Navigation – Plan du site

Adrien Dubois, « La violence des femmes en Normandie à la fin du Moyen Âge »

Cahiers Léopold Delisle, Société parisienne d’histoire & d’archéologie normandes, tomes LIV-LV (2005-2006), 2010, 402 p.
Pierre Prétou
Référence(s) :

Adrien Dubois, « La violence des femmes en Normandie à la fin du Moyen Âge », Cahiers Léopold Delisle, Société parisienne d’histoire & d’archéologie normandes, tomes LIV-LV (2005-2006), 2010, 402 p.

Texte intégral

1Dans une livraison entièrement dédiée à la publication d’une monographie, les Cahiers Léopold Delisle accueillent les premières recherches d’Adrien Dubois consacrées à la violence des femmes en Normandie à la fin du Moyen Âge, essentiellement étudiées par les lettres de rémission des rois de France et complétées par quelques bonnes documentations éparses. L’auteur investit donc ici un sujet d’apparence simple mais d’une très grande difficulté d’interprétation. Armé par les apports de la méthode anthropologique et les ruptures paradigmatiques suggérées par l’histoire du genre, Adrien Dubois utilise la méthode mise au point par Claude Gauvard pour exploiter les lettres de grâce des rois de France dans un espace régional.

  • 1  Ouvrage devenu classique pour les historiens de la justice médiévale : Gauvard (Claude), « De grac (...)
  • 2  Nous avions signalé cette importante publication : http://criminocorpus.hypotheses.org/2732
  • 3  Il est à noter qu’Adrien Dubois a, sans doute après l’écriture de ce volume, publié depuis quelque (...)

2En premier lieu, il rend compte des résultats de son corpus en suivant les typologies criminelles classiques. Ce faisant, il s’éloigne nettement du terme « violence » et traite en réalité du champ criminel, ou des faits couverts par l’archive criminelle, avant d’y ajouter un propos sur la guerre, bien que l’articulation des deux demeure incertaine. Le propos est cependant clair, étayé par de nombreux extraits de vie quotidienne relus par les archives souveraines de la justice retenue. La méthode employée ne révèle pas de spécificité régionale qui puisse être qualifiée de normande, tant les constatations d’Adrien Dubois viennent vérifier celles réalisées par Claude Gauvard pour le royaume1 : renommée et fama de la personne, rôle des femmes dans l’agression relationnelle, crimes exclusivement « féminins » comme l’infanticide, ou encore importance du statut marital. Cette première partie ne renouvelle donc pas nos connaissances mais elle a le mérite de les conforter par l’étude de l’espace normand. L’approche relève plus ici d’une histoire des femmes à la française, suggérée par le plan développé, que par l’approche genrée des historiens anglophones. Tel n’est pas le cas de la deuxième partie qui, attachée au traitement de ce qui est constaté dans le premier chapitre, vient ici construire une réception judiciaire des comportements féminins. L’auteur y analyse la réaction justicière, la posture des femmes au prétoire, ainsi que celle des hommes face aux stratégies de ces dernières. Les postures victimaires ou agressives y sont donc classiquement opposées autour d’une lecture, par l’archive, d’une possible, ou impossible, témibilité féminine. Un développement consacré à la capacité du genre d’ester en justice dans le monde normand était particulièrement bienvenu. L’auteur n’y note pas de véritable différence avec le royaume mais son propos s’élargit lorsque, constatant les habituelles incapacités et faiblesses des témoignages pro domo de la femme mariée, il choisit d’observer l’existence du couple et de sa représentation face à la collectivité. L’auteur s’éloigne donc ici d’une focale qui n’a été que trop souvent convenue pour ouvrir des pistes, non sur la capacité d’ester en justice de la personne, mais sur celle de représenter le couple devant l’instance. Sur ce point, les recherches de Martine Charageat apportent aujourd’hui des éléments décisifs mais l’auteur ne les avait pas à disposition lors de la rédaction de son étude2. Hélas, ses archives ne permettaient pas de trancher une question qui mériterait d’être analysée plus avant sur ce terrain régional. Enfin, dans un dernier chapitre, Adrien Dubois choisit de traiter la question des représentations sociales qui pourraient être issues du traitement judiciaire analysé dans son chapitre central. Le propos, très ambitieux, voulait ici faire une démonstration portée par la démarche gender, mais il nous semble que l’auteur est souvent resté au milieu du gué, entre les rives de l’histoire des femmes et de celle du genre. Le développement dénote un enthousiasme certain pour le sujet mais également quelques maladresses dont la principale est celle d’avoir quitté ses archives, son espace d’études et son titre, pour aborder un Moyen Âge plus générique et beaucoup plus incertain. Les documents convoqués – textes comme iconographie – se déconnectent totalement de l’étude normande et, partant, ne sont plus soutenus par la recherche engagée. En particulier, les miniatures représentant l’Antiquité nécessitent plus de précautions et ne sont pas nécessairement des représentations directes de la société contemporaine du peintre. Nous constatons donc la faiblesse de cette dernière partie mais nous y verrons comme cause principale la jeunesse – qualité ou défaut – de la recherche éditée ici3.

  • 4  Une activité très utile à la recherche à laquelle Adrien Dubois consacre de remarquables efforts. (...)

3Au final, La violence des femmes en Normandie à la fin du Moyen Âge se signale surtout par un second chapitre qui ouvre des pistes encore inexploitées que nous espérons voir l’auteur exploiter dans ses travaux à venir. Visiblement issu d’un mémoire de Master, ce travail présente encore quelques vulnérabilités bien naturelles mais nous sommes gré à Adrien Dubois d’avoir émaillé son propos de nombreuses transcriptions de qualité, édité des documents particulièrement éclairants et livré un inventaire analytique de son corpus4.

Haut de page

Notes

1  Ouvrage devenu classique pour les historiens de la justice médiévale : Gauvard (Claude), « De grace especial » : crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1991.

2  Nous avions signalé cette importante publication : http://criminocorpus.hypotheses.org/2732

3  Il est à noter qu’Adrien Dubois a, sans doute après l’écriture de ce volume, publié depuis quelques études bien plus maîtrisées sur la question. Voir en particulier : http://gss.revues.org/index303.html

4  Une activité très utile à la recherche à laquelle Adrien Dubois consacre de remarquables efforts. Citons ici ses éditions de la justice d’Elbeuf : http://criminocorpus.hypotheses.org/2837 et http://www.unicaen.fr/mrsh/craham/revue/tabularia/print.php?dossier=dossier6&file=01dubois.xml

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Prétou, « Adrien Dubois, « La violence des femmes en Normandie à la fin du Moyen Âge » », Criminocorpus [En ligne], Années antérieures, mis en ligne le 26 juin 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/1996

Haut de page

Auteur

Pierre Prétou

Pierre Prétou est agrégé d’histoire, certifié en sciences criminelles et maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université de La Rochelle. Spécialisé en histoire de la justice médiévale dans les espaces atlantiques, il a enquêté sur les régulations judiciaires observables dans l’administration de la justice comme sur la mise en œuvre des médiations pénales. Auteur d’une thèse observant la genèse des encadrements normatifs dans le sud-ouest du royaume de France, il poursuit désormais des travaux sur les tyrannies d’exercice à la fin du Moyen Âge. Pierre Prétou est membre du comité de rédaction de Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page