Navigation – Plan du site

Myriam Congoste, Le Vol et la Morale. L’ordinaire d’un voleur

Toulouse, Anacharsis, 2012, 288 p.
Olivier Caporossi
Référence(s) :

Myriam Congoste, Le Vol et la Morale. L’ordinaire d’un voleur, Toulouse, Anacharsis, 2012, 288 p.

Texte intégral

1Le travail réalisé par l’anthropologue Myriam Congoste à partir d’une série d’entretiens avec un voleur bordelais intéresse l’historien du fait judiciaire par son questionnement et ses résultats, notamment sur les représentations que portent les acteurs de cette économie criminelle sur eux-mêmes, chose peu possible avec les sources de l’institution judiciaire qu’utilisent les historiens pour reconstituer le passé de telle ou telle activité criminelle.

2L’ouvrage de Myriam Congoste est le récit d’une enquête anthropologique menée pendant deux ans sur le vol dans le quartier bordelais de Bacalan, une activité développée à partir de l’économie de la gratte, c’est-à-dire des vols institués par certains dockers de Bordeaux selon l’auteur. Mais à mesure que l’on avance dans le récit, le Bacalan, qui demeure le cadre géographique et social du travail de Myriam Congoste, laisse la place à la monographie d’un voleur en particulier, qui prend le nom de Youchka, sans jamais s’y réduire complètement. L’objet anthropologique vivant que représente Youchka est bien plus, un media pour permettre à l’anthropologue d’accéder au monde plus large des voleurs et de l’étudier, un peu dans la tradition de la microhistoire chère à Carlo Ginzburg. Si Youchka reste le personnage principal du récit de Myriam Congoste qui analyse avec subtilité les enjeux de leur rencontre (principalement les peurs contenues par chacun des deux acteurs), une série d’autres personnages est étudiée par l’auteur, surtout dans la deuxième partie du texte. Le récit de Myriam Congoste est donc fondé sur une mise en scène avec ses personnages principaux (le duo constitué par l’auteur et Youchka), des personnages secondaires (Cecilia la médiatrice qui met en contact les deux personnages principaux, l’entourage personnel et professionnel de Youchka) dans le milieu bordelais du vol. Mais l’unité de lieu n’est pas totale, puisque l’épisode du voyage de Youchka au Cambodge et la rencontre d’un de ses complices, Brian, élargit l’horizon de l’étude et apporte des éléments de compréhension significatifs sur le système de l’or de casse.

3Le récit-enquête de Myriam Congoste est structuré en trois parties ou plutôt trois étapes qui assurent la continuité du discours de l’anthropologue et de son travail. Le mot et la chose sont ici indissociablement liés par un discours clair, cohérent et fluide. La première étape est celle de l’intégration de l’anthropologue dans l’univers du voleur et s’achève par un accord entre celle-ci et le voleur. Elle révèle la faculté de distanciation de l’enquêtrice face à ses propres craintes ou face à celles que lui prête la médiatrice entre le monde universitaire et le monde de la délinquance, Cécile : la peur d’être séduite par son objet vivant, la peur des chiens et plus généralement de la violence du milieu des voleurs qu’elle représente. Mais cette première étape du récit nous montre aussi comment l’enquêtrice cherche à saisir les peurs de Youchka : la suspicion propre au monde des voleurs, le risque de parler devant témoins, d’accepter d’être enregistré, le risque d’être dénoncé. Au bout du compte c’est le point d’accord entre l’anthropologue et son objet vivant qui est saisi par ses limites (le refus de consommer de la drogue de l’enquêtrice, les silences de Youchka, les conditions d’enregistrement des paroles du voleur).

4La deuxième étape réside dans le profilage des voleurs c’est-à-dire dans le récit d’une mise en portrait de Youchka et de ses compagnons au-delà d’un psychologisme simpliste. Par-delà les individualités portraiturées, l’auteur tente de reconstituer « une forme d’éthique du vol » (p. 99). La question est de savoir « comment Youchka peut se vivre comme une personne qui vole » (p. 101) en refusant la culpabilité et la considération de la victime, au point que l’enquêtrice doive renoncer à prononcer le mot même de vol dans ses questions (p. 113). La réponse réside dans l’abandon de la honte qu’explore Myriam Congoste dans la personnalité de Youchka jusqu’à revenir sur sa blessure (l’échec scolaire d’un fils d’ouvrier devenu apprenti serrurier) et sa priorité (la respectabilité fondée sur le refus de se laisser voler).

5La troisième étape est une description du système social et économique des voleurs qui mènent une vie parallèle au reste de la population. Le principe économique du risque revient à éviter des ennuis que peut produire un manque de contrôle entre le voleur et son entourage. Le contrôle du circuit de l’échange lié aux activités prédatrices du cambriolage, du vol de voitures et de la vente de « l’or de casse » est donc essentiel. Le paragraphe consacré à ce dernier est très instructif. L’or de casse issu des cambriolages dont la valeur marchande est d’un tiers à la moitié inférieure au cours légal joue souvent le rôle d’une monnaie d’échange. Il peut être refondu à l’étranger pour acheter des marchandises à bas prix et les revendre au prix fort en France. Il permet une thésaurisation du capital du voleur. En possédant un fragment d’or poinçonné ou en volant un poinçon à un bijoutier, le voleur peut se faire fabriquer une chaîne qu’il pourra, en fonction de ses besoins, transporter, dissimuler, transformer ou échanger aisément. Youchka possède 3 chaînes de 500 grammes (estimées à 8000 euros) qui se montrent et font son prestige dans le milieu des voleurs. Le vol des voitures suppose des alliances et lui permet d’obtenir des espèces. Mais, officiellement, Youchka reste un chômeur mal payé.

6Le récit-enquête de Myriam Congoste, entrecoupé d’extraits de ses entretiens avec Youchka, est une reconstitution de l’ordinaire d’un voleur bordelais d’aujourd’hui. Le choix d’une démarche narrative, comme le souligne Éric Chauvier dans sa préface, nous donne un meilleur accès à la connaissance de l’existence sociale du voleur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Caporossi, « Myriam Congoste, Le Vol et la Morale. L’ordinaire d’un voleur », Criminocorpus [En ligne], 2013, mis en ligne le 14 février 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2390

Haut de page

Auteur

Olivier Caporossi

Maître de conférences en histoire moderne à l’université de Pau et des pays de l’Adour.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page