Navigation – Plan du site

François Dieu et Paul Mbanzoulou, L’Architecture carcérale. Des mots et des murs

Toulouse, Éditions Privat, 2012, 124 p.
Audrey Higelin
Référence(s) :

François Dieu et Paul Mbanzoulou, L’Architecture carcérale. Des mots et des murs, Toulouse, Éditions Privat, 2012, 124 p.

Texte intégral

  • 1 École Nationale d’Administration Pénitentiaire.
  • 2 François Dieu et Paul Mbanzoulou (dir.), L’Architecture carcérale. Des mots et des murs, Toulouse, (...)

1Dès la préface au volume d’actes du colloque L’Architecture carcérale, des mots et des murs, qui s’est tenu en décembre 2010 à Agen pour le dixième anniversaire de la délocalisation de l’ENAP1, Michel Mercier, alors Garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés, insiste sur un des aspects prégnants des contributions proposées lors de ce colloque : l’exploitation d’une iconographie peu connue du public et principalement issue des fonds de l’ENAP. Dans leur présentation, François Dieu et Paul Mbanzoulou, respectivement directeur de la recherche et de la documentation, et responsable du département de la recherche du Centre interdisciplinaire de recherche appliquée au champ pénitentiaire (CIRAP) à l’ENAP expliquent le fil conducteur des différentes interventions. Pourquoi s’intéresser à l’architecture ? Parce que cette dernière « ne détermine pas seulement la prison sur un plan matériel et morphologique, mais aussi symbolique et dynamique2 ».

  • 3 Ibid.
  • 4 Ibid., p. 21.
  • 5 Ibid., p. 22.

2Il s’agit de s’interroger sur les mots qui président à la construction d’un établissement carcéral, à savoir les idées qui se traduisent d’abord sous la forme de projets puis de plans. La première partie des actes, intitulée La Prison idéale : de l’utopie aux projets, regroupe les contributions qui s’intéressent à cet aspect. Établissant le Rapport entre les mots et les murs, Christian Demonchy, architecte, montre, dans son texte introductif, « l’importante articulation entre, d’une part, la partie immatérielle du projet architectural transmise aujourd’hui à l’architecte sous la forme de milliers de mots rassemblés dans un dossier de quelques centaines de pages qu’on appelle « le programme » et, d’autre part, sa réalisation, qui se traduit par des murs qui, à leur tour, agissent sur la vie sociale en rendant possible ou en empêchant, en favorisant ou non certains usages3 ». L’architecte illustre son propos en expliquant ses choix structurels concernant le centre de détention de Mauzac, programmé, dessiné et réalisé entre 1984 et 1986, dont la facture conteste la standardisation du modèle carcéral et revendique l’adaptation au contexte social. François Boullant, quant à lui, opère un Retour sur le concept de panoptisme. Il propose de « remonter vers l’origine même de ce concept pour mettre au jour ce terreau sur lequel il a poussé, mû par des exigences à la fois internes et externes4 ». Le philosophe démontre que « si le Panopticon est indiscutablement l’invention de Bentham, le « panoptisme » lui est celle du seul Foucault, qui désigne ainsi cette nouvelle modalité de pouvoir dont Bentham a esquissé les contours et imaginé la matrice5 ». Quelle que soit la forme de l’édifice, ou l’utopie théorique, la réalisation pratique d’une idée passe par les mots. Ceux du droit notamment. Or le Code de procédure pénale, censé contenir la doctrine de l’exécution de la peine, reste muet sur des aspects pratiques essentiels de l’architecture pénale. Élise Fradet, docteur en droit privé et sciences criminelles, s’interroge sur la prison que construirait l’architecte qui ne disposerait que de ce Code, dans sa contribution intitulée Architecture carcérale et Code de procédure pénale. L’historienne du droit Hinda Hedhili étudie quant à elle L’Influence de la doctrine française sur la politique de construction des prisons au XIXe siècle. Dans sa contribution, elle s’attache à comprendre la variabilité de l’évolution des traductions architecturales des missions sociales de la prison, tout en mettant l’accent sur des constantes telles que l’isolement et la surveillance. Franck Delorme, historien de l’architecture, conclut cette partie théorique en étudiant l’apport de Guillaume Gillet, architecte, acteur majeur du renouveau du parc pénitentiaire dans les années 1960. Dans cette contribution, il aborde la nouvelle impulsion donnée au travail de réflexion et de conception de l’espace carcéral après 1945.

  • 6 Ibid., p. 10.
  • 7 Ibid., p. 52.
  • 8 Ibid., p. 62.
  • 9 Ibid., p. 86.
  • 10 Ibid., p. 95.

3Dans une deuxième partie, puisque « la prison réelle est bien celle construite par l’architecte et livrée à l’administration pénitentiaire6 », les contributions concernent La Prison réelle : des projets aux constructions. Olivier Milhaud, géographe, propose une introduction intitulée : Des prisons si loin, si proches. Réinterroger les mises à distance. En réinterrogeant l’évolution de la localisation géographique des prisons, notamment dans leur mise à distance, cette contribution apporte un nouvel éclairage à cette problématique, en partant du constat que : « la logique de mise à distance n’est d’ailleurs pas une stratégie délibérée ou historiquement prouvée, qui toucherait l’ensemble des détenus7 ». Éléonore Marantz, historienne de l’art, propose une étude cas : La Prison des Baumettes : imaginer, projeter et construire un espace carcéral pendant l’entre-deux guerres. Elle propose une étude diachronique de l’édifice, partant des établissements pénitentiaires à Marseille préexistant aux Baumettes et concluant par une interrogation sur la permanence des dispositifs architecturaux élaborés par Gaston Castel, l’architecte ayant conçu les plans du bâtiment en 1933. Cette étude monographique met en exergue le fait que le dispositif de la prison des Baumettes « est calqué, à quelques détails près, sur celui élaboré par l’architecte Henri Poussin à la prison de Fresnes (1895-1898), à l’extrême fin du XIXe siècle, lui-même ayant été en grande partie conditionné par la circulaire ministérielle de 18778 », ce qui peut conférer à cet édifice un caractère anachronique. Chantal Callais, architecte-urbaniste et historienne de l’art revient quant à elle sur La Première Prison panoptique en France : une aventure humaine et technique ; Pierre-Théophile Segretain (1798-1864) et la prison de Niort (1828-1853). Il s’agit là encore d’un travail monographique original qui atteste le fait que la prison de Niort soit « la première – et peut-être aussi l’unique aussi vaste – prison panoptique identifiable en France au plan idéal de Bentham ou à ses versions données dans l’Atlas de 18419 ». Dans sa contribution Les Prisons du Palais de justice de Paris au XIXe siècle : casse-tête pour les architectes, Caroline Soppelsa, doctorante en histoire de l’art, illustre les difficultés rencontrées par les architectes pour parvenir à traduire dans la pierre les nouveaux principes de la doctrine pénitentiaire. Les développements consacrés à la Conciergerie, la Souricière ou le Dépôt rendent compte des « fortes contraintes qui ont pesé sur nombre d’édifices implantés dans des bâtiments anciens, parfois mal adaptés à leurs nouvelles fonctions carcérales et éloignés du schéma panoptique désormais indissociablement lié à l’architecture pénitentiaire10 ». En donnant des Éléments sur les programmes de construction des établissements pénitentiaires (1980-2010), Diane Pouget, directrice adjointe au directeur général de l’Agence publique pour l’immobilier de la justice, démontre comment les différents programmes tentent de concilier à chaque fois les logiques sécuritaires, architecturales, économiques et technologiques.

4Le volume d’actes trouve sa conclusion dans une troisième partie, plus courte, intitulée La Prison habitée : des constructions aux usages. Stéphane Scotto, sous-directeur de l’état-major de la sécurité à la direction de l’administration pénitentiaire introduit cette partie conclusive par une contribution intitulée Architecture carcérale et sécurité des établissements : quelques réflexions. L’auteur y développe l’idée que l’architecture récente des prisons intègre de plus en plus des éléments nouveaux en réponse aux dangers apparus ces dernières décennies. Sur les plans architectural, économique et technologique, les choix sont largement influencés par l’impératif de sécurité, quand bien même celui-ci n’exclut pas le « geste architectural » permettant l’innovation et l’imagination dans l’aménagement des espaces de vie et de travail. Les deux dernières contributions sont consacrées aux établissements pénitentiaires pour mineurs (EPM). Laurent Solini et Jean-Charles Basson proposent l’étude suivante : Entre ouverture et fermeture des espaces carcéraux. Les usages sociaux de l’architecture en établissement pénitentiaire pour mineurs. Le criminologue David Scheer s’associe quant à lui aux chercheurs Gilles Chantraine et Olivier Milhaud dans une contribution sur Espaces, mouvements et visibilités en établissement pénitentiaire pour mineurs. L’exemple des EPM permet de détailler une architecture à la fois neuve et ambitieuse, présentant la répartition des espaces (vides et fermés) au sein des EPM et expliquant comment cette dernière, pourtant repensée autour d’un dispositif éducatif ambitieux, est souvent contrariée par la façon dont les mineurs s’approprient les nombreux temps collectifs et les espaces mixtes volontairement dégagés. L’exemple des EPM permet enfin de comprendre la dynamique ouverture/fermeture des espaces carcéraux, mais aussi celle qui s’établit entre le détenu et l’espace carcéral d’une part, et les personnels pénitentiaires et leur environnement de travail d’autre part.

Haut de page

Notes

1 École Nationale d’Administration Pénitentiaire.

2 François Dieu et Paul Mbanzoulou (dir.), L’Architecture carcérale. Des mots et des murs, Toulouse, Éditions Privat, 2011, p. 9.

3 Ibid.

4 Ibid., p. 21.

5 Ibid., p. 22.

6 Ibid., p. 10.

7 Ibid., p. 52.

8 Ibid., p. 62.

9 Ibid., p. 86.

10 Ibid., p. 95.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Higelin, « François Dieu et Paul Mbanzoulou, L’Architecture carcérale. Des mots et des murs », Criminocorpus [En ligne], Années antérieures, mis en ligne le 18 octobre 2012, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://criminocorpus.revues.org/2085

Haut de page

Auteur

Audrey Higelin

Docteure en histoire de l’art.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page