Navigation – Plan du site

Pascal Bastien, Une Histoire de la peine de mort. Bourreaux et supplices : Paris, Londres, 1500-1800

Paris, Seuil, coll. « L’Univers historique », 2011, 339 p.
Neil Davie
Référence(s) :

Pascal Bastien, Une Histoire de la peine de mort. Bourreaux et supplices : Paris, Londres, 1500-1800, Paris, Seuil, coll. « L’Univers historique », 2011, 339 p.

Texte intégral

  • 1 Il a publié notamment : L’exécution publique à Paris au XVIIIe siècle. Une histoire de rituels judi (...)
  • 2 Il est dommage à ce titre que la couverture ne porte pas mention de ce regard croisé, confirmant ai (...)

1Pascal Bastien, professeur d’histoire moderne à l’Université de Québec à Montréal et spécialiste de l’histoire de la peine de mort en France1, nous offre un livre passionnant qui ne s’appuie qu’en partie sur son domaine de spécialité. Comme il l’explique dans l’introduction, l’auteur ne compte pas « offrir un énième catalogue de supplices, un nouvel inventaire de lois et de décrets touchant tantôt son application, tantôt son abolition ». L’ambition de cet ouvrage est toute autre : nous proposer une histoire comparative de la peine de mort, ou plutôt de « ses fondements, ses modalités, les peurs qu’elle imposait, les espoirs qu’elle pouvait paradoxalement inspirer et le rejet dont elle fit progressivement l’objet », en suivant en parallèle le parcours de deux grandes capitales européennes, Paris et Londres, de 1500 à 18002. Il s’agit d’un choix audacieux : tout historien sait que l’histoire comparative est un des exercices les plus difficiles à réussir. Les pièges potentiels sont nombreux : présupposés historiographiques, déséquilibre entre les différentes aires géographiques traitées, analyse cloisonnée de celles-ci laissant au lecteur le soin de chercher les synthèses comparatives… L’ouvrage de Pascal Bastien évite ces écueils avec brio, en réussissant une analyse fouillée et nuancée des pratiques et des imaginaires de la peine capitale à Paris et à Londres, et – plus difficile encore, peut-être – en nous offrant un éclairage nouveau sur l’histoire des deux villes à travers un va-et-vient passionnant entre points communs et points de divergence entre elles à travers trois siècles.

2Le gibet et l’échafaud portent bien entendu leur lot d’éléments tristement constants, quels que soient l’époque et le lieu. L’histoire de ces deux villes voisines, toutes deux capitales administratives, politiques, juridiques et culturelles, fait apparaître de nombreux points communs. Dans les deux pays, la mise à mort – ses objectifs, ses modalités, ses retombées – reste au cœur de la réflexion religieuse, philosophique, politique et juridique tout au long de la période entre 1500 et 1800. Un débat à la fois national et, avant la révolution française du moins, international. Le sujet joue également un rôle fondamental dans l’imaginaire populaire des deux pays. Les questions posées par les Parisiens et les Londoniens sont certes souvent les mêmes – le pourquoi, le comment, le quand et l’où – en revanche, les réponses, conditionnées par deux systèmes juridiques différents et deux traditions politico-religieuses différentes, ne sont pas tout à fait les mêmes. Le corollaire c’est un vécu populaire de la peine de mort, celui des foules et des condamnés, qui varie également ; et ce jusqu’à l’univers sonore du supplice, exploré dans un chapitre particulièrement réussi. De même, la place de Grève n’occupe pas exactement la même place au sein de l’imaginaire parisien que Tyburn pour les Londoniens, tout comme celle du bourreau comparée à celle du hangman d’ailleurs. La « culture de la mort judiciaire » est ainsi bien spécifique.

3Pascal Bastien démontre, dans un style à la fois érudit et accessible, que cette spécificité découle en grande partie du contraste entre deux manières juridiques et administratives de penser la peine de mort : d’un côté, la cour criminelle de l’Old Bailey à Londres, où sont jugés les crimes capitaux de la métropole britannique, avec des procès publics et souvent expéditifs, et des verdicts rendus par les douze jurymen ; de l’autre le secret de l’instruction inquisitoire à la française. D’un côté, l’action d’une partie, de l’autre la puissance publique : « Alors qu’elle est transcendance à Paris, la loi est une “règle de jeu” dans l’univers de la common law. La justice française portait une dimension morale et sacrée où l’on devait faire confiance au juge, tandis que les règles de la common law cherchaient, fondamentalement, à rendre efficaces les relations entre les parties et à assurer la paix sociale […] en confiant le jugement à la communauté ». L’auteur souligne également le fait que ces deux procédures juridiques contrastées font que du côté britannique la parole des prévenus et des condamnés est au cœur des préoccupations des spectateurs, et devient souvent objet de commerce à travers chansons, opuscules et articles de presse, alors qu’à Paris, il s’agit d’ « une parole confisquée », détenue par le greffier. Avec le prononcé de l’arrêt, la voix du greffier écrase en quelque sorte, celle du condamné.

4Dans un dernier chapitre intitulé « Le supplice éclairé », Pascal Bastien aborde la rencontre, parfois embarrassée, toujours complexe, entre les Lumières et les exécutions capitales. À Londres comme à Paris, les penseurs éclairés estiment que le châtiment capital est à réinventer en profondeur, que ce soit au nom de l’utilitarisme ou de l’humanisme. Certains vont jusqu’à prôner l’abolition, pour autant, cette opinion restera minoritaire dans les deux pays. Cette réflexion se soldera par la guillotine en France, et une nouvelle organisation des pendaisons en Angleterre : plus courte, moins imprévisible, sans le parcours du condamné dans les rues de Londres entre la prison de Newgate et Tyburn. La mort est ainsi modernisée et le supplice mécanisé, selon la formule de l’auteur, sans pour autant perdre son effroi, bien entendu, pour les principaux intéressés. D’ailleurs, comme le rappelle Pascal Bastien en conclusion de cette étude passionnante, « Même en s’effaçant, la peine capitale demeure un objet, une mémoire et une attente que, à dire vrai, l’abolition ne suffira hélas pas à écarter. Même désarmée, elle menace ».

Haut de page

Notes

1 Il a publié notamment : L’exécution publique à Paris au XVIIIe siècle. Une histoire de rituels judiciaires, Seyssel, Champ Vallon, 2006.

2 Il est dommage à ce titre que la couverture ne porte pas mention de ce regard croisé, confirmant ainsi l’adage anglais que l’on ne peut pas juger un livre par sa couverture !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Neil Davie, « Pascal Bastien, Une Histoire de la peine de mort. Bourreaux et supplices : Paris, Londres, 1500-1800 », Criminocorpus [En ligne], 2013, mis en ligne le 04 juillet 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/2463

Haut de page

Auteur

Neil Davie

Neil Davie est Professeur de civilisation britannique à l’Université Lumière Lyon 2. Docteur en sociologie de l’Université d’Oxford, il a publié de nombreux articles en histoire sociale, notamment sur l’histoire de la criminologie et des politiques de justice pénale en Grande-Bretagne aux XIXe et XXe siècles. Il est l’auteur de Les Visages de la criminalité : à la recherche d’une théorie scientifique du criminel-type en Angleterre, 1860-1914 (Paris, Kime, 2004) et de Tracing the Criminal : The Rise of Scientific Criminology in Britain : 1860-1918 (Oxford, Bardwell Press, 2005). Neil Davie est membre du comité de rédaction de Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page