Navigation – Plan du site

Quentin Deluermoz, Policiers dans la ville. La construction d’un ordre public à Paris (1854‑1914)

Paris, Publication de la Sorbonne, 2012, 408 p.
Pierre Gaume
Référence(s) :

Quentin Deluermoz, Policiers dans la ville. La construction d’un ordre public à Paris (1854‑1914), Paris, Publication de la Sorbonne, 2012, 408 p.

Texte intégral

  • 1 Les sergents de ville sont rebaptisés ainsi aux lendemains de la Commune.
  • 2 Sur ce sujet, voir : Milliot (Vincent), « Mais que font les historiens de la police ? », in Berlièr (...)
  • 3 Cette expression renvoie au personnage de Vidocq, criminel ayant fait carrière dans la police. Elle (...)
  • 4 Le terme d’« Apaches » désignait les bandes de jeunes malfaiteurs cristallisant les inquiétudes soc (...)

1À travers cette étude des « policiers en tenue » entre 1854 et 1914, Quentin Deluermoz revient sur un moment essentiel de la construction de l’ordre public dans la capitale. Créé en 1829, le corps des sergents de ville devient la pièce maîtresse de la stratégie policière conçue en 1854 : chargés d’incarner la visibilité de l’État auprès des populations, sur le modèle du bobby londonien, ces agents en uniforme doivent parcourir quotidiennement un espace urbain redécoupé en « îlots ». Après le Second Empire, la IIIe République consacre ce système, au point que les « gardiens de la paix1 » deviennent un symbole de la société urbaine dès la fin des années 1890.
Ce travail participe donc du renouveau qu’a connu l’histoire de la police depuis une vingtaine d’années2. En mobilisant des sources très riches (roman populaire, presse, productions institutionnelles), Quentin Deluermoz retrace la genèse et la structuration du corps des sergents de ville. Après une création symbolique en 1829, la réforme de 1854 marque sa véritable naissance. Les effectifs connaissent une hausse significative, et l’espace urbain est redécoupé en îlots pour faciliter le travail des agents auprès des populations.
Pourtant, ces policiers en tenue doivent encore composer avec une image et un statut hybrides. Si des figures positives émergent (autorité « paternelle », nouvelle aptitude à éclairer la rue et à combattre le crime), la légende noire de la police, brutale, secrète et répressive, persiste. Leur statut complique aussi leur insertion : anciens militaires, incarnant l’autorité publique, ils sont contraints de vivre parmi les populations qu’ils surveillent. Enfin, les contours du métier sont encore vagues. Ils doivent essentiellement prévenir d’éventuels désordres en marquant l’espace de leur présence, et se montrer capables de réagir aux problèmes qui se présentent à eux.
La professionnalisation intervient à partir des années 1880. Rebaptisés « gardiens de la paix », les agents sont recrutés selon des modalités plus strictes, salaires et carrières sont revalorisés, et une formation instaurée. Une identité professionnelle se dessine alors, autour de normes de comportement (politesse, maîtrise de soi) et de la création d’une histoire officielle. L’héroïsation des agents morts en service (les « victimes du devoir ») lors de grandes cérémonies publiques vient sceller ce processus, érigeant le gardien de la paix en symbole de la société urbaine face à la menace du crime.
L’ouvrage propose également une réflexion stimulante sur les modalités de construction de l’ordre public dans la capitale. S’inspirant de travaux sociologiques (Erwin Goffmann, Howard Becker, Dominique Monjardet), Quentin Deluermoz démontre avec pertinence comment il se crée à travers le tissu des relations concrètes, quotidiennes, que policiers et habitants nouent après 1854. En instituant une présence policière proche et visible, la réforme provoque un réaménagement de l’ordre de la rue. Les populations régulent leur comportement en fonction de cette présence (dissimulation des activités illicites lors des rondes), mais elles mobilisent aussi l’autorité des agents dans le cadre de leurs propres conflits, selon leurs normes. Les sergents de ville, eux, s’appuient sur leur connaissance des habitants pour moduler leurs interventions, adaptant les prescriptions réglementaires à la réalité sociale. Le nouvel ordre public institué en 1854 s’articule donc autour de cette relation, centrale, entre policiers et société urbaine.
Pourtant, celle-ci n’est pas encore fixée. Les agents ont une image ambiguë, et les résistances sont nombreuses. Si les années 1860 marquent les débuts de cet « ordre public partagé » (p. 10), la relation ne s’institutionnalise qu’avec la IIIe République. Les attentes sociales s’expriment plus clairement, dans la presse ou à travers les plaintes des populations : on exige des agents respectueux, à l’écoute et au service des habitants. En réponse, la Préfecture de police œuvre à la professionnalisation du corps des gardiens de la paix et élabore une politique de communication en direction du public (interviews du Préfet Lépine). La relation, jusque-là peu formalisée, devient un « lien codifié » (p. 267), témoignant de l’assimilation du nouvel ordre juridique et policier par les Parisiens.
Enfin, dans la lignée d’une historiographie attentive aux représentations (Alain Corbin, Dominique Kalifa), l’auteur interprète le développement de cette relation dans le cadre plus général des imaginaires sociaux. À travers un appareil critique particulièrement riche, l’analyse des « discours sociaux » éclaire les rythmes et les modalités d’enracinement de la nouvelle police. En instaurant des agents en uniforme, la réforme de 1854 vise ainsi à capter l’image de modernité associée aux bobbies londoniens pour conjurer les représentations négatives associées à la police française – le « syndrome vidocquien3 ». L’ouvrage illustre ici avec finesse la pluralité des temporalités et des imaginaires à l’œuvre. L’institution du nouvel ordre public n’est pas univoque. Faisant suite à l’émergence de figures positives sous le Second Empire, la Commune redonne vie à des représentations très négatives, héritées ou réinventées (le policier « Versaillais »). À la fin du siècle, l’image d’un personnage serviable et sympathique, incarnant la civilité et l’ordre parisiens, comporte un revers : celle du policier bedonnant et vieillissant, dépassé par la vigueur des bandes d’Apaches4. Le passage à l’« ère médiatique », à partir des années 1860, donne ainsi naissance à une figure complexe, à la croisée d’une pluralité d’imaginaires sociaux.
L’ouvrage, enfin, réévalue l’apport des thèses de Norbert Elias et de Michel Foucault au regard de ses propres conclusions. Si l’on peut regretter que certains auteurs soient ignorés (Émile Durkheim ou Max Weber), la discussion offre cependant des perspectives stimulantes à la réflexion des historiens.

Haut de page

Notes

1 Les sergents de ville sont rebaptisés ainsi aux lendemains de la Commune.

2 Sur ce sujet, voir : Milliot (Vincent), « Mais que font les historiens de la police ? », in Berlière (Jean-Marc), Denys (Catherine), Kalifa (Dominique), Milliot (Vincent) (dir.), Métiers de police. Être policier en Europe, XVIIIe-XXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 9-34.

3 Cette expression renvoie au personnage de Vidocq, criminel ayant fait carrière dans la police. Elle désigne l’image du policier interlope, homme de l’ordre pourtant secrètement lié au monde du crime.

4 Le terme d’« Apaches » désignait les bandes de jeunes malfaiteurs cristallisant les inquiétudes sociales à partir des années 1890/1900.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gaume, « Quentin Deluermoz, Policiers dans la ville. La construction d’un ordre public à Paris (1854‑1914) », Criminocorpus [En ligne], Années antérieures, mis en ligne le 14 décembre 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2250

Haut de page

Auteur

Pierre Gaume

Doctorant à l’IRIS (EHESS). Ses travaux portent sur le vagabondage et la pénalisation des classes populaires au XIXe siècle (années 1820-1912).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page