extraits du registre de visite de 1840 publiés par La Rochefoucauld-Liancourt, Conséquences du régime pénitentiaire, Paris, 1841.

9  L’organe de presse orléaniste, Le Mémorial de Rouen, qui lui était dévoué, déclara que l’école de Lecointe et Duhamel était « une école modèle et qu’ils n’étaient en rien responsables du décès », numéro du 12 mai 1841.

10  Sur cette loge de la rive gauche de Rouen, Bibliothèque Nationale, manuscrits, FM (2) 390.

11  Vingtrinier (Arthus Barthélémy), Examen des comptes..., Rouen, 1846, p. 13. Un autre témoignage de ses réticences, dans le même ouvrage : « Cependant, si, comme il me l’a été affirmé, le séjour dans les colonies doit être abrégé pour abandonner, pendant les dernières années, la surveillance des enfants aux sociétés de patronage, chez des maîtres ; si, dis-je, on sauve les enfants de la tache d’une longue détention, alors les maisons correctionnelles, les colonies agricoles et industrielles, instituées par l’État, ainsi que celles qui ont été fondées par plusieurs honorables citoyens, rendront les plus grands services à la classe infime et malheureuse des jeunes détenus. Ajoutons que cela amènerait une grande économie, car les enfants, déposés dans les colonies, coûtent de soixante-dix à quatre-vingts centimes par jour, tandis que les enfants, placés en apprentissage, ne coûtent presque rien » p. 14.

12  Vingtrinier (Arthus Barthélémy), Des prisons et des prisonniers, op. cit., p. 166-167.

13  Vingtrinier (Arthus Barthélémy), De la création des ateliers libres pour recevoir les libérés sans travail et de la réorganisation des sociétés de patronage, Rouen, 1871.

14  Archives départementales de l’Eure, 2 Y 29.

15  Vingtrinier (Arthus Barthélémy), Des prisons et des prisonniers, op. cit., p. 124.

16  Vingtrinier (Arthus Barthélémy), Examen des comptes..., op. cit., p. 12.

17  Vingtrinier (Arthus Barthélémy), Des enfants dans les prisons et devant la justice, op. cit., p. 8.

18  O’Brien (Patricia), Correction ou châtiment, Paris, PUF, 1988, p. 157.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Vimont, « Le docteur Vingtrinier et les mineurs de justice », Criminocorpus [En ligne], Justice des mineurs, mis en ligne le 19 juillet 2012, consulté le 24 avril 2014. URL : http://criminocorpus.revues.org/1940 ; DOI : 10.4000/criminocorpus.1940

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Vimont

Maître de conférences d’histoire contemporaine à l’université de Rouen (GRHis). Jean-Claude Vimont est membre du comité de rédaction de Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page