Navigation – Plan du site
2013

Georges Marbeck, Un crime de braves gens. Hautefaye – Périgord 1870

Paris, L’Harmattan, 2012, 406 p.
Eric Wenzel
Référence(s) :

Georges Marbeck, Un crime de braves gens. Hautefaye – Périgord 1870, Paris, L’Harmattan, 2012, 406 p.

Texte intégral

1Ce livre, fruit d’une réédition sous un titre différent d’un ouvrage paru il y a trois décennies (Hautefaye. L’année terrible, Paris, Robert Laffont, 1982), traite d’une affaire bien connue des historiens de la justice et du fait criminel, ainsi que des spécialistes de ce que l’on appelait naguère l’histoire des mentalités. Alain Corbin en a tiré l’une de ses œuvres maîtresses, son célèbre Village des Cannibales. Plus récemment, l’écrivain Jean Teulé en a fait un ouvrage grand public, d’une maigre facture à la vérité.

2Un crime de braves gens tient à la fois du livre d’histoire et du roman historique : il emprunte au premier genre le sérieux de la reconstitution, une analyse et une interprétation réfléchies des faits relatés, le sens de la contextualisation (nationale et locale, un contexte local que l’auteur connaît d’ailleurs assurément bien, le tout sur fond d’un va-et-vient Paris – Province et d’une mise en perspective entre cette affaire périgourdine et des événements concomitants d’une plus grande ampleur ) ; il tient du second genre une certaine liberté de ton et de forme, notamment le recours à des dialogues reconstruits, sous une vraisemblance permise par un appui sérieux sur la documentation archivistique (notamment les pièces du procès), ainsi que le sens d’un récit « coulant », détaché des contraintes d’un découpage par matières (l’auteur privilégiant la suite chronologique). G. Marbeck ne manque pas de plume et l’œuvre se lit non sans un certain plaisir.

3Certes, l’ouvrage ne peut éviter certaines critiques de fond : l’emploi d’un vocabulaire pas toujours adapté (par exemple une confusion entre « crime de masse », autrement dit un massacre qui inclut plusieurs victimes, avec un crime collectif, ce qui est bien le cas ici) ; une vision quelque peu dépassée de certains événements historiques (ainsi le cliché sur la Révolution libératrice d’un servage dont on sait qu’il s’était notablement réduit, exception faite de quelques provinces, depuis plusieurs siècles – d’ailleurs le Périgord le connaissait-il encore en 1789 ? – ou bien encore sur la quasi absence de consommation de viande par la paysannerie, pratiques du braconnage oblige) ; plusieurs reconstitutions par trop romancées (ainsi les dialogues d’un Napoléon III avec d’autres grands personnages du temps, ou bien certaines scènes qui tiennent pour ainsi dire… de la mise en scène). Après tout, l’auteur ne prétend aucunement faire œuvre d’historien professionnel et on peut lui savoir gré de proposer au lecteur des pages intéressantes, des précisions et détails nouveaux, notamment sur la société locale. Il sait aussi faire œuvre de nuances salutaires, notamment sur les rapports entre paysans et notables du monde rural.

4L’historien du judiciaire s’intéressera particulièrement à la reconstitution du procès de ces braves gens devenus « cannibales », de ces meurtriers d’un nobliau périgourdin, légitimiste mais respectueux du régime en place, ayant eu, non le privilège de naître comme cela eu pu se passer quatre-vingt ans plus tôt, mais celui de s’être trouvé là au mauvais moment, assassiné pour cause de républicanisme imaginé et de traîtrise à l’heure de fantasmes collectifs nés de la guerre contre les Prussiens, dans une région ancrée dans la légende et la mystique impériales. La relation de ce procès énorme, avec ces vingt et un accusés et plus de quatre-vingts témoins – procès pénal mais aussi politique compte tenu des faits reprochés – montre le décalage entre une magistrature policée et de frustes ruraux perdus dans le jargon du droit, usant de termes argotiques peu compris des lettrés de la ville. La description de l’emploi de la Veuve pour quatre des condamnés donne un ton dramatique. La dimension politique entoure jusqu’à son terme cette affaire criminelle extraordinaire : à l’heure du changement de régime, le spectacle de la peine capitale n’est pas pour plaire à des autorités locales soucieuses d’un retour au calme dans les campagnes.

5On aura compris que le livre de Georges Marbeck mérite assurément d’être lu, aussi bien par les amateurs d’histoire locale, par ceux qui s’intéressent à l’histoire des causes criminelles célèbres, mais également par les historiens de la criminalité et de la justice, comme par ceux de la société rurale du XIXe siècle. Le lecteur saura trouver un intérêt à ce livre somme toute plaisant. Une autre façon de lire et de voir le crime dont est victime Alain de Monéys dans une France profonde encore loin d’être uniformément liée à la République. Le drame d’Hautefaye invite aussi à nous interroger sur la part sombre de tout un chacun, nous qui faisons aussi partie des « braves gens ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Wenzel, « Georges Marbeck, Un crime de braves gens. Hautefaye – Périgord 1870 », Criminocorpus [En ligne], Années antérieures, 2013, mis en ligne le 12 mars 2013, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2407

Haut de page

Auteur

Eric Wenzel

Maître de conférences en histoire du droit et des institutions (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse Centre Georges Chevrier-Dijon).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page