Navigation – Plan du site
Le rituel du procès d’hier à aujourd’hui ou la théâtralité de la justice en question

Le « Héros homicide et nocturne » en pleines « Lumières » : de Cartouche ou les voleurs (1721) aux « Vies privées » (1721-1803)

Anne-Marie Mercier-Faivre

Résumés

Le XVIIIe siècle est en France le temps d’une remise en cause du système judiciaire. Face à une justice qui se déroule à huis clos, ce qui est devenu « le tribunal de l’opinion publique » tente de jouer un rôle dans la quête de la vérité. Le mouvement mis au jour par La Devineresse (1679) et Cartouche et les voleurs (1721) montre une curiosité qui ne se contente plus du spectacle des exécutions. Si la pièce de Corneille est utilisée par les autorités pour lutter contre la superstition dans l’affaire des poisons, l’interdiction de la pièce de Legrand (présentant Cartouche, criminel en cours de jugement, sous un jour trop séduisant) montre que le pouvoir a pris conscience de la nouvelle fascination exercée par les criminels. L’intérêt du public pour les questions judiciaires se porte par la suite sur les mémoires judiciaires et sur les « Vies privées » : ces écrits qui se développent d’abord autour de figures de criminels se multiplient après les années 1780 dans le domaine politique. Dans la migration du personnage du criminel à travers ces différents genres se lit sa part de théâtralité et les questions que, paradoxalement, celle-ci pose au genre théâtral.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mémoires pour servir à l’histoire de la Calotte, 1752, p. 156-159, cité par Poirson (Martial) et Bi (...)

« Espérons que la tragédie
Suivra de près la comédie,
Et que Le Grand pour ce coquin,
Héros homicide et nocturne,
Ayant chaussé le brodequin,
Chaussera bientôt le cothurne1. »

  • 2 Sarah Maza rappelle dans son ouvrage (Vies privées, affaires publiques, Paris, Fayard, 1997, p. 221 (...)
  • 3 Voir Bastien (Pascal), « Fête populaire ou cérémonial d'État ? Le rituel de l'exécution selon deux (...)

1Le rapport du théâtre d’Ancien Régime avec la justice, qu’elle soit divine, humaine, étatique ou privée, semble aussi évident que son ancrage dans une longue tradition. Relevant de ces quatre catégories on peut citer le châtiment Dom Juan, la mise en scène par Hamlet du crime de son oncle, l’arrestation de Tartuffe à la fin de la pièce du même nom, la découverte, par un père, de circonstances atténuantes disculpant son fils dans L’Illusion comique. Par ailleurs, la justice d’Ancien régime est elle-même spectaculaire : elle ne vise pas à amender le coupable, mais à réparer le tort subi par la société par le spectacle d’un châtiment exemplaire2. Jusqu’en 1837, les condamnés sont transportés sur le lieu de leur exécution en voitures découvertes, et subissent les injures de la foule. Le supplice lui-même est public. Michel Foucault a analysé dans Surveiller et punir ce qu’il décrit comme une « liturgie des supplices », notamment à travers l’horrible exécution de Damiens, écartelé, en 1757. L’exécution fonctionne comme une manifestation de l’ordre retrouvé à travers l’affirmation du pouvoir royal sur les corps autant que comme un lieu de sociabilité, un spectacle où l’on se presse3.

  • 4 Ordonnance criminelle du mois d’août 1670. Faite à Saint-Germain-en-Laye Enregistrée par le Parleme (...)

2Mais si l’exécution est publique, le procès se déroule à huis clos. L’ordonnance criminelle de 16704 élaborée par Colbert et le conseiller d’État Pussort, premier code de droit pénal, définit une instruction secrète à toutes ses étapes : de l’instruction préparatoire à l’audition des témoins et de l’accusé jusqu’à la proclamation de la sentence qui est délivrée publiquement mais sans justification. Aussi, le « public » des exécutions ne peut satisfaire sa curiosité s’il cherche à comprendre comment le condamné en est arrivé là, où si la sentence est juste ou non : alors que l’accusé n’existe que par sa condamnation et sa mort, on aimerait connaître sa vie.

  • 5 Andries (Lise), Bollème (Geneviève), La Bibliothèque bleue, littérature de colportage, Paris, Rober (...)
  • 6 Andries (Lise), dir., Cartouche, Mandrin et autres brigands du XVIIIe siècle, Paris, Desjonquères, (...)
  • 7 Traité des délits et des peines, traduit de l'italien [par Morellet], d'après la troisième édition (...)
  • 8 Gayot de Pitaval (François), Causes célèbres et intéressantes avec les jugemens qui les ont décidée (...)
  • 9 L’état de cette collection est complexe ; elle a connu plusieurs rééditions, et contrefaçons. Si le (...)
  • 10 La Continuation des causes célèbres…, vol. I à IV, de La Ville, publiée d’abord en 1766 et 1769 est (...)
  • 11 Amsterdam, M. Rhey (en fait Paris), 22 vol. in-8°.
  • 12 Chez Lacombe (source : Dictionnaire des Journaux, http://dictionnaire-journaux.gazettes18e.fr/journ (...)

3Lise Andries a montré dans son travail sur la Bibliothèque bleue5 que, au cours du XVIIIe siècle, la fascination pour les criminels augmente ; elle est à l’origine de nombreux textes : chansons vendues au pied des échafauds, vies, testaments fictifs, articles dans les journaux... Des journées d’études qu’elle a organisées à la Sorbonne sur les brigands6 ont souligné l’ampleur de cet intérêt qui s’est répandu dans toutes les couches sociales et a coïncidé, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, avec une remise en cause de l’institution judiciaire (le texte de Beccaria qui inspirera de nombreux projets de réforme, Des délits et des peines, est publié en 1764, traduit en français en 17667). Le succès et la longévité de parutions périodiques comme les Causes célèbres et intéressantes8 de Gayot de Pitaval (20 vol. 1734-17439 ?) continuées par La Ville (4 vol., 1766-1769)10 et refondues en 22 volumes par Richer (1773-1789)11 et le Journal des Causes célèbres, curieuses et intéressantes, de toutes les cours souveraines d’Europe avec les jugemens qui les ont décidés de Richer et des Essarts (195 vol., 1773-179212) attestent de l’intérêt du public pour ces écrits. Cette fascination cherche à se satisfaire, à voir ce qu’on lui cache. Il s’agit d’un besoin de représentation qui peut être comblé par le théâtre ou bien par d’autres écrits empreints d’une forte dimension mimétique.

  • 13 Histoire générale illustrée du théâtre, vol. IV, p. 30, cité par Mary Scott Burnet, dans Marc Antoi (...)
  • 14 Publié par Lusebrink (Hans Jurgen), Histoires curieuses et véritables de Cartouche et de Mandrin, P (...)
  • 15 Le groupe d’études du XVIIIe siècle de Lyon (UMR LIRE) a publié une étude sur ce genre : Dictionnai (...)

4Dans la deuxième moitié du XVIIe siècle et tout au long du XVIIIe siècle, cette curiosité se manifeste en deux étapes que j’examinerai ici. La première est théâtrale. En 1679, Thomas Corneille écrit et fait représenter La Devineresse, présentant la Voisin sous le nom de Madame Jobin, au moment où son procès est en cours. En 1721, le théâtre, pour la première fois sans doute met en scène sous son nom un criminel connu et contemporain ; Lucien Dubech13, dans son Histoire du théâtre, a pu dire que cette expérience était celle d’un précurseur, faisant de Cartouche ou les voleurs de Marc Antoine Legrand un ancêtre de Robert Macaire. Cette pièce est interdite après une dizaine de représentations, mais une Vie de Cartouche14 est publiée dès 1722, puis d’autres écrits qui semblent vouloir combler la lacune créée par l’interdiction de représenter directement des affaires judiciaires en cours sur une scène de théâtre, ce qui ouvre la voie à une deuxième étape, celle des « Vies privées15 ».

  • 16 Voir Dictionnaire des Vies privées (1722-1842), p. 56-57, et les fiches consacrées aux vies de crim (...)

5À partir des années 1720, on voit paraître régulièrement des récits de « vies criminelles ». Plus tard (après 1785), ce genre servira de modèle à des « vies privées » à orientation politique16. Les vies de criminels mettent sous les yeux l’existence de ceux que l’on sait accusés ou que l’on a vu périr sur l’échafaud. Les écrits politiques imitent cette forme et, après la réforme de la justice de 1789, donnent des extraits d’interrogatoires ou de procès. À travers ces exemples, on verra comment ces vies et ces procès sont théâtralisés, créant une « scène » parallèle. Mon hypothèse est donc que le désir de « voir » de près les criminels, frustré par les censures, puis alimenté par les mémoires judiciaires et l’ouverture des procès criminels après 1789, est en partie à l’origine de ces « vies privées ». Ces textes ont pris le relais des vies de saints et de grands personnages héroïques qui avaient cours jusque là. Le criminel, interdit de comédie et encore plus de tragédie, chassé des planches « revient par la fenêtre », celle de l’opinion publique.

Affaires criminels et représentations théâtrales : de la Voisin à Cartouche

6La Devineresse ou les faux enchantements, de Thomas Corneille et Donneau de Visé a été représentée à Paris en 1679 et 1680, en pleine affaire des Poisons. De grands personnages étant mis en cause (notamment madame de Montespan), le roi plaça les procès liés à cette affaire hors du circuit ordinaire et les confia à une commission spéciale, la chambre de l’Arsenal, dite « chambre ardente » qui mena ses enquêtes dans le plus grand secret.

  • 17 Voir Mongrédien (Georges), Madame de Montespan et l’affaire des poisons, Paris, Hachette, 1953, et (...)
  • 18 Voir La Devineresse ou les faux enchantements, Prest (Julia) (éd.), MHRA, critical texts, vol. 12, (...)
  • 19 Biet (Christian), in Legrand (Marc-Antoine), Gay (John), Cartouche ou Les voleurs, op. cit., p. 28  (...)

7En 1679, le peuple de Paris assista à une multitude d’exécutions17. La plus célèbre des condamnés, connue sous le nom de « La Voisin » fut exécutée le 22 février 1680 ; dans la charrette qui l’y conduisait, elle ne cessa d’injurier le public et de crier des insanités ordurières : le spectacle était complet. Les représentations de La Devineresse avait débuté trois mois auparavant et se poursuivirent au-delà. On y représentait – sous le nom de Madame Jobin – cette fameuse Voisin. La chronologie proposée par Julia Prest dans l’introduction à son édition du texte (et reprise en partie de Truchet) montre à quel point théâtre et justice sont entrelacés18. Donneau de Visé prétend avoir répondu à une demande des comédiens de la rue Guénegaud qui, voyant combien le public se passionnait pour ces affaires, y auraient vu une occasion de remplir aisément leur théâtre. Mais Julia Prest met en doute cette explication : Donneau de Visé était un parfait opportuniste et avait montré à plusieurs reprises qu’il savait sans qu’on l’y pousse se servir des sujets à la mode. Le succès de la pièce confirma ce que l’on a vu précédemment : les affaires criminelles attirent le public. Mais il y a peut être une autre raison à l’écriture de cette pièce : D’après Christian Biet, qui a donné une édition de la pièce avec une belle introduction, cette pièce aurait été écrite « à la demande du pouvoir »19 pour convaincre le public de l’imposture des prétendus sorciers et diseurs de bonne aventure. On y montre effectivement que tout ce qui est de l’ordre du surnaturel n’est que supercherie tandis que les crimes et la crapulerie sont bien réels. La Devineresse s’inscrit donc dans une action pédagogique. La propagande spectaculaire est complétée par un texte de loi, l’édit de 1782 qui évoque de « prétendus sorciers » et ne retient plus les faits de sorcellerie dans la liste des pratiques condamnables pour ne garder que ceux d’empoisonnement ou de charlatanerie.

8Ainsi, le théâtre aurait été utilisé dans un but d’éducation du peuple, peu avant qu’une loi n’entérine la leçon (il n’y a pas de sorciers, il n’y a que des charlatans ou des criminels). Cette éducation vise aussi à rétablir l’ordre : défaire l’emprise des conduites magiques sur les parisiens c’est priver toutes sortes de professionnels de leurs revenus et tenter de supprimer un marché important qui sert de refuge à de véritables criminels, assassins et infanticides. La pièce Cartouche ou les voleurs n’a pas eu un destin similaire. Les temps ont changé et l’affaire Cartouche est bien différente : le remède théâtral s’avèrera un poison.

  • 20 Voir Peveri (Patrice), « De Cartouche à Poulailler, l’héroïsation du bandit dans le Paris du XVIIIe (...)
  • 21 Biet (Christian), Cartouche ou les voleurs, op. cit., p. 26.
  • 22 Mercure, nov 1721, p. 125-6, cité par Christian Biet, Cartouche ou les voleurs, p. 27.

9Cartouche, voleur et assassin extrêmement violent, après plusieurs évasions qui ont marqué les esprits et ont curieusement fait de lui, aux yeux de certains, un personnage sympathique20, a été pourchassé en vain pendant un an ; il a été arrêté le 15 octobre 1721 et exécuté par le supplice de la roue le 27 novembre. La pièce de Marc Antoine Legrand, Cartouche ou les voleurs, comédie, a été jouée à la Comédie française entre le 21 octobre et le 11 novembre 1721, tandis qu’une autre pièce évoquant ce brigand, Arlequin Cartouche, avait commencé ses représentations la veille21 chez les Italiens (le texte de cette pièce, de Riccoboni le père d’après le Mercure, est perdu, s’il a jamais existé). Ainsi, la pièce est jouée très rapidement, à peine une semaine après l’arrestation du bandit, mais s’arrête avant l’exécution, « après treize représentations, très nombreuses22 », deux différences avec La Devineresse. Autre différence : cet arrêt ne signifie pas que l’intérêt du public a faibli ; il est dû à une interdiction.

  • 23 Ces informations sont tirées de celles qui sont données par Martial Poirson dans l’annexe I de Cart (...)
  • 24 Cartouche ou les voleurs, annexe I, p. 303.
  • 25 Voir Peveri (Patrice), op. cit., p. 142, et Biet (Christian) et Peveri (Patrice), « Quand le théâtr (...)

10L’auteur, Legrand23 est un acteur médiocre et un auteur de second rang, mais cependant très important pour l’histoire du théâtre : c’est lui qui renfloue les caisses de la Comédie française en lui donnant des textes qui plaisent au public et qui tiennent compte de l’actualité, suivant en cela l’exemple des Italiens. Il propose une vision purement marchande de la culture : il faut donner au peuple ce qu’il demande24. Entre 1720 et 1721, il écrit trois pièces liées à l’actualité de la crise financière et une première version de Cartouche, sous le titre de « Cartouche ou l’homme imprenable ». Celle-ci est achevée au début de l’année 1721, alors que le criminel court toujours. Cette pièce est interdite avant sa première représentation. Malgré les réticences du lieutenant de police, Legrand retouche sa pièce. Lorsque Cartouche est emprisonné il lui rend visite, comme beaucoup d’autres25, et cherche à récolter ainsi des détails authentiques, se faisant accompagner par l’acteur qui devait jouer le rôle titre. C’est de cette visite qu’il aurait tiré quelques faits et surtout des mots d’argot que l’on retrouve dans sa pièce.

  • 26 D’après le journal de Mathieu Marais, cité par Martial Poirson et Christian Biet, Cartouche ou les (...)

11Devant la persistance du refus de la pièce par les autorités de la censure, il l’adresse au Régent qui autorise la représentation, disant à ceux qui s’y opposaient « que du temps du roi on avait bien joué la Jobin ou la Voisin qui avait été brûlée26 ». La deuxième représentation a même eu lieu sur le théâtre du Régent, au Palais royal. Dans cette pièce, on voit Cartouche aider un jeune homme à épouser la femme qu’il aime. Même si le brigand est arrêté à la fin et est présenté comme un être vulgaire et brutal, il demeure qu’il est dans le camp des héros et campe un personnage fascinant. Très vite, des protestations s’élèvent, qui montrent ce qui choque les contemporains. On lit dans le journal de Barbier :

  • 27 Chronique de la régence et du règne de Louis XV (1718-1763), ou Journal de Barbier, Paris, Charpent (...)

« Il y a un monde étonnant. Au surplus, les gens de bon sens trouveront fort mauvais qu’on laisse représenter sur le théâtre un homme qui existe réellement, qui est interrogé tous les jours et dont la fin sera d’être roué vif, cela n’est point séant. La nuit du lundi au mardi, Cartouche pensa s’aller voir jouer lui-même [en s’évadant] 27 ».

12Ce qui choque ici c’est qu’on traite sur scène d’un personnage réel et encore vivant en le présentant sous son nom (la Voisin était devenue la Jobin dans la pièce de Corneille). Mais la nature du personnage ajoute au trouble. Un poème anonyme s’indigne de ce qu’on traite d’une matière que :

  • 28 Mémoires pour servir à l’histoire de la Calotte, 1752, p. 156-159, cité par Martial Poirson et Chri (...)

« Le célèbre et divin Molière/ Même en France ne traita pas/ De peur de tomber dans le bas. / Et de crainte que la morale//Par la peinture noire et sale /D’un faquin ou d’un garnement/Ne reçût quelque détriment./ Mais comme à présent cette idée/ Paraît être très mal fondée/ Consentons que dorénavant,/ Ledit comédien Le Grand / Prenne ses héros sur la Grève/ Et qu’en tout greffe criminel/ Toutes sortes d’extraits il lève/ Pour les mieux prendre au naturel. […] Espérons que la tragédie/ Suivra de près la comédie,/ Et que Le Grand pour ce coquin,/ Héros homicide et nocturne, / Ayant chaussé le brodequin, / Chaussera bientôt le cothurne28. »

  • 29 Cartouche, Mandrin…, op. cit., p. 14.

13On lit ici la crainte d’une atteinte à la morale : la bassesse et la noirceur du personnage portraituré risquent de contaminer la pièce. La formule « héros homicide et nocturne » présente à l’époque un oxymore (l’adjectif « nocturne » relevant de la syllepse). Mais le risque est également celui d’une contamination du langage : copier « des extraits » dans « tout greffe criminel » revient à introduire le langage de la justice dans le style théâtral. Ce que Molière ou Corneille avaient fait sous forme de farce ne peut être reproduit dans ce qui serait une imitation de la réalité. La « porosité entre textes judiciaires et textes de fiction » que relève Lise Andries29 dans les écrits du XVIIIe siècle n’est pas encore acceptée, et ne sera possible que dans des genres capables d’échapper à la censure, comme les Mémoires, journaux, pamphlets, Vies.

  • 30 Biet (Christian), Cartouche ou les voleurs, introduction, p. 30.

14On se presse au Chatelet pour voir Cartouche dans sa prison, comme on se bouscule au théâtre pour voir ses exploits. Devant sa popularité, les autorités s’émeuvent et le font transférer dans une prison du Parlement de Paris, à l’abri de la curiosité populaire, le 31 octobre. Le 11 novembre, ce Parlement, qui avait été en congé depuis le 27 octobre jusqu’à ce jour, fait interdire la pièce et met Cartouche au secret : comme le dit fort bien Christian Biet dans son introduction à la pièce, « la loi ne veut plus qu’un seul spectacle, celui des exécutions30 ». Ce n’est pas au théâtre que le pouvoir confie la tâche de noircir le coupable, mais à, la biographie : en mars 1722 paraît l’Histoire de la vie et du procès de louis Dominique Cartouche, destinée à reproduire ce que La Devineresse avait fait en son temps : être un relais dans l’expression de la parole officielle.

  • 31 Voir mon article, « Le feuilleton de Mandrin dans la Gazette d’Amsterdam » in Andries (Lise), dir., (...)

15Plusieurs causent expliquent que, entre l’affaire des Poisons et le procès de Cartouche, ce qui était acceptable dans un cas ne l’a plus été dans l’autre. D’une part, Cartouche est populaire. La Voisin ne l’est pas. On verra dans la suite du siècle cette fascination pour les bandits augmenter dans les classes aisées, notamment dans l’affaire Mandrin31. D’autre part, la société de la Régence a été ébranlée par plusieurs crimes et crises ; enfin, l’opinion publique commence à naître face à ces événements et le rôle du théâtre devient alors problématique. C’est l’analyse qu’en fait Christian Biet :

  • 32 Biet (Christian), op. cit., préface, p. 17.

« Le maintien de l’ordre, au théâtre, passe le plus souvent par la punition du désordre. Mais pour punir le désordre, et ainsi le régler, il faut l’identifier, le représenter, le rendre intéressant, et c’est bien là le danger. Si le maintien de l’ordre passe nécessairement par l’établissement, la description et la représentation du désordre, il passe aussi pour ceux qui en voient les marques et qui paient pour cela, les spectateurs, par une possible séduction des transgressions, voire une appétence extrême à les observer sur la scène sous les traits de la comédie32 ».

  • 33 Si le théâtre français retient la leçon de l’interdiction et renonce jusqu’à la Révolution à traite (...)

16La pièce Cartouche ou les voleurs présente un moment significatif de ces rapports ambigus entre le théâtre et la justice. Malgré l’interdiction, cette pièce a eu un fort retentissement33 et le personnage de Cartouche fut repris au XIXe siècle sur la scène dans plusieurs genres (comédie, vaudeville, opérette), pour devenir par la suite un héros de cinéma.

17La Devineresse et Cartouche ou les voleurs, auront été les deux temps pendant lesquels en France, sous l’Ancien régime, le théâtre et la justice se seront occupés des mêmes objets et où un personnage représenté sur scène aura été exécuté en public peu après, devant les mêmes spectateurs. Il revenait à d’autres types de textes de prendre la relève de cette curiosité et de ce désir d’être en prise sur l’actualité, les mémoires judiciaires et les « vies privées ».

Les « Vies privées », biographies spectaculaires

18Ces Vies privées, anonymes pour la plupart, sont en général contemporaines du personnage dont elles retracent la vie. Elles sont souvent publiées à un moment où il est mis en cause. Elles traitent de l’actualité la plus forte et s’inscrivent dans la polémique. Cela se produit peu après le début de l’engouement de la société pour les affaires et les mémoires judiciaires que, depuis l’ordonnance criminelle de 1670, l’accusé et la victime ont le pouvoir de transmettre aux juges. Ces mémoires judiciaires sont de plus en plus populaires et se diffusent par l’imprimé (Sarah Maza a analysé cette évolution dans son ouvrage Vies privées affaires publiques). Le cas le plus célèbre est celui des mémoires écrits par Voltaire sous le nom de Pierre Calas pour la réhabilitation de son père, Jean Calas. Les Vies privées sont publiées pour la plupart après 1780, à un moment où l’opinion publique devient une force, avec le développement des journaux et des nouvelles à la main, et la multiplication des pamphlets.

19L’histoire ou la fiction mise en scène par les Vies reprend une tradition très ancienne, celle du jugement dernier, en le laïcisant. Ce n’est plus la justice divine qui rend son arrêt, mais l’auteur qui s’affirme comme le grand instructeur du procès, et le lecteur qui préfigure ici le jury populaire des cours d’assises modernes. Ces textes prétendent avoir une action proche de celle du spectacle : faire voir, agir sur le spectateur, le faire agir sur le monde.

20Les auteurs de vies privées qui se fondent sur les conclusions d’un procès écrivent sans doute avant tout (comme aujourd’hui) dans un but mercantile ; un procès retentissant, comme celui de Cagliostro, par exemple, garantit le succès d’un ouvrage :

  • 34 Vie de Joseph Balsamo… [traduction d’un ouvrage imprimé à Rome lors du procès de Cagliostro], Paris (...)

« comme il a quelques temps, attiré sur lui tous les regards, son origine, les événements de sa vie, le tissu de ses impostures et la procédure qui vient de fixer, vraisemblablement pour toujours sa destinée, excitent la curiosité générale : on ne peut donc guère douter que l’histoire de sa vie ne soit avidement reçue34 ».

  • 35 Le Faux Dauphin ou la vie, les aventures, le procès et le jugement de Mathurin Bruneau…, Paris, Tig (...)

21Les vies de criminels, très nombreuses, reprennent l’ancienne fonction de la justice. Elles redoublent celle-ci, en rappelant à la mémoire le procès et surtout le supplice : les vies de Desrues (1777), Louise Fortin (1814 ?) Mathurin Bruneau (1818), dit le faux Dauphin, sont écrits à partir de comptes rendus d’audience, de déposition de témoins. Le texte sur le faux dauphin est l’un des plus curieux35. On y relate le procès d’un homme qui, après la révolution, s’est fait passer pour le Dauphin Louis XVII et a ainsi escroqué plusieurs personnes. On y retrace sa vie, de sa naissance (le 10 mai 1784 vers Cholet) à sa comparution devant le tribunal de Rouen, le 9 février 1817, et sa condamnation à 7 ans de prison (5 pour escroqueries et 2 pour insultes à magistrat). Le texte est essentiellement un compte rendu du procès avec les questions du juge, les réponses de Bruneau et les réflexions du témoin qui tente de faire participer le lecteur à la séance :

« il est difficile de se faire une idée de l’audace et de l’air à la fois insolent et bas du principal accusé. À peine a-t-il été assis qu’il a proféré des jurements horribles et des paroles ignobles et grossières, il n’a inspiré aux nombreux spectateurs que des sentiments de pitié, de mépris et d’indignation » (p. 17). [On insiste sur la vulgarité de ses manières et de son langage :] « tout décèle la bassesse de son âme, bien plus encore que celle de son origine : en le voyant, en l’écoutant, la crédulité la plus opiniâtre doit être désabusée et les débats vont achever de confondre cet imposteur » (p. 22).

22Il faut donc « voir » et « écouter » pour être convaincu. Le texte se propose de faire aussi bien que le théâtre, et plus « vrai » : montrer un homme réel, en actes et en paroles, pour défaire la crédulité du peuple soumis à son impostures ou à la fascination. Comme dans La Devineresse, le texte dévoile l’imposture et relaie la justice. L’auteur prend note comme le ferait un témoin : « l’accusé balbutie une déclaration à laquelle il est impossible de rien comprendre » ; il transcrit des propos mêlant remarques sensées et propos délirants ; il donne des extraits de dialogues et surtout des interventions de Bruneau qui conteste les pièces lues au procès ; on souligne ses fautes de langue et ses intonations. Le président le presse de questions et répète plusieurs fois : « regardez-moi », « répondez moi ». Bruneau l’injurie, le traite de « maître de danse, polisson, marchand d’orviétan »…

23Dans les propos des hommes de loi même, l’affaire est assimilée à un spectacle : le juge déclare qu’il s’agit du « dénouement d’une pièce assez curieuse, à la vérité, mais qui ne mérite en aucune façon les honneurs de la célébrité. Elle n’est au fond qu’une farce misérable qu’a voulu jouer l’imposteur ignorant » (p. 18, souligné par nous). La « farce » est la pièce de l’homme de peu, mais aussi de l’imposteur. Les sentiments suscités sont, comme on l’a lu plus haut, « pitié, mépris et indignation ». Il s’agit de donner à voir le procès, mais aussi de convaincre le peuple de l’imposture et de révéler la vraie nature de Bruneau. Ici, c’est tantôt l’auteur, qui se présente comme une personne ayant assisté au le procès, tantôt le président du tribunal qui commente pour orienter le sens.

  • 36 Vie privée de louise Fortin…, s. l. n. d.. Voir Dictionnaire des vies privées, p. 267-268.

24Ce sens peut aussi être confié aux propos du seul personnage, c’est le cas dans la Vie de Louise Fortin36, qui s’achève avec une lettre qu’elle aurait laissée avant son supplice ; elle s’adresse à la jeunesse : « Souvenez-vous, mes jeunes contemporains, de la criminelle et malheureuse Louise Fortin ; que le souvenir de ses égarements soit toujours présent à vos yeux » ; cette apostrophe se retrouve dans un autre type d’écrit : la lettre suivie d’une complainte en quatre quatrains d’octosyllabes : « Oui, les fruits du libertinage /Nous conduisent aux échafauds:/ Jeunesses soyez toujours sage:/ Les méchants n’ont pas de repos ». Dans certaines Vies, comme dans les chansons et complaintes vendues au pied des échafauds, le criminel s’adresse au public, l’exhorte à se repentir comme lui de ses fautes, et à la plaindre. Le spectacle de l’exécution est accompagné par le texte.

  • 37 Vie privée et criminelle d’A. F. Desrues, ci-devant marchand épicier, rue Saint-Victor à Paris, Par (...)

25Dans la Vie privée et criminelle de Desrues,37 le livre est la réplique du châtiment, l’un est prolongé par l’autre, avec la même justification :

  • 38 Souligné par moi, p. 6.

« De pareils monstres ne devraient ils pas être étouffés dès leur naissance ? et si le ciel permet pour un temps leur existence, c’est sans doute afin d’avertir les hommes […] de se corriger de leurs vices, en les rendant témoins des peines et des tortures qui terminent la vie de ces insignes scélérats, dont les forfaits nous remplissent d’épouvante. Les punitions exemplaires, tant de fois réitérées et dont nous ne sommes que trop souvent les tristes spectateurs ne feront donc jamais assez d’impression sur le cœur des hommes38 ? »

  • 39 Vie privée et criminelle d’A. F. Desrues, p. 6.

26« Triste spectateur », tel est le rôle assigné au lecteur des vies privées de criminels. Grâce au livre, l’effet purificateur du châtiment reste actif : il dure plus que le temps de l’exécution, trop bref, spectacle éphémère. C’est ce que revendique pour le sien l’auteur de la vie de Desrues : « Pères de famille, que cette histoire soit sans cesse dans vos mains et sous les yeux de vos enfants […] hommes insensés, qui vous laissez dompter par vos passions, voyez le précipice affreux où [elles] vous entraînent39 ». Somme toute, les vies de criminels jouent le même rôle que celles des saints. Elles offrent un contre modèle, un avertissement. En outre, elles transposent sur un plan laïque une dimension qui était jusque là religieuse : le châtiment est infligé par la justice des hommes, sans aucune intervention de la Providence. Le criminel est le propre auteur de son malheur. La question de la destinée et de ses aléas est donc posée.

  • 40 Vie criminelle de Henri-Augustin Trumeau, Marchand épicier, à Paris, ancien apprenti de l’empoisonn (...)

27La Vie de Trumeau40, dont le titre complet est « Vie criminelle de Henri-Augustin Trumeau, Marchand épicier, à Paris, ancien apprenti de l’empoisonneur Desrues, aussi épicier, écrite par M. M. de L. V… ancien avocat, qui a bien voulu nous en gratifier (1803), fait un parallèle intéressant entre le criminel de la tragédie et celui des Vies privées et l’achève en affirmant la supériorité du nouveau genre sur l’ancien :

« De toutes les branches de l’Histoire, il n’en est point qui fasse une plus vive impression que celle des fameux criminels. Tous les hommes ont un désir naturel de pénétrer dans le cœur des coupables, de dévoiler leurs manœuvres, de voir leur audace et de suivre leur marche ténébreuse. La fable et l’intrigue des tragédies sont très souvent tirées des écarts des passions ; dépouillées des couleurs brillantes de la fiction, elles ne présentent plus que l’histoire des crimes que les lois ont punis, ou qui auraient dû exciter leur vengeance. Si l’on s’attendrit au récit exagéré des malheurs des illustres criminels qu’on offre à nos regards sur la scène dramatique, l’illusion n’étant jamais complète, on ne peut éprouver ces émotions et ces déchirements que la vérité seule peut produire. […] On trouve cet aliment de la curiosité dans l’histoire des fameux coupables on y voit leur véritable physionomie, leur caractère, leurs mœurs, leurs penchants. Les lecteurs les suivent avec intérêt dans le labyrinthe de leurs passions. » (p. 5-6, souligné par moi).

28Enfin, l’auteur reprend les propos du commissaire du gouvernement, selon lequel « le phénomène moral que présente cette affaire est plus étonnant et plus extraordinaire que les phénomènes physiques qui bouleversent la terre » (p. 53). La possibilité de noirceur de l’âme humaine est ainsi révélée de façon spectaculaire par un individu. Faire son procès et le représenter permet à la question morale d’enter dans le domaine du visible.

29Enfin, la vie du criminel a pour particularité de montrer sa mort, une mort attendue, théâtralisée, qui est elle aussi porteuse d’une vérité mystérieuse, hésitant entre philosophie et voyeurisme :

« On contemple avec une sorte d’avidité les effets que produisent sur les différentes organisations et sur les caractères variés des condamnés la crainte de la mort et la certitude de la recevoir ; on aime enfin à parcourir et à méditer les discours que ces infortunés ont prononcés dans ces moments affreux où l’homme ne tient plus à la vie que par un fil, qu’un ciseau fatal ouvert devant ses yeux est prêt à couper. » (p. 6-7)

30Mieux que la tragédie : du direct, du vécu. On voit dans ces propos une annonce de ceux qui dans les siècles suivants opposeront le journalisme à la littérature et le « vrai » à la fiction. On trouve ici une trace de ce qui a pu faire évoluer le théâtre (comme d’autres genres) vers un vérisme parfois exagéré (voir Robert Macaire).

Vies politiques en procès

  • 41 Mouffle d’Angerville, Vie privée de Louis XV ou principaux événements, particularités et anecdotes (...)

31À partir de 1785, ce modèle des vies de criminels contamine les pamphlets politiques ; ceux-ci héritent autant de leur rhétorique judiciaire que de leur entreprise de dévoilement de l’âme atroce ou vile des hommes. Lorsque l’auteur de la Vie privée de Louis XV41 évoque les témoignages qu’il a recueillis, il le fait en ces termes : « des témoins oculaires déposent que ” (t. 1, p. 30). Cette entreprise fait entendre des voix plurielles qui donnent à ces Vies une vraie polyphonie. Tout est fait pour donner à ces écrits une allure vivante et l’apparence du théâtre, jointe à la réalité effective du procès.

32Dans la Vie de Boissy d’Anglas, l’auteur dirige un interrogatoire avant de donner son réquisitoire ; il fait comme si le lecteur et l’accusé étaient ensemble dans un même tribunal, face à lui :

  • 42 La Vie de Boissy d’Anglas, membre des cinq-cents, et traité comme il le mérite, s. l. [Paris] n. d. (...)

« Dis nous, brave Boissy, est-ce encore le souvenir de cette « musique mélodieuse dont le caractère doux et tranquille peindra l’immortalité », qui donne à ton âme ce calme et cette tranquillité inaltérable dont tu jouis ? Y voyais tu par anticipation la peinture de l’espèce d’immortalité qui t’attend ? Dis, toi qui n’étais pas teint de sang, étais-tu calme et tranquille tandis que tu signais l’apothéose de Marat ? […] Parcours ces lignes, monument de bassesse et d’indignité ; th hésites, tu pâlis, tu te troubles, une froide sueur inonde ton visage ; lis, te dis-je. […] Avec le cœur le plus noir, le plus atroce, tu affectes un air de douceur et de bonté, tu es un vrai tigre, un vautour affamé. […] C’est avec raison qu’on t’a donné le sobriquet de Boissy famine. Personne n’ignore que tu as voulu ensevelir le peuple tout vivant. Malheureux ! quel était ton espoir ? Comment crois tu survivre à tes exécrables desseins […] Alors que penser de ton moral ! Quel homme es-tu? Quel nom te donner42 ? »

  • 43 Voir Dictionnaire des vies privées, p. 303-307.
  • 44 Notamment dans la deuxième édition, au moment de ses démêlés avec Beaumarchais. Voir Dictionnaire d (...)
  • 45 La Vie de Desrues est complétée dans une note par un « détail » médical et on cite des médecins (av (...)
  • 46 La Vie privée des ecclésiastiques se fonde sur des procès verbaux et des rapports de police inventé (...)

33Les Voix et les écrits se mêlent. Le texte tout entier mime le procès. C’est également par sa forme éditoriale que le genre des Vie privées se rattache aux genres judiciaires. Le texte biographique proprement dit est parfois accompagné de documents censés prouver ses dires : listes, lettres, mémoires, comme dans la Vie privée de Louis XV43 qui en réunit un grand nombre. On peut aussi trouver de vrais mémoires judiciaires, la Vie s’insérant dans une stratégie d’ensemble (c’est le cas par exemple dans celle du chevalier d’Eon44). Enfin, d’autres témoignages sont apportés comme pièces fondamentales à ces procès, les rapports des agents de la justice et de la police, et ceux des « experts »45. La Vie privée des ecclésiastiques46 se fonde sur des procès verbaux et des rapports de police du commissaire de police inventés.

34Les Vies privées font croire au lecteur qu’il est le maître du jeu. Elles sont ainsi en partie un roman (l’auteur, omniscient, introduit ses témoins, installe des scènes, brosse des portraits, joue avec les stéréotypes, commente, brode…), et une scène de théâtre : il distribue la parole, répond, fait croire à une présence, mais il s’ouvre sur un autre espace que celui de la fiction et de la représentation.

  • 47 Les Mystères de la Mère de Dieu dévoilés, troisième volume des Causes secrètes de la Révolution du (...)

35Les vies de Louis XVI, de Marie-Antoinette, de Brissot, Hébert, Robespierre, sont écrites au moment où leur sort se joue. Lorsque le personnage est condamné, on ne sait quel rôle a pu jouer le texte dans cette issue. Ainsi, Camille Desmoulins qui avait accusé Brissot dans un écrit et se serait écrié au moment de l’arrestation d’un groupe dont celui-ci faisait partie : « ah mon Dieu, mon Dieu, c’est moi qui les tue ! Mon Brissot dévoilé, ah mon Dieu c’est ce qui les tue47 ».

36Siégeant dans le « tribunal » de la Vie privée, le lecteur pris à témoin devient clairvoyant comme le juge suprême. Il n’est plus le « triste spectateur » que nous avons évoqué plus haut à propos des Vies de criminels mais un acteur potentiel, capable d’agir sur le cours des choses. Il incarne l’opinion publique.

Conclusions

37Le XVIIIe siècle est le temps de la mise au jour du système judiciaire. Face à une justice criminelle qui jusqu’en 1789 se déroule à huis clos, « le tribunal de l’opinion publique » tente de jouer un rôle dans la quête de la vérité. Le mouvement mis au jour par La Devineresse et Cartouche et les voleurs montre une curiosité qui ne se contente plus du spectacle des exécutions. L’interdiction de la pièce de Legrand montre que le pouvoir a pris conscience de la nouvelle fascination exercée par les criminels. Cette censure est une façon de tenter de limiter le personnage du criminel à son crime, en ne lui donnant d’existence publique que dans la mise en scène spectaculaire de son châtiment. Mais les écrits qui traitent de ces affaires et se substituent ainsi à la représentation, donnent au criminel une vie et une voix. Ils montrent chez le public un désir de s’approcher du crime, de le comprendre – pour s’en écarter ou s’en rapprocher, tout dépend du lecteur et des intentions de l’auteur. On y voit une volonté de sonder l’âme humaine qui ne se contente plus de la représentation de la lutte entre le bien et le mal et exprime une méfiance vis à vis de l’institution judiciaire. De ce fait, l’attention commence à se porter sur le criminel plus que sur le crime, sur la déviance plus que sur la restauration de l’ordre. Les dénouements théâtraux des pièces présentant des criminels se trouvent alors placés devant un dilemme difficile à résoudre : peut-on encore donner du sens à cette représentation ? Quelle est la fonction du théâtre face au désordre que représente le criminel ?

38Cette question se double d’une autre, celle d’une modification du rapport à l’illusion théâtrale. Sarah Maza décrit une révolution dans le langage métaphorique du temps qui serait révélatrice d’une mutation des mentalités dans ce domaine :

  • 48 Vies privées, affaires publiques (ouvr. cit), p. 15.

« un tournant critique dans la culture politique ou publique, lorsque la métaphore utilisée pour décrire la sphère publique, de théâtrale devient judiciaire. […] ce « public » est devenu une entité beaucoup plus large, sous l’effet de l’interaction entre les thèmes et les techniques du théâtre d’une part, et ceux des tribunaux de l’Ancien régime d’autre part48. »

  • 49 Vie de Monsieur Jean-Sylvain Bailly, premier maire de Paris, dédiée et présentée à l’Assemblée nati (...)

39Cette mutation des usages linguistiques illustre donc un changement majeur : empêchés de voir l’actualité criminelle de leur temps représentée sur la scène, les spectateurs se tournent vers une scène qui se prétend moins illusoire. Le « tribunal de l’opinion publique »49, construit par les feuilles volantes, pamphlets ouvrages polémiques et journaux, s’est mis à concurrencer dans la représentation du mal le théâtre – concurrence toujours actuelle.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Anonymes

Vie de Joseph Balsamo… [traduction d’un ouvrage imprimé à Rome lors du procès de Cagliostro], Paris, Onfroy, Strasbourg, J.-G. Treutel, 1791.

La Vie de Boissy d’Anglas, membre des cinq-cents, et traité comme il le mérite, s. l. [Paris] n. d. [1795].

Histoire de la vie et du procès du fameux Louis-Dominique Cartouche et de plusieurs de ses complices, Rouen, Pierre Machuel, 1722 (republié par H-J. Lusebrinck in Histoires curieuses et véritables de Cartouche et de Mandrin, Paris, Arthaud, 1984).

Vie privée et criminelle d’A. F. Desrues, ci-devant marchand épicier, rue Saint-Victor à Paris, Paris, Cailleau, 1777.

Vie privée de louise Fortin…, s. l. n. d..

Vie criminelle de Henri-Augustin Trumeau, Marchand épicier, à Paris, ancien apprenti de l’empoisonneur Desrues, aussi épicier, écrite par M. M. de L. V… ancien avocat, qui a bien voulu nous en gratifier, Paris, chez Rochette, in 12, an XI (1803).

Le Faux Dauphin ou la vie, les aventures, le procès et le jugement de Mathurin Bruneau…, Paris, Tiger, s.d. [ 1818].

Corneille (Thomas), La Devineresse ou les faux enchantements, Prest (Julia ) éd., MHRA, critical texts, vol. 12, Londres, 2007.

Vie de Monsieur Jean-Sylvain Bailly, premier maire de Paris, dédiée et présentée à l’Assemblée nationale, Imprimerie de la Liberté, de la Vérité et surtout de l’Impartialité, 1790 [par Detrou].

Gueullette (Thomas-Simon), Sur l'échafaud : histoires de larrons et d'assassins, 1721-1766 ; édition présentée et annotée par Pascal Bastien, Paris, Mercure de France, 2010.

Legrand (Marc-Antoine), Gay (John), Cartouche ou Les voleurs : comédie, 1721. Cartouche or the Robbers / Marc-Antoine Legrand. L'opéra du gueux, 1728 / John Gay ; traduction française de A. Hallam, 1750 ; édition établie et présentée par Biet (Christian) ; avec la collaboration de Poirson (Martial) et Jobez (Romain), Lampsaque, 2003.

Mouffle d’Angerville, Vie privée de Louis XV ou principaux événements, particularités et anecdotes de son règne, Londres, 1785.

Vilate, Les Mystères de la Mère de Dieu dévoilés, troisième volume des Causes secrètes de la Révolution du 9 au 10 thermidor, par Vilate, ex juré au tribunal révolutionnaire, détenu, Paris, an III.

Sources secondaires

Andries (Lise), Bollème (Geneviève), La Bibliothèque bleue, littérature de colportage, Paris, Robert Laffont (Bouquins), 2003.

Andries (Lise) (dir.), Cartouche, Mandrin et autres brigands du XVIIIe siècle, Paris, Desjonquères, 2010.

Bastien (Pascal), « Fête populaire ou cérémonial d'État ? Le rituel de l'exécution selon deux bourgeois de Paris », French Historical Studies, 2001, n° 24, p. 501-526.

Biet (Christian) et Peveri (Patrice), « Quand le théâtre s’empare du voleur : l’affaire Cartouche, 1721 », in Wagner (Marie-France) et Le Brun Gouanvic (Claire) (dir.), Les Arts du spectacle dans la ville (1404-1721), Paris, Champion, 2001.

Biet (Christian), « Introduction », in Legrand (Marc-Antoine), Gay (John), Cartouche ou Les voleurs : comédie, 1721. Cartouche or the Robbers / Marc-Antoine Legrand. L'opéra du gueux, 1728 / John Gay ; traduction française de A. Hallam, 1750 ; édition établie et présentée par Biet (Christian) ; avec la collaboration de Poirson (Martial) et Jobez (Romain), Lampsaque, 2003.

Boulanger (Marc), « Justice et absolutisme : la grande ordonnance criminelle d’août 1670 », Revue d'histoire moderne et contemporaine, 2000, 1, n°43.

Ferret (Olivier), Mercier-Faivre (Anne-Marie), Thomas (Chantal) (dir.), Dictionnaire des Vies privées (1722-1842), Oxford, Voltaire foundation, SVEC, 2011/02.

Lusebrink (Hans Jurgen), Histoires curieuses et véritables de Cartouche et de Mandrin, Paris, Arthaud, 1984.

Maza (Sarah), Vies privées, affaires publiques, Paris, Fayard, 1997.

Mercier-Faivre (Anne-Marie), « Le feuilleton de Mandrin dans la Gazette d’Amsterdam » in Andries (Lise), dir., Cartouche, Mandrin et autres brigands du XVIIIe siècle, Paris, Desjonquères, 2010, p. 293-315.

Mongrédien (Georges), Madame de Montespan et l’affaire des poisons, Paris, Hachette, 1953.

Petitfils (Jean-Christian), L'Affaire des Poisons : alchimistes et sorciers sous Louis XIV, Paris, A. Michel, 1977.

Peveri (Patrice), « De Cartouche à Poulailler, l’héroïsation du bandit dans le Paris du XVIIIe siècle », Gauvard (Claude), Robert (Jean-Louis) (éd.), Être parisien. Actes du colloque de Paris (26-28 septembre 2002), Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 135-150.

Peveri (Patrice), « Littérature de colportage et contrôle de l’opinion. Une relecture de l’Histoire de la vie et du procès de louis Dominique Cartouche », in Andries (Lise), Cartouche, Mandrin et autres brigands du XVIIIe siècle, Paris, Desjonquères, 2010, p. 269-292.

Scott Burnet (Mary), Marc Antoine Legrand, acteur et auteur comique (1673-1728), Slatkine Reprints, 1938.

Sgard (Jean) (dir.), Dictionnaire des Journaux, Universitas-Voltaire foundation, Paris-Oxford, 1999.

Haut de page

Notes

1 Mémoires pour servir à l’histoire de la Calotte, 1752, p. 156-159, cité par Poirson (Martial) et Biet (Christian), in Legrand (Marc-Antoine), Gay (John), Cartouche ou Les voleurs : comédie, 1721. Cartouche or the Robbers / Marc-Antoine Legrand. L'opéra du gueux, 1728 / John Gay ; traduction française de A. Hallam, 1750 ; édition établie et présentée par Biet (Christian) ; avec la collaboration de Poirson (Martial) et Jobez (Romain), Lampsaque, 2003, annexe I, p. 312.

2 Sarah Maza rappelle dans son ouvrage (Vies privées, affaires publiques, Paris, Fayard, 1997, p. 221-222) la théorie de Foucauld dans Surveiller et punir : la justice d’Ancien Régime ne vise pas, contrairement aux châtiments modernes, à protéger la société, mais à purifier, expier et proposer une leçon à travers la repentance du condamné.

3 Voir Bastien (Pascal), « Fête populaire ou cérémonial d'État ? Le rituel de l'exécution selon deux bourgeois de Paris », French Historical Studies, 2001, n°24, p. 501-526, et Gueullette (Thomas-Simon), Sur l'échafaud : histoires de larrons et d'assassins, 1721-1766 ; édition présentée et annotée par Pascal Bastien, Paris, Mercure de France, 2010.

4 Ordonnance criminelle du mois d’août 1670. Faite à Saint-Germain-en-Laye Enregistrée par le Parlement de Paris le 26 août 1670 Entrée en vigueur au 1er janvier 1671 Avec quelques extraits particulièrement notables des conférences préparatoires, qui étaient présidées par Le Chancelier Séguier et travaillaient au rapport du Conseiller d’État Pussort. Voir Boulanger (Marc), « Justice et absolutisme : la grande ordonnance criminelle d’août 1670 », Revue d'histoire moderne et contemporaine, 2000, 1, n°43, p. 7-36.

5 Andries (Lise), Bollème (Geneviève), La Bibliothèque bleue, littérature de colportage, Paris, Robert Laffont (Bouquins), 2003.

6 Andries (Lise), dir., Cartouche, Mandrin et autres brigands du XVIIIe siècle, Paris, Desjonquères, 2010, introduction, p. 17.

7 Traité des délits et des peines, traduit de l'italien [par Morellet], d'après la troisième édition revue... par l'auteur, avec des additions de l'auteur qui n'ont pas encore paru en italien, Philadelphie [Lausanne], 1766.

8 Gayot de Pitaval (François), Causes célèbres et intéressantes avec les jugemens qui les ont décidées, Paris, Legras, 1734-1743 pour la première édition, 1738-48 pour la deuxième (autres éditions chez Delaulne, Poirion, Durand…).

9 L’état de cette collection est complexe ; elle a connu plusieurs rééditions, et contrefaçons. Si le catalogue de la BnF indique 20 vol. pour les différentes éditions, il existe un volume intitulé « 22e et dernier » à la bibliothèque d’État de Bavière, avec des textes jansénistes en supplément (Chatelain, Amsterdam, 1745 ; n. b. : Pitaval est mort en 1743).

10 La Continuation des causes célèbres…, vol. I à IV, de La Ville, publiée d’abord en 1766 et 1769 est intégrée dans une réédition-contrefaçon d’un ensemble de 26 volumes (les 4 de La Ville ajoutés aux 22 supposés de Pitaval) publiée en 1775 à Amsterdam et Liège (exemplaires Brandeis University).

11 Amsterdam, M. Rhey (en fait Paris), 22 vol. in-8°.

12 Chez Lacombe (source : Dictionnaire des Journaux, http://dictionnaire-journaux.gazettes18e.fr/journal/0201-causes-celebres ; consulté le 12 octobre 2012).

13 Histoire générale illustrée du théâtre, vol. IV, p. 30, cité par Mary Scott Burnet, dans Marc Antoine Legrand, acteur et auteur comique (1673-1728), Slatkine Reprints, 1938, introduction p. II.

14 Publié par Lusebrink (Hans Jurgen), Histoires curieuses et véritables de Cartouche et de Mandrin, Paris, 1984. Sur cette vie, voir également Peveri (Patrice), « Littérature de colportage et contrôle de l’opinion. Une relecture de l’Histoire de la vie et du procès de louis Dominique Cartouche », in Andries (Lise), Cartouche, Mandrinop. cit., p. 269-292 ; dans cet article, P. Peveri reprend et précise l’analyse de Hans Jurgen Lusebrink.

15 Le groupe d’études du XVIIIe siècle de Lyon (UMR LIRE) a publié une étude sur ce genre : Dictionnaire des Vies privées (1722-1842), Ferret (Olivier), Mercier-Faivre (Anne-Marie), Thomas (Chantal) (dir.), Oxford, Voltaire foundation, SVEC, 2011/02.

16 Voir Dictionnaire des Vies privées (1722-1842), p. 56-57, et les fiches consacrées aux vies de criminels dans cet ouvrage (de Lise Andries pour la plupart).

17 Voir Mongrédien (Georges), Madame de Montespan et l’affaire des poisons, Paris, Hachette, 1953, et Petitfils (Jean-Christian), L'Affaire des Poisons : alchimistes et sorciers sous Louis XIV, Paris, A. Michel, 1977.

18 Voir La Devineresse ou les faux enchantements, Prest (Julia) (éd.), MHRA, critical texts, vol. 12, Londres, 2007. Dans son introduction, Julia Prest reprend et complète la chronologie de Jacques Truchet (notice de La Devineresse, Théâtre du XVIIe siècle, Paris, Gallimard, coll. de La Pléiade, 1992, vol. III) pour monter l’imbrication entre écriture de la pièce et procès : La Voisin est arrêtée le 12 mars 1679, la chambre ardente commence à siéger le 17 avril. En aout, le Mercure galant (dirigé par l’un des auteurs, Donneau de Visé) publie une annonce de la pièce. La première représentation a lieu le 19 novembre, la Voisin est exécutée le 22 février, une dizaine de jours après la publication du texte. Les représentations se poursuivent jusqu’au 10 mars avec un grand succès (47 représentations consécutives) (p. 13).

19 Biet (Christian), in Legrand (Marc-Antoine), Gay (John), Cartouche ou Les voleurs, op. cit., p. 28 ; il suit en cela Nicholas Paige, « L’affaire des poisons et l’imaginaire de l’enquête », Littératures classiques n° 40, « Droit et littérature », dir. C. Biet, Champion, 2000, p. 195-208.

20 Voir Peveri (Patrice), « De Cartouche à Poulailler, l’héroïsation du bandit dans le Paris du XVIIIe siècle », Gauvard (Claude), Robert (Jean-Louis) (éd.), Être parisien. Actes du colloque de Paris (26-28 septembre 2002), Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 135-150, p. 141-142.

21 Biet (Christian), Cartouche ou les voleurs, op. cit., p. 26.

22 Mercure, nov 1721, p. 125-6, cité par Christian Biet, Cartouche ou les voleurs, p. 27.

23 Ces informations sont tirées de celles qui sont données par Martial Poirson dans l’annexe I de Cartouche ou les voleurs.

24 Cartouche ou les voleurs, annexe I, p. 303.

25 Voir Peveri (Patrice), op. cit., p. 142, et Biet (Christian) et Peveri (Patrice), « Quand le théâtre s’empare du voleur : l’affaire Cartouche, 1721 », in Wagner (Marie-France) et Le Brun Gouanvic (Claire) (dir.) Les Arts du spectacle dans la ville (1404-1721), Paris, Champion, 2001, p. 237-272.

26 D’après le journal de Mathieu Marais, cité par Martial Poirson et Christian Biet, Cartouche ou les voleurs, p. 308.

27 Chronique de la régence et du règne de Louis XV (1718-1763), ou Journal de Barbier, Paris, Charpentier, 1857, vol. 1, p. 167, et avec un texte légèrement différent dans Christian Biet, Cartouche ou les voleurs, p. 61.

28 Mémoires pour servir à l’histoire de la Calotte, 1752, p. 156-159, cité par Martial Poirson et Christian Biet, Cartouche ou les voleurs, annexe I, p. 312.

29 Cartouche, Mandrin…, op. cit., p. 14.

30 Biet (Christian), Cartouche ou les voleurs, introduction, p. 30.

31 Voir mon article, « Le feuilleton de Mandrin dans la Gazette d’Amsterdam » in Andries (Lise), dir., Cartouche, Mandrin et autres brigands du XVIIIe siècle, Paris, Desjonquères, 2010, p. 293-315.

32 Biet (Christian), op. cit., préface, p. 17.

33 Si le théâtre français retient la leçon de l’interdiction et renonce jusqu’à la Révolution à traiter d’affaires criminelles de façon trop ouverte, la pièce, traduite en anglais en 1722, a sans doute inspiré l’œuvre de John Gay, The Beggars Opera qui se sert d’un Cartouche anglais, Jack Sheppard, et qui a été traduite en français et publiée en 1750 sous le titre « l’Opéra du gueux », puis « l’Opéra des gueux » (publié par Christian Biet avec Cartouche ou les voleurs). Tout cela menant à L’Opéra de quat’ sous de Brecht.

34 Vie de Joseph Balsamo… [traduction d’un ouvrage imprimé à Rome lors du procès de Cagliostro], Paris, Onfroy, Strasbourg, J.-G. Treutel, 1791, p. iii. Sur cet ouvrage voir Dictionnaire des vies privées, p. 207-210.

35 Le Faux Dauphin ou la vie, les aventures, le procès et le jugement de Mathurin Bruneau…, Paris, Tiger, s.d. [1818]. Voir Dictionnaire des vies privées, p. 201-202.

36 Vie privée de louise Fortin…, s. l. n. d.. Voir Dictionnaire des vies privées, p. 267-268.

37 Vie privée et criminelle d’A. F. Desrues, ci-devant marchand épicier, rue Saint-Victor à Paris, Paris, Cailleau, 1777. Voir Dictionnaire des vies privées, p. 242-243.

38 Souligné par moi, p. 6.

39 Vie privée et criminelle d’A. F. Desrues, p. 6.

40 Vie criminelle de Henri-Augustin Trumeau, Marchand épicier, à Paris, ancien apprenti de l’empoisonneur Desrues, aussi épicier, écrite par M. M. de L. V… ancien avocat, qui a bien voulu nous en gratifier, Paris, chez Rochette, in 12, an XI (1803).

41 Mouffle d’Angerville, Vie privée de Louis XV ou principaux événements, particularités et anecdotes de son règne, Londres, 1785, 4 vol. Voir Dictionnaire des vies privées, p. 302-307.

42 La Vie de Boissy d’Anglas, membre des cinq-cents, et traité comme il le mérite, s. l. [Paris] n. d. [1795], p. 4-7 (souligné par nous). Voir Dictionnaire des vies privées, p. 158-159.

43 Voir Dictionnaire des vies privées, p. 303-307.

44 Notamment dans la deuxième édition, au moment de ses démêlés avec Beaumarchais. Voir Dictionnaire des vies privées, p. 263-267, p. 264.

45 La Vie de Desrues est complétée dans une note par un « détail » médical et on cite des médecins (avec une astérisque dans l’ouvrage, cependant) qui peuvent en témoigner.

46 La Vie privée des ecclésiastiques se fonde sur des procès verbaux et des rapports de police inventés (Vie privée des ecclésiastiques, Paris, 1791.Voir Dictionnaire des vies privées, p. 258-261).

47 Les Mystères de la Mère de Dieu dévoilés, troisième volume des Causes secrètes de la Révolution du 9 au 10 thermidor, par Vilate, ex juré au tribunal révolutionnaire, détenu, Paris, an III, p. 51.

48 Vies privées, affaires publiques (ouvr. cit), p. 15.

49 Vie de Monsieur Jean-Sylvain Bailly, premier maire de Paris, dédiée et présentée à l’Assemblée nationale, Imprimerie de la Liberté, de la Vérité et surtout de l’Impartialité, 1790, p. 14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Mercier-Faivre, « Le « Héros homicide et nocturne » en pleines « Lumières » : de Cartouche ou les voleurs (1721) aux « Vies privées » (1721-1803) », Criminocorpus [En ligne], "Théâtre et Justice : autour de la mise en scène des Criminels de Ferdinand Bruckner par Richard Brunel", Le rituel du procès d’hier à aujourd’hui ou la théâtralité de la justice en question, mis en ligne le 10 janvier 2013, consulté le 26 mai 2016. URL : http://criminocorpus.revues.org/2151 ; DOI : 10.4000/criminocorpus.2151

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Mercier-Faivre

Anne-Marie Mercier-Faivre est professeure des Universités de littérature française (XVIIIe siècle), Université de Lyon, IUFM-Lyon1, UMR 5611 (LIRE, CNRS Lyon2) ; ses recherches portent sur la presse et l’histoire des idées au XVIIIe siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page