Navigation – Plan du site
2. Films et œuvres

La figure du faux monnayeur dans le cinéma américain de propagande de la fin des années 1940 : T-Men d’Anthony Mann

Olivier Caporossi

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

1Le cinéma noir américain des années 1940 trouve dans l’œuvre d’Anthony Mann, La brigade du suicide (T-Men) de 1948 un écho original dans la représentation de la psychologie du criminel et la définition d’un crime très particulier : le faux monnayage. Ancien décorateur et metteur en scène de théâtre, Anthony Mann (1906-1967) a travaillé successivement pour la Paramount, la RKO puis la Republic. Remarqué pour ses comédies musicales depuis 1942, c’est néanmoins dans le thriller qu’il acquiert une première renommée. Film de commande du Fisc américain réalisé au début de la Guerre Froide, T-Men insiste sur la gravité de la contrefaçon monétaire qui devient un crime non seulement contre l’État mais aussi contre le monde démocratique, dont les États-Unis veulent incarner la défense. Il s’agit donc de montrer comment la photographie de John Alton trace le portrait d’une institution d’Etat -le Trésor - concurrencé dans sa lutte contre le danger extérieur par la CIA naissante et dans son combat contre la Mafia par le FBI. La figure du Faux monnayeur est d’abord déterminée par l’image que le cinéaste veut donner des héros, les espions attachés au service du Fisc américain. Défendre la monnaie c’est défendre la nation et donc l’Amérique et son modèle de vie. Le dollar bénéficie de l’accumulation d’or de la Réserve fédérale qui est passée de 8,3 milliards de dollars en 1934 à 22 milliards en 1940. Depuis les accords de Bretton Woods (1944) le dollar, convertible en or au prix de 35$ la once (31,1 grammes), est devenu un étalon de change en raison de son rôle de monnaie de compte et de monnaie de règlement dans les relations financières internationales. Le dollar incarne donc la nouvelle puissance des Etats-Unis.

2Avec T-Men, nous découvrons le réseau mafieux des contrefacteurs au fur et à mesure de son infiltration par les agents Dennis O’Brien et Anthony Genaro. D’abord lié à la mafia de Chicago (il s’agit de rappeler l’un des hauts faits d’armes du fisc américain : la chute d’Al Capone), le réseau nous est montré comme commandé de l’extérieur, par un mystérieux « parrain » de Shanghaï. Au-delà du scénario et du jeu des acteurs, les contrastes dans le noir et le blanc, les sources d’éclairage utilisé et les cadrages permettent au spectateur de mieux définir le rôle de chaque personnage dans cette criminalité organisée et dans sa répression policière.

La forme stylistique adoptée par Anthony Mann permet de présenter l’objet du crime comme un art (la qualité des faux dollars), et une double énigme (les billets sont -ils faux ? Quelle organisation secrète peut réussir à les produire ? ). Le film utilise aussi tous les clichés propres à la représentation du faux monnayage et du crime organisé. Le résultat n’en est que plus surprenant, puisque le portrait de cette criminalité de faussaires devient, au fur et à mesure que le mystère des faux dollars se dissipe aux yeux des agents du fisc, plus politique.

1. La forme du documentaire policier

3En 1945, le State Department, intervient directement sur le contenu des films, dont il juge l’influence cruciale à l’aube de la division entre deux mondes. Le film de gangster devient patriote et évolue vers le film policier semi documentaire. Le genre, d’abord développé par les producteurs de la Century Fox, se fixe dans l’immédiat après guerre. Il est généralement fondé sur la description d’une enquête, comme le montre l’une de ses premières expressions, les trois films d’Henry Hathaway : The house on 92nd Street (1945), 13 rue Madelaine (1947), Call Northside 777 (1948). L’une des affiches de T-Men annonce clairement le film semi documentaire, qualifiant l’œuvre d’Anthony Mann, de Terrific and true.

4Tout commence par le sceau de la justice et du droit. T-Men se présente comme une œuvre édifiante, incarnant les valeurs des Etats-Unis, nouveau champion de la démocratie libérale depuis la victoire de 1945. Le spectateur apprend dès la première image que le film a été tourné avec l’autorisation du ministère des Finances. Puis, une voix off, qui accompagnera le spectateur pendant toute la durée du film, annonce que le sujet du film est l’une des plus vieilles institutions américaines : le Trésor Public fondé par le premier président des Etats-Unis, Georges Washington, dès 1789. Le Trésor Public est donc présenté comme à l’origine même des Etats-Unis, comme l’un des fondements de son identité politique et sociale, dont on peut déduire une sorte de prééminence morale et une longue expérience pluriséculaire dans la défense des intérêts de la nation américaine.

5Une voix off propose ensuite au spectateur de rencontrer un ancien responsable des services du trésor, Elmer Lincoln Irey. A partir de son bureau, le drapeau américain à gauche, à côté d’un globe, symbolisant le nouvel impérialisme des Etats-Unis, et derrière un store vénitien qui cache une vue sur la ville, le monde, il lit un document. Elmer Lincoln déclare pompeusement : « Je suis heureux de pouvoir vous parler du travail des Agents du Trésor. Six unités spéciales forment la force de frappe du ministère contre le crime. Le Renseignement qui poursuit la fraude fiscale. L’agence des Douanes, avec la police des Frontières, qui combat la contrebande. La Brigade des Stupéfiants. Le Secret Service qui protège le Président et traque les faux-monnayeurs. Le Bureau des Alcools qui réprime le Trafic. Enfin les Garde-Côtes. Ce sont les six doigts du poing du ministère des Finances ». En créant un parallèle entre la sécurité du président des Etats-Unis et la sécurité monétaire de l’Amérique, Elmer Lincoln Irey fait du faux monnayage un crime de haute - trahison, qui s’attaque à la personne sacrée de la nation américaine. Le crime de faux monnayage est aussi important que l’assassinat du président des Etats-Unis, et possède donc encore la propriété d’un délit de lèse-majesté. L’autre intérêt de la déclaration d’Elmer Lincoln Irey est de vouloir montrer que les services de l’État fédéral qu’il vient de citer sont efficaces (64% des détenus dans les prisons fédérales leur devraient leurs condamnations) et qu’ils ont l’habitude de collaborer dans la répression du crime organisé. Pour faire comprendre le travail de ses agents, Elmer Lincoln Irey s’empare d’un nouveau dossier, qu’il définit comme une affaire complexe, celle du papier de Changhaï qui a été réglée comme l’affaire Al Capone.

6Le scénario de T-Men, écrit par John C. Higgins d’après une histoire de Virginia Kellog, serait directement inspiré d’une affaire aussi importante que celle d’Al Capone. La véracité du film semi documentaire ainsi revendiquée doit valoriser le point de vue policier adopté. Le récit filmique ne peut vraiment commencer qu’à partir du moment où l’authenticité des évènements qui inspirent T-Men est établie. IL s’agit de raconter la mission d’infiltration d’un réseau de faux monnayeurs qui menacent la société américaine par deux agents du Trésor courageux. La hantise de l’Organisation criminelle est toujours là pour justifier le point de vue policier choisi.

7Les personnages entrent en scène. Le récit débute. Á Los Angeles, sur le boulevard Santa Monica, un agent secret doit rencontrer un indicateur. C’est la nuit, il regarde sa montre. L’informateur doit lui donner l’objet du crime, un faux dollar. La voix off qualifie tout de suite cette rencontre comme celle de la naissance d’une grande affaire criminelle. Un visage suit l’informateur des yeux, puis ce dernier passe dans la lumière, rasant un mur. Des coups de feu retentissent : l’indicateur est abattu. L’agent secret accourre et va ensuite faire son rapport à ses supérieurs, dans un des bureaux de l’immeuble fédéral. Son supérieur l’informe que la police n’a pas trouvé d’indices significatifs, à l’exception des trois balles d’un 38. L’agent secret explique que la victime est un clochard alcoolique, un certain Shorty. Il devait remettre du papier des faux billets. La conversation entre les deux hommes permet au spectateur de comprendre que cet agent secret est le troisième sur cette affaire, les autres ayant été assassinés. Washington doit fixer la stratégie. Toutes les décisions sont prises par l’entourage du président des Etats-Unis.

8A Washington, un bureaucrate constate que les faux billets inondent le pays et ponctue son discours d’indications techniques qualifiant les faux monétaires de bonne contrefaçon produite par photogravure. L’adversaire est présenté comme une entreprise aussi bien structurée que les grands services de l’État Fédéral. Le service du crime a donc les mêmes caractéristiques que le Trésor. Il opère des filatures, des infiltrations dans les services de l’État, enquête et se méfie. Le film policier semi documentaire est aussi fondé sur la hantise de l’organisation criminelle. La voix off annonce qu’il s’agit d’une organisation complexe qui produit des faux billets et des timbres fiscaux. Les Faux timbres diffusés à Detroit sont utilisés par le gang Vantucci. La voix off revient sur l’affaire Capone, qui sert de référent non seulement pour montrer l’importance de l’affaire du papier de Changhaï, mais aussi pour expliquer la méthode d’infiltration du réseau des faux monnayeurs. Il s’agit d’infiltrer l’une des périphéries de l’organisation afin de pouvoir progressivement remonter vers le centre du réseau. Les Vantucci, qui sont sur le point d’être arrêtés pour contrebande d’alcool, ont un sursis. Ils vont jouer le rôle de périphérie. Pour faire croire qu’ils sont de véritables Truands les agents du Trésor doivent parler italien. Le choix se porte sur O’Brien et Genaro. Les deux héros sont présentés aux spectateurs : l’un a neuf ans de service, l’autre deux. Ils sont tous deux de bons patriotes et ont servi dans l’armée américaine pendant la deuxième Guerre Mondiale.

9Ils sont acceptés par la bande de Vantucci, ce qui leur permettra par la suite d’intégrer le réseau des faux monnayeurs en Californie. Pour infiltrer ce nouveau réseau, O’Brien reçoit les fausses plaques d’August Bauman, faux monnayeur encore incarcéré. Paul Miller, le technicien de la bande, convainc ses collègues de donner un bout de papier à O’Brien pour savoir si les plaques de photogravure fonctionnent bien. Le papier est transmis au laboratoire du Trésor à Washington. La voix off nous livre les conclusions de son analyse. Le papier des faux monnayeurs est très proche du papier officiel : 40 % de Lin, 45 % de coton, piqué à plat, égyptienne, et 5 % de papier de Chine. Une partie de la composition et de la technique de la colle est chinoise. Ces informations sont ensuite transmises aux douanes du Pacifique pour qu’elles renforcent leur surveillance et trouvent de nouveaux renseignements. Au début du film, Elmer Lincoln Ilrey avait affirmé que tous les services fédéraux travaillaient ensemble contre le faux monnayage, dont la répression était devenue une cause nationale. Cette scène est là pour le rappeler aux spectateurs. Les deux agents sont ainsi intégrés à la bande de Shiv (surnom d’un lieutenant de l’organisation criminelle, Triano).

10Malgré les progrès de l’enquête, les autorités fédérales sont cependant inquiètes : Genaro a été abattu et Paul Miller a travaillé avec Bauman. Paul Miller peut identifier la plaque que l’on a donné à O’Brien. Il reçoit un message du Trésor sur Miller dans les tiroirs de sa chambre avant d’être conduit sur un bateau, où le chef de l’organisation veut le rencontrer personnellement. La deuxième femme de l’organisation, véritable secrétaire du chef suprême, donne les plaques à celui-ci. Le grand patron découvre tout. O’Brien est pris par les truands. Des coups de feu à bord du Tanker Higgins alertent la police qui investit alors le quai 181. D’autres descentes de police sont effectuées dans tous les lieux du réseau. La police chinoise (il s’agit encore du régime de Tchang Kai-Chek) perquisitionne la fabrique de papier à Changhaï. Le chef mystérieux est arrêté et son nom enfin prononcé : le notable Oscar Gaffney. Selon la voix off, il se faisait passer pour un collectionneur, un philanthrope. Il est finalement emprisonné à Atlanta. La dernière image du film se ferme sur le bâtiment de l’administration du Trésor américain. Le récit filmique montre aux spectateurs comment l’administration du Trésor réussit, en toute circonstance, à conserver la maîtrise de l’infiltration du réseau des faux monnayeurs californiens.

2. Une fiction de gangster ?

11Le succès des films de Gangster, qui en 1931 représentaient 20 % de la production des studios d’Hollyvood, conduit le gouvernement fédéral à créer la Production Code Administration, qui impose à partir de 1934 une véritable censure sur la représentation du crime et des criminels. Les majors ne peuvent distribuer leurs productions sans son accord et doivent même soumettre les scenarii à la nouvelle organisation de contrôle. Cette censure implique des changements dont témoigne T-Men. Le sujet n’est plus l’histoire de l’ascension et de la chute d’un gangster. Les Héros appartiennent désormais à l’autre bord, les forces de répression du crime. C’est leur histoire, représentée ici par la filature qu’orchestrent Genaro et surtout O’Brien, agent du Trésor américain, qui nous est racontée. Si l’histoire proposée respecte le cadre géographique du film de Gangster, celui des grandes villes de l’Est et du Middle West, elle en déborde rapidement. L’infiltration des agents du Trésor commence, en effet, dans les entrepôts de la bande de Vantucci à Chicago, mais très vite l’action se déplace sur la côte californienne, comme la plupart des films des années 1940. Le gang des faux monnayeurs est une véritable entreprise, structurée et hiérarchisée à la tête de laquelle se trouve un patron, qui a pignon sur rue, un notable dont on apprend le nom à la fin du film. La représentation de cette organisation reprend les canons du film de gangster classique.

12La boite de nuit - le night club - est le lieu de rencontre des gangsters et abrite parfois le bureau d’un des sous chefs. Dans le film d’Anthony Mann, il s’agit du club Trinidad, où dans une atmosphère de musique latine, l’un des distributeurs de fausse monnaie, « Le Combinard », prend contact avec une photographe par le biais d’un billet plissé. Celle-ci en rend compte ensuite au directeur du laboratoire West Coast Camera directement. Puis ce dernier téléphone à son supérieur. Le téléphone joue un rôle clé dans T-Men. Dans l’organisation criminelle, c’est le fondement de l’autorité, le canal par lequel le grand patron mystérieux distribue à chacun son rôle et délègue une partie de son pouvoir suprême sur l’entreprise criminelle. La parade du téléphone marque chacune des étapes de la filature parce qu’elle révèle au spectateur, un nouveau chef, une nouvelle échelle franchie dans la connaissance de la hiérarchie de l’organisation criminelle. L’usage du téléphone permet l’entrée en scène du personnage de Triano, qui dirige le groupe de Los Angeles. Il marque aussi l’alliance de ce dernier avec le clan de Carlo Vantucci à Chicago. Mais il ne s’agit que des lieutenants de l’organisation. Le téléphone symbolise aussi la dépendance vis-à-vis d’un grand patron. O’Brien déclare même à Triano que celui-ci n’est pas le vrai patron car il téléphone trop et demande à négocier la cession de ses plaques directement avec le vrai chef de l’entreprise criminelle. De fait, Anthony Mann nous montre Triano téléphonant à la secrétaire du grand patron, que le spectateur ne voit jamais. Le grand patron n’est pas accessible par téléphone, mais par sa « dame de confiance ».

13Le succès de l’entreprise criminelle est relevé par une série de signes extérieurs de richesse, le costume taillé sur mesure, les cravates tapageuses des chefs de guerre en sont les premières marques. Leur ascension sociale est encore plus soulignée par les limousines et les appartements de luxe ainsi que par les femmes qui les accompagnent et les secondent. C’est par exemple le cas de la villa des beaux quartiers de Beverly Hills, dans laquelle O’Brien est conduit pour voir Triano. Quand le nom du chef suprême des faux monnayeurs nous est révélé à la fin du film - Oscar Gaffney - des photographies de presse nous montre un riche notable, collectionneur et philanthrope, invité à toutes les soirées de la bonne société, qui vit dans le luxe. La tenue des deux femmes du réseau de la côte Ouest (la photographe et la secrétaire d’Oscar Gaffney) a aussi son importance. Elle donne à voir aussi bien la position de chacune d’elle dans la hiérarchie de l’organisation criminelle que celle de l’homme auquel elles sont attachées. La photographe adopte la tenue banale des classes moyennes de l’Amérique d’alors, quand la secrétaire d’Oscar Gaffney déploie une panoplie plus proche de la haute couture. Les gangsters de T-Men sont des italiens identifiés comme des immigrants de seconde génération. Le renvoi constant à l’affaire Al Capone renforce encore le point de vue ethnique traditionnel du genre.

14Mais la comparaison s’arrête là. Le patron de l’organisation est un notable WASP. La tête pensante du réseau ne peut pas être d’origine italienne, étant donné la complexité de l’organisation criminelle. Seuls les immigrants d’origine italienne, des seconds couteaux et des hommes de main, caractérisés par leur brutalité et leur vie en bande, répondent aux canons du film de gangster traditionnel. Les affiches publicitaires du film mettent, par exemple, en avant les tortures et les souffrances du personnage d’O’Brien. Son collègue du Trésor, Genaro, reconnu par une amie de son épouse est démasqué puis exécuté dans sa chambre d’hôtel devant O’Brien. L’esprit de famille et le déterminisme social ne semblent pas mis en valeur par Anthony Mann. Il ne semble fonctionner que pour les entrepôts Vantucci, déjà sur le point d’être démantelés au début du film pour trafic d’alcool.

15Enfin, un chef ne remplace pas l’autre. L’élimination du patron est le seul fait des autorités, et pas de ses concurrents. Au contraire du film de gangster, T Men nous montre une organisation respectée par le milieu, où tout est organisé pour éviter la concurrence. Les secteurs géographiques sont partagés par les Mafia. Le Clan Vantucci s’occupe du territoire de Chicago- Détroit et ne cherche pas à étendre ses activités en Californie. De plus, le partage est sectorisé. Du point de vue de la fraude monétaire, le clan Vantucci est spécialisé dans la diffusion des seuls faux timbres fiscaux, et utilise à cette fin les entrepôts de sa société, la Catania Produce Company. Lorsqu’un éventuel concurrent apparaît à Los Angeles, il est seul, sans organisation. L’individu est alors soit intégré au réseau déjà existant (la couverture de O Brien), soit éliminé physiquement (le « combinard », dès lors qu’il est suspect de trahison). O Brien vend ses services au réseau de Los Angeles. Le « Combinard » qui a proposé aux deux agents infiltrés dans le réseau de monter leur propre combine de faux dollars est condamné par un coup de téléphone de la secrétaire d’Oscar Gaffney et meurt dans les bains chauds qu’il affectionne tant.

3. Le film expressionniste du faux monnayage ?

16L’esthétique expressionniste, fondée ici sur la photographie d’Alton, brouille le caractère réaliste et singulier de l’intrigue. Après le discours officiel et martial d’un responsable du département du trésor américain, un fondu au noir introduit la voix off, qui suivra avec les spectateurs les avancées de l’enquête. C’est elle qui marque le « vrai » début et la vraie fin du film à l’intérieur du film lui-même. Cette voix off annonce que l’affaire commença dès qu’un agent secret dû rencontrer son indicateur. Le plan qui suit s’ouvre sur trois personnages, l’agent secret, l’indicateur et un tueur. La scène se passe la nuit dans une zone industrielle indéterminée. L’éclairage est parcimonieux et les personnages ne sortent de l’obscurité ambiante que pour agir. La séquence est de 14 plans. Le spectateur a l’impression d’assister à la succession d’une série d’instantanés. Le travail du clair Obscur, relève les faits et gestes des personnages, ainsi que l’opposition de plans très larges, et des plans plus serrés des visages. Les corps ne cessent de passer de l’ombre à la lumière en fonction de leurs mouvements. Le cadre est basé sur des verticales et les valeurs du noir et du blanc. Le mouvement des personnages qui passent de l’obscurité à la lumière et de la lumière à l’ombre, montre aux spectateurs la tension qui habite les trois personnages. Ces personnages passent ensuite au travers de l’obscurité, et ne restent que des silhouettes. Et les coups de feux retentissent. L’exécution d’un informateur, qui introduit le début de l’enquête policière, permet au cinéaste de construire une dramatisation progressive de l’affrontement entre les forces de l’ordre et celles du crime organisé. Dès le départ, Anthony Mann montre que la peur est partout présente. La ville américaine est le cadre tragique de cette lutte. Aux lumières fuyantes sur les trottoirs d’une zone industrielle, le cinéaste substitue un peu plus tard le labyrinthe des chambres obscures de l’hôtel minable où O’Brien s’installe à Los Angeles. Nous retrouvons cette référence au labyrinthe dans les rues de Chinatown où O’Brien interroge les commerçants sur un énigmatique complice des faussaires, surnommé « le combinard », puis dans les couloirs et les salles du Tanker Higgins, lorsque l’agent du Trésor finit par pouvoir contacter directement la secrétaire du chef suprême de l’organisation criminelle. C’est dans de véritables dédales de la jungle urbaine que s’effectuent les combats entre les représentants de l’ordre, animés par l’ambition de la légalité et ceux du crime attachés à leur survie.

17L’ouverture de T-Men présente l’image dans une stratégie autre que strictement narrative. Le rôle de la narration est assumé par la voix off. Comme le souligne Anne Françoise Lesuisse, l’image a un autre rôle : celui de tordre les limites du discernable et du faux. Les criminels s’interrogent pendant toute la durée de l’intrigue sur la valeur des plaques à imprimer des billets que leur propose O’Brien. Sont-elles les plaques d’un vrai faussaire ? Sont-elles vraiment inconnues des autorités publiques ou reconnues comme fausses et « fichées » en tant que telle par le Département du Trésor Américain ? Le Trésor américain, cherche lui, à découvrir de vrais faux dollars. Dans cette nuit de la ville américaine, les faux dollars ne sont jamais montrés à l’écran. Pour reconnaître la qualité du travail de faussaire, le technicien de l’organisation criminelle, examine le billet plié laissé par O’Brien à la photographe du club Trinidad, dans un cabinet de photographie sombre, avant de déclarer médiocre la qualité du papier et excellente, celle de la gravure. La lumière n’appartient qu’aux bureaux officiels du département du Trésor américain, dans lesquels des spécialistes délivrent aux spectateurs leur analyse des faux dollars. C’est le rôle des allers retour entre les deux lieux de l’action : l’enquête des agents dans l’entreprise des faux monnayeurs et les analyses de l’administration américaine, jusque dans la capitale. Le faux monétaire ne se voit pas et menace d’autant la société urbaine des Etats-Unis. Il est comparable à une épidémie qui s’abat sur le pays, à partir de ses lieux les plus sombres que domine la pègre, les rues mal famées, les tripots, les salles de jeux clandestines, des hangars éloignés. Dès le début du film, les représentants du Trésor affirment que ces faux sont partout et presque indétectables. C’est par la fausse monnaie que le poison s’insinue dans la société avant de se répandre partout. C’est aussi par la fausse monnaie qu’est signalé le retour du Mal en Allemagne, quand le personnage de Fritz Lang, Hofmeister révèle au commissaire Lohman qu’il vient de découvrir une importante entreprise de faux monnayage, dans Le testament du Docteur Mabuse (1933). Le poison de la fausse monnaie qui se répand dans la société allemande devient la métaphore du nazisme triomphant dans l’Allemagne des années Trente. Il exprime aussi la hantise de la ruine du pays et a pour référent la crise de l’après 1918, où la valeur de la monnaie quasi nulle avait pu incarner la décadence de la nation allemande. Cette hantise, dans la société américaine, victorieuse du régime nazi, est transposée sur l’Organisation criminelle. Les faux dollars qui circulent en grande quantité sur l’ensemble du territoire des Etats-Unis, selon le propos des personnages du film d’Anthony Mann, menacent de ruiner toute la nation américaine. Le schéma de l’ennemi intérieur, incarné par les hommes du docteur Mabuse chez Fritz Lang, devient dans l’œuvre d’Anthony Mann, très influencé par le cinéma expressionniste allemand, celui du syndicat du crime. Cette assimilation implicite permet ainsi à l’administration fédérale du Trésor américain de valoriser son action à l’échelle des soldats qui sur le front du Pacifique et sur le front européen se sont battus héroïquement contre les forces de l’Axe (Le Japon et l’Allemagne nazie). De ce fait, le discours filmique du Trésor américain n’a pas pour seul objectif de rassurer les spectateurs sur l’efficacité des T-Men, il rend possible l’idée d’une continuité de la guerre, contre l’ennemi intérieur. La lutte continue. L’existence d’un tel discours, véhiculé par le cinéma, permettra par la suite de déplacer la figure de l’ennemi intérieur vers l’anticommunisme.

Conclusions

18Avec T-Men Anthony Mann construit une image complexe du crime de faux monnayage. Le caractère documentaire du film, comme les archives judiciaires qui ont inspiré son scénario, amènent le réalisateur à faire ressurgir une criminalité collective très organisée (la hantise de l’Organisation) et intégrée à un marché national, celui de l’ensemble des Etats-Unis d’Amérique. L’utilisation d’une voix off lui permet de mieux montrer l’organisation interne du faux monnayage identifiée et réprimée par les institutions fédérales. En reconstruisant l’image du faux monnayeur individu concret, il en montre la sociologie supposée : les descendants d’immigrants italiens de deuxième et troisième génération.

19Le film d’Anthony Mann prétend aussi incarner le regard de l’institution judiciaire sur le faux monnayage. Il reprend une série de préjugés sur les organisations criminelles américaines mais montre aussi le discours politique qui se rattache à la défense du dollar. T-Men dénonce le faux monnayage comme un crime de haute trahison, commis contre la nation toute entière. Le point de vue policier est clairement revendiqué. Sur l’ensemble du territoire américain, deux institutions, aussi bien structurées l’une que l’autre, s’affrontent : l’organisation criminelle du faux et l’administration fédérale du Trésor. C’est une guerre globale et totale qui est décrite. Les individus n’en sont que les instruments et parfois les victimes (dans les deux camps). Chacune des deux organisations semble être la copie de l’autre. La technique des faux dollars est comparable à celle de la vraie et bonne monnaie. Les deux organisations se déploient sur l’ensemble du territoire des Etats-Unis et sont très hiérarchisées. La violence est pratiquée par les deux camps. Le combat du Trésor contre les faux monnayeurs n’est édifiant qu’à la condition que la victoire puisse apparaître comme incertaine. Il faut à l’administration du Trésor un ennemi digne de son histoire et de son prestige. Enfin, la représentation de la répression du faux monnayage par la fiction implique aussi la légitimation d’un accroissement des pouvoirs et des prérogatives des services fédéraux.

20Les faux dollars symbolisent la perversion de l’économie américaine par le syndicat du crime et remettent donc en cause le modèle social des Etats-Unis. La lutte contre les faux monnayeurs entreprise par l’administration fédérale du Trésor n’est donc pas simplement politique (la défense de l’État), elle est tout autant morale. Le caractère édifiant de T-Men interroge les valeurs sociales de l’Amérique - qui depuis le discours de la doctrine Truman (12 mars 1947) sont amenées à être celles du monde libre - à partir d’une dénonciation de la transgression de la valeur monétaire du dollar.

Haut de page

Bibliographie

Body-Gendrot (Sophie), Bordat (Francis), Frau-Meigs (Divina). Le crime organisé à la ville et à l’écran, Etats-Unis, 1929-1951, Paris, Armand Colin, 2001.

Borde (Raymond) et Chaumeton (Étienne). Panorama du film noir américain, 1941-1953, Paris, Flammarion, 1955 et 1958.

Deleuze (Gilles). L’image mouvement, Paris, Éditions de Minuit, 1983.

Kaspi (André). Les Américains. Les Etats-Unis de 1945 à nos jours, Paris, Seuil, rééd. 2002.

Lagayette (Pierre) et Sipière (Dominique). Le crime organisé à la ville et à l’écran (Etats-Unis, 1929-1951), Paris, Ellipses, 2001.

Lesuisse (Anne-Françoise). Du film noir au noir. Traces figurales dans le cinéma classique hollywoodien, Bruxelles, De Boeck, 2002.

Missiaen (Jean Claude). Anthony Mann, Paris, Éditions universitaires, collection Classiques du cinéma n°18, 1965.

Royot (Daniel). Les Etats-Unis civilisation de la violence, Paris, Armand Colin, 2003.

Toinet (Marie France). L’Amérique triomphante 1945-1960, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Caporossi, « La figure du faux monnayeur dans le cinéma américain de propagande de la fin des années 1940 : T-Men d’Anthony Mann », Criminocorpus [En ligne], Crimes et criminels au cinéma, 2. Films et œuvres, mis en ligne le 01 janvier 2007, consulté le 25 avril 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/240

Haut de page

Auteur

Olivier Caporossi

Olivier Caporossi est maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour depuis 2003 et membre de l’École des Hautes Études Hispaniques (EHEH - Casa de Velázquez à Madrid). Auteur d’une thèse sur Les justices royales et la criminalité madrilène sous le règne de Philippe IV (1621-1665). Unité et multiplicité de la juridiction royale à la cour d’Espagne soutenue à l’université de Toulouse Le Mirail le 20 décembre 2002, il mène des recherches sur le fait judiciaire dans les sociétés hispaniques et hispano américaines de l’Ancien Régime. Ses recherches se sont orientées plus récemment sur la police des migrants et le faux monnayage aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page