Navigation – Plan du site
Présentation du dossier

Faut que ça saigne !

Daniel Becquemont et Marc Renneville
Traduction(s) :
It’s got to bleed!

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Notes de la rédaction

Addenda (octobre 2008) : la mise en ligne de certains extraits de films ou bandes-annonces par les sites détenteurs des droits de diffusion permet d’envisager des citations en renvoyant à ces sites. Le choix reste très limité, mais le mouvement va dans le bon sens. L’équipe de Criminocorpus procèdera donc, en accord avec les auteurs, à l’ajout de citations vidéos chaque fois que cela sera possible.

Texte intégral

White Heat (R. Walsh, 1949)Afficher l’image
Crédits : © Turner Classic Movies

« Je crois que c’est à Brighton que fut fondée une Société pour la suppression de la vertu. Cette société a elle-même été supprimée, mais je suis au regret de vous informer qu’il en existe une autre à Londres, d’un caractère encore plus abominable. On peut l’appeler, par ses tendances, société pour l’encouragement du crime mais, par un délicat euphémisme, elle s’intitule Société des connaisseurs en matière de crime. Ils se déclarent friands d’homicides ; amateurs et dilettantes en massacres ; en un mot, amis du crime. Toutes les nouvelles abominations fournies par les annales de toutes les polices d’Europe, ils les retiennent et les compilent comme on le ferait d’un tableau, d’une statue, ou toute autre œuvre d’art »
Thomas De Quincey, Du Meurtre considéré comme l’un des beaux-arts (1827)

1Les choses ont bien changé depuis ce XIXe siècle où Thomas De Quincey feignait de dénoncer comme identiques l’horreur et la description de l’horreur, et les textes que nous publions ici ne sauraient être considérées comme un appel à la formation d’une ligue pour la suppression de la vertu. Mais leurs auteurs pourraient tous appartenir, quel que soit leur point de vue, à cette société des amis du crime que De Quincey dénonce avec délectation.

2Il n’était pas question, dans la gamme considérable de possibilités que pouvait évoquer les crimes et criminels dans le cinéma de fiction - sujet de ce troisième dossier de Criminocorpus - de privilégier un thème ou une approche particulière. Il était possible, sur ce sujet, de traiter d’adaptation à l’écran de grands crimes et procès ayant bouleversé le public, ou bien, dans une perspective plus historique, d’établir rapports et corrélations entre la criminalité d’une époque donnée ou d’un pays donné, et sa représentation contemporaine à l’écran, ou de se concentrer sur un ou quelques films, étudiés plus en détails. Le thème abordé pouvait convenir aux spécialistes de toutes les sciences humaines, sociologie, anthropologie, psychologie, mais aussi séduire les filmologues, et bien sûr les criminologues. Du début du cinéma aux films les plus récents, du comptage statistique à l’esthétique, du plus général au particulier, d’un pays à l’autre, la variété des approches et des thématiques témoigne de l’ampleur possible du sujet.

3Le cinéma de fiction a en effet, depuis son origine, fait la part belle aux crimes et aux criminels. Inspiré par les faits divers ou les sciences criminologiques (anthropologie criminelle, psychiatrie, psychologie, sociologie...), il a produit à son tour des représentations du crime et du criminel qui ont durablement imprégné l’imaginaire collectif et peut-être même, en retour, les criminels (reproche qu’on lui adresse depuis fort longtemps). Reprenant dès ses débuts la tradition du roman policier de la fin du XIXe siècle, il s’est d’abord penché de manière privilégiée sur l’énigme policière, puis, dans les années 30, avec la vogue des films de gangsters, à la psychologie du criminel et la représentation du crime. Le film noir, à partir des années 40, a accentué cet intérêt pour le criminel, et a souvent, comme l’affirmait Thomas De Quincey, considéré le meurtre comme une forme stylistique obligée dans certains genres cinématographiques.

4Il n’était pas question, dans ce foisonnement de thèmes, d’établir un classement tant soit peu rigide. Nous avons organisé les articles, un peu artificiellement, séparant les thèmes généraux des plus particuliers, puis tenté, autant que cela se pouvait, de les dérouler dans un ordre chronologique. Les trois premiers articles de la première partie traitent de faits divers, de procès et de leur représentation filmique - ou de leur non représentation pour motif de censure ; les deux suivants nous offrent une perspective plus générale, l’un de la représentation filmique de la justice médiévale, l’autre du film de gangster américain. Les trois derniers articles de la première partie traitent, respectivement, de l’immaturité psychologique du criminel dans son contexte social, de la folie meurtrière dans une série de films du muet au parlant, et de l’image que le cinéma peut offrir de la victime dans le cinéma français.

5La deuxième partie consiste plutôt en une suite d’éclairages sur des metteurs en scène ou des films particuliers : Anthony Mann et le thème des faux-monnayeurs, une approche stylistique d’un film d’Orson Welles, les meurtres d’Alfred Hitchcock, les criminels italo-américains de Coppola et Scorsese, une analyse serrée du délire et du meurtre dans un film espagnol, une étude dans le genre ‘gender studies’ d’un film d’Almodovar, et enfin une analyse psychologique et sociologique d’un film guadeloupéen.

6Puisse le lecteur profiter de cette variété, lisant ce texte électronique soit comme un livre complet et cohérent, soit en choisissant lui-même ses thèmes de prédilection.

Haut de page

Annexe

A propos de l’absence d’iconographie dans ce dossier lors de la publication de ce dossier.

Peut-on concevoir un dossier sur le cinéma sans iconographie ? Non bien sûr, et tous les contributeurs de ce troisième dossier souhaitaient appuyer leur propos sur des clichés, voire de très courts extraits filmiques. Nous déplorons que l’état actuel du droit français ne nous permette pas d’effectuer ce type de citation à des fins pédagogiques et scientifiques.
Pour plus d’informations sur cette restriction juridique, voir :
http://www.canevet.com/​doctrine/​citation.htm

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Becquemont et Marc Renneville, « Faut que ça saigne ! », Criminocorpus [En ligne], Crimes et criminels au cinéma, Présentation du dossier, mis en ligne le 01 janvier 2006, consulté le 25 mai 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/203

Haut de page

Auteurs

Daniel Becquemont

Daniel Becquemont est Professeur émérite à l’Université de Lille III. Il a enseigné à Lille III de 1970 à 2005, la sémiotique de l’image dans le département d’anglais (UFR Angellier), puis dans le département de filmologie. Il a dirigé plusieurs thèses consacrées pour l’essentiel au cinéma anglo-saxon. Il a coordonné avec Marc Renneville pour Criminocorpus le dossier n°3 sur les crimes et criminels au cinéma.

Articles du même auteur

Marc Renneville

Directeur de la publication du site Criminocorpus, Marc Renneville est chargé d’études et de recherches historiques au ministère de la Justice (Direction de l’administration pénitentiaire à Paris, bureau PMJ5) et chercheur associé au Centre Alexandre Koyré - Histoire des sciences et des techniques. UMR 8560 (http://www.koyre.cnrs.fr/). Ses recherches portent sur l’histoire des sciences du crime et du criminel (XIXe-XXe siècles).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page