Navigation – Plan du site

Des colonies de vacances à la gestion de l’enfance inadaptée : l'association du Val d'Aubette (1929-1983)

Sophie Victorien

Notes de la rédaction

Cet article publié dans Mémoires de la protection sociale en Normandie, n° 2, décembre 2003, p. 43-52, est tiré de la maîtrise de Sophie Victorien, L’Association du Val d’Aubette (1929-1983), De la colonie de vacances au foyer pour mineurs inadaptés, dirigée par Jean-Claude Vimont et soutenue à l’Université de Rouen en 2002 (176 pages et un volume d’annexes, dact.).

Texte intégral

  • 1  Toutes ces archives sont conservées au Foyer du Val d’Aubette à Saint-Aubin-Épinay.

1L’association du Val d’Aubette est fondée en 1929 afin de créer dans les environs de Rouen, à Saint-Aubin-Épinay, une colonie de vacances pour les enfants défavorisés. Or, après la Seconde Guerre mondiale, elle change de mission en mettant en place un foyer pour mineurs inadaptés. Ce parcours singulier va ainsi nous permettre d’aborder le système éducatif selon deux angles complètement opposés : les loisirs et la justice. Les archives mises à notre disposition grâce à l’actuel directeur de l’établissement, Monsieur Christian Guéroult, sont très variées même si elles présentent quelques lacunes. Elles sont constituées principalement des registres des délibérations des Assemblées générales et des Conseils d’Administration, du registre du personnel, des registres des entrées et des sorties des mineurs et des dossiers personnels de ces derniers1. Ces sources ont été complétées par des entretiens, notamment avec une éducatrice ayant travaillé dans le foyer dans les années soixante-dix et un ancien « placé » ayant séjourné au Val d’Aubette en 1958. Cette base documentaire va nous permettre de comprendre comment cette association a modifié son mode d’action en faveur de l’enfance difficile en nous attachant à la mise en place et au fonctionnement des colonies de vacances puis à l’émergence après-guerre du foyer pour mineurs inadaptés en insistant sur son organisation mais aussi sur les acteurs, personnel et jeunes pris en charge.

L’association philanthropique du Val d’Aubette

2Le Val d’Aubette s’inscrit dans le mouvement en plein essor des centres de vacances pour enfants qui a débuté à la fin du XIXe siècle. Bien que des points communs avec d’autres établissements de ce type puissent être mis en avant, son organisation porte l’empreinte de son fondateur. La création de cette association philanthropique repose en effet en grande partie sur l’initiative d’un seul homme : le chanoine René Le Picard. Son parcours et ses actions témoignent d’un engagement précoce dans la vie des laïcs. Né à Rouen le 25 mars 1878, il est ordonné prêtre en 1904 et nommé vicaire de la paroisse de Saint-Pierre-de-Carville, à Darnétal. En 1914, il devient chanoine prébendé puis chanoine titulaire en 1933. Docteur ès-droit canonique et civil, il se spécialise dans les questions relatives à la famille et au mariage. Directeur diocésain de « l’Association du mariage chrétien », il publie sur ce thème divers livres et études. Son souci de la sauvegarde de l’enfance est aussi prégnant dans ses actions, en témoigne notamment la création des Petits Colons de Darnétal, colonie de vacances pour les jeunes Darnétalais créée en 1912, qui perdure jusqu’en 1938. Il n’est donc pas surprenant que le chanoine Le Picard fonde une nouvelle œuvre au service de l’enfance défavorisée, représentée par le Val d’Aubette. Un certain nombre de personnes de tous horizons vont l’accompagner et l’aider dans cette expérience en participant aux différentes instances de l’association.

3Les membres du Conseil d’Administration de l’association peuvent être répartis selon deux groupes distincts : il s’agit de personnalités appartenant soit au monde des affaires, soit au clergé. Les laïcs, majoritaires, sont tous des figures importantes de la vie rouennaise de la première moitié du XXe siècle et assument avec plus ou moins de régularité, diverses fonctions essentielles au sein de l’association. Ces hommes sont indispensables pour leurs compétences mais aussi pour les nombreux avantages qu’ils représentent pour le Val d’Aubette. La principale aide qu’ils peuvent apporter est d’ordre matériel. La création et le fonctionnement d’une telle œuvre nécessitent des fonds conséquents et ces notables rouennais n’en manquent pas. Ajoutons que certains d’entre eux dirigent des entreprises de construction et peuvent faire bénéficier le chanoine Le Picard de prix préférentiels et apporter le concours de leurs ouvriers pour les travaux nécessaires à l’installation de la colonie de vacances. A ce premier type de soutien s’ajoute l’importance du réseau de sociabilité de ces personnages influents. Leurs relations sont nombreuses et choisies. Ils peuvent contribuer à recueillir des adhésions et recruter des fondateurs de lits, des personnes finançant les vacances d’un nombre défini d’enfants. Il est remarquable également que des membres d’une même famille s’investissent dans cette association ou que des hommes appartiennent à plusieurs organismes à la fois. L’exemple le plus significatif est celui de René Stackler. Né en 1900, il appartient à une riche famille alsacienne spécialisée dans l’industrie textile à Saint-Aubin-Épinay. Avoué à la cour, il est maire de Rouen de 1943 à 1944. Or, ce personnage de la haute société rouennaise, à l’instar d’autres membres, est impliqué aussi dans les grandes institutions de l’époque qui œuvrent en faveur de l’enfance inadaptée. Son nom est mentionné dans les listes des Conseils d’Administration ou des Bureaux des principales associations pour l’enfance inadaptée de la Seine-Inférieure dont Thiétreville et Les Terrasses. Un tel investissement correspond exactement à un style de vie propre à cette société aisée dont les valeurs morales sont essentielles autant que l’image qu’elle se doit d’entretenir. La participation à des œuvres de bienfaisance relève de la charité chrétienne et de la philanthropie, qui peut parfois revêtir l’aspect d’un certain paternalisme au sein de leur entreprise. Ainsi, le Val d’Aubette leur permet de placer les enfants de leurs employés mais aussi servir les patronages auxquels ils appartiennent. Les religieux quant à eux ont été choisis pour leur expérience et leurs compétences éducatives qui vont être très utiles pour cette œuvre destinée au relèvement de l’enfance. Cette finalité sous-tend de parfaire l’éducation religieuse des enfants confiés à la colonie de vacances dont le Comité de Direction est exclusivement géré par des membres du clergé.

  • 2  Journal officiel, 24 janvier 1930.
  • 3  Voir à ce propos l’ouvrage de Jean Houssaye, Le livre des colos, Histoire et évolution des centres (...)
  • 4  Registres des délibérations des Assemblées générales et des Conseils d’Administration de l’Associa (...)

4Le but initial de l’association du Val d’Aubette est de « contribuer au bien physique et au progrès moral des enfants défavorisés2 ». En effet, l’existence de la colonie de vacances se justifie par une fonction compensatrice face à l’insuffisance de la famille considérée comme éducativement incapable3. Les ambitions du chanoine Le Picard sont donc de venir en aide à une certaine catégorie d’enfants issus des quartiers populaires de Rouen en occupant le temps des vacances scolaires. Le chanoine Le Picard revendique cette action moralisatrice à plusieurs reprises au cours des Assemblées générales. Le 27 mars 19314, il s’exprime ainsi :

« Quel jugement porter sur les résultats d’ordre moral ? Chez nous, comme dans toute œuvre où se côtoient beaucoup de garçons, il peut se rencontrer, et il y a des chances qu’il se rencontre des camarades dont les conseils ou les exemples soient un danger, mais dans l’ensemble, et c’est l’ensemble qu’il faut considérer, il semble certain que les enfants ne peuvent manquer de remporter une impression salutaire ; ils conserveront le souvenir que les abbés se sont dévoués pour eux, et les ont aimés. En outre, il en est qui, docilement et sincèrement, s’efforcent de devenir meilleurs ».

5L’œuvre des Petits Colons de Darnétal est destinée exclusivement aux enfants darnétalais. En fondant une deuxième colonie de vacances, le chanoine Le Picard répond à des ambitions plus grandes mais surtout à une demande très forte de la part, notamment, des patronages des paroisses de Rouen :

  • 5  Op. cit., Assemblée générale du 24 janvier 1930, p. 13.

« Derrière mon dos, des garçons attendaient leurs vacances. Mes petits Darnétalais auraient pu se contenter d’aller camper quotidiennement dans les bois, comme je faisais déjà en compagnie de leurs devanciers de 1912. Mais à Rouen, les Enfants au Grand Air, qui n’avaient plus à Boisguillaume la tente où ils avaient l’année précédente installé leurs lits, cherchaient vainement un abri5 ».

6En effet, l’origine des patronages est de rassembler les enfants issus des milieux populaires afin d’éviter le désœuvrement et de fournir une formation chrétienne que la famille n’est pas capable d’apporter. La prise en compte progressive des vacances et des loisirs comme milieu éducatif explique que ces organisations catholiques se tournent vers les colonies de vacances. Or, les paroisses de Rouen en sont généralement dépourvues. L’association du Val d’Aubette trouve ainsi sa justification en comblant ce manque.

La colonie de vacances

  • 6  Op. cit., Assemblée générale du 30 mars 1936, p. 213.

7La colonie de vacances est implantée à Saint-Aubin-Épinay, à sept kilomètres de Rouen. Cette petite commune, située dans la haute vallée de l’Aubette, est connue pour la fabrication au XIXe siècle des indiennes, tissus de coton imprimés. En 1929, ce village est marqué notamment par la célèbre usine Stackler dont les bâtiments sont à l’abandon après avoir tenus lieu de camp de prisonniers allemands pendant la Première Guerre mondiale. Ils vont devenir le cœur de l’association du Val d’Aubette. Toutefois, des travaux d’aménagement de grande envergure doivent être entrepris et vont entraîner des dépenses considérables, grevant lourdement et pour longtemps les finances de l’association dont la faiblesse est constamment évoquée. En effet, les ressources ordinaires sont constituées exclusivement des souscriptions des « fondateurs de lits » et des pensions demandées aux familles des enfants participant aux colonies ; elles sont complétées par des subventions, généralement insuffisantes, du Ministère de la Santé publique, du Conseil général et de la Ville de Rouen. Le chanoine Le Picard réussit cependant à relever le défi de transformer ce lieu voué à l’industrie textile en colonie de vacances, même si « les bâtiments certes conservent un aspect industriel6 ». Le confort est relatif : le mobilier est issu de récupérations diverses et les installations hygiéniques sont rudimentaires.

  • 7  Op. cit., Assemblée générale du 27 mars 1931, p. 57-59.
  • 8  Ibidem.

8La centaine d’enfants admis à la colonie de vacances pour quatre semaines – deux séries sont prévues pendant les grandes vacances - sont exclusivement des garçons âgés de sept à treize ans. Ils sont placés soit par les fondateurs de lits soit par les patronages participant aux activités de l’association du Val d’Aubette. Lors du séjour, les enfants sont divisés en deux groupes. La visite médicale effectuée auparavant aide à répartir les colons selon leurs aptitudes physiques et leur âge, qui conditionnent les jeux et les activités tout en permettant d’éviter les intimidations possibles des plus âgés ; une autre raison tient à la nécessité d’assurer la discipline « Le règne des chefs, je veux dire leur autorité, est par cette division plus facilement assuré7 ». Une Division des « Petits » et une des « Grands », scindées en groupes restreints et homogènes, ont donc été instituées. Des sections sont également mises en place : « six enfants seulement par section, comme six sections au maximum par groupe. Chaque enfant a son numéro et sa place dans la section, comme chaque section son numéro et sa place dans le groupe. Qu’il s’agisse du réfectoire, du vestiaire, du dortoir, de la marche, la place est constante, et uniformément déterminée par le numéro attribué à l’enfant dans la section8 ». Dans ses termes et dans sa structure, cette organisation se réfère au scoutisme. Ses avantages sont multiples : surveillance assurée plus facilement, émulation davantage suscitée, suivi différencié possible. Ce sont les mêmes priorités qui vont guider la nécessité de régler avec précision l’ordre de la journée. Les groupes se lèvent le matin à quelques minutes d’intervalle et descendent chacun leur tour au vestiaire afin d’y effectuer une toilette sommaire. Ensuite, les enfants ont le choix d’aller soit en récréation soit à la chapelle. Après le petit-déjeuner, la récréation recommence. Celle-ci est à nouveau interrompue par la montée au dortoir où chacun fait son lit. Une leçon de gymnastique est aussi parfois donnée. Les « garçons de bonne volonté » sont employés à des occupations ménagères ou à des travaux dans la cour. En fin de matinée, un exercice quotidien et primordial est la « causerie ». Après le repas, les enfants retournent s’amuser jusqu’au départ pour la promenade dans les bois alentours. Au retour, un arrêt au vestiaire permet la « grande toilette » qui, deux fois par semaine, est précédée par un tour à la salle des bains de pieds. Après le souper, il y a à nouveau une récréation et pour les « enfants pieux », une courte visite à la chapelle. La journée se termine par la montée silencieuse au dortoir.

  • 9  Houssaye (Jean), op. cit., p. 70.
  • 10  Registre des délibérations des Assemblées générales et des Conseils d’Administration de l’Associat (...)

9Le jeu occupe donc la plus grande partie de la journée. Il se déroule toujours à l’extérieur, aucune salle n’ayant été prévue à cet effet, ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes en cas d’intempéries. Plusieurs cours reproduisant la séparation entre « Petits » et « Grands » ont été aménagées. Le jeu a un rôle moral et éducatif dont les organisateurs ne sont pas dupes : « esprit de discipline, franchise et loyauté, initiative, endurance, observation, action9 ». Dans le même esprit, une promenade est organisée chaque après-midi. Elle fournit une occupation saine et un bol d’air nécessaire à ces enfants des villes. Les bois voisins sont propices à cette activité. Le jeu est là aussi très présent mais la promenade a aussi une autre signification : elle permet d’être au contact de la nature dont le spectacle peut « élever l’âme humaine jusqu’à Dieu ». La formation religieuse se limite au sermon à la messe une fois par semaine car, selon le chanoine Le Picard, « les vacances, ce n’est pas le temps du catéchisme. Les règlements diocésains prévoient qu’il est suspendu jusqu’en octobre10 ». Deux autres activités ont un rôle éducatif. La première est « l’important exercice de la causerie » qui a lieu tous les jours en fin de matinée dans la « salle verte ». Il s’agit d’une sorte de mise au point assortie d’un jugement moral sur les menus événements souvent d’ordre disciplinaire qui se sont passés à la colonie. L’exécution de « corvées » fait partie de la même démarche. Les enfants ne sont pas obligés de les faire mais il est bien vu d’y participer. Le but est de les familiariser avec les tâches ménagères et de montrer le bon exemple aux plus réfractaires.

10Le personnel d’encadrement et de surveillance est exclusivement masculin ; il est réparti selon une hiérarchie composée de quatre degrés. Au sommet, le sous-directeur, est obligatoirement un séminariste qui doit avoir avec lui l’âge et l’expérience ; juste au-dessous de lui, deux assistants, un pour la Division des Grands, un pour celle des Petits. Chaque division étant subdivisée en deux groupes, composés chacun de quatre ou cinq sections de six enfants, il y a quatre chefs de groupes issus le plus souvent du Grand Séminaire, bien que la colonie de vacances doive régulièrement recourir à des « civils » afin de compléter les postes vacants. Au dernier rang, les sous-chefs sont des lycéens venant de Rouen ou du Havre. Le chanoine Le Picard souhaiterait améliorer le recrutement du personnel mais, quel que soit le poste, la colonie de vacances souffre d’un manque chronique en personnel. Dès lors, l’encadrement est souvent insuffisant, voire parfois incompétent. De nombreuses fois, le Comité de Direction se plaint de cette situation qui ne s’améliore guère au cours des années. La discipline au sein de la colonie de vacances est régulièrement évoquée dans les rapports du Comité de Direction effectués lors des Assemblées générales. Il s’agit d’un des soucis majeurs de l’association car sa mission est principalement de contribuer au relèvement moral de l’enfance défavorisée. Lors de l’Assemblée générale du 27 mars 1931, le chanoine Le Picard rapporte cette anecdote à propos des chefs de groupe :

  • 11  Op. cit., Assemblée générale du 27 mars 1931, p. 54.

« Les séminaristes parisiens étaient des hommes qui ne manquaient pas de maturité. Parmi eux, outre l’ingénieur, se trouvaient deux officiers de marine : après huit et neuf ans de service, où ils avaient maintes fois bravé le déchaînement des tempêtes, ils affrontèrent avec une aimable simplicité l’indiscipline de nos gamins ; ils rencontrèrent moins de docilité à la colonie qu’à bord des navires de guerre, et ils s’aperçurent qu’autre chose est commander les marins de l’Etat et autre chose commander les garçons du quartier Martainville. L’un d’eux disait un jour : “j’étais accoutumé, quand je donnais un ordre, à être obéi, et je n’avais pas besoin d’aller m’assurer qu’il était exécuté.” Souhaitons, sans trop l’espérer, qu’un jour vienne où les anciens Chefs de notre Colonie puissent tenir le même langage11. »

  • 12  Ibidem, p. 62.

11Cette indiscipline des garçons, issus des quartiers populaires de Rouen, est attribuée à leur milieu familial. En effet, le Comité de Direction estime que ces enfants appartiennent à des familles où l’autorité abdique trop facilement et tolère tous les caprices12. Toutefois, le personnel d’encadrement et de surveillance est souvent considéré comme peu compétent. Malgré un désir affiché de ne pas trop les blâmer, le chanoine Le Picard ne ménage pas ses critiques à leur égard. Le manque d’expérience lié à leur jeunesse est, pour le fondateur, une des principales explications. Ainsi, il réprouve les attitudes et les actes venant de quelques chefs peu scrupuleux :

  • 13  Op. cit., Assemblée générale du 12 mars 1934, p. 167.

« La carence qui néglige le contrôle, l’inertie qui néglige les petits procédés de redressement, préparent de brutales réprimandes, ou des punitions plus brutales encore, voire même, car tout arrive, une gifle malencontreuse. Oh ! Les punitions ! Quel mal elles peuvent faire13 ! »

12Le fonctionnement de la colonie de vacances est révélateur de la pensée de son fondateur. Tout a été pensé et organisé selon des principes éducatifs imprégnés de charité chrétienne mais aussi de rigueur. Bien que conscient de la difficulté de sa tâche, il se trouve confronté à une réalité qui ne correspond pas à ses ambitions premières. Le véritable succès de la colonie de vacances se fait attendre. Divers obstacles entravent le bon déroulement de son action. Les moyens financiers dont il dispose sont modestes et ne permettent pas de mettre en place une structure digne de ce nom. Le personnel d’encadrement dont le rôle est si précieux n’est pas formé et donc incapable de transmettre correctement un enseignement profitable à ces enfants issus de familles démunies. Les progrès escomptés, sûrement trop ambitieux, s’esquissent à peine mais la volonté du chanoine Le Picard reste intacte et permet à son établissement de fonctionner malgré les difficultés. Cependant, la Seconde Guerre mondiale va bouleverser complètement l’activité de l’association qui va être refondée entièrement.

Le foyer pour mineurs inadaptés

  • 14  Bourquin (Jacques), « Éducation surveillée, protection judiciaire de l’enfance. Approche historiqu (...)

13La colonie de vacances s’interrompt pendant l’Occupation. Dès 1940, les locaux du Val d’Aubette sont réquisitionnés par les Allemands qui y installent un hôpital militaire. Suite au débarquement de Dieppe, l’hôpital est déplacé mais des troupes y séjournent occasionnellement. L’activité de l’association ne reprend réellement qu’en 1949, toutefois, son profil est complètement modifié. Le chanoine Le Picard est décédé en 1948 ; bien que des anciens membres soient restés, ses dirigeants, en majorité laïcs, sont nouveaux. Sa mission est réorientée vers la création d’un foyer d’accueil pour mineurs inadaptés, au détriment des colonies de vacances. Cette évolution peut paraître surprenante, or, elle s’inscrit véritablement dans un mouvement national de lutte contre la délinquance juvénile mis en place dès la fin de la guerre. Cependant, comme le souligne Jacques Bourquin14, le contexte de la Libération n’est pas compatible avec l’enfermement car il est porteur de réformes. La répression n’est plus, par conséquent, une solution envisageable. Cette question va désormais se traduire par un appareil législatif et administratif représenté en premier lieu par l’Ordonnance du 2 février 1945, relative à l’enfance délinquante. Ce texte, d’inspiration libérale, consacre la notion d’éducabilité et rend la voie répressive exceptionnelle. Les mineurs délinquants relèvent désormais exclusivement de juridictions spécialisées qui deviennent permanentes. Très rapidement, soit le 1er septembre 1945, est créée l’Éducation surveillée, totalement autonome de l’administration pénitentiaire. Elle s’appuie à la fois sur le secteur public et sur le secteur associatif qu’elle contribue à financer et qu’elle contrôle au niveau pédagogique, administratif et financier. Ce dispositif est complété par l’Ordonnance du 23 décembre 1958 qui élargit ainsi l’action éducative aux jeunes en danger. De même, lorsque l’âge de la majorité civile est abaissée, est promulgué le décret du 18 février 1975 permettant au juge des enfants d’organiser avec leur accord une protection judiciaire à l’égard des jeunes majeurs de dix-huit à vingt-et-un ans. Ce renouveau législatif traduit un changement dans la conception des mineurs de justice qui était latente depuis un siècle. Cet intérêt est donc amplifié par le contexte particulier de l’après-guerre, marqué également par une augmentation de la délinquance juvénile, qui inquiète non seulement la société mais aussi le gouvernement français.

  • 15  Rapport d’inspection de Mademoiselle Heurtier « La question de l’enfance en Normandie et plus part (...)
  • 16  Ibidem.
  • 17  Ibidem.

14La Seconde Guerre mondiale a, en effet, lourdement touché le territoire français et certains départements plus particulièrement, dont la Seine-Inférieure. Un rapport d’inspection15 daté du 9 décembre 1946 de Mademoiselle Heurtier met ainsi l’accent sur les difficultés aiguës de cette « province qui, après l’occupation allemande, a subi le passage des troupes américaines ». Rouen, le Havre et les alentours ont subi de nombreuses destructions suite aux bombardements. Les dégâts sont énormes et « la reconstruction est si lente que la population loge toujours [en 1946] dans les caves16 ». Ces conditions de vie extrêmes sont vécues par des foyers fortement marqués par la démobilisation et la perte de proches. Ces années de guerre mais aussi d’après-guerre ne permettent pas aux jeunes de vivre une enfance sereine et équilibrée. Ces difficultés peuvent ressurgir à l’adolescence et freiner leur épanouissement. Même ceux qui ont été placés en nourrice dans des familles d’accueil à la campagne, peuvent poser problème, laissant impuissantes les personnes responsables de leur éducation. Ces situations particulières font qu’une partie de la jeunesse est considérée en danger. En effet, « la délinquance s’est accrue dans des proportions énormes dans cette province […]. Vols et prostitution se sont multipliés et pour éviter le passage et le trop long séjour à la prison, les juges laissent chez eux les enfants. Rouen a jugé l’an passé [1945] 1100 délinquants17. » La situation de la Seine-Inférieure après-guerre est donc présentée comme catastrophique. Les besoins sont très importants mais les structures adaptées manquent cruellement. L’association du Val d’Aubette se propose donc de répondre à ce besoin en créant dès 1949 le premier foyer de semi-liberté habilité par l’Éducation surveillée en Seine-Inférieure. Il est destiné à accueillir des jeunes délinquants et des mineurs en danger ; ces deux catégories sont assimilées à l’enfance inadaptée, notion par ailleurs très vague comprenant également les déficients mentaux.

  • 18  Rapport d’activité du Foyer du Val d’Aubette, 1949-1951.
  • 19  Cahier des délibérations des Assemblées générales et des Conseils d’Administration, Foyer du Val d (...)
  • 20  Op. cit., Assemblée générale du 1er juillet 1951.

15Les bâtiments de la colonie de vacances ne sont pas adaptés à cette nouvelle mission et des travaux d’aménagement sont indispensables. Un « schéma de distribution des locaux » réalisé en 1951, dresse un état des lieux18. Toutes les activités nécessaires à la vie quotidienne sont représentées et concentrées dans un seul bâtiment. Le but est de reproduire une ambiance familiale. Le directeur et sa femme logent dans un appartement aménagé en son sein pour des raisons évidentes de surveillance. Un bureau lui a été attribué afin qu’il remplisse ses fonctions de direction. Les jeunes disposent, quant à eux, seulement de quatre chambres. Ils prennent leurs repas dans la salle à manger commune, contiguë à la cuisine. L’hygiène et la santé ne sont pas laissées de côté grâce aux installations sanitaires et à l’infirmerie, aménagée en 195019. Malgré les transformations apportées, la capacité des locaux se révèle rapidement insuffisante pour accueillir la vingtaine de jeunes pris en charge. Dès 1951, un autre domaine est acquis afin d’installer un deuxième foyer selon le même modèle20. Le lieu choisi est la villa Sainte-Rose, petit château situé à cinq cents mètres environ des premiers bâtiments du Val d’Aubette. Elle est entourée d’un parc de 2,40 hectares. Il comprend un potager, des vergers, des poulaillers, des herbages. Ainsi, à partir de 1952, deux foyers d’accueil sont en activité et fonctionnent en parallèle mais les questions financières et administratives sont communes. Seulement, en 1963, les membres du Conseil d’Administration décident de vendre les anciens locaux, certainement à cause de la fin de l’activité des colonies de vacances. L’accueil des jeunes inadaptés va donc se concentrer dans le domaine de la villa Sainte-Rose où un foyer neuf va être construit sur le même terrain. L’acquisition du nouveau domaine et les travaux sont financés en partie par des subventions et des prêts accordés notamment par la Caisse d’Allocations familiales, par la Sécurité sociale et par la Caisse d’Épargne. L’annexe du château est inaugurée en 1965 mais rapidement l’agrandissement du foyer est nécessaire car il n’y a pas assez de place pour faire face à la demande. Trois nouvelles constructions s’ajoutent au château et à l’annexe en 1975 : un bâtiment des services généraux comprenant également à l’étage les logements du Directeur et du chef de service ainsi que deux autres pavillons, construits à l’identique et conçus pour accueillir chacun un groupe de seize adolescents en chambre individuelle.

  • 21  Registre des délibérations des Assemblées générales et des Conseils d’Administration de l’Associat (...)

16Grâce à ces nouveaux locaux, le fonctionnement du foyer se précise. Les jeunes sont répartis en quatre groupes afin de leur apporter là aussi une réponse plus individualisée21. Un groupe C, appelé groupe d’accueil, est confié à quatre éducateurs et est logé dans l’annexe du foyer. Après une période d’observation plus ou moins longue oscillant entre deux et trois mois, permettant de faire le tour de la personnalité des nouveaux arrivants, les éducateurs les affectent à un groupe déterminé. L’observation se veut pédagogique mais elle porte également sur le milieu familial, l’orientation professionnelle, les soins éventuellement à administrer, etc. Les groupes A et B accueillis dans les nouveaux pavillons, fonctionnent en semi-liberté. Leurs membres vivent et travaillent selon un objectif prioritaire : l’autonomie du jeune. Ils sont encadrés par six éducateurs. Le château est réservé aux sujets stabilisés. Il s’agit du groupe des « sortants ». Le but recherché est d’accentuer cette autonomie du jeune dans les semaines ou les mois qui précèdent sa sortie de l’établissement afin de le préparer à se retrouver seul et à affronter la « vie normale ». Le mode d’organisation du foyer s’est donc régulièrement amélioré à l’instar du personnel dont le recrutement est pendant très longtemps une source de difficulté supplémentaire. Lorsque l’établissement ouvre ses portes en 1949, il comprend un seul directeur-éducateur installé avec sa femme et quelques personnes employées aux tâches ménagères. Toutefois, l’encadrement des jeunes va progressivement s’étoffer et être plus qualifié, notamment avec l’arrivée en 1968 de Benjamin Emo à la direction, qui correspond à un large mouvement de progrès dans la formation et le recrutement des éducateurs au niveau national avec en particulier l’instauration en 1967 du diplôme d’éducateur spécialisé. Le nombre d’éducateurs employés à plein temps se stabilise aux alentours de la dizaine, en comptant les stagiaires. Le personnel n’est pas exclusivement masculin mais les femmes sont peu nombreuses et restent moins longtemps que les hommes car les conditions y sont très dures. À partir de 1974, des psychologues et des psychiatres sont recrutés afin de compléter l’action des éducateurs auprès des mineurs dont ils ont la charge.

17La mission de l’association est plus clairement définie et semble mieux servie. Il s’agit de réinsérer ces jeunes en grande difficulté en les aidant notamment à trouver une formation professionnelle et un métier. Lors de leur arrivée, les jeunes sont tenus au courant du règlement et des obligations inhérentes à leur situation. Toutefois, les entretiens ne sont pas réguliers lors de leur séjour. Leur liberté est limitée par diverses contraintes. Les levers et les couchers sont surveillés et les repas du soir sont obligatoirement pris en commun. Ils doivent soit suivre une formation soit trouver du travail. Les jeunes travailleurs sont tenus ainsi de payer une pension proportionnelle à leur salaire. Celle-ci est déclarée aux autorités de tutelle qui défalquent d’autant le prix de journée. Les dépenses quotidiennes du foyer sont en effet assurées par le paiement du prix de journée estimé en fonction des frais de fonctionnement. Les dépenses sont donc contrôlées comme les relations avec la famille ; une autorisation est indispensable pour aller rendre une visite à ses proches. Cependant, beaucoup de jeunes sont en situation d’abandon.

  • 22  Entretien avec un ancien pensionnaire.

18L’ambiance du foyer est tributaire du type de mineurs pris en charge. Le climat qui règne au Val d’Aubette est empreint de violence sous-jacente. Elle peut éclater à tout moment. Il n’y a pas véritablement de solidarité entre les jeunes mais plutôt une sorte de rivalité. Les vols sont d’ailleurs fréquents dans l’établissement. « Quand un garçon travaillait et l’autre pas, il était forcément tenté. Il ne fallait pas laisser traîner de l’argent sinon il était volé. Ce n’était pas de la délinquance, on volait pas nécessité22. » Des bagarres peuvent aussi être déclenchées à n’importe quel moment. Cette violence est donc bien réelle et n’est pas propre au Val d’Aubette. Son origine est à chercher dans la rue, en particulier dans les bandes émergeant après-guerre. Toutefois, la personnalité des deux directeurs qui se succèdent, sont assez dissuasives pour imposer « la loi du foyer ». Les jeunes accueillis au foyer du Val d’Aubette sont donc en rupture avec la société. La délinquance peut motiver le placement mais les mineurs en danger sont en majorité dans l’établissement. Cette situation, comme les motifs de placement, n’évolue guère de 1949 aux années quatre-vingt. Quoiqu’il en soit, la lecture de leur dossiers personnels nous présentent dans la majorité des cas, un milieu familial perturbé. Ils sont soit orphelins soit élevés dans des conditions peu propices à leur épanouissement. En effet, les mineurs pris en charge par le Val d’Aubette présentent non seulement des problèmes comportementaux mais également des difficultés au niveau scolaire et professionnel. Il s’agit généralement d’un ensemble complexe de faits malheureux qui peuvent aller d’un divorce difficile à des mauvais traitements infligés régulièrement sur le garçon. Le milieu familial est très souvent le même, il côtoie le sordide. La misère et l’alcoolisme en sont les principales caractéristiques. L’objectif du placement est de sortir le jeune, âgé en moyenne de seize à dix-sept ans à son arrivée, de ce milieu considéré comme pathogène, de le rééduquer et de lui permettre de se réinsérer. Cependant, ce mode de traitement présente aussi des limites. Si l’on considère les motifs de sortie après un séjour compris entre quelques mois et plusieurs années, un nombre non négligeable de mineurs partent sans réelle amélioration de leur cas après avoir été renvoyés entre autre pour vol, indiscipline, fainéantise ou avoir gardé leur salaire. Toutefois, la majorité des jeunes pris en charge sont autorisés à retourner dans leur famille, à prendre une chambre en ville ou à être logés par leur employeur. Ce départ n’est motivé d’ailleurs qu’après décision du juge des enfants mais les fugues ne sont pas absentes. Le bilan est donc très contrasté d’autant que les jeunes éprouvent souvent des difficultés après leur remise en liberté. Les récidives constituent autant d’échecs pour le Val d’Aubette. Face à ces difficultés, un suivi est mis en place à partir de 1974 afin de leur apporter un support affectif mais aussi une aide dans l’organisation matérielle. Cette structure d’accompagnement symbolise les efforts accomplis par le foyer pour améliorer son efficience. Depuis sa création en 1949, les méthodes éducatives et l’encadrement des jeunes ont en effet régulièrement progressé malgré notamment le manque de moyens financiers mais aussi le caractère expérimental de ce type d’établissement.

19Le parcours de l’association du Val d’Aubette peut sembler surprenant mais il relève en fait du même ordre d’idées qui consiste à venir en aide à l’enfance défavorisée. Seules les méthodes et la classe d’âge prise en charge sont différentes. Avant la Seconde Guerre mondiale, cette œuvre philanthropique, dirigée par le chanoine Le Picard, est imprégnée des valeurs catholiques et tend à vouloir transformer les petits Rouennais issus des quartiers populaires, en parfaits petits chrétiens. Progressivement, un glissement s’est opéré vers la justice. Cette évolution s’inscrit véritablement dans son temps, elle est le reflet des préoccupations de la société et des changements latents dans le traitement des jeunes en difficulté. La mise en place du foyer de semi-liberté correspond à un mouvement de création d’établissements spécialisés dans la rééducation de l’enfance inadaptée impulsé par l’Éducation surveillée à partir de 1945, dont les répercussions sont encore visibles actuellement. L’association du Val d’Aubette fonctionne aujourd’hui avec dix-huit éducateurs et prend en charge trente-cinq jeunes qui logent dans les bâtiments construits en 1975. Ses structures ont continué d’évoluer, non sans difficultés, afin de perfectionner son action. Le dispositif « Exit » est le dernier exemple en date. Destiné à sortir le jeune d’une situation bloquée, il offre plusieurs modalités de prise en charge dont la plus radicale est le dégagement. Il s’agit pour lui de quitter son environnement habituel pendant dix à vingt jours, encadré de deux éducateurs, qui vont partir avec lui en voiture et rester en permanence à ses côtés. Le contexte de 1945 a donc permis la mise en place d’une véritable justice des mineurs mettant en avant l’éducatif mais son rôle est régulièrement contesté et un durcissement est revendiqué. Or, un détour par l’histoire nous permet de relativiser ce jugement en montrant que les formes de délinquance juvénile n’ont guère évolué depuis les années cinquante et même si la prévention et le placement ont des limites, la répression n’est pas forcément la solution.

Haut de page

Notes

1  Toutes ces archives sont conservées au Foyer du Val d’Aubette à Saint-Aubin-Épinay.

2  Journal officiel, 24 janvier 1930.

3  Voir à ce propos l’ouvrage de Jean Houssaye, Le livre des colos, Histoire et évolution des centres de vacances pour enfants, Paris, La Documentation Française, 1989, p. 28 : « La colonie de vacances est née d’une volonté de compenser une carence physique, sociale, morale, intellectuelle et/ou spirituelle. Chacun insistera sur sa carence et sa compensation mais, fondamentalement, la fonction est compensatoire : et ceci est très important : c’est parce qu’il y a un manque qu’il y a une structure nommée colonie de vacances ».

4  Registres des délibérations des Assemblées générales et des Conseils d’Administration de l’Association du Val d’Aubette, 1929-1939, Assemblée générale du 27 mars 1931, p. 62.

5  Op. cit., Assemblée générale du 24 janvier 1930, p. 13.

6  Op. cit., Assemblée générale du 30 mars 1936, p. 213.

7  Op. cit., Assemblée générale du 27 mars 1931, p. 57-59.

8  Ibidem.

9  Houssaye (Jean), op. cit., p. 70.

10  Registre des délibérations des Assemblées générales et des Conseils d’Administration de l’Association du Val d’Aubette, 1929-1939, Assemblée générale du 19 mars 1937, p. 248.

11  Op. cit., Assemblée générale du 27 mars 1931, p. 54.

12  Ibidem, p. 62.

13  Op. cit., Assemblée générale du 12 mars 1934, p. 167.

14  Bourquin (Jacques), « Éducation surveillée, protection judiciaire de l’enfance. Approche historique », Le Groupe familial, n° 116, juillet-septembre 1987 - La délinquance juvénile, p. 11.

15  Rapport d’inspection de Mademoiselle Heurtier « La question de l’enfance en Normandie et plus particulièrement en Seine-Inférieure », 9 décembre 1946, CRIV, non coté.

16  Ibidem.

17  Ibidem.

18  Rapport d’activité du Foyer du Val d’Aubette, 1949-1951.

19  Cahier des délibérations des Assemblées générales et des Conseils d’Administration, Foyer du Val d’Aubette, Saint-Aubin-Épinay, 1946-1965, Assemblée générale du 1er octobre 1950.

20  Op. cit., Assemblée générale du 1er juillet 1951.

21  Registre des délibérations des Assemblées générales et des Conseils d’Administration de l’Association du Val d’Aubette, 1965-1975, Assemblée générale du 19 décembre 1975.

22  Entretien avec un ancien pensionnaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Victorien, « Des colonies de vacances à la gestion de l’enfance inadaptée : l'association du Val d'Aubette (1929-1983) », Criminocorpus [En ligne], Justice des mineurs, mis en ligne le 02 juillet 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2011

Haut de page

Auteur

Sophie Victorien

Docteure en histoire contemporaine, chargée de recherche (GRHis, Université de Rouen). Sophie Victorien est chargée d’édition (articles et ressources en ligne) de Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page