Navigation – Plan du site
Articles

Adieu Cayenne ou l’imaginaire du bagne

Michel Pierre

Entrées d’index

Mots-clés :

histoire du bagne

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

Famille Franchitto pour le poème « Bagnard...Air des bateliers de la Volga » (fonds privé M. Fitoussi)
Jacques Strouck, collectionneur, pour l’extrait de « La Belle », interprétée par Andrée Turcy
Véronique Fau-Vincenti, du Musée de l’Histoire vivante (Montreuil), pour Le Petit Journal du 10 septembre 1894
Franck Sénateur (couverture de Chéri-Bibi)
Marc Renneville (Détective du 8 juin 1933 et Police magazine du 3 mai 1931)

1Dans un imaginaire qui s’est construit sur plusieurs siècles (si l’on prend en compte tant les bagnes portuaires que les bagnes coloniaux et, à plus forte raison si l’on inclut le temps des galères et - ce qui serait un autre sujet - les bagnes militaires), se déclinent plusieurs registres issus de créations ou de médiations différentes. Il y a d’abord la production des hommes punis (chants et poèmes plus ou moins confidentiels) puis celles des journalistes et des écrivains qui contribuent à construire auprès du grand public une vision des terres de punition auxquels s’ajoute tout ce qui participe d’une véritable culture populaire du bagne et des forçats (chansons, films, bande dessinée, romans policiers...).

L’enfer est au bagne et non pas chez Satan

2La première référence de cet imaginaire renvoie à une relation récurrente entre le bagne et l’enfer. Et le fait que l’une des îles du Salut en Guyane porte le nom de l’île du Diable (qui doit sa dénomination à des croyances des populations indigènes bien antérieures à l’arrivée des premiers européens dans cette partie du monde) n’est pas pour rien dans cet amalgame. Les Américains ayant même baptisé du terme générique de « Devil’s Island » les bagnes de Guyane. Et on n’en finirait pas de dresser la liste des articles de presse, des souvenirs de forçats, gardiens, hommes d’église ou de loi, journalistes ou écrivains qui ont usé et abusé d’un vocabulaire renvoyant à Satan et à ses œuvres. A l’enfer du bagne de Paul Roussenq (1957) répond, deux ans plus tard, Au plus chaud de l’enfer du bagne du surveillant Roger Flotat (1959) et La jungle des damnés du journaliste H. Davis (1954) est en écho du journaliste Marius Larique qui, écrivant Les Hommes punis en 1931 arrive à Saint-Laurent-du-Maroni pour préciser : « Nous serons à ce moment dans l’Enfer... »

3Les chants directement issus du bagne sont parmi les premiers reflets de cette vision désespérée (au sens quasi théologique du terme où l’on efface des existences « le mot que le doigt de Dieu écrit pourtant sur le front de tout homme : Espérance » V. Hugo, Les Misérables, édit de la Pléiade, p. 96). Les références à l’enfer sont déjà dans les chants de galérien, ainsi dans cette complainte du XVIIIe siècle due à un certain Pierre de Blatty de Cahors :

Les habits qu’on me donne
De grosse toile étaient
Une chemise rouge
Aussi est le bonnet.
Une chaîne à mes pieds.
Pour pleurer mes péchés
J’endure autant de mal
Que les pauvres damnés.

4Plus d’un siècle plus tard, l’idée de l’enfer est toujours présente en Guyane dans le chant de l’Orapu, cet hymne anonyme des transportés dont les paroles se diffusent à la fin du XIXe siècle et qui déclare en ses troisième et quatrième couplets :

Chacun pour le travail s’arme d’une bricole
Et dans la forêt sombre s’avance en titubant.
L’on dirait des démons, la sarabande folle.
Car l’enfer est au bagne et non pas chez Satan.
L’on franchit les rouleaux, on tombe, on se relève.
La vase et les chicots, rien ne doit nous lasser.
Pour nous l’on ne connaît que ces mots, marche ou crève.
Le Loire porte en ces flancs de quoi nous remplacer

Police Magazine (3 mai 1931)

Police Magazine (3 mai 1931)

Fatalitas ou le destin selon Chéri-Bibi

5Si l’on est dans l’enfer du bagne ou qu’on s’en approche c’est que le destin l’a voulu. La terrible destinée des pauvres, des malheureux et des malandrins doit s’accomplir pour que l’ordre reste établi et la propriété sauvegardée. Certains en réchappent dans les récits édifiants des romans feuilletons du XIXe siècle mais le public populaire ayant appris à lire grâce aux écoles de la IIIe République va faire un triomphe à une figure de forçat dont les malheurs, la violence et les pensées libertaires émeuvent et amusent. En 1913, Chéri Bibi façonné par Gaston Leroux rencontre son lectorat avec ce héros qui conclue par l’expression « Fatalitas » les coups terribles que lui assène le destin. Le succès vient aussi d’une utilisation de l’argot qui met en connivence l’auteur et le public et dont témoigne la chanson des compagnons de Chéri Bibi en route vers la Guyane :

Fonds F. Sénateur

Dans l’raisiné, qui trimarde ?
Qui qui qu’a fait jacter la bavarde
Qui qui fout l’taf à Tout-Paris ?
C’est Chéri !
La Républiqu’nous emberluche !
Du bois de Boulogne à Pantruche,
Qui qui fait sauter tout l’fourbi ?
C’est Chéri-Bibi !
C’est Chéri-Bibi !

6Et la description que fait Gaston Leroux de l’univers du bateau-cage est à compter parmi les textes mythologiques de présentation de forçats :

« ... les cinquante bandits qui se trouvaient entassés dans cette cage se levèrent d’un bond : masques tragiques, les uns blêmes, les autres verdâtres, joues creuses et yeux brillants, tête et face rasées, tous vêtus du même bonnet carré, veston et pantalon de grossière étoffe brunâtre, épaisses chaussures jaunes. Au bras ; l’écharpe avec le numéro, car ils n’ont plus de nom pour l’administration. Et ils s’alignent en se bousculant (...) les gardes-chiourmes sont des âmes damnés, injuriant et frappant le « rigolo » toujours prêt à partir comme s’il étouffait des balles qui lui bouchaient la gueule, comme s’il avait besoin de se soulager de sa poudre et de ses « éclairs rentrés ». Elle se grouille un peu la pègre, sous la bousculade des gardes-chiourmes. » (G. Leroux, Chéri-Bibi, réédition coll. Bouquins, R. Laffont, Paris, 1990, p. 6).

7Le thème du premier épisode de la saga de Chéri-Bibi - Les cages flottantes - évoque la révolte puis le contrôle d’un bateau pénitentiaire par les forçats qu’il transporte avant qu’il ne soit coulé par un navire de guerre français lancé à sa poursuite :

« Nous recevons de votre correspondant de Singapore une courte dépêche nous apprenant la fin du fameux Bayard et de son équipe de forbans. C’est dans la mer des Moluques, près des îles Soula que le croiseur français La Gloire, qui était à sa recherche depuis un an, et auquel il avait réussi jusqu’alors à échapper à travers les innombrables archipels de la Malaisie, a pu le rejoindre. Un combat rapide s’est engagé, et le Bayard, canonné par La Gloire, a sauté. Les trois quarts de l’équipage ont été noyés. Le reste, qui s’était réfugié dans les chaloupes et qui tentait de fuir, a préféré se laisser fusiller que de se rendre. Le Gloire a recueilli plus de cent cadavres parmi lesquels on a pu identifier le chef des bandits, le Kanak, et sa terrible épouse, la Comtesse. On sait que le Kanak avait remplacé le défunt Chéri-Bibi à la tête de ces abominables corsaires. Ainsi se termine cette effroyable aventure, qui occupe le monde entier depuis de longs mois et qui avait terrorisé toutes les mers de Chine. » (G. Leroux, op.cit. p. 176).

- Fonds MHV Montreuil -

8La crainte fantasmatique de la prise de contrôle par les forçats d’un navire pénitentiaire parcourt ainsi des décennies d’histoire de la Transportation, on la retrouve sous la plume du journaliste Paul Bringuier qui, dans un numéro du magazine Détective de novembre 1930 intitulé « Si les forçats, un jour... » évoque la prise du « La Martinière » par les bagnards révoltés :

« Le XXesiècle s’affole. Tous les bateaux en mer ont été alertés. Des croiseurs anglais qui revenaient du Cap se déroutent vers la haute mer. Ce sont, maintenant, six contre-torpilleurs qui ont quitté Cherbourg et Lorient. Une partie de l’escadre de la Méditerranée donnait des fêtes à Casablanca. Elle reprend la mer. Le porte-avions Béarn quitte son port, emportant cinq avions de bombardement à longue distance. Mais le hasard, la chance favorisent le La Martinière que personne n’aperçoit. Et les radios se succèdent, tragiques : Le paquebot anglais Osiris a été abordé et pris d’assaut par les forçats pirates. Les révoltés sont repartis en gardant cinquante femmes prisonnières et après avoir mis le feu au paquebot. Le La Martinière a accosté un charbonnier italien, l’a pillé, a fait son plein de charbon et s’est enfui. Des jours passent. On signale le bateau fantôme partout, dans les mers du Sud. Et brusquement, il apparaît là où on ne l’attendait pas.
Le La Martinière est arrivé devant Cayenne. Il a bombardé la ville avec ses canons révolvers. Les révoltés ont débarqué, ont surpris la garnison, ont délivré les forçats des pénitenciers. Ils sont maîtres de la place et de la colonie. Le massacre des fonctionnaires et de la population civile continue... »
(Détective, novembre 1930, sous le titre « Si les forçats, un jour...).

9Ce récit journalistique présenté in fine comme un cauchemar, prolonge, près de vingt ans plus tard, le scénario de Gaston Leroux et il est vrai que le succès de Chéri-Bibi a été considérable et se poursuit encore de nos jours. La plupart des formes artistiques ont ainsi utilisé le héros de Gaston Leroux au fil des décennies. Les Premières Aventures de Chéri-Bibi ont d’abord paru en 120 feuilletons quotidiens dans Le Matin du 7 avril au 4 août 1913. La suite, La nouvelle Aurore se poursuit après-guerre en 110 livraisons toujours dans Le Matin entre le 18 avril et le 7 août 1919. Enfin Le Coup d’Etat de Chéri-Bibi est publié en 81 épisodes entre le 16 juillet et le 4 octobre 1925, sous le titre initial de Chéri-Bibi, le marchand de cacahouètes.

10Parallèlement, le cinéma s’intéresse au héros (La Nouvelle Aurore est ainsi un film d’Edouard-Emile Violet dès 1918) et le film Chéri Bibi de Léon Mathot obtient en 1937 un immense succès avec Pierre Fresnay comme acteur principal aux cotés de Jean-Pierre Aumont et Marcel Dalio. En 1952, le cinéaste italien Marcel Pagliero met Jean Richard en scène et draine aussi les spectateurs. Plus de vingt ans plus tard, la télévision s’empare du personnage en 1974 sur la première chaîne en 46 épisodes de 13 minutes avec Jean Lefebvre dans le rôle titre. Symbole de la volonté de toucher un public populaire ce sont des compositeurs à succès à qui sont confiés les musiques de chacune de ces productions (Paul Misraki en 1937, Georges Auric en 1952 et Francis Lemarque en 1974).

11La bande dessinée n’est pas en reste avec dans France Soir, à partir de 1951, une adaptation en images par Régino Bernard sur des scénarios d’Alfred-Gaston Leroux, fils du créateur. Et en 2006, Chéri-Bibi est, de nouveau, à l’honneur aux éditions Delcourt pour un premier album dessiné par Marc-Antoine Boidin sur un scénario de Pascal Bertho (un second épisode est prévu pour début 2007).

BD de L. Maffre (2006)

BD de L. Maffre (2006)

12En 2006, Laurent Maffre publie une bande-dessinée "L’homme qui s’évada" inspirée de l’œuvre d’Albert Londres et de la vie d’Eugène Dieudonné.

13La chanson a également repris le mythe avec le groupe "Chéri Bibi" à qui on doit des titres fidèles au personnage tels La Thune ou l’Hôtel des Assassins. Le bagne en musique affleure aussi dans une production emblématique comme Irma la Douce. A l’origine, simple série de sketchs de cabaret de la compagnie Grenier-Hussenot, sa version en comédie musicale fut créée au théâtre Gramont en 1956 avec Colette Renard et Michel Roux dans les rôles principaux, cette comédie musicale d’Alexandre Brefford sur une musique de Marguerite Monnot met en scène le petit monde des « filles soumises » et des proxénètes de Pigalle dont certains finissent au bagne et où l’on ironise sur les poncifs du genre. L’amant d’Irma la douce se nomme « Nestor le Fripé » et ses compagnons mauvais garçons « Jojo les Yeux sales », « Bébert la méthode », « Riton la crevette » ou « Polyte le mou ». C’est le monde où « le grisbi c’est de l’oseille », où « les filles sont en carte », où l’on croise un « ancien de Tataouine » et où « les bastos sont en rafale ». Et lorsqu’on s’évade de Saint-Laurent on chante :

Hardi charmant batelier
Montre moi ton zèle
En catimini, voguons sur l’eau limpide
Tout au long du Maroni.

Tout en rêvant d’Irma en une complainte de l’exilé :

Et puis, y a le Caulaincourt
Où sont les filles d’amour.
Et parmi ces filles là, y a mon Irma, ma môme.
Elle est loin mais je crois.
Qu’elle pense toujours à moi.
Et qu’elle trouve le temps long.
Au bout du pont, ma môme.

14Formidable succès, Irma la Douce marque la carrière de Colette Renard (elle interprète le rôle pendant quatre anset le reprend à l’Athénée en 1967 avec un total de près de mille représentations !). La comédie musicalefait ensuite la conquête non seulement de la France entière mais de toute la planète avec Londres pour première étape, au Lyric Theatre en 1958 dans une mise en scène de Peter Brook puis à New York en 1960 au Plymouth Theatre avant de rencontrer un nouveau public en Amérique du sud, Europe, Japon et même pays de l’Est. Elle est depuis sa création, régulièrement reprise, ainsi, en 2002, à l’Opéra Comique dans une mise en scène de Jérôme Savary. Mais la pérennité de l’œuvre tient aussi beaucoup au film que Billy Wilder tourna en 1963 avec un inoubliable duo entre Jack Lemmon et Shirley MacLaine, fort éloigné au demeurant du livret d’origine et vierge de toute allusion au bagne.

Le forçat ou l’éloge de la virilité

15Dans le rapport pègre/bagne domine l’image de l’homme, du dur, du tatoué, également chanté par Irma :

Un homme, un vrai, çà n’a pas de prix.
Depuis qu’le mien, ils me l’on pris.
J’suis plus qu’une môme perdue
Qui chiale au fond des rues.

16Avec l’argot, le tatouage fait partie des caractéristiques du monde des « enfants perdus », de leur code de reconnaissance et de la fascination qu’ils exercent sur les honnêtes gens. Dans Papillon, Henri Charrière fait perdurer en 1969 cette très ancienne curiosité :

« Tous, hommes et femmes sont très intéressés par les tatouages de ma poitrine ; à droite, un disciplinaire de Calvi ; à gauche, la tête d’une femme ; sur l’estomac, une gueule de tigre ; sur la colonne vertébrale, un grand marin crucifié et sur toute la largeur des reins, une chasse aux tigres avec chasseurs, palmiers, éléphants et tigres. ».

Comment ne pas songer avec cette description au sketch le plus célèbre de Francis Blanche et Pierre Dac où ce dernier, déguisé en fakir répond à son comparse :

« (...) le tatouage de monsieur représente...enfin lorsque monsieur est en de bonnes dispositions...le tatouage représente : d’un côté la cueillette des olives en Basse-Provence, et de l’autre un épisode de la prise de la Smalah d’Abd-El-Kader par les troupes du duc d’Aumale en 1843. » (Sketch du Sar Rabindanath Duval, créé et improvisé à Lyon en 1960 lors de l’émission Musicorama d’Europe n°1, à l’issue d’un dîner bien arrosé...)

Il n’est pas de vrai dur qui, dans l’imaginaire du bagne, ne soit un prisonnier en cavale, un forçat qui tente « la Belle » , « la Cavale » ou qui selon l’argot déjà en usage au début du XIXe siècle « décarre » ou s’« esbigne ». Et rien d’étonnant qu’Albert Londres, après son célèbre reportage en Guyane, écrive « La Belle » chantée et enregistrée en 1929 par Lucienne Boyer sur une musique de J.Lenoir :

Coll. M. Renneville

Le Loire a quitté La Palice, maintenant tout est bien fini.
On s’en va vers le Maroni où les requins font la police.
On est sans nom, on est plus rien.
La loi nous chasse de la ville.
On n’est plus qu’un bateau de chiens.
Qu’on mène crever dans île.
Mais alors apparaît la Belle.
La faim, la lèpre, le cachot, le coup de poing des pays chauds.
Rien ne sera trop beau pour elle.
Pour la liberté. Les requins auront notre chair de coquins.
Et dans la forêt solennelle où la mort sonne à chaque pas.
Même lorsque tu ne viens pas.
C’est toi qu’on adore, la Belle !

Deux interprétations de “La Belle” (extraits)

Deux interprétations de “La Belle” (extraits)

Lucienne Boyer

17

“La Belle”, par Lucienne Boyer, 1929 (extrait)
Auteur(s) : Lucienne Boyer

18La première interprétation est enregistrée par Lucienne Boyer, en 1929.

Voici un extrait d’une interprétation moins connue, enregistrée par Andrée Turcy, en 1931.

19

“La Belle”, par Andrée Turcy, 1931 (extrait)
Auteur(s) : Andrée Turcy

20Mais cette chanson, faite pour les salles parisiennes, quelles que soient les réputations de son auteur et de ses interprètes, ne semble pas avoir été reprise par les forçats qui lui préféraient les paroles d’un ou de plusieurs anonymes qui, sur l’air des « Chevaliers de la table ronde » célébraient le but paradisiaque des côtes du Vénézuela :

Compagnon de luttes et de chaînes.
Essayons du sort ou du fer.
Unissons nos bras et nos peines.
Et fuyons de ce trou d’enfer.
Et fuyons et marchons
Du côté du Venezuela

21L’évasion du bagnard est ainsi un passage obligé de récit ou de scénario ainsi logiquement privilégié par le cinéma. Le thème de l’évasion constitue la trame de tout film hollywoodien consacré à Devils’Island. Dans Le Cargo Maudit réalisé en 1940 par Frank Borzage avec Clark Gable, Joan Crawford et Peter Lorre, parallèlement à une tension sexuelle alors rarement traitée, prend l’univers du bagne et des chemins de l’évasion comme processus de Rédemption des criminels les plus endurcis lorsqu’ils sont touchés par la grâce.

22En 1944, quatre ans plus tard, dans Passage to Marseille, Michael Curtiz fait preuve de moins de mysticisme en filmant Humphrey Bogart et Michelle Morgan mais traite aussi de l’évasion. Le même Michael Curtiz qui en 1955, grâce à un trio d’acteurs exceptionnels (dont de nouveau Humphrey Bogart) met en scène la pièce d’Albert Husson La cuisine des Anges pour une savoureuse comédie parant le bagne de quelques jolies couleurs... Vingt ans plus tard, l’énorme succès de Papillon de Franklin J. Schaffner avec Steve Mac Queen et Dustin Hoffman tient également beaucoup à ce même thème de tentatives d’évasion ayant peu à voir avec la réalité des faits et de la géographie locale mais fidèle au livre d’Henri Charrière lui-même synthèse de l’imaginaire du bagne.

23On peut en effet considérer que cette œuvre symbolise toute une mythologie construite au fil des décennies en héritage de tous les poncifs du genre : un condamné évidemment innocent, une nature hostile, des surveillants impitoyables, un ami fidèle, la bonne action d’un voyou, le traître et le mouchard, l’évasion sous toutes ses formes, les bons sauvages etc. Et le tout dans une écriture Troisième République se rappelant Alexandre Dumas et Victor Hugo modernisée d’une légère couche d’argot.

24En fait, il revenait à Jacques Higelin, dans sa chanson Cayenne c’est fini, de prononcer l’oraison funèbre du bagne :

Cayenne c’est fini.
Pas d’veine, trop de soucis.
Cayenne c’est fini.
Plus de lettres de mon amie.
Ce n’est peut-être qu’on oubli.
Cayenne c’est fini.
Y en a qui s’aiment jusqu’au martyr.
Ou y a d’la chaîne y a pas d’plaisir.
Les matons m’on maté. J’ai plus d’quoi me r’lever

25Mais on peut aussi s’interroger sur la façon dont l’ « Affaire Seznec » prolonge cette mythologie avec tous les ingrédients des feuilletons populaires depuis plus d’un siècle. Ce fait-divers tragique n’aurait jamais eu l’audience qui est encore la sienne sans tout un ensemble conforme aux lois du genre : un condamné qu’il faut à tout prix considérer comme innocent, une famille admirable qui se bat pour son retour, des tentatives d’évasion (même en partie inventées pour la cause), la grâce d’un personnage illustre et une mort soi-disant mystérieuse sur fond de machination policière et de complot d’Etat. Le groupe breton Tri Yann qui a créé un long poème chanté à la mémoire de Guillaume Seznec a ainsi retrouvé une vieille tradition des chansons de colporteurs, des complaintes anciennes illustrant ce qu’en écrivait Pierre Mac Orlan :

« Il est difficile d’épuiser, même en des eaux-fortes à la manière noire, les méditations que fait naître la sentimentalité des chansons de bagne et de prison, car elles évoquent les décors les plus secrets des sociétés humaines où l’instinct commande à la raison. » (Préface du disque Chants de Galères, Bagnes et Prisons par les Quatre Barbus, disque Barclay n° 80 276).

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Fonds Fitoussi
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/227/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Police Magazine (3 mai 1931)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/227/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Crédits Fonds F. Sénateur
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/227/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Crédits - Fonds MHV Montreuil -
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/227/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre BD de L. Maffre (2006)
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/227/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Crédits Coll. M. Renneville
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/227/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Deux interprétations de “La Belle” (extraits)
Légende Lucienne Boyer
URL http://criminocorpus.revues.org/docannexe/image/227/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Pierre, « Adieu Cayenne ou l’imaginaire du bagne », Criminocorpus [En ligne], Les bagnes coloniaux, Articles, mis en ligne le 01 janvier 2007, consulté le 29 mai 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/227

Haut de page

Auteur

Michel Pierre

Michel Pierre, licencié d’histoire de l’art et d’archéologie, agrégé d’histoire, maître de conférences à l’IEP de Paris pendant de nombreuses années avant d’effectuer plusieurs missions pour le compte du ministère français des Affaires étrangères (directeur de l’Institut français de Florence, Conseiller de coopération près l’Ambassade de France à Alger...). Il a assuré, toujours dans ce même ministère, la responsabilité de la sous-direction « Archéologie et recherche en sciences sociales ». Depuis septembre 2007, Michel Pierre est directeur de la Saline royale d’Arc-et-Senans (Doubs).
Spécialiste d’histoire coloniale et d’histoire pénale, il a publié plusieurs ouvrages et articles sur les bagnes de Guyane.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page