Navigation – Plan du site

Maxime Boucher, La nuit carcérale. Souffrir et éviter la souffrance en prison, le cas français (1944-1981)

Lille, The Book Edition, 2011, 504 p.
Julie Fondriest
Référence(s) :

Maxime Boucher, La nuit carcérale. Souffrir et éviter la souffrance en prison, le cas français (1944-1981), Lille, The Book Edition, 2011, 504 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Maxime Boucher, issu d’une thèse en histoire contemporaine soutenue en 2010, propose de plonger le lecteur dans le monde carcéral de la seconde moitié du XXe siècle (1944-1981) en abordant cet univers spécifique à partir du concept de souffrance. Dix chapitres composent cet ouvrage de plus de cinq cents pages. Les trois premiers visent à caractériser la souffrance vécue par les prisonniers à travers trois dimensions, chacune faisant l’objet d’un chapitre distinct : les douleurs propres à la carcéralité, les carences carcérales et les violences carcérales. L’arbitrage opéré par l’auteur pour délimiter ces trois notions aurait mérité quelques justifications. L’absence de sexualité est décrite comme une douleur, mais n’est-elle pas tout autant une forme de carence et de violence ? Maxime Boucher parvient difficilement à circonscrire ce concept de souffrance, entreprise particulière ardue dans un espace carcéral qui en est saturé.

2Les deux chapitres qui suivent sont consacrés à la problématique classique de la réforme carcérale oscillant entre ruptures et continuités, entre discours réformistes et inertie des pratiques. L’historien s’intéresse d’abord aux tentatives institutionnelles de limiter les souffrances carcérales depuis la réforme Amor jusqu’à celle des années 1970. La faiblesse des budgets de l’administration pénitentiaire sur cette période constitue selon lui une des explications de l’échec de ces tentatives. Il étudie ensuite les espoirs et déceptions d’une expérience réformatrice locale, celle du Centre National d’Orientation puis d’Observation (CNO) de Fresnes. En se focalisant sur cette « institution paradoxale », il s’agit, pour l’auteur, « d’apprécier à une autre échelle les bouleversements et les permanences, les réussites et les échecs de notre période historique » (p. 187).

3L’intérêt de l’ouvrage réside sans nul doute dans le croisement des regards historiques, sociologiques et anthropologiques pour saisir les relations entre stratégie et souffrance examinées à partir du sixième chapitre. Maxime Boucher interroge plusieurs pratiques de souffrance que les détenus imposent à leur propre corps : le tatouage, l’automutilation, la grève de la faim, la mutinerie, l’évasion et le suicide. Malgré les lacunes des sources soulignées avec franchise par l’historien, ce dernier retrace l’évolution statistique de ces différentes pratiques, éclaire le lecteur sur le profil des automutilateurs, des évadés et des suicidés et sur leurs motivations. Selon lui, il ne faut pas comprendre ces actes comme des gestes irrationnels, dénués d’intérêt et de but, ou comme des symptômes de la folie prisonnière. Au contraire, ces pratiques sont guidées par une logique stratégique individuelle ou collective qui prend racine la plupart du temps dans une volonté de « faire plier » l’autorité, de s’affirmer, de retrouver cette part de soi, cette identité niée ou réduite à celle de prisonnier. C’est, comme le répète l’auteur, une façon de crier ses souffrances par la souffrance.

4Envisager le recours à la souffrance comme une stratégie permet de souligner le fait qu’en prison, en dépit du rapport de domination qui s’instaure entre l’autorité et le prisonnier, ce dernier dispose d’infimes mais réelles marges de manœuvre. En ce sens, on rejoint la vision foucaldienne du pouvoir – qui aurait d’ailleurs mérité une place de choix dans cette recherche – selon laquelle il n’existe pas de relations de pouvoir sans résistances. L’auteur préfère parler de « stratégies d’évitement » ou de « contournement », mais il s’agit surtout de stratégies de résistance, d’un refus d’une soumission totale à une autorité jugée plus ou moins légitime. Choisir de mener une grève de la faim pour dénoncer une injustice, des conditions de détention intolérables n’est pas un moyen d’éviter la souffrance, mais une volonté de l’affronter, de s’y opposer, de résister, par les seules armes qui restent à la disposition du détenu, celles que lui délivre son propre corps.

5Les sources utilisées par Maxime Boucher sont variées : archives nationales, archives du CNO, dossiers de détenus, comptes-rendus des débats à l’Assemblée nationale, articles de presse (Le Monde, L’Humanité, Le Figaro), témoignages publiés d’anciens détenus. D’ailleurs, l’historien manque parfois de distance vis-à-vis de ces derniers qu’il cite abondamment en oubliant de préciser leur caractère fortement engagé. Il n’est évidemment pas question de discréditer l’apport de telles sources tant la parole des détenus est rare et difficile d’accès pour l’historien, mais les limites apparaissent lorsque l’auteur procède à des montées en généralité à partir de ces récits peu représentatifs. De plus, le lecteur aurait apprécié que la note méthodologique précédant l’introduction – qui précise le recours ponctuel à l’histoire orale, la restriction de l’étude aux détenus de droit commun et les limites de l’exploitation statistique des dossiers pénitentiaires – contienne également une recension synthétique et pédagogique des différents documents et archives effectivement exploités. Enfin, il est dommage que l’auteur n’ait pas mobilisé davantage les travaux de l’historien des sensibilités Alain Corbin – cité seulement à deux reprises (aux chapitres 2 et 8) – et qu’il n’ait pas appuyé son argumentation sur l’œuvre majeure de Norbert Elias. Ceci aurait certainement conféré à ses propos une assise plus solide et théorisée.

6Prendre la souffrance carcérale comme objet de recherche est une démarche intellectuelle intéressante et digne d’attention au regard du peu d’études consacrées à la question. Mais il s’agit aussi d’une démarche complexe et risquée pour qui souhaite s’y atteler sans verser dans le dolorisme ou la victimisation – écueils que l’ouvrage de Maxime Boucher ne parvient pas toujours à éviter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Fondriest, « Maxime Boucher, La nuit carcérale. Souffrir et éviter la souffrance en prison, le cas français (1944-1981) », Criminocorpus [En ligne], 2013, mis en ligne le 07 mars 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2404

Haut de page

Auteur

Julie Fondriest

Doctorante en sciences politiques à l’IEP de Grenoble.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page