Navigation – Plan du site

André Rauch et Myriam Tsikounas (dir.), L'historien, le juge et l'assassin

Paris, Publications de la Sorbonne, 2012, 286 p.
Silvia Chiletti
Référence(s) :

André Rauch et Myriam Tsikounas (dir.), L'historien, le juge et l'assassin, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012, 286 p.

Texte intégral

  • 1 Le colloque dont l'ouvrage est issu s'est déroulé à l'Université de Paris 1 les 25 et 26 juin 2010. (...)

1Depuis désormais quarante ans, les études sur les archives judiciaires et l'histoire de la criminalité ont contribué à élargir l'horizon de la pratique historiographique internationale. L'historien, le juge et l'assassin, cet ouvrage à plusieurs voix dirigé par André Rauch et Myriam Tsikounas, se situe à l'intérieur de ce large champ d’étude, tout en étant marqué par un intérêt historiographique particulier et assez récent, portant sur les représentations du crime, ce qui dénote sa singularité parmi les publications récentes sur l'histoire de la justice. Ce livre est en effet le fruit d'un colloque pluridisciplinaire qui s’est tenu à Paris en 2010 sous le thème « Justice et représentations du crime » et qui a fédéré des historiens et des chercheurs en sciences de l'information et de la communication, avec le partenariat de l'Institut National de l'Audiovisuel1.

  • 2 Nous signalons aussi, dans ce champ, les travaux suivants : Dominique Kalifa, L'encre et le sang. R (...)

2Les trois personnages qui figurent dans le titre de l'ouvrage nous révèlent les objets qui sont en jeu dans les réflexions menées par les différents contributeurs : l’historien, tout d'abord, c'est-à-dire celui qui regarde ou lit, analyse et interprète les sources multiples ; l'assassin, le protagoniste du crime ; et la justice, incarnée dans la figure du juge. De fait, le premier but de ce travail collectif est de déployer une réflexion méthodologique sur les façons d'écrire l'histoire du crime, à travers le croisement de plusieurs regards portant sur des objets et des époques différentes. Néanmoins, l’ambition de l’ouvrage est double : les enjeux méthodologiques posés par la réflexion historiographique s’entremêlent à l'objectif de prolonger les études classiques sur l'histoire de la justice, et plus particulièrement sur les rapports entre histoire du crime et histoire sociale. L'ouvrage contribue donc à l'enrichissement de ce champ d’étude en proposant de nouveaux objets et matériaux encore peu explorés, tels que, par exemple, le rôle des médias et de l’opinion publique dans les représentations du crime2.

3Sans délimiter une période historique précise, la ligne générale de l'ouvrage trace plusieurs parcours : quatre axes principaux, correspondant aux quatre parties divisant l'ouvrage qui vont du Moyen Âge, traité par le biais du crime de sorcellerie, aux affaires médiatiques du début du XXIe siècle, à l’image de la très discutée affaire Courjault. La plupart des contributions de l’ouvrage se concentre toutefois sur l’époque contemporaine. Ceci témoigne non seulement du fait que le crime et sa résonance sur la société restent toujours au cœur de l’intérêt public et académique, mais aussi de la nécessité de repenser les concepts et les outils de la démarche historiographique face aux nouvelles formes documentaires, notamment audiovisuelles, qui constituent les sources sans doute les plus éloquentes de l’après-guerre. Si l'approche diachronique est ainsi sacrifiée au profit d'une perspective qui porte surtout sur l'histoire récente, la variété des sujets et des points de vue présentés restitue la possibilité d'un regard synthétique et général, facilité par de brèves introductions qui accompagnent chacune des quatre parties du volume.

4La première partie rentre directement dans le vif du problème méthodologique qui est au cœur de l'ouvrage : le rapport avec les sources. Comme Alain Corbin le souligne en introduisant la section, les travaux que les historiens et des archivistes ont menés pendant quarante ans sur les sources judiciaires ont sûrement contribué à éclairer l'obscurité et la complexité des matériaux documentaires, qui, loin d'être neutres, constituent le premier écueil méthodologique pour qui se penche sur l'histoire du crime. Les contributions ici recueillies sont à la fois l'affichage des résultats de cette longue tradition historiographique et le lieu d’une discussion pour des approches nouvelles. Par exemple, le texte de Jean-Claude Farcy livre une synthèse, indispensable et particulièrement utile aux jeunes chercheurs, faisant le point sur la complexité à la fois juridique, historique et sociale, qui compose et entoure les sources écrites de l'histoire du crime, c'est-à-dire les dossiers judiciaires conservés dans les archives. Les contributions d’Anne-Claude Ambroise Rendu et Fabienne Giuliani, portant respectivement sur les crimes sexuels commis sur les enfants et sur l'inceste, posent ensuite le problème du croisement des sources – statistiques, judiciaires, médicales et médiatiques – voire l'absence de celles-ci. Comment aborder et traiter des phénomènes criminels qui se transforment sans cesse dans la perception juridique et publique, ou qui – comme c’est le cas de l'inceste – ne constituent pas une catégorie criminelle à part entière dans le Code pénal? En conclusion de cette première partie, la réflexion se concentre sur l'étude des sources audiovisuelles. Comme le montre Évelyne Cohen à propos de la célèbre affaire Dominici, depuis quelques décennies, les images jouent un rôle clé dans la représentation du crime : elles peuvent être constamment réutilisées, modifiées, ou multipliées pour prouver l'innocence ou la culpabilité du prétendu criminel. Ou encore, elles peuvent donner de nouvelles significations aux faits, comme on le lit dans le texte de Jean-Michel Rodes, qui étudie comment une affaire criminelle de la fin du XIXe siècle est transposée, dans les années 1960, dans le support audiovisuel pour être transmise à la télévision.

  • 3 Voir Myriam Tsikounas (dir.), Éternelles coupables : les femmes criminelles de l'Antiquité à nos jo (...)

5Au sein des recherches sur la justice, les études de genre ouvrent des perspectives nouvelles de grand intérêt3 : cette perspective permet de montrer comment l’universalité de la justice, asexuée par son principe, peut aussi être le lieu d’une différenciation en vertu d'attitudes, de stéréotypes ou de concepts construits et traversés par la référence à la différence des sexes. Dans cette deuxième partie, présentée par Claude Gauvard, il s'agit d'étudier certains objets classiques de l'histoire de la justice en tenant compte de cet enjeu : les études sur le phénomène de la sorcellerie (Claude Gauvard), sur la question de la responsabilité pénale (Laurence Guignard) et sur l'histoire du crime passionnel (André Rauch) apportent des données et des interprétations nouvelles si on les considère sous cet angle. En effet, comme le montre d'une façon exemplaire la contribution de Laurence Guignard, l'état actuel des études sur la justice requiert désormais la remise en discussion d'un certain acquis socio-historique qui se contente de constater le fait de la faible présence des femmes par rapports aux hommes devant les tribunaux, en l’interprétant comme l’équivalent de l'absence des femmes dans la sphère publique. De concert, la justice et l'opinion publique produisent un discours « hypersexualisant » sur la femme coupable, ce qui implique, en tant qu'effet, la dépolitisation du crime commis par celle-ci. Ceci est le cas tant de Charlotte Corday, ici relu par Guillaume Mazeau, que, deux siècles après, des femmes de l’organisation Action Directe, étudiée par Fanny Bugnon.

6La troisième partie de l’ouvrage porte son attention aux faits divers. Toutefois, comme Dominique Kalifa le souligne en présentant la section, les quatre études qui la composent ne se bornent pas à étudier la culture du fait divers au sens strict, mais creusent les rapports complexes entre les représentations des cas judiciaires, et plus précisément des « grandes affaires », et l’attention collective qui s’éveille et se construit à travers les récits des médias. « Le goût du fait divers, c'est le désir de voir » nous rappelle Anne-Emmanuelle Demartini, qui cite Merleau-Ponty, pour montrer comment, dans l'affaire Violette Nozière, la photographie de presse, tourmentée par la restitution du portrait du monstre, ne fait que montrer le visage d'une femme ordinaire et la proximité presque banale qui se cache derrière l'altérité repoussante du prétendu monstre. Les « Horribles histoires et affreuses tristesses » sont en effet les ingrédients qui composent, selon Frédéric Chauvaud, les « Belles affaires », ces actes sanglants qui retiennent inévitablement l'attention de l'opinion publique (au moins jusqu'à la première moitié du XXe siècle). Néanmoins, la culture médiatique du crime semble évoluer avec l'affirmation des techniques audiovisuelles : la fiction télévisée (telle que par exemple la célèbre série En votre âme et conscience, diffusée entre 1956 et 1969) ou la docu-fiction (comme celle qui a été réalisée par Jean-Xavier Lestrade, Parcours meurtrier d'une mère ordinaire : l'affaire Courjault) ne répondent pas à la même logique du fait divers. Celle-ci vise, en l'espace de quelques lignes dans la presse, à impressionner le public en brisant ses cadres moraux et normatifs. Au contraire, l'audiovisuel, comme le montrent Marie-France Chambat-Houillon et Myriam Tsikounas, recouvre le plus souvent la fonction de la justice elle-même, en restituant le sens d’un geste inintelligible ou en substituant le public aux jurés.

7La quatrième et dernière partie est consacrée aux avocats et plus spécifiquement au moment particulier où s’incarne tout le sens de ce métier : la plaidoirie. Depuis le XIXe siècle, la plaidoirie est sans doute le discours le plus captivant qui s’exprime sur la scène du tribunal : à travers les techniques de la rhétorique, celle-ci vise en effet à reconstruire de façon cohérente et significative l'image du criminel, sa personnalité et les motivations qu'on ne saurait réduire à son geste. De ce fait, la plaidoirie est le discours le plus médiatisé, celui qui, prononcé dans la salle de la cour d'assises, sort de celle-ci pour circuler, se transformer et reforger la figure du criminel que les médias transmettent au grand public. À travers des analyses ponctuelles, les contributions de cette section reconstruisent l'histoire de cette fonction et de ses rapports avec les médias : l'avocat pénaliste Thierry Moser en présente la complexité, selon les différents rôles que l'avocat peut revêtir dans le procès. Claire Sécail analyse le passage de l' « avocat-écrivain », « médiatisé » par les caméras lors des premiers reportages télévisés et émissions, à l’« avocat-plaideur », ou « médiatique », qui, à partir des années 1970, devient le protagoniste actif d'une stratégie qui utilise les médias comme partie intégrante de la défense. Le discours de la plaidoirie circule et se transforme grâce aux supports techniques qui le véhiculent, et peut acquérir ainsi une portée différente, politique, comme dans le cas de la restitution littéraire et télévisuelle des plaidoiries de Robert Badinter contre la peine de mort étudié par Émeline Seignobos. Pour conclure, Jean-Claude Vimont souligne les paradoxes de la représentation médiatique des criminels récidivistes entre 1945 et 1970 qui, selon lui, est plus favorable envers les « antisociaux » (les relégués aux comportements agressifs dont la dangerosité était supposée plus grande) qu’envers les « asociaux », c’est-à-dire les marginaux appartenant aux « bas-fonds » de la société des Trente Glorieuses qui suscitent alors la répulsion et la conscience de l'échec du système pénitentiaire.

  • 4 Nous signalons, parmi les nombreux titres : Gregg Barak, Media, Process, and the Social Constructio (...)

8En définitive, l'ouvrage coordonné par André Rauch et Myriam Tsikounas rassemble des contributions de qualité qui répondent à l'ambition, à la fois historiographique et méthodologique, de renouveler le champ de l’histoire du crime. Si le désir d'une perspective diachronique plus accomplie – qui aurait permis un regard plus général sur les transformations techniques et conceptuelles de la représentation du crime – n'est pas totalement satisfait, la focalisation sur l'histoire récente est justifiée par l'intérêt porté à l'impact des médias audiovisuels sur l'histoire de la justice. Nous ne ferons que souligner, avec regret, l'absence d'une perspective nourrie des références internationales, indispensable lorsqu'on aborde un champ d'études encore peu sondé4. Nous souhaitons donc que ce type d’étude puisse proliférer par le dialogue entre les historiens des différentes époques et les chercheurs des autres disciplines. Les intuitions et les pistes offertes par cet ouvrage sont décidément multiples.

Haut de page

Notes

1 Le colloque dont l'ouvrage est issu s'est déroulé à l'Université de Paris 1 les 25 et 26 juin 2010. Il fut organisé par le Centre d’Histoire du XIXe siècle – EA 3550 – en partenariat avec l'ENSSIB (Université de Lyon), le GERHICO (Université de Poitiers) et l'INA.

2 Nous signalons aussi, dans ce champ, les travaux suivants : Dominique Kalifa, L'encre et le sang. Récits de crime et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995 ; Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, 2005 ; Sylvie Humbertet Denis Salas (dir.), La chronique judiciaire : mille ans d'histoire, Paris, La Documentation française, 2010.

3 Voir Myriam Tsikounas (dir.), Éternelles coupables : les femmes criminelles de l'Antiquité à nos jours, Paris, Éd. Autrement, 2008 ; Frédéric Chauvaud et Gilles Malandain (dir.), Impossibles victimes, impossibles coupables. Les femmes devant la justice (XIXe-XXe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009. Loïc Cadiet, Frédéric Chauvaud, Claude Gauvard, Pauline Schmitt Pantel, Myriam Tsikounas, Figures de femmes criminelles de l'Antiquité à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

4 Nous signalons, parmi les nombreux titres : Gregg Barak, Media, Process, and the Social Construction of Crime, New-York and London, Garland, 1994 ; Philipp Müller, Auf der Suche nach dem Täter : die öffentliche Dramatisierung von Verbrechen im Berlin des Kaiserreichs, Frankfurt am Main : Campus, 2005 ; Floriana Colao, Luigi Lacchè, Claudia Storti (dir.), Processo penale e opinione pubblica in Italia tra Otto e Novecento, Bologna, Il Mulino, 2008 ; Richard Mc Mahon (dir.), Crime, Law and Popular Culture in Europe (1500-1900), Portland, Willan Publishing, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvia Chiletti, « André Rauch et Myriam Tsikounas (dir.), L'historien, le juge et l'assassin », Criminocorpus [En ligne], 2013, mis en ligne le 02 juillet 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2460

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page