Navigation – Plan du site

Karine Lambert, Itinéraires féminins de la déviance. Provence, 1750-1850

Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2012, 312 p.
Pierre Gaume
Référence(s) :

Karine Lambert, Itinéraires féminins de la déviance. Provence, 1750-1850, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2012, 312 p.

Texte intégral

  • 1 Lambert (Karine), D'encre et de sang : itinéraires féminins de la déviance en Provence Occidentale (...)
  • 2 Sur ce sujet, voir : Thébaud (Françoise), Écrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, ENS Éditi (...)
  • 3 Chauvaud (Frédéric) et Malandain (Gilles), Impossibles victimes, impossibles coupables. Les femmes (...)

1Prolongeant un travail de thèse1, Karine Lambert nous livre une analyse de figures de la déviance féminine tirées des archives du Var et des Bouches-du-Rhône. À partir de 300 procès situés entre 1750 et 1850, l’ouvrage examine les formes d’affirmation de soi et les stratégies de résistance imaginées par les femmes en réponse aux contraintes pesant sur elles. Au-delà de l’appareil judiciaire, il envisage l’ensemble des mécanismes que dévoilent les sources (réseaux et solidarités, rumeurs et arbitrages), invitant à réévaluer leur importance dans la construction des identités sociales et les modalités de règlement des conflits. Ce travail vient donc enrichir une histoire du genre en plein essor2 ainsi que l’histoire de la justice où les différences sexuées ont été peu étudiées3. L’auteur entend adopter une démarche « anthropo-historique » : les dossiers judicaires sont étudiés avec minutie, au plus près, afin de reconstruire les stratégies des différents acteurs à l’œuvre. Ils sont éclairés par une bibliographie qui emprunte autant à l’histoire des femmes et du genre qu’à la sociologie ou l’anthropologie (Judith Butler, Pierre Bourdieu, Elisabeth Claverie, etc.).

2L’analyse débute par un « cycle » consacré aux mères infanticides et aux aliénées (« cycle du renoncement et du reniement »). Elle révèle d’abord les difficultés jalonnant le parcours des femmes infanticides : s’y dévoilent de jeunes célibataires, souvent frappées par la misère et isolées dans un environnement social qu’elles maîtrisent mal. Vulnérables, elles sont en proie aux assauts masculins et forcées de dissimuler une grossesse qui les expose au déshonneur. L’étude éclaire aussi les modalités d’intervention de la justice. Récemment arrivées, mal insérées, ces femmes sont souvent dénoncées par les membres de la société locale (maîtres de maison, voisins, femmes) qui réaffirment ainsi leur moralité et leur respectabilité. Les autorités judicaires oscillent alors entre compassion et édification morale : indulgents avec les filles « honnêtes » abusées, les juges frappent lourdement les « dépravées ». L’analyse des cas de démence est moins pénétrante, revenant sur les formes de prise en charge institutionnelle avant de proposer une sociologie puis une série de portraits.

3Le « cycle de l’affirmation de soi et du refus de la contention » est lui consacré aux affaires de prostitution et de vols domestiques. Il débute par l’étude du « milieu prostitutionnel » : le profil sociologique témoigne de la vulnérabilité des femmes isolées en situation de déclassement (absence d’emploi, faibles salaires, veuvage), contraintes de trouver des ressources dans la prostitution. Si elle peut être occasionnelle, elle expose cependant les filles au risque d’une marginalisation plus définitive. En les installant dans un réseau et des solidarités « criminelles », la prostitution les éloigne d’une « bonne société » qui les regarde avec désapprobation. L’ouvrage examine ensuite la géographie de la prostitution (lieux de passage et de distraction, maisons publiques, casernes), les relations des filles avec leurs clients, puis la politique répressive. Aux justifications morales (défense de la famille légitime) s’ajoutent des arguments d’ordre public et des considérations sanitaires (crainte des maladies vénériennes).
Les vols domestiques illustrent plus clairement encore la précarité des femmes issues des classes populaires. Peu instruites, mal insérées dans la société locale, les servantes sont à la merci des employeurs. Leurs vols ont donc des airs de revanche sociale, réponses au chantage et aux humiliations. Si certaines l’énoncent ainsi, d’autres, cependant, préfèrent mettre en avant leur nature de faible femme pour attirer la compassion des juges.

4L’ouvrage aborde enfin la question des violences intra-familiales. Ce « cycle de la révolte » débute avec le cas de servantes ayant tenté de refuser l’oppression imposée par leurs maîtres. L’une répond aux assauts du mari en assassinant sa femme, revendiquant « la place de l’épouse légitime » (p. 179) ; l’autre menace ses maîtres de révéler leurs secrets honteux. Ces gestes les exposent cependant à un sort incertain, surtout s’ils touchent à l’honneur du groupe familial. Si la première est acquittée, la seconde est assassinée par ses maîtres qui échappent à la justice grâce au silence des parents et des voisins.
Les violences commises par les femmes dans leur propre cercle familial révèlent d’abord leur forte inscription dans l’espace domestique. Elles luttent pour y affirmer leur place, prenant une part active aux conflits. Elles restent toutefois soumises au contrôle du groupe des parents, qui impose ses normes et sa régulation. Pour préserver la réputation de la famille, on préfère taire les violences entre une mère et sa belle-fille, jusqu’à ce que le meurtre de la première provoque l’intervention de la justice. Les comportements défiant l’ordre familial et villageois exposent les femmes à de lourdes sanctions. Reine Cabasson est condamnée à mort pour avoir tué son beau-frère avec son amant, mais aussi parce qu’elle trompait ouvertement son mari.
Ce cycle s’achève par différents cas mettant en jeu l’honneur féminin. Tous soulignent combien les femmes sont soumises à la morale conjugale et au contrôle du groupe familial. Prisonnières de leur couple, victimes de coups, elles sont sommées de tenir malgré tout leur rôle d’épouse. En partie dépositaires de l’honneur de la famille, elles ne peuvent le compromettre et doivent accepter la médiation du groupe. L’adultère les expose à la réprobation, et le contrôle familial peut prendre des formes violentes : R. Rippert est agressé par la veuve Martin et son gendre pour avoir trop approché l’épouse de celui-ci. Enserrées dans ces contraintes, soumises au pouvoir masculin, les femmes n’ont d’autre issue que le crime pour affirmer, même symboliquement, leur dignité. Délaissée par un homme qui l’a séduite et mise enceinte, Marie Bebec se venge en le privant de ses attributs masculins.

5Si l’on peut regretter que les conclusions égrenées au fil des cas n’aient pas été rassemblées plus clairement, l’ouvrage souligne cependant avec force la diversité des stratégies féminines d’affirmation de soi, dans un contexte marqué par les difficultés et la contrainte. Enfin, ces « itinéraires » éclairent d’un jour très intéressant les mécanismes de régulation sociale, en particulier le rôle décisif des solidarités et des réseaux dans l’imposition des normes et la construction de la déviance.

Haut de page

Notes

1 Lambert (Karine), D'encre et de sang : itinéraires féminins de la déviance en Provence Occidentale (1750-1850), Thèse de lettres, Université d’Aix-Marseille, 2001.

2 Sur ce sujet, voir : Thébaud (Françoise), Écrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, ENS Éditions, 2007 et Riot-Sarcey (Michèle) (dir.), De la différence des sexes. Le genre en histoire, Paris, Bibliothèque historique Larousse, 2010.

3 Chauvaud (Frédéric) et Malandain (Gilles), Impossibles victimes, impossibles coupables. Les femmes devant la justice (XIXe‑XXe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gaume, « Karine Lambert, Itinéraires féminins de la déviance. Provence, 1750-1850 », Criminocorpus [En ligne], 2013, mis en ligne le 30 avril 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2420

Haut de page

Auteur

Pierre Gaume

Doctorant à l’IRIS (EHESS) sous la direction de Gérard Noiriel. Ses travaux portent sur le vagabondage et la pénalisation des classes populaires au XIXe siècle (années 1820-1912).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page