Navigation – Plan du site
Présentation

Théâtre et justice : autour de la mise en scène des Criminels de Ferdinand Bruckner par Richard Brunel

Catherine Ailloud-Nicolas et Agathe Salha

Texte intégral

Les Criminels (photographie du spectacle)Afficher l’image
Crédits : ©Jean-Louis Fernandez
  • 1 La mise en scène des Criminels par Richard Brunel sera reprise au Théâtre national de la Colline du (...)
  • 2 Cette journée d’étude a été organisée le 14 et 15 octobre 2011 à Valence, par Catherine Ailloud-Nic (...)

1Ce dossier propose d’interroger la relation complexe entre théâtre et justice. Il confronte les points de vue de spécialistes du théâtre, de dramaturges ou de metteurs en scène mais aussi d’historiens et de professionnels de la justice. Cette approche pluridisciplinaire est a cependant été suscitée par un objet de réflexion commun : la pièce du dramaturge autrichien Ferdinand Bruckner Les Criminels, écrite en 1928, et sa mise en scène par Richard Brunel, créée en octobre 2011, à la Comédie de Valence1. Les articles réunis sont issus de communications prononcées lors d’une journée d’étude organisée à Valence autour de cette création par la Comédie de Valence et l’université Stendhal-Grenoble 32.

2Les liens entre la justice et le théâtre ont été maintes fois soulignés. Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet évoquent, dans Mythe et tragédie en Grèce ancienne, la présence « d’un vocabulaire technique du droit chez les tragiques », mais aussi le conflit entre une pensée juridique et une tradition mythique à l’œuvre dans les pièces. Depuis l’Antiquité, le théâtre entretient des rapports de fascination avec la justice. De nombreuses pièces mettent en scène des actes de justice, du procès au châtiment.

3Parallèlement, la justice a subi une profonde mutation décrite par Michel Foucault dans Surveiller et punir : en même temps que s’effaçait le spectacle de la punition, celle du corps supplicié, s’affichait le procès avec ses rituels, ses coups de théâtre, son dénouement. La similitude visuelle et structurelle apparaît désormais comme évidente. En effet, le tribunal rassemble lors d’audiences publiques des « acteurs » aux rôles bien spécifiques et selon un déroulement prévu d’avance : les magistrats et leurs greffiers (qui règlent un cérémonial séculaire), les avocats, tous en costume comme dans un certain théâtre et devant un public censé regarder la scène sans intervenir.

4Justice et théâtre. Deux lieux, deux scénographies pour des paroles performatives, deux situations dans lesquelles l’enjeu est de mettre une parole et des actes en spectacle, deux espaces où le récit est essentiel, deux mondes qui reflètent la Cité. Mais évidemment, une différence structurelle, l’opposition entre la réalité et la fiction, entre le vrai et le faux.

5Toute la question est de savoir ce que le théâtre qui s’occupe de questions de justice, à l’exemple des Criminels de Ferdinand Bruckner, représente de ce que l’acte de justice donne à voir, quant à lui, de réalités non feintes, non jouées. Le théâtre joue la vie réelle, les vécus de justiciables ou les vécus professionnels de celles et ceux qui rendent la justice. Qu’en est-il lorsqu’il s’agit de représentation par l’art, de recréation de situations judiciaires, comme le procès, jusqu’à la parodie pour le théâtre politique par exemple ? Que fait-on d’une rhétorique rituellement rédigée, écrite, dans la justice ? Comment transpose-t-on cette recherche de la vérité des faits au travers des témoignages comparés ? Comment rend-on littérairement l’argumentation menée dans le cadre d’une instruction à charge et à décharge.

6Le dossier s’ouvre sur un entretien avec Richard Brunel qui revient d’un point de vue à la fois personnel et concret sur les problèmes spécifiques qu’il a pu rencontrer lors de la mise en scène du procès qui occupe le deuxième acte des Criminels de Ferdinand Bruckner.

7Les articles qui suivent s’interrogent sur l’institution judiciaire et ses rapports avec le théâtre. On a souligné, le plus souvent pour le dénoncer, l’avènement d’une justice spectacle. De quand peut-on dater ce phénomène de médiatisation ? Quels aspects de la justice sont-ils montrés ou au contraire cachés et pourquoi ? Si de nos jours l’attention se porte essentiellement sur le procès, peut-on apparenter celui-ci à une forme de dramaturgie ? Dans ce cas, quel type d’action représente-t-il ? Cette théâtralisation doit-elle et peut-elle assumer une fonction réparatrice ?

8Le second versant de la réflexion porte la permanence des représentations de scènes de justice au théâtre, depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque moderne et contemporaine. Quel rôle est ainsi assigné au théâtre, entre exposition et résolution de la violence et des conflits ? Dans quelle mesure la fonction politique du théâtre est-elle liée à ces représentations de la justice ? De telles scènes sollicitent-elles un engagement spécifique du spectateur ? Quels modèles rhétoriques mobilisent-elles ?

9D’un versant de la réflexion à l’autre, il apparaît que la relation entre théâtre et justice est aujourd’hui souvent pensée en termes de crise. La sérénité judiciaire n’est plus, entre autres parce que la justice ne serait pas comprise. La crise serait-elle dans le décalage entre les fondements et les modes de représentation (non verbale mais peut-être aussi verbale) ? Surtout, ces fondements du droit, modulables dans le temps historique comme dans les espaces culturels, s’expriment, sont mis en mots, sont inscrits dans une rhétorique particulière. Or, l’histoire de la modernité, et de l’après-modernité qui nous caractérise depuis l’écroulement des grands paradigmes, après les conflits mondiaux, s’exprime notamment par la lente fin du modèle rhétorique. La crise de la représentation est donc linguistique et langagière mais aussi dramaturgique. Ce volume met ainsi en relation deux paroles également bouleversées, voire menacées dans les sociétés modernes et contemporaines.

Haut de page

Notes

1 La mise en scène des Criminels par Richard Brunel sera reprise au Théâtre national de la Colline du 8 février au 2 mars 2013.

2 Cette journée d’étude a été organisée le 14 et 15 octobre 2011 à Valence, par Catherine Ailloud-Nicolas et Agathe Salha, avec le soutien de La Comédie de Valence, Centre Dramatique National Drôme-Ardèche, du centre valentinois de l’université Stendhal-Grenoble 3 et du groupe de recherches Traverses 19-21.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Ailloud-Nicolas et Agathe Salha, « Théâtre et justice : autour de la mise en scène des Criminels de Ferdinand Bruckner par Richard Brunel », Criminocorpus [En ligne], "Théâtre et Justice : autour de la mise en scène des Criminels de Ferdinand Bruckner par Richard Brunel", Présentation, mis en ligne le 10 janvier 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2349

Haut de page

Auteurs

Catherine Ailloud-Nicolas

Maître de conférences à l'université Lyon 1, agrégée de Lettres Modernes, membre de l’UMR LIRE.

Articles du même auteur

Agathe Salha

Maître de conférences en Littérature comparée à l’université Stendhal-Grenoble 3, agrégée de Lettres Classiques.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page