Navigation – Plan du site
2013

L'asile de Navarre, entre soins, assistance et répression

Florence Roussel

Notes de la rédaction

Cet article a été publié dans le numéro 2 de la revue Mémoires de la protection sociale en Normandie en 2003, p. 53-61. Il est issu d’une maîtrise intitulée, Les folies de Navarre. Histoire de l’asile départemental de l’Eure de 1866 à 1914, préparée sous la direction de Jean-Claude Vimont et soutenue en juin 2000 à l’université de Rouen.

Texte intégral

  • 1  La loi de 1838 prévoit que chaque département dispose d’un établissement public spécialement réser (...)

1L’asile d’aliénés de Navarre1, situé à quelques kilomètres d’Évreux, ouvre ses portes en 1866 après une lente et onéreuse construction lancée par le Conseil général de l’Eure. Prévu pour 500 places, l’asile accueille chaque année, de 1875 à 1914, plus de 800 aliénés, hommes, femmes et enfants du département et des régions voisines. C’est l’un des plus grands asiles jamais construits en France, c’est celui qui a nécessité le plus fort investissement à l’exception des asiles parisiens. L’asile de Navarre est une application tardive de la loi du 30 juin 1838 chargée de régler l’encadrement des aliénés tout en préservant la société de tous ceux qui troublent l’espace public. C’est aussi la première grande mesure législative française qui reconnaît et organise un droit à l’assistance et à des soins gratuits pour une catégorie particulière de la population. En effet, la loi précise que les aliénés indigents doivent être pris en charge financièrement par le Conseil général. Cette loi de 1838 sur les aliénés intervient bien avant les lois sociales promulguées au milieu et à la fin du XIXe siècle envers les enfants, les personnes âgées ou les autres catégories de malades. Dans les textes de l’époque, médicaux ou administratifs, les aliénés sont désignés comme des « malades », des « malheureux » ou encore des « séquestrés ». Cette triple dénomination témoigne de la difficulté de l’époque à classer les aliénés dans une catégorie précise de nécessiteux. Parallèlement, l’asile de Navarre possède une triple identité : il peut s’apparenter à un hôpital, à un hospice et à une prison. Quel rôle social l’asile de Navarre joue-t-il précisément au XIXe siècle ? Quelle place occupe-t-il dans le réseau départemental de contrôle de la déviance ?

L’asile, un espace thérapeutique

2Les changements profonds qui se sont produits à la fin de l’Ancien Régime ont largement conditionné les représentations de la folie et le sort réservé aux aliénés tout au long du XIXe siècle. Les courants de pensée rationaliste amènent des conceptions nouvelles sur la folie. La référence au sacré est progressivement abandonnée, les aliénés ne sont plus considérés comme des possédés de Dieu ni des hallucinés du diable. Le fou acquiert peu à peu le statut de malade, le terme de folie est remplacé par celui d’aliénation mentale : on commence à admettre l’idée de la curabilité de la folie.

Le traitement moral

3Au XIXe siècle, le traitement moral est la principale méthode utilisée pour soigner les populations aliénées. Il s’agit de l’ensemble des conditions ou activités susceptibles de modifier la façon de penser du malade. Il est basé sur le dialogue entre le médecin et le patient et sur trois principes essentiels : l’isolement, les distractions et le travail.

  • 2  Grand (Lucille), Maximilien Parchappe de Vinay (1800-1866) Inspecteur général des asiles d’aliénés (...)

4L’isolement : le terme « asile » vient du grec asulon qui signifie « lieu inviolable, dans lequel on peut se réfugier en cas de persécution ». Tel qu’il est conçu par les premiers aliénistes du XIXe siècle, il est défini comme un lieu d’isolement du monde extérieur pour l’aliéné. La première condition à réaliser pour guérir un aliéné consiste à changer la direction vicieuse de ses idées, et, pour obtenir ce résultat, il n’y a pas de plus sûr moyen que de le soustraire à ses habitudes, de l’éloigner du milieu où le délire a éclaté. L’internement à l’asile est donc considéré en lui-même comme une mesure thérapeutique. D’ailleurs, le plan de Navarre reflète les conceptions architecturales des aliénistes de l’époque2.

5Les distractions : l’isolement ne suffit pas toujours à détourner l’aliéné de son délire. Il faut donc le divertir, à l’intérieur de l’asile, par tous les moyens possibles. Le traitement moral ne doit jamais laisser l’aliéné livré à lui-même, l’oisiveté et la paresse doivent être combattues énergiquement. Le dessin, la lecture, la peinture, la musique et le théâtre sont proposés régulièrement à Navarre, des cours d’instruction élémentaire et des offices religieux sont également dispensés.

6Le travail est une indication médicale pour sortir le malade de son isolement par une participation active à la vie communautaire. Comme tout exercice physique, c’est aussi un agent de guérison en favorisant la nutrition et en tempérant l’excitation nerveuse. Le travail agricole et la culture des champs en plein air sont considérés comme particulièrement bénéfiques. Le travail est aussi une activité indispensable en vue d’un éventuel retour à la vie extérieure. Dans une société en pleine mutation économique, le travail est un impératif. On peut d’ailleurs se demander si la mise au travail de l’aliéné n’est pas le but du traitement avant d’en être l’outil.

7Outre le traitement moral, quatre thérapeutiques nouvelles sont expérimentées à Navarre : l’hydrothérapie, la pharmacopée, la diététique et l’hypnose. Cependant, elles restent à l’état d’expérience scientifique et ne sont généralement réservées qu’à certains malades particuliers.

Les limites du traitement

8Le caractère thérapeutique de l’asile est toutefois limité par la forte présence des aliénés incurables et par la faiblesse numérique des guérisons. En effet, la population jugée incurable par les médecins dépasse toujours la population curable. Les sorties pour guérison ou améliorations n’ont jamais atteint 10 % de la population traitée chaque année. De nombreux aliénés sont donc progressivement privés de soins médicaux. C’est d’autant plus vrai que l’asile ne compte au maximum que deux médecins. Il est difficile dans ces conditions de ne pas considérer l’asile comme une simple garderie. Si la volonté d’améliorer la condition de vie des aliénés est indiscutable, l’asile apparaît impuissant pour les soigner et se contente de les garder.

L’asile, un refuge des misères

Les comportements déviants

  • 3  C’est le théorème de base de l’ethnopsychiatrie, fondée par Georges Devereux. En étudiant les trou (...)
  • 4  Ripa (Yannick), La ronde des folles. Femme, folie et enfermement au XIXe siècle, Paris, Aubier, 19 (...)

9Les maladies de l’esprit et du comportement sont perçues et traitées différemment selon les époques et les pays3 C’est la société qui définit les normes de conduite et qui assigne ses limites aux comportements déviants. Ainsi, l’asile est un lieu d’observation privilégié des conduites asociales d’une époque. L’histoire de la folie permet de souligner certains des comportements stigmatisés par la société française du XIXe siècle et de faire apparaître, en négatif, la normalité sociale. L’internement à l’asile peut traduire des troubles du comportement qui dépassent la tolérance sociale. Le déviant, celui qui transgresse la norme, représente un risque pour l’ordre public. L’étude de leur internement est riche d’enseignements sur les normes et les valeurs de la communauté, sur les catégories de population qui, à un moment donné, effraient la société. Comme le souligne Yannick Ripa, « l’inflation asilaire est la mesure, non de l’aliénation mentale mais de la peur des possédants4 ».

Un abri pour les pauvres

  • 5  Désert (Gabriel) (dir.), « Marginalité, déviance, pauvreté XIVe-XIXe siècles », Cahier des Annales (...)
  • 6  Dagron (Jules), Des aliénés et des asiles d’aliénés, Paris, Adrien Delahaye, 1875, 107 p.

10L’image de la pauvreté s’est profondément modifiée au cours du XIXe siècle. « La pauvreté est devenue une forme de déviance par rapport à une normalité qui implique, sinon la richesse, du moins une certaine autonomie dans l’accès aux biens matériels nécessaires à la vie5 ». Ainsi, non seulement la misère est une source de folie par le surmenage physique et intellectuel qu’elle produit, mais elle représente aussi en soi une déviance et un danger pour la société. L’ordre et la sécurité, chers à la IIIe République, ne supportent plus le vagabondage des plus pauvres. « Que faire devant ces êtres déclassés et dépourvus de sens moral ? Leur fermer leur dernier refuge, c’est les pousser peut-être au suicide, peut-être au vol et à l’assassinat ? Ne vaut-il pas mieux dans l’intérêt de la société, les considérer comme des parias de l’intelligence, incapables de subvenir à leurs besoins6 ». L’asile d’aliénés est l’une des institutions qui permet d’encadrer cette population indigente. L’internement apparaît bien comme une mesure d’assistance et surtout de prévention de la criminalité de ces pauvres qui font peur.

  • 7  Rapport moral 1881, archives du CHS.

11Ainsi, de nombreux internements à l’asile se font par l’intermédiaire des hospices du département qui transfèrent à Navarre les populations nécessiteuses qu’elles ne peuvent plus entretenir. En 1881, le directeur de l’asile se plaint d’ailleurs des hospices qui, « dans le but de se débarrasser de personnes plus ou moins incommodes7 », transfèrent à Navarre des individus dont la seule déviance est leur pauvreté. Il ne faut pas occulter l’assistance que l’asile fournit aux indigents. Si les traitements sont limités, l’internement à l’asile permet aux plus humbles de survivre.

Une étape pour les prostituées

12La misère, le libertinage, l’alcool et la syphilis semblent faire des prostituées les proies idéales de la folie. Or, les statistiques de Navarre n’attestent pas une présence importante des prostituées au sein de l’asile. Si les « filles publiques » constituent une catégorie à part entière des professions admises à l’asile jusqu’en 1878, seulement deux prostituées sont signalées en 1875. L’aliénation mentale des prostituées est pourtant un cliché maintes et maintes fois repris par les aliénistes. En réalité, de nombreuses femmes qui sont internées à Navarre pratiquent une prostitution clandestine, parfois seulement ponctuelle. Filles à soldat ou coureuses des campagnes, elles se prostituent quasi exclusivement en milieu rural.

  • 8  Corbin (Alain), Les filles de noce. Misère sexuelle et prostitution (XIXe-XXe siècles), Paris, Aub (...)

13La pratique de l’amour vénal, contrairement à la mendicité ou au vagabondage, n’est pas un délit. L’article 334 du code pénal ne concerne que l’outrage et l’attentat aux bonnes moeurs. Si la prostitution n’est pas un délit, elle devient, dans le dernier tiers du XIXe siècle, une folie qui se transmet héréditairement. Non seulement les « abus vénériens » sont considérés comme une cause d’aliénation mentale, mais ils constituent en soi un trouble intellectuel. Les angoisses suscitées par le développement des maladies vénériennes entraînent une surveillance accrue des prostituées, considérées comme une « menace biologique et morale8 ». Des internements administratifs et une réglementation très sévère se mettent en place à partir de 1885.

14La répression de la prostitution doit cependant s’inscrire dans le cadre plus large de la correction des déviances sexuelles. Jusqu’en 1877, onanisme et abus vénériens constituent d’ailleurs une seule et même rubrique des causes de l’aliénation mentale. À la fin du XIXe siècle, les pratiques sexuelles non conformes à la normalité définie par la société deviennent des pathologies mentales ou plus précisément sont qualifiées de « folie morale ». Pour beaucoup, doit être déclaré aliéné non seulement celui qui est privé de raison, mais aussi celui qui est privé de moralité et de vertu. Les dossiers révèlent de nombreux transferts de délinquants sexuels des prisons départementales vers l’asile.

Un recours contre l’alcoolisme

  • 9  Pour plus d’information sur les méfaits de l’absinthe, consulter l’article de Marie-Claude Delahay (...)

15L’alcoolisme a pris dans la seconde moitié du XIXe siècle des proportions effrayantes, ce qui traduit la misère sociale de l’époque. Cette alcoolisation intense inquiète aussi les autorités et les milieux hygiénistes. On lui attribue, pour une large part, l’arrêt de la natalité, les maladies des organes digestifs et des centres nerveux, l’extension de la tuberculose, l’augmentation de la criminalité, l’envahissement des hôpitaux et surtout des asiles d’aliénés. En 1880, on avait même baptisé l’absinthe du nom de « correspondance », formule raccourcie de « correspondance pour Charenton9 ». Or, dans l’optique d’une revanche contre l’Allemagne, la IIIe République s’inquiète de la dégénérescence de la France. L’abus d’alcool est devenu un acte incivique qui entrave le développement de la société.

  • 10  Les médecins ne sont pas les seuls à illustrer cette théorie, les écrivains participent aussi à la (...)

16Les « excès alcooliques » constituent à Navarre, sur l’ensemble de notre période, la première cause d’aliénation mentale. Tous les médecins de l’asile sont unanimes à attribuer une part grandissante des affections à l’alcool. La perception du rôle de l’alcool dans le développement de la folie évolue à la fin du XIXe siècle. De 1866 à 1897, l’alcoolisme n’apparaît dans les statistiques médicales de Navarre seulement en tant que cause déterminante de la folie. Postérieurement, l’alcoolisme devient aussi une catégorie nosographique, une forme de folie à part entière appelée « folie alcoolique10 »). Ainsi, la pauvreté, la prostitution et l’alcoolisme sont considérés à la fin du XIXe siècle comme des troubles mentaux et l’asile de Navarre permet de contrôler les comportements déviants qui en découlent.

L’asile, un univers carcéral

17Au XVIIIe siècle, imposer aux détenus sains d’esprit la compagnie des déments constituait un véritable scandale. Un siècle plus tard, c’est tout le contraire : l’idée de traiter des malades mentaux comme des malfaiteurs devient insupportable. Cependant, alors que l’asile de Navarre naît pour se démarquer du traitement infligé aux aliénés en prison, de nombreux observateurs lui reprochent son aspect carcéral.

Une majorité d’internements d’office

  • 11  Rapport moral 1871.

18Deux types d’admission sont possibles à l’asile : le placement volontaire et le placement d’office. Celui-ci relève d’une décision préfectorale, appuyée par un avis médical, et s’applique en cas de dangerosité du malade pour l’ordre public. Les principaux comportements susceptibles de donner cours à une procédure de placement d’office sont l’errance, la violence ou les tapages publics. Au XIXe siècle, ces placements d’office sont très majoritaires. Ainsi, en 1871, 79 % des aliénés admis à Navarre sont placés sur ordre de l’autorité publique11. De nombreuses lettres d’aliénés retrouvées dans les archives de l’asile de Navarre témoignent d’un sentiment d’incompréhension face à un enfermement mal compris. Ils se disent « innocents », ce qui est l’un des topiques de la littérature pénale. L’asile vise donc autant à protéger la société qu’à soigner.

Une discipline sévère

19D’autre part, les asiles et les prisons sont deux institutions qui exercent une surveillance continue sur les détenus. L’organisation collective de l’asile de Navarre, tels que les dortoirs et les réfectoires, impose une discipline sans faille. La régularité est une règle fondamentale de l’asile. La discipline procède également de la répartition stricte des aliénés au sein de l’établissement. Les quartiers sont cloisonnés, les aliénés ne peuvent circuler librement. Ils sont placés sous la surveillance permanente des gardiens. Leur autorité s’exerce sur les moindres détails de la vie quotidienne. L’individu interné perd son autonomie et doit solliciter une autorisation pour les actes les plus mineurs.

  • 12  Grand (Lucille), op. cit.

20La discipline passe également par la dépersonnalisation des aliénés à qui on attribue un matricule. Sur les tombes du cimetière de l’asile, seul ce matricule permet leur identification12. La cérémonie d’admission est symbolique de ce dépouillement. À l’inventaire des effets personnels succèdent la distribution éventuelle de vêtements et la communication des règles de l’établissement. Le confort, s’il tend à s’améliorer, est rudimentaire. L’asile est aussi un univers de violence. Les aliénés peuvent être agressifs et parfois dangereux. Certains déchirent leurs habits, cassent des carreaux, frappent les gardiens ou les autres aliénés. Le quotidien de l’asile est rythmé par ces multiples incidents. Cette violence oblige les gardiens à utiliser des moyens de contention comme la camisole.

21La prison et l’asile affichent parfois leur volonté de transformer l’individu, de l’amender. Les moyens mis en oeuvre ressortent pour les deux institutions d’un traitement moral. Les deux institutions sont également accusées d’augmenter les déviances qu’elles étaient censées contrôler. La prison, au lieu de favoriser la réinsertion des délinquants, multiplierait les récidivistes. L’asile, au lieu de soigner les aliénés, les rendrait encore plus fous. Des expressions très équivoques ponctuent le discours des aliénistes et confortent l’aspect carcéral de l’asile. Quand il ne « s’évade » pas, l’aliéné peut être « rendu à la société », « libéré ». Les dossiers médicaux évoquent également « les récidives », comme synonyme de rechutes. Le vocabulaire entretient ainsi la confusion entre l’internement asilaire et l’enfermement judiciaire.

L’asile, un pôle du réseau d’encadrement social départemental

22De multiples interactions existent entre les institutions pénitentiaires et sociales du département et l’asile de Navarre.

La question des aliénés criminels

23Tout d’abord, les prisonniers du département reconnus aliénés pendant leur détention sont transférés à l’asile de Navarre. Cette mesure ne concerne que les aliénés condamnés à des peines de moins de un an. Toutefois, bien des malades mentaux passent inaperçus dans les prisons. Ce sont les actes violents et d’insubordination au sein de la prison qui éveillent le plus l’attention des autorités pénitentiaires. Si la justice conclut à l’irresponsabilité de l’accusé pour cause d’aliénation mentale, celui-ci est alors emmené de la maison d’arrêt à l’asile sans procès. L’article 64 du code pénal de 1810 stipule en effet « qu’il n’y a ni crime, ni délit lorsque le prévenu était en état de démence au moment de l’action ou lorsqu’il a été contraint par une force à laquelle il n’a pu résister ».

L’asile pour aliénés criminels de Gaillon

  • 13  Congrès de médecine mentale, Paris, Masson, 1891, p. 215.
  • 14  Pactet (Florentin) et Colin (Henri), Des aliénés dans les prisons, Paris, Masson, p. 18. Il faut s (...)
  • 15  Congrès de médecine mentale, op. cit., p. 216

24En 1891, lors du congrès de médecine mentale qui se tient à Rouen, le Dr BRUNET, alors directeur-médecin de l’asile, fait un exposé sur la nécessité d’un asile national pour les aliénés criminels. D’après lui, la dissémination de ceux-ci dans les asiles ordinaires « est une cause constante de désordre pour ces établissements13 ». Si le Dr Brunet prend la parole lors du congrès, c’est qu’il est particulièrement concerné par le sujet. Dès 1867, des bâtiments sans emploi de la maison centrale de Gaillon (Eure) sont affectés à un quartier réservé aux condamnés extraits des prisons pour aliénation mentale. Le 17 mai 1876, cette annexe devient officiellement « l’asile spécial pour aliénés criminels14 », il est unique en France. Il concerne uniquement les prisonniers devenus aliénés pendant leur captivité et non les aliénés dangereux ou devenus criminels à l’asile. D’après les comptes du Dr Brunet en 1890, « l’asile d’Évreux, du 23 janvier 1867 au 23 juillet 1890, a reçu du quartier de Gaillon 128 aliénés15 ». Or, la promiscuité des malades et des criminels n’a de cesse d’être dénoncée par les médecins de l’asile. Le Dr Brunet reproche également au système en vigueur de favoriser, ou tout du moins de ne pas assez réprimer, les simulations de certains criminels qui, pour échapper à la justice, se font passer pour des aliénés.

La colonie des Douaires

  • 16  Dès 1824, la centrale de Gaillon achète des terres sur le haut-plateau voisin afin de mettre ses d (...)
  • 17  C’est le 5 août 1850 qu’une loi vient consacrer officiellement l’expérience des colonies agricoles (...)

25L’asile entretient des relations beaucoup plus constructives avec la colonie agricole des Douaires, près de Gaillon. Au départ, cette colonie pénitentiaire est une annexe de la centrale de détention16, la séparation officielle n’a lieu qu’en 1862. Conçu comme une alternative à la prison pour la jeunesse délinquante, cette institution associe une organisation militaire à un apprentissage agricole. Le retour à la terre, les activités purificatrices de la campagne et la discipline doivent, dans l’esprit de ses créateurs, moraliser une jeunesse incapable de se plier aux contraintes de l’ordre moral et social17. Que faire des aliénés mineurs criminels ? Doivent-ils d’abord être internés à l’asile au titre d’aliénés ou dans des colonies pénitentiaires au titre de jeunes délinquants ? La complexité du problème explique qu’il n’y ait pas de solution unique : les colonies pénitentiaires, comme celle des Douaires, et certains asiles d’aliénés, comme Navarre, accueillent, selon les cas, cette même population. Dès 1902, le Dr Leroy, médecin-adjoint de l’asile de Navarre depuis 1898, devient le médecin officiel de l’asile pour aliénés criminels de Gaillon et médecin de la colonie des Douaires. La direction des deux établissements de Gaillon est d’ailleurs assurée, à partir de 1902, par un même homme, le docteur Brun. Les liens entre l’asile de Navarre, l’asile pour aliénés criminels de Gaillon et la colonie des Douaires se résument-ils seulement à une communauté d’esprit de leurs dirigeants et à une communauté d’agents (les médecins aliénistes) ? Ne peut-on pas y déceler les bases d’un réseau d’encadrement des mineurs « inadaptés » à l’ordre social de l’époque ?

  • 18  Pactet (Florentin) et Colin (Henri), op. cit., p. 33.

26En 1901, le docteur Brun analyse la personnalité des pupilles des colonies correctionnelles. Il divise cette population en 4 catégories : les intelligents, les vicieux, les indifférents et les arriérés. D’après des recherches faîtes au début du XXe siècle à la colonie publique des Douaires18, on pourrait estimer à 15 % au minimum la moyenne des enfants enfermés dans un établissement pénitentiaire et dont la place serait dans un asile d’aliénés, ou tout au moins dans un établissement spécial.

  • 19  Rapport moral 1867, archives du CHS de Navarre.
  • 20  Expression du Dr Bessière, rapport moral 1900, archives du CHS de Navarre.
  • 21  Ibidem.

27Dix dossiers d’aliénés ayant séjourné aux Douaires ont été retrouvés dans les registres de sortie ou de décès de l’asile. Les échanges entre l’asile et la colonie sont toutefois bien supérieurs. Rien qu’en 1867, onze garçons sont transférés à Navarre19. Si la faiblesse statistique de nos cas est évidente, leur analyse peut toutefois permettre de mettre en valeur les liens entre l’asile et la colonie des Douaires. D’après nos sources, la majorité des transferts concerne les « fous moraux20 », c’est-à-dire les colons dont les valeurs morales sont jugées insuffisantes. Le niveau des facultés intellectuelles, au contraire, ne semble pas prépondérant. Ainsi, le nommé E., admis à l’asile le 22 février 1900, est décrit comme « menteur, indiscipliné, turbulent, dénonciateur, voleur ». Pourtant, « ce jeune malade qui est très intelligent ne manifeste aucune idée délirante21 ». D’autre part, les colons transférés sont ceux qui posent problème à la colonie, ceux que l’indiscipline et la violence rendent dangereux pour eux-mêmes ou pour leurs congénères. En définitive, ce ne sont pas les jeunes atteints de troubles mentaux qui sont en priorité transférés vers l’asile de Navarre mais ceux que la colonie n’arrive pas ou plus à encadrer. L’internement à l’asile d’aliénés marque donc l’échec de la colonie dans la rééducation d’une certaine partie de l’enfance « inadaptée ». L’âge des colons transférés est également révélateur. Lors de leur entrée à l’asile, ils ont tous plus de quinze ans. Il s’agit donc des jeunes les plus âgés, ceux qui sont les plus difficiles à régenter.

  • 22  ACHS, registre des sorties 1911 (n° 4000).

28Il ne faut pas croire que le placement à l’asile met un terme aux efforts de la société pour réinsérer ces jeunes. Marcel A. (n° 4000), transféré des Douaires à l’asile pour épilepsie le 1er octobre 1909, en sort « guéri » le 15 août 1911. Si la sortie de l’asile est autorisée, c’est avant tout parce qu’un travail attend le jeune homme. Dans le dossier médical, le médecin s’explique ainsi : « M. le directeur de la colonie des Douaires avec lequel j’ai correspondu m’a fait connaître qu’il pourrait confier ce jeune homme à un cultivateur de la région après avoir prévenu son patron de la maladie dont il a été atteint afin de le faire visiter par un médecin en cas de récidive et de le réintégrer à l’asile22 ». Cette initiative du directeur des Douaires symbolise tous les efforts accomplis par la colonie en ce qui concerne la « postcure ». Un soin tout particulier est en effet apporté au patronage des anciens colons et la direction de l’asile collabore à cette action.

29En définitive, cette analyse inscrit l’asile dans une définition plus large que ne le voudraient les seules caractéristiques d’un établissement de soins. Il y a un décalage entre la volonté affichée d’instituer l’asile en hôpital, et ses pratiques qui le lient davantage, au XIXe siècle, aux établissements carcéraux. En effet, l’asile de Navarre est un univers de réclusion étroitement lié au réseau carcéral de l’Eure. C’est un espace de redressement moral qui participe à l’encadrement des populations asociales du département. Les internements psychiatriques semblent mettre en lumière un contrôle de plus en plus important de la société sur toutes les catégories d’asociaux. Pauvreté, prostitution et alcoolisme sont autant de menaces pour le corps social et donnent lieu à des internements de sécurité publique. La loi de 1838, en admettant officiellement ce rôle de préservation sociale de l’asile, plaçait définitivement l’établissement asilaire dans la catégorie des institutions de répression. Les efforts thérapeutiques sont limités par ce rôle de contrôle des désordres sociaux issus de la Révolution industrielle. Les transferts d’aliénés opérés entre l’asile, les hospices, les prisons et les institutions spécialisées (asile pour criminel de Gaillon et colonie des Douaires) témoignent aussi de l’incapacité de l’administration à différencier la population spécifique de chacun de ces établissements. Ils sont cependant révélateurs d’une collaboration étroite entre les institutions du contrôle de la déviance du département. Au XIXe siècle, le rôle de l’asile de Navarre oscille donc entre soins, assistance et répression des comportements déviants de la société française.

Haut de page

Notes

1  La loi de 1838 prévoit que chaque département dispose d’un établissement public spécialement réservé au soin des aliénés. Elle fixe aussi les modalités d’entrée et de sortie de l’asile, de façon à éviter tout arbitraire. Cf. Quetel (Claude), La loi de 1838 sur les aliénés,volume I : l’élaboration, Paris, Frénésie éditions, 1988, 139 p.

2  Grand (Lucille), Maximilien Parchappe de Vinay (1800-1866) Inspecteur général des asiles d’aliénés et du service sanitaire des prisons, École Nationale des Chartes, thèse pour le diplôme d’archiviste-paléographe, Paris, 1995, [Vol. I, p. 232-256, Vol. III, Vol. V].

3  C’est le théorème de base de l’ethnopsychiatrie, fondée par Georges Devereux. En étudiant les troubles mentaux, en fonction des groupes ethniques ou culturels, ainsi que la place qu’ils occupent dans l’équilibre social, cette discipline nous apprend que chaque collectivité sécrète ses propres modèles de déviance.

4  Ripa (Yannick), La ronde des folles. Femme, folie et enfermement au XIXe siècle, Paris, Aubier, 1986, p. 20.

5  Désert (Gabriel) (dir.), « Marginalité, déviance, pauvreté XIVe-XIXe siècles », Cahier des Annales de Normandie, 1981, n° 13, p. 7.

6  Dagron (Jules), Des aliénés et des asiles d’aliénés, Paris, Adrien Delahaye, 1875, 107 p.

7  Rapport moral 1881, archives du CHS.

8  Corbin (Alain), Les filles de noce. Misère sexuelle et prostitution (XIXe-XXe siècles), Paris, Aubier, 1978, p. 166.

9  Pour plus d’information sur les méfaits de l’absinthe, consulter l’article de Marie-Claude Delahaye, « Grandeur et décadence de la fée verte », Histoire, économie et société, 4e trimestre 1988, p. 475-491.

10  Les médecins ne sont pas les seuls à illustrer cette théorie, les écrivains participent aussi à la divulguer. Dans la grande fresque des Rougon-Macquart, Zola étudie les lois de l’hérédité à travers l’histoire d’une famille sous le Second Empire. Il fait le sombre tableau de la déchéance morale et physique des hommes et des femmes victimes de l’alcoolisme. Cette description, comme les observations médicales de l’asile, semble bien traduire les angoisses d’une société effrayée par son avenir.

11  Rapport moral 1871.

12  Grand (Lucille), op. cit.

13  Congrès de médecine mentale, Paris, Masson, 1891, p. 215.

14  Pactet (Florentin) et Colin (Henri), Des aliénés dans les prisons, Paris, Masson, p. 18. Il faut signaler que Henri Colin, l’un des auteurs, avant d’être médecin en chef des asiles de la Seine a été médecin de la Centrale de Gaillon et médecin de l’asile spécial pour aliénés criminels.

15  Congrès de médecine mentale, op. cit., p. 216

16  Dès 1824, la centrale de Gaillon achète des terres sur le haut-plateau voisin afin de mettre ses détenus au travail. En 1842, c’est la ferme des Douaires en elle-même qui est acquise. Puis, en 1848, le bâtiment devient l’habitation définitive des jeunes.

17  C’est le 5 août 1850 qu’une loi vient consacrer officiellement l’expérience des colonies agricoles. Elle précise que les jeunes détenus « sont élevés en commun, sous une discipline sévère, et appliqués aux travaux de l’agriculture, ainsi qu’aux principales industries qui s’y rattachent ». Pour plus d’information, voir l’ouvrage de Gaillac (Henri), Les maisons de correction 1830-1945, Paris, Cujas, 1991, 463 p.

18  Pactet (Florentin) et Colin (Henri), op. cit., p. 33.

19  Rapport moral 1867, archives du CHS de Navarre.

20  Expression du Dr Bessière, rapport moral 1900, archives du CHS de Navarre.

21  Ibidem.

22  ACHS, registre des sorties 1911 (n° 4000).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Roussel, « L'asile de Navarre, entre soins, assistance et répression », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 13 mars 2013, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2009

Haut de page

Auteur

Florence Roussel

Professeur d’histoire-géographie.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page