Navigation – Plan du site
Le rituel du procès d’hier à aujourd’hui ou la théâtralité de la justice en question

La place de la théâtralité dans la formation juridique

Diane Delcourt

Texte intégral

1Lorsqu’on m’a proposé de participer, en ma qualité d’avocat, à ces journées d’étude sur les liens entre théâtre et justice, je me suis demandé comment entrer dans mon « personnage ».
Une première idée consistait à me présenter en « costume », c’est-à-dire en robe d’avocat. Ce n’était malheureusement pas possible, puisque le port de la robe est réglementé, et réservé à certaines occasions – dont les colloques ne font hélas pas partie.
J’aurais également pu faire le choix de la « tirade », ponctuée des locutions latines dont les juristes sont friands (« pater is est quod nuptiae demonstrant », « nemo autitur propriam suam turpitudinem allegans »…).
Le Code de déontologie des avocats ne nous interdit certes pas de faire usage des langues mortes, mais pour rester crédibles en société, nous évitons généralement d’y recourir, en dehors du prétoire…
Ces deux idées, que j’ai rapidement abandonnées, sont à mon sens révélatrices des empreintes laissées par ma formation à l’École des avocats de Toulouse – et en particulier par les cours d’expression orale que j’y ai suivis.
Ces cours sont imposés par le décret du 27 novembre 1991, qui fixe le programme de la formation des élèves-avocats. À côté de matières très classiques, comme la déontologie, la comptabilité commerciale ou l’initiation à la gestion d’un cabinet, on y trouve effectivement une référence claire aux « plaidoiries et débats oraux » et à « l’expression orale ».
En réalité, il s’agit tout simplement de cours de théâtre, qui sont destinés à nous apprendre à jouer notre rôle d’avocat de façon crédible.
L’idée est assez bonne, puisqu’il est vrai que l’avocat peut être envisagé comme un « personnage », qui évolue sur une « scène » juridique spécifique.
Effectivement, notre profession est très marquée par la théâtralité, la mise en scène.
Je mentionnais tout à l’heure le costume de l’avocat, qui est distinct de celui du juge, lui-même distinct, par exemple, de celui du greffier (robe noire, rabat et, pour l’avocat, une épitoge brodée d’hermine), et qui est réservé à certaines occasions particulières – et notamment à l’exercice de la plaidoirie.
C’est donc un vrai costume de scène, et il en a d’ailleurs la vocation, puisqu’il vise à souligner l’autorité de l’avocat, à le distinguer de ses clients, qui le reconnaissent immédiatement comme tel dans une salle d’audience, lui permettant d’acquérir l’ascendant dont il a besoin à la barre.
On peut aussi évoquer le déroulement des audiences, qui sont très scénarisées, avec l’entrée des magistrats – marquant l’instant où la salle se lève – et le placement de chacun des acteurs : le Président au centre, les assesseurs à ses côtés, les avocats en face d’eux, tournant le dos aux spectateurs éventuels.
Et bien sûr, il y a l’importance même de la gestuelle et de la parole, qui vient encore renforcer cette idée de « jeu de scène ».
L’idée est bonne donc, mais mon sentiment est plus réservé sur la façon de la mettre en œuvre… Mise en œuvre qui sera l’objet de mon intervention.
Celle-ci se centrera d’abord sur le personnage de l’avocat, tel qu’il était imaginé par l’intervenant en charge de ces cours d’expression orale – un personnage en réalité assez éloigné de l’avocat lambda - (I). J’évoquerai ensuite avant d’évoquer les méthodes utilisées par cet intervenant pour nous faire entrer dans ce personnage – méthodes qui, par contraste, ont une certaine utilité quand on débute (II).

Le personnage de l’avocat

2Le responsable des cours d’expression orale, au centre de formation que j’ai fréquenté, était un comédien, qui s’était promu, selon ses propres termes, « coach ».
Il intervenait dans différentes Écoles, pour aider les élèves à acquérir une posture et une assurance professionnelle, notamment en les entraînant à s’exprimer en public.
Malheureusement, ce « coach », qui intervenait dans des cadres extrêmement divers – de l’École d’avocats à l’École d’esthétique – avait une perception tronquée du rôle de l’avocat, et donc, du personnage même qu’il voulait nous apprendre à jouer.

L’image d’Épinal

3Pour le « coach » du Centre de formation, notre profession pouvait être résumée en deux grandes idées :
- 1 : l’avocat est carriériste, sûr de lui, souvent sans scrupules, et très à l’aise financièrement ;
- 2 : l’avocat intervient nécessairement dans un cadre pénal, et plus précisément dans le cadre de procès d’assises, c’est-à-dire de grandes affaires criminelles, parfois très médiatisées et dans lesquelles il existe effectivement une importante dimension théâtrale.
Cette image d’Épinal correspond d’ailleurs à celle de la plupart des profanes, car elle est véhiculée, si ce n’est par le théâtre, au moins par le cinéma et la télévision.

4Si l’on se fie à ce type de média, notre profession se compose en effet presque exclusivement d’avocats qui exercent dans des firmes importantes, qui sont spécialisés dans les affaires criminelles et qui sont généralement des personnages assez peu sympathiques – même lorsqu’ils sont dépeints par quelqu’un qui connaît très bien ce milieu, à l’exemple de l’écrivain John Grisham, qui est lui-même avocat, et dont beaucoup de romans ont été adaptés au cinéma (La Firme, Le client, L’affaire Pelican, L’idéaliste…).
Il me semble que la seule vraie déclaration d’amour à la profession se trouve dans le Philadelphia de Jonathan Demme, où Tom Hanks explique à son patron, qui vient de le licencier à cause de son homosexualité et de sa séropositivité, qu’il a cru dans le système judiciaire, et dans la capacité du droit à réguler, ordonner et construire un monde plus juste.
Dans ce film, Tom Hanks campe toutefois le type d’avocat que j’ai décrit précédemment : il est employé par une grande firme américaine, spécialisée dans le droit pénal ou dans le droit des affaires…
Tout ceci est finalement assez naturel, parce que cette catégorie de contentieux, en particulier le contentieux pénal, où le destin des personnages est très souvent en jeu, et offre un très large champ d’opportunité aux acteurs et aux scénaristes, avec des retournements de situation, des tensions, et un vrai suspense dramatique.

La réalité du métier

5Cette caricature ne rend pourtant compte de la réalité que d’une manière très imparfaite.
Le personnage de l’avocat résiste probablement à toute représentation objective, parce que son quotidien – et donc aussi son attitude – varie selon sa spécialisation, son expérience, sa localisation géographique… etc.
Les plaidoiries, notamment, ne sont qu’une infime partie de notre travail - en particulier parce que la culture de l’écrit a, de plus en plus, pris le pas sur celle de l’oral, mais aussi parce que ce travail est rythmé, en amont de ces plaidoiries, par des formations, des recherches documentaires, du classement et, des rendez-vous.

6Quant aux audiences, elles sont souvent très éloignées de ce que l’on imagine. Une audience au Tribunal d’instance est rythmée de la façon suivante.
D’abord, l’appel des causes (l’avocat se présente simplement à la barre pour préciser que l’affaire est en état d’être jugée), les demandes de renvoi à une date ultérieure, les dépôts de dossiers (l’avocat préférant se référer à ses écritures, plutôt que d’exposer oralement ses prétentions), et, pour finir, les plaidoiries.
Elles ont rarement la dimension grandiloquente de celles que l’on associe au procès pénal. Elles sont donc généralement assez brèves, l’avocat parle souvent, non pas à la barre, mais devant les magistrats et pour leur seul bénéfice : la voix ne résonne donc pas dans toute la salle et pour tout l’auditoire – auditoire qui, par ailleurs, est bruyant et assez peu attentif.
Le cynisme, la superbe, et parfois l’arrogance que l’on rencontre chez certains avocats sont donc plutôt des traits de caractère des acteurs, qu’une composante de leurs personnages.
À l’École des avocats que j’ai fréquentée, on a pourtant cherché à nous apprendre à jouer ce type de personnage, grâce à différentes méthodes qu’on retrouve, il me semble, dans des cours de théâtre.

La méthode d’apprentissage

7Nos premiers cours d’expression orale ont été consacrés à l’improvisation. Ils avaient, je crois, deux objectifs : d’abord, nous désinhiber, quant à la prise de parole en public, et ensuite, évaluer notre capacité à établir des relations satisfaisantes avec nos clients.
Je me souviens, en particulier, d’un thème. Chacun d’entre nous devait évoquer une angoisse professionnelle spécifique, devait définir le type de client auquel il redoutait le plus d’être confronté. On faisait ce « coming out » debout, devant la chaire de l’amphithéâtre, qui tenait lieu de scène, puis l’intervenant désignait un membre de l’auditoire – donc un autre élève avocat – qui devait nous rejoindre, et jouer le rôle du client difficile. Il fallait réussir à gérer la confrontation avec professionnalisme – c’est-à-dire, pour l’intervenant, axé sur l’image d’Épinal que j’évoquais tout à l’heure, avec autorité, fermeté et aussi, puisqu’il nous incitait à aller dans ce sens, un petit sentiment de supériorité…
Ce n’était pas toujours facile, puisque celui qui jouait le rôle du client n’était absolument pas bridé dans son interprétation : les personnages étaient donc caricaturaux. Je pense par exemple au client un peu séducteur, qui avait été évoqué par une consoeur, et qui était devenu, grâce au jeu d’acteur d’un autre confrère, un client vicieux. Il y avait aussi le client violent, le client désespéré, ou le client auquel il faut annoncer que son affaire est perdue… L’idée était plutôt bonne, puisque, même si les personnages étaient très stéréotypés, on rencontre effectivement ce type de personnage au cours de notre vie professionnelle.
Les conseils qui étaient donnés à la fin de ces saynettes d’improvisation, toujours centrés sur cette idée d’autorité et d’arrogance, m’ont paru un peu moins adaptés à des avocats débutants, dont la clientèle n’est pas encore fidélisée.

8Après la relation client, la relation avec les magistrats et les confrères a également été explorée, via des initiations à la plaidoirie.
Ce n’était plus totalement de l’improvisation. L’intervenant possédait une pile de dossiers, sélectionnés pour lui par l’équipe du Centre de formation. Ces dossiers concernaient des affaires pénales assez simples – des délits mineurs en général – qui avaient déjà été plaidées. Ils étaient répartis entre tous les élèves avocats, à raison d’un dossier pour deux élèves. Suite à un tirage au sort, l’un d’eux jouait le rôle de l’avocat de la défense, et l’autre, celui de l’avocat de la partie civile. Il y avait donc un vrai travail en amont de l’exercice de plaidoirie, puisqu’il fallait examiner toutes les pièces du dossier, et construire un argumentaire à partir de ces pièces – et bien sûr, des Codes et de la jurisprudence.

9La « représentation », en elle-même, se déroulait dans un décor qui allait nous être familier : une des salles d’audience du Tribunal de grande instance avait en effet été mise à la disposition du Centre de formation.
Nos professeurs jouaient le rôle des magistrats – assistés d’un procureur, qui avait préparé un réquisitoire dans chaque dossier.
Il y avait un « public », composé des autres équipes de plaideurs et, bien sûr, nous étions tous en « costume », puisque nous portions la robe.
On peut même dire qu’il s’agissait doublement d’un costume – d’abord parce que la robe en est un, en elle-même, mais aussi parce que les robes que nous portions ne nous appartenaient pas, elles étaient prêtées par l’Ordre des avocats. Donc, bien évidemment, elles ne nous allaient pas, elles étaient trop grandes ou trop petites selon les cas, souvent un peu sales et usées, et c’était un handicap avec lequel il fallait composer, puisque l’objectif était toujours d’avoir l’air convaincant et plein d’assurance, ce qui est un peu plus difficile quand on ne se sent pas l’aise dans son costume – en tout cas c’est mon sentiment.
J’ai dit il y a un instant que cet exercice n’était plus « tout à fait » un exercice d’improvisation… En fait, il s’agissait d’un exercice composite. La plaidoirie en elle-même n’était pas improvisée, puisque le dossier avait été étudié au préalable, et que nous avions même eu la possibilité de préparer, puis d’apprendre et de répéter un texte, avant d’entrer en scène.
Mais il y avait aussi une part d’improvisation, puisque nous ne connaissions pas, à l’avance, le réquisitoire du procureur. Il fallait donc avoir une certaine capacité à rebondir, pour réagir à ce réquisitoire, et adapter son discours. Et ce d’autant plus que ce réquisitoire était souvent conçu pour piéger l’avocat de la défense – par exemple en proposant une peine particulièrement légère alors que tout, dans le dossier, accablait le prévenu.
Encore une fois, l’ensemble était assez caricatural, puisque tout était fait pour nous déstabiliser – par exemple, les avocats qui jouaient le rôle du Tribunal pouvaient décider de nous ôter nos notes, ou encore, brusquement, annoncer qu’ils chronométreraient la plaidoirie. Bien évidemment, cela ne se déroule jamais ainsi au prétoire, les magistrats n’interdisant pas aux avocats d’aller au bout de leur argumentaire.

10Le débrieffing, réalisé après chacun de ces exercices par le même intervenant, était nettement moins utile.
Nos prestations étaient filmées. Le film était donc diffusé quelques jours plus tard devant toute la promotion, et chacun des élèves avocats était passé au crible – par le reste de la promotion, d’abord, par l’intervenant ensuite.
Les remarques faites étaient malheureusement guidées par cette fausse image de l’avocat de cinéma que j’ai évoquée tout à l’heure.
Les femmes étaient par exemple invitées à porter des talons et du maquillage et à avoir une coiffure stricte.
Nous étions invités à occuper l’espace, en faisant de grands gestes ou en marchant dans la pièce – ce qui a peu d’intérêt dans la plupart des cas, et notamment lorsqu’on plaide au Tribunal d’instance, où il y a tellement d’affaires appelées qu’il n’y a pas assez de places assises pour tous les avocats présents. Le ton de la voix était analysé, de même que le regard, le port de tête, etc.

11En réalité le seul intérêt de ces séances de débrieffing résidait dans le fait que nous pouvions nous voir en train de nous exprimer.
C’est comme cela que j’ai constaté ma tendance à parler « à l’italienne », c’est-à-dire en bougeant constamment mes mains. Je me suis aussi aperçue que je passais mon temps à me recoiffer, parce que ma mèche de cheveux me tombait sur l’œil…
Mais ceci dit, ces constatations étaient plus amusantes qu’instructives, parce que je n’ai corrigé aucun de ces tics après le visionnage – la gestuelle, parce qu’elle me permet de cacher que j’ai souvent les mains qui tremblent lorsque je parle en public, et la mèche de cheveux parce que, après plusieurs essais malheureux, je sais aujourd’hui que cette coupe est la seule qui m’aille à peu près…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane Delcourt, « La place de la théâtralité dans la formation juridique », Criminocorpus [En ligne], "Théâtre et Justice : autour de la mise en scène des Criminels de Ferdinand Bruckner par Richard Brunel", Le rituel du procès d’hier à aujourd’hui ou la théâtralité de la justice en question, mis en ligne le 15 février 2013, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2392

Haut de page

Auteur

Diane Delcourt

Docteure en droit et avocate au Barreau de Marseille.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page