Navigation – Plan du site
2012

Les récidivistes et l'Armée du Salut (1952-1970) : L'assistance par le travail au château de Radepont (Eure)

Jean-Claude Vimont

Notes de la rédaction

Cet article reprend une communication donnée à la revue Mémoires de la protection sociale en Normandie, « L'Œuvre salutiste de Radepont et l'assistance aux relégués », n° 4, décembre 2005, p. 103-124.

Texte intégral

1Dans un avenir proche, le centre d’assistance et d’hébergement de l’Armée du Salut installé dans la splendide propriété du château de Radepont dans l’Eure va déménager pour se rapprocher d’un centre urbain, probablement Louviers. Le centre ne répond plus tout à fait aux exigences de l’insertion sociale et professionnelle contemporaine, n’emploie sur ses terres que quelques pensionnaires et son isolement dans la vallée de l’Andelle implique de multiples navettes vers les services sociaux concentrés en ville. Les déménagements et les rénovations sont fréquemment une menace pour la préservation de la mémoire des œuvres d’assistance ; les dossiers des hébergés, surtout lorsque le séjour est temporaire, ne sont pas toujours conservés, car l’institution ne mesure pas l’intérêt des dossiers personnels lorsque son intervention est terminée. Ces risques m’ont incité à prendre contact avec le directeur du centre de Radepont, Bruno Guibout, et à analyser les ressources du service d’archives, remarquablement triées malgré quelques lacunes, et désormais à l’abri des injures du temps. Cette contribution souhaite présenter les spécificités des documents conservés, les écueils à éviter et les atouts pour une première analyse qui devra être confrontée aux résultats de dépouillements effectués dans d’autres centres d’hébergement ou d’emprisonnement de relégués.

  • 1  Donet-Vincent (Danielle), La fin du bagne, Rennes, Éditions Ouest-France, 1992, 191 p. et De solei (...)
  • 2  Péan (Charles), Terre de bagne, Paris, Éditions Altis, 1933, 256 p. et Conquêtes en terre de bagne(...)

2Le Centre de relèvement et d’assistance par le travail, créé par l’Armée du Salut en 1952, a la particularité d’avoir hébergé plusieurs centaines de relégués en liberté conditionnelle, et ceci jusqu’à la suppression de la peine complémentaire de la relégation en 1970. Les représentations négatives de ces multirécidivistes et les quelques désordres mineurs qu’ils ont pu occasionner dans les environs ont durablement marqué la réputation d’un centre qui accueillait et accueille toujours des sortants de prisons et des personnes en situation psychologique difficile, souvent après des séjours dans les hôpitaux psychiatriques régionaux. Le château de Radepont, à proximité des ruines de l’abbaye de Fontaine-Guérard, une belle propriété de cent-vingt hectares située à trente kilomètres de Rouen, avait été édifié en 1895 par un industriel du textile, Charles Levavasseur. Racheté par un notable Fernand Colombel, sensibilisé à l’action que menait l’Armée du Salut en Guyane en faveur des forçats libérés, le château est cédé à cette organisation en 1939. Danielle Donet-Vincent1 a finement étudié le rôle essentiel de cette œuvre caritative, de son officier Charles Péan2, dans la liquidation du bagne guyanais et ceci jusqu’au retour des derniers forçats et relégués en 1953.

Les relégués en métropole après 1938

  • 3  Après 1954 et jusqu’en 1970, les juges correctionnels eurent la faculté de ne pas prononcer la rel (...)

3La loi de 1885 avait envisagé une peine complémentaire de relégation en dehors du territoire métropolitain de la République pour les récidivistes correctionnels et criminels. Jusqu’en 19543 et en simplifiant quelque peu, quatre condamnations correctionnelles à plus de trois mois de prison ou deux condamnations criminelles aux travaux forcés ou à la réclusion entraînaient automatiquement l’application de cette mesure d’élimination perpétuelle, subie en Guyane à Saint-Jean-du-Maroni et pendant quelques temps en Nouvelle-Calédonie. Le dernier convoi de « pieds de biches », comme on les surnommait, partit en 1938. Ce n’est qu’en 1942 que l’État organisa l’application de cette mesure de défense sociale en métropole. À l’issue de leur condamnation principale, les relégués devaient demeurer enfermés trois ans, avant de pouvoir prétendre à une libération conditionnelle, libération sous la surveillance d’un comité post-pénal qui durait vingt ans. Progressivement les relégués furent regroupés à Saint-Martin-de-Ré et à Mauzac. À l’issue d’un « délai d’épreuve » de trois années, ils constituaient un dossier comportant un certificat de travail et un autre d’hébergement, soumis au bureau de l’application des peines de l’Administration pénitentiaire. C’est à ce moment que l’Armée du Salut était fréquemment sollicitée. Des relégués lui réclamaient les deux certificats. Le centre de Radepont leur adressait alors le règlement intérieur de l’établissement qu’ils devaient accepter et signer pour pouvoir être admis. La direction du centre se réservait la possibilité de refuser des candidats auteurs de crimes de sang, de mœurs ou dont le comportement lors d’un précédent séjour dans l’Eure n’avait pas donné satisfaction. Le réseau des officiers de l’Armée du Salut intervenait également : assistants sociaux de Saint-Martin-de-Ré, visiteurs de prisons, membres de l’état major du bureau des prisons, rue de Rome à Paris. Ils recommandaient des candidats au directeur de Radepont qui ne pouvait pas toujours répondre favorablement du fait de l’encombrement du centre. Lorsqu’un relégué avait bénéficié de sa libération conditionnelle et avait été accepté à Radepont, il s’y rendait par ses propres moyens. Certains disparaissaient à cette occasion et ne parvinrent jamais en Normandie. Par voie de conséquence, nous sommes en présence au sein des archives de Radepont d’une imposante correspondance entre salutistes et fonctionnaires de l’administration pénitentiaire qui concerne des relégués qui ne séjournèrent pas toujours au château. Des dossiers personnels embryonnaires furent constitués pour des relégués qui ne bénéficièrent pas de la libération conditionnelle, qui furent orientés ailleurs ou s’enfuirent au sortir des centres de Ré et de Mauzac.

4La réforme pénitentiaire impulsée à partir de 1945 par Paul Amor, directeur de l’Administration pénitentiaire, et par Pierre Cannat, sous-directeur de cette même administration, comporte un volet important et expérimental consacré aux relégués. Les idées de la Défense sociale nouvelle, théorisée par Marc Ancel, et celles de la criminologie balbutiante influencent la mise en place d’un dispositif complexe destiné à la réinsertion des délinquants multirécidivistes. La place de Radepont dans ce dispositif n’est pas aisée à saisir : jalon entre la prison et la liberté ? Palliatif pour tous ceux qui ont échoué lors d’un parcours vers la liberté semé de multiples embûches ? Pierre Cannat, sous-directeur de l’Administration pénitentiaire, met en place aux débuts des années cinquante des centres d’observation et de triage à Lille, Rouen, Saint-Étienne et Besançon où une fraction importante de relégués est acheminée au sortir de Saint-Martin-de-Ré et de Mauzac. Pendant quelques mois, ils y subissent un régime d’emprisonnement progressif accéléré, débutant par une phase cellulaire d’observation, avec des sorties-promenades, suivie d’une phase de semi-liberté avant un placement en libération conditionnelle. Ils y sont observés par des psychiatres, psychologues, assistantes sociales, surveillants et magistrats. À l’issue du stage, une commission regroupant tous ces personnels les classe en deux catégories, asociaux et antisociaux, et propose une affectation : la libération conditionnelle, l’emprisonnement dans un établissement d’antisociaux – les prisons de Gannat et de Lure –, la semi-liberté dans les centres d’asociaux de Clermont-Ferrand ou de Saint-Sulpice-la-Pointe ou de Bordeaux. Après quelques années dans les prisons d’antisociaux, ces derniers sont transférés vers les centres de semi-liberté où, après un an, ils sont proposés à la libération conditionnelle. En cas d’échec, d’évasion, de nouveau larcin, ils subissent un stage disciplinaire de deux ou trois ans dans les maisons centrales de Nîmes ou de Riom, puis reprennent le cycle promis aux relégués : centre d’épreuve de Ré ou de Mauzac pendant trois ans, centre d’observation et de triage, nouveau classement et nouvelle affectation.

  • 4  Jusqu’à mai 2005, ils demeuraient dans les greniers de la prison Bonne Nouvelle. Nous avons partic (...)

5Le château de Radepont, situé à proximité de Rouen, fut étroitement associé aux premiers pas du centre d’observation aménagé dans la prison Bonne Nouvelle. Quelques relégués effectuèrent la phase de semi-liberté de leur stage au centre de Radepont. D’autres y furent placés en libération conditionnelle. Les dossiers d’observation du centre de tri de Bonne Nouvelle n’ont pas été transmis à l’Armée du Salut, à une exception près4. Les liens entre la commission de tri du centre d’observation de Rouen, le comité post-pénal de surveillance des libérés présidé par le magistrat Mathieu et la direction du centre de Radepont enrichissent toutefois les dossiers personnels des relégués hébergés. C’est en particulier le cas lorsqu’un hôte du centre prenait la fuite ou commettait un larcin. Fallait-il adresser au ministère une demande de révocation de la libération conditionnelle et faire entamer au sujet un nouveau parcours dans le circuit de la relégation ? On constate en effet que nombre de relégués demeurent de longues années dans les différents centres, après des échecs répétés en libération conditionnelle, plusieurs stages dans les centres de triage, des séjours renouvelés à Mauzac ou Clermont-Ferrand. Le centre de Radepont apparaît alors comme une ultime chance, un ultime sas vers la liberté, sans gage de succès assuré. Et les archives des pérégrinations des relégués, antérieurement à leur hébergement au château, sont un précieux témoignage sur les limites et les échecs d’une expérimentation pénitentiaire à vocation humaniste.

Les archives conservées à Radepont et les correctifs nécessaires

6Peu de documents concernent l’organisation générale du centre qui ne peut être approchée qu’à l’aide des dossiers individuels. Il n’existe pas de dossiers du personnel et des officiers de l’Armée du Salut. Les documents comptables, les subventions, allocations, salaires n’ont pas laissé de traces. Il n’existe pas, pour la période concernée, de registre des entrants mais deux sources précieuses. Plusieurs cartons regroupent des dossiers individuels, classés par ordre alphabétique. Malheureusement, seuls les dossiers de C à O ont été conservés, et ceci pour la période 1952 à 1960. Après soustraction des dossiers des relégués qui ne sont pas venus à Radepont, nous parvenons à un effectif de 175 relégués. À partir de 1961, un « fichier des usagers sortis » a été constitué. Toutes les lettres de l’alphabet y figurent, mais tous les hôtes mentionnés ne sont pas des relégués. Nous avons identifié au sein de ce fichier 384 relégués. Au total, nous parvenons à connaître l’identité et des informations substantielles sur 459 relégués.

  • 5  Notre mode de calcul a été le suivant. Pour la lettre A, nous disposons de 11 fiches : (11 x 51,6) (...)

7Si pour la période 1961-1970, l’effectif identifié est voisin des flux réels, compte tenu d’imprécisions sur les fiches et d’éventuels oublis, nous sommes en présence d’une sous-évaluation de l’effectif pour la période 1952-1960. Quel était le nombre de relégués admis pendant ces huit premières années et dont les patronymes débutaient par A-B et P à Z ? On peut tenter une extrapolation à partir des lettres pour lesquelles nous disposons de l’ensemble de l’effectif de 1952 à 1970. 175 relégués figurent dans les dossiers de la période 1952-1960, soit 51,6 %, et 164 figurent dans le « fichier des usagers sortants » de la période 1961-1970, soit 48,4 %. Si nous appliquons ces proportions aux dossiers disparus, en tenant compte du nombre de fiches conservées, nous parvenons à une majoration de l’effectif de 129 relégués5, soit un effectif total probable de 588 relégués. Il faut envisager une marge d’erreur non négligeable liée aux incertitudes de la répartition alphabétique et à la fragilité des sources.

Les premiers temps du centre

8Ouvert à la fin de l’année 1952, le centre a déjà accueilli en mars 1953, trente-trois hommes : douze relégués en libération conditionnelle, un relégué en semi-liberté confié par le centre de tri de Bonne Nouvelle, quatre rapatriés de Guyane, trois condamnés de droit commun en liberté conditionnelle, un condamné politique en libération conditionnelle, neuf libérés définitifs, trois cas sociaux ne dépendant pas de l’administration pénitentiaire. Le colonel Charles Péan signale, en ce début d’année, que quatre évasions sont à déplorer, mais que les quatre fuyards ont été repris. Il indique également que les relégués proviennent du centre d’observation de Rouen, où un membre de l’association caritative siége dans la commission de tri et de classement, mais aussi directement de Saint-Martin-de-Ré et de Mauzac.

9L’Armée du salut offre l’hébergement et le travail, conditions impératives pour obtenir une libération conditionnelle, la nourriture, le chauffage et le blanchissage à ceux qu’elle qualifie d’assistés, pour bien les distinguer de salariés et justifier ainsi les salaires modestes proposés. Comme toutes les œuvres de patronage et d’assistance aux libérés, elle reçoit deux francs par relégué et par jour, et ceci pendant une durée de deux cents jours. Le séjour à Radepont est envisagé comme une passerelle entre la prison et la liberté. Des emplois sont offerts sur le domaine, rémunérés un franc par jour au début des années cinquante puis deux francs pendant les années soixante. Une équipe de bûcherons est organisée. Des pensionnaires s’occupent de la ferme, de l’élevage. D’autres s’affairent dans les cuisines et les dortoirs du château. Quelques-uns sont employés à l’hôtellerie dont dispose l’Armée du salut à Rouen. Une autre équipe travaille sur le port de Rouen. Elle nettoie les navires scandinaves qui livrent du bois. Ils y récupèrent la pulpe qui est triée et empaquetée au château. Un atelier de vannerie occupe certains relégués. Le règlement intérieur précise que les emplois sont assignés par le directeur du centre : « le choix n’est pas permis et une assiduité et un rendement légitime sont attendus de chacun ». La modicité des salaires à Radepont était l’objet de discussions parmi les relégués des centres d’épreuve. En 1954, un prisonnier de la caserne Thoiras sur l’île de Ré écrivait : « Beaucoup discutent sur le salaire faible qui y est attribué et qui souvent ici est un sujet de critique. Radepont, jamais de la vie, pour y être exploité. Mais tu es fou d’aller là-bas ».

  • 6  Péan (Charles), « L’Armée du Salut et son action », Revue pénitentiaire et de droit pénal, 1953, p (...)

10Les relégués employés sur le domaine peuvent le quitter en dehors de travail. Ils doivent être de retour avant 21 h, sauf le mardi et le dimanche où ils ont une permission jusqu’à 23 h 30 à l’occasion des sorties spectacles. Des séances collectives au cinéma sont organisées. Chaque mois, les pensionnaires peuvent disposer de deux jours de permission à Rouen, « si leur conduite est satisfaisante ». Si des rations de tabac sont distribuées dans le centre, l’alcool y est prohibé. A la lecture des premiers témoignages sur cette œuvre qui effraya quelque peu les habitants de la commune, l’ivresse des relégués était le problème majeur. Le colonel Péan présentait ainsi ses hôtes : « des protégés qui souvent nous en font voir6 ». Le règlement intérieur que tout relégué doit signer précise également que les jeux, prêts et emprunts d’argent sont prohibés, que le commerce de vêtements ou d’objets quelconques est interdit. Les assistés doivent obligatoirement assister aux repas et à la « causerie quotidienne d’édification » : « La présence à Radepont des assistés ayant un caractère de réadaptation et de relèvement, ceux-ci doivent accueillir avec un bon esprit toutes suggestions, conseils et interventions des dirigeants du centre pour tous les éléments de leur vie quotidienne ». Quitter le centre ne peut avoir lieu qu’après une autorisation de la direction salutiste et des autorités administratives compétentes, le président du comité d’assistance aux libérés ou le directeur du centre de triage. Les relégués doivent demeurer au minimum six mois dans le centre.

Les anciens de Guyane

  • 7  Pour des commodités de lecture mais afin de préserver l’anonymat des hôtes du centre, nous avons é (...)

11Contrairement à une légende tenace, les anciens bagnards et relégués de Guyane ne furent pas très nombreux à Radepont. Nous avons pu en identifier sept dont le séjour est avéré et un autre dont le séjour est probable. Compte tenu des lacunes des dossiers de la période 1952-1960, il convient certainement de majorer ce chiffre, en particulier lors des arrivées de 1953, 1954 et 1955 qui suivent les ultimes rapatriements du territoire d’Outre-Mer. Ange Copeau7, né en 1893, avait été rapatrié en 1953. Il avait été condamné à quinze reprises pour vols, abus de confiance, port d’armes prohibés et pour désertion à en temps de guerre avant d’être frappé de la relégation en 1931 pour « embauchage de mineure en vue de la débauche », ce qui lui avait valu également trois ans de prison. Il demeura vingt ans à Saint-Jean du Maroni. En juillet 1954, l’assistant social de Saint-Martin-de-Ré, le major salutiste Charles Palpant, le recommandait au directeur de Radepont en indiquant que s’il obtenait un certificat de travail et d’hébergement, il pourrait bénéficier d’une grâce. Il séjourna à Radepont à partir de 1955, mais frappé de violentes crises d’asthme, fut admis parmi les incurables de l’Hospice d’Elbeuf fin juillet 1956. Le major Palpant sollicita encore le capitaine François, dirigeant du centre de Radepont en 1954, pour un relégué de Guyane qu’il tenait à « dépanner ». C’était un cultivateur de quarante-sept ans qui n’était pas parvenu à retrouver du travail après son rapatriement. Ses papiers lui fermaient le marché du travail et aucune œuvre ne l’avait assisté. Il était « retombé » et avait été conduit sur l’île de Ré. Le major le décrivait comme serviable, ayant un bon esprit et assistant aux réunions salutistes. Faute de dossier d’observation, nous ne pouvons pas indiquer s’il vint à Radepont en 1955. Par contre, il semble avoir eu maille avec la justice un peu après, car il fut mis en liberté conditionnelle de Mauzac en octobre 1967, et arriva à Radepont pour quelques jours avant d’être hospitalisé. En mai 1955, le salutiste Pons qui avait remplacé l’assistant social Palpant à Saint-Martin-de-Ré, plaide en faveur d’un autre relégué : « C’est un pauvre malheureux qui est en prison depuis 1925, sa peine de relégation ne se termine qu’en 1956. Il vient de la Guyane. S’il bénéficiait d’un certificat, il pourrait bénéficier des grâces du président de la République ». Nous n’avons pas de confirmation de son séjour en Normandie. Il est possible que la grâce obtenue, à la faveur du fameux « billet de sortie » délivré par le centre de Radepont, ce relégué ait choisi une autre destination. Toujours parmi les premiers hôtes du centre en 1953, Georges Bara, ancien transporté de Guyane, ne demeura que quelques mois, fugua puis fut arrêté et emprisonné à Évreux. Émile Couteau, venant aussi de Guyane, avait une conduite exemplaire depuis son arrivée, mais il disparut en 1957. Le bureau des prisons de l’Armée du Salut à Paris, rue de Rome, sollicitait également les certificats du centre. En février 1955, la major Thomassin recommandait un ancien de Guyane, incarcéré dans la prison de Toulouse. S’agissait-il d’un ancien forçat, condamné ensuite à la relégation ? C’est probable, car la note de la major précisait qu’après avoir subi sa peine qui avait débuté en 1929, il avait subi douze condamnations sur place. Ce « mauvais élément », écrivait-elle, était borgne, tatoué de la tête aux pieds, avec sur le front l’inscription « Mort aux vaches ». Seul un certificat pouvait le faire sortir de Toulouse. Il vint à Radepont mais n’y demeura guère et fut transféré dans l’hospice de vieillards d’Harcourt. Le bureau des prisons parisiens prit en charge un autre détenu de la prison toulousaine Saint-Michel. Lui aussi avait subi cinq condamnations en Guyane en sus des vingt années de travaux forcés, peine prononcée aux assises en 1933 pour un meurtre et augmentée de la peine complémentaire de la relégation. Il fut rapatrié en 1953, mais avait un reliquat de peine à accomplir jusqu’en février 1955, moment où il devait entamer ses trois ans de relégation. Il n’arriva à Radepont qu’en mars 1957. Dès le lendemain de son arrivée, une rixe grave éclata et il fut transféré à l’hostellerie rouennaise de l’Armée du Salut. Il ne tarda pas à disparaître, peut-être après avoir vendu ses mémoires à un journaliste, selon les déclarations des officiers salutistes, puis fut incarcéré à la maison d’arrêt de Rouen. Marcel Patois faisait probablement du petit contingent de forçats et relégués qui avaient préféré demeurer en Guyane après le dernier convoi de rapatriement en 1953, puisque les dates extrêmes de son séjour en Guyane étaient 1938, – il fit donc partie du dernier convoi de relégués acheminés outre-mer–, et 1960. Il commit probablement un délit après son retour et fut acheminé vers le centre pénitentiaire de Mauzac. Il y obtint sa libération conditionnelle en 1968 et arriva à Radepont au mois de novembre. Il avait alors soixante ans. Il n’y demeura que deux mois, fut de nouveau arrêté et conduit à Liancourt. Il demeura au sanatorium ou à l’hospice de cette prison jusqu’en janvier 1973, date de son placement sous tutelle pénale. Il put revenir à Radepont et y séjourna jusqu’en 1978, avec de courts intermèdes dans la maison d’arrêt de Rouen. Les salutistes déploraient sa mauvaise influence sur les autres pensionnaires de la maison. Les « pieds de biche » de Guyane étaient usés, malades, vieillis prématurément. Le centre de Radepont a aidé quelques-uns d’entre eux à enfin sortir de l’univers carcéral, mais il ne fut bien souvent que l’antichambre d’un hospice ou d’un hôpital.

Les compagnons des relégués

  • 8  Vienne (Roger), « L’admission des vagabonds au bénéfice de l’aide sociale », Revue de science crim (...)
  • 9  Thiry (Georges), « Les journées franco-belgo-luxembourgeoises de droit pénal (Luxembourg, 13-14 ma (...)

12Nous avons indiqué que le centre de relèvement par le travail de Radepont n’hébergeait pas que des relégués : vagabonds amenés par la gendarmerie, libérés définitifs de prison après de courtes ou de longues peines, anciens pensionnaires des hôpitaux psychiatriques de Navarre, près d’Évreux, de Saint-Étienne du Rouvray, près de Rouen, de Saint-Sauveur à Caen. Depuis la loi du 29 novembre 1953, intégrée en 1956 dans le Code de la famille et de l’aide sociale, les personnes libérées de prison, d’établissements de soins ou de cure pouvaient être hébergées en vue de leur réadaptation sociale pendant une période de six mois dans des établissements publics ou privés agréés à cet effet. Les hébergés étaient astreints à travailler à l’intérieur ou à l’extérieur du centre, participant ainsi à ses frais de fonctionnement. Les départements, aidés par l’État et les communes, versaient un prix de journée à ces centres, contribuant ainsi à solidifier l’assise financière des comités d’assistance aux libérés. En 1959, un décret et un arrêté ajoutèrent une nouvelle catégorie susceptible de bénéficier de ces aides : « les vagabonds estimés aptes à un reclassement8 ». L’admission dans l’un de ces centres permettait aux parquets de classer les poursuites pour vagabondage. Les profils des vagabonds étaient assez voisins de ceux des relégués et certains magistrats n’hésitaient pas à les classer selon les mêmes critères que les récidivistes. Le président du tribunal d’arrondissement de Luxembourg distinguait les « vagabonds ordinaires non dangereux », « les vagabonds délinquants de nocivité réduite » et les « délinquants vagabonds dangereux à raison de leur tendance profonde à la criminalité9 ». Estimés à trente mille en France aux débuts des années soixante, ils appartenaient majoritairement à la tranche d’âge des trente-cinquante ans et n’avaient guère de perspective d’embauche. Le capitaine Freddy François de l’Armée du Salut soulignait la présence d’éléments jeunes, de demi-vagabonds occasionnels, de débiles mentaux et d’individus n’ayant rompu avec une existence normale que depuis un faible nombre d’années. Mais, affirmait-il, lors des journées franco-belgo-luxembourgeoises de mai 1960, il existait un « culot », difficilement récupérable socialement, surtout chez les clochards des villes.

13Si le centre de Radepont contribua à la réintégration en métropole d’anciens bagnards, il permit également le retour dans la société de condamnés de l’Épuration. Quelques anciens collaborateurs retrouvèrent en effet la liberté grâce aux certificats délivrés à Radepont. Jacques K., un ancien fonctionnaire, achevait sa huitième année de détention dans la maison centrale de Clairvaux en 1952, puis dans la maison centrale d’Eysses où avaient été regroupés les derniers condamnés pour faits de collaboration à partir de janvier 1953. Il fut mis en liberté conditionnelle en septembre 1953 grâce aux certificats de travail et d’hébergement délivrés par les dirigeants salutistes du centre et séjourna quelques temps à Radepont. Un autre prisonnier d’Eysses, alsacien condamné à vingt années de travaux forcés pour trahison en 1947, bénéficia du soutien politique du Centre National des Indépendants et arriva à Radepont en mars 1956. Cette participation de l’Armée du Salut à la liquidation des séquelles de l’Épuration risquait de compromettre l’œuvre de reclassement inaugurée dans la petite commune normande. Le cas d’Émile L. est à cet égard révélateur. Cet indicateur de la Gestapo avait été condamné à la peine de mort par la cour de Justice de la Seine en 1948. Il s’était infiltré dans un réseau de résistance normande et avait dénoncé plusieurs résistants et un militaire anglais. Âgé de 61 ans en 1952 et incarcéré dans la prison de la Chataigneraie, dans la banlieue parisienne, il avait sollicité l’Armée du Salut pour une libération conditionnelle. Le dirigeant rouennais de l’Armée du Salut lui accorda un certificat, mais la commission nationale de la libération conditionnelle écarta la demande d’Émile L. En 1954, écroué à la centrale d’Eysses, il renouvèle la demande. C’est le sous-préfet des Andelys qui manifeste sa réticence, rappelant les actes commis en Normandie, « l’audace et la perversité » de ce traître. Le capitaine François se range à ses vues. Mais Émile L. arrive à Radepont en juin 1954. Très vite, il apparaît préférable aux salutistes de le placer à Rouen, car il y a risque que « la nature politique grave de sa condamnation indispose légitimement une population aussi réduite ». Les anciens collaborateurs ne furent jamais nombreux à Radepont. De mars 1958 à décembre 1964, on pouvait encore rencontrer à Radepont un infirme qui avait perdu une jambe sur le front russe, dans les rangs de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme, la LVF. Il avait achevé sa peine pour atteinte à la sûreté de l’État en 1950, était ensuite parti garder des troupeaux près de Tarbes, avant d’échouer au dépôt de Nanterre. Il avait été adressé à l’institution normande par un major parisien de l’Armée du Salut.

14Répartition des admissions

15Il nous a été possible de dater 498 admissions concernant les 459 relégués identifiés. Ce chiffre s’explique par le fait que 39 relégués ont séjourné à deux reprises à Radepont. En règle générale, les dirigeants de Radepont refusent de reprendre des relégués qui sollicitent une nouvelle admission après un échec en liberté conditionnelle au centre. Les désordres commis lors d’un premier séjour sont également un motif de refus. Mais cette règle souffrit des exceptions dans les derniers temps de la relégation, lorsqu’il devint impératif de désengorger le centre de Mauzac où séjournaient de vieux relégués qui avaient connu de multiples échecs en libération conditionnelle.

Tableau 1. Répartition annuelle des admissions de relégués à Radepont

Année d’arrivée à Radepont

Effectif

Effectif avec correction

1952

6

10

1953

24

42

1954

30

53

1955

45

79

1956

8

14

1957

16

28

1958

24

42

1959

26

46

1960

25

44

1961

35

1962

43

1963

22

1964

16

1965

13

1966

16

1967

38

1968

41

1969

46

1970

21

1971

1

1972

2

16Pour la période 1952-1960, nous proposons une hypothèse de majoration tenant compte des dossiers absents dans les archives de Radepont qui représenteraient 43 % de l’ensemble des dossiers confectionnés par les salutistes. Nous avons appliqué ce pourcentage de majoration à chacune des neuf premières années. Trois phases de fort accueil semblent émerger : les années 1953 à 1955, les années 1958 à 1962 et enfin les années 1967 à 1969. Trois explications peuvent être avancées pour chacune de ces phases. Au milieu des années cinquante, l’effectif total des relégués incarcérés en France atteint son maximum, plus de 1500 hommes. L’octroi de libérations conditionnelles est un moyen pour désencombrer des centres d’épreuve comme celui de Saint-Martin-de-Ré. Parallèlement se mettent en place les centres d’observation dont celui de Rouen qui collabore intensément avec les salutistes de Radepont à cette époque. Pour la période de 1958 à 1962, l’encombrement de l’univers carcéral à la suite du conflit algérien peut être une piste d’explication. À la fin des années soixante, à un moment où l’on débat de la suppression de la relégation, il y a, semble-t-il, le souci de trouver une solution commode pour des relégués qui ont échoué dans tous les centres et qui demeurent à Mauzac. La mise en relation de l’année d’admission et du lieu de provenance peut aider à y voir plus clair.

Tableau 2. Répartition annuelle et lieux de provenance des relégués identifiés

Tableau 2. Répartition annuelle et lieux de provenance des relégués identifiés
  • 10  Arrêtés à la suite d’une évasion ou en stage au Centre national d’orientation pour une évaluation (...)
  • 11  Il fonctionna au milieu des années cinquante pour pallier l’encombrement des centres d’épreuve.

17Il faut ajouter à cette répartition cinq relégués en provenance de la prison d’antisociaux de Lure, deux relégués en transit à Fresnes10, quatre relégués venant de l’hôpital psychiatrique carcéral de Château-Thierry, quatre autres provenant du dépôt provisoire de relégués de la maison centrale de Fontevrault11, sept provenant de diverses maisons centrales (Toul, Clairvaux, Poissy, Haguenau, Loos), quatre de la maison d’arrêt de Toulouse et trois de la prison-école d’Ecrouves. Le tableau autorise un premier constat : le passage par un centre de tri et d’observation, pierre angulaire de la réforme, n’est pas une obligation pour obtenir une libération conditionnelle à Radepont. Certes, le tableau confirme les liens entre le centre de tri de Rouen et l’institution salutiste aux débuts des années cinquante, avec probablement une sous-représentation de l’effectif venant du centre de tri, car les sources omettent parfois de mentionner le stage et privilégient l’incarcération préalable à ce stage. Mais les libérations conditionnelles obtenues directement à partir des centres d’épreuve de Mauzac et de Saint-Martin-de-Ré l’emportent. Il faut y voir, principalement pour le centre de l’île de Ré, le rôle des assistants sociaux salutistes de cet établissement, en relation étroite avec la direction de Radepont. Les assistants sociaux de Saint-Martin-de Ré, le capitaine Charles Palpant puis le capitaine Pons, le capitaine Fouchaux puis le capitaine Jager, multiplient les demandes d’admission à Radepont. Ils font parvenir leurs demandes accompagnées de quelques notes personnelles : « bonne conduite après un délai d’épreuve de 14 mois, bon élément, caractère paisible, discipliné, bon travailleur, manœuvre maçon employé à la construction d’un bâtiment cellulaire » ; à propos d’un tsigane « c’est un garçon qui a une certaine droiture et de l’honneur. Sa délinquance est due surtout au milieu dans lequel il a été élevé, où le vol n’est pas considéré comme un vol. ». Le réseau des officiers de l’Armée du Salut ne manque pas de solliciter Radepont. Des visiteurs de prisons, des pasteurs, des militants de la CIMADE du pasteur Boegner proposent également des candidats au capitaine Freddy François, puis au major Thöni, en charge des relégués de Radepont. À Clermont-Ferrand, le capitaine Iscaro relaie les propositions des dirigeants du centre. Certains relégués multiplient les demandes depuis Mauzac et Saint-Martin-de-Ré. Ils ont achevé leur délai d’épreuve mais ne parviennent pas à obtenir les certificats de travail et d’hébergement. La secrétaire de la CIMADE écrit au capitaine François en mai 1955 : « Voici plusieurs mois que ce malheureux m’écrit. Il a achevé son délai d’épreuve depuis plus de dix mois. C’est un pauvre type amené à la relégation pour des délits mineurs et qui a 54 ans et en paraît beaucoup plus. » En 1952, Le colonel Charles Péan effectue une visite à Saint-Martin-de-Ré et s’intéresse au sort d’un cordonnier qui « ne fait pas de bruit ». Il réclame, par l’intermédiaire de l’assistant social, un certificat de travail et d’hébergement pour son protégé à l’œuvre normande. Les dirigeants de Radepont adressent un règlement à faire signer au postulant. Muni de ce document, il peut espérer que son dossier de libération conditionnelle sera examiné favorablement par la Chancellerie. Au milieu des années cinquante, une correspondance intense prouve que le centre de Radepont contribue à désengorger les centres pénitentiaires de relégués et qu’il est la voie obligée pour tous ceux qui ne parviennent pas à se procurer certificats de travail et d’hébergement. Pourvus de ces documents, des relégués sortent des centres pénitentiaires mais s’évanouissent dans la nature et ne se présentent pas à Radepont. En 1958, le major Thöni conseillait aux relégués de prendre le car Porte Maillot à Paris et de descendre à Fleury-sur-Andelle, commune située à deux kilomètres du centre. Il souhaitait qu’ils évitent de prendre le train qui les menait trop tard à Rouen, où les locaux de l’Armée du Salut étaient fermés. Rodant dans la ville jusqu’au matin, ils étaient susceptibles d’y faire de mauvaises rencontres et de succomber à des tentations. Les salutistes de Royat servent d’intermédiaire entre les pensionnaires du centre Pélissier de Clermont-Ferrant et les dirigeants de Radepont. En règle générale, mais souffrant de quelques exceptions, le centre n’accepte pas les auteurs de crimes de sang et les auteurs d’attentats à la pudeur. Les assistantes sociales de prisons demandaient également des certificats de travail et d’hébergement au Bureau des prisons de l’Armée du Salut, rue de Rome à Paris, dirigé pendant plusieurs années par la major Thomassin. Elle se retournait alors vers les officiers de Radepont. C’était en particulier le cas pour les tuberculeux de Liancourt.

  • 12  Archives du centre de Radepont. Dossiers d’observation. Lettre du 23 février 1955.

18Ces multiples sollicitations n’allaient pas sans poser de difficultés. En septembre 1953, le capitaine François répondit ainsi à une nouvelle demande de son collègue de Saint-Martin-de-Ré : « Je commence à avoir plus de monde qu’il n’en faut ». Deux ans plus tard, au seuil d’une année qui allait être fertile en incidents, il lui précisait ses difficultés : « Vous devez comprendre que je ne désire pas recevoir trop d’hommes jeunes et forts qui ne cherchent qu’à filer immédiatement après leur arrivée. Nous arriverons très vite à saturer la région de relégués qui ne manquent pas de commettre de nouveaux délits. Il vaut mieux en recevoir un certain nombre pour lesquels l’assistance d’une œuvre est nécessaire. Puis-je vous demander de ne pas être trop indulgent, car lorsqu’on reçoit des hommes difficiles, ils troublent ensuite toute l’atmosphère de la maison12. » Les directeurs de Radepont se montraient également réticents à l’égard des relégués de nationalité étrangère. Ce fut le cas, à plusieurs reprises, à l’égard de réfugiés politiques espagnols. Ils craignaient des difficultés avec les villageois de Radepont et avec les services de la main d’œuvre.

19Vingt-trois relégués que nous avons pu identifier provenaient de la maison centrale de Liancourt, hôpital pénitentiaire et hospice pour vieux prisonniers. Le directeur de Radepont réclamait toujours un certificat de non contagion et rappelait, dans ses correspondances avec les assistantes sociales des prisons, que le centre ne disposait pas de structure médicale pour soigner des malades. C’était l’un des motifs des refus d’accueillir certains relégués. A ce propos, en 1958, des correspondances au ton assez vif furent échangées entre l’éducateur Perrot du centre de Clermont-Ferrand et le major Thöni à propos d’un épileptique. L’assistante sociale du centre Pelissier avait réclamé un certificat pour un relégué qu’elle présentait ainsi : « Nous croyons qu’il peut repartir s’il est épaulé à bloc, mais nous ne pouvons pas envisager une libération conditionnelle en dehors d’un centre ». L’éducateur Jean Perrot adressa des renseignements complémentaires au président du comité post pénal rouennais : ce détenu avait plusieurs crises d’épilepsie par jour, était alcoolique et avait connu plusieurs échecs pendant la phase de semi-liberté. L’information parvint au directeur de Radepont qui refusa de l’accueillir au prétexte que le centre n’était pas habilité pour recevoir des malades et parce qu’il craignait des problèmes avec les jeunes enfants des officiers. L’éducateur Perrot répondit sèchement : « Tous les relégués sont dans des mesures et pour des causes différentes des anormaux mentaux, sinon ils ne seraient pas relégués. Je pense de mon devoir de mettre loyalement au courant les personnes prenant en charge cette catégorie d’anormaux du caractère et des anomalies de chacun d’eux de manière à guider leur action future. Il me serait évidemment plus facile de donner de bons et hypocrites renseignements, vous laissant par la suite le soin de vous débrouiller. Je pense que ce ne serait pas honnête de ma part. malheureusement si vous ne pouvez héberger dans vos centres que des personnes « de confiance », ce n’est pas parmi les pensionnaires de nos prisons que vous les trouverez ». Ce relégué fut finalement accueilli à Radepont en 1961. La même année le major refusa de reprendre un relégué réfugié politique espagnol qui avait été hébergé cinq ans plus tôt au prétexte d’ulcères variqueux qui lui interdisaient de travailler debout. Il craignait également un impossible reclassement professionnel et des ennuis avec la préfecture lorsqu’un séjour dépassait le terme des six mois. Pour certains tuberculeux, l’aide du centre de Radepont était indispensable. En 1953, le président de la commission de classement du centre d’orientation de Rouen et le psychiatre présentaient ainsi l’un des relégués : un homme de cinquante et un ans, paraissant plus que son âge, très diminué physiquement après cinq années passées au sanatorium de Liancourt, atteint de « sénilité précoce », un « déchet » classé asocial et recommandé pour Radepont. Arrivèrent également des tuberculeux soignés grâce à des pneumo-thorax ; il fallait les insuffler trois fois par semaine. Si l’on ajoute au flux provenant de Liancourt, celui de la centrale d’Eysses, réservée à des handicapés et à des malades atteints de troubles psychiatriques, et celui de Château-Thierry, hôpital-prison psychiatrique, on peut mettre en valeur l’une des fonctions notables de Radepont, l’accueil de pensionnaires souffrant de handicaps et de maladies qui leur interdisaient une réinsertion dans la société. Il en allait de même avec les vieux relégués. Quelques-uns avaient un long parcours dans les centres pénitentiaires de relégués, après plusieurs échecs en libération conditionnelle. En 1961, l’assistant social de Saint-Martin-de-Ré recommandait un jardinier qui avait derrière lui vingt-six années de relégation, au « bon comportement » dans l’atelier de tapis de la prison. Agé de seulement vingt-cinq ans en 1935, il avait été condamné à cinq années de travaux forcés et à la relégation pour des vols qualifiés. Il n’était pas parti en Guyane. A deux reprises, en 1951 puis en 1958, au sortir du centre Pélissier de Clermont-Ferrand, il avait bénéficié de libérations conditionnelles. Mais il n’était à chaque fois demeuré qu’une année en liberté. Il fut confié au centre de Radepont pour un troisième essai. Il y resta six mois, puis fut employé à l’entretien de la Maison du Jeune Homme de l’Armée du Salut à Paris. Alexis Causson avait soixante–dix ans lorsqu’il arriva de l’Hospice de Liancourt à Radepont en 1960. Il fut peu de temps après transféré dans un hospice de vieillards de Seine-Maritime. Radepont était donc la dernière ou l’avant-dernière étape de vies miséreuses et broyées par la sévérité de la relégation.

Tableau 3. Age des condamnés lors du prononcé de la relégation (analyse de 203 connus sur les 459 identifiés)

Âge

Effectif

Pourcentage

Moins de 30 ans

54

26,5 %

30-34 ans

46

22,5 %

35-39 ans

37

18,5 %

40-44 ans

34

17 %

45-49 ans

34

17 %

50-54 ans

10

5 %

55-59 ans

3

1,5 %

60-64 ans

2

1 %

Tableau 4. Âge des relégués lors de leur arrivée à Radepont (analyse de 429 connus sur 459 identifiés)

Âge

Effectif

Pourcentage

Moins de 30 ans

7

1,5 %

30-34 ans

28

6,5 %

35-39 ans

48

11 %

40-44 ans

76

18 %

45-49 ans

84

19,5 %

50-54 ans

74

17 %

55-59 ans

61

14 %

60-64 ans

38

9 %

65-69 ans

10

2,5 %

70-74 ans

3

0,5 %

Tableau 5. Temps écoulé entre le prononcé de la relégation et la date d’arrivée à Radepont (analyse de 230 connus sur 459 identifiés)

Année

Effectif

Pourcentage

1 an et moins

2

0,5 %

2 ans

1

1 %

3 ans

10

4,5 %

4 ans

15

6,5 %

De 1 à 4 ans

28

12 %

5 ans

15

65 %

6 ans

20

8,5 %

7 ans

17

7,5 %

8 ans

16

7 %

9 ans

13

5,5 %

De 5 à 9 ans

81

35 %

10 ans

17

7,5 %

11 ans

15

6,5 %

12 ans

13

5,5 %

13 ans

12

5 %

14 ans

14

6 %

De 10 à 14 ans

71

31 %

15 ans

6

2,5 %

16 ans

4

1,5 %

17 ans

12

5 %

18 ans

6

2,5 %

19 ans

3

1,5 %

De 15 à 19 ans

31

13,5 %

20 ans

3

1,5 %

21 ans

5

2 %

22 ans

3

1,5 %

24 ans

2

0,5 %

26 ans

2

0,5 %

27 ans

2

0,5 %

De 20 à 27 ans

17

7,5 %

20La relégation sanctionne des hommes jeunes ; près de 70 % ont moins de 40 ans lorsqu’ils sont frappés de cette peine perpétuelle complémentaire. Par contre, l’âge des hôtes de Radepont est sensiblement plus élevé ; plus de 50 % ont cinquante ans et plus. Ceci s’explique par les années passées dans les centres de relégués : 21 % des relégués y ont séjourné entre 15 et 27 années, 31 % de 10 à 14 années. Par voie de conséquence, cela sous-entend des échecs répétés lors de libérations conditionnelles antérieures. Le refuge salutiste avec son encadrement, son hébergement, ses emplois apparaît donc comme une ultime chance pour ceux qui, en l’absence d’une tutelle, ne parviennent pas à réintégrer par eux-mêmes la société.

21Les quelques pensionnaires de Radepont provenant de la prison-école d’Ecrouves étaient jeunes. Ils y avaient été soumis au régime progressif, avaient été suivis par des éducateurs et avaient bénéficié d’une formation professionnelle. À plusieurs reprises, ils furent admis au bénéfice de la libération conditionnelle et conduits à Radepont, avant même le terme de leur peine principale. L’Administration pénitentiaire souhaitait leur éviter le séjour corrupteur de Saint-Martin-de-Ré et de Mauzac et ne pas gâcher les efforts entrepris à Ecrouves. René Massu avait été condamné à sept années de réclusion en 1954. Il bénéficia d’une libération conditionnelle en 1958, vint à Radepont et trouva presque aussitôt un emploi dans une entreprise de travaux publics de la métropole rouennaise. Marcel Canot fut recommandé par le directeur de la prison-école en novembre 1956. Âgé de 29 ans, il avait été condamné à dix-huit mois de prison pour vol et à la relégation en 1955. Il devait commencer sa relégation à partir du 27 décembre 1956. Sa conduite avait été excellente à Ecrouves. Il y avait suivi une formation professionnelle en limousinerie. Il bénéficia d’un libération conditionnelle dès le 21 décembre et arriva quelques jours après à Radepont. Il séjourna six mois au centre, mais fut quelques mois après emprisonné à Château-Thierry à la suite d’un vol. Gérard Lama fut condamné à sept années de réclusion et à la relégation en mai 1954. Il obtint sa libération conditionnelle dès 1959 et fut accueilli à Radepont.

Tableau 6. Âges des relégués provenant de Mauzac et de Saint-Sulpice-la-Pointe

Âges

Effectif

Pourcentage

30-34 ans

4

2 %

35-39 ans

11

6 %

40-44 ans

27

14 %

45-49 ans

42

22 %

50-54 ans

43

23 %

55-59 ans

32

17 %

60-64 ans

25

13 %

65-69 ans

6

3 %

Tableau 7. Temps écoulé depuis le prononcé de la relégation pour les relégués originaires de Mauzac et Saint-Sulpice-la-Pointe

Temps écoulée

Effectif

Pourcentage

De 1 à 4 ans

5

5 %

De 5 à 9 ans

32

31 %

De 10 à 14 ans

39

38 %

De 15 à 19 ans

20

19 %

De 20 à 27 ans

7

7 %

22Beaucoup de relégués viennent de Mauzac et de Saint-Sulpice-la-Pointe (204). Ils sont en moyenne plus âgés que l’ensemble des hôtes de Radepont. Les 50 ans et plus représentent 56 % de cet effectif. Ils comptent plus d’années d’emprisonnement dans le cadre de la relégation que la moyenne des pensionnaires. 64 % en sont à dix années et plus de relégation. Ces deux établissements, centre d’épreuve et centre de semi-liberté, avaient une vocation rurale et étaient principalement destinés aux relégués originaires du monde agricole. Les emplois offerts à Radepont convenaient à ces ouvriers agricoles, charretiers, vachers, bûcherons. Ceci est confirmé par l’étude des professions mentionnées sur les fiches et dans les dossiers conservés au centre (272 mentions de professions sur 459). Il faut toutefois se méfier de ces indications. Certains relégués mentionnent la profession qu’ils exerçaient dans le centre d’où ils provenaient et non en liberté. Radepont reçut donc principalement des relégués sans grande qualification professionnelle, classés asociaux et fréquemment d’origine rurale.

Tableau 8. Professions de 272 relégués admis à Radepont

Professions

Nombre

Pourcentage

Cultivateurs, agriculteurs

10

3,5 %

Ouvriers agricoles, conducteurs de tracteurs, bûcherons

50

18,5 %

Manœuvres, manutentionnaires, caristes, dockers

51

18,5 %

Ouvriers du bâtiment, maçons, plâtriers, peintres, cimentiers boiseurs, couvreurs

39

14,5 %

Personnels de la restauration, plongeurs, garçons de café

18

6,5 %

Ouvriers de la métallurgie et de la sidérurgie, repousseurs sur métaux, électriciens industriels, ajusteurs, polisseurs sur métaux, soudeurs à l’arc, ébarbeurs, fondeurs, chauffeurs de chaudières

23

8,4 %

Ouvriers du textile, tisserands, fileurs

3

Mineurs

3

Boulangers

5

Charcutiers

1

Électriciens

7

Mécaniciens

9

3,5 %

Forgerons

4

Cordonniers

5

Menuisiers

3

Chauffeurs routiers

2

Chiffonniers, forains, camelots, ferrailleurs, vanniers

9

3,5 %

Employés, comptables, représentants

12

23Beaucoup d’indices nous incitent à penser que Radepont était la dernière chance d’extraire du circuit carcéral des relégués âgés, marqués par l’empreinte pénitentiaire, incapables de surmonter les épreuves de la libération conditionnelle. Les arrivées nombreuses à la fin des années soixante regroupent des hommes pour lesquels l’expérimentation d’un régime progressif a été un échec ainsi que les modalités d’assistance des comités post-pénaux. Les parcours carcéraux de certains d’entre eux en témoignent. Ils ont séjourné dans presque tous les centres de relégués et parfois à plusieurs reprises.

  • 13  L’identité a été modifiée, comme indiqué précédemment. Archives départementales du Puy-de-Dôme, Do (...)
  • 14  Il souscrit cet engagement dans la Légion des volontaires français contre le bolchevisme pour écha (...)
  • 15  Correspondance du 6 août 2005 de M. Jean César, officier salutiste s’étant occupé d’une dizaine de (...)

24Nous ne citerons que deux itinéraires assez caractéristiques. Michel Bultel13 arrive à Radepont en janvier 1967, en provenance de Mauzac. Ce monteur en cirque d’origine normande a 47 ans. Il ne séjourne que quelques mois à Radepont, puis s’installe à Elbeuf où il devient camelot sur les marchés, jusqu’à son décès dans l’hôpital de cette ville en 1987. Il a été frappé de la relégation en 1958 avec une année de prison pour vol. Antérieurement, il a subi sept condamnations pour des vols. Pendant l’Occupation, condamné pour abattage clandestin, il est déporté trois années en Allemagne, comme droit commun. Il est d’abord écroué à Mauzac pour le délai d’épreuve de trois ans. Il s’en évade en 1959 et est repris. En 1962, il est transféré au centre de triage de Besançon, d’où il s’évade encore. Classé asocial, il est envoyé au centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand. Nouvel échec, il retourne à Mauzac jusqu’en 1967, avant son passage à Radepont. Gabriel Barrau est libéré conditionnel de Mauzac en janvier 1968 et y séjourne moins d’un mois avant de disparaître. Il a alors cinquante ans. Il y reviendra pour un mois, sur sa demande, en 1976. Il a été condamné douze fois pour des vols antérieurement à la peine complémentaire de relégation qui l’atteint en 1948. Issu d’une famille flamande nombreuse de la « zone parisienne », ses parents sont qualifiés dans plusieurs rapports de « clochards alcooliques ». Dès treize ans, il fréquente le tribunal pour enfants et séjourne dans la maison d’éducation surveillée d’Aniane jusqu’à son service militaire. Travailleur volontaire ou STO en Allemagne, il y est condamné à cinq années de travaux forcés pour vols. Il n’est libéré par les Américains qu’en 1945. À son retour, un engagement auprès de la LVF14 lui coûte une année de prison pour atteinte à la sûreté de l’État. Il subit son délai d’épreuve à Saint-Martin-de-Ré. Il est prolongé d’un an pour mauvaise conduite. Il n’est donc transféré au centre de triage de Besançon qu’en septembre 1954. Il s’en évade, est repris et est classé antisocial. Il est conduit dans la prison de Lure, puis admis en 1958 au sanatorium de Liancourt pour tuberculose. L’année suivante en 1959, il rejoint le centre de semi-liberté de Saint-Sulpice-la-Pointe. Nouvelle évasion, vol, condamnation à quatre mois de prison. Pour sanctionner ses évasions à répétition, il est frappé d’un stage disciplinaire de deux années dans la maison centrale de Nîmes. Il n’en sort qu’en 1962, pour un nouvel essai de semi-liberté au centre Boudet de Bordeaux, une ancienne prison militaire comme à Clermont-Ferrand. Il s’en évade encore et est acheminé sur le centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand en 1964. Après quatre mois, il s’évade de nouveau. L’éducateur de ce centre porte une appréciation sévère : « classique pilier de prison, typique délinquant constitutionnel que rien n’arrachera à son destin : le parasitisme carcéral ». Arrêté en janvier 1965 et condamné pour évasion et vol, il est renvoyé à Mauzac, avant la dernière étape à Radepont. Nous pourrions citer bien d’autres itinéraires chaotiques de ce type. Radepont reçoit principalement des hommes en situation d’échec, certains en voie de « clochardisation », selon le témoignage d’un ancien officier salutiste en poste à Clermont-Ferrand dans les années cinquante15.

Le comportement des hôtes de Radepont

  • 16  C’était sa vingtième condamnation depuis 1930. Il avait échoué lors de toutes les tentatives de li (...)

25Les mentions concernant l’alcoolisme des hôtes de Radepont sont très fréquentes : « ramassé en état d’ivresse à Rouen », « travailleur mais ivrogne », « alcoolique chronique », « un certain penchant pour la boisson », « légère tendance à l’éthylisme », « pris de boisson ». Quelques notices du centre de triage rouennais prévenaient les dirigeants du centre. Le psychiatre écrivait en 1953 à propos d’un relégué classé parmi les asociaux : « Alcoolique banal sans volonté, ni énergie. Peu dangereux ou plutôt trop peu intelligent pour l’être ». L’éducateur du centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand, les officiers de l’Armée du Salut qui visitaient ce centre proposaient des candidats à Radepont. Ils n’omettaient pas de mentionner les difficultés avec l’alcool de ces postulants. Parmi eux, nombre de vagabonds, condamnés à plusieurs reprises pour ce délit et pour défaut de carnet anthropométrique. Henri Misse16, frappé de la relégation en septembre 1941 pour un vol commis en état d’ivresse, expliquait ainsi ses récidives : « Et si je suis à la relégation depuis des années, c’est toujours par le vin ». Les habitudes contractées avant la relégation perduraient. Emile Morieux avait subi dix condamnations dont l’une pour un crime commis en état d’ivresse. Il fit partie des premiers hôtes en 1953, mais sa libération conditionnelle fut rapidement révoquée. Il revint à plusieurs reprises des sorties au cinéma complètement ivre et tua un cochon. Le capitaine François évoquait le « délabrement » d’un homme qui n’avait alors que cinquante-quatre ans. Trois ans plus tard, Alexandre Macoutine, en état d’ébriété, s’en prend à un autre pensionnaire, casse tout dans le château. Il doit être enfermé dans une chambre de sûreté avant d’être emprisonné à Évreux et de voir sa libération conditionnelle révoquée. En 1955, Freddy François reprochait à un relégué d’avoir introduit du vin dans l’établissement, de s’être enivré puis d’avoir pris la fuite en volant des victuailles. Ce « bon vieux », selon l’appréciation de Charles Palpant à Saint-Martin-de-Ré, fut incarcéré à Évreux sous la prévention de vol. Un autre prit la fuite, à la suite d’une réprimande pour son ivresse manifeste. Toujours en 1955, le capitaine François proposa de réintégrer un relégué à Clermont-Ferrand à cause de son ivresse réitérée. Chaque semaine il rentrait de ses sorties le visage marqué par les pugilats qu’il provoquait dans les environs. Un autre avait « joué du couteau » en état d’ébriété. La gendarmerie devait intervenir pour faire cesser les bagarres. En 1962, le directeur du centre dut écrire à la famille d’un relégué pour lui déconseiller d’adresser des sommes d’argent qui lui permettaient d’avoir un ardoise chez le débitant de boisson du village. Les crises éthyliques et les rechutes lors des mises en liberté contribuaient au maintien de certains relégués dans le circuit des centres pénitentiaires pendant des années. En 1959, le directeur de Radepont refusa de reprendre relégué incarcéré dans la maison centrale de Nîmes pour raisons disciplinaires. Lors de son séjour en 1957, il s’était fréquemment enivré et bagarré. Il subissait la relégation depuis 1940. L’assistant social de Saint-Martin-de-Ré hésitait en 1961 à proposer à la libération conditionnelle un vieux prisonnier – douze ans de relégation derrière lui et des échecs au centre d’observation de Lille et dans les centres de semi-liberté de Clermont-Ferrand et de Bordeaux-, dont il disait qu’ivre, il pouvait aller jusqu’au crime. Les cures de désintoxication anti-alcoolique montraient également leurs limites. En 1958, un relégué qui avait subi la cure de désintoxication proposée par la prison Saint-Paul de Lyon fut chaudement recommandé par l’assistante sociale et l’éducateur de Clermont-Ferrand : « Il est très différent de la majorité des relégués ». L’année suivante, il disparut de Radepont et le directeur notait qu’il avait été fréquemment saoul. Quelques relégués mesuraient les risques de tels comportement : « Si je suis refusé par l’Armée du Salut, c’est Clermont qui m’attend. » Le centre Pélissier acquit très vite la réputation d’accueillir principalement les alcooliques.

  • 17  Rapport général de l’Administration pénitentiaire pour l’année 1955 par André Touren, Revue pénite (...)

26Les dossiers et fichiers conservés à Radepont relatent les incidents qui émaillèrent la vie de ce centre de 1952 à 1970. Nous ne reviendrons pas sur les désordres provoqués par l’intempérance. Au premier rang figuraient les fugues et les « disparitions », provisoires ou définitives. Les gendarmes des brigades environnantes et la police de Rouen se saisissaient fréquemment des fuyards. Ils étaient alors écroués à Évreux ou à Rouen. Quelques-uns parvenaient à quitter la région, mais échouaient dans des maisons d’arrêt plus lointaines, Alençon, Pontoise, La Santé, Fresnes. Le président du Comité post-pénal, le magistrat Mathieu, prenait avis auprès des dirigeants de Radepont sur l’opportunité de demander à la Chancellerie une révocation de la libération conditionnelle. Si le relégué avait commis des délits pendant son évasion, le plus souvent des vols, la révocation était quasi certaine. Ce fut par exemple le sort de Bernard Bodin, arrêté à Rouen en janvier 1954 en état d’ivresse et accusé du vol d’une bicyclette. Une coupure de presse non datée conservée dans son dossier montrait l’irritation de la presse locale à l’égard de ces hôtes indésirables : « Trouvant sans doute que la vie de château ne lui convenait pas et pensant que son salut était ailleurs, Bodin s’évadait de sa retraite forcée ». Une certaine tolérance était toutefois admise pour des délits bénins. Ce fut le cas en particulier lorsque l’effectif des relégués incarcérés en France atteignit son maximum, en 1954, avec 1647 prisonniers au premier janvier17. Charles Germain, directeur de l’Administration pénitentiaire, recommanda au président du comité d’assistance rouennais de ne pas demander la révocation de la libération conditionnelle et d’admettre au centre de Radepont un relégué, incarcéré à Fresnes, qui avait été condamné à un mois d’emprisonnement pour infraction à une interdiction de séjour dans la région parisienne et pour défaut de présentation de son carnet anthropométrique ; « des délits de peu de gravité », écrivait-il. Il fut admis à Radepont, mais fugua quelques semaines après et fut arrêté par la gendarmerie d’Évreux. Le directeur refusa de le reprendre, le qualifiant de « vagabond impossible à fixer ». Son successeur réitéra ce refus en 1958 alors qu’il poursuivait sa peine de relégation dans la maison centrale de Poissy. En 1963, le centre de Radepont fut encore sollicité. Le directeur de Saint-Martin-de-Ré pensait qu’il pourrait être admis dans un hospice – il avait alors soixante-cinq ans – après avoir été pris en charge par une œuvre caritative.

  • 18  Réunion des présidents et des assistantes sociales des comités d’assistance aux libérés, 28-29 mai (...)

27Les salutistes se déterminaient donc en fonction du comportement du sujet dans leur centre. Si les fautes étaient bénignes, – rentrées tardives le soir, en état d’ivresse, retours de permission au delà des délais prescrits –, les admonestations suffisaient. Quelquefois, ils sollicitaient des emprisonnements provisoires au président du comité d’assistance aux libérés qui les transmettait au parquet. À l’occasion de l’une de ces demandes en mai 1955, le capitaine Freddy François écrivait : « Il est temps en effet que les bénéficiaires de la liberté conditionnelle à Radepont ne compromettent eux-mêmes l’occasion qui leur est donnée par leur désinvolture et leur indiscipline. » Il décida d’ailleurs de suspendre un temps les permissions, car trop de relégués disparaissaient avant le terme des six mois. Une telle démarche n’allait pas sans poser quelques difficultés qui furent abordées lors d’une table ronde entre les présidents, les assistantes sociales des comités d’assistance aux libérés et le chef du bureau de l’application des peines de l’administration pénitentiaire, M. Perdriau qui avait succédé à Pierre Cannat en 1956. M. Perdriau recommandait d’user de la menace d’arrestation ou même de l’arrestation provisoire comme mesure disciplinaire intermédiaire entre l’avertissement et la révocation de la libération conditionnelle. Mais pour ce faire, puisque la loi n’avait rien prévu en terme de révocation partielle, il fallait demander au procureur de la République ou au Préfet une arrestation comme préalable à une révocation définitive, puis adresser à la Chancellerie un rapport défavorable à cette mesure pour que le Garde des Sceaux ordonne au parquet la libération de l’intéressé. La lourdeur du procédé et le soupçon d’arbitraire qui l’auréolait provoquèrent des réticences chez plusieurs présidents de comités, mais, en 1956, l’Administration pénitentiaire ne savait pas comment faire autrement pour que les relégués en libération conditionnelle se tiennent tranquilles18.

28Pour les relégués du centre de triage rouennais placés en semi-liberté à Radepont, l’arrestation à la suite d’une fugue signifiait l’interruption du stage et l’envoi dans un centre d’asociaux ou d’antisociaux. En 1954, un relégué en semi-liberté à Radepont donne un coup de fourche à l’un de ses camarades. Il est réintégré dans le centre de triage rouennais pour trois semaines. Quand des relégués avaient commis un délit pendant le temps de leur séjour à Radepont, les dirigeants du centre refusaient ensuite de leur accorder un second certificat de travail et d’hébergement et de les recevoir à nouveau. Julien Civis était employé au bûcheronnage à la lisière de la propriété en 1953. Du bois disparaissait qu’il revendait à des voisins. Sa libération conditionnelle fut révoquée et il fut conduit à Saint-Martin-de-Ré. En 1955, il sollicita vainement les salutistes pour un retour à Radepont. En 1963, le directeur de Radepont écrivait à un ancien pensionnaire réintégré au camp de Mauzac : « Il est bien regrettable que vous n’ayez pu saisir l’occasion qui vous était offerte en 1957 ; depuis les années ont passé et je ne pourrais vous occuper ». L’intéressé était à cette date âgé de soixante et onze ans.

29Les fugues se limitaient parfois à des incursions dans les débits de boisson du village de Radepont ou dans ceux de Fleury-sur-Andelle, commune située à deux kilomètres du centre. En août1963, André Camus y est arrêté par les gendarmes à la suite d’une bagarre. Les relégués sollicitaient auprès du comité post-pénal des permissions pour revoir leur famille ou pour se présenter à un emploi. C’était une occasion supplémentaire pour disparaître.

30Quelques incidents plus graves eurent lieu que la presse locale, en particulier l’Impartial des Andelys qui réprouvait l’implantation du centre, s’empressait de conter à ses lecteurs. Un climat de méfiance entourait l’œuvre de reclassement. Quelques désordres de faible gravité, mais habilement exploités par la presse, alimentèrent la défiance à l’égard des pensionnaires du château, et ceci dès les premiers pas du centre. Dès 1953, quelques cambriolages et vols à la roulotte sont évoqués : la poissonnerie de Charleval puis la serviette et l’imperméable dans la voiture d’un médecin à Pont-Saint-Pierre. Les auteurs sont arrêtés : deux pensionnaires en semi-liberté de Radepont. La presse locale relata un autre incident en 1953 : « D. M., 28 ans, M. E., 27 ans, E. M., 36 ans, tous trois condamnés de droit commun (et relégués !) avaient été placés confortablement au centre de redressement de l’Armée du Salut à Radepont. Peu satisfaits de cette mesure de faveur, sans doute, et peu soucieux de rentrer dans le droit chemin, il s’évadèrent du centre le dix juin dernier et pour moins de fatigue… ils volèrent le camion de l’Armée du Salut, camion qu’ils durent abandonner après avoir embouti un poteau télégraphique ». L’année suivante, deux autres relégués en semi-liberté commirent un cambriolage. Lors de leur procès, le journal local titra un article « Radepont, deux chevaux de retour » et écrivit : « Deux têtes, le même type : front étroit ou fuyant, visage fermé, regard mort pendant l’audience et rigolard pendant les suspensions. P. A. et V. G. sont tous les deux marqués par le vice, naturel ou acquis, et par une vie en prison. Ce sont deux relégués du centre de rééducation des détenus semi-libres du centre de Radepont. » Les portraits offerts par la presse locale témoignaient de l’exaspération des habitants. Ce fut le cas, à l’occasion du procès de deux autres relégués pour vol à la roulotte dans une commune voisine : « Ils sont chargés d’un casier judiciaire bien garni ; ce sont deux chevaux de retour, endurcis et vicieux. Ils portent leurs tares sur leurs traits. L’un a le type classique du bandit : les oreilles décollées, l’œil froid. Qu’y a-t-il à tirer de pareils sujets ? Rien ! Ils sont parfaitement irresponsables, le vol et le crime sont leur pente naturelle, le tout est de ne pas les laisser s’y abandonner. Le mieux serait sans doute d’envoyer ces incorrigibles non pas à Radepont mais dans quelque sale coin des colonies où il y a du travail de forçat à faire : le bagne. » En 1955, un pensionnaire du centre vola une voiture à Rouen mais eut un accident. Il fut écroué à Évreux, condamné à dix-huit mois de prison et sa conditionnelle fut révoquée. L’Impartial des Andelys consacra également trois articles au procès de « gibiers de prison », pensionnaires de Radepont en 1955, auteurs de cambriolages et de vols de linge. En 1958, un relégué déséquilibré dut être transféré à l’hôpital psychiatrique d’Évreux. Il se battait avec ses camarades pour des prétextes futiles, agressa un sergent de l’Armée du salut et eut des crises de démence. Le major Thöni précisait qu’il suscitait l’effroi chez les hôtes du château. La même année, un autre revint de permission avec un revolver ; sa libération conditionnelle fut révoquée

31Le capitaine Freddy François, lors de journées d’études de l’Union des sociétés de patronage d’adultes, le 6 mai 1955, déplorait que les comités post-pénaux dussent attendre un nouveau délit pour la révocation de la libération conditionnelle de certains relégués qui se comportaient mal. Ce qui permettait les attaques de la presse. Il souhaitait une propagande auprès des instances politiques locales pour rappeler que la libération conditionnelle n’est pas le fait de l’œuvre mais de la Chancellerie. À ses yeux, il fallait éviter les libérations conditionnelles dès la sortie de prison et passer par une phase de semi-liberté, assouplie mais allongée à deux ou trois ans, pour éviter les incidents.

32Il n’est pas aisé de proposer une évaluation de l’œuvre de reclassement. Une fugue, une disparition ne signifient pas toujours un retour à la délinquance et de nouvelles récidives. Cependant les mentions d’emprisonnements et de révocations de la libération conditionnelle sont des indices assez sûrs d’échecs du séjour dans le château de Radepont. Les archives sont trop rares pour quantifier les reclassements professionnels dans des usines de la région, aux Chantiers de Normandie en particulier. Les plus vieux finissent leurs jours dans des hospices ou hôpitaux. Les mentions de « disparition du centre » sont les plus fréquentes, et laissent supposer toutes sortes de destinées. Les salutistes firent ce qu’ils purent pour seconder la réforme pénitentiaire. Ils essayèrent d’en corriger les échecs et de pallier ses lacunes. Les difficultés du centre de Radepont témoignaient surtout des imperfections et de l’extrême sévérité de cette mesure de sûreté perpétuelle qu’était la relégation.

Haut de page

Notes

1  Donet-Vincent (Danielle), La fin du bagne, Rennes, Éditions Ouest-France, 1992, 191 p. et De soleil et de silences, Histoire des bagnes de Guyane, Paris, la Boutique de l’Histoire, 2003, 551 p.

2  Péan (Charles), Terre de bagne, Paris, Éditions Altis, 1933, 256 p. et Conquêtes en terre de bagne, Paris, Éditions Altis, 1948, 364 p.

3  Après 1954 et jusqu’en 1970, les juges correctionnels eurent la faculté de ne pas prononcer la relégation. Elle fut de moins en moins utilisée par les magistrats.

4  Jusqu’à mai 2005, ils demeuraient dans les greniers de la prison Bonne Nouvelle. Nous avons participé avec M. Laurent, directeur-adjoint des Archives départementales de Seine-Maritime à leur collecte. Ils sont désormais aux Archives départementales de Seine-Maritime.

5  Notre mode de calcul a été le suivant. Pour la lettre A, nous disposons de 11 fiches : (11 x 51,6) : 48,4 = 11,73 dossiers disparus probables. La même opération pour B = 36,25 dossiers disparus probables, P-Q = 27,72, R =13,86, S = 12,79, T-Z = 26,65. Soit au total 129 dossiers disparus probables.

6  Péan (Charles), « L’Armée du Salut et son action », Revue pénitentiaire et de droit pénal, 1953, p. 109.

7  Pour des commodités de lecture mais afin de préserver l’anonymat des hôtes du centre, nous avons écarté le choix des initiales pour le nom et le prénom, car il n’autorise qu’un anonymat relatif et adopté la solution en usage actuellement dans la presse de prénoms et noms fictifs.

8  Vienne (Roger), « L’admission des vagabonds au bénéfice de l’aide sociale », Revue de science criminelle et de droit pénal comparé, 1960, p. 19-27.

9  Thiry (Georges), « Les journées franco-belgo-luxembourgeoises de droit pénal (Luxembourg, 13-14 mai 1960) », Revue de science criminelle et de droit pénal comparé, 1960, p. 536-539.

10  Arrêtés à la suite d’une évasion ou en stage au Centre national d’orientation pour une évaluation d’éventuels troubles mentaux ou encore faisant l’objet de soins dans l’hôpital pénitentiaire de cette gigantesque prison cellulaire de la banlieue parisienne.

11  Il fonctionna au milieu des années cinquante pour pallier l’encombrement des centres d’épreuve.

12  Archives du centre de Radepont. Dossiers d’observation. Lettre du 23 février 1955.

13  L’identité a été modifiée, comme indiqué précédemment. Archives départementales du Puy-de-Dôme, Dossiers d’observation des relégués, 1124 W 256 et archives de Radepont.

14  Il souscrit cet engagement dans la Légion des volontaires français contre le bolchevisme pour échapper au STO. Il n’est pas parti sur le front russe. Il ne subit que trois mois de prison pour cela, bénéficiant d’une amnistie. Archives de Radepont et Archives départementales du Puy-de-Dôme, Dossiers d’observation de relégués, 1124 W 256.

15  Correspondance du 6 août 2005 de M. Jean César, officier salutiste s’étant occupé d’une dizaine de relégués du comité post pénal de Clermont-Ferrand de juillet 1953 à juillet 1954.

16  C’était sa vingtième condamnation depuis 1930. Il avait échoué lors de toutes les tentatives de libération conditionnelle et s’était en fui des centres de semi-liberté. Ce fut le cas au centre d’observation de Loos-lès-Lille où sa libération fut révoquée pour outrage et rébellion à agent. Au centre Pescayre de Saint-Sulpice-la-Pointe, ce vacher, classé asocial rural par les évaluateurs de Lille, prit la fuite. Il paya cette escapade de trois ans de régime disciplinaire dans la maison centrale de Nîmes. Il échoua à Mauzac et en 1958 sollicita le centre de Radepont.

17  Rapport général de l’Administration pénitentiaire pour l’année 1955 par André Touren, Revue pénitentiaire et de droit pénal, 1956, p. 581-662.

18  Réunion des présidents et des assistantes sociales des comités d’assistance aux libérés, 28-29 mai 1956, Revue pénitentiaire et de droit pénal, 1956, p. 861-942

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 2. Répartition annuelle et lieux de provenance des relégués identifiés
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/2016/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Vimont, « Les récidivistes et l'Armée du Salut (1952-1970) : L'assistance par le travail au château de Radepont (Eure) », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 04 juillet 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2016

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Vimont

Maître de conférences d’histoire contemporaine à l’université de Rouen (GRHis). Jean-Claude Vimont est membre du comité de rédaction de Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page