Navigation – Plan du site
1. Thèmes et figures

Entre le droit et la fiction. L’erreur judiciaire à travers quelques grandes affaires criminelles dans le cinéma français

Thérèse Armengol

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

1Les grandes affaires criminelles font toujours l’objet d’un superbe spectacle médiatique. En effet, pour peu que l’affaire piétine, révélant au grand jour les difficultés de la justice à faire éclore la vérité, les journaux et les opinions se déchaînent, le scandale éclate, l’affaire renaît, plus sensationnelle et belle que jamais, créant de toutes pièces une nouvelle cause nationale avec ses partisans et ses détracteurs qui s’affrontent violemment par presses et foules interposées. En droit, un procès d’assises se fondant sur l’intime conviction des jurés, la difficulté d’un juré, qui n’est pas un juriste, est d’échapper à la pression, à la lecture des médias et à l’éventuelle influence des professionnels. La Cour d’assises est une survivance du jugement du peuple, la fameuse vox populi, vox dei, un grand spectacle qui s’est réfugié derrière les murs d’un tribunal. Scenarii idéaux pour le cinéma, les grands procès permettent de prolonger le débat, surtout lorsque l’affaire se révèle du domaine de l’erreur ou lorsque le doute persiste après la condamnation. Le tribunal a tout de suite passionné les crayonneurs avant de faire l’objet de reconstitutions cinématographiques. Si l’on examine les sources possibles des erreurs, on constate que l’erreur judiciaire semble découler d’un certain nombre d’éléments :

  • l’importance de l’affaire qui ne paraît pas permettre de se passer d’un coupable.

  • la volonté de la justice de montrer à l’opinion ses compétences malgré l’enlisement et la dispersion du dossier qui n’offre plus de certitude.

  • la pression de l’opinion qui attend et exige une solution.

2Au cinéma, plusieurs films ont chacun à leur manière, soit dénoncé une erreur judiciaire, soit reflété le sentiment d’insatisfaction laissé par le verdict qui n’a pas éteint le doute. On constate que la reconnaissance de l’erreur judiciaire est rare, comme dans l’affaire Dreyfus, avec parfois la possible révision du procès. D’ailleurs, cette expression n’apparaît jamais dans le Code de procédure pénale ; elle est, par contre, inscrite dans le Protocole additionnel n° 7 de la Convention de sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés fondamentales. Parfois, des films polémiques se font les témoins d’un doute persistant dans l’opinion : l’affaire Dominici, l’affaire Ranucci, l’affaire Seznec, mais ne peuvent pas donner de solution judiciaire. Attestant le caractère exceptionnel de l’erreur judiciaire, seules huit erreurs ont été reconnues en France depuis 1945. La dernière, l’Affaire Outreau en 2004, qualifiée par certains de « faillite judiciaire », montre les faiblesses du système. Pourtant, au fil de l’histoire et après chaque échec, des réformes ont été entreprises pour limiter les risques. Une première partie, juridique, pose les problématiques des erreurs judiciaires à travers les grandes affaires publiques. Une seconde, filmique, donne le traitement de quelques grandes affaires criminelles vues par le miroir déformant du cinéma. Celui-ci, en revisitant une affaire, ne rejuge-t-il pas et ne prend-il pas partie, fait et cause, faisant fi de la vérité ou de la réalité juridique  ?

1. L’erreur judiciaire et le droit. Les différentes causes possibles

3Les erreurs judiciaires posent de nombreuses questions aux juristes : quelles erreurs et quelles causes ?

La procédure française pénale est basée sur le système inquisitoire : le magistrat cherche la vérité à charge et à décharge. Ainsi, de l’autorité de la chose jugée émane une telle puissance qu’elle passe devant la vérité elle-même. Ceci est d’autant plus grave que l’erreur est irréversible, la seule possibilité étant une réparation sous forme de dommages et intérêts. Le recours aux expertises peut également être source d’erreurs. Par exemple, la graphologie est-elle une science exacte ? On a au moins deux cas inquiétants : celui de l’affaire Dreyfus et celui de l’affaire Omar Raddad (arrêt d’annulation de la condamnation par la Cour de cassation statuant comme Cour de révision, 20 novembre 2002). Aux contradictions des expertises, peuvent s’ajouter les faux aveux d’un innocent impressionné. Le cas récent de Patrick Dils en est une illustration frappante. Il faut préciser que jusqu’en 1958 il n’y avait pas de limites à la garde-à-vue qui est actuellement limitée à 48 heures depuis la loi du 15 juin 2000 (lire le texte). Le procès-verbal des aveux laisse parfois à désirer.

1.1. Quelles modifications apportées à la loi pour essayer de limiter l’erreur ?

La Cour d’assises prend ses origines à la Révolution française. Elle associe professionnels et citoyens. Les modalités de cette association ont varié avec l’histoire. Jusqu’en 1932, les magistrats s’occupent des questions de droit, les jurés des faits. À partir de 1932, jurés et magistrats sont associés pour délibérer sur la peine et, depuis le gouvernement de Vichy, le président du tribunal est associé au délibéré. Un cas particulier, que l’on retrouve dans l’affaire Dreyfus, concerne les juridictions d’exception, en l’occurrence le tribunal militaire. Dans ce type de juridiction, la politique joue un grand rôle et le procès se déroule sans publicité des débats et à huis clos.

1.2. Quelles possibilités de révision ?

Sous l’Ancien régime, l’ordonnance criminelle de 1670 autorisait la veuve, les enfants, les collatéraux, à demander la révision du procès, même après la mort du condamné. Ce pourvoi en révision est supprimé à la Révolution par la loi du 17 août 1792. La Révolution croit à l’infaillibilité de la justice populaire, elle est ainsi opposée au recours et à la révision du procès. La Convention rétablit par décret du 15 mai 1793 la révision mais dans le seul cas de deux décisions inconciliables. Par contre, le code du 3 brumaire An IV (1795) ne parle plus d’une possibilité de révision. Elle est réintroduite en 1808 dans le Code d’instruction criminelle (CIC) dans trois cas :

  1. art. 443, sur le caractère inconciliable de deux arrêts condamnant deux personnes pour le même fait.

  2. art. 444, quand il est possible de prouver que le supposé tué est vivant.

  3. art. 445, si le témoin se révèle plus tard comme étant un faux témoin.

En outre, à la suite de l’affaire du courrier de Lyon, la loi du 8 juin 1867 permet aux ayants cause de demander la révision. (Toutefois, la famille de Lesurques condamné le 13 thermidor an IV n’a pas profité de ces nouvelles dispositions). Avec la loi du 29 juin 1867, la révision s’étend aux condamnés morts victimes d’une erreur judiciaire et ouvre la faculté de révision aux condamnés correctionnels mais elle ne comporte pas de réparation judiciaire. Enfin, la loi du 8 juin 1895, article 443, prévoit une quatrième possibilité de révision lorsqu’il apparaît un fait nouveau ou des pièces inconnues lors du procès, de nature à établir l’innocence du condamné (le premier bénéficiaire sera Dreyfus, le bordereau ayant conduit à son accusation était un faux (Cass. Ch. réunies, 3 juin 1899, D.P. 1900.1.180). La loi donne à la victime un droit à réparation à la hauteur du préjudice subi. Ce fait nouveau sera étendu au simple doute. Si l’article 622 du Code de procédure pénale (CPP) prévoit le pourvoi en révision, dans la pratique, les pourvois sont très rares. Les textes restent inchangés jusqu’en 1989 avec, comme seule nouveauté, la promulgation du code de procédure pénale en 1958 (la décision pour être révisable doit être irrévocable, comprendre une déclaration de culpabilité, la décision doit être déclarative de culpabilité pour crime ou délit), les anciens articles 443 à 447 deviennent les articles 622 à 626. La jurisprudence libérale sur la règle du doute va se trouver renforcée par la loi du 23 juin 1989 qui va lui donner une valeur légale. Le fait nouveau ne doit pas établir l’innocence, il lui suffit de créer un doute sur la culpabilité. Par contre, le fait nouveau doit, soit révéler l’existence d’un élément rendant impossible le maintien de la qualification des faits, soit faire disparaître un élément de preuve sur lequel la juridiction fonde son jugement. Autre nouveauté, les auteurs d’un crime paraissent reliés entre eux, la relaxe de l’auteur principal est une cause systématique de révision. Par contre, la jurisprudence refuse la révision quand le fait nouveau n’est pas de nature à faire disparaître la culpabilité. Il faut préciser que, depuis la loi du 15 juin 2000 (lire le texte), le condamné a une possibilité d’appel en cassation. Dernier point, c’est l’Assemblée générale de la Cour de cassation qui choisit en son sein les cinq membres titulaires et les cinq suppléants de la commission de révision.

1.3. Comment réparer l’erreur reconnue ?

4Le réhabilité obtient la suppression de la fiche du casier judiciaire, art 623. De plus, le droit à réparation au bénéfice de l’innocenté lui attribue une indemnisation (art 626, al. 1). Par contre, toute contribution à l’erreur fait perdre le droit à réclamer une indemnisation. L’indemnisation n’est pas limitée à la famille, elle est accordée à toute personne justifiant du préjudice que lui a causé la condamnation (art. 626, al. 2). La loi donne compétence à la Commission d’indemnisation de la détention provisoire ou, depuis la loi du 23 juin 1999, à la Cour de révision ou à la juridiction de renvoi qui a rendu un verdict d’innocence (si c’est une cour d’assises, elle se réunit sans les jurés). L’innocent doit faire la demande d’indemnité. Depuis la loi du 15 juin 2000 (lire le texte), l’indemnité est allouée par décision du président de la Cour d’appel (art. 149-1 du CPP).

5En droit, on n’insiste pas assez sur la règle du doute et sur le fait que l’acquittement d’un accusé peut - et doit - être prononcé dés lors que l’on n’a pas de preuves suffisantes, au risque peut-être de libérer un coupable, et les angoisses des jurés se retrouvent dans le traitement cinématographiques des affaires. Une angoisse qui perturbe tout un environnement. Comment le cinéma va-t-il suggérer le doute ou, au contraire, prononcer la condamnation ?

2. L’erreur judiciaire dans le cinéma de fiction. Un sujet de prédilection.

6L’erreur judiciaire offre au cinéma un merveilleux scénario qui passionne les foules, avec ses morts, ses suspects, ses prétoires où se confrontent juges et avocats en effets de manches ostentatoires, ses auditoires où s’entassent plaignants, parents, curieux et journalistes, et avec son immense et long suspense jusqu’à ce qu’éclate la fin ultime. Assuré d’un succès garanti, le cinéaste doit seulement se demander comment aborder l’erreur judiciaire, distiller le doute et (dé)montrer la culpabilité ou non dans l’affaire criminelle traitée. L’ordre filmique présentement choisi est chronologique : c’est celui des affaires et non des sorties cinématographiques.

2.1. L’affaire du Courrier de Lyon

7En 1796, la malle-poste de Lyon transportant le courrier, des lettres de change et du numéraire, sept millions d’assignats or destinés à l’armée de Bonaparte en Italie, est attaquée par des brigands dans la forêt de Melun. Les employés des postes sont assassinés, la malle-poste vidée. Trois individus sont formellement identifiés comme auteurs de ce crime par de nombreux témoins : David Bernard, Etienne Courriol et Joseph Lesurques. Ce dernier a beau protester, les témoignages concomitants sont trop accablants et, bien qu’innocenté par ses coaccusés, il est condamné à mort et exécuté. Plus tard, on arrête le véritable assassin, un nommé Dubosc qui ressemblait étrangement à Lesurques, ce qui expliquait l’erreur des témoins. Dubosc, qui n’avoue jamais son crime, est jugé, condamné à mort et exécuté. La famille de Lesurques demande la révision du procès et la réhabilitation de l’innocent condamné.

8Françoise Holbane (Cinémiroir, 2/12/1937) interroge Pierre Blanchar qui joue le double rôle de Lesurques et de Dubosc dans L’affaire du courrier de Lyon de Maurice Lehmann : « Réhabilitez-vous l’innocent Lesurques ? » lui demande t-elle. Sa question montre déjà l’importance du cinéma dans cette reconstitution du possible. Pierre Blanchar résume dans sa réponse toutes les facettes du drame : « C’était un homme ... et non un saint ! Mais, quoi qu’il en soit, une malheureuse victime ... affreuse histoire n’est-ce- pas ?, mais bon scénario ! ». Effectivement, le scénario est superbe : des assassinats sauvages et un sosie condamné et guillotiné le 8 brumaire an IV. Lorsque l’erreur sur la personne est établie, Lesurques, n’est pas réhabilité mais l’État, sans indemniser la famille, restitue discrètement à ses héritiers les biens qui lui avaient été confisqués, soit une fortune de 450.000 livres. Pourtant, Claude Autant-Lara, conseiller technique du film, n’est pas certain de l’innocence de Lesurques (en ce qui concerne son honnêteté) après les recherches qu’il fit sur cette affaire.
La vérité sur l’affaire du courrier de Lyon, dans l’adaptation de Stellio Lorenzi de 1963 (3 h 10), pour l’émission « La Caméra explore le Temps » d’Alain Decaux et André Castelot, propose une reconstitution soignée des procès de Lesurques et Dubosc. Tous les interprètes sont brillants et le film souligne la rigueur de l’enquête et des procès. François Mestres, dans le rôle du juge Daubenton, donne la mesure d’un personnage tenaillé par le remords à l’idée d’avoir envoyé un innocent à l’échafaud et prêt à tout pour réhabiliter Lesurques. Le film évoque la démission de Daubenton sans en donner le motif, à savoir la destruction d’une preuve à charge (dans la version de 1937 de Lehmann, le juge d’instruction porte aussi le poids de l’erreur). Le débat qui suit la deuxième partie oppose Castelot et Decaux, le premier est convaincu de l’innocence de Lesurques, le deuxième est beaucoup plus réservé. Castelot laisse le spectateur juge.

2.2. L’affaire Dreyfus

9L’erreur judiciaire est symbolisée par L’affaire Dreyfus qui rassemble un nombre important de trahisons et de pistes exploitées par le cinéma. En 1894, un agent secret découvre la vente de documents militaires français aux Allemands. L’enquête militaire est confiée à un officier antisémite, Sandherr, qui accuse le capitaine Dreyfus, dont le seul tort est d’être de religion juive. Le gouvernement préfère étouffer l’affaire, mais le vrai coupable, le commandant Esterhazy, raconte à la presse qu’un officier juif bénéficie de protections alors qu’il est accusé de haute trahison. La presse lance l’affaire. La France se divise, les familles s’affrontent sur la question : on se souvient du dessin de Caran d’Ache (au demeurant antidreyfusard) évoquant un repas de famille, où tout le monde se bat autour de la table, et de sa légende : « ils en ont parlé ! ». Zola écrit sur l’affaire. Le cinéma intervient comme un nouvel Art dans un souci de défendre l’accusé, mais il faudra attendre longtemps après la réhabilitation de Dreyfus pour que le cinéma français s’empare à nouveau du sujet. Dans un premier temps, les cinéastes soutiennent l’accusé : Méliès en 1899, Ferdinand Zecca en 1907 après la réhabilitation de Dreyfus (1906). Il s’agit d’une action de défense par films interposés, avant que le sujet ne devienne politiquement délicat et ne tombe dans les rets de la censure. Il est alors mis en scène par des réalisateurs étrangers : Richard Oswald dans un film allemand en 1930, FW Kraemer et Milton Rosmer en 1931. En 1937, William Dieterle, dans La vie d’Emile Zola, aborde l’engagement de l’écrivain en faveur de Dreyfus. Le film est interdit en France et ne sera diffusé qu’en 1952 dans une version censurée. La version intégrale n’est programmée à la télévision qu’en 1977. En 1958, c’est de nouveau un film étranger de José Ferrer (USA) qui aborde l’affaire Dreyfus. Même si on peut lui reprocher un manque de rigueur historique, il a le mérite de ne pas éviter le sujet. Pour le cinéma français, Jean Cherasse, en 1973, dans L’intolérable vérité, réalise un montage de documents associant l’intervention d’historiens (Henri Guillemin, Marcel Thomas), d’hommes politiques (en particulier François Mitterrand) et de journalistes, qui donnent à son film un ton résolument polémique à l’affaire ».

2.3. L’Affaire Seznec

10Le 25 mai 1923, Pierre Quemeneur et Guillaume Seznec quittent Morlaix pour Paris à bord d’une Cadillac. Le premier disparaît, le second est accusé. François Gaviglioli (Téléobs du 13 septembre 1995) compare l’affaire Seznec à celle du courrier de Lyon. Dans les deux cas, ces faits divers sont devenus légendes, pièces de théâtre (pour le courrier de Lyon, la chronique romanesque en trois époques de Léon Poirier) et films. Le téléfilm d’Yves Boisset montre les lacunes de l’affaire. Quemeneur, associé à Seznec dans le rachat de Cadillac américaines après guerre, disparaît mystérieusement alors qu’il convoyait une des voitures en compagnie de son associé. Après un voyage chaotique et une ultime panne, Quemeneur prend seul le train à Houdan. Il n’arrivera jamais à Paris. Quemeneur est conseiller général et l’affaire prend une tournure politique. Seznec n’est pas interrogé par la police judiciaire de Rennes mais par la sûreté générale. L’enquête est menée par un jeune policier, Bonny, futur collaborateur de la Gestapo et fusillé à la libération. François Gaviglioli (Téléobs du 13 septembre 1995) cite sa dernière confidence : « je regrette d’avoir envoyé un innocent au bagne ». Condamné à perpétuité, Seznec restera au bagne jusqu’en 1947. Les photographies judiciaires de Seznec le présentent sous un profil peu avantageux. Voilà un crime sans cadavre et sans aveux. Une condamnation qui repose sur l’intime conviction des jurés. Il ne fait pas bon d’être le dernier à avoir vu un disparu. Le film de Boisset s’inspire du livre de l’avocat Denis Langlois. Boisset joue sur la ressemblance physique du comédien avec Seznec vieillissant au moment où, libéré du bagne, il se bat pour démontrer son innocence. La dernière scène montre la mort de Seznec dans un accident de voiture laissant échapper les feuillets de son dossier, accident qui dans le contexte en devient suspect. Cayatte s’était vu refuser l’autorisation de tourner au début des années 1950 car l’affaire restait délicate. Dernièrement, la commission s’est montrée favorable au procès en révision de Seznec (5 octobre 2006) mais, le 14 décembre 2006, la Commission de révision n’a pas réhabilité Seznec au motif que le fait nouveau n’était pas avéré (Lire le communiqué sur le site de la Cour de cassation).

2.4. L’Affaire Dominici

11Cette affaire met en lumière le petit village de Lurs. Le 5 août 1952, on retrouve une famille d’Anglais, les Drummond, assassinés au bord de la nationale 96, le père, la mère et leur fille. Les soupçons se tournent vers la ferme de la Grand‘ terre, bastion des Dominici. Le 28 novembre 1954, après des recherches à rebondissements, des aveux, aussitôt rétractés, sont obtenus de Gaston Dominici. Ce dernier, 75 ans, est condamné à mort par la Cour d’assises de Digne. Mais le doute subsiste, l’opinion s’en mêle et, en 1957, le président Coty commue la peine en détention à perpétuité. Finalement, Gaston Dominici est gracié en 1960 par le général de Gaulle. Pour Catherine Humblot (Le Monde du 1er décembre 1972), L’affaire Dominici devient un thème à la mode. Claude-Bernard Aubert en fait un film (L’affaire Dominici, 1972), André Benedetto une pièce de théâtre. L’affaire devient le symbole de l’erreur judiciaire. Il faut dire qu’elle présente tous les ingrédients du film policier : les aveux du père, les accusations des deux fils qui accablent leur père, les paroles sibyllines de l’accusé qui déclare : « Je viens de commettre un péché d’amour. Sans moi, il serait arrivé malheur à la Grand’ Terre ».

12Jean de Baroncelli (Le Monde du 10 mars 1973) évoque le plaidoyer de Maître Pollak, l’avocat de Dominici. Ce dernier laisse entendre que, le soir du meurtre, il y avait du monde à la Grand’ Terre et que les Drummond n’avaient pas fait une halte au hasard dans ce lieu de la Résistance. De plus, il dénonce l’enquête et l’instruction. Pour Michel Delain (L’Express 12,18 mars 1973), Bernard-Aubert a souligné les insuffisances de l’enquête. Les Drummond seraient venus sur le site deux jours avant. Quelle était la moto que l’on a vu rôder ? Il rejoint dans ce sens l’opinion de Giono : « Je ne dis pas que Gaston Dominici n’est pas coupable, je dis qu’on ne m’a pas prouvé qu’il l’était ». Et Armand Salacrou de surenchérir : « J’ai découvert, moi, le véritable coupable, un coupable qui ne mérite aucune indulgence : c’est la justice française » (L’Express 12,18 mars 1973).

  • 1  Chabot (Jacques). « L’assassin et le romancier » in Baldizzone José (s/d), Les grandes affaires cr (...)

13Dans le film de Claude-Bernard Aubert, Jean Gabin, dans le rôle de Dominici, s’est totalement investi et affirme : « j’ai vécu une expérience bouleversante en tant qu’être humain, et en tant que comédien, j’ai essayé de faire revivre Dominici avec dignité ». Passionné par le rôle, Gabin contrôle tout, vérifie tout, et s’assure que les répliques figurent dans les minutes du procès. Il a voulu que maître Emile Pollak supervise le film. Pour Gabin, le drame reste une énigme policière. C’est d’ailleurs le doute qui alimente la problématique du film. Le film d’Aubert dénonce la précarité de notre justice. Notons que dans L’affaire Dominici, différentes institutions (la préfecture, le Conseil général des Alpes-de-Haute-Provence) ont essayé de faire cesser le tournage.
Les médias peuvent constituer une aide pour l’accusé : comme l’avocat ne peut pas enquêter, il les utilise pour aider son client. Dans L’affaire Dominici d’Aubert, son avocat maître Pollack intervient à la fin du film et cautionne le récit. De plus, si on regarde l’affaire Dominici, on a un spectateur de choix au procès en la personne de Jean Giono. L’écrivain, qui a suivi le procès, constate la faiblesse du vocabulaire de Dominici qu’il estime limité de 30 à 35 mots1. Face à ce constat, il demande aux enquêteurs s’ils ont transcrit avec précision les déclarations de l’accusé. La réponse est inquiétante : « oui, on les a simplement traduites en français ». Et Giono de souligner par l’exemple les dangers de cette « traduction » : lors des débats, quand le président demande à Dominici : « Êtes-vous allé au pont ? », Dominici répond : « Allée ? Il n’y a pas d’allée ! Je le sais. J’y suis été ». Gaston Dominici n’a jamais employé le verbe aller et Giono montre comment le président a du constamment essayer de comprendre les dires de Dominici.

2.5. Le pull-over rouge

14Le film de Michel Drach relate le parcours d’une enquête qui paraît étrange et qui conduit, le 28 juillet 1976, un garçon de 22 ans à l’échafaud. La police de Nice enquête sur l’enlèvement de la petite Marie Dolores. Son frère et un garagiste ont vu l’agresseur : un homme en pull-over rouge au volant d’une Simca 1100. La petite Marie Dolores est retrouvée assassinée le 3 juin 1974, le jour de ses huit ans. Le même jour, Christian Ranucci, un jeune Niçois, a un accident. Il s’enfuit, mais un témoin a relevé son numéro d’immatriculation avant de le voir s’enfoncer dans les bois avec un paquet près de l’endroit de la découverte du corps de la fillette. Ranucci possède un coupé 304 gris. La police l’arrête le 5 juin. La famille de la victime n’avait pas réagi au livre de Gilles Perrault, elle tente, par contre, de faire interdire le film, ce qui montre combien la mise en image permet une identification et donne une autre dimension à l’affaire. Le film pose le problème du doute lorsque la peine est exécutée et le retour impossible. L’évocation récente par la presse de la présence de Fourniret dans la région et au procès Ranucci a été très rapidement démentie. Il faut dire que cela évoque l’affaire Patrick Dils où, tardivement et, presque par hasard, la présence de Francis Heaulme avait permis la sortie de Dils de prison et son acquittement. Ranucci, à qui Giscard d’Estaing a refusé la grâce, ne pouvait plus bénéficier d’aucune mesure. Que montre le film de Drach ? Des interrogatoires poussés, une enquête de l’instruction à charge, des témoins qui varient, l’oubli de témoins à décharge, le pull-over, principale pièce à conviction, qui n’est pas à la taille de l’accusé considéré comme un détail : il avait pris un pull au-dessus de sa taille, voilà tout ! En fait, tous les éléments qui conduisent à l’erreur. A tort ou à raison, Ranucci s’est plaint de sa garde à vue et de l’instruction : « J’ai été manipulé par les policiers et par le juge d’instruction. J’ai avoué tout ce qu’on voulait, mais c’était sous la contrainte. Quand je me suis repris, je me suis retrouvé seul à crier mon innocence ». (journal l’Indépendant n° 59 du mercredi 10 mars 1976).

15Pour conclure, ces quelques exemples montrent la puissance de l’image. Très tôt, dès 1899, le cinéma devient engagé et Méliès manifeste ouvertement son opinion dans L’affaire Dreyfus pour tenter d’aider le condamné. Pathé qui ne veut pas rater l’affaire va aussi s’impliquer dans cette concurrence médiatique et cinéphile. Ce qui entraîne une inquiétude politique puisque l’on constate que, même après la réhabilitation de Dreyfus, le traitement cinématographique de l’affaire a longtemps été censuré. L’identification du spectateur, en tant qu’accusateur ou défenseur, se fait en grande partie par son interprétation personnelle de l’affaire judiciaire au vu de la version proposée par le cinéaste. Si les grandes affaires au cinéma et dans la réalité restent un sujet délicat, leur attrait est toujours incontestable, même si la polémique entoure la réalisation qui ne fait que raviver les plaies. Le cinéma présente l’avantage de montrer souvent plusieurs facettes de l’enquête et une vision globale du procès. Peut-être peut-il faire apparaître des éléments incohérents qui seraient passés inaperçus dans l’émoi suscité par les faits ? Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’une représentation du possible. Il est alors évidemment plus facile de traiter une erreur avérée, quitte à faire réfléchir l’opinion sur les raisons judiciaires de l’échec que d’élaborer la défense d’un condamné, via la reconstitution cinématographique.

Haut de page

Bibliographie

Angevin (Henri). La réforme de la révision des condamnations pénales, La Semaine juridique Édition générale, JCP n° 45, Doctrine 1989, 3416, 1, p. 42-45.

Boltanski (Luc) et al. Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, Stock, 2007, 462 p.

Chabot (Jacques). L’assassin et le romancier in Baldizzone José (s/d), Les grandes affaires criminelles françaises, Les Cahiers de la Cinémathèque n° 58, Institut Jean Vigo, mai 1993, p. 110-119.

Giono (Jean). Notes sur l’affaire Dominici suivies de Essai sur le caractère des personnages, NRF-Gallimard, 1955, 154 p.

Guillemain (Caroline). Révision et criminalité dépendante, la portée des décisions de justice inconciliables, JCP, La Semaine juridique Édition générale, JCP 2001, n° 6, I 295, p. 304-308.

Icart (Roger). Les affaires du Courrier de Lyon in Les grandes affaires criminelles françaises, op. cit., p. 48-53.

Montagne (Albert). De la fiction au réel, les grandes affaires criminelles françaises et leurs censures cinématographiques, in Françoise Puaux (s/d), La justice à l’écran, CinémAction n° 105, novembre 2002, p. 82-86.

Oms (Marcel). Le Patriarche de la Grand’ Terre in Les grandes affaires criminelles françaises, op. cit., p. 36-39.

Piton (Jean-Pierre). L’innocence sous le verrou in La justice à l’écran, op. cit., pp. 216-227.

Renaut Marie-Hélène, Révision et réexamen : les condamnations pénales sont de moins en moins définitives in Les petites affiches, Doctrine,18 mars 2003, n° 55, p. 6-20.

Haut de page

Notes

1  Chabot (Jacques). « L’assassin et le romancier » in Baldizzone José (s/d), Les grandes affaires criminelles françaises, Les Cahiers de la Cinémathèque n° 58, Institut Jean Vigo, mai 1993, p. 119.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thérèse Armengol, « Entre le droit et la fiction. L’erreur judiciaire à travers quelques grandes affaires criminelles dans le cinéma français », Criminocorpus [En ligne], Crimes et criminels au cinéma, 1. Thèmes et figures, mis en ligne le 01 janvier 2007, consulté le 25 septembre 2016. URL : http://criminocorpus.revues.org/209

Haut de page

Auteur

Thérèse Armengol

Thérèse Armengol est membre de l’Institut Jean Vigo, docteur en droit, certifiée en histoire et intervenante cinéma au pôle régional Languedoc-Roussillon. Elle s’intéresse à l’administration française à l’époque révolutionnaire et a notamment participé au Colloque international de Rouen, Les politiques de la Terreur (1793-1794) des 11, 12 et 13 janvier 2007, GRhis, Université de Rouen et Société des études robespierristes, Maison de l’Université, Maison Pélissier de Maromme et Hôtel des Sociétés savantes à Rouen, actes du colloque parus en 2008.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page