Navigation – Plan du site
2013

L'établissement départemental d'assistance de Grugny

Valérie Cordier

Notes de la rédaction

Cet article publié dans Mémoires de la protection sociale en Normandie, n° 2, décembre 2003, p. 81-93, est issu du mémoire de maîtrise de Valérie Cordier, L’Établissement de Grugny. Quelques aspects de la politique d’assistance départementale de la Seine-Inférieure à travers les mouvements des populations. 1910-1970, sous la direction de Jean-Claude Vimont, Université de Rouen, 2000-2001, 176 p. et annexes.

Texte intégral

  • 1  Marec (Yannick), Bienfaisance communale et protection sociale sous la Troisième République : le «  (...)

1Créé en 1910, il répond à la nécessité d’améliorer et de rentabiliser l’assistance apportée aux enfants handicapés légers, aux vagabonds et mendiants, aux vieillards infirmes ou incurables. Des dispositions législatives, des structures d’accueil, des prises en charge par la bienfaisance publique existent dans le département depuis fort longtemps. Que ce soit en initiatives privées ou publiques, nombre de structures permettent de prendre en charge les plus nécessiteux, les malades et les infirmes. Les moyens sont certes rudimentaires mais présents. Aussi bien dans la capitale normande1 que dans les cinq arrondissements du département, hôpitaux, hospices, bureaux de bienfaisance et établissements d’assistance confessionnels existent. La création du nouvel établissement ne remet pas en cause la politique d’assistance. Elle correspond à une volonté de rationaliser des structures existantes afin de mieux prendre en charge les populations à secourir tout en tenant compte des réalités budgétaires. Appliquant la loi, l’anticipant même parfois, la politique du Conseil général reflète les préoccupations nationales.

L’assistance départementale : un constat accablant

  • 2  ADSM 1NP100. Procès-verbaux des délibérations du Conseil général, 2e session, 8e séance du 26 août (...)
  • 3  Les 1 513 vieillards ne représentent que ceux qui ne peuvent être hébergés à domicile compte tenu (...)

2Le bilan2 du Conseil général de 1903 sur les structures d’accueil disponibles pour les vieillards, invalides ou incurables montre les carences de l’assistance « La Seine-Inférieure ne dispose que de 306 unités de placement alors qu’au moins 1513 vieillards3 et infirmes auraient besoin d’être placés. » Or le département, mis à part le placement à domicile, ne dispose que de 22 lits répartis dans quatre établissements. Est ainsi avancée la possibilité de créer un asile « Quel que soit le mode [de secours] que l’on applique, pension ou placement à domicile, il restera toujours en dehors de leur action un assez grand nombre de vieillards et d’infirmes sans famille ou nécessitant une surveillance ou des soins spéciaux, susceptibles d’hospitalisation pour lesquels il conviendrait de créer un asile où ils seraient reçus et soignés. »

Établissement départemental d’assistance de Grugny. Vue d’ensemble par l’Est

Établissement départemental d’assistance de Grugny. Vue d’ensemble par l’Est
  • 4  ADSM 1NP285. Délibération du Conseil général du 25 avril 1906.

3Parallèlement à la question de l’assistance aux vieillards, se pose celle du vagabondage. Les vieillards indigents, ne disposant pas de famille, sont au début du siècle internés à Montreuil-sous-Laon. Le département de l’Aisne assure, contre rétribution, l’accueil de quelques personnes âgées. Leur rapatriement dans un futur asile représenterait une économie. Ainsi, une Commission spéciale du Conseil général se prononce pour la construction d’un asile-dépôt unique, dans une zone entre Yvetot et Clères et « propose l’achat du domaine de Bosc-Fol-Enfant, à Grugny, appartenant à M. Gonidec et d’y adjoindre […] dix hectares de terres attenantes nécessaires pour le compléter […]4 ».

  • 5  ADSM 4NP196. Rapport de M. Lefort, Architecte en chef, 2e session du Conseil général de 1907. La p (...)

« L’établissement prévu comprendra une dépôt de mendicité pouvant recevoir temporairement cent vingt à cent trente mendiants valides, devant se substituer à celui de Montreuil-sous-Laon. De plus un hospice pour environ quatre-vingt-dix enfants débiles ou rachitiques, dont seront déchargés tout d’abord les asiles où le Département les tient actuellement en traitement. Et enfin, un asile de trois cent vingt à trois cent cinquante vieillards, infirmes, incurables et privés de ressources, n’ayant pu être assistés à domicile ou dans les familles. Le tout extensible, disposé pour être porté au double sans modifier l’économie générale de l’ensemble et accompagné de services généraux5. »

4Ce projet est voté définitivement lors de l’assemblée départementale du 25 avril 1906. Le délai de construction de l’établissement est de quatre ans. Il est inauguré le 6 mai 1910.

Une autarcie revendiquée

5À la différence des établissements d’assistance en milieu urbain, l’Établissement Départemental d’Assistance de Grugny n’est pas ceinturé de murs. Sa construction est l’aboutissement de réflexions sur l’architecture des bâtiments publics destinés à recevoir des populations diverses. La séparation des sexes, des mineurs, des catégories d’assistés est issue d’un long processus de réflexion de la part de philanthropes, d’élus, de médecins et d’architectes. Qu’ils soient issus du monde hospitalier, asilaire ou carcéral, leurs influences ont lentement modifié la conception architecturale. Les limites de propriété, sont, dès les premières années de l’installation, délimitées par une clôture et une haie, dont les plants sont issus des semis de la pépinière du domaine. Seule une porte d’entrée, surveillée par un concierge, assure une transition avec l’extérieur.

6Une gestion spatiale des populations est effective, les bâtiments sont distincts, répartis dans le parc et séparés par des jardins ou des locaux administratifs et techniques. Chaque bâtiment abrite une population unisexe ; ainsi les locaux des services généraux sont situés entre le Dépôt de mendicité des hommes et celui des femmes. Chaque construction est composée des dortoirs, cuisine, sanitaires et chambres des surveillants. Les populations se retrouvent uniquement sur les lieux de travail.

7Jusque dans les années 1970 les bâtiments n’ont subi aucune transformation.Complétées dans l’urgence par des baraquements en bois quand les effectifs étaient supérieurs, ces constructions seront totalement rénovées à la fin de notre période d’étude. La gestion et l’encadrement des pensionnaires sont assurés par un minimum de personnel salarié laïc. Un directeur, un économe et un receveur constituent le cœur de l’administration. Les populations accueillies sont de par l’âge, l’hygiène de vie ou les handicaps de santé fragile. Un personnel médical est nécessaire mais ce service est rudimentaire, il est composé d’un Médecin-chef, d’un interne et d’une surveillante chef pour les soins donnés aux femmes. L’évolution des effectifs et du nombre plus conséquent de personnes dépendantes, physiquement ou mentalement n’a que peu d’influence sur l’effectif d’encadrement médical. Seuls les surveillants et surveillantes augmentent sensiblement.

8Comme beaucoup d’établissements d’assistance, le Conseil général souhaite une autarcie maximale de l’établissement. Les ressources de celui-ci sont constituées par les prix de journées versées par les communes, le Département et l’État, auxquels s’ajoutent les prix de pensions des pensionnaires payants. Les recettes en nature se composent du produit des exploitations agricoles et maraîchères, des produits du travail des pensionnaires travailleurs ainsi que de la vente des surplus soit au personnel, soit à l’extérieur de l’Établissement.

Secourir et rééduquer : une population hétérogène

9Les populations accueillies à Grugny ont toutes en commun une incapacité à subvenir par leurs propres moyens à leur existence. Leur intégration dépend, pour la plupart, de leur état de santé ou de leur extrême pauvreté. Cependant, ces pensionnaires n’ont pas tous les mêmes besoins. L’hétérogénéité de cette population est une constante durant notre période.

La loi de 1909 et les enfants handicapés

  • 6  ADSM 1NP101. Procès-verbaux des délibérations du Conseil général, 1ère session, 3e séance du 13 av (...)

10En 1904, le Conseil général souhaite la création d’un « quartier pour enfants arriérés ou idiots actuellement dans des asiles et dont la place semble plutôt être ailleurs, et dont le département dispenserait les asiles de constructions neuves, qui sans cela, s’imposerait, puisque la population des asiles va toujours augmentant, grâce à l’alcoolisme. Ce quartier serait distinct et aménagé pour 44 garçons et filles6. »

11Ces intentions illustrent un intérêt envers une population laissée longtemps à son propre destin qui se limite, pour la plupart, à une mise à l’écart de la société, quand la famille ne peut maintenir l’enfant en son sein. Les plus chanceux sont envoyés dans des institutions privées, où ils reçoivent pour tous soins une hygiène minimum ; les autres peuplent les rangs des mendiants, des hospices et des asiles. En 1910, le Directeur de l’établissement, M. Dequem, résume ainsi la volonté du Conseil général :

  • 7  Archive Établissement Départemental d’Assistance de Grugny.(AEDAG) Rapport Moral du budget primiti (...)

« Le but […] est de tirer de la misère morale, où ils croupissaient, une quantité de petits êtres abandonnés à eux-mêmes d’une manière d’autant plus complète qu’ils étaient, le plus souvent, une cause de gêne et de répugnance pour un entourage d’ailleurs inapte ou impuissant à solutionner le problème confié à nos maîtres7 ».

  • 8  C’est en juin 1907 qu’Aristide Briand dépose le premier projet de loi en faveur de la création de (...)
  • 9  La Société libre pour l’étude psychologique de l’enfant est créée en 1899. Ferdinand Buisson en es (...)
  • 10  Buhot (Eric), Les instituteurs spécialisés. Réformes de l’enseignement et évolution de la spéciali (...)

12Entre ces deux interventions a été votée la loi du 14 avril 19098, concernant l’obligation de scolarisation des enfants arriérés perfectibles. Le souhait d’intégrer cette population dans le nouvel établissement nous démontre que les idées développées par les médecins aliénistes, les « médecins éducateurs » et les psychologues ont pénétré la société civile. La politique d’information et de diffusion que pratique la SLEPE9 parvient lentement à modifier le regard que l’on portait sur ces enfants. La loi du 15 avril 1909 est appliquée à l’établissement de Grugny dès le mois de septembre 1910 lors de l’ouverture de l’école pour enfants arriérés et anormaux. Lorsqu’en 1913, le Département sollicite et obtient du ministère de l’Instruction publique le classement de cette école en École autonome de perfectionnement d’enfants « arriérés perfectibles » l’établissement de Grugny devient le premier établissement et le seul en France à obtenir ce statut jusqu’en 191410.

Établissement départemental d’assistance de Grugny. Un coin de la cour des ateliers

Établissement départemental d’assistance de Grugny. Un coin de la cour des ateliers

13Il abrite une école pour enfants anormaux et arriérés perfectibles de septembre 1910 à décembre 1919. Celle-ci est transférée à Yvetot dans une structure plus adaptée et nommée Institut départemental de perfectionnement de l’enfance. Les bombardements de 1940, ayant détruit les locaux, imposent un nouveau transfert à Grugny jusqu’en 1961, date à laquelle l’Institut est transféré au Centre départemental de l’enfance de Canteleu.

  • 11  Répartition des garçons dans les ateliers suivants : tailleur, cordonnerie, forge, entretien, boul (...)

14Les cours sont dispensés au sein même du bâtiment des enfants, par un couple d’instituteurs spécialisés. Les enfants jusqu’à treize ans sont scolarisés toute la journée ; pour les plus âgés un enseignement professionnel est dispensé dans les divers ateliers11 de l’Établissement. La transmission du savoir-faire, assurée par des pensionnaires travailleurs volontaires, est basée ainsi sur l’émulation des aînés et sous la surveillance du chef de service. À partir de 1948, apparaît dans les bilans annuels la rubrique « Placement ». Celle-ci indique les placements d’enfants chez un employeur au terme de la scolarité. Ils représentent en moyenne un tiers des sorties. Jusqu’à 1953, les placements sont exclusivement chez des employeurs, en 1955, ils sont de 65 %. Toutefois 15 % des enfants sont orientés vers un centre d’apprentissage ordinaire et 22 % peuvent retourner dans une école ordinaire. Cela fait apparaître une nouvelle issue pour les enfants : rester toute la vie dans l’établissement n’est plus l’unique solution.

Les enfants imperfectibles

15Si les enfants perfectibles bénéficient d’une prise en charge pédagogique afin de leur permettre une réinsertion dans la société, ces mesures ne concernent pas les enfants imperfectibles accueillis dans l’établissement. Ils y séjournent plus longtemps que les premiers. À leur majorité ils passent de celui des enfants à celui des adultes.

16Les quartiers adultes sont répartis suivant la nature des populations. L’étanchéité jusque-là pratiquée pour préserver l’enfant disparaît. Le peu d’informations retrouvées dans les archives ne nous permet pas d’approcher le quotidien de ces enfants. Isolés dans leurs quartiers, outre les soins quotidiens et le rythme des repas, nous ne pouvons qu’imaginer leurs déambulations. Les sorties ne sont possibles que sur décision de la direction ; en cas d’amélioration du comportement, les enfants peuvent être remis à leur famille ou dans le cas contraire la détérioration physique ou la dangerosité de l’enfant provoque un internement en hôpital psychiatrique.

  • 12  Le statut de l’arrivant détermine sa catégorie d’assistance pour l’administration. Mais au quotidi (...)

17Les enfants ne représentent qu’une minorité de la population. Les adultes sont majoritaires, ils peuvent arriver très tôt dans l’établissement et y demeurer jusqu’à leur mort. Dès son arrivée, toute personne est désinfectée et placée dans un quartier bien défini. Les mendiants et vagabonds sont dirigés vers le Dépôt de mendicité, ils provoquent un mouvement quotidien d’entrées et de sorties. Les vieillards et les « assistés de la loi de 1905 » sont dirigés vers l’hospice et répartis selon leur état de santé et leur mobilité. C’est au Médecin chef de s’assurer de l’état de santé de chaque arrivant, il est le seul à pouvoir décider de la capacité de travail du pensionnaire12.

Le Dépôt de mendicité

  • 13  Conformément à l’article 274 du Code pénal. AEDAG Rapport Moral de 1913 « […] les tribunaux qui pr (...)

18Le Dépôt de mendicité est la réponse du Département à un phénomène récurrent, l’assistance à une population itinérante, mal définie, secourue pour un temps limité, en perpétuelle errance et pourtant si présente au sein de l’établissement. La législation est ferme sur son statut : selon l’article 269 du Code pénal : « Le vagabondage est un délit. » De ce fait les contrevenants sont jugés par les tribunaux correctionnels. Lors de la comparution du prévenu le juge peut exiger un séjour au sein d’un dépôt de mendicité, afin de l’insérer dans un mode de travail et d’hygiène favorable à sa libération effective prochaine ou de permettre aux plus malades ou aux plus âgés d’intégrer une structure d’accueil compatible à leur état13.

19La dénomination de ce quartier évolue durant notre période, ainsi jusqu’en 1960 il est nommé Dépôt de mendicité, puis Foyer des travailleurs volontaires et à partir de l’année suivante Centre d’hébergement. La connotation péjorative du Dépôt de mendicité disparaît avec l’image négative du vagabond et du mendiant. La mission d’assistance est identique, l’appellation brève du Foyer insiste sur le rôle fondamental du travail au sein de l’établissement, cependant il disparaît l’année suivante.

  • 14  AEDAG Rapport Moral de 1910.

20Les sorties volontaires des vagabonds, au bout d’un ou deux mois de séjour, représentent 25 % des sorties totales du Dépôt ; elles ne sont plus que 10 % avant la fin du trimestre et sont inférieures à 5 % à la fin d’une année de séjour. Un séjour supérieur à un trimestre rend possible « la constitution d’un pécule qui permet de reprendre la route avec des chances de trouver du travail14. » Les services administratifs de l’établissement ont, durant les années 1910-1953, enregistré les motifs de sorties. Les sorties volontaires sont majoritaires, elles représentent une moyenne de 75,17 %. Les renvois (27,6 %) sont répartis selon les motifs suivants : pour indiscipline (15,5 %), pour inconduite (6,8 %), pour paresse (5,1 %) et pour maladie (5,79 %) pour la période 1910-1915. Durant les années 1951-1953, les renvois sont uniquement motivés pour indiscipline. La constitution d’un pécule suffisant représente 8,76 % des sorties et la réinsertion par le travail implique 5,77 % des sorties. L’admission à l’assistance est possible pour les « volontaires » du Dépôt (5,8 % des sorties). Les évasions représentent : 1,53 %, les décès : 2,67 % et les transferts vers d’autres institutions ou centres de soins représentent 2,53 % des sorties. Tous ces mouvements font partie de la vie quotidienne des « volontaires » du Dépôt de mendicité.

Établissement départemental d’assistance de Grugny. Une allée intérieure

Établissement départemental d’assistance de Grugny. Une allée intérieure

De l’asile à la maison de retraite

  • 15  AEDAG Rapport Moral de 1958. À partir de cette année, l’intitulé du quartier change, le Directeur, (...)
  • 16  Ces handicapés profonds sont accueillis à partir de 1963, ils permettent d’utiliser les structures (...)

21Jusqu’en 1962, l’asile15 de l’établissement de Grugny reçoit principalement des assistés bénéficiant de la loi de 1905. Une part importante des assistés est, de par leur âge ou leur handicap, considérée comme invalide. Cela correspond à l’une des missions d’assistance de l’établissement. Ces invalides représentent en moyenne un quart de la population. Les gâteux et les encoprétiques16 nécessitent une assistance permanente, assurée par les pensionnaires valides. Ils restent alités et cloîtrés dans leurs quartiers. Les épileptiques sont une population à risque, ils partagent la vie quotidienne des pensionnaires en dehors des crises ; il en est de même pour les sourds-muets et les aveugles.

22Les entrées des pensionnaires payants dans la première maison de retraite, créée dans l’établissement en 1962, sont peu nombreuses durant notre période. L’organisation de ce nouveau quartier prend en compte une humanisation nécessaire des structures d’accueil. La transformation des dortoirs en chambres individuelles, la création d’espaces de loisir ou de détentes au sein des bâtiments permettent aux pensionnaires de bénéficier d’une intimité plus importante. De même que la transformation du réfectoire de chaque bâtiment en petites salles à manger contribue à une amélioration des conditions de vie.

23L’établissement de Grugny n’est cependant pas un hôpital. Seules les maladies bénignes sont soignées à l’infirmerie par le service médical. Même si une salle d’opération est dès l’ouverture installée, les blessés et les cas graves sont orientés pour la plupart à l’Hôtel-Dieu de Rouen.

Grugny et les deux guerres mondiales : de l’assistance à l’internement

24Les deux conflits mondiaux ont eu évidemment un impact important sur la vie économique du département. Il a dû organiser en urgence l’accueil de réfugiés, ainsi qu’une assistance aux plus malades. Il en est de même pour l’accueil des Espagnols arrivés dans le département à partir de 1937. L’établissement est sollicité pour accueillir dans un but humanitaire ces familles, mais hors des structures existantes. Nous pouvons parler de la création d’un centre d’internement administratif similaire à ceux du Sud de la France. Ainsi jusqu’en 1942, se juxtaposent deux structures distinctes ayant uniquement en commun une unité géographique et administrative.

Établissement départemental d’assistance de Grugny. Vue panoramique prise par l’Ouest

Établissement départemental d’assistance de Grugny. Vue panoramique prise par l’Ouest

Réfugiés

25L’évacuation des territoires touchés par le conflit provoque dans le département l’afflux de réfugiés. Entre 1915 et 1919, l’établissement accueille 175 réfugiés provenant principalement d’hospices du Nord de la France, pour 52 d’entre eux le séjour a duré 51 mois. Mais c’est durant le second conflit que les effectifs furent les plus importants. Les réfugiés arrivent à partir du 13 mai 1940 et se succèdent journellement jusqu’au 8 juin. Ils sont tous civils et viennent de Belgique, du Nord de la France. Durant cette période l’Établissement accueille 2 765 réfugiés, s’y ajoutent les évacuations des hospices locaux, l’arrivée des enfants de l’École départementale d’Aumale et ceux de l’Institut de perfectionnement de l’enfance d’Yvetot. L’ampleur des mouvements de réfugiés est sans commune mesure avec celle du précédent conflit. L’établissement doit faire face à cette situation d’urgence avec ses propres moyens. La distribution de nourriture est possible grâce à la production maraîchère de la ferme et aux réserves. Ce qui provoque, dès le début du conflit, l’épuisement de celles-ci. Il faudra au Directeur, toute son énergie pour s’approvisionner en produits de base et le travail des pensionnaires pour assurer un régime alimentaire minimum aux pensionnaires.

Républicains espagnols

  • 17  Legendre (Caroline), Les réfugiés espagnols dans l’Eure et la Seine-Inférieure, Mémoire de maîtris (...)

26La présence de réfugiés espagnols17 est effective de 1937, jusqu’en 1942. Les premiers réfugiés arrivent en juillet 1937. Le Préfet en oriente 45 sur Grugny. Outre l’aide accordée à toute population en détresse, il doit assurer, sur injonction du ministère de l’Intérieur, l’ordre afin d’éviter toute poursuite d’activité politique, voire terroriste, de la part des Républicains espagnols. L’assignation à résidence des réfugiés est imposée. Il ne sortent pas de l’établissement et sont installés dans le « parc des Réfugiés » ceint de 2 000 mètres de clôture. Les 1 311 réfugiés sont abrités sous des bâches et disposent dans un premier temps de matériel de cuisine itinérant ; dix baraquements en bois seront construits dès 1937. L’établissement fournit la nourriture, une assistance médicale et des surveillants « affectés constamment au service intérieur du parc des Réfugiés ».

Épurés

  • 18  Mébarki (Farid), Bonne Nouvelle 1938-1948. Chronique d’une dérive, Mémoire de Maîtrise sous la dir (...)
  • 19  Marty (Nicole), Les camps d’internements en Seine-Inférieure à la Libération, Mémoire de Maîtrise (...)

27À la Libération, plusieurs camps d’internement sont créés dans le département afin d’accueillir les internés pour faits de collaboration. À Rouen, les locaux de Join-Lambert vont abriter les services destinés à organiser l’épuration du département. Ces locaux sont rapidement insuffisants, les internés sont orientés dans des annexes : la prison Bonne Nouvelle à Rouen et l’établissement de Grugny18. De même, les travaux de Nicole Marty19 font apparaître l’utilisation de l’établissement comme lieu de détention d’hommes et de femmes, puis de femmes uniquement à Grugny. Ces annexes dépendent uniquement de Join-Lambert au niveau administratif et organisationnel. Les internés sont certainement hébergés dans les bâtiments de bois construits en 1937 pour les réfugiés espagnols. Nous ne pouvons apporter aucune information sur les effectifs, sur la vie quotidienne des internés ni sur le rôle du personnel de l’établissement.

La vie quotidienne à l’établissement départemental de Grugny

28Il est difficile, à travers les données statistiques, de saisir le quotidien des pensionnaires. Les mouvements de populations nous renseignent sur la quantité, le va et vient, le destin de ceux qui finissent leur vie à l’établissement. Les règlements intérieurs nous indiquent les mesures prises par une administration qui doit héberger un millier d’individus de sexes, d’âges et de caractères différents. C’est à travers les comptes rendus journaliers établis par les surveillants, présentés quotidiennement au Directeur, que nous pouvons saisir des instants de la vie des pensionnaires à travers les manquements aux règlements, les escarmouches entre assistés. Rythmée, comme toute institution, la journée des pensionnaires est, divisée en périodes d’activités interrompues par les repas et les loisirs en fin de semaine.

Le travail

29Dans la société du début du XXe siècle, la valeur du travail est considérée comme une valeur fondamentale de la citoyenneté. Un citoyen doit être indépendant et autonome. C’est par le travail que se fait l’amélioration morale et physique. Un établissement comme Grugny, dont l’une des missions est l’amélioration morale de ses pensionnaires, ne peut faire exception. La rentabilité économique du travail des pensionnaires est vitale pour son fonctionnement. La construction de chaque bâtiment a été possible à un moindre coût grâce à la main-d’oeuvre des pensionnaires.

Établissement départemental d’assistance de Grugny. Un chantier agricole en activité

Établissement départemental d’assistance de Grugny. Un chantier agricole en activité
  • 20  Les ateliers sont la cordonnerie, la couverture, le charronnage, l’étamage, la serrurerie, le bois (...)

30La diversité des ateliers20 permet de proposer un vaste choix aux pensionnaires. Les compétences de chacun sont prises en compte ainsi que leurs aptitudes physiques. Les audiences accordées, chaque semaine, par le Directeur permettent aux pensionnaires d’exprimer leurs désaccords. Les services généraux offrent de nombreux emplois, la plupart réservés aux femmes. Les travaux les plus pénibles de la ferme, de la pépinière ou du jardin sont assumés par les « volontaires hommes » et les assistés les plus valides. Le service atelier-volant permet de distribuer la main-d’œuvre en fonction des besoins saisonniers et ponctuels. Les pensionnaires travaillent aussi à l’extérieur de l’établissement. Leurs services sont loués pour des heures de ménages. La rémunération est fractionnée :

  • 21  AEDAG Circulaire n° 8, 1934.

« les travailleurs libres du Dépôt ne pourront prendre des acomptes dont le total dépasserait la moitié de ce qu’ils auront gagnés dans le mois. La différence devant servir à leur constituer un pécule qui leur sera remis à leur départ de l’établissement pour assurer leur existence jusqu’à ce qu’ils aient trouvé du travail21. »

  • 22  AEDAG Audience du 13 octobre 1949.

31Le pécule permet au pensionnaire une indépendance financière, celui-ci est aussi utilisé comme moyen de rétorsion lors d’infraction au Règlement : tout manquement, tout retard sont signalés et pénalisés par une « retenue sur pécule ». Une présence sur le lieu de travail en état d’ivresse peut être sanctionnée par une suppression de la prime de rendement ; une sanction plus importante est prononcée quand « V. en état d’ivresse a frappé C. sans motif […] un mois de consigne, relevé de son emploi22 ».

32Les pensionnaires bénéficient des jours fériés et du repos hebdomadaire. Ces moments permettent les contacts avec la famille et la pratique de loisirs. La promiscuité engendrait, certes des rivalités, des jalousies, mais certainement aussi des amitiés et des gestes de solidarité voire de protection. Toute une partie de la vie de ces individus reste insaisissable.

Les loisirs

33Les visites sont autorisées sur demande écrite adressée au Directeur. Les contacts avec la famille sont souvent limités, voire inexistants. Les assistés s’en plaignent parfois lors des audiences. La plupart des pensionnaires utilisent ces moments de liberté pour sortir de l’établissement. Les destinations sont diverses, parfois ils se cantonnent aux villages et hameaux limitrophes, mais certains n’hésitent pas à aller jusqu’à Rouen ou rendre visite à un parent à l’autre bout du département. Ces déplacements « lointains » correspondent, la plupart du temps, à une évasion. « Vacances » de quelques jours, le pensionnaire revient souvent à Grugny. Ces sorties non autorisées sont sanctionnées par un certain nombre de jours de consigne. L’assisté n’a plus le droit de sortir. Les rapports de surveillants réfèrent principalement des retours en état d’ébriété, plusieurs rondes sont d’ailleurs effectuées aux alentours de Grugny afin de « ramasser les pensionnaires en petite voiture et de les mettre au lit immédiatement. » Une fois par mois les pensionnaires peuvent assister à une séance de cinéma, de même une bibliothèque est mise à leur disposition et, dès 1960, plusieurs postes de télévision sont installés.

34Ces moments de détente sont indispensables pour l’équilibre des pensionnaires. La vie quotidienne en collectivité exacerbe les tensions et les rivalités entre eux. Les rixes entre hommes sont souvent relatées par les surveillants, parfois légères et réglées par une intervention du surveillant, elles peuvent cependant se tourner contre l’autorité présente. Ces rébellions sont sanctionnées par un séjour aux locaux disciplinaires : le pensionnaire ne peut sortir de son bâtiment et est alité durant toute la durée de la sanction. Les femmes ont rarement des altercations physiques, elles vont plutôt solliciter une audience chez le Directeur et se plaindre de leur incompatibilité d’humeur, des « tracasseries » des autres pensionnaires.

Une vie intime ?

  • 23  AEDAG Audience des époux D. du 12 avril 1954.
  • 24  AEDAG Audience du 9 juin 1958.
  • 25  AEDAG Audience du 29 juillet 1957.
  • 26  AEDAG Audience des époux D. du 17 septembre 1956. Cette demande a déjà été effectuée par la femme (...)

35Les espaces intimes sont inexistants jusqu’au début des années soixante. La vie de couple y est impossible, les couples d’assistés sont séparés. Ainsi les assistés D. dont le mari « demande l’autorisation de voir sa femme dans l’établissement (promenade, cinéma)23 », ces derniers « voudraient sortir ensemble, n’ont plus le droit depuis un mois24 », sa femme « voudrait aller à la Messe de Minuit avec son mari25 ». Les réponses aux audiences sont positives sauf quand l’un des deux pensionnaires est « puni ». Le couple demande en 1956 de « changer d’établissement pour être réunis26 ».

  • 27  AEDAG Communiqué du Surveillant général au Directeur du 14 août 1947. La sanction est « un demi pé (...)
  • 28  AEDAG Communiqué du Surveillant général au Directeur du 27 février 1948.

36Si l’on peut constater un minimum de respect pour le couple marié, il n’en est pas de même pour les idylles d’un soir ou celles qui durent plusieurs années. Les efforts que font les couples pour se dissimuler du regard de l’administration sont constants. C’est à la lecture des rapports de surveillance que nous pouvons retrouver les tentatives des pensionnaires de vivre pleinement leur sexualité. La sexualité de ce millier de pensionnaires n’est abordée dans aucune archive. Sujet apparemment tabou à l’établissement mais ne l’est-il pas non plus dans la société ? Ainsi le rôle des surveillants est important, ils doivent veiller au respect de la séparation des sexes et signaler toutes les infractions commises. Les rendez-vous répétés, souvent peu discrets, sont sujets d’enquêtes : « Elle allait vraisemblablement voir T. J. chauffeur avec lequel elle a été prise maintes et maintes fois. Jusqu’ici toutes les punitions qu’elle a eues pour cette cause ne l’ont pas empêché de continuer27. » Les sanctions sont graves et conséquentes. Un flagrant délit est passible, pour l’homme, de quinze jours de consigne et pour la femme d’un mois. La récidive est sanctionnée par un renvoi immédiat pour « inconduite » pour l’homme. Comment les pensionnaires réagissent-ils face à cette intrusion dans leur vie sexuelle ? Réagissent-ils tous comme ces deux pensionnaires : « surpris devant la cuisine […] À l’observation du surveillant ils ont répondu que n’étant pas au bagne ils avaient le droit d’être ensemble28. »

37L’organisation de la politique d’Assistance du département de la Seine-Inférieure connaît un nouveau souffle dû à un courant social dynamique qui conduit le Conseil général à construire un établissement laïc capable de répondre aux exigences des nouvelles législations, mises en place au début du XXe siècle, et de pallier les déficiences des structures existantes. L’Établissement Départemental de Grugny a pleinement rempli son rôle et a su s’adapter à la conjoncture économique, politique et sociale.

38Pour mieux répondre à la réalité de la situation sociale du département, l’organisation spatiale et administrative de l’établissement prend en compte les nouvelles conceptions hygiéniques et architecturales. Le choix d’une implantation en milieu rural assure une relative autarcie économique. Ainsi les moyens financiers, techniques et humains de l’établissement de Grugny permettent de mener la politique souhaitée d’assistance, d’insertion et de répression vis-à-vis d’une population hétérogène.

Haut de page

Notes

1  Marec (Yannick), Bienfaisance communale et protection sociale sous la Troisième République : le « système rouennais » d’assistance publique des années 1870 aux années 1920, Thèse pour le doctorat d’État ès Lettres, Paris, Université Paris I Panthéon Sorbonne, 1999. Publiée sous le titre Bienfaisance communale et protection sociale à Rouen (1796-1927). Expériences locales et liaisons nationales, Paris, Association pour l’Étude de l’Histoire de la Sécurité Sociale/La Documentation française, 2002, 2 tomes, 1362 p.

2  ADSM 1NP100. Procès-verbaux des délibérations du Conseil général, 2e session, 8e séance du 26 août 1903.

3  Les 1 513 vieillards ne représentent que ceux qui ne peuvent être hébergés à domicile compte tenu de leur invalidité. N’y sont pas inclus tous les mendiants ou vagabonds invalides ou trop âgés qui sillonnent le département.

4  ADSM 1NP285. Délibération du Conseil général du 25 avril 1906.

5  ADSM 4NP196. Rapport de M. Lefort, Architecte en chef, 2e session du Conseil général de 1907. La population accueillie est répartie de cette façon : des vieillards, infirmes et incurables composés de 216 hommes, 108 femmes et 16 valides qui seront employés comme surveillants, soit 340 pensionnaires. L’asile d’enfants sera composé de 44 filles et garçons et le dépôt de mendicité de 112 hommes et 30 femmes. Soit une population totale estimée à 570 hospitalisés.

6  ADSM 1NP101. Procès-verbaux des délibérations du Conseil général, 1ère session, 3e séance du 13 avril 1904.

7  Archive Établissement Départemental d’Assistance de Grugny.(AEDAG) Rapport Moral du budget primitif de 1910.

8  C’est en juin 1907 qu’Aristide Briand dépose le premier projet de loi en faveur de la création de classes de perfectionnement. Pour la genèse de cette loi lire Monique Vial, « Enfants handicapés, du XIXe au XXe siècle », Histoire de l’enfance en Occident du XVIIIe siècle à nos jours, sous la direction d’Egle Becchi, Dominique Julia, Paris, Seuil, 1998.

9  La Société libre pour l’étude psychologique de l’enfant est créée en 1899. Ferdinand Buisson en est le président fondateur, ancien directeur de l’Enseignement Primaire, professeur des Sciences de l’Éducation à la Sorbonne, il abandonne, en 1902, le poste. Il est remplacé par Alfred Binet, déjà vice-président depuis 1901 et qui restera à la tête de l’association jusqu’à sa mort en 1911. En 1917, la SLEPE prendra le nom de la Société Alfred Binet et Théodore Simon.

10  Buhot (Eric), Les instituteurs spécialisés. Réformes de l’enseignement et évolution de la spécialisation de maîtres, Thèse de Sciences de l’Éducation, Bordeaux II, 1993. De même que son article « La création du corps des instituteurs spécialisés en France et en Seine-Maritime », Trames, Mont-Saint-Aignan, juin 1995, n° 5, p. 151-159.

11  Répartition des garçons dans les ateliers suivants : tailleur, cordonnerie, forge, entretien, boulangerie, jardins, typographie reliure et surveillance auxiliaire. Les filles sont réparties dans les ateliers de lingerie, tricot mécanique, travaux ménagers, atelier de perles, surveillance auxiliaire, dentellière.

12  Le statut de l’arrivant détermine sa catégorie d’assistance pour l’administration. Mais au quotidien, chaque personne est qualifiée de pensionnaire de l’Établissement.

13  Conformément à l’article 274 du Code pénal. AEDAG Rapport Moral de 1913 « […] les tribunaux qui prononcent comme peine supplémentaire, à propos de délits de vagabondage et de mendicité l’envoi au Dépôt de mendicité de Grugny, ont une tendance marquée à appliquer cette mesure à des individus malades ou presque invalides. »

14  AEDAG Rapport Moral de 1910.

15  AEDAG Rapport Moral de 1958. À partir de cette année, l’intitulé du quartier change, le Directeur, J. Mazaud, utilise le terme « hospice ».

16  Ces handicapés profonds sont accueillis à partir de 1963, ils permettent d’utiliser les structures prévues pour les enfants de l’Institut. Ils sont en moyenne, jusqu’en 1970, cent soixante-huit.

17  Legendre (Caroline), Les réfugiés espagnols dans l’Eure et la Seine-Inférieure, Mémoire de maîtrise, sous la direction de Michel Pigenet, Université de Rouen, octobre 1988.

18  Mébarki (Farid), Bonne Nouvelle 1938-1948. Chronique d’une dérive, Mémoire de Maîtrise sous la direction de Jean-Claude Vimont, Université de Rouen, 1999, p. 94-95.

19  Marty (Nicole), Les camps d’internements en Seine-Inférieure à la Libération, Mémoire de Maîtrise sous la direction de Jean-Claude Vimont, Université de Rouen, 2000-2001.

20  Les ateliers sont la cordonnerie, la couverture, le charronnage, l’étamage, la serrurerie, le bois, les cailloux, la forge, la maréchalerie, la maçonnerie, la bourrellerie, la paillassonnerie, la peinture, la tôlerie, le tailleur et la vannerie.

21  AEDAG Circulaire n° 8, 1934.

22  AEDAG Audience du 13 octobre 1949.

23  AEDAG Audience des époux D. du 12 avril 1954.

24  AEDAG Audience du 9 juin 1958.

25  AEDAG Audience du 29 juillet 1957.

26  AEDAG Audience des époux D. du 17 septembre 1956. Cette demande a déjà été effectuée par la femme D. en juillet 1954, elle est renouvelée en juillet 1957 et en juin 1958.

27  AEDAG Communiqué du Surveillant général au Directeur du 14 août 1947. La sanction est « un demi pécule pendant un mois. »

28  AEDAG Communiqué du Surveillant général au Directeur du 27 février 1948.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Établissement départemental d’assistance de Grugny. Vue d’ensemble par l’Est
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Établissement départemental d’assistance de Grugny. Un coin de la cour des ateliers
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2013/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Établissement départemental d’assistance de Grugny. Une allée intérieure
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2013/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Établissement départemental d’assistance de Grugny. Vue panoramique prise par l’Ouest
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2013/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Établissement départemental d’assistance de Grugny. Un chantier agricole en activité
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2013/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Cordier, « L'établissement départemental d'assistance de Grugny », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 13 mars 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2013

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page